Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97DossierLa liberté e-limitée ? Structure ...

Dossier

La liberté e-limitée ? Structure et générations dans le réseau des militants libertariens français sur internet

Benjamin Tainturier
p. 69-87

Résumés

Le militantisme libertarien a adopté, en France, un mode d’organisation particulier : le « clubisme ». Cette structuration militante reposait notamment sur un réseau centralisé, et sur des têtes pensantes peu nombreuses mais très actives et légitimes aux yeux de la périphérie du réseau militant. Quel effet a eu internet, technologie dont on a immédiatement reconnu la teneur politique, sur la structure du réseau militant libertarien français, sachant qu’internet favorise les structures réticulaires décentralisées, tout à fait congruentes à la pensée libérale ? L’article conclut à l’effet de résilience très prononcé du clubisme français, et à la permanence d’un réseau militant fortement centralisé sur internet. Néanmoins, s’il ne semble pas modifier la structure de ce réseau, internet donne naissance à de nouvelles pratiques militantes dont les plus jeunes militants sont à l’initiative et qui modifient les institutions responsables du noyau du réseau militant.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Revue de littérature
La centralisation du militantisme libéral tradi­tionnel et le clubisme
La variable générationnelle dans le militan­tisme sur internet
Données et mesures
Résultats
Interprétation : le « bluff technologique » ?
Un réseau très centralisé
Position dans le réseau et capital numérique
La mise en évidence d’un clivage intergénéra­tionnel
Conclusion

Aperçu du texte

Aux États-Unis d’Amérique, le mouvement libertarien a connu un regain d’importance dans le contexte des élections présidentielles de novembre 2016, le candidat libertarien Gary Johnson briguant la présidence. En France, ce groupe politique marginal, constitué en un parti pendant l’année 2016, s’est simplement contenté de présenter un candidat aux élections législatives de 2017. Cet exemple archétypal accuse la différence de statut qui distingue les idées libertariennes aux États-Unis et en France.

Pour autant, un militantisme libertarien existe bel et bien en France, se fondant sur un réper­toire d’actions politiques de plus en plus étendu, certes moins institutionnalisé qu’outre-Atlantique, mais qui profite des technologies numériques et du web. Il permet à des individus libé­raux de s’organiser autour d’un contenu militant : réseaux sociaux, blogs, think tanks…

Dans une sociologie du militantisme libertarien français, l’accent mis sur le rôle d’internet est justifié par une raison...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Tainturier, « La liberté e-limitée ? Structure et générations dans le réseau des militants libertariens français sur internet »Quaderni, 97 | 2018, 69-87.

Référence électronique

Benjamin Tainturier, « La liberté e-limitée ? Structure et générations dans le réseau des militants libertariens français sur internet »Quaderni [En ligne], 97 | Automne 2018, mis en ligne le 05 octobre 2020, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1302 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaderni.1302

Haut de page

Auteur

Benjamin Tainturier

Diplômé de l’École Normale Supérieure de Paris-Saclay en sociologie et statistiques et de l’ESSEC

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search