Navigation – Plan du site
Dossier

Social networks of death: conspiracy panics and professional journalistic ethics in the post-Soviet Russia

Ilya Yablokov
p. 53-62

Résumés

En mai 2016, un important journal russe, Novaya Gazeta, a publié un long article d’investigation intitulé « Les groupes de la mort » traitant de groupes publics sur le réseau social russe Vkontakte ciblant les adolescents et les encourageant au suicide. L’auteur y prétendait que les jeunes Russes étaient tués par une force inconnue qui « tirait les ficelles » de l’internet. Cet article déclencha un large débat public autour des dangers de l’internet pour les jeunes Russes qui déboucha sur l’appel à l’enfermement des fondateurs de ces groupes ainsi qu’une modification législative permettant de poursuivre quiconque encouragerait, favoriserait ou aiderait un suicide. Rapidement, le débat s’est focalisé sur la sphère de l’éthique journalistique dans la mesure où l’auteur des « Groupes de la mort » se vit accusé de violer les règles éthiques du journalisme d’investigation et de propager la peur des nouvelles technologies parmi la population russe. D’une part, la parution de cet article dans un journal d’investigation respecté démontre que même parmi des professionnels capables de réflexions critiques, certains sont vulnérables à la pensée conspirationniste. Non seulement ceci alimente le discours national alarmiste à propos de l’internet, mais, en outre, ceci favorise indirectement les velléités gouvernementales de couper court à la liberté d’expression. D’autre part, la focalisation du débat autour de sphère éthique a permis de souligner le manque de principes professionnels qui permet aux journalistes russes de propager des théories du complot en toute impunité professionnelle ou réputationnelle.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

The Mystery of Russian Teenage Suicides
“Russians are suffering genocide” : the conspiratorial framing of the Russian Internet
The Internet is also an integral part of urban
Professional ethics and journalism in Russia : the case of Novaya gazeta

Aperçu du texte

On 16 May 2016 Russia’s leading investigative newspaper Novaya Gazeta published an article on the suicides of teenagers across the Russian Federation. The article entitled “The Groups of Death” claimed that the Russian social network VKontakte contained a myriad of groups for teen­agers that brainwashed young people and pushed them to commit suicide. According to the author, around 130 teenagers died between November 2015 and April 2016 and they were all members of the same communities which were managed by anonymous “puppet masters” that created tasks for teenagers and set the dates of their suicides.

As of July 2017, the article has been accessed by approximately 3.5 millions Internet users, a response that has triggered heated debates and legislative amendments. Galina Mursalieva, the author of the piece, has released a book based on the article that has promoted the alarmist argu­ment that the Internet is dangerous for Russian teenagers. However, what strikes the reader about the...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilya Yablokov, « Social networks of death: conspiracy panics and professional journalistic ethics in the post-Soviet Russia », Quaderni, 94 | 2017, 53-62.

Référence électronique

Ilya Yablokov, « Social networks of death: conspiracy panics and professional journalistic ethics in the post-Soviet Russia », Quaderni [En ligne], 94 | Automne 2017, mis en ligne le 05 octobre 2019, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1113 ; DOI : 10.4000/quaderni.1113

Haut de page

Auteur

Ilya Yablokov

Chercheur Associé et enseignant
Université de Leeds, United Kindom

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals