Navigation – Plan du site

AccueilVolumes12Recension de livrePierre Le Neindre et Bertrand L. ...

Recension de livre

Pierre Le Neindre et Bertrand L. Deputte. Vivre parmi les animaux, mieux les comprendre. Editions QUAE

Versailles (2020), 186 pages, ISBN papier 978-2-7592-3193-5
Jacques Vauclair

Notes de la rédaction

Ce texte est un compte rendu critique (recension) du livre coécrit par Pierre Le Neindre et Bertrand L. Deputte.

Texte intégral

Pierre Le Neindre et Bertrand L. Deputte. Vivre parmi les animaux, mieux les comprendre. Editions QUAE. Versailles (2020), 186 pages, ISNB papier 978-2-7592-3193-5

1Ce livre est le fruit de la collaboration réussie entre deux éthologistes qui ont associé leurs connaissances sur la biologie et le comportement, des bovidés et des ovins (pour P. Le Neindre) et des chiens et des primates non humains (pour B. Deputte). Il en résulte un ouvrage original, véritable ode à l’observation du comportement des animaux domestiques qui vivent parmi nous ainsi qu’au respect de leur bien-être.

2L’ouvrage est organisé en cinq chapitres. Le premier aborde les fondements historiques et conceptuels de l’éthologie et plus particulièrement ceux en relation avec l’étude des animaux domestiques. Le deuxième chapitre traite des modalités sensorielles des animaux en insistant sur leur grande diversité et leurs spécialisations selon les espèces. Le chapitre 3 porte sur l’évaluation des capacités comportementales et cognitives des animaux, avec une partie ambitieuse sur la question de la conscience. Le quatrième est consacré à la question de l’adaptation des animaux à l’homme (on aurait envie de dire à la coadaptation entre l’homme et l’animal domestique). Le chapitre 5 envisage la question cruciale du bien-être des animaux.

3Un des principaux mérites du livre est d’apporter des informations scientifiques et originales à propos des comportements d’espèces animales que nous sommes amenés à côtoyer, qu’il s’agisse des animaux de compagnie (chiens, chats, par exemple) ou d’animaux dits « de rente » comme les bovidés ou les ovins. L’éthologie a consacré de larges efforts de recherche pour étudier les espèces sauvages, alors que la psychologie comparée s’est longtemps centrée sur l’investigation des animaux de laboratoire (pigeons, rats). Pour leur part, P. Le Neindre et B. Deputte prônent une approche qui valorise l’observation et la prise en compte de la complexité cognitive et émotionnelle des espèces concernées ainsi que les conséquences qui en résultent, c’est-à-dire la question du plaisir, de la douleur et de la conscience des animaux.

4Ainsi, cet ouvrage averti grâce aux découvertes de la biologie du comportement et de l’éthologie cognitive s’avère passionnant. Il est, de plus, abordable pour toutes les personnes intéressées par la zoologie, l’éthologie comme celles concernées par le bien-être des animaux d’élevage et des animaux domestiques en général.

5De plus, cet ouvrage bien documenté invite le lecteur à approfondir ses connaissances et ses réflexions en cherchant des compléments d’information. Par exemple, des données nouvelles concernent la comparaison entre les capacités cognitives et émotionnelles des animaux qui nous sont familiers. Dans une revue de question récente, Jardat et Lansade (2021) se sont intéressées aux espèces les plus étudiées - à savoir chiens et chats, chevaux bovins, chèvres, porcs et moutons ainsi que les furets - en retenant cinq capacités socio-cognitives dans leurs échanges avec les humains. Ces capacités concernent la reconnaissance individuelle des humains, la perception des émotions humaines, celle de nos états attentionnels, l’utilisation de la communication référentielle et l’engagement dans l'apprentissage social avec les humains. Comme évoqué dans l’ouvrage de P. Le Neindre et B. Deputte, leur revue de questions confirme que les moutons et les chevaux ont d’excellentes capacités de reconnaissance visuelle de leurs gardiens, y compris sur photographies.

6Par ailleurs, si les remarquables compétences olfactives et auditives des chevaux et des chiens sont connues, il est néanmoins surprenant d’observer qu’ils réagissent à la voix ou à l'odeur d'un être humain en fonction de la valence des interactions qu’ils ont préalablement expérimentée avec cette personne. Une compétence particulièrement intéressante d’un point de vue comparatif est celle de l’attention à autrui et de l’interprétation des gestes de pointage. Alors que les primates non humains sont réputés être relativement peu habiles dans le décodage des pointages produits par les humains (mais voir Bourjade, 2016), le nombre d’espèces animales testées pour cette capacité a considérablement augmenté au cours de 20 dernières années (Krause et al. 2018). Les compétences des chiens à comprendre le pointage humain sont solides et bien établies (références dans Jardat et Lansade, 2021). De plus, d’autres espèces domestiques manifestent une réaction adaptée au pointage. Ainsi, le cochon domestique est capable, dès l’âge de 7 semaines, d’utiliser différents indices produits par un expérimentateur (par exemple l’orientation de la tête) pour localiser un récipient appâté (Nawroth et al. 2014). S’agit-il d’un simple apprentissage associatif ou d’une véritable compréhension de la nature communicative des indices fournis par l’homme ? Cela reste évidemment encore à déterminer. Le cheval est lui aussi un bon décodeur des gestes de pointage (Lansade et al. 2021). Son attention à ce type de signaux de communication est, de plus, renforcée quand l’humain recourt à la PDA (parole dirigée vers l’animal). Ce type de parole qui ressemble au langage utilisé pour parler au bébé (« motherese ou « mamanais ») est, d’ailleurs, pratiqué spontanément au cours des contacts avec les animaux de compagnie. Lorsque l’expérimentateur indiquait l’emplacement d’une récompense avec son doigt, les chevaux auxquels on avait parlé avec la PDA ont trouvé la nourriture significativement plus souvent que guidés par le seul hasard (Lansade et al. 2021).

7En mettant en avant la priorité du bien-être animal, P. Le Neindre et B. Deputte recourent à des concepts complexes comme celui de conscience. Pour ces auteurs, la conscience animale désigne « l’expérience subjective, ou phénoménale, que l’animal a de son environnement, de son propre corps et/ou de ses propres connaissances » (Le Neindre et al. 2017). Cette définition globale pose problème quand on la compare à celle proposée par la psychologie cognitive ou par les neurosciences. A plusieurs reprises, dans l’ouvrage, les concepts de « souhait » et de « désir » sont évoqués pour rendre compte des expériences « subjectives » imputées aux animaux. Comme l’indique Dehaene (2010), il n’y a pas d’accord sur ce qui constitue un critère univoque de conscience. Cet auteur note que la psychologie cognitive étudie surtout la « conscience d’accès » rendue possible par plusieurs moyens disponibles pour l’exploiter (chez l’homme : rapport, évaluation, mémorisation, intention, contrôle, stratégies). Pour d’autres chercheurs comme Damasio (2021), la conscience ne serait possible que via la référence au soi. Aussi, le point de vue subjectif (le self) serait donc essentiel. Ce bref aperçu de la complexité du phénomène de conscience doit donc nous rendre prudents dans l’attribution d’une conscience animale.

8Cet ouvrage apporte des réponses passionnantes sur la vie des animaux et propose des ouvertures essentielles sur la question du bien-être animal dans les contextes scientifiques et sociétaux.

Haut de page

Bibliographie

Bourjade M. 2016. Le pointage controversé des singes : éléments empiriques chez le babouin olive (Papio anubis). Enfance 4: 375-404.

Damasio AR. 2021. Sentir et savoir : une nouvelle théorie de la conscience. Paris, Odile Jacob.

Dehaene S. 2010. Introduction à l’étude expérimentale de la conscience. Cours au Collège de France.

Jardat P, Lansade L. 2021. Cognition and the human–animal relationship: a review of the sociocognitive skills of domestic mammals toward humans. Animal Cognition 1-16.

Krause MA, Udell MAR, Leavens DA, Skopos L. 2018. Animal pointing: Changing trends and findings from 30 years of research. Journal of Comparative Psychology 132(3): 326-345.

Lansade L, Trösch M, Parias C, Blanchard A, Gorosurreta E, Calandreau L. 2021. Horses are sensitive to baby talk: Pet-directed speech facilitates communication with humans in a pointing task and during grooming. Animal Cognition 1-8.

Le Neindre P, Bernard E, Boissy A, et al. 2017. Animal Consciousness. EFSA Supporting Publications 14(4): EN-1196.

Nawroth C, Ebersbach M, von Borell E. 2014. Juvenile domestic pigs (Sus scrofa domestica) use human-given cues in an object choice task. Animal Cognition 17: 701-713.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Vauclair, « Pierre Le Neindre et Bertrand L. Deputte. Vivre parmi les animaux, mieux les comprendre. Editions QUAE », Revue de primatologie [En ligne], 12 | 2021, mis en ligne le 06 décembre 2021, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/9102 ; DOI : https://doi.org/10.4000/primatologie.9102

Haut de page

Auteur

Jacques Vauclair

Centre PsyCLE, Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence
Courriel : jacques.vauclair@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search