Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30bisLES ENJEUX INSTITUTIONNELS ET ADM...

LES ENJEUX INSTITUTIONNELS ET ADMINISTRATIFS DE LA FONDATION KANAL

Une interview réalisée par Marie GORANSSON1
Yves Goldstein, Jean-François Leconte et Baptiste Delhauteur
p. 233-247

Résumé

La création d’un grand musée d’art moderne et d’art contemporain porté par la Fondation Kanal soulève de nombreuses questions. Comment un musée naît-il ? Comment naît-il dans une Capitale qui n’a pas connu pareille initiative depuis plus d’un siècle ? Comment se forme-t-il en dépit du fait (ou peut-être par réaction au fait) que la Belgique est un pays où l’investissement des autorités publiques dans un projet d’une telle ampleur, voué à appartenir aux deux communautés, n’était plus imaginable il y a à peine dix ans ? Quels sont les enjeux d’une telle structure et surtout quels enseignements peut-on tirer des choix posés par les autorités sur sa forme, sa gouvernance et sa structuration progressive en un mastodonte nouveau de la culture ? Enfin, quelle est sa place dans le paysage culturel belge que d’aucun lui reprochent déjà d’encombrer ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 M. GORANSSON, Professeur assistant à l’Université Libre de Bruxelles.

1Yves Golstein, Administrateur chargé de mission, Jean-François Leconte, Secrétaire général et Baptiste Delhauteur, Responsable administratif et financier de la Fondation Kanal témoignent et répondent à ces différents questionnements.

I. Comment ce projet est-il né ?

Créée en septembre 2017 par la Région de Bruxelles-Capitale, la Fondation KANAL a pour double objet social d’une part la construction d’un « musée / ville culturelle » en conversion de l’ancien site du Garage Citroën de la place de l’Yser ; et d’autre part en particulier la création d’un musée d’art moderne et contemporain de dimension internationale.

  • 2 Le Centre International pour la Ville et l’Architecture, fondé en 2000 abrite les collections et ar (...)

Les espaces ainsi transformés uniront diverses fonctions à vocation culturelle et patrimoniale. Au-delà du musée d’art moderne et contemporain, y seront rassemblés la Fondation CIVA2 et ses collections d’architecture ainsi que de nombreux espaces publics à destinations multiples, notamment des scènes pour le spectacle vivant.

Le projet est d’abord né d’un constat paradoxal et désolant: ville parmi les plus créative d’Europe, Bruxelles ne dispose pas d’un musée consacré à la création contemporaine. Ce projet a aussi été inspiré par un lieu. L’ancien garage Citroën, bâtiment emblématique des années 30, connu de tous les Bruxellois. Sa situation est représentative de grands enjeux urbains : logé au bord du Canal de Bruxelles, ancienne zone industrielle en progressive transformation, à la frontière de zones aux caractéristiques démographiques, sociales et économiques très diverses et dont les évolutions urbaines marquent des directions très différentes.

C’est donc assez naturellement ce lieu-là qu’a identifié en 2014, et dans la plus grande discrétion, le Gouvernement bruxellois pour accueillir un projet phare et ambitieux, destiné à marquer un changement profond pour ce quartier. Double bouleversement : La place de la culture et singulièrement des institutions muséales était historiquement cantonnée dans le haut de la Ville. L’investissement public à Bruxelles dans l’accueil de collections modernes et contemporaines souffrait depuis deux décennies d’un ralentissement évident.

II. Un projet culturel bruxellois bicommunautaire : une première institutionnelle ?

Si l’on connaît l’histoire institutionnelle belge on se posera sans doute la question : Que vient faire la Région dans un projet à caractère culturel, historiquement réservé aux Communautés ? Politiquement et institutionnellement, le déclencheur de ces bouleversements est en effet très récent et était attendu de longue date des Bruxellois. L’Accord de réforme institutionnelle dit « Accord papillon » du 11 octobre 2011, marque en effet un changement peu connu mais profond pour les décideurs de la Région-Capitale.

  • 3 Accord de la Sixième réforme de l’Etat sur le site de la Chambre des représentants https://www.lach (...)

Avant un constat terrible (et qu’il est étonnant de retrouver dans une telle forme de prose peu commune à l’exercice politique) : « mis à part la gestion des institutions culturelles d’envergure nationale ou internationale (La Monnaie, Palais des Beaux Arts, etc.), le niveau fédéral n’exerce pas sa compétence relative aux matières biculturelles à Bruxelles » l’accord conclut (ou concède) « il est dès lors opportun de transférer la compétence relative aux matières biculturelles d’intérêt régional à la Région de Bruxelles-Capitale à l’exclusion des institutions culturelles fédérales ».3 C’est donc fort de cette nouvelle compétence, qui sera effectivement transférée au 1er janvier 2015, que le Gouvernement bruxellois prépare un ambitieux projet destiné à traduire sans attendre l’obtention de cette nouvelle compétence.

Que cette incise soit l’occasion d’insister sur un fait : par cette réforme et cette invasion nouvelle de la Région bruxelloise dans les compétences culturelles, ce sont des moyens nouveaux dans ce champ de compétence qui sont dégagés. Le projet Kanal ne s’est financé au détriment d’aucune autre institution ou projet culturel : que du contraire, à travers sa participation en coproduction à de nombreuses initiatives, créations, festivals… il permet de renforcer le financement de ceux-ci, et ce vers des institutions culturelles issues des deux communautés.

III. Quelle structure pour porter ce projet et quels choix de gouvernance ?

L’acquisition du bâtiment est progressivement négociée par les services publics bruxellois, à l’intervention du Port de Bruxelles qui dispose d’une importante maîtrise foncière dans la zone et de la Société d’Aménagement Urbain (SAU), outil de développement dont s’est dotée la Région. Le 29 octobre 2015 la vente est scellée. Les activités de Citroën déménageront progressivement sur un site tout proche de la zone portuaire et la prise de possession interviendra au 1er janvier 2018.

Suite à l’achat par la SAU, deux études sont lancées par le Gouvernement et la SAU: une étude préliminaire architecturale d’affectation des 42.000 m2 de l’immense garage Citroën et une étude socio-économique en vue d’analyser la plus-value pour Bruxelles. Parallèlement à ces études, des premiers contacts officieux se déroulent avec la direction du Centre Pompidou. C’est le 29 septembre 2016 que le Gouvernement fait le choix du scénario « art total » pour l’affectation du bâtiment, décide du partenariat de principe avec le Centre Pompidou et désigne un chargé de mission au sein de la SAU. Ses tâches seront entre autre de lancer le concours international d’architecture visant à transformer le garage en musée ville culturelle et de proposer un modèle de structure.

Celle-ci prendra la forme d’une Fondation privée destinée à obtenir à brève échéance le statut de Fondation d’Utilité publique sollicité auprès des autorités fédérales. La Fondation sera instituée par le Gouvernement et s’autonomisera dans sa gestion à travers un Conseil d’Administration chargé lui-même de proposer son renouvellement.

On peut s’interroger sur le choix de mettre en œuvre cette structure très précocement dans le processus. Après tout, la SAU aurait très bien pu mener le projet architectural - elle dispose des compétences internes et une mission déléguée lui en aurait donné les moyens financiers – pour ensuite passer la main à la structure gestionnaire. Ce choix est délibéré. Et repose principalement sur la volonté, proposée par le le chargé de mission, de ne pas se cantonner à transformer le garage et l’ouvrir à une date X mais de se lancer dans une dynamique « préfigurative » majeure (Kanal brut, « It never ends » de et avec John Armleder, « Ah ah ah » à l’ING Art Center…). Par ailleurs, penser un tel projet n’est envisageable que si ses usagers en sont associés au développement. Les conditions de vie d’un musée sont à ce point complexes, depuis la cohabitation de fonctions distinctes et la conservation des œuvres jusqu’aux circulations des publics, que chaque détail compte. Le projet sera donc confié à une seule structure qui poursuivra en parallèle un double objet : l’émergence architecturale du projet et la construction de son identité. Cette réunion des prérogatives relatives à construction d’une institution et à sa gestion en une seule et même institution, et son incarnation précoce à travers une équipe qui accompagnera sa vie depuis l’idée jusqu’à sa réalisation, représentent une chance extrêmement rare dans l’histoire des institutions culturelles belges, et vraisemblablement unique si l’on s’en tient aux lieux culturels de cette ampleur.

  • 4 Voir sub VI

La Fondation, en tant que structure créée par les pouvoirs publics demeure un cas de figure assez exceptionnel, même si on recense plus d’un millier de fondations en Belgique et que trois-cent cinquante environs ont obtenu la reconnaissance d’utilité publique. Le modèle choisi répondait à de nombreuses nécessités du projet. Une pérennité d’abord, donnée au bâtiment et aux collections. L’objet social de la Fondation se confond en effet de facto avec la protection de son patrimoine mobilier et immobilier ce qui aboutit à une forme d’inaliénabilité de ceux-ci. La Fondation Kanal, qui répond à la typologie des « fondations exécutrices de programmes » (Pirotte, 2003) et bien qu’elle coproduise certains projets culturels, elle n’a pas vocation de bailleur de fonds. En outre, selon les termes mêmes de son Contrat de gestion4, les produits qu’elle dégage ne servent que son objet. Ensuite, la Fondation peut naturellement revêtir un caractère d’utilité publique. Celui-ci ne sera acquis à Kanal qu’au terme d’une reconnaissance par le Ministre de la Justice sur reddition d’un premier audit comptable, mais ouvrira naturellement un cadre fiscal favorable à l’institution notamment en termes de droits d’enregistrement et dans le bénéfice de libéralités. Enfin, l’administration et la gestion courante d’une Fondation sont simplifiées. Contrairement à d’autres structures comme les asbl, la Fondation n’est pas dotée d’une assemblée générale. La présence de deux commissaires du Gouvernement au sein du Conseil d’Administration permet dès lors un contrôle direct de la Région bruxelloise sur la gestion de la Fondation.

Sur un plan plus politique le choix des Administrateurs de Kanal n’est pas anodin. Choisis parmi des personnalités du monde culturel, de l’entreprise et académique, ils n’exercent aucun mandat politique électif ou exécutif. Sont également adjoints à ce Conseil d’Administration le chargé de mission désigné depuis fin 2016 par le Gouvernement pour coordonner le projet, ainsi que, comme déjà évoqué, deux commissaires du Gouvernement, dont un Inspecteur des finances, chargés d’assurer le contrôle courant de l’institution et le respect du Contrat de gestion.

IV. Kanal - Centre Pompidou : ni filiale ni franchise.

Que vient faire le Centre Pompidou dans cette histoire belge ?

Retour en 2015. Un contexte politique difficile empêche de mener à bien l’idée initiale de collaboration entre autorités fédérales et régionales dans l’exploitation des collections modernes et contemporaines des musées royaux. Qu’à cela ne tienne, se noue un contact officieux entre des représentants du Ministre-Président bruxellois et un acteur international important, le Centre National d’Art et de Culture Georges Pompidou, qui gère la seconde plus importante collection mondiale d’Art Moderne et Contemporain (après le MOMA).

Près de deux ans de discussions avec le Centre Pompidou ont été nécessaires pour définir les contours de celle collaboration, de cette « co-construction ». Car, en effet, les choses ont été claires dès l’entame : il n’a jamais été question d’ériger un « Centre Pompidou Bruxelles ». Il s’agit de soutenir une Région dont c’est le premier projet culturel majeur et qui ne possède pas de collection. Il s’agit de travailler ensemble durant 10 ans avant que Kanal ne puisse voler de ses propres ailes.

Cette association repose donc sur base d’une autonomie de principe entre les deux structures. Véritable contrat de services, le Centre Pompidou offre à la Fondation Kanal un accès à ses collections et à ses curateurs, l’usage de son nom, un soutien logistique et surtout un accès pratiquement illimité à son savoir-faire et à son personnel pour un transfert de compétence précieux.

De son côté la Fondation Kanal se constituera progressivement en institution muséale autonome comportant l’ensemble des services nécessaires à son activité, se dotera d’une équipe de production et de programmation, d’une collection propre à travers une politique d’acquisition entamée dès la première année, et naturellement d’un bâtiment de 40.000 m2 dont 12.000 seront des espaces d’expositions aux normes dont elle pilote la conception et la construction. L’inauguration est alors prévue pour la fin 2023. La crise sanitaire de 2020 impactera sans doute cette échéance de quelques mois.

V. Kanal Brut, une préfiguration du musée dans un lieu à repenser

Créée en 2017 et à la tête d’un garage qui n’est pas encore d’un musée, comment et pourquoi la Fondation Kanal a-t-elle débuté ses activités dès le mois de mai 2018 ?

Cinq mois après sa prise de possession des lieux, la Fondation Kanal a en effet ouvert une première exposition destinée à marquer les esprits et à tracer le changement d’affectation du bâtiment. Les 40.000 mètres carrés du garage à l’état brut accueillent une série d’expositions aux dimensions hors normes. 14 mois sous cette forme dite de « préfiguration » permettent ainsi à plus de 400.000 visiteurs de découvrir un patrimoine architectural exceptionnel, chargé d’histoire et enrichis de 18 expositions successives mêlant arts visuels, design, architecture, grandes installations, créations d’artistes établis à Bruxelles et programmation de spectacles vivants coproduits pour cette occasion avec de nombreux opérateurs culturels de la capitale.

Le travail de transformation du garage en un musée ville culturelle dotée d’infrastructures muséales innovantes et conservant totalement « l’esprit » industriel du lieu est naturellement mené en parallèle de cette année d’expérimentation. En avril 2017, a été lancé un concours international d’architecture qui a vu 92 équipes (belges, européennes et internationales) déposer leurs candidatures. Un record pour Bruxelles. En mars 2018, devant un jury présidé par l’architecte suisse Roger Diener, les 7 équipes présélectionnées ont été appelées à présenter leur vision du futur bâtiment. Suivant l’avis unanime du jury, la Fondation Kanal a désigné le trio « Atelier Kanal », composé des bureaux d’architectes Noa (Belgique), Sergisson Bates (Grande-Bretagne) et EM2N (Suisse), pour réaliser cette transformation.

Installés sur le site, dans les bureaux de la Fondation Kanal, et « inspirés en direct » par les expérimentations de Kanal Brut, les architectes d’Atelier Kanal n’ont de cesse d’approfondir le parti pris qui a séduit le jury : créer un espace public majeur qui embrasse les nouvelles installations muséales (un musée d’art moderne et contemporain et la Fondation CIVA) logées dans des émergences insérées dans les ateliers tout en conservant l’esprit de cet espace industriel exceptionnel.

Achevé en 1935 et conçu sur base d’esquisses dessinées par André Citroën lui-même, ce garage était avant tout considéré par ses promoteurs comme un lieu de démonstration de la créativité et de l’innovation de l’entreprise Citroën.

C’est exactement ce qu’Atelier Kanal a compris en proposant de conserver l’ensemble de la structure existante en la magnifiant comme trame pour l’organisation spatiale du lieu, notamment au travers des grandes rues intérieures de l’atelier qui, dessinant une croix Nord/Sud et Est/Ouest, permettent de générer naturellement un nouvel espace public intérieur, une nouvelle agora culturelle pour Bruxelles.

Le showroom iconique de la place de l’Yser sera également rendu aux Bruxellois(es) dans son état d’origine puisqu’il redeviendra la cathédrale d’acier, de verre et de lumière de 21 mètres sous plafond qu’avait pensée et réalisée André Citroën. Ce nouvel espace sera le symbole de ce projet Kanal, cette volonté de créer une « nouvelle scène » ouverte, visible et accueillante pour les Bruxellois(es) et pour Bruxelles. Le chantier a ainsi progressivement démarré à l’automne 2019 et devrait s’achever courant 2024.

Dans l’entrefaite, Kanal poursuit les objectifs de son Contrat de gestion, conclut entre la Gouvernement et la Fondation en janvier 2019. Outre sa progressive constitution en musée et le recrutement des équipes qui assureront la vie de ce futur phare culturel, des expositions, des spectacles et concerts seront encore programmés au cours des saisons à venir, soit donc entre 2020 et 2024. D’abord dans les espaces du bâtiment que les travaux n’auront pas encore envahis (ainsi le Showroom pour l’exposition « It never ends » confiée à l’artiste suisse John Armleder) et ensuite « hors les murs » dans des lieux périphériques de la Fondation Kanal ou dans l’espace public.

VI. Comment l’administration et la gouvernance de la Fondation Kanal se structurent-elles ?

  • 5 Un Contrat de gestion est une convention conclue entre les pouvoirs publics et une autorité adminis (...)

Aboutissement d’un important travail de la Fondation Kanal en lien avec les Ministres compétents du Gouvernement régional bruxellois – soit le Ministre Président et le Ministre en charge du budget qui exercent conjointement cette compétence culturelle bicommunautaire - le contrat de gestion vise à pérenniser et baliser les perspectives, budgets et missions de la Fondation Kanal de 2019 à 2023 (année précédant l’ouverture).5 Un nouveau contrat de gestion sera conclu à cette échéance, déterminant les nouvelles missions de la Fondation Kanal et les financements correspondant.

Comme on l’a évoqué la Fondation Kanal se forge aussi une identité singulière en voulant exister dès sa création et avant même de disposer d’un lieu d’expression. Un peu comme si le projet répondait à l’impatience des pouvoirs publics bruxellois d’investir ces nouvelles compétences, impatience partagée d’ailleurs par une grande partie du public et des acteurs de la scène culturelle, il faut à Kanal exister vite, exister fort et sans s’embarrasser des réalités pourtant contraignantes qu’implique le fait d’habiter provisoirement un chantier. Ce Contrat de gestion était donc fondamental pour donner à la Fondation Kanal une orientation claire des réalisations attendues pour les années 2020, 2021 et 2022, en parallèle de la transformation progressive du garage en une ville culturelle à l’horizon 2023/2024.

Kanal a été dotée d’un premier budget destiné au lancement de ses activités. Ce budget, étalé sur quatre années est destiné à couvrir d’une part les premiers investissements nécessaires à l’aménagement immobilier et à la sécurisation du site, en vue notamment de la préparation du futur chantier, l’accueil du public, de la mise en place des bureaux de la Fondation Kanal et de ses partenaires ; et d’autre part la programmation des premières activités du Pôle Culturel. Les recettes propres de Kanal (billetterie, privatisations, sponsorings,... ) sont intégralement consacrées à la programmation culturelle de celle-ci dont elles couvrent entre 30% et 50% des dépenses en fonction des projets. Si un autofinancement complet par la Fondation de ses activités ne saurait être raisonnablement envisagé (vu l’ampleur du projet et sa vocation à l’accessibilité voire à la gratuité de bon nombre de programmations), un tel objectif de contribution par les recettes propres et par des financements privés- via le mécénat et le sponsoring- à sa politique culturelle est déjà très ambitieux.

Les objectifs et les actions qui seront mis en place durant les quatre années du contrat s’articulent autour de trois missions :

« Mission 1 : Le déploiement d’un nouveau pilier de politique culturelle régionale bruxelloise et son rayonnement, destiné à renforcer l’attractivité culturelle et touristique de la Capitale, notamment par l’intégration de Kanal dans un réseau d’acteurs clés, la collaboration et la concertation de la Fondation avec l’ensemble du monde culturel, événementiel et touristique francophone et néerlandophone actif à Bruxelles.

Mission 2 : Une politique d’accueil de qualité et l’approfondissement progressif de l’identité de Kanal comme lieu de rencontre, d’émancipation, de formation et de savoir.

  • 6 Pôle culturel qui rassemblera donc au sein du bâtiment transformé ; la Fondation Kanal ; son Musée (...)

Mission 3 : La conception, la construction et le développement du Pôle culturel6, intégré dans un environnement urbain post-industriel en pleine mutation et appelant le déploiement de nombreuses affectations nouvelles. »

En réponses aux nécessités soulevées par ses missions, Kanal veille à accompagner son développement d’une croissance progressive de ses équipes et services, ainsi que de l’acquisition de l’expertise nécessaire à préparer l’ouverture du Pôle.

Ainsi, la Fondation Kanal élabore et continuera à déployer un ensemble de services en charge de la gestion du futur musée ville culturelle. Outre les services transversaux directement attachés à la Direction générale (communication, rayonnement international et interinstitutionnels) les services se constituent autour de 3 axes principaux nécessaires au fonctionnement quotidien du Pôle culturel : la Gestion immobilière ; la Gestion culturelle et la gestion des publics et enfin ; La Gestion Administrative et financière.

L’opportunité que ce développement progressif offre à la Fondation est double. Un dimensionnement par étape et partant de zéro, permet d’identifier les besoins prioritaires et, service par service, de mesurer les volumes de travail et équivalents temps plein correspondant à ceux-ci. Le caractère saisonnier inhérent à de nombreuses activités propres à ce type d’institution impose en outre de poser avec soin la question des internalisations, des externalisations mais également des complémentarités d’occupation des personnels recrutés. Cette opportunité est unique pour une telle institution en devenir et doit permettre de renforcer tant sa structure que les synergies dont elle est en mesure de soutenir l’émergence. Penser de manière précoce tout le modèle, depuis le profil de fonction jusqu’aux collaborations entre services, c’est d’abord enthousiasmant, mais aussi un atout pour éviter l’écueil fréquent de cloisonnement des fonctions et départements.

Et si l’on veut aller au-delà, il y a lieu de rappeler que le secteur culturel génère beaucoup d’activités économique, de l’emploi, des filières de formations nouvelles dont la Fondation Kanal peut être à la fois à la source et à l’embouchure. Qu’on songe par exemple à la question essentielle de la logistique des œuvres (leur transport, leur conservation, leur restauration, leur catalogage,…) qui nécessite des infrastructures coûteuses, du personnel spécialisé, des garanties importantes. La présence d’un acteur public grand consommateur de ces services impose inévitablement de réfléchir à la maîtrise des bénéfices sociaux que la stimulation d’une telle activité économique permet.

Ce sont de nouveaux métiers en faveurs des Bruxellois, de nouveaux regroupements d’activités potentiels sur le territoire. Etre le client de ces activités ne suffit pas toujours à influencer ces effets vertueux : une institution comme Kanal dispose d’autres moyens, depuis les clauses sociales jusqu’au partenariat public-privé pour influencer ces orientations et remplir cette responsabilité sociale de formation, de mise à l’emploi et bien entendu de politique de diversité, enjeu majeur de la Région.

VII. Comment Kanal s’inscrira-t-elle dans le paysage institutionnel ?

Avant d’évoquer la place de Kanal vis-à-vis des deux Communautés française et flamande et des institutions bicommunautaires historiques et fédérales, l’on passerait à côté d’un authentique sujet si on n’abordait pas la place de Kanal dans le paysage régional bruxellois.

Car la jeune Région bruxelloise a fait du chemin depuis sa création. D’un embryon d’agglomération extra-provinciale, ainsi que le désignaient encore quelques auteurs de droit public dans le jargon rétro-technocratique qui était le leur, la Région bruxelloise s’est – on l’oublie trop souvent - grandement renforcée. La « chose bruxelloise », comme on dit, n’est plus vraiment cet ensemble de compétences acquises au lance-pierre d’une réforme à l’autre. Il en résulte que l’environnement de services public de plus en plus performants et très investis dans le soutien de Kanal est un élément déterminant de sa genèse. Depuis le Port de Bruxelles, voisin très secourable de la Fondation qui contribue à son développement à travers les infrastructures portuaires (notamment par l’acheminement des matériaux de construction par la voie d’eau) jusqu’au Centre Informatique de la Région bruxelloise qui accompagne le dessin de ses réseaux informatiques en passant par les administrations de l’environnement, du patrimoine, de l’urbanisme, du tourisme, la STIB… les relais et supports administratifs qui portent tous avec enthousiasme une telle ambition pour Bruxelles offrent un cadre unique et hautement propice au succès. Il y a d’ailleurs lieu d’observer, sans doute, combien l’appartenance de Kanal à la Région bruxelloise et ses liens avec les administrations de celle-ci est singulière en comparaison avec les institutions culturelles dépendant de la Communauté française dans leur fonctionnement mais dont le développement infrastructurel est porté par d’autres institutions telles les provinces ou la Région wallonne. Mais c’est un autre sujet.

Quant aux relations avec les Communautés elles ont été ouvertes à travers l’expérimentation que fut Kanal Brut, dont le financement régional a été complété d’un montant identique par la Communauté française et la Communauté flamande. Dans l’un et l’autre cas, cette aide a été apportée à l’intervention des Ministres en charge de Bruxelles dans les Gouvernement des Communautés. Le financement en question n’a porté que sur du fonctionnement et justifiait en particulier d’activités entrant dans les objectifs de la Communauté concernée. Il y a lieu d’observer que ce financement divers repose sur des dispositions de subsidiations extrêmement différentes, depuis les activités éligibles jusqu’aux calendriers de financement. Cette réalité, déjà vécue par de nombreuses institutions à Bruxelles qui peuvent justifier de demande d’aides auprès des deux communautés, contribue très certainement à complexifier le financement de celles-ci, sans parler de leurs charges administratives - et souvent à précariser leurs situations. En l’état actuel des choses, il n’est pas envisagé de solliciter les Communautés dans le financement de ses activités.

Quant aux institutions muséales fédérales, il est manifeste qu’une issue devra être trouvée sur la plan des relations que Kanal et elles entretiendront dans l’avenir. Kanal Brut a été la démonstration que la collaboration avec les institutions biculturelles fédérales était possible et donnait des merveilleux résultats (l’automne Castellucci à Bruxelles, collaboration entre Kanal, Bozar et Monnaie). Il en va actuellement autrement avec les institutions liées à la Politique scientifique. L’avenir nous dira si la Belgique de demain sera différente de celle d’hier…

VIII. Pourquoi de la culture ?

La culture, c’est la force collective. Un musée, ce n’est pas uniquement un lieu où l’on expose, où l’on performe, où l’on crée. Un musée, cela doit être avant tout un lieu de partage, un lieu pour penser demain ensemble. C’est pour répondre à cet impératif qu’a été pensé le projet Kanal dès son origine. La crise que nous vivons nous renforce encore plus dans les convictions qui sont à la base d’un projet de cette ampleur : implanter dans les quartiers oubliés de Bruxelles, un musée citoyen, un musée pour tous, un musée ouvert sur son monde et non sur celui, restreint, de ceux qui ont déjà le bagage culturel leur permettant d’en maîtriser les codes.

L’écueil dramatique serait de ne produire de la culture que pour une infime partie de notre population, les « sachants », les élites. Le drame serait d’enfermer le musée dans un monde « parallèle » qui n’est pas celui de la vraie vie. Nous ouvrirons ainsi, et en dépit d’un report consécutif à la crise du Coronavirus, l’exposition « It never ends » (quel titre prémonitoire!), le projet de John Armleder et de tous les artistes avec lesquels il travaille depuis plus de 50 ans, le 24 septembre 2020 (jusqu’en avril 2021). La crise sera-t-elle finie ? Certainement pas. Nous prendrons bien évidemment les précautions sanitaires qui s’imposent mais pas en remettant en cause ce qui fait l’ADN de Kanal : un lieu ouvert à tous, un espace public, un lieu de rencontre et d’échange.

Haut de page

Bibliographie

Et puisque le monde d’après doit être différent du monde d’avant, nous ferons une pause pendant le mois de janvier 2021 (quoi de mieux que le début d’une nouvelle année pour se poser et penser). Une pause pour réfléchir à ce monde d’après. Au rôle que les musées et les lieux de culture doivent jouer pour construire une société qui aura du mal à se remettre de ce qui lui est arrivée. Durant tout le mois de janvier 2021, nous inviterons les citoyens, les artistes, les associations, les autres lieux de culture, les autres musées à venir réfléchir avec nous à la manière dont nous pouvons (re)donner un sens plus collectif et plus inclusif à nos institutions. Et sans doute sera-ce l’occasion d’un nouvel article.

G. Pirotte, Les fondations belges d’utilité publique : entre permanence et changements, Pôle Sud ULG, 2003.

https://orbi.uliege.be/bitstream/2268/36384/1/Fondation%20d%27Utilit%C3%A9%20Publique.pdf

Haut de page

Notes

1 M. GORANSSON, Professeur assistant à l’Université Libre de Bruxelles.

2 Le Centre International pour la Ville et l’Architecture, fondé en 2000 abrite les collections et archives de la Région bruxelloise relative à l’uranisme et l’architecture et propose un grand nombre d’exposition et d’activités culturelles sur ces thèmes.

3 Accord de la Sixième réforme de l’Etat sur le site de la Chambre des représentants https://www.lachambre.be/kvvcr/pdf_sections/home/FRtexte%20dirrupo.pdf

4 Voir sub VI

5 Un Contrat de gestion est une convention conclue entre les pouvoirs publics et une autorité administrative ou une structure administrative gestionnaire et ayant pour objet de préciser les relations et obligations qui s’établissent entre eux concernant, le cas échéant sur un horizon pluriannuel, les objectifs à atteindre par l’entité gestionnaire, les conditions d’évaluation quantitative et qualitative de ces objectifs à travers des indicateurs et une méthodologie partagés, et enfin les moyens financiers humains ou matériels consentis par les pouvoirs publics à l’appui de ces objectifs à l’entité gestionnaire ainsi que les dépenses auxquelles elles sont éligibles et les conditions de leur justification.

6 Pôle culturel qui rassemblera donc au sein du bâtiment transformé ; la Fondation Kanal ; son Musée d’art moderne et contemporain ; de très nombreux espaces de programmation d’art vivant dont une salle de spectacle ; des plateaux de scènes ; la Fondation CIVA (voir plus haut), ses lieux d’exposition et sa bibliothèque ; des espaces publics ;…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Goldstein, Jean-François Leconte et Baptiste Delhauteur, « LES ENJEUX INSTITUTIONNELS ET ADMINISTRATIFS DE LA FONDATION KANAL »Pyramides, 30bis | 2020, 233-247.

Référence électronique

Yves Goldstein, Jean-François Leconte et Baptiste Delhauteur, « LES ENJEUX INSTITUTIONNELS ET ADMINISTRATIFS DE LA FONDATION KANAL »Pyramides [En ligne], 30bis | 2020, mis en ligne le 20 février 2021, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pyramides/1808

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Etudes et de Recherches en Administration Publique
  • Logo Université libre de Bruxelles
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search