Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97DossierLe capitalisme et ses critiques :...

Dossier

Le capitalisme et ses critiques : l’anti-libéralisme dans la politique française contemporaine

Émile Chabal
Traduction de Kevin Brookes et Constance Péruchot
p. 15-34

Résumés

Malgré une transformation en profondeur du paysage politique depuis les années 1980, les français restent particulièrement hostiles au libéralisme. Dans cet article, je tente d’élucider ce paradoxe en analysant une des formes d’antilibéralisme les plus connues : l’anticapitalisme de gauche. À travers quatre textes clés – Adieux au prolétariat (1980) d’André Gorz, « République et démocratie » (1989) de Régis Debray, Le nouvel esprit du capitalisme (1999) de Luc Boltanski et Ève Chiapello et La nouvelle raison du monde (2010) de Pierre Dardot et Christian Laval – je trace l’émergence d’un nouveau discours anticapitaliste qui s’appuie désormais sur des concepts tel que « l’esprit » et « la raison », plutôt que sur des idées de « classe » ou de « révolution ». On découvre alors, que même si la pensée anticapitaliste de gauche critique explicitement le capitalisme néolibéral du XXIe siècle, elle s’est aussi adaptée à la diffusion et l’émiettement du pouvoir dans un monde néolibéral.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’écologie politique et la fin du capitalisme
Que vive la République !
Les esprits du capitalisme ?
Nous sommes tous des néolibéraux
Quelle critique ?

Aperçu du texte

Durant la majeure partie de son existence, le libéralisme a eu plus d’ennemis que d’amis. À l’exception de quelques brefs moments dans l’Europe de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, les libéraux ont rarement dominé la scène politique. Et même lorsqu’ils la domi­naient, ils ont été âprement attaqués par tout un éventail d’opposants – des socialistes et com­munistes, aux fascistes et conservateurs. Parmi toutes les critiques formulées à l’égard du libéra­lisme, l’une d’entre elles s’est montrée particulièrement efficace, soit l’idée que le libéralisme et le capitalisme ont progressé de concert. Plus récemment, l’émergence du « néolibéralisme » aux États-Unis et au Royaume-Uni à la fin des années 1970 a posé les bases d’une forme agressive de libre-échange capitaliste qui s’est accompagnée d’un regain d’intérêt pour les idées libérales. Pour les antilibéraux de toute part, la proximité des idées radicales des « Chicago Boys » en faveur de l’économie de marché avec les idé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émile Chabal, « Le capitalisme et ses critiques : l’anti-libéralisme dans la politique française contemporaine »Quaderni, 97 | 2018, 15-34.

Référence électronique

Émile Chabal, « Le capitalisme et ses critiques : l’anti-libéralisme dans la politique française contemporaine »Quaderni [En ligne], 97 | Automne 2018, mis en ligne le 05 octobre 2020, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1250 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaderni.1250

Haut de page

Auteur

Émile Chabal

Maître de conférences en histoire contemporaine
Université d’Édimbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search