Navigation – Plan du site

AccueilNuméros103DossierRuser sur les réseaux : résistanc...

Dossier

Ruser sur les réseaux : résistances « par l’infrastructure » des fournisseurs d’accès Internet en Russie

Ksenia Ermoshina et Francesca Musiani
p. 53-70

Résumés

Le marché des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) en Russie s’est développé dans un contexte favorable. L’État y est intervenu de façon très limitée, et plus de 3000 FAI existent aujourd’hui en Russie. Cette décentralisation, ainsi que la topologie des réseaux russes, rendaient le contrôle de l’Internet russe (RuNet) compliqué. Cependant, depuis les années 2010, une série de lois a été adoptée afin de gouverner le RuNet en accord avec la vision d’un « Internet souverain ». L’applica­tion de ces mesures implique l’installation d’équipements très coûteux chez les FAI. En réponse, les FAI développent de nombreuses formes de résistance technique et juridique. Plusieurs de ces résistances se concentrent sur les usages créatifs de la technique, véritables brico­lages numériques. Cet article montre en quoi le hacking et le hackti­visme font partie intégrante de l’action des FAI, et comment les pra­tiques de ces acteurs relèvent de la « ruse ». On se concentre ici sur les acteurs techniques et leurs résistances au quotidien, en montrant comment, par la technique et ses usages créatifs.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La pomme de discorde : surveillance et censure « par l’infrastructure » dans le RuNet
Bricolages techniques, hacktivisme et ruses numériques
Revizor et son « bac à sable »
Guérilla DNS
La « performance hacktiviste » comme ruse : le code morse de Leonid Evdokimov
L’affaire Telegram et ses ruses
Conclusion

Aperçu du texte

Le marché des fournisseurs de services Internet (FAI) s’est développé de façon décentralisée en Russie, à l’initiative d’ingénieurs-entrepreneurs qui travaillaient au sein d’institutions scientifiques et étaient en relation étroite avec les pays de l’aire occidentale, dans un contexte presque « anar­chique » (Kuznetsov, 2004), c’est à dire sans leaders prédominants, contrôle centralisé ou primauté des intérêts marchands. En effet, la Russie n’a pas connu un projet de développement centralisé des infrastructures informationnelles au niveau national, malgré le projet d’un réseau à l’échelle de l’URSS (appelé OGAS) dans les années 1960-1970s ; les réseaux numériques en Russie ont le plus souvent pris la forme d’un « patchwork » de réseaux locaux, ou de communications à des fins purement militaires, plutôt que d’un réseau global interconnecté ouvert aux civils (Peters, 2016). Les pre­mières années du RuNet (l’Internet russe) se sont ainsi déroulées sous la bannière de l’auto-régulation,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ksenia Ermoshina et Francesca Musiani, « Ruser sur les réseaux : résistances « par l’infrastructure » des fournisseurs d’accès Internet en Russie »Quaderni, 103 | 2021, 53-70.

Référence électronique

Ksenia Ermoshina et Francesca Musiani, « Ruser sur les réseaux : résistances « par l’infrastructure » des fournisseurs d’accès Internet en Russie »Quaderni [En ligne], 103 | Printemps 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/2008 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaderni.2008

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search