Navigation – Plan du site

L’intérêt archéo‑entomologique des anciens puits : le paléoenvironnement du Clos-Paul à l’époque gallo‑romaine, reconstruit par l’analyse des Coléoptères fossiles (Charleville‑Mézières, Ardennes)

The archaeo‑entomological interest of ancient wells: Gallo‑roman palaeoenvironment at Clos‑Paul reconstructed from Coleopteran remains (Charleville‑Mézières, Ardennes)
Philippe Ponel, Jean‑Hervé Yvinec, Valérie Andrieu‑Ponel et Jérôme Marian
p. 347-361

Résumés

L’analyse d’assemblages de Coléoptères fossiles (et plus généralement d’insectes) contenus dans le remplissage sédimentaire d’anciens puits se prête bien à l’élaboration de reconstructions paléoenvironnementales extrêmement précises car ces structures piègent en grande quantité les insectes épigés mobiles et beaucoup d’insectes volants. De plus, contrairement aux sites naturels, les assemblages d’insectes accumulés au fond des puits ne contiennent aucun élément lié au site de dépôt lui-même car les Coléoptères ne peuvent coloniser durablement ce type de milieu. Les assemblages issus de puits contiennent donc essentiellement une faune de Coléoptères qui reflète les environs immédiats de la structure étudiée, alors que les assemblages issus de sites naturels sont parfois majoritairement composés de taxons aquatiques ou ripicoles, qui brouillent l’image de l’environnement extra-local. Par ailleurs, dans de telles structures les conditions taphonomiques sont le plus souvent très favorables à une conservation de longue durée des fragments de Coléoptères. L’exemple du puits gallo-romain du Clos‑Paul montre à quel point les assemblages de Coléoptères peuvent être riches et diversifiés, et de ce fait peuvent donner une image très précise du paléoenvironnement. Ce puits était situé dans une ambiance forestière très marquée, suggérée par l’écrasante domination des Coléoptères xylophages, saproxylophages et sciaphiles, et non dans un environnement ouvert de type prairie, comme on pouvait s’y attendre pour une structure qui aurait pu servir à abreuver des troupeaux.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

1 - Introduction
2 - Le site d’étude : le « Clos-Paul » et « le Triot du Sart »
3 - Le puits FT212
4 - Matériel et méthodes : prélèvements, traitement du sédiment, extraction des restes d’insectes et interprétation des assemblages
5 - Résultats
5.1 - Les taxons aquatiques
5.2 - Les taxons synanthropes
5.3 - Les taxons coprophages/coprophiles/nitrophiles
5.4 - Les taxons forestiers
5.5 - Les taxons indicateurs de plantes hôtes particulières
5.6 - Les taxons indicateurs de conditions climatiques particulières
5.7 - Caractéristiques des échantillons et dynamique de remplissage
6 - Discussion
6.1 - Comparaison avec les données dendrologiques, carpologiques et bryologiques
6.2 - Comparaison avec le puits de Wilsford (Wiltshire, Angleterre)
7 - Conclusions

Aperçu du texte

1 - Introduction

La possibilité d’étudier des assemblages d’insectes, et en particulier de Coléoptères, issus de puits fouillés au cours de recherches archéologiques est une circonstance assez exceptionnelle. Lorsque ces assemblages sont taxonomiquement riches et diversifiés, c’est pourtant un contexte qui offre l’opportunité de reconstruire avec une excellente précision l’ancien environnement et les activités humaines passées autour du site de dépôt. Ces assemblages associés aux sédiments accumulés au fond de puits présentent diverses caractéristiques intéressantes en archéoentomologie. Ils sont le plus souvent composés de restes d’insectes en très bon état de conservation car les conditions taphonomiques y sont optimales. Ces bonnes conditions résultent de la stabilité des conditions de dépôt et de l’absence d’assèchement périodique qui pourrait conduire à une dégradation des fragments chitineux sous l’effet de phénomènes d’oxydation. Enfin, les assemblages issus de puits présenten...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Ponel, Jean‑Hervé Yvinec, Valérie Andrieu‑Ponel et Jérôme Marian, « L’intérêt archéo‑entomologique des anciens puits : le paléoenvironnement du Clos-Paul à l’époque gallo‑romaine, reconstruit par l’analyse des Coléoptères fossiles (Charleville‑Mézières, Ardennes) », Quaternaire, vol. 29/4 | 2018, 347-361.

Référence électronique

Philippe Ponel, Jean‑Hervé Yvinec, Valérie Andrieu‑Ponel et Jérôme Marian, « L’intérêt archéo‑entomologique des anciens puits : le paléoenvironnement du Clos-Paul à l’époque gallo‑romaine, reconstruit par l’analyse des Coléoptères fossiles (Charleville‑Mézières, Ardennes) », Quaternaire [En ligne], vol. 29/4 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/10602 ; DOI : 10.4000/quaternaire.10602

Haut de page

Auteurs

Philippe Ponel

 Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie marine et continentale (IMBE), Aix Marseille Université, Université d’Avignon, CNRS, IRD, Technopôle Arbois-Méditerranée, Bât. Villemin, BP 80, FR-13545 AIX-EN-PROVENCE cedex 04. Courriel : philippe.ponel@imbe.fr

Articles du même auteur

Jean‑Hervé Yvinec

 CRAVO, 17 rue James de Rothschild, FR-60200 COMPIÈGNE. Courriel : jhyvinec@free.fr

Valérie Andrieu‑Ponel

 Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie marine et continentale (IMBE), Aix Marseille Université, Université d’Avignon, CNRS, IRD, Technopôle Arbois-Méditerranée, Bât. Villemin, BP 80, FR-13545 AIX-EN-PROVENCE cedex 04. Courriel : valerie.andrieu‑ponel@imbe.fr

Jérôme Marian

 Cellule départementale d’Archéologie des Ardennes, Conseil départemental des Ardennes, Direction de l’Éducation et de la Culture, Service Culture et Patrimoine, Hôtel du Département, CS 20001, FR-08011 CHARLEVILLE-MÉZIÈRES cedex. Courriel : jerome.marian@cd08.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals