Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 29/3Données stratigraphiques et tapho...

Données stratigraphiques et taphonomiques préliminaires des dépôts volcano‑marins associés aux faunes du Quaternaire ancien de Sidi Younès (Aïn Kihal - Aïn Témouchent, Algérie Nord Occidentale) 

Preliminary stratigraphic and taphonomic data of volcano-marine deposits associated with ancient Quaternary faunas of Sidi Younès (Aïn Kihal - Aïn Témouchent, North-Western Algeria)
Yasmina Chaïd Saoudi, Yacine Djediat, Kahina Roumane et Amar Djadoun
p. 287-293

Résumés

Sidi Younès (Oued Saboun-Aïn Kihal- Aïn Témouchent) est un nouveau site du Pléistocène inférieur. Ses dépôts présentent une succession verticale de faciès volcano-marins riches en faunes de grands mammifères. Les niveaux, effusifs et explosifs, distingués dans le locus A de référence s’intègrent au type de volcanisme connu dans la partie méridionale du massif d’Aïn Témouchent. Ce volcanisme est associé à la présence d’un milieu infratidal attestant l’extension de la mer calabrienne. Les différentes altérations physico-chimiques des sédiments et des fossiles apportent des précisions sur leur état de conservation et sur l’évolution diagénétique subie en milieu marin. Les scénarios envisagés supposent une phase précoce en connexion avec la mer et une phase tardive en déconnexion de la zone infratidale avec maintien néanmoins, d’un milieu marin peu profond, agité, sous climat chaud.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à exprimer nos remerciements aux directions de l’Institut d’Archéologie (Université Alger 2) et du Laboratoire de Géodynamique des Bassins Sédimentaires et des Orogènes (Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediène d’Alger) qui nous ont facilité l’accès au terrain. Nous remercions également les professeurs, Aït Ouali Rachid, Louni-Hacini Amina, Benslama Lakhdar, Belkhodja Merioua Leyla, Drarni Amar, Dahoumane Anissa et Amri Kamal pour les fructueuses discussions tant sur le terrain qu’en laboratoire. Nos remerciements vont également aux relecteurs Jean-Paul Raynal, Jean-François Pastre, Évelyne Debard et Martine Faure pour leurs critiques très constructives qui ont largement contribué à l’amélioration de ce manuscrit. Enfin, nous adressons nos sincères remerciements aux étudiants Sitouah Badredine, Sehila Sylia, Azzoug Walid, Brahimi Naïma, Mehidi Dihia et Hadj Naïma pour leur présence sur terrain dans le cadre de leur formation pédagogique.

1 – Introduction

1La découverte des dépôts fossilifères de Sidi Younès remonte au début des années quatre-vingt, lorsqu’une enseignante lyonnaise, Lucienne Dujardin, vit affleurer des ossements au cours d’une prospection avec des membres de la Faculté des Sciences de la Terre d’Oran. Cette découverte resta néanmoins sans suite jusqu’aux années 2000 où ils furent signalés de nouveau au premier auteur de cette publication. Des prospections puis des fouilles furent entreprises entre 2013 et 2016.

2Ce lieu dénommé par les autochtones « Sidi Younès » et « Sidi Younès Saboun el Ardja » tiendrait son origine de la proximité du mausolée du Saint Younès (Sidi Younès), de la couverture blanche du relief (Saboun) et de la sinuosité formée par un méandre (Ardja). Il se trouve dans la partie la plus méridionale du massif d’Aïn Témouchent (fig. 1), un massif volcanique situé dans la zone tellienne externe, à la périphérie des Maghrébides. Les dépôts de Sidi Younès sont volcano-sédimentaires et s’étendent sur les deux rives d’une large paléovallée (fig. 2). Cette dernière est partiellement parcourue aujourd’hui par l’oued Saboun, un bras de l’oued Senane, un des multiples affluents de la Tafna. Les affleurements fossilifères que nous avons dénommés locus A, B et C sont orientés est/ouest.

3Sur le plan de la chronologie, les coulées des appareils méridionaux sont toutes d’âge quaternaire. Les plus anciennes remontent à 1,7 et 1,5 Ma tandis que les plus récentes ont été datées de 0,82 Ma (Coulon et al., 2002). Ces dates correspondent au Pléistocène inférieur.

4Une étude préliminaire (Chaïd Saoudi et al., 2010) montre que la faune est composée de Canis sp., Loxodonta sp., Ceratotherium mauritanicum, Equus sp., Bos sp., Connochaetes sp., Gazella sp. et Hippopotamus cf. sirensis. Cette faune, conservée au Musée de Géologie de la Faculté des Sciences d’Alger, est en cours d’étude et fera l’objet d’une publication ultérieure plus détaillée. Dans cet article, nous nous intéresserons en priorité à la caractérisation sédimentologique et taphonomique des dépôts fossilifères dans le but de comprendre les différents processus diagénétiques subis par les ossements. Pour rappel, la question de la relation faune quaternaire/volcanisme quaternaire, familière en Europe (Raynal et al., 1998; Vernet & Raynal, 2000) et en Afrique sub-saharienne (Hay, 1986; Pickford, 1986; Hunt, 1990), n’a pas encore été développée en contexte algérien.

Fig. 1 : Cadre géologique régional et localisation du site de Sidi Younès.

Fig. 1 : Cadre géologique régional et localisation du site de Sidi Younès.

d’après Megartsi, 1985

Fig. 2 : Modèle numérique de terrain des locus A, B et C.

Fig. 2 : Modèle numérique de terrain des locus A, B et C.

2 - Méthodologie

5Nous décrirons d’abord la séquence lithologique de Sidi Younès. Le locus A, étant le mieux documenté, a servi de référence car les mêmes niveaux ont été observés dans le locus B et aux alentours de l’oued Saboun. Cette première étape est suivie de l’analyse des échantillons des dépôts sur lames minces au microscope polarisant, par diffractométrie RX (méthode des trois pics, logiciel Xpowder) et par granulométrie.

6La lecture verticale ayant été difficile à appréhender comme c’est souvent le cas en stratigraphie volcanique à cause de l’enchevêtrement des dépôts (Hunt, 1990), nous avons opté pour les décapages horizontaux utilisés par les préhistoriens. Ce travail de longue haleine donne cependant l’avantage de mieux distinguer les niveaux azoïques des niveaux fossilifères et de noter les coordonnées géographiques des ossements (X, Y et Z), l’orientation et l’inclinaison du grand axe des pièces pour celles dont le rapport longueur/largeur est supérieur ou égal à deux.

7En granulométrie et lames minces, les sables et cendres meubles ont été décrits en fonction de la taille de leurs constituants (< 2 mm : cendres ; 2 à 64 mm : lapilli ; plus de 64 mm : bombes ou blocs) et de leur induration (Fischer, 1961). Concernant les niveaux bréchiques mixtes, à pyroclastes et épiclastes (niveaux 4 et 7 de la séquence lithologique), nous n’avons pas adopté le terme de tuffites proposé par Le Maitre (2002) en raison de la présence dans ces niveaux d’éléments (ponces et blocs) de calibre supérieur à 64 mm. Pour rappel, ce terme s’applique aux mélanges mixtes dont la proportion de matériel pyroclastique va de 75 à 25 % mais dont la taille moyenne varie entre 4 micromètres et 64 mm.

3 - Stratigraphie

3.1 - Description de la séquence lithologique

8Tous les affleurements sont recouverts d’une fine pellicule de cendres volcaniques, ce qui leur donne un aspect extérieur blanchâtre à gris caractéristique. Ce nappage provient de l’érosion de la couche cendreuse supérieure.

9La séquence lithostratigraphique décrite de bas en haut est la suivante (fig. 3) : (1) une coulée inférieure de lave basaltique mise en évidence dans un sondage de 2 m de profondeur, dégagée à mi-hauteur du locus A Nord d’une quarantaine de centimètres ; (2) une série basaltique finement litée, avec des tephras interstratifiés, que nous séparons de la coulée inférieure bien qu’elle pourrait appartenir au même épisode d’écoulement ; (3) une couche meuble de cendres volcaniques grises, de fraction minéralogique fine à moyenne, avec rares passées ferrugineuses, racines d’arbres et fossiles en connexion anatomique. Elle est dénommée couche à Hippopotamus ; (4) un niveau bréchique très cimenté, à volcanoclastes renfermant également des pierres ponces, des scories basaltiques et des restes de mammifères fossiles ; (5) un niveau argileux-sableux à ripple marks de 2 à 3 cm qui passe à une accumulation de gros galets vers la partie nord du locus A ; (6) une série basaltique finement litée, similaire à celle qui surmonte la lave inférieure ; (7) un autre niveau bréchique, volcanoclastique, également fossilifère, moins compact que le niveau 4, comportant de nombreux blocs ; (8) un niveau de cendres et de poussières volcaniques blanches.

10Dans cette séquence, deux épisodes tour à tour effusifs puis explosifs sont présents. Ils sont séparés par un niveau sableux à ripple marks. Les coulées sont formées de basalte tandis que les niveaux issus des explosions sont d’aspect bréchique, mal délimités, à nombreux volcanoclastes.

Fig. 3 : Séquence lithostratigraphique et lames-minces correspondantes.

Fig. 3 : Séquence lithostratigraphique et lames-minces correspondantes.

3.2 - Description microscopique des dépôts

11L’observation des lames minces de roches au microscope polarisant des échantillons prélevés dans les niveaux 1, 4, 5, 7 et 8 de la colonne lithostratigraphique (fig. 3) montre les caractères suivants :

12- niveau 1 : basalte de la coulée de base présentant un aspect porphyrique, microlithique à rares phénocristaux. Ce basalte est à olivine plus ou moins altérée et oxydée. Présence de clinopyroxènes et minéraux opaques ;

13- niveau 4 : représenté par des calcaires à téphras, avec des pyroclastes encroûtés et non encroûtés, cimentés par de la micrite et de la calcite en mosaïque. On note la présence de nombreux éléments silicoclastiques, d’agrégats et de foraminifères ;

14- niveau 5 : calcaires à pyroclastes, débris anguleux silico-clastiques et foraminifères ;

15- niveau 7 : calcaire ferrugineux à pyroclastes. Silice clastique (quartz) abondante. Foraminifères, agrégats et oncolites ;

16- niveau 8 : correspondant à un calcaire fin à oncolites (micrite dominante).

17L’observation des faciès sur lames minces de roches au microscope polarisant a montré que les échantillons prélevés sont majoritairement des carbonates granulaires cimentés par de la micrite. Elle révèle en outre la présence constante de débris issus d’un volcanisme basaltique qui a affecté ces milieux de sédimentation carbonatée. Les figures de rétraction sont fréquentes et témoignent de phases d’assèchement du milieu pendant la sédimentation dans un environnement marin. Les recristallisations diagénétiques précoces y sont fréquentes et sont souvent concentrées dans des vides intergranulaires secondaires de dissolution des carbonates primaires (micrite) ou de rétraction.

18Des fossiles (foraminifères, débris algaires indéfinis, encroûtements algaires...) sont présents mais difficilement identifiables. Les cendres et lapilli basaltiques issus d’un phréatomagmatisme synsédimentaire actif occupent un volume important dans ces calcaires granulaires. On note aussi la présence de débris silico-clastiques (quartz et débris de quartzites). Une phase argileuse secondaire provenant de l’altération des minéraux fragiles des roches magmatiques a été également mise en évidence. Il s’agit d’hydromicas en baguettes ultramicroscopiques qui soulignent souvent les parois des vides inter- et intragranulaires. Des encroûtements ferrugineux entourent souvent les pyroclastes basaltiques. Ces derniers sont aussi encroûtés par de la micrite secondaire, argument qui plaide en faveur d’un volcanisme synsédimentaire qui dépose ses produits dans un milieu marin inter- à subtidal. Les ooïdes et oncoïdes identifiés dans ces lames renforcent cette hypothèse.

19Les encroûtements algaires à nucléus pyroclastique témoignent d’un séjour dans l’eau de mer des cendres et lapilli projetés. Ce qui nous amène à envisager plusieurs phases d’arrivée de ces matériaux basaltiques déposés par gravité et probablement souvent remaniés par des écoulements météoriques, les vagues ou les courants.

4 - Les niveaux fossilifères

20Les fossiles sont trouvés dans trois types de dépôts correspondant : au niveau à cendres (niveau 3 de la séquence lithostratigraphique), aux brèches à volcanoclastes (niveaux 4 et 7) et au niveau à ripple marks (niveau 5).

4.1 - Le niveau à cinérites et vertébrés (= niveau 3 de la séquence lithostratigraphique)

21Ce niveau à cendres dominantes présente, d’après l’analyse de 32 échantillons, une granulométrie essentiellement fine suivie de sables moyens tandis que les éléments grossiers sont plus rares (fig. 4). Le potentiel hydrogène (pH), compris entre 7,71 et 8,1, témoigne d’un milieu basique favorisant la conservation osseuse. Les carbonates de calcium (CaCO3) sont plutôt faibles, entre 21,05 et 31,8 %. Dans les carrés J13 et K13, plusieurs os complets d’hippopotame semblent en connexion anatomique.

Fig. 4 : Analyse granulométrique du niveau 3.

Fig. 4 : Analyse granulométrique du niveau 3.

4.2 - Les niveaux volcanoclastiques À vertébrés (= niveaux 4 et 7)

22Ces niveaux ont, par contre, livré du matériel faunique surtout isolé, difficilement destructible comme les dents, les petits os du carpe et du tarse, les corps vertébraux tandis que les côtes ou les rares os longs sont fragmentés sur place. Les dents isolées ou enchâssées dans des fragments mandibulaires sont parfois cassées ou déformées. De nombreux os sont brûlés, tous semblent très minéralisés atteignant le degré de dureté 3 (calcite).

23Deux échantillons osseux prélevés dans ces niveaux ont été analysés par spectroscopie RX. La composition minéralogique du premier (fig. 5) provenant du niveau 4 donne : dahlite (Ca5 (PO4, CO3)3F, H2O) : 56,8 %, calcite (CaCO3) : 12,5 % et calcite magnésienne (Ca, Mg) CO3 : 30,2 %. L’échantillon analysé a probablement séjourné dans une eau marine relativement profonde (infratidale, 25-40 m), d’où la cristallisation de la calcite magnésienne à hauteur de 30,2 %. Le second échantillon provenant du niveau 7 présente un aspect lisse sans minéralisation superficielle, ce qui témoignerait, peut-être, de la présence des parties molles au moment du contact avec les produits volcaniques.

24Dans les deux types de couches, les mammifères sont essentiellement des herbivores, de masses moyennes à larges (fig. 6). Les bovidés sont prédominants (44 %) représentés surtout par des alcelaphinés (Connochaetes et Alcelaphus), des antilopinés (Gazella) suivis des hippopotamidés (23 %), des rhinocérotidés (19 %) et des équidés (14 %).

25La plus grande concentration d’ossements est répartie dans les carrés H, I, J, K de 11 à 13 (fig. 7). Les orientations mesurées sur un échantillonnage de 150 os montrent deux directions principales NNE et NE, deux autres secondaires SE et SSE et une dernière NS (fig. 8). Les concentrations les plus importantes semblent orientées dans le sens des écoulements de lave qui, à l’échelle de tous les appareils régionaux, se dirigent vers le nord épousant la direction des lignes de fracture atlasiques. Dans la région la plus méridionale du massif où se trouve le site, la direction des laves des volcans alignés a été rapportée à N60°environ (Megartsi, 1985). En attendant que les travaux sur la fabrique des dépôts à l’échelle du site soient achevés, les autres orientations, peuvent être provisoirement, imputées aux phénomènes météoriques secondaires qui ont retravaillé les dépôts.

26La fracturation des os est à la fois horizontale, abrupte et verticale, différente d’une pièce à l’autre. La part des indéterminés, correspondant surtout à des esquilles est aussi extrêmement importante (fig. 9).

27En dehors des ossements d’hippopotame plus ou moins en connexion, le taux et les types de fragmentation et de déformation osseuse, illustrent bien les très fortes pressions subies par les cadavres d’animaux entraînés puis recouverts lors de la mise en place des dépôts.

Fig. 5 : Analyse par diffractométrie d’un os provenant du niveau 4.

Fig. 5 : Analyse par diffractométrie d’un os provenant du niveau 4.

Fig. 6 : Répartition des fossiles par famille zoologique.

Fig. 6 : Répartition des fossiles par famille zoologique.

Fig. 7 : Distribution en plan des ossements et des pierres du locus A.

Fig. 7 : Distribution en plan des ossements et des pierres du locus A.

Fig. 8 : Histogramme circulaire des orientations du locus A

Fig. 8 : Histogramme circulaire des orientations du locus A

les pourcentages des orientations sont présentés en pas de 10

Fig. 9 : Répartition des os par partie anatomique.

Fig. 9 : Répartition des os par partie anatomique.

4.3 - Le niveau à ripple marks et à microfaune marine (= niveau 5)

28Les rides de courant mises en évidence se superposent au niveau à cendres volcaniques à Hippopotamus (niveau 3 de la séquence) et forment une couche d’environ 2 cm. Celle-ci se prolonge sur une distance d’une dizaine de mètres sur le locus A-sud et se termine au nord de ce niveau sous une accumulation de galets de calibre moyen. Les rides sont symétriques, d’oscillation de faible amplitude. La lame mince des sables à rides (fig. 3) montre la présence d’épines d’échinodermes, de menus fragments d’algues, de bivalves, d’une globigérine en très mauvais état de conservation.

29Par leur formation et par les débris d’échinodermes et de bivalves qu’elles renferment, les rides de vagues confirment encore une fois, la présence de la mer à Sidi Younès. Cette mer était relativement peu profonde du fait que les rides ne se forment pas dans les fonds de plus de 200 m (Oulianoff, 1961), mais aussi parce que le déplacement des grains de sable aussi fins que ceux que nous avons mis en évidence dans ce niveau (soit 0,4 mm de diamètre) n’exige d’après W.H. Bucher (1919) qu’une vitesse de courant d’environ 26 cm/s.

5 - Commentaires

30Ces premières analyses font ressortir quelques données importantes sur la mise en place des dépôts fossilifères.

31Sur le plan stratigraphique, les huit niveaux individualisés dans la succession lithologique, observés également dans les locus B et C, concordent avec les types d’activités volcaniques reconnues à l’échelle des centres éruptifs méridionaux. Il s’agit du type phréatomagmatique dominant et du type strombolien (Gentil, 1902 ; Guardia, 1975 ; Megartsi, 1985 ; Tabeliouna, 2000) qui ont donné lieu à un important volume de laves basaltiques, de cendres, de bombes, de lapilli. Ces dépôts sont parfois lités ou montrent un aspect bréchique. Ils reposent sur un substratum miocène, synchro-nappes (Bellon & Guardia, 1980). Les centres d’émission les plus proches dont proviendrait le matériel volcanique étudié, seraient les dômes de Gueriane (584 m) et surtout celui de Hamar el Makla (493 m) qu’une centaine de mètres seulement sépare du Locus A (360 m, fig. 2). Ses effusions à olivine affleurent un peu partout autour de l’oued Kihal. Sur le plan de la chronologie des coulées, l’appareil de Hamar el Makla en a émis deux : une coulée inférieure porphyrique et une coulée supérieure aphyrique (Tabeliouna, 2000). À Sidi Younès, c’est la première coulée qui est identifiée (niveau 1).

32Attestée par l’étude couplée des lames minces et de la diffractométrie RX mais aussi par les ripple marks et la microfaune, la présence d’une mer est mise en évidence. Le caractère « phréatomagmatique » est ainsi dû, non pas à un contact de la lave avec une nappe phréatique souterraine ou un lac, mais bien avec une mer relativement profonde dont l’étendue jusqu’à Sidi Younès est pour la première fois mise en évidence. Rappelons que P. Guardia (1975) l’atteste beaucoup plus au nord, dans les vallées du Hallouf et de Chaâbet el Ham. Au Pliocène, le cycle marin était plus régressif, n’atteignant pas le massif de Aïn Témouchent, et il faut remonter jusqu’à la fin du Miocène pour voir la mer messinienne le recouvrir complétement (Perrodon, 1957).

33Sur le plan de la chronologie, P. Guardia (1975) associe la mer calabrienne à son premier épisode marin plio-quaternaire, le second étant un épisode dunaire. Ceci va dans le sens des datations du volcanisme méridional (Coulon et al., 2002) et de la mise en évidence, à la base de la séquence stratigraphique, de la première coulée à basalte porphyrique du dôme de Hamar el Makla.

34Bien que les ossements soient plus nombreux dans les niveaux bréchiques, la conservation d’os de mammifères complets et en connexion anatomique n’a été observée que dans les niveaux cendreux très fins à pH équilibré. Dans de nombreux endroits où elles sont tombées, ces cinérites ont contribué au développement des sols alcalins, accélérant, comme ici, les processus de minéralisation et de conservation des os (Hay, 1986 ; Pickford, 1986 ; Hunt, 1990).

35Avant d’être définitivement ensevelis, les ossements de mammifères ont subi plusieurs phénomènes d’altération physico-chimique que nous pouvons résumer en deux phases diagénétiques.

  1. Une diagenèse précoce qui se produit en connexion avec une tranche d’eau marine (présence de calcite magnésienne, bioclastes, etc., niveaux 4 et 5 de la séquence stratigraphique). Sidi Younès est immergé. Le volcan de Hamar el Makla est en éruption.

  2. Une diagenèse tardive avec déconnexion de la zone marine infratidale mais maintien, néanmoins, d’un milieu marin peu profond, agité sous climat chaud (présence d’oncolites, porosité secondaire due à la disparition des débris encroûtés, etc., niveaux 7 et 8).

6 - Conclusion

36La région de Sidi Younès est l’une des rares en Algérie où des ossements de grands vertébrés sont associés à des dépôts volcano-marins quaternaires, ce qui en fait un secteur de référence du point de vue chronologique. La succession lithostratigraphique du locus A comprend 8 niveaux individualisés de produits volcaniques probablement sédimentés dans un milieu marin littoral intertidal, voire infratidal. Leur étude en lames minces a révélé un matériel largement dominé dans sa fraction sédimentaire par des encroûtements algaires et de la microfaune et dans lequel de nombreux volcanoclastes se sont déposés.

37Ce volcanisme, d’âge quaternaire, a eu pour effet de produire une abondante quantité de matériel, avec pour conséquence probable un retrait d’une mer calabrienne qui, d’après la microfaune et les résultats de l’analyse diffractométrique des os, s’étendait auparavant jusqu’à Sidi Younès. Des explosions et des coulées de cendres ont pu être à l’origine de la mort de ces mammifères dont la plupart ont subi un déplacement dans le sens des écoulements et une dislocation plus ou moins importante des différentes parties anatomiques. Le dernier épisode de cendres volcaniques a définitivement scellé les épisodes précédents rendant toute vie impossible.

Haut de page

Bibliographie

BELLON H. & GUARDIA P., 1980 - Le volcanisme alcalin plio-quaternaire d’Algérie occidentale. Etude radiométrique et paléomagnétique. Revue de Géologie Dynamique et de Géographie Physique, 22 (3), 213-222.

BUCHER W.H., 1919 - On ripples and related sedimentary surface forms and their paleogeographic interpretation, part 1. American Journal of Science, 47 (279), 149-210.

CHAÏD SAOUDI Y., MAHBOUBI M. & TABELIOUNA M., 2010 - Les mammifères Pléistocènes de Sidi Younès (Aïn Témouchent, Algérie Nord Occidentale) : premières découvertes. Mémoires du Service Géologique National (Algérie), 17, 101-106.

COULON C., MEGARTSI M., FOURCADE S., MAURY R.C., BELLON H., LOUNI-HACINI A., COTTEN J., COUTELLE A. & HERMITTE D., 2002 - Post-collisional transition from calc-alkaline to alkaline volcanism during the Neogene in Oranie (Algeria): magmatic expression of a slab breakoff. Lithos, 62 (3-4), 87-110.

FISCHER R.V., 1961 - Proposed classification of volcaniclastic sediments and rocks. Geological Society of America Bulletin, 72 (9), 1409-1414.

GENTIL L., 1902 - Esquisse stratigraphique et pétrographique du bassin de la Tafna, (Algérie). Thèse de Doctorat, Université de Paris, Paris, 536 p.

GUARDIA P., 1975 - Géodynamique de la marge alpine du continent africain d’après l’étude de l’Oranie Occidentale. Thèse de Doctorat d’État, Université de Nice, Nice, 289 p.

HAY R.L., 1986 - Role of tephra in the preservation of fossils in Cenozoic deposits of East Africa. In L.E. Frostick, R.W. Renaut, I. Reid & J.J. Tiercelin (eds.), Sedimentation in the African Rifts. Special publication - Geological Society of London, 25. Blackwell Scientific, Oxford, 339-344.

HUNT R.M. Jr, 1990 - Taphonomy and sedimentology of Arikaree (lower Miocene) fluvial, eolian and lacustrine paleoenvironments, Nebraska and Wyoming; A paleobiota entombed in fine-grained volcaniclastic rocks. In M.G. Lockley & A. Rice (eds.), Volcanism and fossil biotas. Special Paper - Geological Society of America, 244. Geological Society of America, Boulder, 69-111.

LE MAITRE R.W. (ed.), 2002 Igneous rocks: a classification and glossary of terms : recommendations of the International Union of Geological Sciences, Subcommission on the systematics of igneous rocks, 2nd ed. Cambridge University Press, Cambridge, 236 p.

MEGARTSI M., 1985 - Le volcanisme mio-plio-quaternaire de l’Oranie nord-occidentale. Géologie, pétrologie, géodynamique. Thèse de Doctorat d’État, Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediène, Alger, 296 p.

OULIANOFF N., 1961 - Rides sous-marines (ripple marks). Un problème de sédimentologie. Bulletin de la Société Vaudoise des Sciences Naturelles, 67 (305), 551-562.

PERRODON A. 1957 - Etude géologique des bassins néogènes sublittoraux de l’Algérie occidentale. Bulletin - Service de la carte géologique de l’Algérie, 12. Service de la Carte Géologique de l’Algérie, Alger, 328 p.

PICKFORD M., 1986 - Sedimentation and fossil preservation in the Nyanza Rift System, Kenya. In L.E. Frostick, R.W. Renaut, I. Reid & J.J. Tiercelin (eds), Sedimentation in the African Rifts. Special Publication - Geological Society of London, 25. Blackwell Scientific, Oxford, 345-362.

RAYNAL J.-P., VERNET G. & VIVENT D., 1998 - Des volcans et des hommes depuis le dernier interglaciaire en Basse Auvergne (Massif Central, France). In C. Albore-Livadie & F. Ortolani (eds.), Il sistema uomo-ambiente : tra passato e presente. Territorio Storico e Ambiente, 1. Edipuglia, Bari, 197-220.

TABELIOUNA M., 2000 - Etude dynamique, pétrographique et géochimique des laves basaltiques plio-quaternaires du massif d’Aïn Témouchent. Géologie, Pétrologie-Structurologie. Mémoire de Magister, Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediène, Alger, 118 p.

VERNET G. & RAYNAL J.-P., 2000 - Un cadre téphrostratigraphique réactualisé pour la préhistoire tardiglaciaire et holocène de Limagne (Massif Central, France). Comptes Rendus de l’Académie des Sciences. Série 2, Sciences de la Terre et des Planètes, 330, 399-405.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Cadre géologique régional et localisation du site de Sidi Younès.
Crédits d’après Megartsi, 1985
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10450/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 2 : Modèle numérique de terrain des locus A, B et C.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10450/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 3 : Séquence lithostratigraphique et lames-minces correspondantes.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10450/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 4 : Analyse granulométrique du niveau 3.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10450/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 5 : Analyse par diffractométrie d’un os provenant du niveau 4.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10450/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 6 : Répartition des fossiles par famille zoologique.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10450/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 7 : Distribution en plan des ossements et des pierres du locus A.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10450/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 8 : Histogramme circulaire des orientations du locus A
Légende les pourcentages des orientations sont présentés en pas de 10
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10450/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 9 : Répartition des os par partie anatomique.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/10450/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yasmina Chaïd Saoudi, Yacine Djediat, Kahina Roumane et Amar Djadoun, « Données stratigraphiques et taphonomiques préliminaires des dépôts volcano‑marins associés aux faunes du Quaternaire ancien de Sidi Younès (Aïn Kihal - Aïn Témouchent, Algérie Nord Occidentale)  », Quaternaire, vol. 29/3 | 2018, 287-293.

Référence électronique

Yasmina Chaïd Saoudi, Yacine Djediat, Kahina Roumane et Amar Djadoun, « Données stratigraphiques et taphonomiques préliminaires des dépôts volcano‑marins associés aux faunes du Quaternaire ancien de Sidi Younès (Aïn Kihal - Aïn Témouchent, Algérie Nord Occidentale)  », Quaternaire [En ligne], vol. 29/3 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/10450 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaternaire.10450

Haut de page

Auteurs

Yasmina Chaïd Saoudi

Institut d’Archéologie, Université des sciences Humaines Alger 2, Bouzaréah, Alger. Courriel : Chaid_saoudi@yahoo.fr ; Laboratoire de Géodynamique des Bassins Sédimentaires et des Orogènes, Faculté des Sciences de la Terre, de Géographie et de l’Aménagement du Territoire, Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediène, Alger.

Yacine Djediat

Laboratoire de Géodynamique des Bassins Sédimentaires et des Orogènes, Faculté des Sciences de la Terre, de Géographie et de l’Aménagement du Territoire, Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediène, Alger.

Kahina Roumane

Institut d’Archéologie, Université des sciences Humaines Alger 2, Bouzaréah, Alger.

Amar Djadoun

 Laboratoire de Géophysique, Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediène, Alger.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search