Navigation – Plan du site
Politique

Une participation politique renouvelée

L’invention de modes individualisés et critiques d’engagement numérique en campagne électorale
Renewing political participation. The invention of individualized and critical modes of digital engage­ment in the election campaigns.
Fabienne Greffet et Stéphanie Wojcik
p. 107-131

Résumés

À l’aide d’une typologie d’actes participatifs en ligne, le texte explore les formes numériques d’engagement durant la campagne présidentielle française de 2012 à partir d’entretiens auprès d’internautes. Deux spéci­ficités paradoxales de ces formes d’engagement sont particulièrement analysées. D’une part, la créativité dont font preuve les internautes dans l’appropriation des dispositifs numériques se heurte à la volonté de « management » de leur activisme par les équipes de campagne. D’autre part, dans les campagnes en ligne, les internautes mettent en jeu et en scène leurs attachements partisans comme leurs identités numériques, notamment par l’exposition de leurs convictions ou la sollicitation directe via les réseaux socionumériques. Cela peut conduire à mettre en tension la participation numérique avec le risque réputationnel qu’elle repré­sente. La figure du citoyen engagé apparaît ainsi rétive à l’embrigadement partisan et sensible à la protection de la vie privée lorsqu’il s’agit de diffuser ou mani­fester ses convictions politiques.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Une typologie des actes participatifs en ligne
Une approche qualitative de la participation politique en ligne
L’information, préalable à la participation politique en ligne
L’environnement contraint de la participation aux campagnes officielles
Créer son espace, inventer sa campagne
Engager son réseau
Conclusion

Aperçu du texte

Depuis la fin des années 2000, les sites web dédiés et la plupart des réseaux sociaux sont appropriés par les candidats aux élections comme supports de diffusion d’informations, de communication et de mobilisation. Cette situation concerne la majorité des pays européens, et complète l’usage de plus en plus fréquent des traces numériques afin de tenter de mieux cerner les attentes des publics ou tester les messages de campagne.

En ce qui concerne plus spécifiquement la France, les campagnes présidentielles de 2012 et 2017 présentent la particularité d’avoir été précédées de longues séquences pré-électorales puisque des « primaires ouvertes » ont été organisées successivement, en 2012, pour la désignation du candidat du Parti Socialiste et du Parti radical de gauche ; puis, en 2017, pour la désignation des candidats des partis écologistes et socialiste et de celui des Républicains. Ces temporalités très étendues de campagnes ont été l’occasion pour les candidats et leurs équipes de mul...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Greffet et Stéphanie Wojcik, « Une participation politique renouvelée  », Quaderni, 97 | 2018, 107-131.

Référence électronique

Fabienne Greffet et Stéphanie Wojcik, « Une participation politique renouvelée  », Quaderni [En ligne], 97 | Automne 2018, mis en ligne le 05 octobre 2020, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1325 ; DOI : 10.4000/quaderni.1325

Haut de page

Auteurs

Fabienne Greffet

IRENEE (Nancy) et Pacte (Grenoble), Université de Lorraine

Stéphanie Wojcik

CEDITEC, Université Paris Est Créteil

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals