Navigation – Plan du site
Dossier

Créativité, éducation aux médias et à l’information, translittératie : vers des humanités numériques

Formerly, creativity was not a pedagogical priority
Divina Frau-Meigs
p. 87-105

Résumés

Autrefois, la créativité n’était pas une priorité péda­gogique. Aujourd’hui, les enseignants et les artistes se réinventent « geeks » ou « designers » de contenus. De manière croissante, les modèles scientifiques sont en train de donner une nouvelle forme à la « créati­vité » à travers le Web, combinant « médiation » et « médiatisation » afin de construire un répertoire des « e-strategies » en « humanités créatives ». Ce renou­vellement des études créatives modifie les Humanités classiques en les invitant à une forme de coopération interdisciplinaire. La translittératie définie comme la convergence de l’éducation aux médias, de l’éducation à l’information et de l’informatique rend possible l’autonomisation. Ce projet rend possible de nouveaux modes cognitifs d’apprentissage partagés, centrés sur l’apprenant, libérés de l’aspect technologique dans la perspective d’une alliance SMILE (Synergies for Media and Information Littératies) élaborée dans un cadre européen de gouvernance multipartite lui-même rendu nécessaire par l’information complexe et la culture des connaissances.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La créativité : explorer les possibles ?
Créativité et nouvelles littératies : changement de modèles
Modèles pré-numériques
Modèles numériques et translittératie
Translittératie : au carrefour de la médiation et de la médiatisation
La médiation numérique : répertoire des e-stratégies et humanités créatives
La médiation pédagogique et la médiatisation : l’étayage cognitif
Implications pour les sciences humaines et sociales : vers la nécessaire transformation transdisciplinaire des LSHS
Quelques principes
Mise en œuvre : alliance SMILE

Aperçu du texte

Dans les formes d’éducation pré-numériques, issues du XIXe siècle, la créativité n’était pas la priorité. Elles étaient focalisées sur des besoins liés à la deuxième révolution industrielle, nécessitant des ouvriers capables de faire preuve d’imitation, de production à l’identique à l’ère de la reproduction mécanique. Les alphabétisations attenantes ont privilégié la lecture, l’écriture et le calcul comme compétences de base. La créativité s’est réfugiée dans une vision idéalisée de l’artiste non conformiste, échappé du système, et dans des approches non-disciplinaires, hors programmes scolaires. Souvent qualifiées d’« éducation à », fondées sur des pédagogies de l’action ou du projet, elles sont minoritaires ou marginalisées. Elles sont souvent associées à la prise en main d’outils difficiles à intégrer dans la salle de classe, comme dans le cas de la presse à imprimer pour l’éducation aux médias chère à Célestin Freinet.

Au XXIe siècle, la troisième révolution indus­trielle a beso...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Divina Frau-Meigs, « Créativité, éducation aux médias et à l’information, translittératie : vers des humanités numériques », Quaderni, 98 | 2019, 87-105.

Référence électronique

Divina Frau-Meigs, « Créativité, éducation aux médias et à l’information, translittératie : vers des humanités numériques », Quaderni [En ligne], 98 | Hiver 2018-2019, mis en ligne le 05 février 2021, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1482 ; DOI : 10.4000/quaderni.1482

Haut de page

Auteur

Divina Frau-Meigs

Professeur
Université Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals