Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Interview de Luc Hennart, Préside...

Interview de Luc Hennart, Président du Tribunal de première instance francophone de Bruxelles

Propos recueillis en décembre 2016 par F. Daury, E. Nachtergaele et A. Piraux
p. 265-278

Texte intégral

Que pensez-vous des rapports actuels entre l’exécutif et le pouvoir judiciaire, en particulier dans le cadre des réformes préconisées ?

Le débat se situe au-delà de l’Exécutif car fondamentalement et de plus en plus, le législateur se trouve pieds et mains liés aux options prises par le gouvernement. Plus que jamais, nos parlementaires sont transformés en presse-bouton. Que les députés de la majorité soient appelés à la discipline au niveau du vote, ce n’est pas forcément une mauvaise chose mais ce que je trouve absolument fascinant, c’est le comportement de l’opposition. Dans des réformes aussi fondamentales que celles qui sont en cours, l’opposition reste soit muette, soit, ce qui est pire, se montre consentante. Voyez, par exemple le vote récent à propos des perquisitions de nuit où les députés ont tous, sous réserve du PTB qui, diront certains, gère le ministère de la parole et ce n’est pas fatigant, voté pour. C’est quand même impressionnant face à une atteinte majeure à nos libertés constitutionnelles. Nos parlementaires ont peur de l’opinion publique et la tendance de celle-ci est, pour le moment, très orientée vers le « sécuritaire ».

Il est clair que les fondamentaux de la séparation des pouvoirs sont en train de s’effondrer. Le gouvernement est très puissant, la Chambre s’est transformée en club d’entérinement et nous, le pouvoir judiciaire, notre rôle est évidemment de veiller au respect des lois telles que votées. C’est très paradoxal d’entendre la critique, exprimée sous la forme d’une rengaine, que les juges interprètent les lois au gré de leurs opinions personnelles. Quand c’est le cas, c’est une forme, dit mon ami Bart (De Wever), de gouvernement des juges. Ce qu’il oublie, c’est qu’un texte clair ne s’interprète pas. C’est à partir du moment où il ne l’est pas que le juge peut l’interpréter, ce qui est son rôle. Un exemple prosaïque : la loi définit la nuit, en matière pénale notamment. Il n’y pas d’interprétation possible. Ou encore, la loi prévoit un délai de 24 heures dans lequel le juge d’instruction doit décerner, s’il le décide, un mandat d’arrêt. C’est clair, précis et n’offre pas d’espace à l’interprétation. Je suis de ceux qui pensent qu’il n’y a pas de meilleur juge que celui qui peut appliquer la loi telle qu’elle est sans y apporter, au travers de l’interprétation, une touche personnelle à celle-ci. Mais, ces dernières années, à travers des positions politiques qui m’ont toujours troublé, c’est la tendance à « toujours plus au juge » : le juge arbitrera, il fera en sorte de dégager la meilleure solution par rapport à un problème déterminé. C’est le début du dérapage. Je crois, tant sur le plan de la forme que du fond, qu’il appartient au législateur de placer les balises de manière précise.

La séparation des pouvoirs et les risques liés au gouvernement des juges ont été abondamment examinés par les philosophes du siècle des Lumières.

A partir du moment où les principes qui ont été mis en place par tous ces penseurs ne sont plus respectés, c’est l’aventure qui se profile. Je pense souvent à Montesquieu qui disait que, si on ne respecte pas les formes, on finit très vite par ne plus respecter le fond. Dans le climat actuel, l’exécutif est en train de supprimer allègrement tout ce qui constitue le cadre des règles de forme. Le temps de garde à vue non respecté, un mandat non signé, l’absence de motivations dans des mesures particulières de recherche sont des cas de nullités dont le Parlement envisage la suppression au motif que le juge appréciera. L’arbitraire et donc l’injustice seront au rendez-vous.

Un juge est nommé à vie et est inamovible, c’est ce qui garantit son indépendance. Il doit cependant aussi être canalisé sans quoi on risque d’être confronté à des situations très problématiques tant elles apparaîtront arbitraires. Notre ministre de la justice qui, tout le monde le sait, est atteint d’une « réformite » aigüe, se demande souvent pourquoi je me plains de ses initiatives.

Pourquoi, me demande-t-il, êtes-vous fâché à l’idée qu’on supprime la collégialité dans le traitement de certaines affaires puisque la loi vous permet, en qualité de président, d’attribuer la cause à une chambre collégiale si « la complexité ou l’intérêt de celle-ci ou des circonstances spécifiques et objectives le requièrent ». Précisément parce que ça correspond au gouvernement des juges. En effet, sur la base de quoi vais-je décider de confier une affaire à une chambre collégiale ou à un juge unique ? On aura tôt fait de mettre en cause ce choix, et à raison, puisque la justification n’en est pas vraiment une.

Un bon juge est celui qui, à l’instar de tout citoyen, s’inscrit, en tant qu’être humain, dans la société à laquelle il appartient. Rien de plus évident et de plus normal.

Il y a cette idée, radicalement aberrante, que le juge n’a pas d’opinion politique. Bien sûr qu’il a des opinions politiques et d’autres, qu’elles soient philosophiques, éthiques… Arrêtons une fois pour toute de considérer que parler politique c’est ipso facto évoquer le méprisable.

Le Constituant de 1830 s’est montré très sensible à l’opinion politique des juges et a, pour en édulcorer les effets, mis en place la collégialité. Cette conscience était tellement forte qu’il a établi le principe des chambres collégiales composées de 5 juges ! C’était une bonne manière de « dissoudre » toutes les opinions notamment politiques dans le creuset de la délibération. D’expérience, je puis dire que, au pénal mais aussi au civil, peu importe, les discussions que j’ai pu avoir, lors de délibérations, avec des collègues ayant des opinions radicalement différentes des miennes nous ont permis d’aboutir à une décision équilibrée. Le processus de la délibération permet de définir les fondements de la décision du tribunal ou de la cour et les opinions de chaque intervenant passent de la sorte au second plan. Cette réponse intelligente est aussi mise de côté puisque, réforme après réforme, quasi toutes les affaires sont désormais traitées à juge unique.

La décision du juge sera la vérité judiciaire qui n’a rien à voir avec la vérité absolue qui n’existe pas. C’est cette vérité judiciaire qui doit en principe rétablir la paix civile. Le juge ne décide pas par voie de dispositions générales. Il décide uniquement dans un cas particulier. Cette décision doit, dans le cas d’espèce traité, être appliquée quoiqu’on en pense et qui que l’on soit. Il n’est pas acceptable qu’il en soit autrement même si on se nomme Théo Francken qui, pour écarter ce principe, s’en prend au juge en le traitant d’activiste.

Au sujet de l’indépendance du parquet par rapport à l’exécutif, va-t-on vers un renforcement du pouvoir du Ministère public ?

Le parquet n’est par définition pas indépendant. On va me reprendre à ce propos en citant l’article 151 de la Constitution qui établit cette prétendue indépendance. Mais, on l’oublie trop souvent, ledit article précise : « sans préjudice du droit du ministre compétent d'ordonner des poursuites et d'arrêter des directives contraignantes de politique criminelle, y compris en matière de politique de recherche et de poursuite ». Fondamentalement, on n’a pas osé rappeler, à l’occasion de la révision de cet article, que le parquet est en réalité le « bras armé », ou plus modérément, le représentant de l’exécutif auprès des juridictions. Indépendance disiez-vous !

Notre ministre de la justice se demande pourquoi tant d’inquiétude par rapport à l’extension des pouvoirs du parquet puisque, notamment pour les perquisitions, le juge pourra décider, s’il estime opportun, de s’auto- saisir de l’affaire qu’il traite dans le cadre d’une mini instruction.

De nouveau, si on y réfléchit un peu, il ne s’agit de rien d’autre qu’un nouvel exemple du gouvernement des juges !

Ceci dit, une telle extension des compétences du parquet ne peut se concevoir sans une augmentation significative des moyens humains et matériels, mis à disposition de celui-ci, sans quoi il n’y arrivera pas. Le parquet traite déjà beaucoup de dossiers et quel est le résultat ? 60 % de classements sans suite et dans les dossiers qui arrivent à l’audience, il y a un nombre non négligeable de requalifications voire d’acquittements, résultat de dossiers mal gérés en amont en raison notamment de ce manque de moyens. C’est vrai que la partie des dossiers traités par un juge d’instruction est une petite partie de ceux traités, en matière pénale, par le parquet.

Cela étant, il s’agit des dossiers les plus complexes et les plus chronophages. A tout bien considérer, cette prétendue petite partie constitue une importante masse de travail. Si demain le parquet doit gérer les dossiers qui sont actuellement à l’instruction, c’est, pour lui, la noyade assurée.

Sur l’autonomie de gestion du parquet et des tribunaux via une enveloppe budgétaire fermée, que peut-on observer à ce stade ?

Se débarrasser de tous les problèmes liés au fonctionnement du service public de la justice, tel est l’objectif, à mon sens le seul, de l’autonomie de gestion. Cette autonomie de gestion va nous conduire, d’une manière ou d’une autre, au gouvernement des juges, ce qui va terriblement nous fragiliser. Je pense que c’est une manière d’accélérer la mise à mal du pouvoir judiciaire. On finira par le faire disparaître, en tant que troisième pouvoir. Sauf à considérer que nous sommes dirigés par des incompétents, ce que je ne pense pas, il y va d’un projet délibéré.

Au sein de la magistrature, beaucoup de collègues ont fort soutenu l’idée de l’autonomie de gestion mais personnellement j’ai toujours estimé que c’était une erreur. Je crois que c’est la mission du Parlement et de l’Exécutif de nous fournir les moyens de fonctionner. Les cordons de la bourse sont tenus par l’Exécutif mais si ces cordons ne sont pas déliés à suffisance, le pouvoir judiciaire peut le constater et à tout le moins en faire le reproche. Ce qui est pervers, dans la situation actuelle, c’est de vouloir mettre en place une autonomie de gestion pour laquelle nous n’aurons pas les moyens de l’assumer.

Complémentairement, alors que jamais nous ne disposerons, d’une part, des fonds requis pour débuter cette gestion dans de bonnes conditions et, d’autre part, des moyens nécessaires pour gérer les fonds reçus et en obtenir de nouveaux, ne risque-t-on pas très vite de nous reprocher notre mode de gestion ? A cela s’ajoute un phénomène préoccupant, à savoir une justice extrêmement différente en fonction des endroits du territoire national. Que ce soit au nord du pays, au sud ou à Bruxelles, nous sommes déjà confrontés aux premiers indices de cette évolution.

Chaque juridiction va faire une évaluation, d’une part, de ses besoins en personnel, juges, greffiers, autres membres du greffe, et d’autre part, des moyens matériels divers.

Chacune d’elle devra se dépatouiller avec l’enveloppe qui lui sera accordée pour s’organiser. L’une optera pour une informatisation renforcée, plutôt que pour une augmentation du personnel. L’autre fera le choix de la collégialité alors que son voisin en fera un autre. Chacune tentera d’obtenir les moyens requis pour la réalisation de ses objectifs. Le caractère pertinent ou non de ceux-ci devra être abordé et cela ouvrira la porte à des discussions sans fin et souvent stériles. N’est-ce pas finalement un choix à propos du type de justice que l’on veut ? Chaque juridiction aura son modèle et tentera de le défendre avec assurément de bons arguments. Je crains le règne de la débrouille et du comportement mercenaire, à la puissance 4. En d’autres mots… un fameux capharnaüm judiciaire.

Il n’y a pas de bonne justice strictement comptable. Les interactions intelligentes entre les trois pouvoirs sont essentielles. Le service public justice est de la responsabilité des trois pouvoirs. Ceux-ci doivent travailler de concert, même si, c’est évident, le rôle de chacun d’eux doit être bien défini. Il est stupide et certainement illusoire de penser que nous serons capables de mieux faire que les autres. Faut-il tout gérer soi-même alors que, par ailleurs, c’est une spécialisation des services qui est préconisée ?

Je suis persuadé qu’il y a, au sein du SPF justice actuel comme dans d’autres services publics, des fonctionnaires de grande qualité qui, depuis des années, ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour permettre la réalisation d’un objectif commun.

Le démantèlement de ces services par des réductions drastiques et aveugles du personnel et des moyens matériels a été tel qu’ils sont devenus, bien malgré eux, incapables de répondre aux attentes légitimes du pouvoir judiciaire.

Celui-ci, trop souvent aveugle, face à cette situation, s’est engouffré, dans l’autonomie de gestion qui n’est, j’en suis persuadé, qu’un piège dès lors qu’elle conduira à la parcellisation du pouvoir judiciaire et donc, comme je l’ai déjà dit, à sa disparition.

Risque-t-on une mise en concurrence des institutions qui composent le pouvoir judiciaire ?

Au travers de la parcellisation, nous deviendrons concurrents. Les présidents des tribunaux de première instance ne participeront plus à une œuvre collective de justice. Chacun gèrera « sa boutique » et fera en sorte qu’elle soit la plus performante, en tout cas de donner l’impression qu’elle l’est.

L’exemple de la Cour d’assises est révélateur de ce qui se profile. A Anvers, Bruxelles, Liège, Mons et Gand, ce n’est plus de la même manière que la gestion des affaires destinées, en règle, à la Cour d’assises est appréhendée. On se trouve face à une insécurité juridique totale qui pervertira toute l’institution judiciaire et la fera mourir.

Je défendrai bec et ongles l’idée que, même avec toutes ses imperfections, les investissements doivent être envisagés de manière globale et tendre à l’uniformisation des procédés. Est-il sérieux de ne pas envoyer les jugements par la voie électronique ? La réponse est évidemment non. Le tribunal de première instance francophone de Bruxelles est le seul à avoir généralisé cette pratique.

Nous avons l’obligation légale, au civil en tout cas, d’envoyer une copie libre des décisions aux parties et à leurs avocats. J’ai décidé qu’en matière pénale, la teneur des décisions rendues par les juridictions de fond serait communiquée de la même manière aux avocats. La modestie des ambitions doit être de rigueur. Les projets doivent être soumis à l’épreuve de feu au sein de juridictions pilotes d’une grandeur significative. Si l’exercice est concluant, le processus finalisé peut aisément être généralisé. La numérisation des dossiers en matière pénale a été initiée sur Bruxelles. Le tribunal de première instance du Luxembourg a récemment été désigné pilote en la matière. On croit rêver ! Quelle perte de temps. De plus, sans être méprisant, le biplace luxueux bourgeois ne peut être comparé avec l’airbus A380 bruxellois. Ce que je veux dire par là, c’est que, dans l’objectif commun, il faut trouver une juste place pour les spécificités des juridictions sans quoi on va dans le mur.

Je pense qu’intégrer ces différents aspects peut permettre une bonne gestion globale de la problématique analysée et donc de sauvegarder la qualité. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. L’état de décrépitude de la justice auquel nous sommes confrontés atteint des sommets jamais vus. Jamais. J’affirme, une fois encore, que c’est le résultat d’une démarche délibérée.

La régionalisation de la justice est-elle une solution pour améliorer son fonctionnement ?

Je suis acquis à l’idée de la régionalisation parce que nous vivons dans des mondes qui ne sont plus les mêmes. Tous les indicateurs vont dans le sens d’une différenciation. Quand je discute avec les collègues flamands, wallons et germanophones, je suis fasciné par les différences d’approche. Dans toute une série de domaines, l’urbanisme, l’environnement, les législations sont différentes. Cessons de rêver à une unité nationale. Fondamentalement, ce qui doit être sauvé, c’est ce que fait le juge dans un Etat de droit. Il apporte, à traversses décisions, la paix civile, que l’affaire soit importante ou non. Un juge de paix intervient parce qu’il y a une branche qui dépasse du mur du voisin et ordonne de la couper ou non. Affaire banale certes, mais cette intervention tierce, par un juge de paix, institution reconnue et respectée, évitera peut-être que les voisins ne s’entretuent.

Pourquoi la Cour des comptes, la Cour constitutionnelle, le CSJ, ces institutions certes plus simples relèvent du Parlement alors que la Justice dépend d’un Ministre ?

Des institutions comme la Cour des comptes, le CSJ ou la Cour constitutionnelle ne se gèrent pas de la même manière. Leur composition est politique, ce qui n’a rien de négatif ou de péjoratif. Il en est de même pour le Conseil d’Etat. Il faut se méfier de l’amalgame entre ce type d’institutions et l’institution judiciaire. Le juge du judiciaire est indépendant. Cette indépendance lui est conférée à titre individuel. C’est ce qui le caractérise de manière essentielle. En ma qualité de président de tribunal, je commettrais une faute grave si d’aventure, il me venait à l’idée d’interroger un de mes collègues sur ce qu’il a l’intention de décider. Je n’ai pas d’ordre à lui donner et il n’a pas de comptes à me rendre.

Le CSJ est issu des remous engendrés par l’affaire Dutroux. L’idée à la base de sa création était qu’il fallait absolument dépolitiser la magistrature. Au risque de fâcher certains, regardons la composition du CSJ. Vous avez 44 membres, la moitié issue de la société civile et l’autre moitié de la magistrature. Celle-ci est élue par, les magistrats du siège et les officiers du ministère public. Quelle curieuse manière de concevoir la prétendue dépolitisation alors que l’on sait pertinemment bien que la magistrature a une couleur politique dominante évidente. C’est par ailleurs le sénat qui présente les membres de la société civile, sur la base de l’appartenance politique de ceux-ci, selon la clé de répartition bien connue, appelée « clé D’Hondt ». Cette politisation se marque en réalité toujours plus fort et se polarise même en raison de la présence de membres proposés par la N-VA.

Comment se positionner par rapport à la justice privée et la justice publique, les différences de traitement entre ceux qui ont les moyens de se défendre et d’autres qui ne les ont pas ?

Tant pour le recours à l’arbitrage qu’à la médiation, la réflexion doit porter sur le motif qui conduit à se tourner vers ces modes alternatifs de règlement des conflits. On recourt à l’arbitrage parce que soit, les parties se considèrent être entre gens biens et les gens biens règlent leurs problèmes entre eux, même si cela coûte très cher, soit, elles estiment que la justice est trop lente. Si demain, il devient possible d’obtenir, en justice, une réponse rapide et de qualité, je suis convaincu qu’il sera moins recouru à l’arbitrage et à la médiation qui ne sont qu’une privatisation de la justice et donc une justice de riches.

Il y a aussi le recours à la transaction, en matière pénale notamment, dans les dossiers financiers, Je n’ai rien contre le fait que l’on puisse aussi emprunter cette voie, pour autant que ce ne soit une manière de compenser le déficit intégral de la réponse d’un système judiciaire devenu incapable de fournir celle que mérite le justiciable : une décision motivée d’un juge dans un délai raisonnable. La transaction pénale ne doit pas être rejetée a priori mais une transaction digne de ce nom doit être le résultat d’un processus sérieux. Celui-ci prend aussi du temps puisque le parquet, qui propose une telle transaction, doit étudier le dossier et examiner la nature des enjeux. C’est une démarche longue et si, à l’estime du parquet, une transaction peut être proposée, certes le passage devant un juge sera évité mais, en réalité, on n’aura pas gagné énormément de temps. C’est à mes yeux un pis-aller, trop souvent un moyen de sauver les meubles. Somme toute un semblant de justice.

Pour moi, l’usage fait aujourd’hui de la transaction, notamment en matière financière, atteste en réalité de la faillite du système et est malsain. Je suis convaincu que si le déroulement du processus judiciaire ordinaire, à savoir le passage devant un juge, retrouve un rythme normal, le recours à la transaction disparaîtra comme neige au soleil.

L’usage de la procédure accélérée, démontre combien le rôle du juge dans la société est essentiel. Une décision est prise de manière rapide tout en demeurant qualitative. L’intervention d’un juge vaut toujours mieux que le façadisme en cours qui ressemble à la justice, sent un peu la justice, mais n’est pas tout à fait la justice.

Dès qu’on compte le temps consacré à un dossier est compté, on se situe dans une standardisation bureaucratique anonyme, on est dans du formatage temporel, que pensez-vous de cette évaluation du temps ?

Je n’ai pas de souci avec la recherche de modes de fonctionnement plus « performants ». D’autres pays, notamment l’Allemagne, ont investi de très très gros moyens dans une quantification objective de la charge de travail. Ils ont défini des groupes d’affaires de façon assez précise et ont déterminé le temps nécessaire au traitement de chaque type de dossiers par un juge. Une affaire de « construction » prend, disons, 1153 minutes pour être traitée. Il est considéré que le juge travaille tant de minutes par an. Le calcul est vite fait. Le système étant globalement informatisé, c’est ce dernier qui calcule, en temps réel, celui qui a déjà concrètement été consacré à l’affaire et du crédit « temps » pour la finaliser. Lorsque tel type d’affaires est introduit devant une juridiction, le système la confie à un des juges qui traite habituellement ce type d’affaires et qui dispose d’un solde de temps de prestations suffisant.

Le Portugal connaît le même système. Ce n’est donc pas le président de la juridiction qui attribue les affaires aux juges, c’est la « machine ». L’explication de ce choix est pour partie historique. Ces pays ont connu la dictature et ils font moins confiance à l’homme qu’à la machine, être désincarné.

En Allemagne, le temps nécessaire au traitement de tel ou tel type d’affaires est réévalué à échéances régulières. Le but affiché de ce mode de fonctionnement est de pouvoir déterminer le nombre de juges, équivalents temps plein, qui sont requis pour absorber les dossiers entrants et de pouvoir solliciter un renfort si nécessaire. Ce qui est complètement loufoque c’est que lorsqu’une telle demande est formulée la réponse est toujours la même : il n’y a pas de moyens disponibles. Tiens, tiens, tout ça pour ça ! Cette manière de faire a de surcroît des effets pervers.

Un collègue allemand m’expliquait que, aujourd’hui, la préoccupation des juges est de respecter le temps imparti. Lorsqu’il apparaît que ce temps n’a pas été totalement utilisé et que le président invite le collègue à dédier ce qui reste de temps à une autre affaire, il est souvent confronté à un refus… le « contrat » ayant été rempli.

A l’inverse, si le temps est dépassé, les clignotants passent au rouge et le juge se fait interpeller. S’ensuivent des explications qui dans la grande majorité des cas sont pertinentes… Quel sens cela a-t-il ?

De manière générale, le temps deviendra la clef de voûte du système. Je dis souvent qu’un juge qui rend ses décisions, brillantes ou idiotes, charpentées ou bâclées, dans les temps, se met à l’abri des problèmes. N’est-ce pas la démonstration de l’absurdité du système ?

L’abandon du qualitatif, au motif que celui-ci n’est pas évaluable a, pour moi, signé l’arrêt de mort de la fonction de juger.

Il ne faut pas être un génie pour déterminer le nombre moyen de décisions qu’un juge, « normalement prudent et diligent », peut rendre par année judiciaire. Un contrôle marginal permet bien souvent d’opérer les recadrages nécessaires.

Cette volonté de tout évaluer, en ce compris, l’intérêt à traiter certains types d’affaires nous vient, pour partie, de l’approche anglo-saxonne en matière de soins de santé dans lequel on évalue l’intérêt à financer tel ou tel type d’intervention sur le plan médical. Ainsi, une dame de 85 ans qui devrait se faire opérer de la hanche peut se voir refuser cette intervention au motif que, après évaluation du coût-bénéfice, le temps qui lui reste à vivre ne justifie plus l’investissement !

C’est exactement le même schéma qui se met en place dans la gestion du contentieux judiciaire. Après évaluation, des affaires ne seront tout simplement plus traitées parce que trop onéreuses ou considérées comme étant sans intérêt. De plus, si l’enveloppe budgétaire est épuisée et qu’il reste des affaires « en stock », elles ne seront pas traitées et tant pis !

A tout cela s’ajoute encore tous les procédés, notamment l’augmentation importante des coûts, mis en place pour décourager le citoyen d’emprunter la voie judiciaire. Le risque est grand de voir les citoyens se rendre justice à eux-mêmes.

Quel retour en arrière !

Je ne suis ni pessimiste, ni optimiste, simplement lucide.

La magistrature, et c’est un bonheur, est composée de personnalités très diverses. Des vaillants, des malades, des vieux, des jeunes, et c’est très bien comme cela, simplement des êtres humains avec leurs qualités et leurs défauts au service de leur communauté.

Ma conviction est que nous allons vers une déflagration.

S’il est vrai, comme le disait Winston Churchill, que « dans chaque difficulté il y a une opportunité de réussir », je pense que l’on ne pourra pas éviter cette porte étroite. Il y aura du sang et des larmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Interview de Luc Hennart, Président du Tribunal de première instance francophone de Bruxelles »Pyramides, 29 | 2017, 265-278.

Référence électronique

« Interview de Luc Hennart, Président du Tribunal de première instance francophone de Bruxelles »Pyramides [En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pyramides/1335

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Etudes et de Recherches en Administration Publique
  • Logo Université libre de Bruxelles
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search