Navigation – Plan du site
Dossier

La radicalisation sous emprise ?

Le processus de radicalisation au prisme de Stop Djihadisme
Julien Fragnon
p. 13-38

Résumés

En janvier 2015, le gouvernement français a lancé un site internet « Stop Djihadisme » pour prévenir la radicalisation. Cette campagne de communication globale s’inscrit dans une stratégie de lutte contre la propagande des organisations djihadistes qui mêle mesures répressives (répression de l’apologie du terrorisme et fermetures administratives de sites) et diffusion d’un « contre-discours ». Ces mesures s’inscrivent au croisement de plusieurs politiques publiques : une institutionnalisation de la communication publique antiterroriste et une politique de prévention de la radicalisation encore embryonnaire. L’analyse du discours effectuée sur les différents vecteurs de communication (pages internet, brochures grand public, vidéos sur les réseaux sociaux) montre une représentation de la radicalisation à la fois critique (le discours public sur la radicalisation est un discours de dénonciation) et partielle (le discours se limite aux dimensions affirmatives de la radicalisation). Ces campagnes de communication s’appuient sur la dénonciation de la nature manipulatrice des discours djihadistes s’inspirant en cela des dispositifs utilisés en France pour lutter contre les dérives sectaires.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Stop-djihadisme.gouv.fr : un nouveau dispositif au croisement de politiques publiques en construction
Entre rupture et manipulation : une représen­tation partielle de la radicalisation
Un « contre-discours » qui oscille entre lutte contre le complotisme et les dérives sectaires

Aperçu du texte

Laboratoire Triangle « Beaucoup de terroristes sont passés à l’action après s’être radicalisés sur les réseaux sociaux » par le biais de « contenus de propagande islamiste qui les manipulent et les conduisent à la violence », expliquait le futur président de la République, Emmanuel Macron, lors de la dernière campagne présidentielle. Prenant acte qu’« Internet (était) devenu un élément essentiel du terrorisme », il esquissait deux propositions : la lutte contre la propagande djihadiste et l’accès des autorités aux données chiffrées. En réalité, cela fait plusieurs années déjà que le gouvernement français a investi le champ de l’internet comme un nouveau lieu de déploiement de la lutte contre le terrorisme. Le 23 avril 2014, le gouvernement adoptait un plan d’action contre les filières syriennes et la radicalisation violente. Ce plan d’action constitue la base de la future « politique publique inédite de prévention et de prise en charge de la radicalisation ». Il consacre, dans le mê...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Fragnon, « La radicalisation sous emprise ? », Quaderni, 95 | 2018, 13-38.

Référence électronique

Julien Fragnon, « La radicalisation sous emprise ? », Quaderni [En ligne], 95 | Hiver 2017-2018, mis en ligne le 05 février 2020, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1135 ; DOI : 10.4000/quaderni.1135

Haut de page

Auteur

Julien Fragnon

Université de Lyon / Sciences Po Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals