Navigation – Plan du site
Dossier

Fictionnalisation des attentats et théorie du complot chez les adolescents

Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre
p. 53-64

Résumés

S’il est admis que la production culturelle a accoutumé les adolescents à endosser une posture interprétative, peu d’enquêtes s’attachent à en montrer les contours et à explorer le lien entre cette dernière et une propension à adhérer aux théories du complot. Nous considérons ici les adolescents comme des narratologues ordinaires et tentons de décrire les mécanismes de fictionnalisa¬tion par lesquels ces derniers retrouvent dans le réel et dans les médias-cultures des schèmes interprétatifs communs.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La fictionnalisation des attentats : « C’est parce qu’on a vu trop de films qu’on pense comme ça »
Hégémonie des images et incertitude de la vérité : « On ne peut pas savoir »
Idéal démocratique de l’empowerment par les TIC : « Chacun a droit à avoir son idée personnelle »
Esprit critique et théorie du complot : « Appa­remment, il y a des trucs cachés »
Conclusion

Aperçu du texte

« Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur »
Jean Cocteau, Antigone

Bernard Williams (2002) a mis en évidence deux aspects caractérisant le régime de vérité des sociétés contemporaines (Engel et Rorty, 2005). On observe une très forte méfiance à l’égard de ce qui depuis le siècle des Lumières renvoie aux valeurs de rationalité, de progrès et d’objectivité scientifiques, y compris dans des cercles intellectuels, diplômés, dans les médias, dans la classe politique et au sein même des uni­versités. Parallèlement jamais n’a été aussi forte l’impression d’être trompé par les institutions (politiques, scientifiques) qui sont dépositaires de ces valeurs, et jamais les individus n’ont exprimé un tel besoin de confiance systémique (Giddens, 1994) dans un monde gouverné par les risques globaux et fondé sur leur nécessaire anticipation par des savoirs experts (Beck, 2001).

Autrefois réservé à l’exercice de la critique par les philosophes, notamment à l’égard de la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre, « Fictionnalisation des attentats et théorie du complot chez les adolescents », Quaderni, 95 | 2018, 53-64.

Référence électronique

Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre, « Fictionnalisation des attentats et théorie du complot chez les adolescents », Quaderni [En ligne], 95 | Hiver 2017-2018, mis en ligne le 05 février 2020, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1140 ; DOI : 10.4000/quaderni.1140

Haut de page

Auteurs

Vincenzo Cicchelli

Maître de conférence
Université Paris Descartes
Chercheur
GEMASS, Paris Sorbonne CNRS

Sylvie Octobre

Chargée de recherche
DEP - ministère de la Culture
Chercheure associée
GEMASS, Paris Sorbonne CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals