Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 29/3Les néandertaliens de Payre (Ardè...

Les néandertaliens de Payre (Ardèche, France) ont-ils chassé le rhinocéros ?

Did Neanderthals hunt rhinoceros at Payre (Ardèche, France)?
Camille Daujeard, Eva J. Daschek, Marylène Patou‑Mathis et Marie‑Hélène Moncel
p. 217-231

Résumés

L’exploitation humaine des rhinocéros au Pléistocène en Europe reste assez énigmatique malgré la mise au jour de nombreux vestiges fossiles en contexte archéologique. Ces découvertes ont conduit à s’interroger sur la place de la chasse, du piégeage ou du charognage dans les modes d’acquisition de ces pachydermes par les Hommes. Les sites du Paléolithique moyen en grottes ou abris ayant livré des restes de rhinocéros sont nombreux, mais pour la plupart il s’agit seulement de quelques rares éléments épars, os et dents isolées. Le site de Payre, daté de la fin du Pléistocène moyen, est un cas à part avec une part abondante de rhinocéros au sein du spectre des herbivores, variant de 12 % à 20 % selon les niveaux. La révision de leurs profils squelettiques, de mortalité et des altérations de surface permet de considérer l’Homme comme le principal agent accumulateur. Les courbes de mortalité indiquent davantage de jeunes et vieux individus. Payre représenterait un site de consommation de rhinocéros (Stephanorhinus kirchbergensis et S. hemitoechus), avec accès primaires et/ou secondaires aux carcasses et transports sélectifs au site d’habitat. La reprise de l’étude de l’ensemble des dents isolées de rhinocéros, abondantes à Payre, a permis de mettre en évidence des marques particulières en surface occlusale et sur les racines. Ce sont principalement des entailles, des enlèvements et des encoches plus ou moins profonds. Ces marques, que nous suspectons d’être d’origine anthropique, pourraient témoigner d’une récupération spécialisée des dents pour un usage non alimentaire et de leur utilisation en lien avec des activités de percussion sur matière dure tranchante. La question du type de matériaux utilisés reste également posée.

Haut de page

Texte intégral

Nous souhaitons remercier ici le Ministère de la Culture et le Service Régional de l’Archéologie de la région Rhône-Alpes qui ont permis de mener les fouilles programmées du site de Payre. Tous nos remerciements vont également au Musée d’Orgnac et à son équipe qui nous ont permis de mener à bien l’étude des séries présentées ici. Nous aimerions exprimer toute notre gratitude à Jean-Luc Guadelli, Pierre-Jean Texier, Nicolas Lateur et Delphine Vettese, pour leurs précieux conseils concernant la difficile reconnaissance des traces de percussion que nous avons observées sur les nombreuses dents isolées de rhinocéros. Que soient remerciés ici Patrick Auguste, Pierre Magniez, Martine Faure et Évelyne Debard pour leur relecture attentive et leurs commentaires avisés, contribuant ainsi à l’amélioration de cet article. Enfin, notre dernière pensée va à Claude Guérin, directeur de thèse et collègue, à qui cet article rend hommage et qui, comme l’a dit très justement Martine Faure, aurait été heureux d’apprendre tout l’intérêt qu’ont eu les Néandertaliens de Payre pour les rhinocéros qui vivaient au Pléistocène sur sa terre ardéchoise...

1 - Introduction

1En 1978, Claude Guérin et Martine Faure posaient la question « Les Hommes du Paléolithique européen ont-ils chassé le rhinocéros ? », s’appuyant entre autres sur les nombreux restes de Dicerorhinus mercki et D. hemitoechus découverts dans le site de Payre à Rompon en Ardèche (Guérin, 1980 ; Guérin & Faure, 1983). La question de l’exploitation humaine des pachydermes au Pléistocène en Europe a été posée à plusieurs reprises dans le passé, suite à la mise au jour de vestiges fossiles de Rhinocérotidés en contexte archéologique, tant en Europe occidentale que centrale. Ces découvertes ont conduit également à s’interroger sur la place de la chasse, du piégeage ou du charognage dans les modes d’acquisition de ces pachydermes par les Néandertaliens et leurs ancêtres, ainsi que sur les raisons de leur attractivité pour l’Homme. Ainsi, quatre gisements pléistocènes d’Europe du Nord ont déjà fait l’objet d’études portant sur les nombreux restes de rhinocéros qui y ont été découverts. Il s’agit des sites de Biache-Saint-Vaast avec Stephanorhinus hemitoechus (Pas-de-Calais, France, MIS 7 pour Marine Isotopic Stage 7), de la Cotte de Saint Brelade avec Coelodonta antiquitatis (Jersey, MIS 6), de Taubach avec S. kirchbergensis (Allemagne, MIS 5e) et du Mont-Dol avec C. antiquitatis (Ille-et-Vilaine, France, MIS 5b), cités principalement par Scott (1986), Auguste et al. (1998), Louguet-Lefebvre (2005), Dusseldorp (2009), Scott et al. (2014) et Smith (2015). Ces quatre sites ont en commun d’avoir permis de mettre en évidence l’acquisition active et le traitement in situ de plusieurs rhinocéros. Leur topographie, en zones marécageuses, pieds de falaises ou encore sur des buttes escarpées, aurait facilité le piégeage naturel ou l’abattage des individus, en majorité jeunes ou âgés. Pour des périodes plus anciennes, d’autres sites ont livré des restes de rhinocéros. On peut citer ici les gisements de Boxgrove en Grande-Bretagne (MIS 12) comprenant une dizaine de restes de S. hundsheimensis (Roberts & Parfitt, 1999 ; Smith, 2013) ou de la Caune de l’Arago en France (sols F, G, J et L, MIS 12-11) avec notamment plusieurs milliers de restes de S. hemitoechus (Moigne et al., 2005, 2006 ; Chen & Moigne, sous presse).

2Concernant la représentation squelettique des rhinocéros, l’importance de la topographie et d’un éventuel transport des morceaux de carcasse par les Hommes est primordiale. Les sites archéologiques en grottes ou abris ayant livré des restes de rhinocéros, plus nombreux à la fin du Pléistocène moyen et au Pléistocène supérieur (environ 200 pour l’Europe occidentale, Auguste et al., 1998), présentent généralement quelques rares éléments épars, os et dents isolées, à l’exception de la grotte d’El Castillo (Cantabrie, Espagne) qui, avec plus de 280 restes complets de S. hemitoechus, est considéré par C. Guérin (2018) comme le plus important site archéologique à D. hemitoechus d’Espagne. Parmi les sites en grotte, nous prendrons ici l’exemple de Payre, daté de la fin du Pléistocène moyen et dont les nombreux niveaux d’occupation humaine ont livré des restes de rhinocéros en abondance (près de 450 restes tous niveaux confondus), faisant son originalité. Situé dans le sud-est de la France, il appartient à la zone méridionale de l’Europe de l’Ouest où les sites qui présentent une telle abondance de rhinocéros sont rares. Les deux espèces, S. kirchbergensis et S. hemitoechus, sont présentes dans les mêmes ensembles stratigraphiques (Guérin, 1980 ; Lacombat, 2008). Les précédentes études taphonomiques menées sur la grande faune ont permis de mettre en évidence des activités de boucherie variées réalisées in situ sur des morceaux de carcasses de Cervus elaphus, de Bovinés (Bison sp. et Bos primigenius) et d’Equus sp. (Auguste et al., 2008 ; Bouteaux et al., 2008 ; Daschek & Patou-Mathis, 2008 ; Daujeard, 2008 ; Daujeard et al., 2011). D’autres espèces, comme les rhinocéros, présentent également des stries de boucherie. Toutefois, toute la complexité de ce gisement réside dans le fait que certains grands carnivores présents dans la cavité – Crocuta spelaea, Canis lupus, Panthera (Leo) spelaea, Panthera pardus – ont également eu un rôle dans les accumulations osseuses, comme l’attestent les traces de dents visibles sur la surface des ossements. Quelques éléments de rhinocéros ont également été touchés par ces grands prédateurs. L’étude de leurs profils squelettiques, de mortalité et des altérations de surface permet de préciser l’origine de la présence de ces pachydermes dans ce site en bord de falaise, surplombant la petite vallée de la Payre, à son embouchure avec le Rhône. Les questions des stratégies d’acquisition (chasse, charognage actif, passif), du transport sélectif des éléments de carcasses (nombreuses dents isolées) ainsi que de leur traitement (boucherie et industrie) seront posées à la lumière de cette nouvelle approche comparative, prenant en compte les restes fossiles de rhinocéros mis au jour tout au long de la séquence stratigraphique de Payre.

2 - Présentation du site

3Le site de Payre est situé en promontoire en bordure de la vallée du Rhône. C’était une grotte, aujourd’hui effondrée, qui a évolué au cours du temps en abri-sous-roche. Les fouilles programmées conduites entre 1990 et 2002 ont livré une séquence sédimentaire de plus de 5 m d’épaisseur comprenant huit niveaux d’occupation datés des MIS 8-7 (ensembles G, F et E, incluant plusieurs sous-niveaux) et de la fin du MIS 6/début MIS 5 (ensemble D) (Moncel et al., 2002 ; Moncel, 2008 ; Valladas et al., 2008). Quinze restes humains ont été découverts, dont dix dans l’ensemble G (Moncel & Condémi, 2007 ; Moncel, 2008). La distribution spatiale des vestiges ne permet pas d’identifier clairement des zones d’activités. Une aire de combustion a été cependant individualisée au sommet du niveau Ga (ensemble G) et la densité du matériel suggère des palimpsestes d’occupations. Dans l’ensemble F, la cavité a déjà fortement reculée.

4L’étude des micro-traces sur les dents d’ongulés a permis de distinguer des occupations de plus longues (ensemble G) et courtes durées (ensemble F) en parallèle avec l’effondrement progressif du plafond de la cavité et l’intensité de l’occupation du site par les ours (Rivals et al., 2009).

5Les assemblages lithiques sont attribués au Paléolithique moyen ancien. Ce sont surtout des séries d’artefacts en silex basées sur le débitage d’éclats (selon des méthodes discoïdes ou orthogonales) (Baena et al., 2017). L’outillage sur éclat est composé avant tout de racloirs et pointes (Moncel et al., 2009). Le matériel façonné est rare et importé déjà fabriqué (bifaces sur galet ou grand éclat), en quartz, basalte et quartzite local (Moncel et al., 2008). Les galets entiers ou brisés sont abondants, en basalte local essentiellement, en moindre quantité en quartz et quartzite. L’approvisionnement en silex s’effectue selon un axe nord-sud, le long de la vallée du Rhône, sur les plateaux bordant cette vallée (Fernandes et al., 2008). Le périmètre est local à semi-local (moins de 30 km) avec un apport de quelques pièces provenant de zones méridionales à 60 km. Les analyses tracéologiques et des résidus sur le silex (Hardy & Moncel, 2011) et le quartzite (Pedergnana et al., 2016) indiquent des activités diversifiées tout au long de la séquence, avec une gestion différentielle des abords du site (Ecker et al., 2013 ; Bocherens et al., 2016)

3 - La grande faune

6Une grande similitude a été observée dans les spectres fauniques des trois principaux ensembles, G, F et D, qui apparaissent diversifiés, avec de nombreuses espèces (13 espèces d’herbivores et 11 de carnivores ; tab. 1) et des niches écologiques variées, et peu de variations paléoécologiques tout au long de la séquence (Auguste, 2008 ; Auguste et al., 2008 ; Bouteaux et al., 2008 ; Crégut-Bonnoure, 2008 ; Daschek & Patou-Mathis, 2008 ; Daujeard, 2008 ; Lacombat, 2008 ; Mallye, 2008). Parmi les herbivores, les restes de Cervus elaphus, de Bovinés (Bison sp. et Bos primigenius), de Rhinocérotidés et d’Equus sp. dominent. Les autres herbivores, plus rares, regroupent Palaeoloxodon antiquus, Hemitragus bonali, Rupicapra rupicapra, Megaloceros giganteus ssp., Dama dama, Capreolus capreolus et Sus scrofa. C. Guérin (1980 : 955) a été le premier à déterminer la présence de deux espèces de rhinocéros, Dicerorhinus mercki et D. hemitoechus, à partir des restes de faune provenant des sondages réalisés par J. Combier. Parmi les carnivores, l’espèce la mieux représentée est Ursus spelaeus, suivi de Canis lupus, Vulpes vulpes et Crocuta spelaea. La seule différence observée est l’absence dans l’ensemble G de Cuon sp., de Panthera (Leo) spelaea, de Lynx spelaea, de Felis silvestris et de Martes martes. Comme en témoigne la diversité de la grande faune avec entre autres, la présence des deux espèces de rhinocéros, ainsi que la microfaune, très riche, les paléoenvironnements sont mixtes, composés d’espaces ouverts et steppiques, associés à des zones boisées et rocheuses. Le paléoclimat est tempéré et relativement humide. La Payre coule en contrebas du site, et ses alentours, tout comme ceux du Rhône, tout proche, pouvaient se transformer périodiquement en terrains marécageux, notamment à la fin de l’hiver, favorisant l’approvisionnement en animaux piégés.

7Pour le cerf, les Bovinés et le cheval, toutes les parties anatomiques sont représentées, et les courbes de mortalités associées indiquent des activités cynégétiques (présence de toutes les classes d’âge avec une dominance des jeunes et des adultes dans la force de l’âge). Dans le cas des rhinocéros, l’hypothèse du charognage (majorité de jeunes et de très vieux individus) avait été avancée (Daujeard, 2008 ; Moncel, 2008). Entre 10 et 20 % du matériel osseux provenant de ces trois ensembles portent des traces d’actions anthropiques (stries de boucherie, impacts de percussion, retouchoirs, traces de feu). La fracturation des os pour la récupération de la moelle a été partout quasi systématique. Les restes des principales familles zoologiques présentes (Cervidés, Bovinés, Rhinocérotidés et Equidés) ont été affectés par l’action humaine. Parmi les espèces d’herbivores plus rares (cf. ci-dessus), le peu de restes mis au jour et la quasi-absence de marques anthropiques ou de carnivores ne permettent pas de préciser avec certitude leur origine. L’analyse taphonomique des restes d’Ursidés indique des occupations ursines hivernales (bauges) qui seraient bien postérieures à celles des Hommes, sans pour autant d’effet de raclage sur les accumulations initiales d’herbivores. De même, le faible nombre d’autres espèces de carnivores (< 1 % du NRT : NRc = 11 en G soit 0,09 % du NRT ; NRc = 95 en F soit 0,26 % du NRT ; NRc = 15 en D soit 0,15 % du NRT) et de marques de leurs activités sur les os, suggère que ces derniers n’ont effectué que de brefs passages et n’ont joué qu’un rôle mineur dans l’origine et la formation de l’assemblage osseux (Auguste et al., 2008 ; Bouteaux et al., 2008 ; Daschek & Patou-Mathis, 2008 ; Daujeard, 2008 ; Daujeard et al., 2011).

Tab. 1 : Liste faunique des ensembles G, F et D.

Tab. 1 : Liste faunique des ensembles G, F et D.

NRDt : Nombre de Restes Déterminés taxonomiquement

4 - Matériel d’étude et méthodologie

8Notre étude porte exclusivement sur les restes de rhinocéros mis au jour dans les ensembles G et F de Payre, parmi les plus riches, ainsi que sur la réactualisation des données taphonomiques concernant les dents isolées tant pour ces deux ensembles, que pour l’ensemble D. En effet, ce travail a été notamment l’occasion de porter un nouveau regard sur les nombreuses dents isolées de rhinocéros, dont le décompte s’élève à 282 restes dentaires fragmentés ou complets en G et F (Guérin, 1980 ; Auguste et al., 2008 ; Bouteaux et al., 2008 ; Daschek & Patou-Mathis, 2008 ; Daujeard, 2008 ; Lacombat, 2008).

9Sur le plan méthodologique, nous avons distingué le nombre de restes déterminés taxonomiquement (NRDt) et le nombre minimal d’individus de combinaison (NMIc) d’après Lyman (1994). Les segments anatomiques, exprimés en pourcentage d’Unité Animal Minimum (cf. % MAU pour Minimal Animal Unit d’après Binford, 1981) ont été regroupés en cinq ensembles : squelette crânien (crâne, mandibule et stylohyoïdeum), rachis (vertèbres, sternèbres, sacrum et côtes), membres antérieurs (scapula, humérus, radius, ulna), membres postérieurs (coxal, fémur, tibia, fibula) et autopode (carpiens, tarsiens, métacarpiens, métatarsiens, phalanges et sésamoïdes). Les indices de densité osseuse ont été pris en compte sur la base des données de Lyman (1984).

10L’âge relatif des spécimens étudiés a été obtenu à partir du remplacement et de l’usure dentaires (Grant, 1982 ; Klein & Cruz-Uribe, 1984) en nous basant sur les tables d’usure établies pour D. mercki (Tong, 2001) et pour Diceros bicornis, le rhinocéros noir actuel (Hitchins, 1978). Nous les avons regroupés en quatre classes d’âge : juvéniles (présence de dents déciduales), jeunes adultes (éruption des P4 et M3), adultes matures, i.e. dans la force de l’âge (P4 et M3 modérément usées) et individus âgés (jugales très usées).

11Concernant la fragmentation osseuse, les dimensions ainsi que le type de fractures (sur os frais ou sur os sec) et les points de percussion ont été pris en compte dans la caractérisation (Blumenschine & Selvaggio, 1988 ; Villa & Mahieu, 1991). Les fragments diaphysaires ont été regroupés par classes de taille : L1 ≤ 1/4, L2 ≤ 1/2, L3 ≤ 3/4 et L4 ≤ 1 et de circonférence (Villa & Mahieu, 1991) : C1 < 1/2, C2 ≥ 1/2 et C3 = 1.

12Nous avons observé chaque surface osseuse à la loupe et sous lumière rasante. Les différents types de marques extrinsèques (d’origine climatique, édaphique, biologique non humaine et anthropique) ont été enregistrés et localisés pour chaque élément répertorié (Behrensmeyer, 1978 ; Brain, 1981 ; Haynes, 1983 ; Lyman, 1994 ; Fisher, 1995 ; Denys & Patou-Mathis, 2014). Nous avons distingué les stries de piétinement des stries de boucherie sur la base des travaux de Binford (1981), Shipman et Rose (1984), Behrensmeyer et al. (1986) et Olsen et Shipman (1988). Pour les marques de carnivores nous avons retenu les catégories suivantes : impacts de dents (enfoncement ou perforation), sillons, encoches et ossements digérés (Binford, 1981 ; Haynes, 1983).

5 - Les restes de rhinocérotidés

5.1 - Taphonomie et pratiques de subsistance

5.1.1 - L’ensemble G

13Dans l’ensemble G, les rhinocéros sont représentés par 137 restes, dont 12 attribués à S. kirchbergensis (10 dents, un métacarpien proximal et un humérus proximal) et quatre à S. hemitoechus (trois dents et une phalange intermédiaire du doigt III). Les quelques éléments osseux crânien et post-crâniens sont fragmentés, excepté une scapula quasi complète et certains os du métapode et de l’acropode. L’ensemble appartient à au moins huit individus (sept en Ga et un en Gb, dans ce dernier, uniquement S. hemitoechus). Ils sont représentés par les individus les plus fragiles, jeunes et âgés (tab. 2).

14Les dents isolées constituent l’essentiel du matériel avec 125 restes dentaires complets ou fragmentaires (91 % du NRD ; tab. 3). Fait notable, de nombreuses dents déciduales font partie de l’assemblage (NR = 20). Les autres éléments squelettiques sont rares, même si toutes les grandes régions anatomiques sont représentées. Des fragments de vertèbres cervicales et d’une scapula sont présents. Ces deux éléments ont pu être apportés lors de la mise en pièce, avec le crâne pour le premier et avec les membres antérieurs pour le second. Les os longs des membres antérieurs et postérieurs sont représentés respectivement par un fragment d’humérus et de tibia. Les os de l’autopode, métapodiens et phalanges, sont à peine plus nombreux, avec seulement six restes. Contrastant avec l’abondance des dents isolées, dont près de la moitié sont des fragments qui ne permettent pas une identification précise, les éléments osseux du crâne sont quasiment absents à l’exception d’un fragment d’hémi-mandibule (tab. 3). Les herbivores de très grande taille comprennent également 106 restes osseux indéterminés. Étant donné qu’il n’y a que trois restes de Proboscidien, dont un fragment de défense, il est vraisemblable que les esquilles de cette classe de taille appartiennent aux rhinocéros.

15Dans cet ensemble G, aucune trace de carnivores n’est observée et seul un reste de tibia provenant du sous-niveau Gb montre quelques traces d’altération légères (desquamation, concrétion, coloration noire d’origine naturelle). En revanche, la fracturation sur os sec concerne presque tous les restes osseux (11/12). Aucune vermiculation n’a été observée.

16Un fragment de métacarpien III droit présente un esquillement interne dû à une fracturation sur os frais, probablement liée à la désarticulation. Deux restes de rhinocéros portent des stries de boucherie : une phalange intermédiaire du doigt III (S. hemitoechus) présente des stries horizontales et un fragment proximal d’un métatarse III droit montre des stries obliques. Dans les deux cas, il s’agit de stries de désarticulation. Aucune trace de feu n’a été observée. Un retouchoir a été identifié sur la face postérieure d’un métacarpien II gauche (fig. 1 ; métacarpien II, carré M5, ensemble G, n°1014). Une unique fracturation dynamique sur os frais (un métacarpien) avec esquillement interne peut être attribuée à l’Homme. Les rares os longs fragmentés (un humérus, un tibia) n’ont apparemment pas été cassés intentionnellement, ou les cassures anciennes masquent d’éventuels stigmates de fracturation dynamique. Enfin, pour ce qui est des restes indéterminés, cinq portent des stries de boucheries et onze des points d’impacts et des éclats de percussion. Aucune de ces esquilles ne présente non plus de trace liée à l’action du feu.

Tab. 2 : Répartition des classes d’âge des Rhinocérotidés dans les ensembles G et F.

Tab. 2 : Répartition des classes d’âge des Rhinocérotidés dans les ensembles G et F.

NMIc : Nombre Minimal d’Individus de combinaison.

Tab. 3 : Éléments anatomiques des Rhinocérotidés des ensembles G et F.

Tab. 3 : Éléments anatomiques des Rhinocérotidés des ensembles G et F.

NRD : Nombre de Restes Déterminés anatomiquement.

Fig. 1 : Fragment médio-proximal de métacarpien II de Rhinocérotidé présentant une plage à impression (fines hachures obliques) ou retouchoir, ainsi qu’une strie de boucherie antérieure.

Fig. 1 : Fragment médio-proximal de métacarpien II de Rhinocérotidé présentant une plage à impression (fines hachures obliques) ou retouchoir, ainsi qu’une strie de boucherie antérieure.

Carré M5, ensemble G, n°1014 ; échelle = 1 cm.

5.1.2 - L’ensemble F

17Dans l’ensemble F, les rhinocéros sont représentés par 229 restes, dont 157 sont des restes dentaires (69 % du NRD). Comme dans l’ensemble G, la majorité des restes déterminés taxonomiquement appartiennent à S. kirchbergensis (tab. 1 & 3). Les dents déciduales sont là aussi nombreuses (NR = 29). Parmi les 15 individus présents dans cet ensemble (6 en Fa, 3 en Fb et 6 en Fc-d), les individus jeunes ou âgés sont les mieux représentés (tab. 2). Au moins trois individus de S. hemitoechus (un juvénile, un adulte mature et un très vieil individu) et quatre de S. kirchbergensis (un juvénile, un adulte mature et deux individus très âgés) sont présents. Avec plus des deux tiers des fragments osseux inférieurs à 100 mm, la série apparaît très fragmentée. Sur 72 éléments osseux, 18 seulement sont complets ou quasiment complets. Il s’agit d’une vertèbre (axis), de carpiens, tarsiens et de phalanges.

18La surreprésentation du squelette crânien est largement due à l’abondance des dents isolées, contrastant avec la quasi-absence des éléments osseux de la tête. Les autres éléments du squelette sont représentés de manière homogène entre les groupes squelettiques (tab. 3). Le squelette axial est présent, mais reste toutefois très rare, avec quelques vertèbres (cervicales, thoraciques et lombaires) et côtes. Des os longs des membres antérieurs et postérieurs sont présents, ainsi que des os de l’autopode, dont principalement des phalanges.

19Concernant les principales altérations relevées sur les restes de rhinocéros de l’ensemble F (tab. 4), il faut souligner les taux importants de desquamation et de dissolution, bien que ces marques soient en majorité limitées au premier stade d’altération. Le weathering et les eaux de ruissellement en sont certainement les deux principales causes. Les quelques rares polis et stries d’abrasion naturelle indiquent le faible impact du charriage à sec sur l’assemblage. Les colorations noires (dioxyde de manganèse) sont également très présentes, bien qu’également de faible superficie (stade 1 majoritaire). Des concrétions sont présentes sur plus d’un tiers des ossements répertoriés (stade 1 majoritaire). La fissuration et la fracturation sur os sec, par le weathering, le piétinement ou le poids des sédiments, atteignent respectivement plus du tiers et de la moitié de l’assemblage. Enfin, concernant les traces laissées par les agents biologiques non humains, sept ossements témoignent de marques de carnivore : cupules, perforations et sillons. Il s’agit de portions articulaires d’os long (fémurs, tibias et ulnas) et de côtes. L’un de ces éléments correspond à un fragment distal de tibia non épiphysé de jeune rhinocéros. Quelques rares éléments montrent des traces de radicelles de plantes.

20Près de 20 % des éléments osseux comptent une ou plusieurs fractures sur os frais. Il s’agit principalement de côtes et d’os longs (fémurs, tibias, humérus et ulnas). Deux fragments de fémur et un fragment proximal de scapula ont des fractures associées à des points de percussion (encoches et enlèvements corticaux) et deux côtes et un fémur présentent des traces de dent de carnivore à proximité des fractures. Il semble donc que les Hommes et les carnivores aient participé à la fracturation des éléments osseux encore frais de rhinocéros. Pour ce qui est des circonférences et des longueurs des fragments diaphysaires, 78 % ont une longueur L1-L2 et une circonférence C1-C2. Les seuls fragments cylindriques sont des extrémités distales et proximales de diaphyses de tibia (2), de fibula (1) et d’ulna (1).

21Les neuf restes portant des stries de boucherie sont des os longs, des côtes et des os courts des articulations. Les différentes activités bouchères identifiées regroupent la désarticulation des extrémités des pattes (extrémité distale de radius, calcanéum et phalanges), la désarticulation radio-humérale (extrémité distale d’humérus), le raclage et le décharnement (fragments de côtes et fragment proximal de diaphyse d’ulna). Sur les neuf éléments affectés, trois appartiennent à de jeunes individus. Il s’agit de deux premières phalanges (fig. 2 ; phalange 1, carré L6, ensemble F, n°144) et d’un calcanéum gauche, non épiphysés. L’un des deux fragments de côte présente les deux types de stigmates, traces de dents et de découpe. Malheureusement aucune superposition des marques n’a permis d’interpréter la chronologie des interventions sur cet élément. Deux fragments de tibia (fragment distal de diaphyse en face médiale, n°1058, carré M5, Fc-d) et d’ulna (fragment proximal de diaphyse en face postérieure, n°91/277, carré N6, Fc-d) montrent des plages d’utilisation comme retouchoir. Pour le tibia, il s’agit d’entailles profondes perpendiculaires au grand axe de l’os et circonscrites sur une aire d’environ 2 cm². L’ulna montre quant à lui une petite plage marquée avec des hachures perpendiculaires. Aucun ossement brûlé n’a été observé.

Tab. 4 : Altérations taphonomiques observées sur les restes osseux de Rhinocérotidés de l’ensemble F.

Tab. 4 : Altérations taphonomiques observées sur les restes osseux de Rhinocérotidés de l’ensemble F.

NR : Nombre de Restes.

Fig. 2 : Phalange proximale non-épiphysée de jeune Rhinocérotidé présentant des stries de boucherie qui pourraient correspondre à une opération de dépouillement.

Fig. 2 : Phalange proximale non-épiphysée de jeune Rhinocérotidé présentant des stries de boucherie qui pourraient correspondre à une opération de dépouillement.

Carré L6, ensemble F, n°144 ; échelle = 1 cm.

5.1.3 - L’ensemble D

22À titre de comparaison, l’ensemble D a livré 80 restes de rhinocéros (8,3 % du NRDt ; tab. 1) : trois attribués à S. hemitoechus (0,3 % du NRDt), 10 à S. kirchbergensis (1 % du NRDt) et 67 qui n’ont pu être attribués à l’une ou l’autre de ces deux espèces (6,9 % du NRDt). Ils appartiennent à au moins cinq individus : trois adultes (deux matures et un très âgé), dont un S. hemitoechus et deux S. kirchbergensis, et deux jeunes, dont un S. kirchbergensis (Bouteaux et al., 2008). Des marques anthropiques ont été observées sur deux os de rhinocéros indéterminés : un fragment de crâne et un fragment de scapula, au niveau de la cavité glénoïde. Elles attestent respectivement du dépouillement et de la désarticulation scapulo-humérale. Un seul reste présente des marques de carnivore.

5.2 - Les dents isolées : une utilisation particulière ?

23La reprise de l’étude de l’ensemble des dents isolées mises au jour dans les trois ensembles G, F et D a permis de mettre en évidence des marques particulières en surface occlusale et sur les racines. En effet, l’observation de 61 éléments dentaires, parmi les plus complets de la série, a révélé la présence d’entailles, d’enlèvements et d’encoches plus ou moins profonds sur 38 éléments provenant des trois ensembles. Ces marques sont situées en surface occlusale, le long des arêtes de la couronne et/ou sur la dentine, ainsi que dans certains cas sur les racines (fig. 3). À l’image de ce qui a été observé pour les courbes d’âge dans les différents ensembles, 20 dents appartiennent à des adultes âgés et offrent donc une surface plane et abrasée, huit sont des dents de jeunes individus et 10 des dents ayant appartenu à des adultes, jeunes ou matures. La morphologie, la localisation (surfaces limitées) et la récurrence des marques au sein de la série dentaire ont permis de les associer de prime abord à des actions anthropiques de percussion sur matières dures tranchantes (P.-J. Texier, communication personnelle). En effet, des processus post-dépositionnels comme la gélifraction (J.-L. Guadelli, communication personnelle ; 2008) ou des altérations naturelles du vivant de l’animal (aliments coriaces) sont a priori exclus. Toutefois, à ce stade de l’analyse, encore préliminaire, nous ne pouvons pas statuer sur le type d’action à l’origine de ces marques. Une étude plus approfondie est en cours, incluant des analyses comparatives avec des référentiels ostéologiques fossiles et actuels, ainsi que des analyses tracéologiques et technologiques (expérimental) qui, nous espérons, permettront de mieux caractériser ces marques encore rarement référencées, voire inédites à l’échelle du Paléolithique ancien et moyen.

Fig. 3 : Dents jugales supérieures gauches (vues occlusales) de Rhinocérotidés présentant des enlèvements d’émail et de dentine le long de la couronne en face vestigiale et linguale (en haut) et des entailles localisées en surface occlusale au niveau du paracône (en bas).

Fig. 3 : Dents jugales supérieures gauches (vues occlusales) de Rhinocérotidés présentant des enlèvements d’émail et de dentine le long de la couronne en face vestigiale et linguale (en haut) et des entailles localisées en surface occlusale au niveau du paracône (en bas).

En haut à gauche : carré M7, ensemble F, n°529. En haut à droite : carré K7, ensemble F, n°454. En bas à gauche : carré N6, ensemble F, n°428. En bas à droite : carré O5, ensemble D, n°154. Échelle = 1 cm.

6 - Discussion

6.1 - Origine des accumulations de rhinocéros : naturelle, carnivore ou humaine ?

24Dans le cas des ensembles G, F et D, le pourcentage des restes de rhinocéros par rapport à ceux des autres herbivores déterminés est respectivement de 20 %, 12 % et 14 %. Parmi les restes de Rhinocérotidés, seuls environ 10 % représentent l’une ou l’autre des deux espèces déterminées, avec toutefois un plus grand nombre de S. kirchbergensis et ce, dans les trois ensembles, y compris en NMIc. Étant donné l’emplacement du site en promontoire le long des gorges de la Payre, en situation de falaise, et la topographie en grotte, puis en abri-sous-roche, et non pas en aven, l’hypothèse d’une accumulation naturelle des restes de rhinocéros peut être d’emblée écartée. À cela s’ajoute le fait qu’il s’agit d’éléments osseux isolés et pour certains, notamment en F, fracturés intentionnellement.

25Concernant les pourcentages des restes de grands carnivores en NMIc (> 21,5 kg ; Carbone et al., 1999 ; Ursidés exceptés) par rapport aux autres espèces de grands mammifères, ils restent faibles tout au long de la séquence (en G : 10,7 % ; en F : 11 % ; en D : 12,3 %). Compris entre 10 % et 20 % du NMIc total de l’assemblage, ces taux sont trop bas (< 20 % ; Brain, 1981 ; Klein & Cruz-Uribe, 1984 ; Pickering, 2002) pour interpréter le site comme un repaire de grands carnivores. Ceci est conforté par ailleurs par la grande rareté des ossements complets, des cylindres diaphysaires d’os long et par l’absence d’individus juvéniles et de coprolithes. Concernant les traces de dents de carnivores, elles représentent moins de 1 % du NRT dans les trois ensembles. Au total, seuls huit restes rognés sont attribués aux rhinocéros, dont sept dans l’ensemble F (10,3 % du NRDt). En revanche, dans l’ensemble G aucune marque de carnivore n’a été observée sur les restes de rhinocéros, ni sur les esquilles de très grande taille. À l’inverse, les traces d’actions anthropiques (stries de boucherie, impacts de percussion, fractures, retouchoirs) sont largement présentes. Deux ossements de Rhinocérotidés provenant de l’ensemble D présentent des marques de dépouillement et de désarticulation et entre 20 et 40 % des restes déterminés anatomiquement, en G et F, présentent des stries de boucherie, ce qui est équivalent, voire légèrement supérieur, aux taux observés sur les restes déterminés des autres herbivores dominants, à savoir Cervus elaphus, Equus sp. et les Bovinés (entre 15 et 20 %).

26Au vu de ces données, on peut donc considérer l’Homme comme le principal agent accumulateur des restes de rhinocéros à Payre. Cependant, bien que le site n’ait pas fonctionné comme repaire, on ne peut pas pour autant exclure la possibilité d’apports occasionnels de certaines parties de carcasses par des grands carnivores. En effet, ici la présence de traces de dents sur quelques éléments peut résulter soit d’accumulations primaires, soit de charognage sur des éléments abandonnés par l’Homme (unique présence de marques conjointes sur une côte, mais sans superposition). Parmi les carnivores accumulateurs, on peut exclure les Ursidés, dont les passages sont principalement postérieurs aux occupations humaines. Les autres espèces de grands carnivores sont au nombre de six dans la séquence globale, avec par ordre d’importance, Canis lupus, Crocuta spelaea, Cuon sp., Panthera (Leo) spelaea, P. pardus et Lynx spelaea. Parmi eux, l’hyène des cavernes serait le carnivore le plus à même de transporter des ossements de rhinocéros jusqu’au site et donc d’être à l’origine d’au moins une partie de l’assemblage, notamment des éléments du squelette post-crânien. Dans les ensembles G, F et D, respectivement au moins deux, trois et un individu d’hyène ont été identifiés. En outre, même si les loups en meute peuvent chasser de grands herbivores, seule l’hyène pourrait tuer de jeunes rhinocéros. Les données actualistes montrent en effet que les hyènes sont capables de chasser de jeunes individus (Kruuk, 1972 ; Fourvel, 2012). Dans le contexte archéologique, ce scénario a été avancé pour le repaire d’hyène de Camiac (Gironde) daté de la fin du Paléolithique moyen, qui a livré de très nombreux restes de rhinocéros laineux (Coelodonta antiquitatis) portant des traces de consommation par l’hyène des cavernes (Guadelli, 1989 ; Discamps, 2011). Le charognage, qu’il s’agisse de jeunes ou d’individus adultes, peut également avoir été pratiqué par ce grand carnivore.

27En conclusion, la topographie du site (grotte sans fonctionnement comme aven, en hauteur), les nombreuses marques de boucherie et la présence anecdotique des grands prédateurs comme l’hyène, tout comme des marques de carnivores, témoignent d’une origine anthropique majoritaire des restes de rhinocéros. Pour autant, les Hommes de Payre ont-ils abattu des individus en difficulté (piégés volontairement ou non) de tous âges ? Ont-ils récupéré des morceaux de carcasses encore exploitables (en viande et/ou moelle) grâce notamment à une surveillance active des zones à risque ? Pratiquaient-ils une récupération organisée d’éléments particuliers sur des carcasses sèches ?

6.2 - Quelle(s) stratégie(s) d’acquisition et de consommation des (morceaux de) carcasses de rhinocéros par l’homme ?

28Les courbes de mortalité des rhinocéros pour les ensembles G et F présentent un profil en U avec davantage de jeunes et de vieux. Il s’agit donc majoritairement des individus les plus fragiles, auxquels on peut ajouter trois sub-adultes, indépendants depuis peu, et désormais sans protection maternelle (Foster, 1965 ; Goddard, 1970). Seuls deux adultes en pleine force de l’âge sont présents dans l’ensemble F. L’ensemble D a livré un corpus de deux jeunes, deux adultes matures et un individu âgé.

29Dans tous les ensembles, la conservation squelettique pour les rhinocéros est très inégale entre éléments crâniens et post-crâniens. En G et F les dents isolées représentent respectivement 91 % et 69 % des éléments, auxquels s’ajoutent seulement un fragment de mandibule en G, ainsi que trois fragments de mandibule et un fragment crânien en F. La quasi-absence des fragments de crâne et de mandibules est frappante compte‑tenu de l’abondance des dents isolées, ce d’autant plus que le crâne représente un faible apport nutritif par rapport au fort coût énergétique que représenterait son transport (un crâne de Ceratotherium simum, le rhinocéros blanc actuel, pèse environ 400 kg). En outre, le cerveau peut avoir été consommé sur place, sur le lieu d’abattage dans le cas d’accès primaire. À cela s’ajoute le fait que les éléments de la tête osseuse sont très bien représentés chez tous les autres herbivores de taille inférieure. Ce sont donc certainement des dents isolées qui ont été transportées au campement, récupérées de façon spécialisée sur des carcasses probablement sèches.

30La partie axiale du squelette des rhinocéros est également très faiblement représentée, tout comme les os longs des membres par rapport à l’autopode (rapport de 3/5 en G et de 25/30 en F). En retirant du décompte du NMIc les dents isolées, on obtient seulement trois individus en G, trois en F et un en D. Concernant les individus charognés ou chassés pour leur viande ou autres parties molles, en G, les stries de découpe observées témoignent de la désarticulation des os de l’autopode (phalange et métapodiens), éléments peu nutritifs, pour au moins un individu. La récupération de la moelle (fracturation dynamique) est également attestée sur un fragment diaphysaire de métacarpien. En F, les os portant des stries de boucherie sont des carpiens, tarsiens et phalanges, ainsi que des côtes et quelques extrémités d’os longs (désarticulation, décharnement et raclage). La moelle a été récupérée pour au moins deux fémurs. Tous ces éléments correspondent à la consommation d’au minimum deux individus, un jeune et un adulte d’âge indéterminé. En D, les marques anthropiques, présentes sur deux fragments de crâne et de scapula de rhinocéros indéterminé, attestent d’activités de dépouillement et de désarticulation sur au moins un individu. Pour ce qui est des éléments osseux utilisés à des fins non alimentaires (cf. matière première d’origine animale), trois retouchoirs, un sur métacarpien en G et deux sur fragments diaphysaires d’ulna et de tibia en F, correspondent au minimum à un individu dans chacun de ces deux ensembles. À tous ces ossements portant des traces directes d’activités bouchères ou d’utilisation, s’ajoute la présence d’éléments des membres et du rachis (vertèbres), dénués de marques, mais attestant toutefois de l’apport dans le camp de morceaux charnus.

31Divers types de stratégies d’acquisition des rhinocéros peuvent être suggérés sur la base des données des ensembles G, F et D.

32Le charognage, dans certains cas « actif », étant donné la présence d’éléments osseux nutritifs importants et charnus, pourrait être le mode d’acquisition privilégié. Il ne se serait pas réalisé sur le site (cf. la topographie), mais sur des carcasses récupérées aux alentours (marécages) grâce à une surveillance des zones marécageuses constituant des pièges naturels dans la vallée du Rhône, notamment lors de la débâcle printanière. Bien qu’en grande partie procédé sur le site de Payre, le traitement boucher observé est donc secondaire et un premier traitement (désarticulation, découpe) a eu lieu sur le lieu d’abattage. Payre correspond à un site de consommation de rhinocéros avec accès primaires et/ou secondaires aux carcasses et transports sélectifs de morceaux de carcasses ou d’éléments dentaires au site d’habitat. Cette stratégie, tout à fait adaptée à la consommation de mégaherbivores, est différente de celles observées pour les autres herbivores de moyenne et grande taille (cerf, bison, cheval), dont la plupart ont été chassés par l’Homme et apportés entiers ou par quartiers sur le site. Enfin, la chasse opportuniste par piégeage organisé (mise en place de fosses) ou par abattage d’individus isolés près de points d’eau (rabattage ou affût) ne peut être exclue, en particulier pour tuer des jeunes individus.

33Dans les trois ensembles, la présence de stries de découpe, d’impacts de percussion sur les restes osseux ainsi que de dents isolées vraisemblablement collectées est corroborée par celle de restes humains (G) et d’outillage lithique, dont la majeure partie est en roches locales ou semi-locales, confirmant ainsi une exploitation territoriale proche du site. Ces roches sont variées, de plus ou moins grande dureté comme le silex, le quartz, le quartzite, le calcaire et le basalte. Face à l’abondance des dents isolées, un usage non alimentaire a déjà été suggéré (Moncel, 2008). Toutefois, aucun lien direct avec l’industrie lithique n’avait été établi. Selon les matériaux, des chaînes opératoires complètes (silex) ou partielles sont enregistrées, avec introduction dans le site de grands éclats (pour le débitage du silex) et de grands outils (principalement en basalte, quartz et quartzite), et ce quelle que soit la durée de l’occupation. D’après Louguet‑Lefebvre (2005 : 174), « aucun outil lithique plutôt qu’un autre ne semble être associé au traitement des mégaherbivores. (…) . "« Ces résultats sont en accord avec l’étude déjà menée sur certains sites à rhinocéros par Auguste et al. (1998).

6.3 - Les dents isolées de rhinocéros : une recupération à des fins particulières ?

34La présence de nombreuses dents isolées de rhinocéros, dont une grande part présente des « marques » que nous suspectons être anthropiques, pourrait donc témoigner d’une récupération spécialisée de ces restes pour un usage non alimentaire. Pourquoi les Néandertaliens ont-ils récupéré et rapporté au site des dents de rhinocéros isolées ? Peu d’auteurs (voir ci‑après) mentionnent une utilisation particulière de dents isolées de pachydermes. On connaît, au Paléolithique, quelques fragments de défense de mammouth, ainsi que de nombreuses dents de grands herbivores (Equus sp. et Bovinés) ou de grands carnivores (U. spelaeus et P. (Leo) spelaea) utilisées comme retouchoirs (Auguste, 2002 ; Leroy-Prost, 2002 ; Patou-Mathis, 2002 ; Kitagawa et al., 2012 ; Moigne et al., 2016). Récemment, Chen & Moigne (sous presse) ont mis en évidence l’abondance des dents isolées pour le rhinocéros du niveau F de la Caune de l’Arago (41 % du NRD) et souligné leur fracturation intentionnelle dans la majorité des cas. Les rares mentions d’utilisation d’ossements et de dents de rhinocéros comme industries sont des travaux anciens remis en question (Guérin, 1980). À notre connaissance, une seule étude récente mentionne des dents de rhinocéros présentant des enlèvements, des encoches et des entailles similaires à ceux observées dans cette étude (morphologie et profondeur des marques). Il s’agit du site de Panxian Dadong (Chine), daté de la fin du Pléistocène moyen (MIS 6-8), qui a livré de nombreuses dents de Rhinoceros sinensis (NR = 121), dont certaines ont été considérées comme des outils (Miller-Antonio et al., 2000 ; Schepartz & Miller-Antonio, 2010a,b). Comme à Payre, les auteurs soulignent la prédominance des restes dentaires, ainsi qu’une majorité d’éléments de l’autopode. De la même façon, l’Homme apparaît comme l’agent accumulateur (chasse ou charognage) et modificateur principal des rhinocéros, dont les restes ont été retrouvés en association avec de l’outillage lithique et des fossiles humains. La particularité de ce site réside dans le fait qu’il y a une majorité de dents appartenant à des adultes matures, mais sur ce point les auteurs n’excluent pas la possibilité d’une récupération spécialisée de dents avec des couronnes non usées. Mis à part ce site pléistocène chinois, nous ne connaissons pas d’autres assemblages fossiles ayant livré de tels artefacts. À Panxian Dagong, l’utilisation des dents de rhinocéros comme outils est mise en lien avec la piètre qualité des roches à disposition dans l’environnement immédiat du site (calcaire, chaille et basalte) et leur difficile découverte (milieux boisés). L’hypothèse retenue est la fracturation intentionnelle des dents selon leurs lignes de fracture naturelle, de façon à obtenir des éclats d’émail de dureté et de largeur favorables à leur utilisation. Selon ces auteurs, les dents de rhinocéros, notamment les jugales supérieures, contrairement à celles d’autres ongulés, offrent des surfaces d’émail suffisamment larges et planes pour être facilement séparées du reste de la dent et utilisées comme éclats (Miller-Antonio et al., 2000). La recherche de surfaces occlusales planes ne serait donc pas ici le but initial souhaité, il s’agirait plutôt de profiter des propriétés naturelles de fragmentation propres aux dents de rhinocéros de manière à produire de petits racloirs sur éclats (Miller-Antonio et al., 2000 : fig .5).

35Concernant les dents de rhinocéros de Payre, notre hypothèse actuelle, basée sur les premières observations macro- et microscopique de dents complètes ou semi-complètes (NR = 61), serait une utilisation de ces dents en lien avec des activités de percussion sur matière dure tranchante. La question du type de matériaux utilisés reste posée. Nous souhaitons indiquer ici la présence à Payre d’artefacts en roches dures (quartzite, quartz) qui auraient, peut-être, pu être travaillés avec ces dents, bien que la plupart d’entre eux aient été introduits déjà fabriqués dans le site. Il reste la possibilité de retouche ou de ravivage in situ de ces "outillages", qui ont été utilisés pour des actions diversifiées (Pedergnana et al., 2016), que les occupations soient de courte ou de longue durée.

36Nous n’excluons pas non plus la possibilité d’une extraction des couronnes d’émail pour la fabrication d’éclats, comme cela a été mis en évidence à Panxian Dagong. Cependant, avant de pouvoir confirmer cette hypothèse, nous devons mener l’observation systématique de tous les éléments dentaires de rhinocéros, complets et fragmentaires (NRT = 283 pour G et F). Sur la photo 5 de la fig. 4 de Schepartz & Miller-Antonio (2010 a), on peut observer la présence d’un enlèvement tout à fait similaire à ceux observés dans la série de Payre (cf. fig. 3 : dents n°529 et 454 de Payre), i.e. une encoche au niveau de l’émail associée à un petit enlèvement de la surface de la dentine. Un travail d’investigation plus approfondi est maintenant nécessaire pour, d’une part, définitivement éliminer l’hypothèse d’une cause naturelle à l’origine de ces marques, qui pourraient être éventuellement en lien avec l’alimentation de l’animal et, d’autre part, si l’origine anthropique des marques est avérée, identifier l’action qui les a produites. Grâce à des expérimentations, à des analyses macro- et microscopiques plus détaillées et à des tests de caractérisation de micro‑éléments qui auraient pu rester piégés dans les entailles, il s’agira également de mettre en évidence ou non un éventuel rapport entre les marques observées et les matériaux travaillés sur le site.

7 - Conclusion : les hommes de Payre ont-ils chassé le rhinocéros ?

37Des pachydermes exploités par les Hominines sont connus depuis le Paléolithique ancien d’Afrique avec, entre autres, le site de Barogali en Afrique orientale (Chavaillon et al., 1986, 1987) et en Eurasie, au sud avec les sites de la Caune de l’Arago (Moigne et al., 2005 ; 2006 ; Chen & Moigne, sous presse), de La Polledrara en Italie (Anzidei et al., 2012 ; Santucci et al., 2016), de Torralba, d’Aridos et d’Ambrona en Espagne (Villa, 1990 ; Villa et al., 2001, 2005) ou encore dans plusieurs sites du nord de l’Europe (Auguste, 1995 ; Auguste et al., 1998 ; Gaudzinski et al., 2005). Proboscidiens et Rhinocérotidés ont donc pu constituer tout au long de ces différentes périodes une source de viande, de cervelle, de moelle et de matières premières (industrie osseuse). D’après Louguet-Lefebvre (2005 : 170), qui a recensé ce type de sites en Europe, il semblerait toutefois que « l’intérêt pour les Pachydermes se soit quelque peu atténué en Europe du Nord-Ouest, de l’avant-dernier au dernier cycle interglaciaire-glaciaire », les Néandertaliens se spécialisant dans l’acquisition des grands herbivores grégaires, Équidés, Cervidés et grands Bovidés. Concernant plus particulièrement les rhinocéros, seuls quelques sites du Paléolithique inférieur et moyen ont livré des témoignages directs d’une consommation de viande et de moelle (Taubach, Biache-Saint-Vaast, Mont-Dol, La Cotte de Saint Brelade, etc.). Ces études mentionnent des modes d’acquisition - toujours à des fins alimentaires -, par charognage, dans des contextes lacustres ou marécageux où ces gros animaux se seraient retrouvés piégés naturellement, sans exclure parfois et avec prudence la chasse. Toujours selon l’étude de Louguet-Lefebvre (2005), il apparaît en effet un lien entre la présence de restes de pachydermes dans les sites archéologiques et la localisation de ces derniers, montrant un fort degré d’implication de l’Homme dans l’exploitation des lieux de piégeages naturels. Pour quelques rares sites seulement il est question de techniques de rabattage vers une falaise ou un aven (La Cotte de Saint Brelade), bien que cette hypothèse (Scott, 1986) soit aujourd’hui discutée au regard des nouvelles analyses fauniques (Scott et al., 2014 ; Smith, 2015).

38Enfin, plus généralement, la question de la prédation reste posée pour ces périodes anciennes, a fortiori pour les rhinocéros adultes, pour lesquels la chasse par confrontation directe apparaît peu probable (Bouchud, 1976 ; Guérin, 1980 ; Guérin & Faure, 1983).

39La chasse par piégeage, qui est la plus vraisemblable pour ce qui est des individus adultes, est une technique de capture qui nécessite parfois l’aménagement du terrain. Les pièges sont disposés à des endroits stratégiques : au milieu d’une piste connue d’un gibier (passée), près d’un point d’eau, dans un passage étroit... Individuel ou collectif (avec rabatteurs), le piégeage peut être pratiqué avec ou sans leurre, en utilisant de simples fosses creusées dans le sol – pour Payre, sa situation en Europe méridionale permet l’aménagement et l’utilisation de telles fosses étant donné l’absence de pergélisol interdisant cette technique –, pièges confectionnés en particulier pour capturer les espèces vivantes, dangereuses ou les gros animaux, comme les éléphants et les rhinocéros (Lindner, 1941 ; Jeannin, 1947 ; Villenave, 1954). Plusieurs peuples africains piégeaient les rhinocéros dans des fosses hérissées d’épieux qu’ils recouvraient ensuite de branchages et de feuilles. Des rabatteurs, souvent déguisés, les refoulaient vers ces fosses (Thieme, 1997 ; Patou-Mathis, 2009).

40Il faut souligner que les rhinocéros adultes sont particulièrement difficiles à tuer à cause de leur caractéristiques physiques (cornes, peau épaisse, graisse sous-cutanée, avec une mauvaise vue, mais à l’ouïe et l’odorat développés et se déplaçant silencieusement grâce à leurs coussinets plantaires), mais aussi comportementales (agressif et rapide comme un cheval au galop – env. 40 km.h-1 – malgré leur taille imposante). Cette difficulté concerne également les jeunes, qui sont sous la surveillance étroite de leur mère. Excepté pendant la période du rut, ce sont des animaux solitaires. À part l’Homme, les adultes ont peu d’ennemis, exceptés actuellement par exemple en Afrique où des crocodiles peuvent attaquer aux abords des mares et marigots. Les jeunes peuvent aussi être la proie de grands carnivores, tel décrit plus haut dans le cas de l’hyène. D’après des sources ethnographiques, il y a encore peu de temps, certains peuples africains chassaient cet animal (Guérin & Faure, 1983 ; Auguste et al., 1998), essentiellement pour leurs cornes et leur peau (confection de boucliers). En Éthiopie, les chasseurs utilisaient la technique de l’approche. Leur capture donnait lieu à des actes héroïques où il fallait employer bien des ruses (fosses, rabatteurs avec camouflage, enduit d’excréments) comme par exemple en Abyssinie où le corps enduit de graisse, un chasseur rampait dans les hautes herbes en zigzaguant, pour rester contre le vent, vers l’arrière d’un rhinocéros en tenant entre ses dents un couteau bien affûté. À trois ou quatre mètres de l’animal, il bondissait et tranchait son jarret. Paralysé, d’autres chasseurs pouvaient alors l’achever aisément (Villenave, 1954 ; Patou-Mathis, 2009).

41Pour la période du Pléistocène, certaines études évoquent notamment la possibilité d’abattages et d’exploitation de pachydermes : à Spy en Belgique pour de jeunes mammouths (Mammuthus primigenius ; Germonpré et al., 2014) ou encore à la Caune de l’Arago pour Stephanorhinus hemitoechus (Chen & Moigne, sous presse) ou dans les grottes de Nanjing et de Panxian Dadong en Chine pour Dicerorhinus mercki, Rhinoceros sinensis et Stegodon orientalis (Tong, 2000, 2001 ; Schepartz & Miller-Antonio, 2010a,b). Quelques témoignages plus directs ont été découverts à Clacton-on-Sea en Grande-Bretagne (400 ka), où une pointe en bois d’if, passée au feu, a été trouvée au milieu d’ossements de Palaeoloxodon antiquus, de S. hemitoechus et de S. kirchbergensis (Oakley et al., 1977 ; Allington-Jones, 2015). De même, dans le site de Schöningen en Allemagne (300-350 ka), plusieurs épieux en bois de conifères (Picea sp. et Pinus sylvestris) ont été découverts associés à de nombreux outils lithiques et à des ossements d’Equus mosbachensis, de C. elaphus, de P. antiquus, de S. hemitoechus et de S. kirchbergensis (Thieme, 1997 ; Schoch et al., 2015). Aux environs de 125 ka, dans le site de Lehringen en Allemagne, un fragment d’épieu en if (Taxus sp.) a été retrouvé fiché dans une omoplate d’un jeune P. antiquus (Movius, 1950).

42D’après notre étude, à Payre, l’hypothèse d’une accumulation naturelle des assemblages d’ossements de rhinocéros a été écartée (topographie, éléments isolés – nombreuses dents – et majoritairement fragmentés). De même, la grotte de Payre n’a pas servi de repaire à de grands carnivores (faible représentation et absence de restes de carnivores juvéniles et de coprolithes, grande rareté des ossements complets et des cylindres d’os long). En outre, les marques de dents de carnivores représentent moins de 1 % du NRT dans les trois ensembles. Leur action est donc anecdotique, sans exclure cependant leurs passages dans le site. Parmi eux, l’hyène des cavernes (présente dans les ensembles G, F et D), serait la plus à même de transporter des ossements de rhinocéros jusqu’au site. Elle peut donc être à l’origine d’au moins une partie de l’assemblage, notamment des éléments du squelette post-crânien, d’autant qu’elle est capable de chasser des jeunes rhinocéros (identifiés dans les assemblages). En revanche, l’action anthropique est nettement attestée sur les os de rhinocéros (stries de boucherie, impacts de fracturation sur os frais, retouchoir) indiquant l’Homme comme étant le principal agent accumulateur et modificateur.

43La distinction des modes d’acquisition de ces pachydermes est plus délicate à réaliser. À Payre, il est probable que quelques individus aient été charognés (notamment les sub-adultes et adultes) dans les zones marécageuses toutes proches de la vallée du Rhône, ou encore, chassés (en particulier les jeunes) par piégeage dans des fosses creusées sur leurs passes, à l’affût près de points d’eau ou encore par rabattage vers des lieux propices à leur mise à mort. En outre, un autre pachyderme, Palaeoloxodon antiquus, est identifié à Payre, dont la présence pourrait être liée également à du charognage.

44Enfin, pour expliquer la surreprésentation des dents isolées de rhinocéros (quasi-absence des maxillaires et des mandibules), nous avons retenu l’hypothèse de leur récupération régulière sur des charognes, des animaux morts et décomposés, réduits à l’état de squelette. D’après les premières observations macro- et microscopique des dents complètes ou semi-complètes, par l’un des auteurs (C. D.), elles peuvent avoir été utilisées pour des activités de percussion sur matière dure tranchante. Enfin, comme l’avaient déjà souligné Miller-Antonio et al. (2000), il est peu probable qu’une utilisation des dents de rhinocéros comme matière première ait été un comportement si limité, cette hypothèse est actuellement évoquée pour seulement trois gisements paléolithiques : Payre, Caune de l’Arago et Panxian Dagong. Une révision majeure des séries dentaires de rhinocéros issues des nombreuses collections de sites paléolithiques eurasiatiques doit donc être engagée dans cette perspective et à la lumière de ces nouvelles observations.

Haut de page

Bibliographie

Allington-Jones L., 2015 - The Clacton Spear: The Last One Hundred Years. The Archaeological Journal, 172 (2), 273-296.

Anzidei A.P., Bulgarelli G.M., Catalano P., Cerilli E., Gallotti R., Lemorini C., Milli S., Palombo M.R., Pantano W. & Santucci E., 2012 - Ongoing research at the late Middle Pleistocene site of La Polledrara di Cecanibbio (central Italy), with emphasis on human-elephant relationships. Quaternary International, 255, 171‑187.

AUGUSTE P., 1995 - Chasse et charognage au Paléolithique moyen : l’apport du gisement de Biache-Saint-Vaast (Pas-de-Calais). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 92 (2), 155‑168.

AUGUSTE P., 2002 - Fiche éclats diaphysaires du Paléolithique moyen : Biache-Saint-Vaast (Pas-de-Calais) et Kulna (Moravie, République Tchèque). In M. Patou-Mathis (ed.), Compresseurs, percuteurs, retouchoirs, … Os à impressions et éraillures. Cahier X, Société Préhistorique Française, Paris, 39-57.

AUGUSTE P., 2008 - Les Ursidés de l’ensemble F. In M.-H. Moncel (ed.), Payre. Des occupations humaines de la moyenne vallée du Rhône de la fin du Pléistocène moyen et du début du Pléistocène supérieur. Mémoires de la Société Préhistorique Française, XLVI. Paris, 51-76.

Auguste P., Moncel M.-H. & Patou-Mathis M., 1998 - Chasse ou « charognage » : acquisition et traitement des rhinocéros au Paléolithique moyen en Europe occidentale. In J.-P. Brugal, L. Meignen & M. Patou-Mathis (eds.), Économie préhistorique : les comportements de subsistance au Paléolithique, XVIIIe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, APDCA. Sophia Antipolis, 133-151.

Auguste P., CRÉPIN L., DASCHEK É., LACOMBAT F., LIOUVILLE M., PAUTRET-HOMMERVILLE C., PATOU-MATHIS M. & PÉAN S., 2008 - Étude palethnographique des ossements de grands mammifères de l’unité F. In M.-H. Moncel (ed.), Payre. Des occupations humaines de la moyenne vallée du Rhône de la fin du Pléistocène moyen et du début du Pléistocène supérieur. Mémoires de la Société Préhistorique Française, XLVI. Paris, 209-212.

Baena J., Moncel M.-H., Cuartero F., Chacón NAVARRO M.G. & Rubio D., 2017 - Late Middle Pleistocene genesis of Neanderthal technology in Western Europe: The case of Payre site (south-east France). Quaternary International, 436 (part A), 212-238.

BEHRENSMEYER A.K., 1978 - Taphonomic and ecologic information from bone weathering. Palaeobiology, 4 (2), 150-162.

Behrensmeyer A.K., Gordon K.D. & Yanagi G.T., 1986 - Trampling as a cause of bone surface damage and pseudo-cutmarks. Nature, 319 (6056), 768-771.

BINFORD L.R., 1981 - Bones: ancient men and modern myths. Academic Press, New-York, 320 p.

Blumenschine R.J. & Selvaggio M.M., 1988 - Percussion marks on bone surfaces as a new diagnostic of hominid behaviour. Nature, 333 (6175), 763-765.

Bocherens H., Díaz-Zorita Bonilla M., Daujeard C., Fernandes P., Raynal J.-P. & Moncel M.-H., 2016 - Direct isotopic evidence for subsistence variability in Middle Pleistocene Neanderthals (Payre, southeastern France). Quaternary Science Reviews, 154, 226-236.

BOUCHUD J., 1976 - La chasse. In H. de Lumley (ed.), La Préhistoire française, I (1), CNRS, Paris, 688-696.

BOUTEAUX A., JULIEN M.-A. & PATOU-MATHIS, 2008 - étude palethnographique des ossements de grands mammifères de l’unité D. In M.-H. Moncel (ed.), Payre. Des occupations humaines de la moyenne vallée du Rhône de la fin du Pléistocène moyen et du début du Pléistocène supérieur. Mémoires de la Société Préhistorique Française, XLVI. Paris, 243-247.

BRAIN C.K., 1981 - The Hunters or the Hunted? An Introduction to African Cave Taphonomy. University of Chicago Press, Chicago & London, 376 p.

CARBONE C., MACE G.M., ROBERTS S.C. & MACDONALD D.W., 1999 - Energetic constraints on the diet of terrestrial carnivores. Nature, 402 (6759), 286-288.

Chavaillon J., Guérin C., Boisaubert J.-L. & Coppens Y., 1986 - Découverte d’un site de dépeçage à Elephas recki en République de Djibouti. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences. Série 2, Mécanique, Physique, Chimie, Sciences de l’Univers, Sciences de la Terre, 302 (5), 243-246.

Chavaillon J., Boisaubert J.-L., Faure M., GuÉrin C., Ma J.L., Nickel B., Poupeau G., Rey P. & Warsama S.A., 1987 - Le site de dépeçage pléistocène à Elephas recki de Barogali (République de Djibouti) : nouveaux résultats et datation. Comptes Rendus de lAcadémie des Sciences. Série 2, Mécanique, Physique, Chimie, Sciences de lUnivers, Sciences de la Terre, 305 (15), 1259-1266.

CHEN X. & MOIGNE A.M., sous presse - Rhinoceros (Stephanorhinus hemitoechus) exploitation in Level F at the Caune de l’Arago (Tautavel, Pyrenees-Orientales, France) during the MIS 12. International Journal of Osteoarchaeology.

CRÉGUT-BONNOURE É., 2008 - Les Caprinae (Tahrs). In M.-H. Moncel (ed.), Payre. Des occupations humaines de la moyenne vallée du Rhône de la fin du Pléistocène moyen et du début du Pléistocène supérieur. Mémoires de la Société Préhistorique Française, XLVI. Paris, 78-86.

DASCHEK É. & PATOU-MATHIS M., 2008 - étude palethnographique des ossements de grands mammifères de l’unité G. In M.-H. Moncel (ed.), Payre. Des occupations humaines de la moyenne vallée du Rhône de la fin du Pléistocène moyen et du début du Pléistocène supérieur. Mémoires de la Société Préhistorique Française, XLVI, Paris, 171-176.

Daujeard C., 2008 - Exploitation du milieu animal par les Néanderthaliens dans le Sud-Est de la France. British Archaeological Reports International Series, 1867. Archaeopress, Oxford, 634 p.

DAUJEARD C., MONCEL M.-H., RIVALS F., FERNANDEZ P., AURELI D., AUGUSTE P., BOCHERENS H., CRÉGUT-BONNOURE E., DEBARD E. & LIOUVILLE M., 2011 - Quel type d’occupation dans l’ensemble F de Payre (Ardèche, France) ? Halte de chasse spécialisée ou campement de courte durée ? Un exemple d’approche multidisciplinaire. P@lethnologie, 3, 77-101.

Denys C. & Patou-Mathis M., 2014 - Les agents taphonomiques impliqués dans la formation des sites paléontologiques et archéologiques. In C. Denys & M. Patou-Mathis (eds.), Manuel de Taphonomie. Errance, Paris, 31-64.

DISCAMPS E., 2011 - La place du Rhinocéros dans le régime alimentaire des hyènes à Camiac (Gironde, France) et ses implications pour la compétition avec les derniers néandertaliens. In J.-P. Brugal, A. Gardeisen & A. Zucker (eds.), XXXIe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes. APDCA, Antibes, 33-48.

Dusseldorp G.L., 2009 - A view of a kill. Investigating Middle Palaeolithic subsistence using an optimal foraging perspective. Sidestone Press, Leiden, 199 p.

Ecker M., Bocherens H., Julien M.-A., Rivals F., Raynal J.-P. & Moncel M.-H., 2013 - Middle Pleistocene ecology and Neanderthal subsistence: Insights from stable isotope analyses in Payre (Ardèche, southeastern France). Journal of Human Evolution, 65 (4), 363-373.

Fernandes P., Raynal J.-P. & Moncel M.-H., 2008 - Middle Palaeolithic raw material gathering territories and human mobility in the southern Massif Central, France: first results from a petro-archaeological study on flint. Journal of Archaeological Science, 35 (8), 2357-2370.

FISHER J.W. (Jr.), 1995 - Bone Surface Modifications in Zooarchaeology. Journal of Archaeological Method and Theory, 2 (1), 7-68.

Foster J.-B., 1965 - Mortality and ageing of black rhinoceros in East Tsavo Park, Kenya. East African Wildlife Journal, 3 (1), 118-119.

FOURVEL J.-B., 2012 - Hyénidés modernes et fossiles d’Europe et d’Afrique : taphonomie comparée de leurs assemblages osseux. Thèse de Doctorat, Université Toulouse Le Mirail, Toulouse, 597 p.

GAUDZINSKI S., TURNER E., ANZIDEI A.P., ÀLVAREZ-FERNÁNDEZ E., ARROYO-CABRALES J., CINQ-MARS J., DOBOSI V.T., HANNUS A., JOHNSON E., MÜNZEL S.C., SCHEER A. & VILLA P., 2005 - The use of Proboscidean remains in every-day Palaeolithic life. Quaternary International, 126-128, 179-194.

GERMONPRÉ M., UDRESCU M. & FIERS E., 2014 - Possible evidence of mammoth hunting at the Neanderthal site of Spy (Belgium). Quaternary International, 337, 28-42.

Goddard J., 1970 - Age criteria and vital statistics of a black rhinoceros population. East African Wildlife Journal, 8 (1), 105-121.

GRANT A., 1982 - The use of tooth wear as a guide to the age of domestic ungulates. In B. Wilson, C. Grigson & S. Payne (eds.), Ageing and Sexing Animal Bones from Archaeological Sites. British Archaeological Reports British Series, 109. Archaeopress, Oxford, 91-108.

GUADELLI J.-L., 1989 - Étude taphonomique du repaire d’hyènes de Camiac (Gironde, France). Éléments de comparaison entre un site naturel et un gisement préhistorique. Bulletin de l’Association Française pour l’Étude du Quaternaire, 26 (2), 91-100.

GUADELLI J.-L., 2008 - La gélifraction des restes fauniques. Expérimentation et transfert au fossile. Annales de Paléontologie, 94 (3), 121-165.

GUÉRIN C., 1980 - Les rhinocéros (Mammalia, Perissodactyla) du Miocène terminal au Pléistocène supérieur en Europe occidentale. Comparaison avec les espèces actuelles. Documents des Laboratoires de Géologie de Lyon, 79 (1-3), 1185 p.

GUÉRIN C., 2018 - Dicerorhinus hemitoechus (Rhinocerontidae) du Pléistocène supérieur de la grotte du Castillo. In P. Castaños (ed.), El Castillo: historia de una fauna olvidada. Monografías del Museo de Prehistoria y Arqueología de Cantabria, 1. Consejería de Educación, Cultura y Deporte, Gobierno de Cantabria, 192-218.

GUÉRIN C. & FAURE M., 1983 - Les hommes du Paléolithique européen ont-ils chassé le rhinocéros ? In F. Poplin, La faune et l’Homme préhistorique. Mémoires de la Société Préhistorique Française, 16. Paris, 29-36.

Hardy B.L. & Moncel M.-H., 2011 - Neanderthal Use of Fish, Mammals, Birds, Starchy Plants and Wood 125-250,000 Years Ago. PLoS One, 6 (8), e23768.

HAYNES G., 1983 - A Guide for Differentiating Mammalian Carnivore Taxa Responsible for Gnaw Damage to Herbivore Limb Bones. Paleobiology, 9 (2), 164-172.

HITCHINS P.M., 1978 - Age determination of the Black Rhinoceros (Diceros bicornis) in Zululand. South African Journal of Wildlife Research, 8 (2), 71-80.

JEANNIN A., 1947 - L’éléphant d’Afrique : zoologie, histoire, folklore, chasse, protection. Payot, Paris, 251 p.

Kitagawa K., KrÖnneck P., Conard N.J. & Münzel S.C., 2012 - Exploring Cave Use and Exploitation Among Cave Bears, Carnivores and Hominins in the Swabian Jura, Germany. Journal of Taphonomy, 10 (3-4), 439-461.

KLEIN R.G. & CRUZ-URIBE C., 1984 - The Analysis of Animal Bones from Archaeological Sites. University of Chicago Press, Chicago, 273 p.

KRUUK H., 1972 - The Spotted Hyena: A Study of Predation and Social Behaviour. The University of Chicago Press, Chicago, 335 p.

LACOMBAT F., 2008 - Les rhinocéros. In M.-H. Moncel (ed.), Payre. Des occupations humaines de la moyenne vallée du Rhône de la fin du Pléistocène moyen et du début du Pléistocène supérieur. Mémoires de la Société Préhistorique Française, XLVI. Paris, 77-78.

Leroy-Prost, 2002 - Fiche canines de carnivores. In M. Patou-Mathis (dir.), Compresseurs, percuteurs, retouchoirs… Os à impressions et éraillures. Fiches de la Commission de nomenclature sur l’industrie de l’homme préhistorique, Cahier X, Société Préhistorique Française, Paris, 99-104.

LINDNER K., 1941 - La chasse préhistorique. Payot, Paris, 480 p.

Louguet-Lefebvre S., 2005 - Les mégaherbivores (Éléphantidés et Rhinocérotidés) au Paléolithique moyen en Europe du Nord-Ouest. Paléoécologie, taphonomie et aspects palethnographiques. British Archaeological Reports International Series, 1451. Archaeopress, Oxford, 267 p.

LYMAN R.L., 1984 - Bone density and differential survivorship of fossil classes. Journal of Anthropological Archaeology, 3 (4), 259-299.

LYMAN R.L., 1994 - Vertebrate Taphonomy. Cambridge Manuals in Archaeology, Cambridge University Press, Cambridge, 524 p.

MALLYE J.-B., 2008 - Le blaireau (Meles meles, L.) de l’ensemble G. In M.-H. Moncel (ed.), Payre. Des occupations humaines de la moyenne vallée du Rhône de la fin du Pléistocène moyen et du début du Pléistocène supérieur. Mémoires de la Société Préhistorique Française, XLVI. Paris, 86-89.

Miller-Antonio S., Schepartz L.A. & Bakken D., 2000 - Raw material utilization and new evidence for non-lithic technology at Dadong Cave, Southern China. Antiquity, 74 (284), 372-379.

MOIGNE A.-M., GRÉGOIRE S. & de LUMLEY H., 2005 - Les territoires de chasse et d’exploitation des matières premières des hommes préhistoriques de la Caune de l’Arago entre 600 000 ans et 400 000 ans. In J. Jaubert & M. Barbaza (eds.), Territoires, déplacements, mobilité, échanges durant la Préhistoire. Terres et Hommes du Sud. 126ème Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse 2001, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Paris, 17-31.

Moigne a.-M., Palombo M.R., Belda V., Heriech-Briki D., Kacimi S., Lacombat F., de Lumley M.-A., Moutoussamy J., Rivals F., QuilÈs J. & Testu A., 2006 - Les faunes de grands mammifères de la Caune de l’Arago (Tautavel) dans le cadre biochronologique des faunes du Pléistocène moyen italien. L’Anthropologie, 110 (5), 788-831.

Moigne A.-M., Valensi P., Auguste P., García-Solano J., Tuffreau A., Lamotte A., Barroso C. & Moncel M.-H., 2016 - Bone retouchers from Lower Palaeolithic sites: Terra Amata, Orgnac 3, Cagny-l’épinette and Cueva del Angel. Quaternary International, 409 (Part B), 195-212.

Moncel M.-H., Debard É., Desclaux E., Dubois J.-M., Lamarque F., Patou-Mathis M. & Vilette P., 2002 - Le cadre de vie des hommes du Paléolithique moyen (stades isotopiques 6 et 5) dans le site de Payre (Rompon, Ardèche) : d’une grotte à un abri-sous-roche effondré. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 99 (2), 249-275.

Moncel M.-H. (éd.) 2008 - Payre. Des occupations humaines de la moyenne vallée du Rhône de la fin du Pléistocène moyen et du début du Pléistocène supérieur. Mémoires de la Société Préhistorique Française, XLVI. Paris, 336 p.

Moncel M.-H. & Condémi S., 2007 - The human remains of the site of Payre (S-E France, OIS 7-5). Remarks on Stratigraphic position and interest. L’Anthropologie, XLV (1), 19-29.

Moncel M.-H., Borel A., de Lombera A., Sala R. & Deniaux B., 2008 - Quartz et quartzite dans le site de Payre (SIM 7 et 5, Ardèche, France) : données techno‑économiques sur la gestion de roches locales au Paléolithique moyen. Comptes Rendus Palevol, 7 (7), 441-451.

Moncel M.-H., ChacÓn Navarro M.G., Coudenneau A. & Fernandes P., 2009 - Points and convergent edges in the Early European Middle Paleolithic site of Payre (SE, France). Journal of Archaeological Science, 36 (9), 1892-1909.

MOVIUS H.L., 1950 - A wooden spear of third interglacial age from Lower Saxony. Southwestern Journal of Anthropology (Journal of Anthropological Research), 6 (2), 139-142.

OAKLEY K.P., Andrews P., KEELEY L.H. & CLARK J.D., 1977 - A reappraisal of the Clacton Spearpoint. Proceedings of the Prehistoric Society, 43, 13-30.

OLSEN S.J. & SHIPMAN P., 1988 - Surface modification on bone: Trampling versus butchery. Journal of Archaeological Science, 15 (5), 535-553.

Patou-Mathis M. (éd.), 2002 - Compresseurs, percuteurs, retouchoirs… Os à impressions et éraillures. Fiches de la Commission de nomenclature sur l’industrie de l’homme préhistorique, Cahier X. Société Préhistorique Française, Paris, 136 p.

Patou-Mathis M., 2009 - Mangeurs de viande. De la préhistoire à nos jours. Perrin, Paris, 420 p.

Pedergnana A., Ollé A., Borel A. & Moncel M.-H., 2016 - Microwear study of quartzite artefacts: preliminary results from the Middle Pleistocene site of Payre (South-eastern France). Archaeological and Anthropological Sciences, 10 (2), 369-388.

PICKERING T.R., 2002 - Reconsideration of Criteria for Differentiating Faunal Assemblages Accumulated by Hyenas and Hominids. International Journal of Osteoarchaeology, 12 (2), 127-141.

Rivals F., Moncel M.-H. & Patou-Mathis M., 2009 - Seasonality and intra-site variation of Neanderthal occupations in the Middle Palaeolithic locality of Payre (Ardèche, France) using dental wear analyses. Journal of Archaeological Science, 36 (4), 1070-1078.

Roberts M.B. & Parfitt S.A., 1999 - Boxgrove: A Middle Pleistocene hominid site at Eartham Quarry, Boxgrove, West Sussex. Archaeological Report, 17. English Heritage, London, 456 p.

Santucci E., Marano F., Cerilli E., Fiore I., Lemorini C., Palombo M.R., Anzidei A.P. & Bulgarelli G.M., 2016 - Palaeoloxodon exploitation at the Middle Pleistocene site of La Polledrara di Cecanibbio (Rome, Italy). Quaternary International, 406 (Part B), 169-182.

Schepartz L. & Miller-Antonio S., 2010a - Taphonomy, life history, and human exploitation of Rhinoceros sinensis at the Middle Pleistocene site of Panxian Dadong, Guizhou, China. International Journal of Osteoarchaeology, 20 (3), 253-268.

Schepartz L. & Miller-Antonio S., 2010b - Large mammal exploitation in Late Middle Pleistocene China: a comparison of rhinoceros & stegodonts at Panxian Dadong. Before Farming, 4 (2), 14 p.

Schoch W.H., Bigga G., Böhner U., Richter P. & Terberger T., 2015 - New insights on the wooden weapons from the Paleolithic site of Schöningen. Journal of Human Evolution, 89, 214-225.

SCOTT K., 1986 - The large mammal fauna. In P. Callow & J.M. Cornford (eds.), La Cotte de St. Brelade 1961-1978. Excavations by C.B.M. McBurney. Geo Books, Norwich, 59-183.

SCOTT B., BATES M., BATES R., CONNELLER C., POPE M., SHAW A. & SMITH G., 2014 - A new view from La Cotte de St Brelade, Jersey. Antiquity, 88 (339), 13-29.

Shipman P. & Rose J.J., 1984 - Cutmark Mimics on Modern and Fossil Bovid Bones. Current Anthropology, 25 (1), 116-117.

Smith G.M., 2013 - Taphonomic resolution and hominin subsistence behaviour in the Lower Palaeolithic: differing data scales and interpretive frameworks at Boxgrove and Swanscombe (UK). Journal of Archaeological Science, 40 (10), 3754-3767.

SMITH G.M., 2015 - Neanderthal megafaunal exploitation in Western Europe and its dietary implications: A contextual reassessment of La Cotte de St Brelade (Jersey). Journal of Human Evolution, 78, 181-201.

THIEME H., 1997 - Lower Palaeolithic hunting spears from Germany. Nature, 385 (6619), 807-810.

TONG H., 2000 - Les Rhinocéros des sites à fossiles humains de Chine. L’Anthropologie, 104 (4), 523-529.

TONG H., 2001 - Age profiles of Rhino Fauna from the Middle Pleistocene Nanjing Man Site, South China - Explained by the Rhino specimens of living species. International Journal of Osteoarchaeology, 11, 231-237.

Valladas H., Mercier N., Ayliffe L.k., Falguères C., Bahain J.-J., Dolo J.-M., Froget L., Joron J.-L., Masaoudi H., Reyss J.-L. & Moncel M.-H., 2008 - Radiometric dates for the Middle Palaeolithic sequence of Payre (Ardèche, France). Quaternary Geochronology, 3 (4), 377-389.

Villa P., 1990 - Torralba and Aridos: elephant exploitation in Middle Pleistocene Spain. Journal of Human Evolution, 19 (3), 299-309.

VILLA P. & MAHIEU E., 1991 - Breakage patterns of human long bones. Journal of Human Evolution, 21 (1), 27-48.

Villa P., Soto E., PéREZ-GONZÁLEZ A. & Mora R., 2001 - Taphonomy at Ambrona: new perspectives. In G. Cavarretta, P. Gioia, M. Mussi, M.R. Palombo (eds.), The World of Elephants, Proceedings of the First International Congress, Rome, October 16-20 2001. Consiglio Nazionale delle Ricerche, Rome, 617-619.

VILLA P., SOTO E., SANTONJA M., PéREZ-GONZÁLEZ A., MORA R., PARCERISAS J. & SESé C., 2005 - New data from Ambrona: closing the hunting versus scavenging debate. Quaternary International, 126-128, 223-250.

Villenave G.M., 1954 - La Chasse. Larousse, Paris, 592 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tab. 1 : Liste faunique des ensembles G, F et D.
Légende NRDt : Nombre de Restes Déterminés taxonomiquement
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10196/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tab. 2 : Répartition des classes d’âge des Rhinocérotidés dans les ensembles G et F.
Légende NMIc : Nombre Minimal d’Individus de combinaison.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10196/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tab. 3 : Éléments anatomiques des Rhinocérotidés des ensembles G et F.
Légende NRD : Nombre de Restes Déterminés anatomiquement.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10196/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 1 : Fragment médio-proximal de métacarpien II de Rhinocérotidé présentant une plage à impression (fines hachures obliques) ou retouchoir, ainsi qu’une strie de boucherie antérieure.
Légende Carré M5, ensemble G, n°1014 ; échelle = 1 cm.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10196/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Tab. 4 : Altérations taphonomiques observées sur les restes osseux de Rhinocérotidés de l’ensemble F.
Légende NR : Nombre de Restes.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10196/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 2 : Phalange proximale non-épiphysée de jeune Rhinocérotidé présentant des stries de boucherie qui pourraient correspondre à une opération de dépouillement.
Légende Carré L6, ensemble F, n°144 ; échelle = 1 cm.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10196/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 3 : Dents jugales supérieures gauches (vues occlusales) de Rhinocérotidés présentant des enlèvements d’émail et de dentine le long de la couronne en face vestigiale et linguale (en haut) et des entailles localisées en surface occlusale au niveau du paracône (en bas).
Légende En haut à gauche : carré M7, ensemble F, n°529. En haut à droite : carré K7, ensemble F, n°454. En bas à gauche : carré N6, ensemble F, n°428. En bas à droite : carré O5, ensemble D, n°154. Échelle = 1 cm.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10196/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Daujeard, Eva J. Daschek, Marylène Patou‑Mathis et Marie‑Hélène Moncel, « Les néandertaliens de Payre (Ardèche, France) ont-ils chassé le rhinocéros ? », Quaternaire, vol. 29/3 | 2018, 217-231.

Référence électronique

Camille Daujeard, Eva J. Daschek, Marylène Patou‑Mathis et Marie‑Hélène Moncel, « Les néandertaliens de Payre (Ardèche, France) ont-ils chassé le rhinocéros ? », Quaternaire [En ligne], vol. 29/3 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/10196 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaternaire.10196

Haut de page

Auteurs

Camille Daujeard

Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique (HNHP, UMR 7194), Sorbonne Universités, Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), CNRS, Université de Perpignan Via Domitia, Institut de Paléontologie Humaine, 1 rue René Panhard, FR-75013 PARIS. Courriel : camille.daujeard@mnhn.fr

Articles du même auteur

Eva J. Daschek

 Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique (HNHP, UMR 7194), Sorbonne Universités, Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), CNRS, Université de Perpignan Via Domitia, Institut de Paléontologie Humaine, 1 rue René Panhard, FR-75013 PARIS. Courriel : eva.daschek@mnhn.fr

Marylène Patou‑Mathis

 Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique (HNHP, UMR 7194), Sorbonne Universités, Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), CNRS, Université de Perpignan Via Domitia, Institut de Paléontologie Humaine, 1 rue René Panhard, FR-75013 PARIS. Courriel : marylène.patou-mathis@mnhn.fr

Articles du même auteur

Marie‑Hélène Moncel

Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique (HNHP, UMR 7194), Sorbonne Universités, Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), CNRS, Université de Perpignan Via Domitia, Institut de Paléontologie Humaine, 1 rue René Panhard, FR-75013 PARIS. Courriel : marie-helene.moncel@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search