Navigation – Plan du site

AccueilVolumes12Recension de livrePierre Le Neindre et Bertrand L. ...

Recension de livre

Pierre Le Neindre et Bertrand L. Deputte. Vivre parmi les animaux, mieux les comprendre. Editions QUAE

Versailles (2020), 186 pages, ISBN papier 978-2-7592-3193-5
Marie-Line Maublanc

Notes de la rédaction

Ce texte est un compte rendu critique (recension) du livre coécrit par Pierre Le Neindre et Bertrand L. Deputte.

Notes de l’auteur

1Sondage IFOP pour la fondation 30 millions d’amis : https://www.politique-animaux.fr/fichiers/ifop-bea-30ma-2021.pdf

2L’Umwelt désigne le monde tel qu’il est vécu par une espèce ou un individu

3Un aspect pertinent de l’environnement d’un animal est tout ce avec quoi sa propre constitution lui permet d’interagir

Texte intégral

Pierre Le Neindre et Bertrand L. Deputte. Vivre parmi les animaux, mieux les comprendre. Editions QUAE. Versailles (2020), 186 pages, ISNB papier 978-2-7592-3193-5

1L’ouvrage, cosigné par deux éthologues renommés, propose de faire, pour le grand public, un état des connaissances scientifiques sur les comportements des animaux, notamment de ceux qui partagent notre vie : les animaux domestiques, avec lesquels nous avons développé des relations très diverses selon que nous les utilisons comme animaux de production, de travail ou de compagnie. Le livre est articulé en cinq chapitres.

2Le premier retrace les grandes lignes de l’histoire de l’éthologie, avant de préciser qu’il s’agit bien d’une science et non d’une accumulation de savoirs empiriques, de rappeler ce qu’est la méthode scientifique, de pointer les difficultés de son application à l’étude des comportements animaux, tout en insistant sur la nécessité de cette étude dans le cadre de l’élevage des espèces domestiques, issues de sélection artificielle et dont les conditions de vie leur sont imposées par les humains.

3Le second chapitre, qui s’intéresse aux capacités sensorielles des animaux, souligne d’abord la variété des niches écologiques qu’ils occupent, rappelle le mécanisme de la sélection naturelle supposé être à la base de cette diversité, puis montre la relation étroite entre capacités sensorielles et structures cérébrales, pour enfin aborder la variété interspécifique de ces capacités sensorielles, qui conduit chaque espèce à percevoir le monde à sa façon.

4Le troisième chapitre, après un long détour par les structures et les relations sociales, aborde la question de la cognition selon l’approche de l’éthologie cognitive, survole brièvement les relations entre hormones, puis structures nerveuses, et comportements, avant de postuler, tout en soulignant les difficultés méthodologiques de sa mise en évidence, l’existence d’états mentaux chez les animaux, produits par l’activité nerveuse de traitement des informations en provenance de l’environnement. Il aborde ensuite la question de la conscience, en rappelant d’abord l’importance de la prise en compte des niveaux de conscience, notamment en cas d’interventions chirurgicales ou d’abattage. Il s’intéresse ensuite aux contenus de la conscience, conçue comme la capacité réflexive à analyser sa propre expérience, et faisant intervenir les émotions et des facultés cognitives qui permettent la prise de décisions adaptées aux problèmes posés par l’environnement, voire la métacognition (aptitude d'un individu à évaluer ses propres capacités mentales). Il met en garde contre l’assimilation des fonctions des comportements (le rôle qu’ils jouent dans la survie de l’espèce) à des intentions de la part des animaux qui les expriment, soulignant ainsi la séparation entre « causes proximales » (à l’échelle de la vie de l’individu) et « causes ultimes » (fonctions, à l’échelle de l’évolution) des comportements.

5Le quatrième chapitre traite de la domestication et de ses deux facettes : la soumission des espèces concernées à des conditions de vie imposées par les humains, et leur modification par sélection artificielle, dont les objectifs (les traits recherchés), les étapes et les conséquences pour les animaux sont illustrés par des exemples.

6Le dernier chapitre aborde la question du traitement des animaux domestiques par les humains, en rappelant que le statut qu’on leur accorde est un choix sociétal, mais qu’il doit être éclairé par les connaissances scientifiques. Après avoir rappelé qu’il serait vain de chercher un sens moral ou un modèle à suivre chez d’autres espèces que la nôtre, il propose d’adopter une posture intermédiaire entre « l’humanisme » (anthropocentré), et « l’antispécisme » (déconnecté de la vie réelle), en prenant simplement en compte la capacité des animaux à ressentir physiquement et mentalement les situations qu’ils vivent. Des observations physiologiques, sanitaires, mais aussi comportementales sont indispensables pour évaluer la qualité de vie des animaux domestiques et tenter d’améliorer leur bien-être, préoccupation qui fait intervenir de nombreux acteurs de la société, notamment en ce qui concerne les animaux de production.

7En conclusion, les auteurs suggèrent des voies possibles d’amélioration des conditions de vie des animaux dont nous sommes directement responsables, recommandant avant tout de rester à leur écoute, malgré nos difficultés à les comprendre.

8Sur le fond, le sujet du livre est passionnant et on ne peut qu’approuver l’objectif d’informer le lecteur sur les connaissances qui permettent de mieux comprendre les animaux parmi lesquels nous vivons. Les recherches dans ce domaine se multiplient et fournissent des réponses utilisables par différentes parties prenantes, notamment sur la question du bien-être animal, qui préoccupe toujours plus de personnes. Par exemple, selon un récent sondage1, 85% des personnes interrogées se disent favorables à l’interdiction de l’élevage intensif et 84% trouvent inacceptable d’abattre des animaux sans étourdissement préalable, quelles que soient les circonstances. Les divers points de vue exprimés par les auteurs ont par ailleurs le mérite d’inciter à la réflexion, dans ce domaine sensible au point de déchainer les passions. En ce qui concerne la forme, on peut regretter son aspect fouillis, voire brouillon, qui rend sa lecture laborieuse malgré son langage clair. Par exemple, le rappel de l’opposition entre les conceptions fixiste et transformiste du vivant, et l’explication du rôle de la sélection naturelle dans l’évolution des organismes, semblent un peu parachutés au début du chapitre sur les capacités sensorielles des animaux. De même, une large première partie du chapitre sur les capacités cognitives traite, en fait, de structures et d’interactions sociales, puis de développement des jeunes.

9Pour revenir au fond, la conception selon laquelle les pressions de sélection sont les principales forces en jeu dans l'évolution des espèces est omniprésente dans l’ouvrage et systématiquement invoquée pour rendre compte des caractéristiques des espèces. Bien que ne constituant pas le cœur du sujet, cette omniprésence appelle quelques critiques. Autant les auteurs mettent en garde contre l’assimilation des fonctions des comportements à des intentions plus ou moins conscientes de la part des animaux, autant ils ne semblent pas éviter d’autres amalgames. Par exemple, l’adaptation individuelle (physiologique, comportementale, etc…) aux conditions immédiates de l’environnement ne semble pas très bien distinguée de l’adaptation des espèces (reproduction différentielle des phénotypes par sélection naturelle). De même, sélection naturelle et sélection artificielle sont amalgamées, alors que la sélection artificielle, contrairement à la sélection naturelle, est dirigée par un sélectionneur aux objectifs définis et ne portant que sur un (petit nombre de) caractère(s).

10Tenter de mieux comprendre les animaux parmi lesquels nous vivons constitue en revanche le cœur de l’ouvrage, et on peut souligner à ce sujet un autre parti-pris théorique, qui est la conception de la cognition selon l’approche de l’éthologie cognitive (Vauclair et Kreutzer 2004). Si la notion « d’Umwelt2 » introduite par Jakob von Uexküll (1956), est citée dans le chapitre sur les capacités sensorielles, l’environnement reste considéré comme source de problèmes à résoudre, les animaux devant analyser les informations objectives qu’ils en extraient, pour pouvoir survivre ou se reproduire. Cette conception d’un environnement source de problèmes à résoudre sous-estime tout d’abord le fait que les animaux vivent dans un environnement qui leur correspond a priori, en ce sens qu’il a permis à leurs géniteurs d’y vivre et de s’y reproduire. Il fait surtout l’impasse sur le fait qu’un animal n’est jamais confronté à une réalité indépendante de lui-même. Des expériences sur les émotions, citées par les auteurs, montrent sans équivoque que des moutons ou des porcs peuvent manifester des « biais cognitifs » (Destrez et al. 2013). L’existence de ces biais cognitifs, qu’ils soient sensori-moteurs (ex : illusions d’optique), attentionnels, mnésiques ou de jugement (comme celui mis en évidence chez les moutons et les porcs) indique que les mondes dans lesquels vivent les animaux – humains compris – ne sont pas des mondes objectifs dont les propriétés devraient faire l’objet de représentations fidèles, mais des mondes subjectifs et dépendants d’expériences individuelles propres. Plutôt que d’être conçue comme un processus de traitement d’informations provenant de l’environnement, la perception peut être considérée comme un processus de rééquilibrages qu’effectue le système nerveux au cours des interactions sensori-motrices que l’animal a avec cet environnement. Selon cette conception, c’est ce processus de rééquilibrages qui fait surgir un monde pour l’animal, c’est-à-dire un environnement signifiant à l'émergence duquel il a lui-même contribué, à partir de sa constitution physiologique, de sa personnalité, de sa compétence et de son histoire, qui est faite de ses interactions antérieures avec cet environnement. Cette conception a été proposée par Humberto Maturana et Francisco Varela (1994) dans leur approche de la cognition baptisée « énaction », d’après le terme anglais to enact (« mettre en actes »). Pour ces auteurs, c’est ce « couplage structurel », à savoir les relations sensori-motrices récurrentes entre un animal et les aspects pertinents3 de son environnement, qui lui permet de faire émerger son monde propre, selon son espèce, mais aussi selon son histoire individuelle. Selon Francisco Varela, « La cognition est le "faire-émerger" d’un monde par le biais d’une histoire viable de couplage structurel ». C’est pourquoi cet auteur affirmait que « De ce fait, ce que nous disons à propos du monde en dit au moins autant sur nous-mêmes que sur le monde ». La seule condition à laquelle nul animal ne peut déroger est celle de viabilité, qui implique une concordance, une compatibilité entre son monde propre et ce qui constitue son environnement.

11Comme le soulignait Thomas Nagel (1974), nous ne saurons donc jamais « ce que ça fait d’être une chauve-souris ». Mais si nous pouvons vivre dans un environnement en n’en percevant que des bribes qui nous sont propres et en ne pouvant y agir que de façon très limitée (ce qui est manifestement le cas) nous pouvons aussi interagir avec d’autres espèces sans partager le même monde, de la même façon que les prédateurs parviennent à capturer leurs proies, ou que celles-ci parviennent à leur échapper, de la même façon que des chevreuils associent le cri d’un geai à un danger potentiel, ou que les oiseaux marins associent les bateaux de pêche aux bancs de poissons, et que les pêcheurs associent les vols d’oiseaux marins à ces mêmes bancs de poissons.

12On ne peut qu’être d’accord avec les auteurs pour considérer que tout ce que nous avons en commun avec les animaux munis d’un système nerveux central (émotions, sensibilité, monde subjectif) doit nous conduire à œuvrer pour le bien-être de ceux que nous utilisons à des fins qui leur échappent, sans qu’il soit besoin pour cela de leur reconnaitre des capacités cognitives similaires aux nôtres. On peut, à ce sujet, émettre une dernière réserve sur l’affirmation de l’existence, chez plusieurs espèces, d’une conscience définie comme une réflexivité de l’individu sur lui-même et sur ce qu’il fait, d’où découleraient des capacités de « métacognition » ou de « théorie de l’esprit » (aptitude à attribuer des états mentaux à soi et aux autres). Ces aptitudes nécessitent une capacité à se décentrer pour pouvoir adopter le point de vue d’un autre et leur présence chez les animaux est encore très controversée. Elske van der Vaart et Charlotte Hemelrijk (2014) soulignent à juste titre qu’aucune étude n’a encore apporté la preuve irréfutable que les animaux qui réussissent les tests censés montrer leur capacité à attribuer des états mentaux (à eux-mêmes ou à d’autres) aient fait autre chose qu’appliquer des règles comportementales. Comme le font remarquer Jean Michel Le Bot et collaborateurs (2012), « à trop vouloir affirmer, en dépit de différences bien réelles, que les capacités et les performances de l’animal sont identiques à celles de l’homme, on risque de ne pas prêter suffisamment attention à la spécificité de ces performances et à ne pas rendre à l’animal ce qui lui est dû. »

13Au final, l’ouvrage de Pierre Le Neindre et Bertrand Deputte est bien sûr critiquable, mais la nécessité éthique de prendre en considération les études, notamment éthologiques, attestant du caractère sensible des êtres vivants que nous utilisons, y compris comme animaux de compagnie, n’est plus discutable. Peu importent ensuite leurs capacités cognitives ou leur amoralité, la maitrise que nous avons, tant sur leur biologie (anatomie, physiologie, reproduction…) que sur leurs conditions de vie, doit nous conduire, nous qui ne sommes pas amoraux, à intégrer ces connaissances dans une révision, en leur faveur, des conditions de vie que nous leur offrons, et de nos relations avec eux.

Haut de page

Bibliographie

Destrez A, Deiss V, Lévy F, Calandreau L, Lee C, Chaillou-Sagon E, Boissy A. 2013. Chronic stress induces pessimistic-like judgment and learning deficits in sheep. Applied Animal Behaviour Science 148(1-2): 28-36.

Le Bot JM, de Guibert C, Beaud L, Gaborieau P. 2012. Anthropologie clinique et langage animal. Études rurales 189: 75-90.

Maturana HR, Varela FJ. 1994. L'arbre de la connaissance. Addison Wesley France.

Nagel T. 1974. What is it like to be a bat? The philosophical review 83: 435-450.

Van der Vaart E, Hemelrijk CK. 2014. ‘Theory of mind’ in animals: ways to make progress. Synthese 191(3): 335-354.

Vauclair J, Kreutzer M. 2004. L’éthologie cognitive. Ophris Eds. Open Edition Books.

Von Uexküll J. 1956. Mondes animaux et monde humain. Suivi de La théorie de la signification. Paris : Denoël.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Line Maublanc, « Pierre Le Neindre et Bertrand L. Deputte. Vivre parmi les animaux, mieux les comprendre. Editions QUAE », Revue de primatologie [En ligne], 12 | 2021, mis en ligne le 08 décembre 2021, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/9247 ; DOI : https://doi.org/10.4000/primatologie.9247

Haut de page

Auteur

Marie-Line Maublanc

CEFS (Comportement et Ecologie de la Faune Sauvage)
U.R. I.N.R.A. 0035
24, Chemin de Borde Rouge, Auzeville, CS 52627
31326 Castanet-Tolosan Cedex, France
Courriel : marie-line.maublanc@inra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search