Navigation – Plan du site

AccueilNuméros110DossierÉditorial : Croyances en l’innova...

Dossier

Éditorial : Croyances en l’innovation

Thierry Devars et Emmanuel Taïeb
p. 5-8

Texte intégral

1Ce dossier sur les politiques de l’innovation est dans la droite ligne des thématiques canoniques des Quaderni, en ce qu’il s’intéresse aux savoirs qui irriguent l’appareil d’État et les politiques publiques. En France depuis plusieurs années, la croyance en l’innovation prend la forme du retour en force dans l’agenda politique des enjeux liés au gouvernement de la technologie, et donc à l’entrée dans le giron du régalien des liens entre science, technique et industrie. Si la période du Covid a vu des déclarations d’Emmanuel Macron sur la nécessité de rapatrier la production de médicaments, ce qui est en jeu est plus vaste et concerne aussi bien le défi environnemental que le soutien aux entreprises justement « innovantes », start-ups qu’on veut voir devenir « licornes » ou sociétés dont les produits sociotechniques seraient capables de consolider la souveraineté technologique du pays, et son « éclat », pour utiliser un terme foucaldien.

2Le « soutien à l’innovation » est ainsi devenu un mot d’ordre et une politique publique majeure, au croisement du colbertisme industriel et du néo-libéralisme. Il apparaît comme une forme paradoxale d’étatisation, qui voit les pouvoirs publics associer le secteur privé à leurs ambitions économiques et techniques. Non seulement le progrès technique est encouragé – parfois pour faire pièce à des innovations étrangères concurrentes –, mais encore l’État attire l’attention sur les filières sous-dotées, en régule d’autres, et ne voit plus d’un mauvais œil les hybridations public-privé, ni les idées issues de la recherche publique qui, brevetées, s’incarneront dans une entreprise de services ou de biens. Si l’innovation bascule parfois dans le technologisme, son rappel constant permet de voir sa faculté à proposer des solutions, que la dénonciation constante du « solutionnisme technologique » empêche souvent (que l’on songe par exemple aux voitures électriques face au changement climatique et au pic des énergies fossiles).

3Le gouvernement de la technologie, au-delà des vocables un peu convenus et souvent moqués (« disruptif », « modernisation », etc.) repose sur la croyance que des politiques publiques dédiées sont capables d’agir sur le tissu productif, voire de façonner les acteurs mêmes du changement. Travailler ces politiques publiques implique de restituer ce qu’elles doivent à un travail de construction et de cadrage préalable du potentiel innovant des technologies et à une certaine vision portée par les sommets de l’État, typiquement via la Délégation générale à la recherche scientifique et technique ou l’Agence nationale de valorisation de la recherche, et par des organisations internationales comme l’OCDE. Il s’agit aussi de restituer les savoirs de gouvernement qui irriguent les institutions publiques, les organismes de recherche, les agences de financement ou les incubateurs. Tout un écosystème de l’innovation dans un État schumpétérien qui transforme en profondeur à la fois les cadres cognitifs des élites, des acteurs intermédiaires, des « innovateurs » – auxquels plusieurs articles du dossier sont consacrés –, et fabrique un impératif de l’innovation faiblement réflexif. Les dynamiques sociales de l’innovation impliquent ainsi des passeurs, des acteurs-frontières, des entrepreneurs dont la trajectoire doit souvent à des role models « géniaux » dans leur secteur, typiquement Steve Jobs et Bill Gates dans l’informatique, ou Elon Musk aujourd’hui. Les six saisons de la série de Mike Judge, Silicon Valley, montrent cependant que la dépendance au sentier technique peut n’accorder aucune place sur le marché à des innovations marquantes ; là où Succession, de Jesse Armstong, affirme la puissance sereine des entreprises traditionnelles.

  • 1 Thierry Ménissier, Innovations. Une enquête philosophique, Paris, Hermann, 2020.

4Ces dernières décennies, les États ont ainsi réformé leur système de recherche, redessinant les rapports entre État, science, marché et société. Ils le font à leur manière, c’est-à-dire dans une forme qui n’entend pas être prisonnière de l’ambition greedy du secteur privé, mais plutôt l’orienter vers des intérêts économiques et technologiques supérieurs. Les États ne perdent pas leur capacité à proposer des labels, à diffuser des valeurs, voire à protéger les « jeunes pousses » d’entreprises malveillantes ou de contrats discutables. À ce versant « bienveillant » du pouvoir pastoral étatique de l’innovation, il faut ajouter pour les sociétés civiles comme pour les entreprises, l’obligation d’échapper à la standardisation (exact contraire de l’innovation) et au conservatisme, de produire du différent et de la nouveauté, dit Thierry Ménissier1, parfois sans considération pour les effets sociétaux, mais d’échapper aussi à l’« adaptation » lorsqu’elle est présentée comme inéluctable. Dans tous les cas, c’est la croyance au progrès qui a prédominé, même si aujourd’hui les inquiétudes sur le climat, les injonctions à la décroissance et parfois des formes de technophobie le rendent moins désirable, voire alimentent un horizon d’attente dystopique.

5Que devient le progrès quand la croyance en l’innovation le remplace ? Où placer alors l’idée de « réforme » ? Après la Seconde Guerre mondiale, la technologie a été le véhicule de ce changement de paradigme, dans lequel il faut comprendre la révolution informatique et ses sauts qualitatifs périodiques, mais sans se confondre mécaniquement avec l’innovation. Si l’innovation s’est installée désormais dans les représentations économiques et politiques des pouvoirs publics, c’est bien parce qu’il y a une nécessité presqu’existentielle pour les sociétés dites « modernes » d’organiser le changement, de renouveler leur autonomie face à l’incertitude, leur capacité à expérimenter, à créer, et de conjurer la menace de la fixité.

Haut de page

Notes

1 Thierry Ménissier, Innovations. Une enquête philosophique, Paris, Hermann, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Devars et Emmanuel Taïeb, « Éditorial : Croyances en l’innovation »Quaderni, 110 | 2023, 5-8.

Référence électronique

Thierry Devars et Emmanuel Taïeb, « Éditorial : Croyances en l’innovation »Quaderni [En ligne], 110 | Automne 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/quaderni/2801 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaderni.2801

Haut de page

Auteurs

Thierry Devars

CELSA – Sorbonne Université - Gripic

Articles du même auteur

Emmanuel Taïeb

Sciences Po Lyon – Triangle
Centre Marc Bloch (Berlin)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search