Navigation – Plan du site

AccueilNuméros103DossierContrôler les hackers en toute li...

Dossier

Contrôler les hackers en toute liberté. Stratégies d’appropriation de valeur dans la Silicon Valley

Olivier Alexandre
p. 39-52

Résumés

Depuis le début des années 1980, les publications de référence sur l’univers des hackers ont mis en avant trois dimensions : l’amateurat, le communalisme et la liberté. Basé sur une enquête de terrain réalisée dans la Silicon Valley, cet article traite de la manière dont des programmeurs continuent de s’y revendiquer de la communauté hacker au cœur d’un système industriel devenu emblématique de l’économie capitaliste. Les entreprises tentent en effet de faire des hackers une population ressource à la fois en termes de production et de consommation de leurs services. Pour comprendre ce retournement de la figure du hacker, passée d’un univers de référence romantique à un cadre d’activité marchand et professionnalisé au sein de la Silicon Valley, l’article évoque dans un premier temps les stratégies rhétoriques visant à faire des hackers des entrepreneurs ; dans un second temps, il revient sur le mécanisme de la postvaluation, qui maintient formellement l’indépendance des hackers-entrepreneurs, tout en permettant une appropriation à terme de leur travail ; il évoque enfin la manière dont le mouvement du libre, adossé aux infrastructures des grandes entreprises, maintient un contrôle par l’environnement de grandes organisations détentrices de ressources sur les hackers.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Stratégies rhétoriques : le hacker-entrepreneur
Stratégies de financement : le hacker et la postvaluation
Stratégies d’infrastructure : la dépendance des hackers au libre
Conclusion

Aperçu du texte

« Les ouvriers spécialisés du XIXe siècle… » C’est en ces termes qu’un capital-risqueur évoque les programmeurs au sein de la Silicon Valley. Une telle définition prend le contre-pied de la tradition des « hacker studies » (Turner, 2006 ; Demazière et al., 2007 ; Kelty, 2008 ; Coleman, 2013 ; Broca, 2013 ; Chrysos, 2015 ; Alcaras, 2020), qui permettent d’identifier trois propriétés régulièrement associées aux hackers : l’amateurat, le communalisme et la défense des libertés.

L’amateurat d’abord. Les travaux de référence dépeignent ainsi les hackers comme des personnes désintéressées des « motivations humaines » (Turkle, 1984, p. 205) les plus contingentes et matérielles, à commencer par celles de l’argent et de la carrière, car ils regardent « l’informatique comme la chose la plus importante au monde » (Levy, 1984, préface). Dans les manifestes hackers, l’amour pour les ordinateurs et la passion pour la programmation sont présentées comme le socle d’une identité de groupe, au-delà m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Alexandre, « Contrôler les hackers en toute liberté. Stratégies d’appropriation de valeur dans la Silicon Valley »Quaderni, 103 | 2021, 39-52.

Référence électronique

Olivier Alexandre, « Contrôler les hackers en toute liberté. Stratégies d’appropriation de valeur dans la Silicon Valley »Quaderni [En ligne], 103 | Printemps 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/2063 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaderni.2063

Haut de page

Auteur

Olivier Alexandre

Centre Internet et Société/CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search