Navigation – Plan du site
Dossier

Comment qualifier les relations entre les médias sociaux et les processus de radicalisation menant à la violence ?

Note de synthèse internationale
Séraphin Alava, Divina Frau-Meigs et Ghayda Hassan
p. 39-52

Résumés

Les médias sociaux conduisent-ils les individus vulnérables à recourir à la violence ? Beaucoup de gens croient que c’est le cas. Et les États ré¬pondent par la censure en ligne, la surveillance et le contre-discours. Mais que savons-nous vrai¬ment des liens entre Internet et violence, et que savons-nous de l’impact des réseaux sociaux sur les phénomènes de radicalisation ? Partout dans le monde, les gouvernements et les sociétés Internet prennent des décisions sur la base de suppositions sur les causes et les remèdes face au terrorisme. Le défi sociétal est grand de comprendre ces liens. La nécessité d’une politique fondée sur des faits et des preuves, et non fondée sur des intui¬tions – ou poussée par la panique et la peur – est essentielle. C’est dans ce contexte que l’UNESCO a commandé l’étude intitulée Médias sociaux et radicalisation de la jeunesse à l’ère numérique. Ce travail fournit une cartographie globale de la recherche sur les rôles supposés des médias sociaux dans les processus de radicalisation violents, particulièrement en ce qui concerne les jeunes et les femmes.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les réseaux sociaux en accusation
Radicalisation, violence, terrorisme, de quoi parle-t-on ?
Méthodologie de notre synthèse. Revue de littérature internationale et modalités de sélection
Cartographies des recherches et des chercheurs 
État de la recherche dans le domaine des liens entre médias sociaux et radicalisation violente et résultats
Tchats et forums
Facebook
Twitter
YouTube et autres plates-formes vidéo
Conclusion

Aperçu du texte

Bien que la littérature grise soit très abondante (rapports, profils, enquêtes journalistiques appro­fondies...) et marquée par une forte augmentation de son volume au cours des dernières années (à partir de 2012), le domaine de la radicalisation des « jeunes » en ligne est encore insuffisamment étudié et théorisé. La plupart des recherches ont tendance soit à être anecdotiques (basées sur des études de cas isolés), soit peu abondantes en données empiriques (petits corpus, ensembles de données limitées, analyses ponctuelles...).

Dans cet article, nous portons attention à la radi­calisation djihadiste en présentant les résultats les plus marquants sur les liens entre radicalisation et médias sociaux.

Cette étude ne montre pas de lien de causalité net entre la propagande en ligne et la radicalisation des jeunes. Le rôle précis d’Internet dans le processus de la radicalisation doit être exploré avec plus de soin. La recherche reconnaît l’efficacité de la propagande en ligne, mais Inter...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séraphin Alava, Divina Frau-Meigs et Ghayda Hassan, « Comment qualifier les relations entre les médias sociaux et les processus de radicalisation menant à la violence ?  », Quaderni, 95 | 2018, 39-52.

Référence électronique

Séraphin Alava, Divina Frau-Meigs et Ghayda Hassan, « Comment qualifier les relations entre les médias sociaux et les processus de radicalisation menant à la violence ?  », Quaderni [En ligne], 95 | Hiver 2017-2018, mis en ligne le 05 février 2020, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1137 ; DOI : 10.4000/quaderni.1137

Haut de page

Auteurs

Séraphin Alava

Université de Toulouse 2 Jean Jaurès

Articles du même auteur

Divina Frau-Meigs

Université de Paris 3

Ghayda Hassan

Université de Québec Montréal UQAM

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals