Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99-100DossierManagement et évaluation de l’ens...

Dossier

Management et évaluation de l’enseignement supérieur dans les années 2000

Christine Barats
p. 69-80

Résumés

Cet article examine les transformations dans l’Ensei­gnement supérieur et la recherche (ESR) en mettant l’accent sur les liens entre technologies, management et évaluation. Après avoir examiné les enjeux de pouvoir au cœur du déploiement des technologies de l’information et de la communication (TIC) et leurs liens avec les impératifs managériaux et de gestion, il montre que les transformations sont le fruit de logiques plurielles. Les impératifs managériaux et gestionnaires ont ainsi rencontré un autre impératif prégnant dans les années 2000, celui de l’évaluation qui s’est traduit par la mise en place d’agences et la multiplication de classements, en particulier internationaux, traits saillants des transformations de l’ESR.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

L’influence du numérique et du management et les controverses sur l’évaluation de la recherche : au cœur de deux numéros de Quaderni
Le classement académique, résultat et opéra­teur de normes sociales de pensée et d’action : naturalisation d’un dispositif de jugement et interdiscours sur l’évaluation

Aperçu du texte

Depuis la fin des années 1980, de nombreuses réformes ont affecté l’enseignement supérieur et le secteur de la recherche, dans un contexte de massification de l’enseignement. Le nombre d’étudiants a été multiplié par 8 en 50 ans, passant de 310 000 étudiants inscrits dans les établissements de l’enseignement supérieur en 1960 à 2 551 000 en 2015. En 2018-2019, dans les seules universités, il y avait ainsi 1 672 300 étudiants inscrits, contre 858 000 en 1980. Si la politique dite contractuelle, mise en œuvre en 1989 par Lionel Jospin, alors ministre de l’Édu­cation nationale, a été qualifiée de « politique silencieuse » par Christine Musselin (Musselin, 2001), elle a contribué à transformer les relations entre le ministère de l’Enseignement supérieur et les établissements en modifiant les modes de financement (logique du guichet vs logique du contrat) et en renforçant la dimension stratégique de la politique des établissements.

Il faut rappeler que la contractualisation, en parti­cul...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Barats, « Management et évaluation de l’enseignement supérieur dans les années 2000 »Quaderni, 99-100 | 2020, 69-80.

Référence électronique

Christine Barats, « Management et évaluation de l’enseignement supérieur dans les années 2000 »Quaderni [En ligne], 99-100 | Hiver 2019-2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 29 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1550 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaderni.1550

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search