Skip to navigation – Site map

HomeNuméros97DossierLa liberté e-limitée ? Structure ...

Dossier

La liberté e-limitée ? Structure et générations dans le réseau des militants libertariens français sur internet

Benjamin Tainturier
p. 69-87

Abstracts

Libertarian activism has adopted a specific form of organization in France : “clubism”. This structure of protest was based in particular on a centralized net­work, gathering few influencers that were very active and legitimate for the periphery of the protestation net­work. What effect had the internet, a technology whose political content had immediately been recognized, on the structure of the French libertarian activist network, knowing that the internet promotes decentralization, and that decentralized structures really fit with the liberal thought ? The article concludes that French clubism is highly resilient, and that a highly centralized internet-based activist network remains. Never­theless, if it does not seem to change the structure of the network, the internet gives birth to new protesting practices whose youngest militants resort to. Those practices reshape the core of the militant network.

Top of page

Full text

  • 1 Au sein des libéraux, les libertariens sont les mi­litants qui œuvrent avant tout pour la dispariti (...)
  • 2 Le Mouvement des Libertariens, dont le parti émane, est lui-même créé en 2013.

1Aux États-Unis d’Amérique, le mouvement libertarien1 a connu un regain d’importance dans le contexte des élections présidentielles de novembre 2016, le candidat libertarien Gary Johnson briguant la présidence. En France, ce groupe politique marginal, constitué en un parti pendant l’année 20162, s’est simplement contenté de présenter un candidat aux élections législatives de 2017. Cet exemple archétypal accuse la différence de statut qui distingue les idées libertariennes aux États-Unis et en France.

  • 3 Par souci de clarté, on définira « internet » comme une technologie, un dispositif ; et le « web » (...)

2Pour autant, un militantisme libertarien existe bel et bien en France, se fondant sur un réper­toire d’actions politiques de plus en plus étendu, certes moins institutionnalisé qu’outre-Atlantique, mais qui profite des technologies numériques et du web3. Il permet à des individus libé­raux de s’organiser autour d’un contenu militant : réseaux sociaux, blogs, think tanks…

  • 4 B. Loveluck, La liberté par l’information thèse soutenue le 4 décembre 2012, EHESS.
  • 5 S. Caré, Les libertariens aux États-Unis : Socio­logie d’un mouvement asocial, PURcollection Res Pu (...)
  • 6 Par « cyberespace » nous entendons cette projec­tion de l’espace social via un dispositif technique (...)
  • 7 Patrice Flichy, L’imaginaire d’internet, La Décou­verte, Paris, 2001, 273 p.
  • 8 Le terme traverse toute l’œuvre de Friedrich Hayek.
  • 9 Les libertariens aux États-Unis : Sociologie d’un mouvement asocial, PUR, collection Res Publica, 2 (...)

3Dans une sociologie du militantisme libertarien français, l’accent mis sur le rôle d’internet est justifié par une raison principale qui a trait à l’histoire croisée des idées et des techniques : l’internet des origines constituait, pour ses inventeurs, une étape de la réalisation de la grande utopie libérale promue par une certaine contre-culture américaine des années 19604. Sébastien Caré, dans Les Libertariens aux États-Unis, définit ainsi l’importance capitale que revêt le web pour les libertariens5. Internet ressemble à ce « cyberespace6 » modèle de la société du futur7, à l’utopie libertariennes réalisée. Partant d’une réglementation minimale au moment de sa création, internet fait émerger un « ordre spontané8 » : un ordre non-hiérarchisé, auto-organisé, non-centralisé, et surtout non-finalisé. Des projets en ligne de grande ampleur comme Wikipédia ne cachent ainsi pas leur as­cendance libertarienne. Le fondateur, Jimmy Wales, l’avoue et se positionne en bon disciple de Friedrich Hayek, père de la théorie de l’ordre spontané9.

4Via le net, il devenait possible d’établir des réseaux de connexions sans devoir imposer à ces réseaux une quelconque centralisation. Cet objectif était très prisé dans la contre-culture libérale. Depuis qu’internet s’est considéra­blement développé, nous pouvons mettre à l’épreuve une première hypothèse : l’appropria­tion d’internet par des libéraux et dans un but militant repose-t-elle sur un réseau décentralisé de structures militantes ? Par réseau décentra­lisé on entend un réseau fait de têtes de pont locales dotées de poids comparables et bien coordonnées, s’exonérant ainsi d’un noyau fédérateur ou d’une clique centrale organisatrice du réseau.

  • 10 Voir Pierre Mercklé et Sylvie Octobre, « La strati­fication sociale des pratiques numériques des ad (...)

5Dès lors qu’est établie l’importance d’internet pour le militantisme libéral, la question des répertoires d’actions des générations militantes se doit d’être posée. Les pratiques numériques des internautes à un instant donné étant forte­ment déterminées par leur âge, ces pratiques sont très sensibles aux effets de génération10. Une étude du rôle d’internet dans le militantisme libéral doit donc mettre à l’épreuve l’hypothèse selon laquelle des générations mili­tantes, aux habitudes militantes différentes, sont identifiables dans le réseau.

6Ces deux hypothèses, la première liée à l’aspect décentralisé du réseau de militants, la seconde à l’identification au sein du réseau de générations de structures militantes, nous amènent à poser la question suivante : L’héritage du militantisme libertarien traditionnel français sur la structure adoptée par le réseau des institutions militantes libertariennes françaises sur internet est-il indéniable, ou le dispositif technique qu’est internet redétermine-t-il le militantisme liberta­rien français en ligne ?

  • 11 On parle d’aspiration de données web en fran­çais, pour traduire le nom anglais de la méthode de « (...)

7Une méthodologie mobilisant à la fois des don­nées massivement aspirées11 d’internet et des entretiens avec des militants français rattachés au néolibéralisme sera ici convoquée.

Revue de littérature

La centralisation du militantisme libéral tradi­tionnel et le clubisme

  • 12 Voir S. Caré, cité ci-dessus.
  • 13 Cette expression est utilisée par F. Hayek dans sa conférence Les Intellectuels et le socialisme.
  • 14 Voir Hayek, F. (2002). « Les intellectuels et le socialisme » Commentaire, numéro 99,(3), 673-684.

8La sociologie du mouvement libertarien12 nous invite à étudier les think tanks, blogs et sites institutionnels qui fonctionnent sur internet comme des relais d’opinions. Caré démontre en effet que la stratégie de diffusion du libertaria­nisme vise d’abord à conquérir les esprits, selon une stratégie proprement gramscienne, avant d’envisager l’action directe. L’intellectuel, ce « brocanteur d’idées professionnel13 » joue un rôle essentiel. Aux États-Unis, le mouvement libertarien s’est, de fait, cimenté par l’entremise de deux principaux centres de réflexions, pros­pectifs, et destinés à influencer les pouvoirs pu­blics : le Cato Institute et le Mises Institute. Ces deux instituts contribuent à construire la figure de l’« expert », professionnel à cheval entre les mondes universitaires, politiques, des affaires et des médias, et touche-à-tout central dans la stra­tégie hayekienne de diffusion des idées14.

  • 15 Voir F. Denord, « La conversion au néo-libéra­lisme  : droite et libéralisme économique dans les an (...)

9Avant internet, la stratégie militante française est très particulière. Alors que la promotion du savoir libéral aux États-Unis transite essen­tiellement par les « think tanks » destinés à in­fluencer les politiques publiques, la France ne dispose pas de structure équivalente. Le mode privilégié de la socialisation politique libérale est le clubisme, qui consiste à essaimer, depuis une institution-mère historique, des clubs ou des représentants locaux. Reposant sur un solide maillage territorial, les clubs entretiennent un contact intense avec des publics divers et parti-cipent de « la construction d’un sens commun libéral15 ». La méthode n’est pas circonscrite à une période historique précise : le Club 89, le Club de l’Horloge, mais aussi l’association Students for Liberty - France, plus récente et à laquelle il est plus simple d’adhérer, constituent des exemples de ce mode d’organisation clu­biste. Le clubisme entretient la vitalité des idées libérales, par ses émissaires locaux et le dyna­misme d’un noyau central, et confère au mouve­ment une organisation profondément réticulaire. Les clubs créent du réseau, font se rencontrer et discuter des individus. Sur cette ossature se branchent des compléments qui donnent de l’amplitude à l’appareil principal : les représen­tants locaux empruntent à des associations plus centralisées et spécifiques des conférenciers et du savoir. Toute l’originalité de la structure du mouvement réside dans ce partage des tâches entre un réseau de personnes qui prennent en charge la sociabilité, et des associations centra­lisées qui alimentent le réseau en événements, ateliers, conférences. Ces associations dédiées sont nombreuses au XXe siècle : le Comité na­tional de la productivité, l’Association française pour l’accroissement de la productivité, le Bu­reau des temps élémentaires, la Commission gé­nérale de l’organisation scientifique du travail.

10Le militantisme libéral traditionnel repose donc sur des réseaux fortement centralisés. Ce mo­dèle historique bute contre l’utopie décentrali­satrice fondamentale qui explique la popularité d’internet dans les réseaux de la contre-culture américaine des années 1960. Cette opposition entre deux méthodes militantes rend d’autant plus légitime notre premier questionnement : l’appropriation d’internet par des libéraux et dans un but militant repose-t-elle sur un réseau décentralisé de structures militantes ?

La variable générationnelle dans le militan­tisme sur internet

11La sociologie des pratiques numériques ren­contre ici la sociologie du militantisme. Com­prendre comment la variable générationnelle détermine telles ou telles pratiques numériques est un des enjeux de l’édition 2018 de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français16. Ces données très récentes permettront de confirmer ou d’infirmer une prénotion répandue : l’aisance des plus jeunes publics avec le numérique. Une enquête de 2009 menée par les chercheurs du groupe M@rsouin accrédite notamment cette thèse.

  • 17 A. Theviot, « Qui milite sur Internet ? Esquisse du profil sociologique du « cyber-militant » au PS (...)
  • 18 R. Gibson, S. Ward, « Renouveler le parti ? Les stratégies de campagnes et d’organisation en ligne (...)

12Quelle forme cette appropriation différente d’internet selon les générations peut-elle prendre dans le militantisme en ligne ? On peut déjà imaginer une participation différenciée aux institutions militantes sur internet selon les générations d’appartenance des individus et responsables éditoriaux des différentes institu­tions. C’est ce à quoi nous invite toute la litté­rature qui cherche à mettre en évidence les dé­terminants de la participation militante, et qui transpose ces questionnements au militantisme sur internet. A. Théviot17 pointe ainsi les effets déterminants de l’âge du diplôme sur le recours à internet comme mode d’expression de convic­tions militantes. Regrettant dans la plupart des études un manque de considération des « pro­priétés sociales des militants », Théviot décide de conduire une enquête par questionnaires sur les militants du PS et de l’UMP, ayant des pratiques militantes croisées : certains militent essentiellement dans la rue, d’autres militent en ligne. Elle retrouve ainsi les conclusions de Gibson et Ward dans leur ethnographie du Parti Libéral Démocrate britannique18 : les cyber-militants sont plus jeunes. Surtout, le cyber-militant se différencie par un bagage intellectuel plus important, et un diplôme souvent supérieur à la moyenne des autres militants. Pour notre sujet, il faudra donc établir un lien entre géné­ration d’appartenance et position dans le réseau des institutions militantes : les institutions dominées par de jeunes militants sont-elles des points incontournables du réseau militant ?

  • 19 E. Morozov, The Net Delusion : The Dark Side of Internet Freedom, Public Affairs, 2011.
  • 20 Voir dans S. Cadiou, S. Dechezelles, A. Roger, Passer à l’action : les mobilisations émergentes, Co (...)
  • 21 Caroline Frau, (2012) « L’impossible passage du virtuel au réel... » in Des radios de lutte à Inter (...)

13Théviot montre également que les jeunes mili­tants sur internet adoptent des formes de mo­bilisation plus passives. Elle rejoint ainsi la thèse bien connue de Morozov19 : internet et les réseaux socionumériques créeraient une offre partisane d’un nouveau genre, autorisant une forme « fainéante » de protestation. Le mi­litantisme en ligne porterait davantage qu’un réajustement formel de la pratique militante : il modifierait le sens profond du militantisme. Au point de vue empirique, on retrouve les études convaincantes des mobilisations avortées, de ce que M. Lilian20 appelle « les mobilisations émergentes », qui mêlent activistes convain­cus, prêts à en découdre, et attitudes consom­matrices des soutiens numériques à la grogne. Dans cette perspective, Caroline Frau21 déve­loppe un argumentaire intéressant touchant à la mobilisation des buralistes en 2007. Elle décrit le rôle de la technique dans les manifes­tations, dans les regroupements éphémères et dans la diffusion d’anecdotes reconnues scan­daleuses. L’auteur interprète l’échec du mouve­ment comme une preuve évidente de l’inculture militante des nouveaux cyber-militants, et de leur soutien passif, pulsionnel mais rarement porté par des convictions. La prolifération des outils techniques n’a pas aidé au mouvement émergent à se structurer, trop limité par les carences de ses membres, et par le militantisme en dilettante des cyber-activistes. Ainsi, les données qualitatives recueillies pour ce travail permettront de mettre à l’épreuve la prénotion selon laquelle les militants mettent en œuvre un répertoire d’action différent, moins attentif à la doctrine militante, et plus dilettantiste.

14Quelle forme l’appropriation différente d’in­ternet selon les générations peut-elle prendre dans le militantisme en ligne ? Nous étudierons deux réponses possibles que fournit la littéra­ture : les institutions militantes appartenant à des générations différentes occupent des positions inéquivalentes dans le réseau de la militance, les militants plus jeunes pratiquent un répertoire d’action particulier.

Données et mesures22

  • 22 La méthode ici exposée est largement inspirée de D. Cardon, G. Fouetillou, C. Roth (2011), « Two Pa (...)
  • 23 Que l’on peut considérer comme la frange la plus utopique du néolibéralisme.

15Les données quantitatives utilisées proviennent de divers think tanks, blogs et sites d’organisa­tions influentes dans le mouvement libertarien23 en France. Il s’agit d’étudier le réseau qui se tisse entre ces sites en étudiant les pratiques de citations réciproques de ces sites. Plus une institution en cite une autre, plus elle lui accorde de l’importance et la rend visible par les mo­teurs de recherche sur internet. Les pratiques de citations font donc apparaître les enjeux de réputation qui engagent les institutions mili­tantes sur internet.

16Pour établir le corpus des pages web de référence, trois listes de sites ont été enrichies et agrémentées par itérations successives : « https://www.wikiberal.org/​wiki/​Blogs_libéraux »
« https://www.wikiberal.org/​wiki/​Think_tank »
« https://www.wikiberal.org/​wiki/​Organisations_et_sites_libéraux ».

  • 24 Même si les contributeurs de Wikipédia et de Wikibéral forment un sous-groupe de la population rela (...)

17Ces trois sources indiquent des listes de liens utiles à connaître, à visiter et à animer pour les membres de la communauté libérale radicale. Wikibéral présente en effet l’avantage d’être un site à contribution spontanée, en libre accès en lecture comme en écriture, ce qui facilite la mise à jour de la page. Par ailleurs, le caractère libre de Wikibéral lui confère un fonctionne­ment décentralisé, totalement en affinité avec les convictions libérales radicales des acteurs et des sites que nous souhaitons étudier. Des listes équivalentes existent sur d’autres pages, mais sont toutes le fait d’un auteur en particulier, d’une personne isolée, qu’elle soit administra­trice du site, ou auteur influent. Sur Wikibéral, cette liste de liens est le produit d’un travail collectif24.

18Malheureusement, plusieurs liens indiqués ne fonctionnent plus, sont obsolètes, ou renvoient vers des pages inactives depuis plusieurs années. Un procédé itératif manuel permet de consolider la liste. Pour chaque site présenté sur Wikibéral, les liens externes manifestes mis éventuellement en évidence par ce site, sur les espaces latéraux de la page d’accueil, ou sous cette même page sont ouverts. Pareille mise en scène de liens partenaires, souvent en petit nombre, signifie un lien fort entre les deux pages, une véritable reconnaissance de l’intérêt de l’autre page, pour une cause commune. Sur cette nouvelle page, qui est donc située à distance géodésique de deux liens de Wikibéral, le contenu est étudié pour évaluer sa teneur politique. La présence d’articles mobilisant des auteurs libertariens, (Ayn Rand, Murray Rothbard, Friedrich Hayek ou Ludwig von Mises) est par exemple un bon indicateur de l’affiliation militante des auteurs des sites. Finalement, une fois ce processus itératif terminé, une liste de 71 liens vers des pages d’accueil de sites libéraux radicaux est générée. Par ailleurs, cinq entretiens exploratoires préliminaires avec des militants liber­tariens ont assuré de meilleurs repères au sein d’une « galaxie » complexe d’idées et d’acteurs, et ont confirmé la qualité des liens présents sur Wikibéral.

19À partir du package Rvest de R25, un outil de scraping de liens hypertextes a ensuite été constitué. Le programme circule sur les pages d’accueil de chacun des sites, en extrait les liens hypertextes internes qui renvoient vers une page affiliée au site étudié, et les liens externes qui renvoient vers des pages situées ailleurs sur le web. Puis le programme visite une à une toutes les pages internes ancrées dans la page d’accueil, en extrait les liens internes et les liens externes, et recommence par itérations successives, jusqu’à parcourir l’ensemble des pages internes du site étudié. L’opération reproduite pour chacun des 71 sites de la liste permet de construire une matrice d’adjacence, figurant les réseaux de citations réciproques entre les sites. Cette matrice d’adjacence constitue un matériau commode pour une analyse de réseaux.

20Les données qualitatives proviennent de dix entretiens réalisés avec diverses personnalités du militantisme libertarien en France : des pro­fesseurs, des responsables d’associations ou de think tanks, et issus de générations diverses.

Résultats

21En considérant toutes les citations qui relient les 71 sites du corpus les uns aux autres, on obtient un réseau très dense et très centralisé. 19 sites en particulier forment entre eux plusieurs cliques de taille 16. Cela signifie que parmi ces 19 sites, il existe de très nombreuses partitions composées de 16 sites qui se citent tous les uns les autres. Les cliques signifient un partage commun de références, et une orientation militante commune. Par ces citations communes, les 19 sites acquièrent une position dominante dans le réseau.

  • 26 Ce courant est celui qui critique le plus la pré­sence de l’État. Tout pouvoir administré, centrali (...)
  • 27 C’est le blog de Jean-Gilles Malliarakis, proche des néofascistes, et de RadioCourtoisie.

22Ces 19 sites sont : Contrepoints, iFRAP, Insti­tut Turgot, H16, Objectif Liberté, Institut Mo­linari, Extreme Centre, Insolent, NDF, Dreuz.info, Cercle Bastiat, le Blog À Lupus, IREF Europe, (ces 13 premiers sites sont présents dans toutes les cliques) Institut Coppet, Antagoniste, Fboizard, Économie matin, le blog d’Olivier Demeleunaere, Les 4 vérités. On trouve dans ce groupe les grands représentants de chaque type d’entités, à la fois des think tanks (iFRAP, IREF, Institut Molinari), des journaux (Contrepoints, Nouvelles de France, Économie Matin), des associations (Institut Coppet, Cercle Bastiat), et des blogs (le blog à lupus, H16, Insolent, Olivier Demeleunaere). Également, toutes les tendances du mouvement sont représentées, témoignant de la diversité du militantisme néo­libéral, des libertariens et anarcho-capitalistes26 (H16, Institut Molinari), des libéraux conserva­teurs (Nouvelles de France, Insolent27), des libé-raux de gauche sur les questions de société et de droite sur les questions économiques (c’est le positionnement avoué de Extrême-Centre), et enfin des sites aux prises de positions rares (Institut Coppet, Cercle Bastiat).

23Si on supprime du réseau les 19 sites identifiés comme les plus centraux du réseau, comment se comportent les 52 sites résiduels ? Plusieurs sites forment des cliques de taille 4 : ensembles de quatre sites se citant tous les uns les autres. Cette diminution très importante de la taille de la plus grande clique suggère une véritable organisation oligarchique, dans laquelle 19 sites centraux concentrent l’essentiel des citations. Les sites exclus ne parviennent pas à former de cliques intermédiaires de tailles conséquentes et parais­sent ainsi tous très éloignés les uns des autres. Autrement dit, la disparition du réseau originel des 19 sites centraux fait cette fois-ci apparaître un réseau très décentralisé, avec des têtes de pont locales formant des cliques de taille 4.

24De la même manière qu’on avait fait disparaître du réseau les 19 sites du noyau du réseau, on peut faire disparaître tous les sites qui sont in­vestis dans des cliques de taille 4 dans la version tronquée du réseau. On obtient une troisième version du réseau, dans laquelle aucune clique n’est de taille supérieure à trois. On reproduit le processus jusqu’à n’obtenir que des sites isolés. Il faut pour cela quatre itérations.

25Il est alors possible de dégager 5 groupes au sein des 71 sites. On nommera groupe 1 le groupe formé par les 19 sites du réseau de départ investis dans des cliques de taille 16. On nommera groupe 2 le groupe formé par tous les sites investis dans des cliques de taille 4 une fois que l’on a fait disparaître du réseau initial les sites du groupe 1. On nommera groupe 3 le groupe formé par tous les sites investis dans des cliques de taille 3 une fois que l’on a fait disparaître du réseau initial les sites des groupes 1 et 2. On nommera groupe 4 le groupe formé par tous les sites investis dans des cliques de taille 2 une fois que l’on a fait disparaître du réseau initial les sites des groupes 1, 2 et 3. On nommera groupe 5 le groupe formé par tous les sites restants.

26Partant de ce découpage, on peut réaliser une opération de blockmodelling. Cette opération réorganise le réseau initial en regroupant tous les sites appartenant au groupe 1 dans un même sommet, tous les sites appartenant au groupe 2 dans un autre sommet, tous les sites appartenant au groupe 3 dans un troisième sommet, etc. On conserve tous les liens entre les sommets tels que ces liens existaient dans le réseau des 71 sites et on obtient un réseau de 5 sommets, dont on peut tirer le tableau ci-dessous.

1

2

3

4

5

1

0.456959

0.1719308

0.1705379

0.0888426

0.1117294

2

0.5969166

0.22407827

0.06168518

0.078459

0.03886068

3

0.6203753

0.04914718

0.23590644

0.06552957

0.02904151

4

0.793157

0.14132125

0.01092028

0.05460139

0.00000000

5

0.9183191

0.05987081

0.02181008

0.00000000

0.00000000

27Ce tableau se lit de la façon suivante : Sur 100 liens possibles d’un site du groupe 1 vers n’im­porte quel autre site, 46 concernent un site du groupe 1, 17 un site du groupe 2. De même, sur 100 liens possibles d’un site du groupe 3 vers n’importe quel autre site, 62 concernent un site du groupe 1, 23 un site du groupe 3…

Interprétation : le « bluff technologique » ?28

Un réseau très centralisé

28Nous avons vu que le réseau initial était très centralisé. En effet, que 19 sites sur 71 entre­tiennent des relations si proches est tout à fait remarquable. La disparition de ces 19 sites fait apparaître un réseau à la forme plus décentra­lisée, où n’existent que des cliques de taille 4, taille faible puisque ce réseau épuré comporte tout de même 52 sommets. En lisant le tableau ci-dessus on trouve que : sur 100 liens possibles d’un site du groupe 1 vers n’importe quel autre site, 46 concernent un site du groupe 1, 17 un site du groupe 2, 17 un site du groupe 3, 9 un site du groupe 4, et 1 un site du groupe 5 ; sur 100 liens possibles d’un site du groupe 2 vers n’importe quel autre site, 60 concernent un site du groupe 1, 22 un site du groupe 2, 6 un site du groupe 3, 8 un site du groupe 4 et 4 un site du groupe 5.

29Inutile de prolonger l’inventaire de ces chiffres pour se convaincre que moins on est intégré avec des petits partenaires locaux, plus on cite des sites canoniques, présents depuis longtemps dans le mouvement, et investissant prématuré­ment les techniques éditoriales propres au web (publications très fréquentes, forte pratique de citations internes, recours aux réseaux so­ciaux…) : Contrepoints, iFRAP, Institut Turgot, H16, Objectif Liberté, Institut Molinari, Ex­treme Centre, Insolent, NDF, Dreuz.info, Cercle Bastiat, le Blog À Lupus, IREF Europe.

  • 29 Le site de Contrepoints le définit comme tel en avril 2017 : « Contrepoints est un journal en ligne (...)
  • 30 Tous les prénoms des enquêtés ici sont fictifs pour anonymisation.
  • 31 Voir l’ouvrage de F. Denord cité ci-dessus.

30Contrepoints29 est le noyau central du réseau, le site qui rassemble le plus de citations entrantes. Jérôme30, un des enquêtés en donne une excel­lente définition. Se définissant comme libéral-libertaire, il récuse la ligne conservatrice qui a pu dominer le militantisme libéral français dans les années 198031. Il se définit également comme un militant très actif, créateur d’une structure diffusant des MOOCs sur la pensée libérale et chercheur de trente ans environ. Sur les réseaux sociaux, l’enquêté commente régu­lièrement les publications de confrères libéraux, et partage lui-même des documents signés de sa main, ou dont il reconnaît l’utilité. Voici com­ment il définit Contrepoints : « Contrepoints c’est vraiment l’exemple typique de ce que sont les libertariens en France : l’auberge espagnole. Il y a des libertariens islamophobes, voilà, très individualistes, il y a des libertariens très conservateurs… le secrétaire de rédaction est conservateur libéral. Le rédacteur en chef est libertarien, pur, en fait dans l’asso ils sont moitié moitié. Ils travaillent tous sous pseudo. C’est la génération au-dessus de moi, l’intermé­diaire qui a gardé des liens avec les vieux. Chaque position sur Contrepoints c’est du pour/du contre. Tu vas trouver des articles pour le ma­riage gay et contre le mariage gay… »

  • 32 On peut considérer que c’est aussi le cas de Éco­nomie Matin, dont le site n’est que la transcripti (...)

31Tous les sites de cet ensemble central de 19 sites, à l’exception de Nouvelles de France, créé en 2011, existent avant 201032. Après 2010, tous les nouveaux sites et les nouvelles initia­tives libérales qui apparaitront ne pourront donc s’implanter sur le réseau qu’en s’affiliant et se rapprochant des sites dominants de réseaux, qui sont tous antérieurs.

32Cette organisation du réseau numérique nous semble donc reproduire une forme de clubisme, forme détaillée ci-dessus et qui est une confi­guration historique du militantisme libéral en France, où un noyau dynamique et important de militants coordonne une kyrielle d’entités péri­phériques faiblement liées entre elles. Il n’y a pas eu de succès fulgurant, permis par internet, d’une nouvelle organisation réticulaire décen­tralisée. Cette technologie n’apporte donc pas cette solution miracle dépeinte par les utopies fondatrices, puisque le leadership qui s’y éla­bore reprend la configuration du leadership qui y préexistait.

Position dans le réseau et capital numérique

  • 33 Créé en 1966 par l’industriel André Arnoux avec les membres français de la société du Pèlerin et so (...)
  • 34 On lui doit notamment un article important qui exprime bien une prénotion démentie ci-dessus : que (...)
  • 35 Pour les imbrications entre le réseau néolibéral et le réseau conservateur, on conseillera ici l’ar (...)
  • 36 Ce qui est patent dans le cas de l’ALEPS et des spécialistes identifiés ici qui gravitent autour.

33Il existe une véritable différence de nature entre les sites du groupe 1, qui forment des cliques de taille 16, et les sites des groupes 2 et 3. On trouve dans le groupe 2 des sites fameux, comme celui de l’Association pour la Liberté écono­mique et le progrès social33, ou des blogs de spécialistes très liés à l’ALEPS, comme Bertrand Lemennicier, Georges Lane, Eric Verhaeghe34, et le blog du militant proche de l’extrême droite Claude Reichman. Également, des sites récents comme Écoparis (dédié à populariser l’école autrichienne), TV libertés (site également li­béral conservateur avec une ligne identitaire très prononcée), les Éconoclastes, et le blog de Lilianne Held-Khawam forment ce second groupe35. Même si ces quatre sites apparaissent après l’année 2010, leurs rédacteurs appartien­nent à une ancienne génération libérale, aux « vieux ». Ces entités, dont on rappelle qu’elles citent essentiellement les grandes références du groupe 1, appartiennent à la même génération que les sites du groupe 1, mais réussissent beau­coup moins à s’affirmer sur internet. Elles oc­cupent des positionnements déjà empruntés par des têtes de pont (c’est le cas pour Écoparis, Les Éconoclastes, TV libertés) où suivent des sup­ports moins solubles dans le dispositif technique qu’est internet36. Ce groupe assez homogène et sans dynamique interne notable, très tourné vers le noyau du réseau, présente le résidu mi­litant du mouvement, qui n’est pas parvenu à s’implanter en ligne. Voici quelques captures d’écran datant de l’été 2018, grâce auxquelles on se rendra compte d’une certaine vétusté dans l’éditorialisation des différents sites, preuve d’une mauvaise dilution du contenu militant historique dont ces sites sont dépositaires, dans les codes du militantisme sur internet.

Capture d’écran de la page d’accueil du site : https://ecoparis.wordpress.com/​

Capture d’écran de la page d’accueil du site : http://www.claudereichman.com

Capture d’écran de la page d’accueil du site https://aleps.paris/​sitemap/​

34L’étude des sites appartenant au groupe 3 ré­vèle une configuration tout à fait différente. On identifie dans ce groupe des sites très récents et tenus par de jeunes militants, qui sont les sites qui donnent une impulsion nouvelle au mouve­ment : Génération libre, Think libéral, Students for liberty, École de la liberté, Collectif Antigone. On invitera le lecteur à comparer les interfaces ci-dessus aux pages d’accueil très dynamiques et graphiques des sites Génération Libre, Students for Liberty ou Think libéral par exemple.

35Pour bien comprendre la position des différents sites dans les réseaux de citations, il y a donc deux critères à prendre en compte. D’abord la réputation du site, exogène au réseau, qui pro­vient de l’intensité de son militantisme, des responsables qui l’animent. À cela s’ajoute la maîtrise des codes du web, des outils de valorisa­tion des articles et des contenus publiés en ligne. Internet, en quelque sorte, génère son propre ca­pital, une forme de « capital numérique » que les acteurs ne possèdent pas uniformément, et qui jauge la maîtrise du dispositif technique en tant que tel. Les sites qui dominent le réseau présen­tent des avantages dans ces deux domaines : ils bénéficient d’une forte notoriété hors du web et exploitent l’outil numérique au mieux. Compo­sant un second ensemble, on trouve les acteurs historiques du militantisme, qui ont une position plus périphérique dans le réseau en dépit d’une bonne notoriété. Ils pâtissent de leur méconnais­sance des outils numériques. Enfin, les jeunes sites, souvent portés par des initiatives étudiantes ou des jeunes militants rompus au technologie du web, mobilisent le web pour renouveler les pratiques militantes. Voilà comment un second enquêté, Franck, me décrit le nouveau réper­toire d’actions qu’il travaille à mettre en œuvre. L’homme est âgé de 27 ans et est coordinateur national pour une association libertarienne étu­diante internationale. Il est également proche du site Génération Libre, et m’avoue avoir franchi une étape décisive dans sa conversion aux idées libérales radicales après la lecture de Ayn Rand. Il est également passionné par la disruption et le hacking, formes contemporaines d’utilisation de la technique pour débarrasser certains services d’intermédiaires ou de pesanteurs administra­tives qui brident les usagers desdits services.

« On est en train d’inventer des choses, il y a dix ans, il n’y avait rien. On cherche à éduquer les gens, certains ne savent pas nous position­ner. On est plus là pour créer une sorte de cli­mat, favorable au changement ! On n’est pas des lobbyistes hein ! Il faut que tu montres aux gens comment eux ils ont le pouvoir, comment eux ils peuvent le prendre. Il faut regarder tous les contre-projets qui existent tu vois ? Et tu fais une espèce de « big picture », tu montres ce que c’est que la politique, la vraie. Faut montrer des contre-modèles et montrer que c’est par et pour ces contre-modèles que tu veux moins d’État, moins de politiques coercitives… C’est la radicalité dans le pragmatisme : t’es contre l’état d’urgence, t’as une position radicale là-dessus, tu sais que politiquement tu vas pas faire avancer grand chose, bon, en mode think tank tu peux déposer un recours devant le conseil d’État, et pis en attendant tu peux échapper au gouvernement en chiffrant tes mails et tes mes­sages. Là, tout de suite, c’est ça un anarchisme pragmatique. Et t’avances sur ces trucs, et du coup tu fais pas peur à grand monde, et puis tu changes petit à petit le quotidien des gens. »

La mise en évidence d’un clivage intergénéra­tionnel

36Terminons par le point le plus notable de cette étude, notifié par les deux chiffres en gras dans le tableau ci-dessus : sur 100 citations possibles envoyées par le groupe 2 vers d’autres sites, seules 6 concernent un site du groupe 3. Inver­sement, sur 100 citations possibles provenant du groupe 3, seules cinq sont envoyées en direction de sites du groupe 2. Ces deux chiffres souli­gnent l’important clivage intergénérationnel qui frappe le réseau. Le groupe des « vieux » refuse de renvoyer aux sites du groupe des « jeunes » et vice-versa. Pourquoi cette communication dif­ficile ? Certainement parce que les répertoires d’actions collectives diffèrent sensiblement si l’on en croit Jérôme, jeune chercheur préalable­ment cité, qui me confie :

« Ils ont un usage des réseaux sociaux qui me dépasse, ils sont impos­sibles à cadrer ces types ! Il y a une dimension communautaire très forte, on boit des bières, on fait des soirées hacking machin truc, et moi je t’avouerais que cela me dépasse complètement. C’est un autre type de militantisme, plus com­munautaire… Moi je ne suis pas certain que cela paie à l’avenir… il faut en rester aux idées, lire Hayek dans le texte. On a plus l’impression que ce sont des gens qui se complaisent dans leur activité subversive mais cela ne forme pas des militants qui seront là dans vingt ans. »

37Le jeune chercheur interrogé me confirme ce point en interview, soulignant l’importance du clivage intergénérationnel repéré ci-dessus :

« À l’époque tu arrivais au néo-libéralisme par ces réseaux là, c’était l’ALEPS qui avait le mono­pole sur le libéralisme, la bibliothèque sur le libéralisme. Et là, on voit, depuis 10 ans, une arrivée de nouveaux… qui ne consultent même pas J. Garello et compagnie, et cela crée une espèce de libéralisme, libertaire, assumé comme tel. Qui n’existait pas il y a dix ans. Moi j’arrive à leur première réunion, il y a dix ans. Une réu­nion sur l’éducation, je me dis ouais trop bien on va se débarrasser des profs tout ça (parce que moi je suis libéral-libertaire), et là j’arrive ils disaient qu’il fallait promouvoir l’éducation privée, comme ça on allait pouvoir protéger nos enfants de l’influence des gauchistes, les élever chez nous et leur apprendre les valeurs chré­tiennes… »

38Avant d’ajouter plus loin que le répertoire d’ac­tion collective diffère sensiblement entre les « jeunes » et les « vieux » :

  • 37 Nom du site fictif pour anonymisation.

« Ma socialisation militante est complètement « old school », par les livres, par les contacts humains. Les nou­veaux là, ils n’ont pas de mentor, c’est internet leur mentor. J’ai créé libert-e37, j’ai écrit des notes pour Contrepoints.fr, j’ai fait des notes pour la Fondapol, je milite. Ce que je reproche à la génération actuelle, c’est qu’ils arrivent au libéralisme par Internet, t’arrives à leur réunion : « j’aime la liberté, pourquoi ? C’est chouette ! ». On a du mal à saisir les modalités de leur militantisme. Il y a plus de gens, mais moins de dimension doctrinale. »

Conclusion

39Le militantisme libéral supporte une ambiguïté fondamentale : comment promouvoir par les institutions étatiques existantes la libération des individus de ces mêmes cadres réglementaires et normatifs ?

40En France, où l’opposition n’a juridiquement pas d’espace réservé, la contestation se réfugie dans des espaces disparates, composites, comme « la rue », les clubs et associations de la société civile. Dans ce contexte, tout effort concerté et central pour normer l’opposition libérale s’avé­rerait probablement illibéral. Une des solutions pour surmonter le paradoxe de l’institutionnali­sation du militantisme libéral réside dans inter­net, technologie qui procède d’une philosophie éminemment libérale.

41L’organisation réticulaire du mouvement libéral radical, qui lui vient d’un clubisme à la française doté d’un effet de résilience très fort, ne s’est pas trouvée bouleversée par l’utilisation d’inter­net. Le réseau se présente toujours comme un centre dynamique qui contient les forces mili­tantes les plus vives, autour duquel gravitent des acteurs divers, plus spécialisés, et aux pratiques militantes plus dilettantes. Ainsi, il ressort de ce travail que le web a fait émerger de nouvelles formes de mobilisations militantes, de nou­veaux sites au contenu très militant. Internet a également permis d’attirer un public plus jeune et bien pourvu en savoirs numériques, mais adoptant des pratiques militantes nouvelles, moins attachées à la théorie, aux grands auteurs et aux « vieux », à la vieille garde historique du mouvement.

  • 38 Cité ci-dessus.

42Le champ sociologique qui traite des nouveaux mouvements sociaux demeure donc très ouvert. Après les critiques de Erik Neveu38 contre l’ex­pression « nouveaux mouvements sociaux » elle-même, soulignant la fermeture de l’expres­sion comme si l’on interdisait à ces mouvements sociaux qu’ils soient eux-mêmes dépassés, l’in­fluence d’internet sur la protestation organisée n’est pas clairement établie. Peut-être la so­ciologie d’inspiration tourainienne, qui dérive l’état de la contestation des rapports sociaux de production et des outils techniques de com­munication, n’a-t-elle rien à faire du dispositif unique et gigantesque qu’est internet. Les nou­veaux mouvements sociaux accusaient en effet le passage de la société industrielle à la société programmée ou post-industrielle. Tant qu’il n’est pas entendu qu’internet modifie les rap­ports sociaux de production et abolit les cadres traditionnels de la société programmée, une so­ciologie strictement tourainienne ne peut guère faire d’internet autre chose qu’un accident, au sens ontologique du terme, un trait de carac­tère contingent dans l’histoire des mouvements sociaux, histoire qui dérive, dans le paradigme tourainien, de l’histoire des rapports sociaux de production.

Top of page

Bibliography

N. BAYGERT, « L’activisme numérique au re­gard du consumérisme politique : Pirates et Tea Partiers sous la loupe », Participations, 2014/1 N° 8, p. 75-95.

J.-S. BEUSCART, E. DAGIRAL, S. PARASIE Sociologie d’Internet, Armand Colin 2016

O. BLONDEAU avec la collab. de L. ALLARD, dirs., Devenir média. L’activisme sur Internet, entre défection et expérimentation Paris, Éd. Amsterdam, 2007.

D. BOULLIER, Plates-formes de réseaux so­ciaux et répertoires d’action collective. Col­loque ”Mouvements sociaux en ligne face aux mutations socio-politiques et au processus de transition démocratique”, Avril 2012, Tunis, Tu­nisia. Karthala, p. 37-50.

P. BOURDIEU, La Distinction. Critique sociale du jugement, Les Éditions de Minuit, 1979, 670 p.

K. BROOKES ,» Deux réseaux de promotion du néo-libéralisme entremêlés dans les années 1960 et 1970 : L’A.L.E.P.S et le groupe des Nouveaux Economistes », Dominique Barjot, Olivier Dard et Frédéric Fogacci (dir.), Libé­ralisme et libéraux en Europe occidentale à l’époque contemporaine, Nouveau Monde Édi­tions, 2010.

J. CAMPBELL et O. PEDERSEN The National Origins of Policy Ideas : Knowledge Regimes in the United States, France, Germany, and Den­mark Princeton University Press 2014.

D. CARDON, Médiactivistes (avec Fabien Granjon), Paris, Presses de Science-Po, 2010.

D. CARDON, La Démocratie internet. Pro­messes et limites, Paris, Seuil, 2010.

D. CARDON, « Comment s’auto-organise la production des savoirs sur Wikipédia ? », in Larqué Lionel & Pestre Dominique (dir.), Les sciences, ça nous regarde, Paris, Les empê­cheurs de penser en rond/La Découverte, 2013, p. 266-272.

D. CARDON, G. FOUETILLOU, C. ROTH (2011), « Two Paths of Glory », Proceedings AAAI ICWSM’11 Conference Weblogs and So­cial Media.

S. CARÉ, Les Libertariens aux États-Unis : So­ciologie d’un mouvement asocial, PUR collec­tion Res Publica.

M. CASTELLS, La Galaxie Internet. Paris : Fayard, 2001.

A. CASILLI, Les liaisons numériques : Vers une nouvelle sociabilité ?, Seuil, 2010.

S. CÉLÉRIER, Textualité numérique et mobili­sation. Analyse des sites Internet d’associations françaises de lutte contre le VIH-sida. Colloque « Usages militants de la technique : technolo­gies, medias, mobilisations », Nanterre, 12-13 mars 2009.

G. CHÂTON et S. CARÉ, « Néolibéralisme(s) et démocratie(s) », Revue de philosophie écono­mique, vol. XVII, n° 1, septembre 2016.

F. DENORD, « Chapitre 4. Géométrie des ré­seaux sociaux », in Frédéric Lebaron et al., La méthodologie de Pierre Bourdieu en action, Dunod « Psycho Sup », 2015, p. 59-78.

F. DENORD, Le néo-libéralisme à la française. Histoire d’une idéologie politique (2e édition re­vue et actualisée), Marseille, Agone, 2016.

D. W. DREZNER & H. FARRELL The Power and Politics of Blogs. Public Choice, 134, 15-30, 2008.

J., ELLUL, en particulier dans Le Système technicien Calmann-Lévy. 3e édition Paris : Le Cherche-midi, 2012.

P. FLICHY, L’imaginaire d’Internet, La Décou­verte, Paris, 2001, 273 p.

W. GAMSON, The strategy of social protest, Paperback 1975.

R. GIBSON, S. WARD, « Renouveler le parti ? Les stratégies de campagnes et d’organisation en ligne des partis britanniques », dans F. Gref­fet (dir.), Continuerlalutte.com…,

F. GRANJON, L’Internet militant. Mouvement social et usages des réseaux télématiques, collection Médias et nouvelles technologies, Rennes, Apogée, 2001.

T. JORDAN, S’engager ! Les nouveaux mili­tants, activistes, agitateurs… Éditions Autre­ment, collection « Frontières », 2003, 141 p.

G. KOENIG, Le révolutionnaire, l’expert et le geek, Plon, 2015.

B. LOVELUCK, La liberté par l’information soutenue le 4 décembre 2012, EHESS.

C. MABI, A. THEVIOT « Présentation du dos­sier. S’engager sur Internet. Mobilisations et pratiques politiques », Politiques de communi­cation, 2/2014, N° 3, p. 5-24.

J. MCCARTHY, M. ZALD, « Resource mobi­lizations and social movements : a partial theo­ry » American Journal of sociology vol. 82, N° 6 (May, 1977), p. 1212-1241.

R. K. MERTON, “On social structure and science” ISBN 0-226-52071-4, p. 11.

E. MOROZOV, The Net Delusion : The Dark Side of Internet Freedom, Public Affairs, 2011.

E. NEVEU, Sociologie des mouvements so­ciaux, La Découverte (Repères), Paris, 1996, 4e édition en 2004.

M. OFFERLÉ, Retour sur les répertoires de l’action collective, Politix, 2008/81.

M. OFFERLÉ, Sociologie des organisations pa­tronales, Paris, La Découverte, 2009, 124 p.

I. PEREIRA, « Les nouvelles technologies de l’information et de la communication et la ques­tion de la transformation de la nature des pra­tiques militantes à l’heure du renouveau de la contestation ». Communication donnée le 26 février 2009 au colloque Usages militants de la technique.

M. REINERT, (1986). Un logiciel à Analyse Lexicale [ALCESTE]. Les Cahiers de l’Analyse des Données, 4, 471-484.

D. RESNICK, M. MARGOLIS, Politics as usual. The Cyberspace “Revolution”, Sage, 2000.

F. SAWICKI et J. SIMÉANT, « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note critique sur quelques tendances récentes des tra­vaux français », Sociologie du travail, 51 (1), 2009, p. 97-125.

S. SCHEHR, « L’alerte comme forme de dé­viance : les lanceurs d’alerte entre dénonciation et trahison », Déviance et Société, 2/2008 (Vol. 32), p. 149-162.

I. SOMMIER, Le renouveau des mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, 2003, Flammarion.

D. TARTAKOWSKY, Le pouvoir est dans la rue : crises politiques et manifestations en France, Aubier, « Collection historique », Paris, 296 p.

A. THEVIOT, « Qui milite sur Internet ? Es­quisse du profil sociologique du « cyber-mili­tant » au PS et à l’UMP », Revue française de science politique, 3/2013 (Vol.63).

A. TOURAINE, La voix et le regard, Paris, Le Seuil, 1978 [cité dans Sciences humaines, no144, déc. 2003].

F. TURNER, Aux sources de l’utopie numé­rique : De la contre culture à la cyberculture, C&F Éditions, 2013.

Top of page

Appendix

Annexe : Détail des cinq groupes

Site/

groupe

https://www.contrepoints.org/​

1

http://www.ifrap.org/​

1

http://blog.turgot.org/​

1

http://h16free.com/​

1

http://www.objectifliberte.fr/​

1

http://www.institutmolinari.org/​

1

http://extremecentre.org/​

1

http://www.insolent.fr/​

1

http://www.ndf.fr/​

1

http://www.dreuz.info/​

1

http://www.bastiat.net/​fr/​

1

https://leblogalupus.com/​

1

http://fr.irefeurope.org/​

1

http://www.institutcoppet.org/​

1

http://www.antagoniste.net/​

1

http://fboizard.blogspot.fr/​

1

http://www.economiematin.fr/​

1

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/​

1

http://www.les4verites.com/​

1

http://www.claudereichman.com/​

2

http://www.aleps.paris/​

2

http://leseconoclastes.fr/​

2

http://blog.georgeslane.fr/​

2

http://sully1.typepad.com/​

2

http://www.dumait.fr/​

2

http://www.resiliencetv.fr/​

2

http://lemennicier.bwm-mediasoft.com/​

2

http://reseauliberte.ning.com/​

2

http://www.lecercledesliberaux.com/​

2

http://laissez-faire.ch/​

2

http://les-liberes.fr/​

2

https://ecoparis.wordpress.com/​

2

http://www.tvlibertes.com/​

2

http://www.michelsanti.fr/​

2

http://eric-verhaeghe.entreprise.news/​

2

https://lilianeheldkhawam.com/​

2

https://www.generationlibre.eu/​

3

http://economie-analyses-actualites-opinions.over-blog.com/​

3

https://jesrad.wordpress.com/​

3

http://uplib.fr/​wiki/​Accueil

3

http://liberalisateur.blogspot.fr/​

3

http://lefrenchlibertarien.fr/​

3

http://www.historionomie.com/​

3

https://leblogdenathaliemp.com/​

3

https://minarchiste.wordpress.com/​

3

http://www.partiliberaldemocrate.fr/​

3

http://www.libreafrique.org/​

3

http://collectifantigone.fr/​

3

http://www.dantou.fr/​

3

http://www.trop-libre.fr/​

3

http://ordrespontane.blogspot.fr

3

http://philippeherlin.blogspot.fr/​

3

http://www.ecoleliberte.fr/​

3

http://lthinkliberal.org/​

3

http://studentsforliberty-france.fr/​

3

http://www.fondapol.org/​

3

http://michel-leter.blogspot.fr/​

4

http://www.temoignagefiscal.com/​

4

https://marcsuivre.wordpress.com/​

4

http://www.jbnoe.fr/​

4

http://sulfureetcontreculture.blogspot.fr/​

5

http://www.cjg.be/​

5

http://www.parti-libertarien.be/​

5

http://www.medlib.ch/​fr/​

5

http://www.pauljorion.com/​blog/​

5

http://www.algarathselect.com/​fr/​

5

https://yvesmontenay.fr/​

5

http://www.eradiquons.fr/​

5

http://palingenesie.com/​

5

https://www.hacklapolitique.fr/​

5

https://www.libertesociale.eu/​

5

Top of page

Notes

1 Au sein des libéraux, les libertariens sont les mi­litants qui œuvrent avant tout pour la disparition pro­gressive de l’État au nom de l’idéal de liberté indi­viduelle.

2 Le Mouvement des Libertariens, dont le parti émane, est lui-même créé en 2013.

3 Par souci de clarté, on définira « internet » comme une technologie, un dispositif ; et le « web » l’inter­face réticulaire à laquelle donne accès cette techno­logie.

4 B. Loveluck, La liberté par l’information thèse soutenue le 4 décembre 2012, EHESS.

5 S. Caré, Les libertariens aux États-Unis : Socio­logie d’un mouvement asocial, PURcollection Res Publica.

6 Par « cyberespace » nous entendons cette projec­tion de l’espace social via un dispositif technique em­preint de contraintes techniques et de normes propres. Si le terme est bien présent dans l’ouvrage de Caré, ce texte lui préférera des expressions plus précises.

7 Patrice Flichy, L’imaginaire d’internet, La Décou­verte, Paris, 2001, 273 p.

8 Le terme traverse toute l’œuvre de Friedrich Hayek.

9 Les libertariens aux États-Unis : Sociologie d’un mouvement asocial, PUR, collection Res Publica, 2010.

10 Voir Pierre Mercklé et Sylvie Octobre, « La strati­fication sociale des pratiques numériques des adoles­cents », RESET 1 | 2012.

11 On parle d’aspiration de données web en fran­çais, pour traduire le nom anglais de la méthode de « scraping ».

12 Voir S. Caré, cité ci-dessus.

13 Cette expression est utilisée par F. Hayek dans sa conférence Les Intellectuels et le socialisme.

14 Voir Hayek, F. (2002). « Les intellectuels et le socialisme » Commentaire, numéro 99,(3), 673-684.

15 Voir F. Denord, « La conversion au néo-libéra­lisme  : droite et libéralisme économique dans les an­nées 1980 », Mouvements, 35-5, 2004, p. 17–23.

16 Voir : http://www.culture.gouv.fr/Actualites/Chiffres-cles-2018-pratiques-culturelles-diversifiees-et-enjeux-numeriques

17 A. Theviot, « Qui milite sur Internet ? Esquisse du profil sociologique du « cyber-militant » au PS et à l’UMP », Revue française de science politique, 3/2013 (Vol.63).

18 R. Gibson, S. Ward, « Renouveler le parti ? Les stratégies de campagnes et d’organisation en ligne des partis britanniques », dans F. Greffet (dir.), conti­nuerlalutte.com…

19 E. Morozov, The Net Delusion : The Dark Side of Internet Freedom, Public Affairs, 2011.

20 Voir dans S. Cadiou, S. Dechezelles, A. Roger, Passer à l’action : les mobilisations émergentes, Coll. « Logiques politiques » (2007) L’Harmattan.

21 Caroline Frau, (2012) « L’impossible passage du virtuel au réel... » in Des radios de lutte à Internet : militantismes médiatiques et numériques, Presses de la Sorbonne, Paris.

22 La méthode ici exposée est largement inspirée de D. Cardon, G. Fouetillou, C. Roth (2011), « Two Paths of Glory », Proceedings AAAI ICWSM’11 Conference Weblogs and Social Media.

23 Que l’on peut considérer comme la frange la plus utopique du néolibéralisme.

24 Même si les contributeurs de Wikipédia et de Wikibéral forment un sous-groupe de la population relativement restreint, il n’en demeure pas moins que, sur le principe, cette technologie contributive et dé­centralisée plaît aux libertariens. Voir à ce sujet les travaux de Nicolas Julien sur les contributeurs de Wikipédia www.marsouin.org/auteur1.html, de même que : Cardon D. « Comment s’auto-orga­nise la production des savoirs sur Wikipédia ? », in Lionel Larqué & Dominique Pestre (dir.), Les sciences, ça nous regarde, Paris, Les empêcheurs de penser en rond/La Découverte, 2013, p. 266-272.

25 https://cran.r-project.org/web/packages/rvest/rvest.pdf

26 Ce courant est celui qui critique le plus la pré­sence de l’État. Tout pouvoir administré, centralisé et exécutif est refusé en bloc. Ainsi, cette orienta­tion particulière du libéralisme tranche par rapport à d’autres courant, pour lesquels un État minimal de­meure pertinent. Les anarcho-capitalistes optent donc pour une défense absolue de la propriété privée.

27 C’est le blog de Jean-Gilles Malliarakis, proche des néofascistes, et de RadioCourtoisie.

28 Voir Le bluff technologique, Paris, Hachette, 2012, 3e éd.

29 Le site de Contrepoints le définit comme tel en avril 2017 : « Contrepoints est un journal en ligne qui couvre l’actualité française et internationale sous l’angle libéral depuis 2009. A. Vintray est le rédacteur en chef du journal et Benoît Gobitz son directeur de publication. […] Le journal publie des contributions de nombreux auteurs représentatifs de l’ensemble du spectre libéral, qu’ils soient écrivains, économistes, blogueurs, etc. » https://www.contrepoints.org/la-galaxie-liberaux-org

30 Tous les prénoms des enquêtés ici sont fictifs pour anonymisation.

31 Voir l’ouvrage de F. Denord cité ci-dessus.

32 On peut considérer que c’est aussi le cas de Éco­nomie Matin, dont le site n’est que la transcription sur Internet d’un journal plus ancien. Son créateur, Jean-Baptiste Giraud a été rédacteur en chef du site libéral Atlantico.

33 Créé en 1966 par l’industriel André Arnoux avec les membres français de la société du Pèlerin et sous l’égide de l’ALEPS, l’objectif de l’association était de réhabiliter le libéralisme économique en organi­sant des semaines de la pensée libérale et en remet­tant un prix de la pensée libérale. Cf. Brookes Kevin, « Deux réseaux de promotion du néolibéralisme en­tremêlés dans les années 1960 et 1970  : L’ALEPS et le groupe des « nouveaux économistes », in Histoire de l’Europe Libérale. Libéraux et libéralisme en Eu­rope, XVIIIe-XXIe siècle, Paris, Nouveau Monde Édi­tions, 2016, p. 245-264.

34 On lui doit notamment un article important qui exprime bien une prénotion démentie ci-dessus : que le MEDEF n’est certainement pas l’organisation mili­tante du mouvement libéral. Voir « Pourquoi je claque la porte du MEDEF » relayé le 20 janvier 2011 sur le site de L’Humanité.

35 Pour les imbrications entre le réseau néolibéral et le réseau conservateur, on conseillera ici l’article http://www.publicseminar.org/2018/02/neolibera­lisms-populist-bastards/

36 Ce qui est patent dans le cas de l’ALEPS et des spécialistes identifiés ici qui gravitent autour.

37 Nom du site fictif pour anonymisation.

38 Cité ci-dessus.

Top of page

List of illustrations

Caption Capture d’écran de la page d’accueil du site : https://ecoparis.wordpress.com/​
URL http://journals.openedition.org/quaderni/docannexe/image/1302/img-1.jpg
File image/jpeg, 52k
Caption Capture d’écran de la page d’accueil du site : http://www.claudereichman.com
URL http://journals.openedition.org/quaderni/docannexe/image/1302/img-2.png
File image/png, 352k
Caption Capture d’écran de la page d’accueil du site https://aleps.paris/​sitemap/​
URL http://journals.openedition.org/quaderni/docannexe/image/1302/img-3.png
File image/png, 408k
Top of page

References

Bibliographical reference

Benjamin Tainturier, La liberté e-limitée ? Structure et générations dans le réseau des militants libertariens français sur internetQuaderni, 97 | 2018, 69-87.

Electronic reference

Benjamin Tainturier, La liberté e-limitée ? Structure et générations dans le réseau des militants libertariens français sur internetQuaderni [Online], 97 | Automne 2018, Online since 05 October 2020, connection on 23 January 2021. URL: http://journals.openedition.org/quaderni/1302; DOI: https://doi.org/10.4000/quaderni.1302

Top of page

About the author

Benjamin Tainturier

Diplômé de l’École Normale Supérieure de Paris-Saclay en sociologie et statistiques et de l’ESSEC

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search