Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 29/3Vergisson II (Saône-et-Loire, Fra...

Vergisson II (Saône-et-Loire, France) : microfaune et environnement de l’Homme de Néandertal

Vergisson II (Saône-et-Loire, France): microfauna and environment of the man of Neanderthal
Marcel Jeannet*
p. 233-242

Résumés

La grotte de Vergisson II fait partie d’un ensemble de petites cavités s’ouvrant sur le flanc sud-ouest de la Roche de Vergisson, voisine de la cuesta de la Roche de Solutré. Elle a fait l’objet de fouilles de 1952 à 1961. Ce gisement a livré une industrie moustérienne de type Quina et de la grande faune (25 espèces de grands mammifères dont 12 de Carnivores) dominée par le renne et le cheval. Le gisement a fourni également une série de dents humaines attribuées à l’Homme de Néandertal qui ont fait sa célébrité. La microfaune recueillie lors des fouilles de Jean Combier fait l’objet de cette étude. Parfaitement homogène, elle peut être attribuée à un niveau unique et comprend 16 taxons dont 11 espèces de Rongeurs, huit taxons correspondant à des espèces disparues de la région. Ce cortège faunique nettement continental situe ces dépôts au Pléistocène supérieur, au stade MIS 4. Le gisement de Vergisson II contribue à la connaissance du paléoenvironnement d’Homo neanderthalensis en Mâconnais, ce qui n’est pas si fréquent.

Haut de page

Notes de la rédaction

* Nous avons eu la tristesse d’apprendre le décès de Marcel Jeannet, le 4 octobre 2017. Alain et Jacqueline Argant ont eu la courtoisie d’assurer les finitions de son manuscrit. (Le Comité éditorial). Courriel : a.argant@wanadoo.fr, j.argant@wanadoo.fr

Texte intégral

J’éprouve un grand plaisir à remercier Jean Combier, Directeur de Recherche honoraire au CNRS, qui pratiqua les fouilles décisives et m’a confié les vestiges de microfaune à étudier.

1 - Le site de Vergisson II

1Une série de petites cavités s’aligne sur le flanc sud-ouest de la Roche de Vergisson, très comparable à la Roche de Solutré qui lui fait immédiatement suite au sud (Combier & Montet‑White, 2002) (fig. 1 & 2). Vergisson II (grotte de Ronzevau ou de la Maréchaude) a été découvert par les spéléologues vers 1946 et est en grande partie bouleversé. Ce qui en restait a été fouillé en 1952 par A. Jeannet, puis par J. Combier de 1954 à 1961. L’industrie moustérienne, de type Quina (Gauthier, 1955 ; Combier 1959, 1976), provient de l’ensemble stratigraphique supérieur, couche 2 (fig. 3). Il correspond à une formation d’argile rougeâtre à cailloutis moyen dont la mise en place a eu lieu sous climat froid et humide d’après la faune. Celle-ci est abondante et comporte une vingtaine d’espèces parmi lesquelles dominent le renne et le cheval. La faune des grands mammifères de Vergisson II comprend 12 espèces de carnivores et 16 espèces de non carnivores (Chaput, 1998 ; Combier & Chaput, 1999 ; Chaput, 2001 ; tab. 1). Leurs restes proviennent bien de la couche à industrie attestant un niveau unique et homogène du remplissage. Pour sa thèse, Fabre (2010) a réalisé l’étude archéozoologique et taphonomique de cette faune de Vergisson II dans une approche des modes de subsistance des néandertaliens de l’est de la France. Une vingtaine de dents de néandertaliens, en excellent état de conservation, ont été recueillies in situ et ont rendu le gisement célèbre (Piveteau, 1957 ; de Lumley, 1976). Elles sont maintenant exposées au Musée départemental de Préhistoire de Solutré. Rappelons que les gisements de Vergisson I « les Tasnières » que nous avons fouillé entre 1965 et 1970 (Joly, 1968, 1972 ; Jeannet, 1970) et celui de Vergisson IV ont livré également des restes de Néandertaliens (Condemi et al., 2017). Les petites cavités au pied de la falaise de Vergisson constituent donc un ensemble important pour l’étude de la période moustérienne en Mâconnais. Le site de Vergisson II a livré également de nombreux petits vertébrés. L’objet de cet article est de présenter la microfaune afin de préciser les conditions climatiques et environnementales de cette occupation néandertalienne.

Fig. 1 : Carte de situation de Vergisson II.

Fig. 1 : Carte de situation de Vergisson II.

Fig. 2 : La Roche de Vergisson vue depuis Solutré. L’étoile blanche indique la position de l’abri de Vergisson II.

Fig. 2 : La Roche de Vergisson vue depuis Solutré. L’étoile blanche indique la position de l’abri de Vergisson II.

Fig. 3 : Coupe stratigraphique de Vergisson II

Fig. 3 : Coupe stratigraphique de Vergisson II

La microfaune provient de la couche 2.

d’après Combier, 2001.

Tab. 1 : Faune du gisement de Vergisson II

Tab. 1 : Faune du gisement de Vergisson II

d’après Chaput (2001).

2 - La microfaune

2Elle est issue du tamisage d’un prélèvement de sept kilogrammes de sédiments destiné à la recherche de fragments de dents d’un jeune néandertalien, étudiées par J. Piveteau (1957, pp. 483-484).

3A Vergisson II, l’homogénéité de la microfaune recueillie conforte aussi l’idée d’une provenance d’un niveau unique correspondant à celui de la grande faune et de l’industrie dont on retrouve des micro-éclats mêlés aux ossements. Le tableau 2 fournit la liste de la microfaune. Sur les 18 taxons de mammifères reconnus, les rongeurs dominent avec 12 espèces dont huit ont depuis disparu de la région. Ces restes sont en général en assez mauvais état de conservation en raison de leur fragilité, à cause des effets du gel et du tassement qu’ils ont subi à l’enfouissement. Les fragments sont fréquemment maintenus en connexion par une fine inclusion de calcite.

Tab. 2 : Liste de la microfaune recueillie à Vergisson II.

Tab. 2 : Liste de la microfaune recueillie à Vergisson II.

2.1 - Potentiel climatique des différentes espèces rencontrées à Vergisson II

4Les différentes espèces rencontrées à Vergisson II sont données dans le tableau 3. Leurs aires de répartition et les caractéristiques des habitats des différentes espèces sont rappelées ici pour préciser leur signification environnementale ; les sources bibliographiques multiples sont indiquées en annexe IV de M. Jeannet (2010).

5- Marmota marmota (Linné, 1758), la marmotte des Alpes.

6Taille : T. & C. (Tête & Corps) : 47-60 cm ; Q. (Queue) : 13-20 cm ; Poids : 2,8-5 kg.

7Distribution : elle est confinée au Massif Alpin et aux Carpates. En France, elle a en plus été introduite dans le Massif Central et les Pyrénées où elle ne connaît pas d’extension.

8Habitat : elle colonise les éboulis d’alpage bien ensoleillés, de 1 000 à 3 000 m, rarement éloignés d’un cours d’eau.

9- Microtus agrestis (Linné, 1761), le campagnol agreste.

10Taille : T. & C. : 7,8-13,5 cm ; Q. : 18-49 mm ; Poids : 14-50 g.

11Distribution : il atteint l’extrême nord de la Scandinavie et vers l’est, la région du lac Baïkal bien que le domaine y perde sa compacité. En France, également, il couvre toute la Bretagne, le département du Lot et se rencontre plus fréquemment dans les départements méditerranéens. Il peut également atteindre 2 000 m d’altitude.

12Habitat : contrairement à M. arvalis, cette espèce sait se contenter de sols peu profonds, en traçant des tranchées superficielles sous les hautes herbes couvrant des sols frais. Dans les régions nordiques, il séjourne plus fréquemment à l’abri de la végétation arbustive qui lui procure une protection contre les rigueurs du climat et les prédateurs, et une alimentation plus variée.

13- Microtus arvalis (Pallas, 1778), le campagnol des champs.

14Taille : T. & C. : 9-12 cm ; Q. : 30-45 mm ; Poids : 14-40 g.

15Distribution : son domaine couvre l’Europe moyenne et l’Asie centrale, de l’Atlantique au pied du Massif Himalayen et des rives de la Baltique au nord de la Turquie et de l’Iran. En France, il est abondant presque partout depuis le niveau de l’Océan jusqu’à 2 000 m d’altitude dans les Pyrénées. Si son absence en Bretagne et sur les côtes méditerranéennes peut être liée aux conditions climatiques défavorables, il semble bien que dans le Lot s’ajoutent les conditions édaphiques actuelles difficiles, tels que des sols peu profonds, trop remaniés ou pâturés, car il n’est pas rare à l’état fossile.

16Habitat : il est l’emblème d’un paysage ouvert et vit dans les prairies et les cultures qui le nourrissent mais qui restent peu pâturées ou labourées.

17- Microtus gregalis (Pallas, 1779), le campagnol des hauteurs.

18Taille : T. & C. : 10-14 cm ; Q. : 21-41 mm ; Poids : 35-60 g.

19Distribution : le domaine de cette espèce est nettement scindé en deux parties : la plus septentrionale longe irrégulièrement l’océan Arctique, de la mer Blanche au golfe d’Anadyr. La seconde, à peine plus compacte, s’étend de l’Oural à la Mandchourie sans atteindre la mer d’Okhotsk. Ces deux zones sont séparées par la plaine et le plateau de Sibérie, couverts par la taïga. Il peut atteindre 6 000 m d’altitude dans les monts Tian Shan.

20Habitat : c’est autant l’habitant des steppes boisées que de la toundra. Il séjourne à l’orée des forêts ou sur les pentes d’altitude, fuyant la taïga qui ne connaît pas de saison sèche.

21- Microtus oeconomus (Pallas, 1776), le campagnol nordique.

22Taille : T. & C. : 8,5-16,1 cm ; Q. : 24-77 mm ; Poids : 25-62 g.

23Distribution : son aire s’étend des Pays-Bas au Kamtchatka et de l’océan Glacial Arctique aux contreforts himalayens.

24Habitat : il est inféodé aux régions forestières très humides et plus souvent dans les massifs forestiers de la toundra que dans la toundra elle-même.

25- Microtus savii (de Sélys Longchamps, 1838), le campagnol de Savi.

26Taille : T. & C. : 7,2-10,5 cm ; Q. : 21-35 mm ; Poids : 14-24 g.

27Distribution : Suisse, Italie (essentiellement le sud et le nord). En France : présence probable et sporadique dans la région alpine méridionale.

28Habitat : il fréquente les champs, l’orée des bois, les bois clairs, mais également les terrains intensément cultivés de la plaine. Il semble éviter les sols trop arides, durs et rocheux. Il peut atteindre l’altitude de 2 000 m.

29- Chionomys nivalis (Martins, 1842), le campagnol des neiges.

30Taille : T. & C. : 11-14 cm ; Q. : 50-75 mm ; Poids : 38-60 g.

31Distribution : il occupe les massifs montagneux de l’Espagne à l’Iran, en passant par les Pyrénées, les Alpes, les Carpates, les Balkans, l’Asie Mineure, le Caucase et les monts Zagros en Iran central. En France, on le trouve dans les Pyrénées, le Massif central, les Alpes et les collines proches du littoral méditerranéen.

32Habitat : sa demeure d’élection réside dans les éboulis rocheux et les tas de pierres, dans les prairies alpines, les champs et les forêts claires à l’altitude de 1 500 m, mais il peut vivre bien au-dessus (on l’a trouvé au refuge Vallot, près du Mont-Blanc), et bien au-dessous (je l’ai personnellement recueilli au Gros Cerveau au nord de Toulon, Var).

33- Dicrostonyx torquatus (Pallas, 1778), le lemming à collier.

34Taille : T. & C. : 13 -15,6 cm ; Poids : 70-120 g.

35Distribution : son domaine couvre la frange de l’Océan Arctique, de la mer Blanche au golfe d’Anadyr et, isolément, le Kamtchatka et les îles de la Nouvelle-Zemble et de Wrangel. D’autres formes occupent le Nord du Canada.

36Habitat : il vit dans la toundra modérément humide, sur la pente douce et drainée des lignes de partage des eaux. En été le permafrost est à 30-40 cm de profondeur et le détrempage du sol est fréquent. Il creuse des terriers peu profonds dans les pentes et les élévations déboisées. La végétation guide également son choix : il semble très attaché à la toundra couverte de mousse seule ou associée au bouleau nain (20-30 cm) formant un étage végétal extrêmement dense. Il est plus rare dans la toundra couvrant les surfaces élevées, peu couvertes de neige en hiver et de végétation rabougrie en été où le lichen prédomine.

37- Arvicola terrestris (Linné, 1758), le rat taupier.

38Taille : T. & C. : 12-23,5 cm ; Q. : 7-11 cm ; Poids : 80-320 g.

39Distribution : on le rencontre depuis la France, jusqu’à la limite orientale du bassin de la Léna. Au nord, il occupe la Scandinavie et les rives de la mer Blanche. Au sud, il atteint la plaine de la Mésopotamie et en Asie centrale, le Kirghizistan. En France, il occupe le quart est du pays, sauf la côte méditerranéenne. Il peut atteindre 2500 m d’altitude.

40Habitat : il recherche les sols frais et profonds à proximité des cours d’eau tranquilles, creusant ses terriers dans les berges. Il ne craint guère de s’éloigner de ce biotope s’il trouve ailleurs, dans les bois clairs de feuillus, une certaine ambiance de fraîcheur.

41- Apodemus sylvaticus (Linné, 1758), le mulot gris.

42Taille : T. & C. : 9,7 cm ; Q. : 6,9-11,5 cm ; Poids : 13-27 g.

43Distribution : de la côte atlantique au pied du massif himalayen, au Kazakhstan et au nord de l’Inde. Au nord, son extension se limite à la partie méridionale de la Scandinavie. Au sud, il occupe le Maghreb, l’Iraq et il atteint le golfe d’Akaba. En France, il vit partout, même dans les îles atlantiques et en Corse. Il peut atteindre l’altitude de 2500 m.

44Habitat : il fréquente les haies, les buissons et les broussailles à l’orée des forêts où il pénètre assez peu. Il ne séjourne jamais en milieu ouvert, hormis dans les champs de céréales.

45- Apodemus uralensis (Pallas, 1811) (syn. A. microps Kratochvil et Rosicky, 1952), le mulot de l’Oural ou pygmée.

46Taille : T. & C. : 7-9,6 cm ; Q. : 65-95 mm ; Poids : 13-21,5 g.

47Distribution : Europe centrale : Roumanie, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Basse-Autriche, sud de la Pologne.

48Habitat : il réside en basse plaine, dans les régions steppiques. Il y recherche les hautes herbes mais également les broussailles et les taillis. Assez commun dans les gisements du Pléistocène mais souvent ignoré en raison de sa taille minuscule à peine supérieure à celle de Micromys minutus (Pallas, 1771), le rat des moissons. C’est un habitant des steppes est-européennes.

49- Cricetus cricetus (Linné, 1758), le hamster commun.

50Distribution : de l’Alsace au Iénisséi et du 45° au 55° parallèle environ, en contournant les massifs montagneux.

51En France, il n’occupe que la plaine d’Alsace et ne dépasse pas l’altitude de 300 m.

52Habitat : il est très diversifié mais reste attaché au milieu steppique et à la forêt-steppe sur sol sec. Il vit souvent à proximité de l’homme, dans les cultures, jardins, vergers, champs de céréales. Dans les régions forestières, il est fréquemment dans les vallées de rivières.

53- Lepus timidus (Linné, 1758), le lièvre variable.

54Taille : T. & C. : 45,7-61 cm ; Q. : 40-80 mm ; Poids : 2-5,8 kg.

55Distribution : son domaine s’étend de l’Irlande et l’Écosse jusqu’en Alaska au-delà du 50° parallèle, hormis le Nord de l’Allemagne et le Benelux. Toutefois dans le Massif Alpin, on le rencontre à partir de 700 m et jusqu’au-delà de 3 000 m.

56Habitat : il habite les forêts mixtes (épicéa, bouleau, saule, aulne et tremble). Dans le nord de l’Europe, il vit dans la taïga et la toundra.

57- Talpa europaea (Linné, 1758), la taupe d’Europe.

58Taille : T. & C. : 11-16 cm ; Q. : 20 mm ; Poids : 65-130 g.

59Distribution : sa répartition est large, européenne, de la Grande Bretagne et du sud des pays scandinaves à la Sicile. Elle n’est pas présente cependant dans tout le sud et l’ouest de la péninsule Ibérique, la côte adriatique de l’Italie (Marches), les Alpes Dinariques, l’Albanie et la Grèce. Cette espèce occupe toute la France mais elle reste très rare sur la côte méditerranéenne et absente de Corse.

60Habitat : tous les types de sols lui conviennent hormis le sable pur mais elle préfère la terre meuble, fraîche, fertile couverte de végétation, des plaines du bord de mer aux prairies de montagnes, en rase campagne comme dans les bois ou les forêts de feuillus (rare dans les pinèdes). Elle est moins abondante dans les régions humides et elle atteint 2 000 m dans les Alpes.

61- Sorex minutus (Linné, 1766), la musaraigne pygmée.

62Taille : T. & C. : 4-6,4 cm ; Q. : 30-46 mm ; Poids : 2,5-7,5 g.

63Distribution : son domaine s’étend des Îles Britanniques au lac Baïkal avec quelques extensions sporadiques dans le centre de l’Espagne, le Caucase et le nord de l’Asie Mineure, le Népal et les Monts Kouen-Louen en Chine. En France, elle se rencontre partout sauf sur la côte méditerranéenne. Elle est assez montagnarde et peut atteindre 2300 m dans les Pyrénées.

64Habitat : elle recherche les terrains humides couverts de broussailles. Elle s’abrite dans les bâtiments ou les cavités naturelles à l’approche de la mauvaise saison.

65- Myotis myotis (Borkhausen, 1797), le grand murin.

66Taille : T. & C. : 6,5-8,9 cm ; Q. : 45-60 mm ; Poids : 28-40 g.

67Distribution : il occupe l’Europe du sud du Danemark aux Balkans, la Crète et Malte mais pas le Péloponèse. Cette espèce est présente partout en France mais rare ou incertaine en Corse.

68Habitat : fréquente les lieux boisés avec des espaces dégagés, forêts claires et parcs, friches buissonnantes à proximité de grottes ou de bâtisses. En été, il séjourne dans les greniers de grands bâtiments, plus rarement dans les arbres creux. Dans les régions chaudes, il se glisse dans les trous de rochers, les galeries souterraines ou les ruines. En hiver, il se dissimule dans les trous de rochers et les cavernes.

69- Salamandra salamandra (Linné, 1758), la salamandre tachetée.

70Taille : 20-30 cm.

71Distribution : elle occupe l’ouest, le centre et le sud de l’Europe. En France, elle se rencontre partout en plaine jusqu’à 1 250 m dans les Alpes et exceptionnellement 2000 m dans le sud. Elle n’est vraiment commune qu’au-dessous de 800 m.

72Habitat : elle fréquente les bois de feuillus mais aussi de conifères en région de collines, dans les zones humides, rarement loin de l’eau. Elle se cache dans les cavités naturelles, sous les pierres, les souches ou dans les terriers de rongeurs.

73- Discus ruderatus (Hartmann, 1821). Ce n’est pas un microvertébré, mais il n’est pas sans intérêt d’évoquer la présence de ce petit gastéropode, ici bien concrétionné, ce qui certifie son ancienneté. Il vit actuellement dans les marais et prairies humides alpines entre 1 000 et 2 500 m d’altitude.

Tab. 3 : Données climatiques des espèces.

Tab. 3 : Données climatiques des espèces.

3a/ Potentiel climatique des espèces ; 3b/ Climatologie des stations des plaines d’Europe orientale ; 3c/ Écologie des espèces.

2.2 - Méthode d’analyse

74Chaque espèce occupe un domaine géographique plus ou moins étendu où se rencontrent des conditions climatiques communes à bien d’autres. Dans cet espace, elle n’occupe qu’un territoire restreint strictement limité au biotope couvrant ses exigences vitales d’alimentation, de protection et de reproduction. La méthode de l’écologie quantifiée (Jeannet, 2010) s’appuie sur une démarche initiée par Hokr (1951), reprise ou modifiée par divers auteurs, notamment par Delpech (1983), Griggo (1996) ou encore par Blain (2005). Elle utilise ici les données climatiques trentenaires des stations météorologiques situées à la périphérie du domaine géographique de chaque taxon. Le cortège de la microfaune de Vergisson II se caractérise finalement par la moyenne de ces valeurs pour chacune des données climatiques (tab. 3a). L’aire qui présente le plus d’analogies climatologiques avec cette caractérisation peut être définie par comparaison. La région présentant le maximum de corrélations avec les indications se situe à l’ouest de l’Oural. Afin d’en définir les conditions climatiques, les données des stations les plus proches - Kharkov, Kuibyshev, Orenburg, Penza et Tambov - sont utilisées (tab. 3b).

75La biodiversité ne s’exprime pas par la densité d’une population mais par l’étendue de l’éventail de son spectre de peuplement. Le nombre d’espèces devient prépondérant sur le nombre d’individus. Les espèces utilisées pour ce type d’analyse sont évidemment celles dont on connaît les descendants actuels pour en utiliser les données géographiques et climatiques. Le transfert des données de l’actuel au fossile peut surprendre sauf si on prend conscience des limites du principe d’actualisme. Plusieurs études biométriques, par exemple portant sur Microtus brecciensis (Jeannet, 2000) et sur Arvicola amphibius (Jeannet & Cartonnet, 2000), confirment l’existence de variations de divers éléments dentaires en corrélation avec les biotopes.

76Le tableau 3c précise l’écologie des espèces présentes à Vergisson II sur la base de l’estimation, pour une espèce donnée, de la fréquentation des principaux éléments de son biotope d’après les différents auteurs (Jeannet, 2010).

2.3 - Cadre climatique de Vergisson II

77À l’aide des valeurs réelles des stations d’Europe orientale concernées, un diagramme climatique annuel de forme classique (fig. 4) est reconstitué. Il doit approcher ce que devaient être les conditions rencontrées à Vergisson II. En ajoutant aux diagrammes les valeurs estimées pour la température et les précipitations (étoiles et triangles), nous constatons que les températures moyennes estivales et hivernales sont sensiblement identiques à celles des plaines d’Europe orientale. Par contre, les précipitations diffèrent, particulièrement par l’ampleur des pluies d’été ; 90 cm à Vergisson II pour 59,2 cm dans les plaines d’Europe orientale (fig. 4). On sait que la pluviosité est liée à la continentalité et s’accroît progressivement à l’approche des océans. Il faut donc prendre en compte dans cette comparaison les différences de continentalité des lieux considérés. Afin de préciser le degré de continentalité de Vergisson II, l’indice est calculé selon la formule et les normes définies par les climatologues (Arléry et al., 1973 p. 17) (tab. 4). La formule permet seulement d’apprécier l’éloignement de la mer. Pour les climatologues, les limites de l’indice s’étalent de 0 aux environs de Tórshavn (Îles Féroé) à 100 aux environs de Verkhoïansk (Sibérie). L’indice ne fonctionne pas au-dessus de 80° de latitude. Nos propres essais nous ont montré qu’il en est de même au-dessous de 45° de latitude, probablement en raison de l’influence méditerranéenne. Les valeurs obtenues diffèrent et marquent logiquement une progression de la continentalité d’ouest en est.

Fig. 4 : Diagramme climatique de l’ensemble des localités regrou­pées des plaines d’Europe orientale, et position relative des données de Vergisson II.

Fig. 4 : Diagramme climatique de l’ensemble des localités regrou­pées des plaines d’Europe orientale, et position relative des données de Vergisson II.

Étoiles pour les températures moyennes maximales et minimales ; triangles pour les précipitations annuelles maximales et minimales ; TMA. = Température Moyenne Annuelle (Vergisson II = 6,1°C ; Plaine d’Europe orientale = 4,4°C)

Tab. 4 : Indice de continentalité

Tab. 4 : Indice de continentalité

2.4 - Paléoenvironnement de Vergisson II

78La quantification des données environnementales est opérée subjectivement en subdivisant les deux paramètres de base que sont la végétation et l’hygrométrie en cinq éléments chacun. Cette méthode inspirée dans son principe de l’Indice Taxonomique d’Habitat (Taxonomic Habitat Index, Nesbit Evans et al., 1981) s’inscrit dans le cadre d’une démarche largement admise depuis longtemps par divers paléontologues et biologistes.

2.4.1 - La végétation

79Les types sont classés selon les étapes successives de colonisation d’un sol dégradé : sol dénudé à lichens mousses et pelouses ; prairie : végétation herbacée, à graminées : prairies, steppes ; broussailles : arbrisseaux de 0,50 à 2 m de hauteur : ronciers, landes, garennes, friches ; taillis : arbustes de 2 à 5 m : garrigue, maquis ; fûtaie : arbres de plus de 5 m : forêts, bois.

80Le milieu découvert comprend donc les sols dénudés et la prairie, et le milieu couvert la végétation ligneuse, des broussailles aux arbres. Chaque espèce fréquente, selon ses besoins, un ou plusieurs de ces milieux de façon variable. L’aspect du paysage végétal peut évoluer également au cours du temps et donc modifier les associations d’espèces rencontrées.

81À Vergisson II, le milieu découvert domine assez nettement mais sans excès avec 57 % de l’espace (fig. 5). Il faut tenir compte du relief accidenté de la Roche de Vergisson. La végétation de prairie sèche et de rocaille occupe vraisemblablement les crêtes, les talus et les pentes à l’adret plus que le fond de vallon sombre et humide et les pentes exposées au nord plus favorables aux arbres.

Fig. 5 : Vergisson II, estimation de la composition du couvert végétal.

Fig. 5 : Vergisson II, estimation de la composition du couvert végétal.

2.5.2 - L’hygrométrie

82L’hygrométrie dépend aussi du relief et de la végétation. Cette caractéristique a également été répartie en cinq types différents. Contrairement à la végétation, cet aspect du paysage n’est pas évolutif dans le temps hormis brièvement par l’abondance de liquide variant au gré des saisons et des intempéries. Cinq formes ont été retenues : les sols secs ou bien drainés comme les sables et les rocailles ; les sols frais, sols de prairie, de fond de vallée, les argiles souples, les sols forestiers et leurs litières ; sols marécageux , sols tourbeux, imbibés en permanence, landes à sphaignes, plans d’eau où alternent îlots et mares, étangs à végétation abondante ; eau stagnante ou à courant lent, profonde à ripisylve et végétation aquatique rare ou absente ; eau vive, courante et claire : ruisseaux, rivières et torrents.

83La Denante est un ruisseau permanent qui coule dans le vallon où s’ouvre la grotte de Vergisson II. Il peut être éventuellement figé par le gel à la mauvaise saison mais coule la plus grande partie de l’année. Essentiel pour la faune, il constitue un couloir de migration comparable à celui du vallon de la Roche de Solutré. Il induit forcément l’activité de chasse des hommes du Paléolithique se réfugiant dans les cavités de Vergisson. La petite faune y trouve aussi bien des éléments pour satisfaire ses besoins alimentaires. L’abondance des pluies estivales semble favoriser le développement des prairies et l’extension des marécages et dépôts tourbeux (fig. 6).

Fig. 6 : Vergisson II, hygrométrie estimée du sol environnant.

Fig. 6 : Vergisson II, hygrométrie estimée du sol environnant.

3 - Conclusion

84Si Vergisson II n’est pas très riche en vestiges de faune, souvent dans un état de conservation précaire, ce gisement a conservé dans l’ensemble stratigraphique supérieur l’intégralité d’un niveau alliant industrie lithique, grande faune et microfaune, contemporain de l’homme de Néandertal. Cette microfaune permet de préciser les conditions paléoenvironnementales. L’équivalent du point de vue climatique correspond aux conditions rencontrées actuellement dans une zone se situant à l’ouest de l’Oural.

85La présence conjointe d’une industrie moustérienne de type Quina ne peut suffire à elle seule à préciser chronologiquement l’association des rongeurs de Vergisson II. Elle ne peut dater l’occupation du site par l’homme paléolithique avec suffisamment de précision. Ce type d’industrie lithique se rencontre en effet sur une longue période recouvrant les stades MIS 3 et 4. La multiplication des études utilisant l’écologie quantifiée permet des comparaisons plus poussées. L’évolution des faunes de rongeurs en moyenne vallée du Rhône au cours du Pléistocène moyen et du Pléistocène supérieur, est maintenant bien connue (Hanquet, 2011 ; Foury et al., 2016). L’association Pliomys lenki, Microtus brecciensis et Allocricetus bursae bien que perdurant parfois semble-t-il jusqu’au début du Pléistocène supérieur, se rencontre essentiellement dans les couches plus anciennes de plusieurs gisements d’Ardèche : Payre, la Baume Moula-Guercy, Balazuc II (MIS 6 ou 5). L’absence de ces trois espèces dans le niveau A de Payre le situe à un stade plus récent du Pléistocène supérieur, MIS 4 ou 3. On ne rencontre pas cette association à Vergisson II, aucune de ces trois espèces n’y étant présente. C’est le cas également à l’Abri des Pêcheurs (Ardèche) daté des MIS 4-3. Les niveaux supérieurs de la Baume de Moula-Guercy se caractérisent par la présence conjointe de Dicrostonyx torquatus, Microtus oeconomus et Microtus gregalis dans les niveaux IX et IV. Cela permet de suggérer que ces niveaux sont contemporains du MIS 4 et plus particulièrement de l’événement de Heinrich 6 (H6). Il en est de même pour les niveaux inférieurs de l’Abri des Pêcheurs (440 – 420 cm) (Foury et al., 2016). L’association de ces trois dernières espèces se rencontre à Vergisson II, traduisant un épisode climatique rigoureux, souligné par la présence dominante du renne et du cheval pour la grande faune.

86Tout indique l’épisode froid du début du MIS 4 reconnu à l’Abri du Maras (Ardèche) par la sédimentologie (Moncel et al., 2015), la palynologie de l’Abri des Pêcheurs (Kalaï, 1998), l’analyse de communautés de rongeurs des niveaux XI à IV de la Baume Moula-Guercy (Defleur et al., 2001 ; Hanquet, 2011). Le lemming à collier Dicrostonyx torquatus a été identifié à La Quina (Marquet, 1989) et dans d’autres gisements attribués au MIS 4. L’épisode froid de la fin du MIS 3 ne peut être retenu car trop éloigné dans le temps par rapport à l’industrie présente à Vergisson II.

87Le site présente un certain nombre de similitudes avec les gisements du Vivarais servant à la comparaison. Les Roches de Vergisson et de Solutré ont une altitude comparable à celle des gisements de la moyenne vallée du Rhône. L’exposition sud de ces falaises calcaires autorise de nos jours la persistance d’une flore à affinités méditerranéennes. L’axe Saône-Rhône a toujours constitué un lieu de passage et d’échanges pour la faune, la flore et les hommes. Tous ces éléments rendent possible la comparaison. Dans ce cas, le gisement de Vergisson II (Ensemble stratigraphique supérieur, couche 2) peut être attribué à l’épisode froid du début du MIS 4.

88La comparaison avec les gisements de Bourgogne - Franche Comté reste plus difficile. Les études de microfaune n’étant pas effectuées selon la même méthode, elles ne permettent pas de corrélations directes. La Baume de Gigny (Jura) présente cependant une longue séquence du Pléistocène supérieur sur plus de 150 000 ans (Campy et al., 1989). Les études multivariées apportent de nombreuses indications souvent concordantes. Elles s’accordent pour indiquer l’existence de plusieurs périodes froides à très froides au cours du MIS 4 en bordure ouest du Jura, approximativement à 60 km à vol d’oiseau de Vergisson. Le stade local Gigny II, zone palynologique 6, couches XV inf. à XI, entre 54 000 et 26 000 BC, correspond à une période froide (Heim, 1989, p. 138). La palynologie donne l’image « d’une végétation de toundra forestière » sur les plateaux et des bouquets d’arbres ou d’arbustes dans les vallées et endroits abrités. Six espèces de rongeurs sont communes à Gigny et à Vergisson pour cette période, dont Dicrostonyx torquatus, le lemming à collier et Chionomys nivalis, le campagnol des neiges (Chaline et al., 1995). L’étude δ18O sur les phosphates de l’émail dentaire d’ongulés de Gigny conclut que durant le Paléolithique moyen les hivers étaient bien plus froids qu’actuellement pour des températures estivales identiques (Fabre et al., 2011). Les basses températures hivernales, responsables de l’extension et de la durée de la couverture neigeuse, expliquent probablement l’occupation temporaire du site par l’homme de Néandertal évitant la période hivernale.

Haut de page

Bibliographie

ARLÉRY R., GRISOLLET H. & GUILMET B., 1973 - Climatologie : méthodes et pratiques. Gauthier-Villars, Paris, 434 p.

BLAIN H.-A., 2005 - Contribution de la paléoherpétofaune (Amphibia et Squamata) à la connaissance de l’évolution du climat et du paysage du Pliocène supérieur au Pléistocène moyen d’Espagne. Thèse de Doctorat, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 402 p.

CAMPY M., CHALINE J. & VUILLEMEY M. (eds.), 1989 - La Baume de Gigny (Jura). Gallia Préhistoire. Supplément XXVII, CNRS éditions, Paris, 261 p.

CHALINE J., Brunet-Lecomte P. & Campy M., 1995 - The last glacial/interglacial record of rodent remains from the Gigny karst sequence in the French Jura used for palaeoclimatic and palaeoecological reconstructions. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 117 (3-4), 229-252.

Chaput F., 1998 - La faune moustérienne du gisement de Vergisson 2 (Saône-et-Loire, France). Mémoire de Magister, Institut de Préhistoire et des Sciences de l’Antiquité, Université de Neuchâtel, 230 p.

CHAPUT F., 2001 - La faune des grands mammifères du site Paléolithique moyen de Vergisson II (Saône-et-Loire, France). Archeo-Inter-Publica, 1, 19-44.

Combier J., 1959 - Circonscription de Lyon. Informations archéologiques, Saône-et-Loire : Vergisson. Gallia Préhistoire, 2, 118-120.

Combier J., 1976 - Les gisements de Vergisson. In Livret-guide de l’excursion A8, Bassin du Rhône, Paléolithique et Néolithique. IXème Congrès Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques. Nice, 108-111.

Combier J., 2001 - Le gisement paléolithique moyen de Vergisson II (France, Saône-et-Loire). Archéo-Inter-Publica, 1, 1-18.

COMBIER J. & CHAPUT F., 1999 - Le gisement Paléolithique moyen de Vergisson II et sa faune de grands mammifères. Travaux de l’Institut du Val de Saône, 4, 9-34.

COMBIER J. & MONTET-WHITE A. (eds.), 2002 - Solutré, 1968-1998. Mémoires de la Société Préhistorique Française, XXX. Paris, 281 p.

Condemi S., Monge J., Quertelet S., Frayer D.W. & Combier J. 2017 - Vergisson 4: a left-handed Neandertal. American Journal of Physical Anthropology, 162 (1), 186–190.

Defleur A., CrÉgut-Bonnoure É., Desclaux E. & Thinon M., 2001 - Présentation paléo-environnementale du remplissage de la Baume-Guercy à Soyons (Ardèche) : implications paléoclimatiques et chronologiques. L’Anthropologie, 105 (3), 369‑408.

Delpech F., 1983 - Les faunes du Paléolithique dans le Sud-Ouest de la France. Cahiers du Quaternaire, 6. CNRS Éditions, Paris, 453 p.

Fabre M., 2010 - Environnement et subsistance au Pléistocène supérieur dans l’est de la France et au Luxembourg : étude ostéologique des gisements de la Baume de Gigny (Jura), Vergisson II (Saône-et-Loire) et Oetrange (Luxembourg). Thèse de Doctorat de l’Université de Provence Aix-Marseille 1, Aix-en-Provence, 406 p.

Fabre M., LÉcuyer C., Brugal J.-P., Amiot R., Fourel F. & Martineau F., 2011 - Late Pleistocene climatic change in the French Jura (Gigny) recorded in the δ18O of phosphate from ungulate tooth enamel. Quaternary Research, 75 (3), 605-613.

Foury Y., Desclaux E., Daujeard C., Defleur A., Moncel M.-H. & Raynal J.-P., 2016 - Evolution des faunes de rongeurs en moyenne vallée du Rhône (rive droite, Ardèche, France) au cours du Pléistocène moyen final et du Pléistocène supérieur ancien, du MIS 6 au MIS 4. Quaternaire, 27 (1), 55-79.

Gauthier H., 1955 - Informations Antiquités préhistoriques VIIIème Circonscription. Saône-et-Loire : Vergisson. Gallia, 13 (2), 114-116.

Griggo C., 1996 - Etablissement de courbes climatiques quantifiées à partir de communautés animales pléistocènes suivi d’une application aux gisements de l’abri Suard (Charente) et de la grotte de Bois-Ragot (Vienne). Paléo, 8, 81-97.

HANQUET C., 2011 - Evolution des paléoenvironnements et des paléoclimats au Pléistocène moyen, en Europe méridionale, d’après les faunes de micromammifères. Thèse de Doctorat, Université Paul Valéry-Montpellier 3, Montpellier, 341 p.

Heim J., 1989 - Analyse pollinique. In M. Campy, J. Chaline & M. Vuil­lemey (dir.), La Baume de Gigny (Jura). Gallia Préhistoire. Supplément, XVII. CNRS Éditions, Paris, 133‑140.

Hokr Z., 1951 - A method of the quantitative determination of the climate in the Quaternary period by means of the Mammals associations, Sborník Ústredního ústavu Geologického, 18, 209-218.

JEANNET M., 1970 - Le gisement moustérien de Vergisson : Les Tasnières (Saône-et-Loire). Revue Archéologique de l’Est, 21 (3-4), 343-367.

JEANNET M., 2000 - Biométrie et écologie de Microtus brecciensis (Mammalia, Rodentia). Revue de Paléobiologie, 19 (2), 339-357.

JEANNET M., 2010 - L’écologie quantifiée. Essai de description de l’environnement continental à l’aide des microvertébrés. Préhistoires méditerranéennes, 1, 11-34.

JEANNET M. & CARTONNET M., 2000 - La microfaune de la Chênelaz (Hostiaz, Ain) : l’environnement et son influence sur la biométrie dentaire chez Arvicola terrestris (Rodentia, Mammalia). Revue de Paléobiologie, 19 (2), 475-492

JOLY J., 1968 - Informations archéologiques Circonscription de Bourgogne. Saône et Loire - Vergisson. Gallia Préhistoire, 11 (2), 396-398.

JOLY J., 1972 - Informations archéologiques Circonscription de Bourgogne. Saône et Loire - Vergisson. Gallia Préhistoire, 15 (2), 448-450.

Kalaï C., 1988 - Reconstitution du paléoenvironnement végétal et du paléoclimat de la fin du Pléistocène moyen et du Pléistocène supérieur d’après les analyses polliniques de la Baume Moula Guercy, du site de Payre et de l’abri des Pêcheurs (Ardèche, France). Thèse de Doctorat, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 175 p.

Lumley M.-A. de, 1976 - Les Néanderthaliens dans le Nord et le Centre. In H. de Lumley (ed.), La Préhistoire française, vol. 1 (1). CNRS Éditions, Paris, 588-594.

Marquet J.-C., 1989 - Paléoenvironnement et chronologie des sites du domaine atlantique français d’âge Pléistocène moyen et supérieur d’après l’étude des rongeurs. Thèse de Doctorat d’État, Université de Dijon, Dijon, 636 p.

Moncel M.-H., ALLUÉ E., Bailon S., Barshay-Szmidt C., BÉAREZ P., CRÉGUT É., Daujeard C., Desclaux E., Debard É., Lartigot-Campin A.-S., Puaud S. & Roger T., 2015 - Evaluating the integrity of palaeoenvironmental and archaeological records in MIS 5 to 3 karst sequences from south-eastern France. Quaternary International, 378, 22-39.

Nesbit EVANS E.M., VAN COUVERING J.A.H. & ANDREWS P., 1981 - Palaeoecology of Miocene sites in western Kenya. Journal of Human Evolution, 10 (1), 99-116.

Piveteau J., 1957 - Traité de Paléontologie, Primates, Paléontologie Humaine. Tome VII, Vers la forme humaine, le problème biologique de l’homme, les époques de l’intelligence : Primates, Paléontologie humaine. Masson, Paris, 675 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de situation de Vergisson II.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 2 : La Roche de Vergisson vue depuis Solutré. L’étoile blanche indique la position de l’abri de Vergisson II.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10270/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 3 : Coupe stratigraphique de Vergisson II
Légende La microfaune provient de la couche 2.
Crédits d’après Combier, 2001.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10270/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tab. 1 : Faune du gisement de Vergisson II
Crédits d’après Chaput (2001).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10270/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tab. 2 : Liste de la microfaune recueillie à Vergisson II.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10270/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tab. 3 : Données climatiques des espèces.
Légende 3a/ Potentiel climatique des espèces ; 3b/ Climatologie des stations des plaines d’Europe orientale ; 3c/ Écologie des espèces.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10270/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 4 : Diagramme climatique de l’ensemble des localités regrou­pées des plaines d’Europe orientale, et position relative des données de Vergisson II.
Légende Étoiles pour les températures moyennes maximales et minimales ; triangles pour les précipitations annuelles maximales et minimales ; TMA. = Température Moyenne Annuelle (Vergisson II = 6,1°C ; Plaine d’Europe orientale = 4,4°C)
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10270/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tab. 4 : Indice de continentalité
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10270/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 5 : Vergisson II, estimation de la composition du couvert végétal.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10270/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 6 : Vergisson II, hygrométrie estimée du sol environnant.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10270/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Jeannet*, « Vergisson II (Saône-et-Loire, France) : microfaune et environnement de l’Homme de Néandertal », Quaternaire, vol. 29/3 | 2018, 233-242.

Référence électronique

Marcel Jeannet*, « Vergisson II (Saône-et-Loire, France) : microfaune et environnement de l’Homme de Néandertal », Quaternaire [En ligne], vol. 29/3 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/10270 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaternaire.10270

Haut de page

Auteur

Marcel Jeannet*

Association de Recherche Paléoécologique en Archéologie, Université Claude Bernard-Lyon1, Bâtiment Géode, 2 rue Raphaël Dubois, FR-69622 VILLEURBANNE cedex.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search