Navigation – Plan du site

Les néandertaliens de Payre (Ardèche, France) ont-ils chassé le rhinocéros ?

Did Neanderthals hunt rhinoceros at Payre (Ardèche, France)?
Camille Daujeard, Eva J. Daschek, Marylène Patou‑Mathis et Marie‑Hélène Moncel
p. 217-231

Résumés

L’exploitation humaine des rhinocéros au Pléistocène en Europe reste assez énigmatique malgré la mise au jour de nombreux vestiges fossiles en contexte archéologique. Ces découvertes ont conduit à s’interroger sur la place de la chasse, du piégeage ou du charognage dans les modes d’acquisition de ces pachydermes par les Hommes. Les sites du Paléolithique moyen en grottes ou abris ayant livré des restes de rhinocéros sont nombreux, mais pour la plupart il s’agit seulement de quelques rares éléments épars, os et dents isolées. Le site de Payre, daté de la fin du Pléistocène moyen, est un cas à part avec une part abondante de rhinocéros au sein du spectre des herbivores, variant de 12 % à 20 % selon les niveaux. La révision de leurs profils squelettiques, de mortalité et des altérations de surface permet de considérer l’Homme comme le principal agent accumulateur. Les courbes de mortalité indiquent davantage de jeunes et vieux individus. Payre représenterait un site de consommation de rhinocéros (Stephanorhinus kirchbergensis et S. hemitoechus), avec accès primaires et/ou secondaires aux carcasses et transports sélectifs au site d’habitat. La reprise de l’étude de l’ensemble des dents isolées de rhinocéros, abondantes à Payre, a permis de mettre en évidence des marques particulières en surface occlusale et sur les racines. Ce sont principalement des entailles, des enlèvements et des encoches plus ou moins profonds. Ces marques, que nous suspectons d’être d’origine anthropique, pourraient témoigner d’une récupération spécialisée des dents pour un usage non alimentaire et de leur utilisation en lien avec des activités de percussion sur matière dure tranchante. La question du type de matériaux utilisés reste également posée.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

1 - Introduction
2 - Présentation du site
3 - La grande faune
4 - Matériel d’étude et méthodologie
5 - Les restes de rhinocérotidés
5.1 - Taphonomie et pratiques de subsistance
5.1.1 - L’ensemble G
5.1.2 - L’ensemble F
5.1.3 - L’ensemble D
5.2 - Les dents isolées : une utilisation particulière ?
6 - Discussion
6.1 - Origine des accumulations de rhinocéros : naturelle, carnivore ou humaine ?
6.2 - Quelle(s) stratégie(s) d’acquisition et de consommation des (morceaux de) carcasses de rhinocéros par l’homme ?
6.3 - Les dents isolées de rhinocéros : une recupération à des fins particulières ?
7 - Conclusion : les hommes de Payre ont-ils chassé le rhinocéros ?

Aperçu du texte

1 - Introduction

En 1978, Claude Guérin et Martine Faure posaient la question « Les Hommes du Paléolithique européen ont-ils chassé le rhinocéros ? », s’appuyant entre autres sur les nombreux restes de Dicerorhinus mercki et D. hemitoechus découverts dans le site de Payre à Rompon en Ardèche (Guérin, 1980 ; Guérin & Faure, 1983). La question de l’exploitation humaine des pachydermes au Pléistocène en Europe a été posée à plusieurs reprises dans le passé, suite à la mise au jour de vestiges fossiles de Rhinocérotidés en contexte archéologique, tant en Europe occidentale que centrale. Ces découvertes ont conduit également à s’interroger sur la place de la chasse, du piégeage ou du charognage dans les modes d’acquisition de ces pachydermes par les Néandertaliens et leurs ancêtres, ainsi que sur les raisons de leur attractivité pour l’Homme. Ainsi, quatre gisements pléistocènes d’Europe du Nord ont déjà fait l’objet d’études portant sur les nombreux restes de rhinocéros qui y ont été déc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Daujeard, Eva J. Daschek, Marylène Patou‑Mathis et Marie‑Hélène Moncel, « Les néandertaliens de Payre (Ardèche, France) ont-ils chassé le rhinocéros ? », Quaternaire, vol. 29/3 | 2018, 217-231.

Référence électronique

Camille Daujeard, Eva J. Daschek, Marylène Patou‑Mathis et Marie‑Hélène Moncel, « Les néandertaliens de Payre (Ardèche, France) ont-ils chassé le rhinocéros ? », Quaternaire [En ligne], vol. 29/3 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/10196 ; DOI : 10.4000/quaternaire.10196

Haut de page

Auteurs

Camille Daujeard

Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique (HNHP, UMR 7194), Sorbonne Universités, Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), CNRS, Université de Perpignan Via Domitia, Institut de Paléontologie Humaine, 1 rue René Panhard, FR-75013 PARIS. Courriel : camille.daujeard@mnhn.fr

Articles du même auteur

Eva J. Daschek

 Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique (HNHP, UMR 7194), Sorbonne Universités, Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), CNRS, Université de Perpignan Via Domitia, Institut de Paléontologie Humaine, 1 rue René Panhard, FR-75013 PARIS. Courriel : eva.daschek@mnhn.fr

Marylène Patou‑Mathis

 Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique (HNHP, UMR 7194), Sorbonne Universités, Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), CNRS, Université de Perpignan Via Domitia, Institut de Paléontologie Humaine, 1 rue René Panhard, FR-75013 PARIS. Courriel : marylène.patou-mathis@mnhn.fr

Marie‑Hélène Moncel

Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique (HNHP, UMR 7194), Sorbonne Universités, Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), CNRS, Université de Perpignan Via Domitia, Institut de Paléontologie Humaine, 1 rue René Panhard, FR-75013 PARIS. Courriel : marie-helene.moncel@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals