Navigation – Plan du site

AccueilNuméros101DossierQuelle place pour les communicant...

Dossier

Quelle place pour les communicants politiques à l’ère des campagnes WhatsApp au Brésil ?

Camila Moreira Cesar et Nina Fernandes Dos Santos
p. 77-96

Résumés

Cet article interroge les caractéristiques des équipes professionnelles des campagnes au moment de l’éclatement des lieux et formes de production et de la diffusion des messages politiques. Cette étude, qui a pour arrière-plan l’élection brésilienne de 2018, met en exergue l’importance de l’application WhatsApp en tant que dispositif de communication politique. À partir d’une enquête menée en ligne auprès d’un échantillon d’électeurs de différentes régions du Brésil, nous cherchons à comprendre les dynamiques de partage de contenus politiques par le biais de l’application ainsi que les comportements et motivations qui sous-tendaient l’action des usagers. En s’intéressant au rôle des électeurs « communs », c’est-à-dire à ceux situés en dehors des cadres professionnels ou militants, notre but est de mettre en lumière les limites des campagnes postmodernes au Brésil et ce, malgré le rôle histori­quement important des consultants politiques dans les contextes électoraux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

De la télévision au smartphone : la nouvelle donne de la communication électorale brésilienne
Le style publicitaire de la communication élec­torale au Brésil
Les usages politiques de WhatsApp durant l’élection de 2018 au Brésil : au-delà des campagnes postmodernes ?
Vers la fin du règne des communicants politiques ?
Méthodologie et discussion des résultats
Réception et dissémination d’informations
Habitudes et motivations de l’envoi d’informa­tions politiques par WhatsApp
L’importance de WhatsApp comme source d’informations
Conclusion

Aperçu du texte

Se déroulant dans une atmosphère hostile à la politique renforcée par l’opération anticorruption « Lava Jato », la présidentielle brésilienne de 2018 se présenta comme un terrain favorable à des forces partisanes nouvelles et peu connues dans le scénario politique, comme le Novo (le « Parti du Nouveau ») et le PSL (Parti Social-Libéral) de Jair Bolsonaro. En s’appuyant sur la peur de la crise économique et la désaffection des gens à l’encontre de la démocratie, et après l’incarcération de Lula da Silva, qui était en tête des sondages électoraux, Bolsonaro parvint à s’imposer devant tous les autres candidats issus des partis traditionnels. À cela, s’ajoutait une stratégie de communication électorale rompant avec le modèle de campagne axé sur le marke­ting politique et très centré sur la télévision qui prédominait jusqu’alors au Brésil. A contrario, l’élection de 2018 se focalisa quant à elle sur les cercles privés, accessibles par le biais des dis­positifs de communication numériq...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camila Moreira Cesar et Nina Fernandes Dos Santos, « Quelle place pour les communicants politiques à l’ère des campagnes WhatsApp au Brésil ? »Quaderni, 101 | 2020, 77-96.

Référence électronique

Camila Moreira Cesar et Nina Fernandes Dos Santos, « Quelle place pour les communicants politiques à l’ère des campagnes WhatsApp au Brésil ? »Quaderni [En ligne], 101 | Été 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1737 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaderni.1737

Haut de page

Auteurs

Camila Moreira Cesar

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Nina Fernandes Dos Santos

Institut National de Science et Technologie en Démocratie Numérique / Brésil

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search