Navigation – Plan du site
analyses d'ouvrages

Jean-Philip Brugal (dir.) : TaphonomieS. Ouvrage du Groupement de recherches 3591 « Taphonomie, Environnement et Archéologie »

CNRS-INEE. Éditions des archives contemporaines, Paris, Collection « Sciences archéologiques », 2017
Jean-Baptiste Mallye
p. 113
Référence(s) :

Jean-Philip Brugal (dir.) : TaphonomieS. Ouvrage du Groupement de recherches 3591 « Taphonomie, Environnement et Archéologie », CNRS-INEE. Éditions des archives contemporaines, Paris, Collection « Sciences archéologiques », 2017, 536 p., 67 €. ISBN : 9782813002419

Texte intégral

1Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne s’agit pas d’un manuel sur la taphonomie mais sur LES taphonomies dans le sens le plus large de l’acceptation de ce terme.

2Jean-Philip Brugal a ici su fédérer quarante-cinq chercheurs délivrant près d’une trentaine de contributions sur des études en taphonomie.

3Après une partie introductive, l’ouvrage est décliné en six parties. La première s’attache à décrire les modalités de conservation et de transformation des vestiges par une étude, à l’échelle microscopique, des biominéraux. La deuxième partie est consacrée largement aux processus de formation des sites fossiles à travers l’étude de la mise en place des sédiments et des nappes de vestiges ainsi que des modifications post-dépositionnelles des productions lithiques. La troisième partie, très vaste, traite de la taphonomie des restes d’homininés. Ici, les modalités de dépôt des corps et leur évolution (décomposition) dans l’espace et le temps sont abordées à travers différents exemples. La quatrième partie se penche sur l’étude des bio-marqueurs végétaux issus du registre fossile qui contribuent, malgré leur grande fragilité, à documenter la chronologie des changements climatiques et l’évolution des paléoenvironnements végétaux qu’ils soient naturels ou du fait de l’anthropisation des milieux.

4La cinquième partie aborde quant à elle les travaux développés en taphonomie conjointement à la prédation animale. La contribution des différents agents est ici dépeinte en termes d’accumulations osseuses, de modifications des tissus et enfin en termes de comportements de subsistance humaine. Enfin, la dernière partie offre plusieurs contributions qui n’abordent pas directement la taphonomie au sens efremovien du terme mais plus en lien avec la paléoécologie.

5Ces différents travaux brossent ainsi un très large éventail de compétences ayant pour point commun de s’interroger sur les processus qui ont présidé à la découverte de divers matériaux permettant de documenter l’histoire de l’humanité depuis ses origines. La richesse de l’ouvrage demeure dans la multiplicité des approches développées parallèlement à l’étude des matériaux de travail. Os, dents, bois végétal et bois animal, insectes, graines et grains de pollen, sédiments, vestiges lithiques ou produits de consommation humaine, on ne peut qu’apprécier comment, en quelques décennies, la taphonomie définie par Efremov a su sensibiliser autant de disciplines travaillant sur les archives du passé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Mallye, « Jean-Philip Brugal (dir.) : TaphonomieS. Ouvrage du Groupement de recherches 3591 « Taphonomie, Environnement et Archéologie » », Quaternaire, vol. 30/1 | 2019, 113.

Référence électronique

Jean-Baptiste Mallye, « Jean-Philip Brugal (dir.) : TaphonomieS. Ouvrage du Groupement de recherches 3591 « Taphonomie, Environnement et Archéologie » », Quaternaire [En ligne], vol. 30/1 | 2019, mis en ligne le 02 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/11629

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals