Navigation – Plan du site
Politique

Algorithme, management, crise : le triptyque cybernétique du gouvernement de l’exception permanente

Baptiste Rappin
p. 103-114

Résumés

Michel Foucault a montré comment la compréhension du pouvoir et de ses mécanismes ne pouvait se limiter à la seule souveraineté ; c’est la raison pour laquelle il introduisit la notion de biopouvoir, dans sa double dimension de discipline et de biopolitique. Agamben s’inscrit dans les pas du philosophe français mais opère un retournement : il montre en effet que la gouvernementalité repose moins sur la norme que sur l’exception. Notre article vise à poursuivre cet effort en établissant que la cybernétique constitue la matrice du gouvernement contemporain de l’exception permanente. Sont alors passées en revue les trois modalités de ce nouveau pouvoir : le gouvernement algorithmique, le gouvernement managérial, le gouvernement critique.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction : les paradigmes de la souverai­neté et de la gouvernementalité
Du gouvernement de la norme au gouvernement de l’exception
Au cœur du gouvernement de l’exception permanente : cybernétique, gouvernement et pilotage
Le gouvernement des données
Le gouvernement managérial
Le gouvernement critique
Conclusion : l’organisation et le gouvernement de l’exception permanente

Aperçu du texte

Introduction : les paradigmes de la souverai­neté et de la gouvernementalité

« République est un droit gouvernement de plu­sieurs ménages, et de ce qui leur est commun, avec puissance souveraine », telle est l’entame des Six livres de la République de Jean Bodin, à qui l’on doit l’introduction du mot « souverai­neté » dans son sens moderne. « Droit gouverne­ment », explique le promoteur de l’absolutisme, car il est nécessaire d’assurer le départ entre la République bien ordonnée, encline à commercer dans la paix, et les troupes de brigands, qui ne sèment que zizanie et ne provoquent que ruines dans les contrées qu’ils traversent. Au souverain, il est en effet donné de créer et de casser les lois, droit fondamental sous lequel se subsument tous les autres : déclarer la guerre et traiter la paix, instituer les officiers, juger en dernier ressort, gracier un condamné, les quatre autres actes réga­liens de la souveraineté, découlent en effet de ce « privilège capital » de donner et d’abr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baptiste Rappin, « Algorithme, management, crise : le triptyque cybernétique du gouvernement de l’exception permanente », Quaderni, 96 | 2018, 103-114.

Référence électronique

Baptiste Rappin, « Algorithme, management, crise : le triptyque cybernétique du gouvernement de l’exception permanente », Quaderni [En ligne], 96 | Printemps 2018, mis en ligne le 15 mai 2020, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1182 ; DOI : 10.4000/quaderni.1182

Haut de page

Auteur

Baptiste Rappin

Maître de Conférences HDR
IAE de Metz, Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals