Navigation – Plan du site

AccueilNuméros103Livres en revueFabienne Martin-Juchat, L’aventur...

Livres en revue

Fabienne Martin-Juchat, L’aventure du corps. La communication corporelle, une voie vers l’émancipation

Inès Garmon
p. 143-146
Référence(s) :

Fabienne Martin-Juchat,
L’aventure du corps. La communication corporelle, une voie vers l’émancipation
Presses Universitaires de Grenoble

Texte intégral

  • 1 Selon David Le Breton : « La condition humaine est corporelle » (in « Le corps entre significations (...)

1La crise sanitaire a donné lieu à une prise de conscience inquiète de l’importance du corps. Violenté, empêché, il éprouve par exemple, via les mesures de distanciation, sa centra­lité dans l’expérience ordinaire. Le manque de savoirs sur ce qui fonde la condition humaine, sa corporalité1, est en même temps devenu manifeste. C’est dans ce contexte que Fabienne Martin-Juchat propose, avec L’aven­ture du corps, d’explorer son fonctionnement communicationnel. Cela en vue d’éclairer les zones d’ombres qui l’entourent et d’enga­ger des changements indispensables, révélés et rendus pressants par la crise. Il s’agit de transformer le regard qui lui est porté et son traitement, au quotidien comme dans les mondes académiques, professionnels et insti­tutionnels.

  • 2 Ses recherches questionnent les usages du corps communiquant par les médias et les médiations march (...)

2L’auteure, professeure en sciences de l’in­formation et de la communication à l’Univer­sité de Grenoble Alpes, poursuit ses travaux sur le « corps communicant2 » avec un propos engagé. L’ambition est de montrer que le corps, « ça communique », et de dégager les implications effectives de ces communica­tions corporelles. Articulant l’anthropologie du corps et des émotions aux SIC, elle inter­roge de façon systématique ses rapports à lui-même et à son environnement. L’enjeu est la construction d’une approche sensible et éco­logique du corps : siège de l’expérience, c’est une médiation productive entre l’homme et le monde. D’un point de vue épistémologique, c’est une approche phénoménologique du corps humain en communication.

3Le sous-titre, La communication corpo­relle, une voie vers l’émancipation, ancre le propos : son intention est autant scientifique, reconsidérer les savoirs du corps, que la pro­position d’un « programme éducatif » (p. 35), d’une éthique et d’une discipline personnelle. Par l’éducation, l’humain peut se libérer des normes sociales et des formes contempo­raines de biopouvoir, des injonctions et des prétentions capitalistes sur son corps. Il est possible d’apprendre comment il fonctionne, et il faut le faire. Les onze chapitres ques­tionnent ses embarquements, les valeurs qui lui sont associées, le travail qu’il suscite pour affirmer la nécessité d’apprendre la com­munication corporelle et, pour les sciences, d’accompagner cet apprentissage. Ce qui implique des changements au sein des systèmes médicaux et éducatifs en particu­lier ; de nos cadres de pensée, de nos manières d’habiter le monde et de s’y mouvoir en géné­ral. C’est pour une éducation à la communica­tion du corps qu’elle milite ; une « éducation somatique » (p. 42), au moindre de ses mou­vements et tressaillements, pour s’en empa­rer, être à son écoute et à celle des autres ; le libérer des formes de normativité qui lui sont imposées.

4Chaque chapitre s’intéresse aux impli­cations d’une thématique liée à l’expérience ou à l’actualité, explore les représentations, les pratiques, les discours sur le corps et ses mouvements les plus discrets. Le point de départ est le constat que les approches com­municationnelles existantes sont limitées, fondent ensemble le corps normé, tel que l’impose le social, et celui vivant, tel qu’il est vécu. L’apprentissage du corps passe justement par avoir accepté les « paradoxes entre ce que disent les corps (le sien et celui des autres vivants) et la conscience mentale réflexive normée par la société » (p. 27). Il y a une complexité du corps vivant qui doit faire l’objet d’une prise de conscience, pour, sans tenter de les réduire, la dépasser. Les chapitres développent ensuite les implications d’une communication du corps dans plusieurs dimensions, réfutent certaines préconcep­tions et présentent des pratiques émancipa­trices effectives ou possibles.

5Les trois premiers chapitres reviennent sur le paradigme du verbal et du non-verbal, employé pour l’étude du corps et sa qualifica­tion, et construit notamment par les agences de formation en communication. Or celui-ci omet tout un pan de la communication corporelle, réduisant le corps à n’être qu’un support de signe, alors qu’elle est « multimo­dale » (p. 33). Il faut intégrer toutes les formes de communication, qui peuvent être visuelle, olfactive, tactile ou sensori-motrice à la pen­sée du corps en communication. En outre, Fabienne Martin-Juchat rappelle qu’il est le siège de la sémiose, qu’il est engagé dans l’interprétation, procédant par « échoïsation » (p. 35) du monde, et que le processus de connaissance repose sur lui. Elle introduit ainsi une distinction conceptuelle essentielle pour comprendre les phénomènes de com­munication corporelle : la communication « inter-corporelle », soit ce qui a lieu dans ce corps sensible d’une part ; et « inter-corpo­relle », entre les corps, et entre le corps, les objets et le milieu, d’autre part (p. 38). Ce faisant, elle insiste sur les potentialités d’intelligence du corps, comme de l’importance du rapport au milieu.

6Le présupposé de la thèse est cette place de pivot du corps et de la « chair » dans la relation de l’homme au monde et à lui-même, absente d’une grande partie des SHS. C’est, elle le souligne, un retard pris par les disciplines académiques, alors même que certaines recherches (comme celles de l’École de Palo Alto, de Jacques Cosnier ou de Boris Cyrulnik) ont apporté des éléments essentiels, dans l’ordre de l’interaction ou de la cognition. Elle propose également, dans le chapitre 4, des pratiques qui intègrent cette intelligence du corps ou l’éveillent, témoins d’une éman­cipation possible. Sports, arts martiaux, médecines non conventionnelles, pratiques numériques, ou communication avec le non humain (animaux, plantes) ont en commun de mettre le corps en mouvement, de l’émouvoir, et de permettre chez celui qui les pratique, des formes de communication affectives libé­ratrices du corps.

7Mettre au jour les modalités communi­cationnelles du corps amène à déconstruire l’idée de son autonomie et d’une identité entre le sujet et son corps. C’est le propos du cha­pitre 5 où il est démontré que le postulat « je suis mon corps » fait l’économie d’une pers­pective historique et néglige la complexité du phénomène corporel (p. 57). Il y a par exemple une mémoire du corps qui travaille les façons de se tenir et qu’il faut intégrer à nos façons de penser, pour dépasser l’idée d’une souveraineté innée dessus. Le dernier chapitre revient sur cette aporie d’un sujet en pleine possession de son corps, pour mettre en garde contre les pratiques capitalistiques contemporaines et les rapports de pouvoir qui le traversent. Sous couvert de faire accéder à la quête de l’identité, de « nouveaux dieux » — médias, industries, gourous… — le prennent en charge. Il est industrialisé, mis au service d’idéologies consuméristes, c’est pourquoi, il est urgent que le discours scientifique inter­vienne.

8Cette affirmation du corps normé par le capitalisme est développée dans les chapitres 6 et 8, où l’auteure souligne le rôle des arte­facts culturels et du « travail émotionnel » (p. 75) qui incombe à l’individu. Il s’agit de productions médiatrices, des moyens pour l’expression d’émotions, investies et valori­sées par les sociétés, primitives ou contem­poraines, en vue de codifier et de valoriser les émotions à ressentir. Ces médiations sont au cœur d’une forme de manipulation, repo­sant en fait sur toute une « rhétorique sociale des émotions » (p. 65). Par le biais de biens de consommation, comme dans des situations de travail, le capitalisme tend à standardiser le corps affectif : en contexte marchand comme managérial, des phénomènes de contention, de contrition, de codification du corps et des émotions à ressentir sont observables.

  • 3 Elle passerait par un « non-faire », cristallisant des difficultés similaires à certaines situation (...)

9L’auteure expose, dans le chapitre 7, trois exemples de domaines et de pratiques valo­risant le corps, permettant une expérience de sa libération, bien qu’encore, par certains aspects, normatives et contraignantes. Elle présente certaines techniques, des pratiques corporelles et sportives sollicitant le corps et s’appuyant sur son intelligence, ou encore des pratiques médicales telle que la méde­cine chinoise. Elle plaide, dans le chapitre 9, pour une complémentarité entre approches conventionnelles et non conventionnelles, qui ont des conceptions complémentaires du corps du patient (p. 82). Il est également question du numérique et de la place des nouvelles technologies dans cette émancipation : contre une pensée d’un régime du virtuel, qui mettrait le corps en sourdine, elles se révèlent être des voies possibles à l’émancipation. Monde de la vie, vecteur d’émotions réelles, le numé­rique est déjà un moyen par lequel le corps s’éprouve et se libère. Certaines applications de l’intelligence artificielle sont de véritables opportunités de libération dont il faut se sai­sir, tout en les encadrant. L’avant-dernier chapitre, enfin, est une invitation à chaque lecteur à repenser l’expérience de plaisir pur et des conditions de possibilité de l’extase, sachant que comme d’autres, cette expérience demande une difficile récupération de ses sensations et de sa corporalité3.

10Se présentant comme un essai, l’ouvrage repose sur un socle épistémologique large en SHS et un glossaire précise les notions fondamentales. Il s’agit en fait autant de contrer les stratégies capitalistes, corporelles, émotionnelles et sensibles visant la manipu­lation par l’exacerbation du corps et des émo­tions que d’engager des changements effec­tifs. La recherche a un rôle politique : donner la possibilité à l’humain de comprendre ce qui se joue à travers le corps et assurer son apprentissage. D’un point de vue institution­nel, Fabienne Martin-Juchat, donne les clés d’un programme, qui pourrait commencer dès l’école maternelle (p. 51) et qui se réali­serait dans diverses disciplines ; d’un point de vue général, elle appelle à modifier, en profon­deur, nos pratiques médicales, pédagogiques, sociales et personnelles du corps.

11Pour finir, les expériences présentées donnent au lecteur, quel qu’il soit et quelle que soit sa démarche, des clés pour être à l’écoute de son corps. En cela, elle actualise son programme. Un des apports de l’ouvrage est sa façon très concrète d’envisager le bonheur, sa visée pratique générale : « abandonner l’injonction à être unique, univoque et singu­lier » (p. 62). Elle invite ainsi à interroger la complexité, et nous accompagne dans cette démarche : une aventure de la découverte de notre propre corps.

Haut de page

Notes

1 Selon David Le Breton : « La condition humaine est corporelle » (in « Le corps entre significations et informations », Hermès, La Revue, vol. 68, no. 1, 2014, p. 21-30.).

2 Ses recherches questionnent les usages du corps communiquant par les médias et les médiations marchandes (cf. par exemple, Le corps et les médias, La chair éprouvée par les médias et les espaces sociaux, de Boeck, 2008)

3 Elle passerait par un « non-faire », cristallisant des difficultés similaires à certaines situations évoquées : les valeurs contemporaines se situent à l’opposé d’une jouissance qui serait totalisante et d’un embarquement du corps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Inès Garmon, « Fabienne Martin-Juchat, L’aventure du corps. La communication corporelle, une voie vers l’émancipation »Quaderni, 103 | 2021, 143-146.

Référence électronique

Inès Garmon, « Fabienne Martin-Juchat, L’aventure du corps. La communication corporelle, une voie vers l’émancipation »Quaderni [En ligne], 103 | Printemps 2021, mis en ligne le 15 juin 201, consulté le 16 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/2038 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaderni.2038

Haut de page

Auteur

Inès Garmon

CELSA, GRIPIC

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search