Navigation – Plan du site
Revues de livres
11

Richard Wrangham. Catching fire. How cooking made us Human. Basic Books (Perseus Books Group)

New York (2009), 309 pages. ISBN 978-0465-01362-3.
Claude Marcel Hladik
Référence(s) :

Richard Wrangham. Catching fire. How cooking made us Human. Basic Books (Perseus Books Group), New York (2009), 309 pages. ISBN 978-0465-01362-3.

Texte intégral

1L’histoire de l’émergence de l’homme est remise en cause par cet ouvrage puisque jusqu’à présent la plupart des anthropologues et des paléontologues s’accordaient pour faire remonter à environ 500.000 ans les premières utilisations du feu pour la cuisson des aliments par le genre Homo. Les arguments présentés par Richard Wrangham dans son dernier ouvrage nous font remonter aux deux derniers millions d’années. Wrangham et ses collègues avaient publié, dès 1999, les résultats de fouilles au cours desquelles des charbons de bois, datant de 1,7 millions d’années, étaient présents sur des sites à Homo erectus. L’interprétation d’une maîtrise du feu très précoce fut alors remise en cause car la présence de traces de feu peut évidemment être le résultat du passage des incendies naturels. Dans son dernier ouvrage l’auteur présente une série de faits bien établis sur la nécessité d’obtenir un apport calorique suffisant que la réduction de la denture n’aurait pas permis. Il démontre que la cuisson des aliments permet d’obtenir, grâce à une meilleure utilisation digestive, une énergie beaucoup plus grande qu’à partir de crudités. En cassant les liaisons des molécules d’amidon des tubercules ou en gélifiant les fibres conjonctives des viandes, la chaleur permet une mastication plus facile et plus efficace d’aliments devenus facilement assimilables. Et cette observation constitue un argument-clé dans sa démonstration car la réduction de l’appareil masticateur (dents et maxillaire) observée chez les différentes espèces du genre Homo qui ont suivi H. erectus n’aurait pas permis de couvrir les besoins en énergie à partir des aliments crus disponibles dans leur environnement. D’autant moins que l’accroissement du volume de l’encéphale — un tissu gros consommateur d’énergie — qui accompagnait cette réduction de la mâchoire augmentait considérablement le métabolisme de base. L’argumentation s’appuie donc sur des données métaboliques. Toutefois la réduction du tractus digestif présentée comme un argument complémentaire à partir d’une interprétation d’Aiello (utilisant les données que j’ai moi-même publiées) ne correspond pas à l’appareil digestif de forme primitive décrit dans nos publications (cf. Hladik Primatologie 5, 421-466) qui permet d’expliquer la grande flexibilité des régimes alimentaires. Wrangham m’a récemment exprimé un éventuel accord sur ce point qui ne remet nullement en cause son argumentation à propos de la cuisson des aliments, nécessairement utilisée au cours des deux derniers millions d’années. Ainsi, avec une énorme mâchoire comparable à celle d’un chimpanzé, les pré-humains que Wrangham nomme ‘habilines’ (pour éviter de prendre position sur leur statut d’Homo habilis ou d’Australopithecus habilis) trouvaient un équilibre énergétique grâce à une mastication efficace de nourritures crues. Mais un appareil masticateur de plus faible taille ne peut fonctionner, d’un point de vue de l’équilibre énergétique, qu’avec des aliments ramollis par le feu. Wrangham cite des observations récentes de chimpanzés qui, après le passage d’un feu de brousse, vont collecter dans les cendres, pour les consommer, des graines de légumineuses qu’il serait quasi impossible de mâcher à l’état cru. Le goût amélioré de l’aliment cuit peut donc être (et fut donc nécessairement, implique Wrangham) découvert par Homo erectus. Les charbons de bois découverts sur de rares sites en Afrique correspondent à cette interprétation et situent l’évolution du genre humain dans une nouvelle perspective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Marcel Hladik, « Richard Wrangham. Catching fire. How cooking made us Human. Basic Books (Perseus Books Group) », Revue de primatologie [En ligne], 1 | 2009, document 11, mis en ligne le 14 juin 2013, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/457

Haut de page

Auteur

Claude Marcel Hladik

Eco-Anthropologie et Ethnobiologie Muséum National d'Histoire Naturelle. 4 avenue du Petit Château 91800 Brunoy (France).
cmhladik@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • OpenEdition Journals