Navigation – Plan du site

AccueilNuméros103Dossier« Il faut défendre la société de ...

Dossier

« Il faut défendre la société de contrôle » : les hackers face au libéralisme autoritaire

Félix Tréguer
p. 25-38

Résumés

Après avoir rappelé la filiation entre les pionniers du militantisme hacker et les tactiques anti-technocratiques engagées par la Nou­velle Gauche, cet article propose d’interpréter la vague répressive qui frappa les hackers à la fin des années 1980 comme l’une des stratégies de pouvoir conçues pour refermer la crise de gouvernementalité enga­gée dans les années 1960 — une stratégie depuis réactivée chaque fois qu’un « front hacker » a semblé sur le point de se reconstituer. Ce faisant, il invite à voir dans cet épisode de sécurisation du cyberes­pace et de répression des répertoires d’action transgressifs un moment critique dans la généalogie du libéralisme autoritaire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction : l’hacktivisme hors-jeu ?
Les hackers militants, continuateurs des luttes anti-technocratiques des années 1960
Répression et disqualification des illégalismes hackers
CONCLUSION

Aperçu du texte

Introduction : l’hacktivisme hors-jeu ?

Au tournant des années 1980, Gilles Deleuze tente de cerner les « socié­tés de contrôle » caractéristiques de la modernité tardive. Prolongeant les analyses de Michel Foucault sur le pouvoir, il remarque qu’à la différence des châtiments exemplaires hérités de l’ère féodale et des logiques dis­ciplinaires typiques des régimes libéraux, les formes les plus actuelles du contrôle social opèrent « non plus par enfermement, mais par contrôle continu et communication instantanée », sur des modes « toujours plus immanents au champ social, diffusés dans le cerveau et le corps de citoyens » (Deleuze 1990). L’ordinateur et les réseaux informatiques constituent la clé de voûte de ce nouveau régime de pouvoir : « Ce qui compte, écrit-il, ce n’est pas la barrière, mais l’ordinateur qui repère la position de chacun, licite ou illicite, et opère une modulation universelle. »

Si le philosophe reconnaît que l’informatique et les dispositifs sécuri­taires qu’elle...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Félix Tréguer, « « Il faut défendre la société de contrôle » : les hackers face au libéralisme autoritaire »Quaderni, 103 | 2021, 25-38.

Référence électronique

Félix Tréguer, « « Il faut défendre la société de contrôle » : les hackers face au libéralisme autoritaire »Quaderni [En ligne], 103 | Printemps 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/1985 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaderni.1985

Haut de page

Auteur

Félix Tréguer

CERI Sciences Po / Centre Internet et Société du CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search