Navigation – Plan du site
Dossier

La smart city pour voir et concevoir autrement la ville contemporaine

Jean-Marc Offner
p. 17-27

Résumés

Au-delà des légitimes critiques adressées à la rhéto¬rique de la smart city, le développement du numérique dans les systèmes urbains peut contribuer à un utile changement de regard sur les villes, dans leurs muta¬tions métropolitaines.
Nouveaux services individuels ou collectifs, meilleure connaissance des pratiques et des rythmes urbains, la smart city permet une intelligence des usages. Elle fournit matière à une explicitation des contours de la ville évènementielle, de la ville servicielle, loin de la doxa urbanistique focalisée sur la morphologie des villes.
Couteau suisse du citadin métropolitain, le smartphone active des territorialités faites de liens autant que de lieux. La géolocalisation associe le proche et le loin¬tain, la contiguïté et la connexité. Processus de mise en réseau des territoires, la métropolisation trouve ainsi son outil du quotidien des vies mobiles. Les espaces publics y trouvent de nouvelles vocations.
Portée tant par les traditionnels gestionnaires des services en réseau que par de grandes et petites entreprises du numérique, la smart city rend visible l’importance de la technique dans l’aménagement et le développement des villes. Ce que les macro-systèmes techniques urbains, protégés par l’opacité des boîtes noires et des réseaux, n’avaient pas rendu possible est paradoxalement encouragé par l’évidence technologique de la smart city. Des infographies urbaines restent à imaginer, qui rendent visibles les métabolismes urbains.
Ainsi s’esquisse la métropole contemporaine, dans un enrichissement lexical majeur : le hard, l’objet, la forme laissent place au soft, à l’usage, au métabolisme. L’articulation entre stocks et flux, bâtis et circulations, sédentarités et mouvements, devient ou redevient l’enjeu majeur des gouvernances métropolitaines à inventer.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Réseaux techniques : optimiser pour faire « marché »
Datas et gouvernance : les velléités d’une cybernétique apolitique
Usages : les espaces-temps en partage
Géolocalisation : l’insensé retour du hic et nunc
Métabolisme urbain : des flux à rendre visibles

Aperçu du texte

Que dire d’intelligent sur la smart city qui n’ait pas déjà été écrit et répété ? Depuis le début de la construction du quartier « hyperconnecté » de Songdo en Corée du Sud, au début des années 2000, depuis l’appel de Bill Clinton au géant informatique Cisco en 2005 pour décongestionner les métropoles, la ville intelligente commence à remplacer la ville durable dans la rhétorique urbaine des techniciens et des politiques. L’Union européenne a amplifié le processus, mettant le sujet à son agenda urbain. La scène publique semble devoir ainsi recycler de plus en plus rapidement ses « mythes opératoires », faute peut-être d’une inventivité locale mobilisatrice.

La ville durable voulait et veut sauver la planète… Cette ambition peu contestable a longtemps fait taire les critiques. Plus ambiguë dans ses objectifs, la ville intelligente a plus rapidement suscité les méfiances, entre suspicion de surveillance généralisée par les pouvoirs publics et mainmise des capitaux privés sur l’administ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Offner, « La smart city pour voir et concevoir autrement la ville contemporaine », Quaderni, 96 | 2018, 17-27.

Référence électronique

Jean-Marc Offner, « La smart city pour voir et concevoir autrement la ville contemporaine », Quaderni [En ligne], 96 | Printemps 2018, mis en ligne le 15 mai 2020, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1172 ; DOI : 10.4000/quaderni.1172

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Offner

Directeur général de l’a-urba (agence d’urbanisme Bordeaux métropole Aquitaine)
Président du conseil stratégique de l’École urbaine de Sciences Po
Ancien directeur du Latts (Laboratoire Techniques-Territoires-Sociétés)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals