Navigation – Plan du site

AccueilVolumes1Dossier Primatologie et EducationLa primatologie comme vecteur d’é...

Dossier Primatologie et Education
7

La primatologie comme vecteur d’éducation à la citoyenneté

Une expérience d’atelier scientifique en collège centrée sur l’évolution
The study of Primates as an educational means of becoming a good citizen. A scientific workshop experiment in High School which has evolution as its main theme.
Patrick Renault et Valérie Ribaute-Maunier

Résumés

Dans le cadre d’un atelier scientifique en collège, des élèves sont amenés à s’intéresser aux grands singes et aux raisons des menaces de leur disparition. De cette connaissance nouvelle, émerge une prise de conscience citoyenne qui conduit les élèves à faire partager leurs analyses et à obtenir des avancées auprès des décideurs et des consommateurs.

Haut de page

Historique

Reçu juillet 2009. Accepté septembre 2009

Texte intégral

1 Introduction

1Depuis 6 ans, il est proposé aux élèves de quatrième du collège de Tarascon-sur-Ariège un atelier scientifique hebdomadaire dont l’intitulé est : les origines de l’homme. Grâce à des  partenaires locaux (Musée de Tautavel, Réserve africaine de Sigean, Muséum de Toulouse), les élèves sont amenés à réfléchir dans plusieurs directions : l’évolution darwinienne, les différences entre l’homme et les autres primates, le processus d’hominisation, l’impact de l’homme sur l’environnement. A un âge où les adolescents se posent beaucoup de questions sur leur identité et sur leur avenir, ces questionnements s’avèrent très fructueux et débouchent sur des prises de responsabilités citoyennes et sur des communications destinées à des publics divers, conçues par les élèves.

2Les notions d’outil, de station debout, de culture, d’art et de croyances sont dans un premier temps supposées propres à l’homme et caractéristiques du processus d’hominisation.  Puis les élèves découvrent que les frontières définies par ces notions doivent être contestées puis affinées. Malgré leur peu d’appétence pour le travail réflexif, leurs questions se font plus précises et approfondissent la notion d’outil (à partir de quand peut-on parler d’outil ? Qu’est-ce qu’un outil complexe ?), d’apprentissage (Que transmet la mère à son enfant ? Qu’est-ce qui relève de l’instinct et qu’est-ce qui prouve qu’un savoir est culturel ?), de bipédie (Quelles sont les postures bipèdes caractéristiques de chaque espèce ?). Après cette phase très riche qui permet d’utiliser quelques éléments d’éthologie, les élèves s’avèrent très réceptifs au problème de la destruction de la forêt primitive lorsqu’ils découvrent comment s’organise ce désastre écologique avec toutes ses implications.

2 Méthodes

3Le cadre de cet atelier est institutionnel puisqu’il s’agit d’un atelier scientifique de deux heures hebdomadaires reconnu par le Rectorat, lequel accorde sa labellisation, une petite subvention et un quota d’heures supplémentaires. L’équipe de professeurs est restreinte mais motivée : en premier lieu une professeure de Sciences de la Vie et de la Terre, puis un professeur de français, auxquels s’ajoutent selon les années et les centres d’intérêt, un professeur de mathématiques, un professeur de technologie et une professeure d’arts plastiques. Les élèves appartiennent tous à la même classe de quatrième, sur la base d’un recrutement organisé à la fin de la cinquième (tous les élèves de quatrième travailleront de toute façon dans une des quatre classes à projet de l’établissement). Tout élève intéressé par le thème des origines de l’homme et celui des primates peut s’engager dans une dynamique de travail. La curiosité des élèves est fortement stimulée par le thème des primates, même si nous ne nous limitons pas dans ce dispositif à l’étude des primates.

2.1 Visite de la réserve de Sigean et rencontre avec des soigneuses

4Dans un premier temps, nous proposons aux élèves toutes sortes d’informations en utilisant livres, vidéos, sites Internet, magazines, émissions de télévision et de radio,  puis nous les incitons à faire le point sur l’idée qu’ils se font de l’homme, de l’animal, de l’hominisation. La première sortie est déterminante pour la suite puisqu’il s’agit de la Réserve Africaine de Sigean : pour des raisons climatiques, nous organisons la visite des chimpanzés en septembre, pour être sûr de les voir actifs. La préparation de cette visite consiste en une réflexion collective pour faire émerger les représentations sur les différences entre l’homme et l’animal et sur les caractéristiques des primates. Le débat fait inévitablement apparaître des contradictions et des questionnements que nous nous proposons ensuite de confronter à ce que nous aurons découvert pendant la visite de la réserve.

5Les élèves ont droit à un accueil personnalisé. Nous accompagnons cette rencontre d’un questionnaire sur le métier de soigneur animalier afin de mettre en avant les aspects professionnels plutôt que les logiques de loisirs. La visite s’organise autour de l’observation d’un groupe de chimpanzés auquel une des soigneuses va lancer des noix de cocos entières afin que nous puissions observer le comportement des primates depuis des affûts protégés, à l’aide de jumelles. Ce protocole permet d’observer comment un ou deux chimpanzés utilisent un tronçon de bois (de la canne) pour percer la noix et boire son contenu liquide puis comment l’animal percute la noix sur un support dur et résistant (rocher, caillou, tronc) pour accéder à la pulpe de la noix. Nous observons aussi les interactions entre individus, les relations entre mère et enfants. Cette  séance d’observation, qui ravit les collégiens, est suivie d’une activité de repérage des individus constituant le groupe de primates et de leur organisation sociale. Des panneaux aident les élèves à se familiariser avec les types de mimiques et d’attitudes caractéristiques des chimpanzés.

6La phase suivante utilise une galerie exposant des toiles peintes par des chimpanzés ce qui permet de problématiser la notion de pratique artistique et de préoccupation esthétique. Les soigneuses attirent l’attention sur l’intérêt de ces réalisations et sur leurs limites.

7La troisième phase de la visite consiste en une conférence sur les grands singes complètement conçue par les soigneuses à partir de leurs connaissances sur le sujet et de vidéos produites par la réserve de Sigean. On revient ainsi en images sur le comportement social des pensionnaires de l’île aux chimpanzés et sur le rôle du mâle alpha. On revoit la scène des noix de cocos habilement percées et dégustées. On complète avec un film où une femelle chimpanzé prend un plaisir évident à manier le pinceau sur une toile posée au sol.

2.2 Projections de vidéos

8Des vidéos notamment celle de « Loosing Tomorrow » de Patrick Rouxel (cinéaste avec qui nous avons collaboré pendant une année) sont ensuite projetées en classe. Le film présente la situation à Bornéo où la destruction de la forêt menace à court terme la présence des orangs-outans tout en conduisant l’Indonésie vers un désastre écologique et économique.

2.3 Atelier sur la consommation citoyenne

9Nous apprenons à déchiffrer les notices et les étiquettes de plusieurs produits alimentaires et d’hygiène courante ou d’objets de l’environnement de chacun. Nous apprenons à distinguer le bois en provenance des tropiques d’avec celui de nos forêts, nous recherchons les papiers fabriqués à partir d’un recyclage efficace, nous dépistons les produits contenant de l’huile de palme, même lorsque les étiquettes se font évasives.

2.4 Atelier de Tautavel

10L’atelier de mesure de crânes proposé par le musée de Tautavel, atelier au cours duquel nous manipulons des crânes de grands singes, de paranthropes, d’Homo erectus, d’Homo neanderthalis et d’Homo sapiens, permet de mettre en perspective les savoirs nouvellement acquis en éthologie avec le processus d’hominisation

3 Résultats, discussion et perspectives

11Bien que la visite de Sigean constitue un sacrifice budgétaire important pour notre atelier (le budget est supérieur à la subvention du Rectorat), l’observation  directe des grands singes en activité, l’interactivité qui s’établit entre nos élèves et les chimpanzés (des regards, des signes échangés) et surtout la rencontre avec des professionnels qui sont passionnés par leur métier font que nous nous efforçons de maintenir cet événement dans notre stratégie de motivation. Lors de cette visite, petit à petit, nous constatons que leurs représentations évoluent et que leur conscience de citoyen responsable s’éveille. De plus, le vécu personnel des soigneuses résonne d’une manière bien particulière face aux élèves. Les anecdotes qu’elles rapportent seront plus facilement retenues et commentées : la fascination d’une femelle chimpanzé pour la pleine lune, la force prodigieuse des primates et leur étonnante capacité de destruction, la façon dont une femelle se sert des surfaces réfléchissantes pour se percer un bouton sur le nez… Nous avons nous-mêmes, assisté à une tentative infructueuse de la part d’un jeune chimpanzé pour imiter sa mère dans le cassage des noix. Le fait que cette visite vienne très tôt dans nos activités oriente inévitablement la réflexion vers la connaissance des primates, parfois au détriment des problématiques qui seront abordées ensuite.

12Au retour, il apparait que tous les repères évoqués lors de l’émergence des représentations sur les différences entre l’homme et l’animal sont remis en question et doivent être rediscutés. Les enfants sont passés de l’attendrissement pour la condition animale à l’intérêt pour l’étude du comportement animal et ses analogies avec celui des humains.

3.1 Construire une conscience citoyenne

13Au cours de la projection vidéo, les élèves prennent conscience des menaces graves contre le biotope des primates, et du même coup, de leur capacité citoyenne à réagir. La destruction de la forêt tropicale primaire est alors considérée comme un scandale contre lequel on doit trouver des contre-feux. Bouleversés par cette fuite en avant angoissante, les élèves veulent « faire quelque chose ».

14L’atelier sur la consommation citoyenne fait émerger l’idée que chacun possède un pouvoir en décidant de ce qu’il convient d’acheter. L’idée de cette séance d’enquête citoyenne nous a été donnée par une militante convaincue dont l’expérience de travail en Indonésie et en Afrique apporte anecdotes et vision passionnée à ce projet d’engagement citoyen. Une fois de plus, l’apport d’une personne extérieure à l’Education Nationale se révèle précieux en apportant un ton différent et une force de conviction attachante.

15L’ensemble de ces activités permet aux enfants d’entrer dans la phase active de l’engagement citoyen. En 2007, les élèves ont décidé d’écrire aux candidats à l’élection présidentielle et ont ainsi été félicités par la fondation Jane Goodall. Leur interpellation n’eut guère d’écho dans la campagne mais les élèves ont reçu une réponse très encourageante de l’un des candidats. Nul doute que cela viendra nourrir leur réflexion sur le monde politique et sur ses subtilités, avec le recul des années. L’année suivante, les élèves ont poursuivi leur engagement citoyen en interpellant les services d’intendance et de cuisine afin de bannir les produits à base d’huile de palme et de promouvoir le papier recyclé. Ils ont alors découvert l’importance d’un vote par le conseil d’administration pour transformer les vœux en actes. La prochaine étape consistera à convaincre les décideurs du Conseil Général. Une collecte d’argent spontanée nous a aussi contraints à trouver une utilisation intelligente des fonds recueillis : après débat, nous avons versé l’argent à une association qui a créé un sanctuaire pour la réintroduction des grands singes. Mais le plus important, peut-être, est que les élèves conçoivent des supports pour faire passer et faire partager leur message. Généralement, cela se traduit par des diaporamas de type Powerpoint et des panneaux d’affichage. Ainsi, nous avons pu participer au « Village des Sciences » organisé dans le cadre de la fête de la Science en 2008, et nous participerons à nouveau à cette manifestation en octobre 2009, cette fois avec des vidéos commentées. Des exemples de diaporamas conçus par les élèves devraient être mis en ligne début 2010 sur le site du collège de Tarascon-sur-Ariège (http://sabarthes.entmip.fr).

3.2 Enrichissement de la problématique

16Ce travail est chaque fois complété par une réflexion sur l’hominisation, grâce notamment  à l’atelier proposé par le musée de Tautavel. Nous entrons ainsi de façon concrète dans la logique de l’évolution darwinienne et de l’arbre phylogénétique. Familiariser nos élèves avec la théorie darwinienne est bien évidemment un de nos objectifs, et cela bien avant les manifestations du bicentenaire de la naissance de Darwin.

17Pour conclure à propos de notre utilisation de la primatologie, nous dirons qu’il apparaît que nous ne cherchons pas à transformer les élèves en primatologues : ce n’est pas l’objectif visé, même si la curiosité ainsi éveillée peut déboucher sur des vocations. Ce qui nous paraît intéressant, c’est que nous profitons d’une attirance fréquente des jeunes pour le monde animal  et pour les grands singes en particulier, à un moment sans doute où la crise d’identité liée à l’adolescence fait que certains se questionnent sur leur avenir d’être humain. De cette curiosité, alimentée et guidée par nos soins, nous débouchons sur trois aspects qui nous semblent essentiels dans les enjeux de l’éducation : l’engagement de consommateur citoyen pour défendre les forêts tropicales primaires et leurs occupants, la connaissance concrète de la théorie de l’évolution darwinienne, et la capacité à traduire ses connaissances et ses convictions en éléments de communication pour informer, expliquer et convaincre. Pour nous, la primatologie n’est donc pas une fin en soi mais un vecteur extraordinaire pour construire avec les élèves les comportements du citoyen de demain.

18Nous ne pouvons donc qu’encourager les professionnels de l’Education à nous suivre dans cette voie, même si le résultat est toujours en deçà de ce que nous espérions : les élèves ne sont pas tous motivés de la même façon, les emplois du temps ne permettent pas souvent d’obtenir des conditions de travail idéal et les subventions du Rectorat subissent parfois des éclipses ou des fluctuations qui risquent de décourager les équipes qui ne seraient pas suffisamment motivées.

19Dans le souci de renouveler nos approches, nous avons entamé une correspondance entre nos élèves ariégeois et des jeunes congolais, grâce à Peter Mbonzo, responsable de la sensibilisation au sanctuaire de bonobos de Lola ya bonobo, à Kinshasa, en RDC sur la base de la comparaison entre la forêt pyrénéenne et la forêt équatoriale, d’une part, et les problématiques de réintroduction des bonobos et des ours d’autre part.

Haut de page

Bibliographie

Institut Jane Goodall : http://www.janegoodall.fr/

Lola ya bonobo : http://www.lolayabonobo.org/

Loosing Tomorrow : Réalisateur : Patrick ROUXEL - Durée : 52minutes. 1 DVD.

Musée de Tautavel : http://www.tautavel.com/

Muséum de Toulouse : http://www.museum.toulouse.fr

Réserve africaine de Sigean : http://www.reserveafricainesigean.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Renault et Valérie Ribaute-Maunier, « La primatologie comme vecteur d’éducation à la citoyenneté », Revue de primatologie [En ligne], 1 | 2009, document 7, mis en ligne le 08 octobre 2009, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/352 ; DOI : https://doi.org/10.4000/primatologie.352

Haut de page

Auteurs

Patrick Renault

Collège du Sabarthès, 09400 Tarascon-sur-Ariège
Auteur pour la correspondance :
patrick.renault@ac-toulouse.fr

Valérie Ribaute-Maunier

Collège du Sabarthès, 09400 Tarascon-sur-Ariège

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search