Navigation – Plan du site
Dossier

De l’audace technique à la conformation politique ? Quelques hypothèses de retour de la Silicon Valley

Stève Bernardin
p. 43-57

Résumés

Écologie, rentable et sûre : la « ville intelligente » apparaît aujourd’hui comme une panacée. Ses pro¬moteurs les plus enthousiastes en font une évidence : les technologies numériques constituent un remède idéal face aux problèmes présents et futurs des villes contemporaines. Leurs détracteurs dénoncent un discours technocratique, porté par des élites écono¬miques ne tenant pas compte des réalités politiques et sociales. Le présent article vise à prendre au sérieux les deux perspectives, en interrogeant les conditions de production du discours des industriels du secteur numérique. Quelle en est la genèse économique et sociale ? Qui le porte concrètement, et comment ? Des hypothèses fortes se dessinent avec une première enquête exploratoire menée au cœur de la Silicon Valley, en Californie. Elles invitent à ne pas céder trop rapidement aux facilités de la dénonciation technocratique, pour souligner un travail plus subtil de définition et de légitimation politique et sociale des problèmes publics auxquels est censé répondre l’avènement de la ville intelligente. À partir de l’ethnographie d’une conférence de professionnels du secteur, l’analyse témoigne plus précisément des contraintes autant que des ressources propres aux industriels en venant à porter leurs demandes en public. Elle amène finale¬ment à interroger l’hypothèse d’une conformation de leurs porte-parole à un jeu politique dont ils cherchent aujourd’hui à maîtriser toutes les règles.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

« Il faut penser emploi, pas technologie » : une euphémisation de l’argument technique en petit comité
L’objectivation d’une contrainte latente : la résistance des bureaucrates entre défiance et indifférence
Après Songdo et Masdar : une spécialisation du discours à destination des élus « à l’écoute »
En guise de conclusion : apports et limites de l’hypothèse de la conformation politique

Aperçu du texte

Pour ses promoteurs, la « ville intelligente » (« smart city » en anglais) constitue une promesse indiscutable de progrès. Le développement des technologies numériques permettrait ainsi, par exemple, une optimisation de la gestion des ressources naturelles, dans nos lieux d’habitation comme de travail et de loisir, en autorisant un suivi en temps réel des consommations d’énergie. Il amènerait aussi à l’amélioration des conditions de circulation et de stationnement, en proposant une géolocalisation des zones d’encombrement ou de congestion, à partir de capteurs installés à même les chaussées et les trottoirs en ville. Chaque usager pourrait alors bénéficier d’un service à moindre coût, parfaitement adapté à ses besoins individuels. Il aurait en outre la possibilité de s’exprimer quant aux politiques urbaines, de gestion de l’eau ou des déchets par exemple, à partir d’applications téléchargées sur son téléphone portable.

La « ville intelligente », dans cette optique, constituerait une...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stève Bernardin, « De l’audace technique à la conformation politique ? Quelques hypothèses de retour de la Silicon Valley », Quaderni, 96 | 2018, 43-57.

Référence électronique

Stève Bernardin, « De l’audace technique à la conformation politique ? Quelques hypothèses de retour de la Silicon Valley », Quaderni [En ligne], 96 | Printemps 2018, mis en ligne le 15 mai 2020, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1176 ; DOI : 10.4000/quaderni.1176

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals