Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93CommunicationUne pratique collective de fabric...

Communication

Une pratique collective de fabrication de l’autorité

Jean-Claude Domenget et Antonin Segault
p. 85-97

Résumés

L’étude de cas présentée dans cet article, portant sur le live tweeting d’un événement professionnel, permet d’aborder le concept d’autorité dans sa dimension collective. À partir notamment d’une analyse structurale de réseaux, il ressort que cet usage de Twitter est moins un moment de fabrication de l’autorité, qu’un temps de reproduction de formes d’autorité existantes. Cette dernière est issue d’un mécanisme de circulation de l’autorité entre acteurs et s’appuie peu sur les groupes présents lors de l’événement. Ce résultat, illustrant la dimension hybride des formes d’autorité cognitive, informationnelle et calculée, est discuté dans un premier temps, en fonction du type de collectifs que constitue un groupe professionnel comme celui des référenceurs qui a été analysé et, dans un second temps, en fonction du niveau d’appropriation de Twitter par ces professionnels au sein de leurs « trajectoires d’usage » de dispositifs de réseautage.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Éveline Broudoux, « Construction de l’autorité informationnelle sur le Web », 2007, disponible sur (...)
  • 2 Serge Proulx, « Trajectoires d’usages des techno­logies de communication : les formes d’appropriati (...)

1Une étude de cas portant sur le live tweeting d’un événement professionnel au sein de la commu­nauté des référenceurs a permis d’aborder le concept d’autorité dans sa dimension collective. Au-delà des questions « qui mentionne qui ? », « qui retweete qui ? » autant que « qui retweete quoi ? », existe-t-il une ambition de la part des acteurs de travailler l’autorité non seulement à un niveau individuel mais aussi au sein de collectifs ? Dans ce cas, quels peuvent être les recoupements observables entre collectifs, groupes informels et publics dans les modalités de fabrication de l’autorité ? Une fois précisé le cadre théorique, nous présenterons la méthodo-logie construite afin d’analyser ces usages. À partir de là, différentes modalités de fabrication collective de l’autorité seront distinguées. Il s’est avéré que le live tweeting dans un cadre professionnel est moins un moment de fabrica­tion de l’autorité qu’un temps de reproduction de formes d’autorité existantes. S’appuyant peu sur des groupes au sein du réseau présents lors de l’événement, l’autorité se transmet à travers un mécanisme de circulation entre acteurs. Ces résultats, illustrant la dimension hybride des formes d’autorité cognitive, informationnelle et calculée1, sont discutés en fonction du type de collectif que constitue un groupe professionnel comme les référenceurs mais aussi, en fonction du niveau d’appropriation de Twitter par ces professionnels au sein de leurs trajectoires d’usage2 de dispositifs de réseautage.

Le live tweeting : un moment particulier de fabrication de l’autorité

2Dans le cadre d’un événement professionnel, le live tweeting peut être défini comme un partage de messages entre différents acteurs, par l’inter­médiaire d’un mot-dièse ou hashtag, rassemblant une grande partie des échanges. Ce dispositif de communication intègre un collectif présent lors de l’événement et des publics, dont l’attention se focalise pendant cette période donnée sur les activités, les comportements, les discours de quelques acteurs, ayant le plus souvent un statut de célébrité et bénéficiant de formes d’autorité. Cette proposition de définition permet de préciser le cadre théorique dans lequel nous allons analy­ser cet usage de Twitter.

La fabrication de l’autorité lors d’un événement professionnel

  • 3 Louise Merzeau, op. cit.
  • 4 Ibid., pp. 37-38.
  • 5 Jean-Claude Domenget, « De l’impératif de visibilité aux enjeux éthiques : les usages de Twitter pa (...)
  • 6 Shaomei Wu, Jacques M. Hofman, Winter A. Mason et Duncan J. Watts, « Who says what to whom on Twitt (...)
  • 7 Alice E. Marwick et danah boyd « I tweet honestly, I Tweet passionately: Twitter users, context col (...)
  • 8 Thomas Beauvisage, Jean-Samuel Beuscart, Thomas Couronné et Kevin Mellet, « Le succès sur Internet (...)

3En effet, Twitter peut être vu comme « une machine à fabriquer de l’autorité3 », au sein de laquelle « la propagation des tweets dépend elle-même d’une distribution complexe des degrés de légitimité, d’expertise et de notoriété des diffé­rents acteurs concernés.4 » Cette analyse prend tout son sens si l’on tient compte notamment de la dimension dissymétrique des interactions qui se déroulent dans ce dispositif5 entre d’un côté les « comptes élites6 » ou « micro-célébrités7 » et de l’autre les autres comptes. Le collectif constitué de pairs qui commentent l’événement trouve en Twitter un dispositif idéal dans lequel peut se mettre en place une communication d’influence8 entre une source d’autorité et ses publics.

  • 9 Patrice Flichy, L’innovation technique : récents développements en sciences sociales : vers une nou (...)
  • 10 Dominique Boullier, « Médiologie des régimes d’attention », in Yves Citton (dir.), L’économie de l’ (...)
  • 11 Jean-Claude Domenget, « Le live tweeting. Formes d’autorité et régimes d’attention des publics », i (...)
  • 12 Alice E. Marwick et Danah Boyd (op. cit.) dis­tinguent deux types d’usagers de Twitter, les gens or (...)

4Le live tweeting peut être analysé également comme un « cadre de référence9 » très codifié de fabrique de l’autorité, dont les caractéristiques ont été intériorisées par les différents acteurs en jeu. Les événements professionnels restent des rendez-vous au sein d’une profession (dans un lieu particulier et à une période précise de l’année) au cours desquels un professionnel peut chercher à se rendre visible, à se faire connaître s’il ne l’est pas encore, à entrer en contact avec un individu en particulier, à afficher son expertise dans un domaine spécifique, etc. et cela auprès de différents publics (pairs ou concurrents, clients ou prospects, médias). Se déroulant à la fois en présentiel et à distance via la médiation d’un dispositif sociotechnique comme Twitter, un tel événement est marqué du point de vue du régime attentionnel10 par le basculement vers l’immer­sion. L’attention des participants se focalise sur l’échange en direct des messages et se détache du régime habituel de Twitter que constitue l’alerte11. Pour une majorité de participants, live tweeter ou suivre le fil de messages rassemblés autour d’un mot-dièse (hashtag) spécifique à l’événement sont devenus des actions routinières marquées par une recherche d’efficacité, à travers le maintien d’un équilibre entre une image d’authenticité qu’ils donnent d’eux et les attentes des publics imaginés12.

Trois formes d’autorité peuvent être distinguées

  • 13 Éveline Broudoux, op. cit.
  • 14 Ibid., p. 5.
  • 15 Louise Merzeau, op. cit., p. 43.

5Afin d’étudier les modalités de fabrication de l’autorité lors d’un tel événement, trois formes d’autorité peuvent être distinguées (l’autorité cognitive, l’autorité informationnelle et l’auto­rité calculée), en partant des travaux d’Évelyne Broudoux concernant la construction de l’autorité informationnelle sur le web13. Pratiquement syno­nyme de la notion d’influence choisie, l’autorité cognitive est dépendante de la crédibilité et de la réputation, deux critères de base de la création d’une confiance nécessaire à l’exercice d’une influence. Ensuite, « contrairement à l’autorité cognitive, l’autorité informationnelle, susceptible d’être portée par un individu ou un groupe, un objet, un outil cognitif ou encore un média n’a pas pour fonction principale l’influence mais celle d’in-former (donner une forme).14 » Étant donné que « le régime attentionnel de Twitter en fait surtout un vecteur d’autorité information­nelle15 », il est alors intéressant de distinguer :

  • 16 Nathalie Heinich, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Éditions (...)

6- l’autorité énonciative liée à la figure de l’auteur qui énonce. Elle peut être rapprochée du critère de la célébrité analysée par Nathalie Heinich16 et s’incarne notamment, dans le cas étudié, dans la figure du conférencier ;

7- l’autorité institutionnelle ou groupe régulé par des règles hiérarchiques. Elle peut être recher­chée dans les interactions autour du compte de l’association organisatrice de l’événement, voire de ses membres ;

8- l’autorité de contenu qui concerne les types, la qualité et les sources des tweets. Elle permet de prendre en compte la diversité des contributions (information, partage de liens, conversation, commentaires, etc.).

  • 17 Louise Merzeau, op. cit., pp. 47-48.

9Enfin troisième forme d’autorité, l’autorité cal­culée conduit à la définir comme une grandeur mesurable. « Affaire d’algorithme et d’interface, […] cette autorité calculée se traduit en score que les plateformes et leur écosystème d’API se chargent de recenser, publier, comparer et exploiter.17 »

  • 18 Serge Proulx et Guillaume Latsko-Toth, « La virtualité comme catégorie pour penser le social : l’us (...)
  • 19 Nicolas Pélissier et Gabriel Gallezot (dir.), Twitter. Un monde en tout petit ?, Paris, L’Harmattan (...)
  • 20 Serge Proulx, « Les communautés virtuelles : ce qui fait lien », in Serge Proulx, Louise Poissant e (...)
  • 21 Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, (...)
  • 22 Pour une distinction des notions de communauté et de réseau social permettant de caractériser des i (...)
  • 23 Alain Degenne et Michel Forsé. Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin, 2004 [1994].

10Reste alors à préciser le type de collectifs au sein desquels se négocie la fabrication de l’au­torité lors d’un tel événement. Rappelons que les collectifs d’usagers18 rassemblés sur Twitter ont été caractérisés comme des « petits mondes19 » marqués par l’homophilie, renouvelant la ques­tion de « ce qui fait lien20 ». Lorsque le collectif est constitué de pairs appartenant pour la plupart à un même groupe professionnel21, comme dans le cas étudié, des interactions stables22 vont pou­voir être étudiées sous la forme d’une analyse de réseaux sociaux23.

Analyser la fabrication de l’autorité sur Twitter

11Afin d’analyser la dimension collective de la fabrication de l’autorité lors d’un live tweeting, nous avons mixé différentes méthodes d’enquête : une observation participante, une analyse de réseaux sociaux et une analyse compréhensive des messages.

  • 24 Le sens du terme black hat en référencement diffère de celui utilisé en informatique. Il est employ (...)

12Une première méthode d’enquête a consisté à réaliser une observation participante lors de l’événement annuel de la communauté des réfé­renceurs en France, le SEO Campus qui donne lieu chaque année à une série de conférences et d’ateliers sur des thématiques faisant l’actualité de la profession. S’étant tenu à Paris, les 13 et 14 mars 2014 pour une 6e édition, rassemblant près de 400 personnes en présentiel et un nombre difficilement estimable à distance, via Twitter, cet événement réunit différents collectifs au sein de la profession (membres de l’association organi­satrice, membres d’agence, membres de groupes informels tels que les black hats24, etc.).

13Une seconde méthode a consisté à réaliser un recueil en direct puis a posteriori de tweets échangés lors de cet événement. Dans ce but, nous avons utilisé deux interfaces de Twitter, REST et Streaming. Parmi les très nombreuses fonctionnalités des APIs REST de Twitter, nous avons utilisé « GET search/tweets25 » pour col­lecter les tweets récents26 associés à un hashtag et « GET statuses/user_timeline27 » pour accéder aux derniers tweets d’un utilisateur. Afin d’obte­nir un corpus plus complet autour d’un hashtag, nous avons également eu recours à la fonction « POST statuses/filter28 » de l’API Streaming qui nécessite le maintien d’une connexion persistante, à travers laquelle sont envoyés les nouveaux tweets à mesure qu’ils sont créés. La veille de l’événement, qui s’est déroulé du jeudi 13 mars 2014 à 9 heures au vendredi 14 mars à 17h30, nous avons lancé la capture Streaming du hashtag #seocampus. Nous avons par ailleurs utilisé « GET search/tweets » pour récupérer les tweets publiés avec ce même hashtag au cours des jours précédents (à partir du jeudi 6 mars). Le mardi 18 mars, quelques jours après l’événement, nous avons mis fin à la capture Streaming. Nous avons dans le même temps utilisé les APIs REST pour collecter les tweets de deux autres hashtags, #seocamp et #seocampus2014, ainsi que ceux émis par un groupe d’utilisateurs identifiés. Le corpus résultant de 4676 tweets est ainsi constitué à la fois de jeux de tweets exhaustifs et d’autres non-exhaustifs :

  • #seocampus : exhaustif du mercredi 12 mars (8 :00) au mardi 18 mars (8 :00), non exhaustif du jeudi 6 mars (~8 :25) au mercredi 12 mars (8 :00) ;

  • #seocamp : non-exhaustif du mercredi (0 :00) au lundi (23 :59) ;

  • #seocampus2014 : non-exhaustif du mer­credi (0 :00) au lundi (23 :59) ;

  • #utilisateurs : exhaustif du mercredi (0 :00) au lundi (23 :59).

  • Ces différents jeux de tweets comprennent ainsi :

  • 805 tweets pour le jeu « seocampus2014_posteriori » ;

  • 158 tweets pour le jeu « seocampus_poste­riori » ;

  • 3713 tweets pour le jeu « seocampus_streaming ».

  • 29 Voici la liste des 31 comptes suivis : @taiphan, @aurelienbardon, @YakaMama, @MagicYoyo, @axenetvit (...)

14L’observation participante et une connaissance approfondie de ce groupe professionnel et de sa structuration nous ont permis de distinguer 31 comptes29 dont certains bénéficient d’une autorité cognitive. Il s’agit de comptes de conférenciers, de personnes de l’organisation (actuelle ou passée), de comptes « connus » dans la communauté SEO et de ceux d’agence. Le recueil a été réalisé a posteriori, suite à l’activité réalisée pendant l’événement mais il est exhaustif.

  • 30 Alain Degenne et Michel Forsé, op. cit. ; Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La (...)

15Ce recueil de données a permis de réaliser une analyse structurale de réseaux, en nous appuyant sur la théorie des graphes30. À côté des hashtags de l’événement, qui ont par définition une dimen­sion collective, le critère principal de mesure de l’autorité que nous avons choisi est la mention, auquel nous avons associé parfois le marqueur de reprise, le retweet (RT). Ces marqueurs quantitatifs ont été complétés par une analyse compréhensive de quelques tweets afin d’ana­lyser notamment les modalités de fabrication de l’autorité informationnelle.

Les modalités de fabrication collectives de l’autorité

16Trois résultats principaux mettent en avant l’in­térêt mais aussi les limites d’une analyse de la fabrication de l’autorité en termes de collectifs.

Une reproduction des formes d’autorité existantes

17Le live tweeting d’un événement professionnel est moins un moment de fabrication de l’autorité que de reproduction des autorités existantes. Il existe donc une certaine illusion d’une possibilité de gagner en autorité par une pratique de live tweeting pour un néophyte, dans un collectif tel que celui analysé. Cette reproduction s’illustre notamment par une prédominance de l’autorité énonciative comme critère des formes d’auto­rité informationnelles. Parmi les 10 comptes les plus mentionnés, 8 sont ceux de conférenciers. @Seoblackhout (conférencier) a été mentionné 98 fois par 74 comptes différents. @Aleyda (conférencière) a été mentionné 92 fois par 50 comptes différents. Seuls @Miss_Seo_Girl, mentionné 57 fois par 49 comptes différents et @K_Lice, mentionné 46 fois par 41 comptes différents ne font pas partie cette année des conférenciers mais l’ont été les années précédentes.

18Nous voulions ensuite vérifier si l’usage de men­tions dans les tweets peut avoir comme visée de rendre visible son appartenance à un réseau et par là même de le renforcer. Nous avons analysé pour cela les tweets qui contiennent plus de 3 mentions, en intégrant les données du compte émetteur du tweet, du jour, de l’heure, du nombre de mentions et du texte du tweet. Nous avons pu constater que cette pratique de monstration du réseau a lieu aussi bien avant, pendant, qu’après l’événement : monstration du réseau par les absents avant, pour souhaiter aux présents un bon événement ; tweets d’ambiance pendant, à travers la mise en scène de membres du réseau ou pratique d’un #FF (Fol­low Friday) spécial événement « seocampus » ; remerciements et auto-congratulations à visée publique après, etc. Par l’intermédiaire de ces messages, des groupes informels à dimension territoriale (ex : les Toulousains) ou thématique (ex : les black hats) sont mis en avant. Pourtant très peu de tweets s’appuient sur de tels réseaux pour asseoir l’autorité informationnelle (autorité de contenu) du message. Par exemple, le tweet : « @Yakiseo content de te rencontrer au #seo­campus prochain RDV Seocamp Albi #SCD81 avec les toulousains @Polo_Seo @Djibou_TeaM @GDTSB » met en avant un groupe informel à dimension territoriale. Celui-ci : « #FF spé­cial #seocampus : @abondance_com @Cari­boo_seo @speyronnet @GPeyronnet @K_Lice @YakaMama @Dixon_Jones @SimonGardette @Seoblackout » propose un #FF spécial événe­ment. Tandis que ce dernier : « Nice pic dudes @Seoblackout @512banque @Missiz_Z RT @cubilizer : Aucune animosité entre BH/GG la preuve #seocampus » évoque l’ambiance afin de mettre en avant un réseau thématique.

19Autre résultat, les messages les plus repris rassemblent des critères d’autorité énonciative, d’autorité de contenu, voire d’autorité institu­tionnelle. Ce sont ceux de conférenciers (autorité énonciative) proposant un lien vers le support de leur présentation (autorité de contenu). Ce sont des tweets reprenant des phrases importantes entendues lors d’une conférence (autorité de contenu) mais aussi des messages d’ambiance, les deux étant renforcés par le type d’énonciateur (autorité énonciative, autorité institutionnelle). La forme des tweets (autorité de contenu) apparaît comme un critère important (au moins dans la représentation que s’en fait l’énonciateur) indi­quant une information inédite, la reprise d’une « petite phrase », le caractère inattendu d’une situation, etc. Pour illustration, les tweets suivants s’appuient sur des formes d’autorité énonciative (conférencier pour les deux premiers et micro-célébrité au sein de ce groupe professionnel pour le troisième) et d’autorité de contenu (intégrant plus ou moins une dimension formelle) : « Le #prezi de la conf #SEO et #Journalisme est dis­ponible #SEOcampus : http://t.co/​sYHsxVGsJf Faites tourner si vous le souhaitez », « Le nouveau blog officiel Google France http://t.co/​4T9WtUwMux #seocampus http://t.co/​y9Az7sxAUY », « #seocampus Scoop ! Google annonce un blog français pour les webmasters. http://t.co/​79OkXtgYGL #referencement #seo ». Tandis que le dernier intègre une dimension d’autorité institutionnelle (groupe informel) : « la selfie de l’année : 2 black hat seo et 2 googlers cc @Seoblackout @Missiz_Z #seocampus #seo­campus2014 http://t.co/​jT6GuMo45W ».

Les formes collectives d’autorité

  • 31 Ces deux graphes peuvent être consultés en sui­vant ce lien :

20À côté de la dimension individuelle (et notamment du critère d’autorité énonciative), la dimension collective (correspondant aux critères d’autorité institutionnelle) n’apparaît que peu structurante dans la reproduction de l’autorité. Une analyse qualitative de graphes de mentions permet de relever cette dimension. Dans ce type de graphes, la taille des nœuds correspond à leur degré de centralité et l’épaisseur des arcs dépend du nombre de mentions. La récipro­cité éventuelle des mentions est également prise en compte. Un algorithme de détection de « communautés » s’appuie sur les liens consti­tués par les mentions. Nous avons réalisé deux graphes [accessibles en ligne31], l’un « complet » pour avoir une vue d’ensemble du réseau de participants, l’autre « filtré » puisque seuls les arcs correspondant à plus de 3 mentions ont été représentés. Ce deuxième graphe permet de mieux distinguer les « grands » acteurs du réseau et les groupes auxquels ils sont reliés. Ces graphes révèlent deux réseaux de « groupe » qui apparaissent distinctement au sein du réseau complet.

21Le premier réseau s’organise autour de quatre conférenciers (@aleyda, @abondance_com, @LaurentPeyrat et @andrealpar). Il illustre clairement le peu d’importance de la dimension collective dans la reproduction de l’autorité. La cohésion de ce groupe est en effet faible en termes de densité de liens (nombre de liens observés en proportion de l’ensemble des liens possibles), même s’il présente une bonne connexité (liaisons directes et indirectes) avec d’autres comptes, de blogueurs, de spécialistes en communication événementielle, de membres d’agences parte­naires, etc. (@Miss_Seo_Girl, @ValBdeMytte, @K_Lice, @lucmorineau). Par contre, la quasi absence de liens directs entre les comptes cen­traux de ce groupe (seul @aleyda mentionne @andrealpar) illustre le fait que ce dernier n’a pas d’existence en dehors de ces interactions en ligne.

22Le second réseau s’appuie plus sur une dimension collective, puisqu’il s’organise autour du compte d’une agence partenaire @SYNODIANCE. Des liens de type bonding (liens augmentant la den­sité du réseau) viennent renforcer la cohésion du groupe autour du compte @yahn, associé de cette agence. Ce groupe est relié à d’autres usa­gers par des liens de type bridging (liens faibles connectant des composantes qui seraient autre­ment déconnectées du réseau) qui intègrent par exemple un autre conférencier (@YakaMama) à ce réseau, mais la distance (éloignement entre deux nœuds dans le réseau) entre ce membre et le groupe évoqué traduit la dimension éphémère de ce lien. Cet exemple illustre une recherche de renforcement d’autorité par la cohésion d’un groupe, mais celui-ci reste limité aux membres initiaux de ce dernier.

23Le faible rôle de la dimension collective dans la reproduction d’autorité se retrouve également au sein des réseaux personnels.

24Le réseau personnel autour du compte @Seoblac­kout est le plus important en termes de nombre de liens. Il occupe la position centrale dans le réseau complet, du fait de sa grande connexité. Par contre, l’appartenance de ce compte à un groupe informel (les Black Hats) et son rôle dans ce réseau hors ligne n’apparaissent pas du tout dans ce graphe de mentions. Ce résultat illustre le fait que ce groupe informel n’a pas besoin de se mentionner lors d’un tel événement pour se rendre visible.

25Le réseau personnel autour du compte @renaud­joly est marqué par une forte intensité (fréquence élevée et diversité des membres le mentionnant) mais l’absence de réciprocité de la part de ce compte l’éloigne un peu du centre du réseau com­plet. C’est un compte qui est beaucoup mentionné mais qui mentionne peu.

26Deux autres réseaux personnels sont marqués par une forte connexité (liens type bridging) mais varient en fonction de leur centralité dans le réseau complet. Celui autour du compte @RomainBellet présente une faible centralité car il est uniquement mentionné par les membres de son agence, ce qui constitue par ailleurs un sous-groupe théma­tique. Celui autour du compte @taiphan est plus central car il est mentionné par d’autres comptes également plus centraux. Ce type de réseaux personnels illustre la tactique de membres qui veulent jouer un rôle de connecteurs, mentionnant les comptes de conférenciers, d’organisateurs, de membres proches de l’organisation, etc.

27Un dernier réseau personnel a attiré notre atten­tion, celui autour du compte @lgalichet en raison de son isolement vis-à-vis du réseau complet. Les membres du réseau (à dimension territoriale) ont mentionné le compte d’un des leurs pour le rendre visible mais ils ont été les seuls à le faire.

  • 32 Ronald S. Burt, « Le capital social, les trous structuraux et l’entrepreneur », in Revue française (...)

28Cette analyse de graphes de mentions ne permet pas de repérer de « cliques » (groupes au sein desquels la totalité des liens sont réciproques) lesquelles n’utilisent pas ce moyen pour mon­trer leur cohésion. Des échanges en face-à-face relèvent justement de l’intérêt de ce type d’évé­nement en présentiel. De même, comme l’avait analysé Ronald S. Burt dans sa théorie des « trous structuraux32 », l’asymétrie est une caractéristique essentielle des types d’interactions illustrées par des mentions. Les cas de réciprocité sont rares et se situent principalement au sein de groupes formels que constituent les agences ou l’associa­tion organisatrice de l’événement.

Les formes de circulation de l’autorité

29Une circulation de l’autorité se met en place, partant de l’autorité énonciative du conférencier, bénéficiant parfois d’autorités institutionnelles, jouant sur l’autorité de contenu et visant l’autorité calculée. Pour illustrer ce phénomène, nous avons choisi d’analyser les échanges de messages lors de la conférence qui a suscité le plus de tweets, celle de Aleyda Solis, Head of Digital Strategy chez Woorank (outil d’évaluation SEO, e-mar­keting de sites web), intervenant sur le « local SEO - référencement local ». Dès le début de la conférence, une concurrence apparaît entre comptes afin d’être le premier à relayer les idées fortes de la conférencière, tout en apportant éven­tuellement une plus-value (liens, commentaires, anecdotes, etc.). Pour donner un exemple, ces deux tweets de présentation de la conférence servent aux comptes qui souhaitent la relayer à se rendre visibles : « Le référencement local avec @aleyda de @woorank au #seocampus2014 » http://t.co/​fT6CRPflom [@web_Alliance à 14h12] et « Referencement local avec @Aleyda #seocampus2014 » http://t.co/​lyhsGUSgwA [@Nat33_ à 14h12]. Ainsi, un effet de silo, ou pour parler en termes SEO de duplication de contenu, apparaît rapidement. Les mêmes messages ou presque sont diffusés à quelques secondes d’intervalle par plusieurs participants. Au cours de cette joute, des visuels illustrant le propos viennent souvent renforcer l’autorité de contenu du message. Par exemple : « #seo­campus2014 ‘Local SEO’ by @aleyda from @Woorank - penser SOLOMO ! http://t.co/​CfYS0Fu9yg [@ValBdeMytte à 14h26] » est un message qui reprend une idée forte de la confé­rencière (autorité énonciative) en l’illustrant par une capture de la diapositive (autorité de contenu). D’autres tweets ont vocation à mettre en avant les connaissances ou compétences de l’usager, en s’appuyant également sur des formes d’autorité énonciative et de contenu. « Un outil (payant) sympa pour gérer son ref local (repor­ting, stats) http://t.co/​R5sRxV7csj via @aleyda #seocampus » [@olek_tron à 14h41]. De même certains tweets visent à bénéficier de l’autorité énonciative par circulation, comme celui-ci en fin de présentation : « @aleyda : one of the best and most complete speak of this #seocampus Thank you ! » [@cubilizer, à 14h54].

30Tous les comptes qui suivent la conférence n’ont pas ce profil de relayeurs. Aussi, schématique­ment, trois profils d’usagers se distinguent : les comptes qui relaient la conférence, apportent des commentaires, des ajouts, etc. ; ceux qui reprennent les premiers, enfin ceux qui suivent sans intervenir. Le jeu entre les deux premiers profils d’usagers conduit à la mise en place d’une autorité calculée, en fonction d’un algorithme intégrant une liste de critères dont le nombre de tweets, la fréquence de publication, le nombre de reprises (RT), et de citations, les sources des messages repris, etc.

31Ces résultats, illustrant la dimension hybride des formes d’autorité cognitive, informationnelle et calculée, doivent être discutés en fonction du type de collectifs et du niveau d’appropriation du dispositif analysés.

Reproduction de l’autorité et forme de collectifs

  • 33 Serge Proulx, « Les communautés virtuelles : ce qui fait lien », in Serge Proulx, Michel Sénécal et (...)
  • 34 Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard, op. cit.
  • 35 Serge Proulx et Guillaume Latsko-Toth, op. cit. ; Bernhard Rieder, op. cit.

32Dans cette partie de discussion, nous souhaitons souligner que l’hypothèse d’une reproduction des formes d’autorité existantes n’est pas générali­sable à tous les types de collectifs, et ne repré­sente pas une situation pérenne. Premièrement, les pratiques collectives analysées dépendent de « ce qui fait lien33 » entre les membres du groupe. Le réseau complet, analysé à partir des mentions entre ses membres, est un groupe professionnel34 car ces individus ont le même métier (référenceur SEO). Nous pouvons parler de « communauté » car des idées, valeurs, signes partagés établissent la particularité du groupe35. En termes d’analyse structurale de réseaux, ce groupe se caractérise par une connexité et une intensité élevées des relations entre les membres.

  • 36 Serge Proulx, « Trajectoires d’usages des techno­logies de communication : les formes d’appropriati (...)
  • 37 Ibid., p. 181.
  • 38 Robert Castel, La montée des incertitudes. Travail, protection, statut de l’individu. Paris, Seuil, (...)
  • 39 Claude Dubar, La crise des identités. L’interpréta­tion d’une mutation, Paris, PUF, 2010 (4e éd.).

33Deuxièmement, les usages de live tweeting analy­sés relèvent de pratiques de communication plus larges comme celles du réseautage. La notion de trajectoire d’usage, proposée par Serge Proulx et Guillaume Latzko-Toth36, permet justement d’étudier la continuité d’une pratique à travers les usages des divers dispositifs communication­nels qui se succèdent. Ainsi, le programme de ces chercheurs visait à « étudier les trajectoires d’usages individuels et collectifs, i.e. les parcours d’individus et de groupes (usages successifs et concomitants) à travers une constellation d’ob­jets communicationnels passés, présents, émer­gents ou sur le déclin.37 » Dans cette lignée, les usages de live tweeting peuvent être analysés à la fois comme s’inscrivant dans un environnement normatif fait de patterns d’habitudes de réseau­tage et simultanément comme un usage créatif renouvelant les règles du réseautage. Certes, nous ne sommes plus dans une situation où les usagers sont majoritairement en phase d’appro­priation du dispositif et de constitution de leur réseau relationnel. D’où ces résultats conduisant à conclure que le live tweeting est devenu moins un moment de fabrication (création) d’une autorité énonciative principalement qu’un moment de renforcement des formes d’autorité existantes (issue d’une présence construite). À l’inverse de nombreux facteurs conduisent à fragiliser cette reproduction (montée des incertitudes38, « crise » des identités professionnelles39, instabilité des dispositifs, etc.). Cette dynamique doit également être prise en compte à travers les changements apparaissant dans la fabrication des formes d’au­torité informationnelle et calculée.

Conclusion : changements et continuités dans la fabrication de l’autorité

  • 40 Alan Ouakrat et Julien Mésangeau, « Resocialiser les traces d’activités numériques : une propositio (...)

34En guise de conclusion, les usages de live twee­ting, au sein d’un groupe professionnel marqué par une grande cohésion, se caractérisent par une reproduction des formes d’autorités existantes. Ils s’appuient peu sur les groupes présents lors de l’événement et vont plutôt jouer sur un méca­nisme de circulation de l’autorité entre acteurs. Ces résultats dépendent notamment du type de collectifs que constitue le groupe professionnel et du niveau d’appropriation du dispositif. Sur­tout, pour éviter de les surinterpréter et conduire à l’idée qu’un dispositif comme Twitter em­pêcherait toute évolution des positions au sein d’un réseau comme les référenceurs, quelques précautions méthodologiques s’imposent. Il s’agit notamment de resocialiser les données numériques40, en tenant compte de l’organisation des groupes formels ou informels auxquels les usagers appartiennent. Il faudrait étudier égale­ment si la population participant à l’événement évolue en termes de profils, d’une année à l’autre, ou s’il s’agit aujourd’hui d’un « rendez-vous entre amis ». De même, ces résultats indiquent que les relations révélées par les mentions ne sont pas forcément stables. Ainsi, l’analyse de ces usages nécessite de les intégrer dans une approche diachronique d’une pratique commu­nicationnelle plus large, telle que le réseautage professionnel. L’exemple de l’évolution des enjeux du live tweeting montre les limites d’une analyse des pratiques autour d’un seul dispositif puisqu’une partie de l’échange se fait en dehors de celui-ci. S’inscrivant dans le programme des trajectoires d’usages entre dispositifs, ce type d’approche permet non seulement de tenir compte des patterns d’habitudes des usagers, mais aussi de révéler des espaces de créativité pour l’agir communicationnel.

Haut de page

Notes

1 Éveline Broudoux, « Construction de l’autorité informationnelle sur le Web », 2007, disponible sur http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00120710 Louise Merzeau, « Twitter : une machine à fabriquer de l’au­torité », in Nicolas Pélissier et Gabriel Gallezot (dir.), Twitter. Un monde en tout petit ?, Paris, L’Harmattan, 2013, pp. 35-51.

2 Serge Proulx, « Trajectoires d’usages des techno­logies de communication : les formes d’appropriation d’une culture numérique comme enjeu d’une « société du savoir » », in Annales des télécommunications, vol. 57, n° 3-4, 2002, pp. 180-189.

3 Louise Merzeau, op. cit.

4 Ibid., pp. 37-38.

5 Jean-Claude Domenget, « De l’impératif de visibilité aux enjeux éthiques : les usages de Twitter par des professionnels du Web », in Serge Proulx, Mélanie Millette et Lorna Heaton (dir.), Médias sociaux : enjeux pour la communication, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2012, pp. 217-232 ; Manuel Zacklad, « Twitter et ses multiples usages : la rançon du succès », in Nicolas Pélissier et Gabriel Gallezot (dir.), Twitter. Un monde en tout petit?, Paris, L’Harmattan, 2013, pp. 7-11.

6 Shaomei Wu, Jacques M. Hofman, Winter A. Mason et Duncan J. Watts, « Who says what to whom on Twitter », in WWW’11: Proceedings of the 20th International Conference on World Wide Web, 2011, pp. 705-714.

7 Alice E. Marwick et danah boyd « I tweet honestly, I Tweet passionately: Twitter users, context collapse and the imaginated audience », in New Media Society, vol. 13, no 1, 2010, pp. 114-133.

8 Thomas Beauvisage, Jean-Samuel Beuscart, Thomas Couronné et Kevin Mellet, « Le succès sur Internet repose-t-il sur la contagion ? Une analyse des recherches sur la viralité », in Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 21, 2011, disponible sur http://traces.revues.org/5194

9 Patrice Flichy, L’innovation technique : récents développements en sciences sociales : vers une nouvelle théorie de l’innovation, Paris, La découverte, 1995.

10 Dominique Boullier, « Médiologie des régimes d’attention », in Yves Citton (dir.), L’économie de l’attention. Nouvel horizon du capitalisme ?, Paris, La Découverte, 2014, pp. 84-108.

11 Jean-Claude Domenget, « Le live tweeting. Formes d’autorité et régimes d’attention des publics », in Francine Charest, Alain Lavigne et Charles Moumouni (dir.), Médias sociaux et relations publiques, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2015, pp. 83-99.

12 Alice E. Marwick et Danah Boyd (op. cit.) dis­tinguent deux types d’usagers de Twitter, les gens ordinaires et les « micro-célébrités ». Les premiers désirent être authentiques, tandis que pour les seconds, l’authenticité n’est qu’un facteur de succès d’une stratégie visant à engager leur public. Dans ce but, ils révèlent quelques renseignements personnels, mention­nent des centres d’intérêts extérieurs, pertinents pour des publics variés. Ils cherchent surtout à maintenir un équilibre entre les dimensions personnelles et professionnelles dans leurs tweets. Pour les auteurs, cette méthode n’est pas sincère mais difficile à repérer.

13 Éveline Broudoux, op. cit.

14 Ibid., p. 5.

15 Louise Merzeau, op. cit., p. 43.

16 Nathalie Heinich, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Éditions Gallimard, 2012.

17 Louise Merzeau, op. cit., pp. 47-48.

18 Serge Proulx et Guillaume Latsko-Toth, « La virtualité comme catégorie pour penser le social : l’usage de la notion de communauté virtuelle », in Sociologie et sociétés, vol. 32, no 2, 2000, pp. 99-122.

19 Nicolas Pélissier et Gabriel Gallezot (dir.), Twitter. Un monde en tout petit ?, Paris, L’Harmattan, 2013.

20 Serge Proulx, « Les communautés virtuelles : ce qui fait lien », in Serge Proulx, Louise Poissant et Michel Sénécal (dir.), Communautés virtuelles : penser et agir en réseau, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2006, pp. 13-25.

21 Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 3e édition, 2011 [1998].

22 Pour une distinction des notions de communauté et de réseau social permettant de caractériser des inter-actions sociales stables d’un côté et de l’autre les notions de foule et d’écume caractérisant des inter-actions beaucoup plus instables, voir Bernhard Rieder, « De la communauté à l’écume : quels concepts de sociabilité pour le « web social » ? », in Tic&Société, vol. 4, n° 1, 2010, disponible sur http://ticetsociete.revues.org/822

23 Alain Degenne et Michel Forsé. Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin, 2004 [1994].

24 Le sens du terme black hat en référencement diffère de celui utilisé en informatique. Il est employé pour « décrire le comportement d’un référenceur qui utilise des techniques contraires aux guidelines de Google ». http://fr.wikipedia.org/wiki/Black_hat Par opposition, les white hats sont ceux qui respectent ces normes.

25 https://dev.twitter.com/rest/reference/get/search/tweets. Notons néanmoins que « GET search/tweets » ne retourne pas l’ensemble des tweets utilisant un certain hashtag mais seulement un échantillon dont les carac­téristiques sont mal connues. Twitter indique ainsi que l’API de recherche est centrée sur la pertinence et non l’exhaustivité (the Search API is focused on relevance and not completeness).

26 De l’ordre d’une semaine.

27 https://dev.twitter.com/rest/reference/get/statuses/user_timeline

28 https://dev.twitter.com/streaming/reference/post/statuses/filter

29 Voici la liste des 31 comptes suivis : @taiphan, @aurelienbardon, @YakaMama, @MagicYoyo, @axenetvit, @clip6, @eseoref, @korleon38, @diije, @SYNODIANCE, @RaphSEO, @renaudjoly, @Miss_SEO_Girl, @Papilouve, @Seoblackhat, @largow, @abondance_com, @RomainBellet, @mlocalseo, @olek_tron, @Polo_Seo, @web_Al­liance, @Djibou_TeaM, @HonePro, @1ere_position, @intuiti, @yahn, @xavfun, @lerouxantoine, @cubi­lizer, @francoisgoube.

30 Alain Degenne et Michel Forsé, op. cit. ; Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, 2011 [2004].

31 Ces deux graphes peuvent être consultés en sui­vant ce lien :

https://www.slideshare.net/JCDblog/graphes-complet-et-filtr-de-mentions-article-domen­get-et-segault-2017

32 Ronald S. Burt, « Le capital social, les trous structuraux et l’entrepreneur », in Revue française de sociologie, vol. XXXVI, n° 4, 1995, pp. 599-628.

33 Serge Proulx, « Les communautés virtuelles : ce qui fait lien », in Serge Proulx, Michel Sénécal et Louise Poissant (dir.), Communautés virtuelles : penser et agir en réseau, Québec, Presses de l’Université Laval, 2006, pp. 13-25.

34 Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard, op. cit.

35 Serge Proulx et Guillaume Latsko-Toth, op. cit. ; Bernhard Rieder, op. cit.

36 Serge Proulx, « Trajectoires d’usages des techno­logies de communication : les formes d’appropriation d’une culture numérique comme enjeu d’une « société du savoir » », in Annales des télécommunications, vol. 57, n° 3-4, 2002, pp. 180-189.

37 Ibid., p. 181.

38 Robert Castel, La montée des incertitudes. Travail, protection, statut de l’individu. Paris, Seuil, 2009.

39 Claude Dubar, La crise des identités. L’interpréta­tion d’une mutation, Paris, PUF, 2010 (4e éd.).

40 Alan Ouakrat et Julien Mésangeau, « Resocialiser les traces d’activités numériques : une proposition qualitative pour les SIC », in Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, n° 8, 2015, disponible sur https://rfsic.revues.org/1795

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Domenget et Antonin Segault, « Une pratique collective de fabrication de l’autorité »Quaderni, 93 | 2017, 85-97.

Référence électronique

Jean-Claude Domenget et Antonin Segault, « Une pratique collective de fabrication de l’autorité »Quaderni [En ligne], 93 | Printemps 2017, mis en ligne le 05 mai 2019, consulté le 01 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1082 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaderni.1082

Haut de page

Auteurs

Jean-Claude Domenget

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication
Elliadd, Université de Bourgogne Franche-Comté

Antonin Segault

Doctorant en Sciences de l’information et de la communication
Elliadd, Université de Bourgogne Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search