Navigation – Plan du site
Dossier

Quand le dépôt légal devient numérique : épistémologie d’un nouvel objet patrimonial

Digital uses and new relationships to museum data
Emmanuelle Bermès
p. 73-86

Résumés

La recherche sur les usages numériques offre de riches enseignements sur les pratiques des publics et les pratiques professionnelles dans le secteur muséal. La structuration des données massives patrimoniales et scientifiques ouvre sur des enjeux pour la recherche et pour l’appropriation sociale des technologies et des contenus culturels. Leur circulation, par les dispositifs de médiation dans l’enceinte des musées et sur l’Internet muséal, est assurée par les usages des publics de musées et des amateurs qui n’attendent pas les invitations institutionnelles à la participation-contribution. Ces mouvements in situ et sur l’Internet permettent de nouvelles relations au patrimoine et aux contenus scientifiques, dans un contexte d’innovations culturelles, sociales et scientifiques, et de la formation d’un big data culturel, servant également les pratiques savantes.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Vers un dépôt légal numérique
Ce que le numérique fait au dépôt légal
Ce qu’internet fait au dépôt légal
Nouvelles perspectives de recherche
Le projet Corpus
Le projet Corpus et les archives de l’internet
Autres recherches et projets connexes
Diversité des résultats de recherche
Vers un laboratoire d’humanités numériques à la BnF ?
Une priorité stratégique
L’étude des besoins
Le pendant virtuel du futur laboratoire
Conclusion

Aperçu du texte

Selon le Code du patrimoine, la BnF reçoit par dépôt légal tout document édité, importé ou diffusé en France : sont ainsi concernés les livres, périodiques, documents cartographiques, la musique notée, les documents graphiques et photographiques, mais aussi les documents sonores, les vidéogrammes, les documents mul­timédia, les logiciels et bases de données, ainsi que, depuis 2006, les sites web. Aucun jugement de valeur, qu’il soit moral, esthétique ou social n’est appliqué pour sélectionner les documents appelés à faire patrimoine, au contraire d’une politique documentaire classique telle que la pratiquent les autres types de bibliothèques, qu’elles s’adressent à un public de recherche comme les bibliothèques universitaires ou plus diversifié comme les bibliothèques publiques. La conséquence de cette particularité est l’existence, dans les collections de la BnF, de masses consi­dérables de documents que l’on ne trouve nulle part ailleurs, qui reflètent l’esprit de leur époque et p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Bermès, « Quand le dépôt légal devient numérique : épistémologie d’un nouvel objet patrimonial », Quaderni, 98 | 2019, 73-86.

Référence électronique

Emmanuelle Bermès, « Quand le dépôt légal devient numérique : épistémologie d’un nouvel objet patrimonial », Quaderni [En ligne], 98 | Hiver 2018-2019, mis en ligne le 05 février 2021, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1455 ; DOI : 10.4000/quaderni.1455

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Bermès

Adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du Directeur des services et des réseaux, Bibliothèque nationale de France

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals