Navigation – Plan du site
Dossier

Le désir technologique de Dieu

Pierre Musso
p. 113-124

Résumés

Les références au sacré et à Dieu sont omniprésentes dans les discours sur les techniques. L’invocation du divin, de l’immortalité et de la transcendance est censée apporter un supplément d’âme à la prolifération des innovations technicistes. La Silicon Valley est portée par une « idéologie technico-mystique » héritière de la cybernétique et revivifiée par le New Age. L’anthropologie souligne le lien entre le symbolique et la techni­cité pour définir le rapport d’extériorité et d’objectiva­tion de l’homme au monde. Toutefois la technique ne peut pas symboliser, mais elle ne va pas sans récit, sans imaginaire et sans fictions. La technique est biface : fonctionnelle et fictionnelle. Si la technique ne peut symboliser, elle n’est donc pas « instituante » comme l’a montré Lucien Sfez. Elle ne peut instituer, mais l’institution entrepreneuriale qui la met en œuvre, elle, le peut. La technique est « instituée » par l’industrie.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La prolifération du sacré dans les « techno-discours »
La technique fonctionnelle et fictionnelle
Politique et technique : l’une symbolise, l’autre non
Le mariage de la techno-politique et de l’État-Entreprise
La religion de la techno-science-industrie

Aperçu du texte

Dans une interview au Spiegel, en 1966, Heidegger disait une fois encore : « la technique moderne n’est pas un outil », et « elle n’a plus rien à voir avec les outils. » Son insistance était nécessaire car, ajoutait-il, « aussi longtemps que nous nous représentons la technique comme un instrument, nous restons pris dans la volonté de la maîtriser. Nous passons à côté de l’essence de la technique. » Cette essence, c’est-à-dire la technicité, est selon Heidegger, « un mode de dévoilement » à la fois « pro-ducteur » qui fait advenir le non-présent à la présence, et « pro-vocateur » car il arraisonne (idée d’une maîtrise du réel) en mettant en demeure la nature « de livrer une énergie qui puisse comme telle être extraite et accumulée. » Le préfixe « pro » que l’on retrouve dans pro-grès (du latin pro-gredire) ou pro-jet (pro-jection), désigne une représen­tation de ce qui est devant, une promesse ou un possible. Est ainsi convoqué l’imaginaire du démiurge (de demos et ergon ou travail, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Musso, « Le désir technologique de Dieu », Quaderni, 99-100 | 2020, 113-124.

Référence électronique

Pierre Musso, « Le désir technologique de Dieu », Quaderni [En ligne], 99-100 | Hiver 2019-2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1567 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaderni.1567

Haut de page

Auteur

Pierre Musso

Institut d’Études Avancées de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals