Navigation – Plan du site
Dossier

Grenoble et la « Smart City ». Entretien avec Éric Piolle, maire de Grenoble

Kevin Brookes
p. 59-70

Résumés

Éric Piolle a été élu maire de Grenoble en 2014 à la tête d’une coalition rassemblant des écologistes, des membres de « La France Insoumise » et de diverses associations citoyennes. Dans cet entretien, réalisé en septembre 2017, il nous expose ses critiques vis-à-vis d’une conception trop technophile et élitiste de la «  Smart City  ». Ce vocable polysémique est souvent utilisé pour faire du maire un gestionnaire central d’un certain nombre de flux (énergétiques, économiques, etc.). Sans rejeter l’intérêt que présentent certaines innovations technologiques pour l’administration des communes, il oppose à cette démarche verticale une démarche alternative. Les technologies doivent être mises au service d’un projet émancipateur pour des citoyens informés et capables d’arbitrer entre leur intérêt individuel et l’intérêt général. Ceci passe notamment par leur implication plus grande dans le débat public, mais également par leur participation à des instances de gestion énergétique. Cette vision n’est pas empreinte de certaines ambiguïtés, particulièrement quant à la place des entreprises privées. Elles sont considérées par Éric Piolle comme des alliées, mais avec lesquelles il faudrait une relation critique car elles incarnent des intérêts particuliers parfois en tension avec les projets de la ville.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Éric Piolle a été élu maire de Grenoble en 2014 à la tête d’une coalition rassemblant des écologistes et des membres du Parti de gauche et diverses associations citoyennes. Il a retenu l’attention du comité éditorial de Quaderni pour plusieurs raisons. Tout d’abord, car il est le seul élu écologiste à la tête d’une grande agglomé­ration et ainsi en mesure de mettre en œuvre des mesures concrètes comme l’abaissement de la vitesse légale des voitures. Ensuite, car l’élection inattendue de sa liste hétéroclite (face à un candidat ex-adjoint PS de la ville) a créé les conditions d’une expérience politique inédite visant à favoriser la démocratie participative et l’implication de la société civile. Enfin, en raison de la distance critique qu’entretient Éric Piolle avec le concept de «  Smart City  », alors même que le territoire grenoblois est marqué par les secteurs de la recherche et des entreprises de nouvelles technologies.

Le terme «  Smart City  » est à la mode sur le plan médiatiqu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kevin Brookes, « Grenoble et la « Smart City ». Entretien avec Éric Piolle, maire de Grenoble », Quaderni, 96 | 2018, 59-70.

Référence électronique

Kevin Brookes, « Grenoble et la « Smart City ». Entretien avec Éric Piolle, maire de Grenoble », Quaderni [En ligne], 96 | Printemps 2018, mis en ligne le 15 mai 2020, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1178 ; DOI : 10.4000/quaderni.1178

Haut de page

Auteur

Kevin Brookes

Doctorant en science politique
Laboratoire PACTE Science-Po Grenoble

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals