Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 21/3Évolution climatique durant le Pl...

Évolution climatique durant le Pléistocène supérieur en Catalogne (nord-est de l’Espagne) d’après l’étude des micromammifères

Late pleistocene climatic evolution in Catalonia (Northeastern Spain) from the small-mammals association
Juan Manuel López‑García et Gloria Cuenca‑Bescós
p. 475-484

Résumés

Nous étudions ici les changements climatiques qui peuvent être déduits d’après l’évolution des associations de micromammifères, durant le Pléistocène supérieur (ca. 125-10 ka) de trois grottes (Cova del Gegant, Cova de l’Arbreda, Cova Colomera) et un abri (Abric Romaní) situés dans la région de Catalogne (nord-est de l’Espagne). Nous utilisons la méthode de l’aire climatique commune (Mutual Climatic Range) afin d’obtenir des données climatiques quantitatives. Les données climatiques ainsi obtenues permettent d’observer des variations de températures et de précipitations pendant la plus grande partie du Pléistocène supérieur et de les comparer avec le climat actuel de cette région de la péninsule ibérique.

Haut de page

Texte intégral

Nous souhaitons remercier le Dr. Julio Gómez-Alba, conservateur du Museu de Geologia de Barcelona, pour nous permettre d’étudier les restes de la Cova del Gegant, aux Pr. Eudald Carbonell et Artur Cebrià, directeurs des fouilles de l’Abric Romaní, aux Pr. Narcís Soler, Dr. Joaquim Soler et Dr. Julià Maroto, directeurs de la Cova de l’Arbreda et F. Xavier Oms, directeur de la Cova Colomera pour nous permettre d’étudier les restes des micromammifères et au Dr. Hugues-Alexandre Blain pour la relecture, commentaires et corrections du manuscrit. On veut remercier le Dr. Emmanuel Desclaux et la Dra. Christiane Denys qui nous ont aidés à améliorer notre manuscrit par leurs commentaires. Cet article fait partie des projets ministériels PO BOS 2003-8938, DGI CGL 2006-13532-C03-01-02.

1 - Introduction

1Nous présentons dans ce travail les changements climatiques durant le Pléistocène supérieur (125-10 ka BP) de trois grottes et un abri situés dans la région de Catalogne (nord-est de l’Espagne) (fig. 1). La première localité est la Cova del Gegant située sur la côte littorale catalane à 40 km au sud de Barcelone, entre les villes de Sitges et de Vilanova i la Geltrú, daté par biostratigraphie (principalement d’après les rongeurs) entre ca. 60 et 90ka BP, c’est-à-dire du final du SIM 5 – SIM 4 (Viñas & Villalta, 1975; López-García et al., 2008). La deuxième localité est l’Abric Romaní, située dans la chaîne prélittorale catalane, 40 km au nord-est de Barcelone, 310 m au-dessus du niveau de la mer (s.l.m.), avec une datation Uranium/Thorium comprise entre 58,6 et 44,4 ka durant le SIM 4-3 et une séquence culturelle moustérienne (Carbonell, 2002; Bishoff et al., 1988). La troisième localité est la Cova de l’Arbreda, située au nord de la ville de Girone dans le bassin lacustre de Banyoles-Basalú, 200 m s.l.m., avec une datation 14C comprise entre 40,4 et 17,7 ka BP dans le SIM 2 et une séquence culturelle allant du Moustérien au Solutréen (Soler &Maroto, 1987; Maroto et al., 1996). La quatrième localité est la Cova Colomera, située à la limite occidentale de la Catalogne dans la Sierra du Montsec (Pré-Pyrénées de Lleida) 670 m s.l.m., sans datations radiométriques mais avec une association de micromammifères typique de la fin du Pléistocène supérieur (SIM 2; Oms et al., 2008).

2La Catalogne possède actuellement un climat méditerranéen, avec toutefois de grandes variations de température entre le climat doux de la zone littorale (avec des hivers tempérés et des étés très chauds), le climat continental méditerranéen de l’intérieur (avec des hivers froids et des étés très chauds) et le climat de haute montagne de la zone pré-pyrénéenne, avec des minimums au-dessous de zéro, d’abondantes chutes de neige en hiver, des précipitations annuelles supérieures à 1000 mm et des étés moins chauds.

3Pour reconstituer l’évolution du climat pendant le Pléistocène supérieur, nous utilisons la méthode de l’aire climatique commune (Mutual Climatic Range = MCR) afin d’obtenir des données climatiques quantitatives (voir Blain et al., 2009). Cette méthode consiste à définir la zone géographique (subdivisé en carrés UTM 10 x 10km) où vit actuellement l’ensemble des espèces de micromammifères décrits dans un gisement, en se basant sur les atlas de distribution des mammifères ibériques (Palombo & Gisbert, 2005) et d’estimer les paramètres climatiques de cette zone plus ou moins étendue à l’aide de cartes climatiques de la péninsule ibérique (données établies sur une durée de 30 ans; Font-Tullot, 1983, 2000). Les données climatiques quantitatives ainsi obtenues permettent d’observer les variations de températures et de précipitations pendant la plus grande partie du Pléistocène supérieur et de les comparer avec le climat actuel de cette région de la Péninsule Ibérique.

Fig. 1: Localisation des différents sites étudiés en Catalogne (Espagne).

Fig. 1: Localisation des différents sites étudiés en Catalogne (Espagne).

1. Cova del Gegant, 2. Abric Romaní, 3. Cova de l’Arbreda, 4. Cova Colomera.

2 - Matériel et méthodes

4Les restes de micromammifères, comme les autres petits vertébrés ont été récupérés par lavage-tamisage sous l’eau du sédiment récupéré lors de la fouille avec des tamis de 4 et 0,5 mm. Ensuite, les résidus de lavage sont transportés au laboratoire de l’Institut de Paleocologia Humana i Evolució Social (IPHES) de la Universitat Rovira i Virgili (Tarragone) où les restes de micromammifères et autre petits vertébrés sont triés à l’aide d’une loupe binoculaire sous faible grossissement.

5L’identification des restes de micromammifères a été réalisée grâce à une loupe binoculaire (OLYMPUS SZ‑11 et OLYMPUS SZ-40), avec un appareil photographique (INFINITY X), qui permet de traiter les images digitales avec le programme informatique (Dpx View Pro), permettant la réalisation des mesures nécessaires à l’identification des restes.

6D’autre part, nous avons utilisé plusieurs travaux compilés dans López-García (2008) comme support pour l’identification. Les données sur la chorologie des espèces proviennent de Palombo & Gisbert (2005). La classification taxonomique des espèces de micromammifères est faite selon Mckenna & Bell (1997) et Wilson & Reeder (2005).

3 - Taphonomie

7La taphonomie peut avoir influencé l’accumulation des petits mammifères dans les localités étudiées. D’après la méthode taphonomique proposée par Andrews (1990), les chouettes en particulier peuvent avoir été les responsables des accumulations de micromammifères. Les rapaces nocturnes sont des prédateurs opportunistes et leurs proies sont représentatives des faunes de l’environnement immédiat (Pokines, 1998). Du fait que nous n’avons pas observé de digestion de forte intensité sur notre matériel, il est probable (en accord avec les travaux de Andrews, 1990) que le prédateur responsable de l’accumulation dans les gisements soit un rapace nocturne de catégorie 1 (sensu Andrews, 1990), connue pour les prédateurs opportunistes qui la constituent. Cependant, les restes fossiles de chauves-souris et porcs-épics, espèces connues pour fréquenter les grottes, peuvent être liés plus à une mortalité in-situ que par l’activité d’un prédateur.

4 - Gisements et résultats

4.1 - Cova del Gegant

8La Cova del Gegant se trouve dans le massif del Garraf, un système montagneux avec une altitude inférieure à 600 m et comportant un vaste réseau karstique formé dans les calcaires et les dolomies marines du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur. Le remplissage sédimentaire quaternaire (90 cm) de cette cavité est composé par quatre niveaux d’argile rouge et de boues sombres (Viñas & Villalta, 1975; Masriera González, 1975). Les premières fouilles de cette cavité ont été réalisées par Casanovas en 1954 (Casanovas, 2004-2005). En 1974 et 1975 les fouilles ont été menées par la Section d’Écologie du Quaternaire de l’Institut Jaume Almera (Barcelona, C.S.I.C) sous la direction de R.Viñas et J.F. Villalta. En grande partie, le matériel provient de ces fouilles (Viñas & Villalta, 1975), et aussi des fouilles réalisées en 1985, par les membres du «Centre d’Investigacions Paleoeco-Socials de la Universitat de Girona» (Martínez et al., 1985). Les restes archéologiques sont composés par des industries en silex appartenant au techno-complexe Moustérien (Mir, 1975; Martínez et al., 1985). Ont été identifié aussi de nombreux restes de grands mammifères comme Equus caballus, Stephano- rinus hemitoechus, Crocuta crocuta et Panthera pardus (Viñas & Villalta, 1975). En plus, la récente description par Daura et al. (2005) d’une mandibule attribuée à Homo neanderthalensis, trouvée par Casanovas en 1954 (Casanovas, 2004-2005) et conservée dans les collections des Archives municipales de Sitges, a suscité un intérêt nouveau pour l’étude de cette localité.

9Les restes de micromammifères de la Cova del Gegant proviennent des campagnes de fouilles des années 1970 dirigées par R. Viñas (Viñas & Villalta, 1975) et déposées au Museu de Geologia de Barcelona. Nous étudions ici 151 restes de petits mammifères. Les micromammi- fères de cette localité comprennent les espèces suivantes: Crocidura russula, Sorex gr. coronatus-araneus, Talpa europaea, Erinaceus europaeus, Rhinolophus ferrume- quinum, Myotis myotis-blythii, Miniopterus schreibersii, Microtus arvalis, Microtus agrestis, Iberomys cabrerae, Terricola duodecimcostaus, Terricola cf. pyrenaicus, Apodemus sylvaticus, Eliomys quercinus et Hystrix cf. (Achantion) brachyura - vinogradovi (tab. 1; fig. 2)

10L’association des micromammifères de la Cova del Gegant est dominée par des taxons liés aux forêts peu denses (forêt méditerranéenne) et aux environnements plus ouverts comme Apodemus sylvaticus, Eliomys quercinus, Hystrix (A) cf. brachyura-vinogradovi, Terricola duodecimcostatus, Crocidura russula, Microtus agrestis et Erinaceus europaeus qui représentent 58 % de l’ensemble de l’association. En même temps, l’association se caractérise par la bonne représentation des espèces de milieux humides comme Iberomys cabrerae, Microtus agrestis, Sorex gr. coronatus-araneus et Talpa europaea qui représentent 24 % du total de l’association et qui sont actuellement absents de la zone du Massis del Garraf (fig. 3).

11L’intersection (MCR) de l’association des micromammifères donne une température moyenne annuelle (TMA) pour Cova del Gegant durant le Pléistocène supé- rieur légèrement plus froide (-2,7 ºC) que l’actuel (TMABarcelona = 15.3 ºC, données de la station météorologique de l’Aéroport de Barcelone d’après Font-Tullot, 2000), avec les étés tempérés ( 1,7 ºC), les hivers rigou- reux (-5,3 ºC) et une précipitation moyenne annuelle supérieure (+ 350 mm) à l’actuel (PMABarcelona =659 mm), en maintenant le caractère méditerranéen du climat (tab. 2; fig. 4).

Tab. 1: Nombre de Restes (NR) et Nombre Minimum d’Individus (NMI) des espèces de micromammifères représentées dans les gisements.

Tab. 1: Nombre de Restes (NR) et Nombre Minimum d’Individus (NMI) des espèces de micromammifères représentées dans les gisements.

Fig. 2: Micromammifères des sites étudiés.

Fig. 2: Micromammifères des sites étudiés.

1. Maxillaire de Crocidura russula de la Cova Colomera (vue occlusale), 2. Condyle articulaire de Sorex gr. coronatus-araneus de la Cova del Gegant (vue postérieure), 3. Fragment d’humerus de Talpa europaea de l’Abric Romaní, 4. Mandibule de Myotis myotis de la Cova del Gegant (vue labial), 5. Mandibule de Nyctalus lasiopterus de l’Abric Romaní (vue occlusale), 6. Mandibule de Barbastella barbastellus de la Cova Colomera (vue occlusale), 7. Mandibule de Pipistrellus pipistrellus de l’Abric Romaní (vue labiale), 8. Mandibule de Miniopterus schreibersii de la Cova del Gegant (vue labiale), 9. Première molaire inférieure d’Iberomys cabrerae de la Cova del Gegant (vue occlusale), 10. Première molaire inférieure de Microtus agrestis de la Cova del Gegant (vue occlusale), 11. Première molaire inférieure de Terricola duodecimcostatus de la Cova del Gegant (vue occlusale), 12. Première molaire inférieure d’Arvicola sapidus de l’Abric Romaní (vue occlusale), 13. Première molaire supérieure d’Apodemus sylvaticus de l’Abric Romaní (vue occlusale).

Fig. 3: Représentation des micromammifères groupés par habitat en pourcentage d’après le Nombre Minimum d’Individus.

Fig. 3: Représentation des micromammifères groupés par habitat en pourcentage d’après le Nombre Minimum d’Individus.

1.Cova del Gegant, 2. Abric Romaní, 3. Cova de l’Arbreda, 4. Cova Colomera.

Tab.2: Rapport entre les températures et les précipitations par niveaux de la Cova del Gegant,l’Abric Romaní,la Cova de l’Arbreda et la Cova Colomera.

Tab.2: Rapport entre les températures et les précipitations par niveaux de la Cova del Gegant,l’Abric Romaní,la Cova de l’Arbreda et la Cova Colomera.

TMA: température moyenne annuelle, TMC: température moyenne du mois le plus chaud, TMF: température moyenne du mois le plus froid, PMA: précipitation moyenne annuelle, M.: moyenne, Min: minimum, Max: maximum, SD: Déviation standard.

Fig. 4:Température et précipitations pour le Pléistocène supérieur de Catalogne d’après les sites étudiés.

Fig. 4:Température et précipitations pour le Pléistocène supérieur de Catalogne d’après les sites étudiés.

G: Cova del Gegant, RO: Abric Romaní niveau O, RN: Abric Romaní niveau N, RJ: Abric Romaní niveau J, RE: Abric Romaní niveau E, RD: Abric Romaní niveau D, AM: Cova de l’Arbreda Moustérien, AA: Cova de l’Arbreda Aurignacien, AG: Cova de l’Arbreda Gravettien, AS: Cova de l’Arbreda Solutréen, CC: Cova Colomera. TMA: température moyenne annuelle, TMC: température moyenne du mois le plus chaud, TMF: température moyenne du mois le plus froid, PMA: précipitation moyenne annuelle. H: Evénement de Heinrich. La numération correspond à la différence entre la température et la précipitation calculée dans nos gisements en relation avec les températures et les précipitations actuelles des différentes zones où se situent les gisements.

4.2 - L’Abric Romaní

12L’Abric Romaní se situe au contact entre le bassin du fleuve Anoia et la Serralada Prelitoral, dans une zone de passage entre le littoral méditerranéen et l’intérieur de la dépression de l’Ebre (Carbonell, 2002). Le gisement se trouve situé dans un abri développé sur des travertins avec une succession archéologique connue du SIM 3(70 à 40 ka). La séquence culturelle du gisement correspond à la fin du Paléolithique moyen avec des industries appartenant au techno-complexe du Mode 3 (Carbonell, 2002). Les changements dans la composition et la structure de l’association végétale, données par les études polliniques, ont distingué cinq phases paléoclimatiques (Burjachs & Julià, 1994). Les niveau D à O, étudiés dans ce travail, se situent entre la phase 3 (56,8 à 49,5 ka) et la phase 5 (46,2 à 40,8 ka). La phase3 est caractérisée par une légère alternance entre des événements de caractère tempéré et froid. La phase4 (49,5 à 46,2 ka) correspond à la période froide et sèche et la phase 5 possède des caractéristiques climatiques similaires à celles que l’on observe actuellement dans la région.

13Les restes de micromammifères de l’Abric Romaní proviennent des campagnes de fouilles des années 1994- 2006. Il s’agit ici de 345 restes de petits mammifères provenant des niveaux D à O. Les micromammifères de ces niveaux comprennent les espèces suivantes: Crocidura russula, Sorex coronatus-araneus, Talpa europaea, Talpa sp., Miniopterus schreibersii, Pipistrellus pipistrellus, Nyctalus lasiopterus, Microtus arvalis, Microtus agrestis, Iberomys cabrerae, Terricola duodecimcostatus, Terricola cf. pyrenaicus, Arvicola sapidus, Apodemus sylvaticus et Eliomys quercinus (tab. 1; fig. 2).

14L’association des micromammifères de l’Abric Romaní est dominée dans tous les niveaux par des taxons liés à des milieux forestiers ouverts (55 %) comme Arvicola sapidus, Iberomys cabrerae et Apodemus sylvaticus et des taxons à caractère humide (19 %) représentés essentiellement par l’espèce Iberomys cabrerae. En plus, un milieu aquatique permanent (16 %) à proximité du gisement est bien représenté par l’espèce Arvicola sapidus (fig. 3).

15D’après les données obtenues à partir de la MCR, le niveau O de l’Abric Romaní, daté entre 56,8-58,6 ka, possède une TMAARO plus froide (-7,5 ºC) que l’actuel (TMABarcelone =16,5 ºC, données de la station météorologique de Barcelone, 93 m s.n.m., d’après Font-Tullot, 2000), avec des étés (- 4,1 ºC) et des hivers rigoureux (-6,5 ºC) et une PMAARO supérieure (+ 349 mm) à l’actuel (PMABarcelona = 601 mm ). Le niveau N, daté de 54,2ka BP, a une TMAARN plus froide (- 4,6 ºC) que l’actuel, avec des étés plus tempérés (- 2,3 ºC) que le niveau subjacent et des hivers également rigoureux (-5,5 ºC) et une PMAARN légèrement supérieure à l’actuel (+ 76 mm). Le niveau J, daté de 50,4 ka, a des conditions climatiques similaires au niveau N, mais avec un léger refroidissement reflété par la chute de la température moyenne du mois le plus chaud (TMC) (- 3,6 ºC) par rapport à l’actuel (tab. 2; fig. 4). Ces donnés obtenues d’après l’étude des micromammifères coïncident plus ou moins avec les donnés obtenues pour ces niveaux par les études polliniques. Les niveaux O, N et J sont inclus dans la phase pollinique 3, avec une alternance de périodes froides et tempérés. Nous voyons ici cette alternance avec l’intersection de l’association des micromammifères entre les niveaux O (très froid) et N (plus tempéré).

16Le niveau E, daté entre 44,4 et 50,4 ka, a livré une TMAARE plus froide (- 5,7 ºC) que l’actuel, avec des étés (- 5,5 ºC) et des hivers (- 7,2 ºC) rigoureux et une PMAARE supérieure (+ 148 mm) à l’actuel (tab. 2; fig. 4). Le niveau E est inclus dans la phase pollinique 4, une période froide et sèche. Les données obtenues d’après l’étude des micromammifères ne sont pas du tout en accord avec les résultats polliniques. La MCR des micromammifères montre une température plus basse que l’actuel, par contre celle-ci ne caractérise pas une période sèche mais une période relativement humide avec des précipitations supérieures à l’actuel.

17Le niveau D, daté de 44,4 ka, possède une TMAARD plus froide (-5,4) que l’actuel, avec des étés plus tempérés (- 3,6 ºC) que le niveau antérieur et des hivers rigoureux (- 5,9), avec une PMAARD (+ 60 mm) légèrement plus élevée que l’actuel. Ce niveau présente des conditions climatiques similaires au niveau J. Il est possible que les deux niveaux (J et D) correspondent à des moments de transition vers une période plus froide.

4.3 - La Cova de L’Arbreda

18La Cova de l’Arbreda est située dans la partie méridionale des environs des grottes du Reclau (Serinyà), entre la marge ouest du Pla d’Usall et le fleuve Serinyadiell. Le Pla d’Usall forme une partie du bassin lacustre de Banyoles- Besalú, délimitée par des reliefs éocènes et néogènes et remplie avec du matériel plio-quaternaire. Cette cavité est un abri formé par des travertins de cascade avec un certain degré de karstification et qui contiennent des dépôts sédimentaires allant du début du Pléistocène supérieur au début de l’Holocène. Les changements dans la composition et la structure des associations végétales, d’après les études polliniques, permettent de distinguer sept zones polliniques pour les niveaux du Pléistocène supérieur. Le niveau moustérien (I) correspond à la zone 1, caractérisée par l’alternance de deux périodes tempérées et humides avec une période froide et sèche. Les niveaux aurignaciens (H et G) correspondent aux zones 2, 3 et 4, caractérisées par l’alternance de deux périodes froides et sèches avec une période froide et humide et une autre tempérée et humide. Le niveau gravettien (E) correspond à la zone 5, caractérisée par une période froide et sèche. Les niveaux solutréens (D et C) correspondent aux zones 6 et 7, caractérisés par des périodes froides et sèches (Burjachs & Renault-Miskovsky, 1992).

19Les restes de micromammifères de la Cova de l’Arbreda proviennent des campagnes de fouilles des années 1997-2006. Nous étudions ici 375 restes de petits mammifères qui proviennent du niveau I et des Unités Stratigraphiques 121-145 (Moustérien). Pour l’étude du climat nous utilisons les données des niveaux supérieurs (Aurignacien, Gravettien et Solutréen) d’après Alcalde (1986) et Alcalde & Galobart (2002). Les micromammifères de ces niveaux comprennent les espèces suivantes: Crocidura russula, Sorex araneus, Sorex minutus, Neomys fodiens-anomalus, Talpa sp., Erinaceus euro- paeus, Myotis myotis, Myotis myotis-blythii, Plecotus auritus-austriacus, Miniopterus schreibersii, Microtus arvalis, Microtus agrestis, Microtus oeconomus, Chio- nomys nivalis, Terricola duodecimcostatus, Terricola aff. pyrenaicus, Terricola sp., Arvicola sapidus, Arvicola sp., Apodemus sylvaticus, Eliomys quercinus, Glis glis et Citellus cf. supercilliosus (tab. 1).

20L’association des micromammifères de la Cova de l’Arbreda est en général dominée par les taxons ayant une certaine affinité avec les milieux de forêt ouverte (68 %) comme Myotis myotis et Myotis myotis-blythii et des espèces à caractère humide (21 %) représentées essentiellement par les espèces Myotis myotis-blythii et Microtus agrestis (fig. 3).

21A partir de la MCR, les niveaux moustériens (I et US 121-145), datés entre 40,4 et 38,5 ka BP, ont une TMAARBI plus froide (- 6 ºC) que l’actuel (TMAGirone =15,1 ºC, données de la station météorologique de Girone, d’après Font-Tullot, 2000), avec des étés (- 4,8ºC) et des hivers (- 5,4 ºC) rigoureux et une PMAARB légèrement supérieure (+ 118 mm) à l’actuel (PMAGirone = 802 mm) (tab. 2; fig. 4). Ces résultats coïncident avec la période froide et plus ou moins sèche définie d’après les études polliniques pour la Zone 1.

22Les niveaux aurignaciens (G et H), datés entre 28,5 et 22,5 ka BP, ont fourni une TMAARBGH plus froide (- 6,1 ºC) que l’actuel avec des étés (-6,4 ºC) et des hivers (-6,4 ºC) plus rigoureux que l’actuel et que ceux des niveaux subjacents, et une PMAARBGH supérieure à l’actuel (+ 298 mm) (tab. 2; fig. 4). Ces niveaux sont inclus dans les zones polliniques 2, 3 et 4 et les résultats obtenus d’après l’intersection des micromammifères coïncidents avec l’une des périodes froides et humides de ces zones.

23Les niveaux gravettiens (E et F) et solutréens (B, C et D), datés entre 20,1 et 17,3 ka BP, ont fournis une TMAARBEF plus froide (- 4,6 ºC) que l’actuel, mais moins rigoureuse que dans les niveaux précédents, et des étés (-4,2ºC) et des hivers (- 4,3 ºC) rigoureux mais moins que dans les niveaux subjacents. La PMAARBEF est supérieure à l’actuel (+ 309 mm) ainsi qu’à celle des niveaux antérieurs (tab. 2; fig. 4). Les niveaux gravettiens et solutréens sont inclus dans les zones polliniques 5, 6 et 7, une des périodes froides et sèches. Les données obtenues d’après l’étude des micromammifères ne sont pas du tout en accord avec les résultats polliniques. L’intersection de l’association des micromammifères montre une température plus basse que l’actuel, mais par contre elle ne suggère pas une période sèche mais une période relativement humide avec des précipitations supérieures à l’actuel.

4.4 - La Cova Colomera

24La Cova Colomera se trouve dans la Serra del Montsec, à la limite occidentale de la Catalogne. Le Montsec est un massif calcaire avec des formations du Campanien et du Maastrichtien (Rosell & Llompart, 1988) avec une orientation est-ouest, et recoupé perpendiculairement par trois fleuves: le Noguera Ribagorzana, le Noguera Pallaresa et le Boix, qui forment respectivement les défilés de Montrebei, de Terradets et de Pas Nous. Le gisement est situé dans le défilé de Montrebei (Pallars Jussà, Lleida), 160 mètres au-dessus de la rive gauche du fleuve Noguera Ribagorzana (Oms et al., 2008). Les fouilles actuelles sont entreprises depuis l’année 2005, sous la direction de F. Xavier Oms (Universitat de Barcelona) avec la collaboration de membres de l’Institut de Paleoecologia Humana i Evolució Social (IPHES-URV). Ces interventions ont permis d’identifier divers moments culturels dans le secteur est (CE) de cette cavité: 1) une structure cylindrique de l’Âge du Bronze (EE 1), datée d’après 14C de 3659 ± 30 BP; 2) divers niveaux néolithiques (CE12, CE13 et CE14) qui correspondent à l’utilisation de la grotte comme un site de stabulation du bétail; 3) et finalement un niveau du Pléistocène supérieur (CE15) avec d’abondants restes de micromammifères et de macrofaune avec une possible intervention humaine.

25Les restes des micromammifères de la Cova Colomera proviennent de la campagne de fouille de l’année 2006. Nous étudions ici 167 restes de petits mammifères qui proviennent du niveau CE15 (Pléistocène supérieur). Les micromammifères de ce niveau comprennent les espèces suivantes: Crocidura russula, Myotis blythii, Pipistrellus pipistrellus, Barbastella barbastellus, Chionomysnivalis, Microtus arvalis, Microtus agrestis, M. agrestis-arvalis, Terricola duodecimcostatus, Apodemus sylvaticus et Eliomys quercinus (tab. 1; fig. 2).

26L’association des micromammifères de ce niveau (CE15) est en général dominée par des taxons ayant certaines affinités avec les milieux de forêt ouverts (54 %) et rocheux (24%) représentés par les espèces Chionomys nivalis, Microtus arvalis et Apodemus sylvaticus et des taxons de milieux plus secs (13%) représentés principalement par l’espèce Microtus arvalis (fig. 3). L’intersection (MCR) de l’association des micromammifères donne une température moyenne annuelle (TMA) pour Cova Colomera durant le Pléistocène supérieur final plus froide (-4,6 ºC) que l’actuel (TMAHuesca  = 13,4 ºC, données de la station météorologique de Huesca d’après Font-Tullot, 2000), avec des étés rigoureux (- 4,6 ºC), des hivers tempérés (-2,9 ºC) et une précipitation moyenne annuelle supérieure (+ 333 mm) à l’actuel (PMAHuesca = 587 mm) (tab. 2; fig. 4).

5 - Discussion

27Nous avons représenté l’évolution du climat durant le Pléistocène supérieur en Catalogne d’après l’étude de quatre gisements: la Cova del Gegant, l’Abric Romaní, la Cova de l’Arbreda et la Cova Colomera. Le cadre chronologique représenté par ces gisements correspond à la quasi-totalité du Pléistocène supérieur (90-10 ka), à l’exception du MIS 5 (López-García et al., 2008; Bischoff et al., 1988; Bischoff et al., 1989; Soler & Maroto, 1991; Delibrias et al., 1987). Pour le moment, il n’y a aucun gisement en Catalogne avec une chronologie avérée des Stades Isotopiques Marins SIM5 et SIM4. Cependant les SIM 3 et SIM2 sont particulièrement bien représentés et caractérisés par des fluctuations climatiques rapides (Sánchez-Goñi & d’Errico, 2005; Martrat et al., 2004; Burjachs & Julià, 1994; Burjachs & Renault-Miskovsky, 1992). En général, les MCR obtenues à partir des micromammifères montrent que les températures moyennes annuelles (TMA) durant tout le Pléistocène supérieur sont plus froides que l’actuel entre -4,7 ºC et -7,5 ºC, avec des étés (entre -2,9 ºC et -5,8 ºC) et des hivers (entre -2,9 ºC et -7,1 ºC) plus rigoureux et des précipitations supérieures (entre +76,2 mm et +349 mm). Il est très difficile de relier nos données avec les différents événements et interstades qui se sont produits pendant les SIM 3 et 2, parce que les différents auteurs qui ont étudié le climat du Pléistocène supérieur dans la Péninsule Ibérique (Martrat et al., 2004; Sánchez-Goñi & d’Errico, 2005; Tzedakis et al., 2007) ne sont pas d’accord avec la chronologie exacte de ces divers événements. Le seul point sur lequel ces auteurs sont d’accord est que les Evénements de Heinrich sont connectés avec la diminution des températures durant la période estivale et l’augmentation des précipitations, donnant des étés plus froids et des hivers plus humides. Nous avons pu relier les températures plus basses obtenues du mois le plus chaud (TMC) et les précipitationsplus abondantes dans nos gisements avec les Evénements de Heinrich du SIM 3 et 2 (fig. 4). La présence de la chauve-souris Nyctalus lasiopterus (Grande noctule), une espèce forestière qui semble se réfugier dans les grottes et les abris lors des périodes froides (Sevilla, 1987, 1988) peut suggérer une corrélation entre le niveau O de l’Abric Romaní (daté d’environ 58 ka) et l’Evénement de Heinrich 6 (H6). L’apparition de l’espèce Rana temporaria (Grenouille rousse) dans les niveaux J et E (entre 44 - 50 ka) de l’Abric Romaní suggère une corrélation entre ces niveaux et l’Evénement de Heinrich 5 (H5). L’absence de taxons méditerranéens et d’Iberomys cabrerae (Campagnol de Cabrera) conjointement avec une distribution plus septentrionale de Microtus oeconomus (Campagnol économe) (Alcalde, 1986) dans les niveaux aurignaciens de la Cova de l’Arbreda (datés d’environ 28 ka) pourrait suggérer une corrélation entre ces niveaux et l’Evénement de Heinrich 3 (H3). De plus, la présence dans le Pléistocène supérieur final (sans datation absolue) de la Cova Colomera de Barbastella barbastellus (Barbastelle commune), une chauve-souris montrant des affinités forestières et qui se réfugie en grottes lors des périodes froides à l’égal de Nyctalus lasiopterus (Sevilla, 1987, 1988), pourrait suggérer une corrélation de ce niveau avec l’Evénement de Heinrich 1 (H1) ou avec le Dryas Récent (YD), que Martrat et al. (2004), Sánchez-Goñi & d’Errico (2005) et Tzedakis et al. (2007) ont situé entre 11 et 14 ka.

6 - Conclusion

28Un total de 1024 restes de micromammifères a été identifié dans les niveaux appartenant au Pléistocène supérieur des gisements de Cova del Gegant, de l’Abric Romaní, de la Cova de l’Arbreda et de La Cova Colomera (Catalogne, nord-est de l’Espagne) correspondant à cinq taxons d’insectivores: Sorex gr. coronatus-araneus, Crocidura russula, Talpa europaea, Talpa sp. et Erinaceus europaeus., dix taxons de chauve-souris: Myotis myotis, Myotis blythii, Myotis myotis-blythii, Myotis sp., Miniopterus schreibersii, Barbastella barbastellus, Pipistrellus pipistrellus, Rhinolophus ferreumequinum, Rhinolophus sp. et Nyctalus lasiopterus et onze taxons de rongeurs: Microtus agrestis, Microtus arvalis, Microtus agrestis-arvalis, Iberomys cabrerae, Chionomys nivalis, Terricola duodecimcostatus, Terricola cf. pyrenaicus, Arvicola sapidus, Apodemus sylvaticus, Eliomys quercinus et Hystrix (A). cf. brachyura vinogradovi.

29L’absence de digestion sur les restes de micromammifères étudiés suggère que l’espèce responsable de l’accumulation dans les gisements puisse être un rapace nocturne de catégorie 1, connue pour contenir des prédateurs opportunistes, c’est-à-dire que leurs proies sont représentatives des faunes de l’environnement immédiat.

30L’analyse des associations de micromammifères du Pléistocène supérieur de Catalogne montre que durant toute cette période, les espèces dominantes sont celles montrant une certaine affinité avec les environnements de forêt ouverte et humide, avec toutefois une augmentation de la représentation des espèces de milieux plus secs vers la fin du Pléistocène supérieur, à la Cova Colomera.

31L’intersection des espèces de micromammifères montrent que les températures moyennes annuelles (TMA) durant tout le Pléistocène supérieur sont plus froides que l’actuel entre -4,7 ºC et -7,5 ºC, avec des étés (entre -2,9 ºC et -5,8 ºC) et des hivers (entre -2,9 ºC et -7,1 ºC) plus rigoureux et des précipitations supérieures (entre +76,2 mm et +349 mm). Plusieurs épisodes climatiques du Pléistocène supérieur péninsulaire ont été détectés dans les gisements étudiés: 1) l’Evénement de Heinrich 6 (H6) (environ 58 ka) est mis en relation avec le niveau O de l’Abric Romaní, 2) l’Evénement de Heinrich 5 (H5) (environ 46 ka) avec le niveau E de l’Abric Romaní, 3) l’Evénement de Heinrich 3 (H3) (environ 28 ka) avec les niveaux aurignaciens de la Cova de l’Arbreda et finalement, 4), l’Evénement de Heinrich 1 (H1) ou Dryas récent (YD) (entre 14 - 11 ka) avec le niveau CE15 de la Cova Colomera.

Haut de page

Bibliographie

ALCALDE G., 1986 - Les faunes de rongeurs du Pléistocène supérieur et de l’Holocène de Catalogne (Espagne) et leurs significations paléoécologiques et paléoclimatiques. Diplôme E.P.H.E, Paris,114 p.

ALCALDE G., & GALOBART A., 2002 - Els petits mamífers del pleisitocè superior. In J. Maroto, S. Ramió & A. Galobart (eds.), Elsdovi.141-154.

ANDREWS P.,1990 - Owls, caves and fossils. Predation, preservation and accumulation of small mammal bones in caves, with an analysis of the Pleistocene cave faunas from Westbury-sub-Mendip, Somerset, UK. London, The University Chicago Press, 231 p.

BISCHOFF J.L., JULIÀ R., & MORA R., 1988 - Uranium-series dating of the Mousterian occupation at Abric Romaní, Spain. Nature, 322, 68-70.

BISCHOFF J.L., SOLER N., MAROTO J., & JULIÀ R., 1989 - Abrupt Mousterian/Aurignacian Boundary at ca 40 ka bp: Accelerator 14C dates from l’Arbreda Cave (Catalunya, Spain). Journal of Achaeological Science, 16, 563-576.

BLAIN H.-A., BAILON S., CUENCA-BESCÓS G., ARSUAGA J.L., BERMÚDEZ DE CASTRO J.M., & CARBONELL E., 2009 - Long-term climate record inferred from Early-Middle Pleistocene amphibian and squamate reptile assemblages at the Gran Dolina cave, Atapuerca, Spain. Journal of Human Evolution, 56 (1), 55-65.

BURJACHS F., & JULIÀ R., 1994 - Abrupt Climatic Changes during the Last Glaciation Based on Pollen Analysis of the Abric Romaní, Catalonia, Spain. Quaternary Research, 42, 308-315.

BURJACHS F., & RENAULT-MISKOVSKY J., 1992 - Paléoenvironnement et paléoclimatologie de la Catalogne durant près de 30000 ans (du Würmien ancien au début de l’Holocène) d’après la palynologie du site de L’Arbreda (Gérone, Catalogne). Quaternaire, 3 (2), 75-85.

CARBONELL E., 2002 - Abric Romaní Nivell I: Models d’ocupació de curta durada de fa 46.000 anys a la Cinglera del Capellades (Capellades, Anoia, Barcelona). Université Rovira i Virgili, Tarragona, 323 p.

CASANOVAS S., 2004-2005 - Historia del hallazgo de la “mandíbula de Neanderthal” de las cuevas de Sitges. Batalleria, 12, 163.

DAURA J., SANZ M., SUBIRÀ M.E., QUAM R., FULLOLA J.M., & ARSUAGA J.L.,2005 - A Neandertal mandible from the Cova del Gegant (Sitges, Barcelona, Spain). Journal of Human Evolution, 49, 56-70.

DELIBRIAS G., ROMAIN O., & LE HASIF G., 1987 - Datation par la méthode du carbone 14 du remplissage de la grotte de l’Arbreda. Cypsela, 6, 133-135.

FONT TULLOT I., 1983 - Atlas Climático de España. Ministerio de Transportes, Turismo y Communicaciones, Instituto Nacional de Meteorologia, Madrid.

FONT TULLOT I., 2000 - Climatología de España y Portugal.Editions Universidad de Salamanca, 422 p.

LÓPEZ-GARCÍA J.M., 2008 - Evolución de la diversidad taxonómica de los micromamíferos en la Península Ibérica y cambios paleoambientales durante el Pleistoceno Superior. Thèse de Doctorat, Université Rovira i Virgili, Tarragona, 368 p.

LÓPEZ-GARCÍA J. M., BLAIN H.A., CUENCA-BESCÓS G., & ARSUAGA J.L., 2008 - Chronological, environmental and climatic precisions on the Neanderthal site of the Cova del Gegant (Sitges, Barcelona, Spain). Journal of Human Evolution, 55 (6), 1151-1155.

MAROTO J., SOLER N., & FULLOLA J.M., 1996 - Cultural Change between Middle and Upper Palaeolithic in Catalonia. In E.Carbonell & M. Vaquero (eds.), The Last Neandertals, the First Anatomically Modern Humans: A tale about the Human Diversity. Cultural Change and Human Evolution: The crisis at 40 ka BP. Université Rovira i Virgili, Tarragona, 219-250.

MARTÍNEZ J., MIRET J., MORA R., & MURO I., 1985 - Excavacions a la Cova del Gegant. Bulleti del Grup d’Estudis Sitgetans, IX, 32-33.

MARTRAT B., GRIMALT J.O., LÓPEZ-MARTÍNEZ C., CACHO I., SIERRO F.J., FLORES J.A., ZAHN R., CANALS M., CURTIS J.H., & HODELL D.A., 2004 - Abrupt temperature changes in the Western Mediterranean over the past 250,000 years. Science, 306, 1762-1765.

MASRIERA GONZÁLEZ A., 1975 - Observaciones sedimentoló- gicas sobre el depósito cuaternario de la Cova del Gegant (Sitges, Barcelona). Speleon, I, 35-38.

MCKENNA M., & BELL S., 1997 - Classification of mammals above the species level. New York, Columbia University Press, 631 p.

MIR A., 1975 - La industria lítica de la cova del Gegant. Speleon, I, 39-49.

OMS F.X., BARGALLÓ A., CHALER M., FONTANALS M., GARCÍA M.S., LÓPEZ-GARCÍA J.M., MORALES J.I., NIEVAS T., RODRÍGUEZ A., SERRA J., SOLÉ A., & VERGÈS J.M.,2008 - La Cova Colomera (Sant Esteve de la Sarga, Lleida), una cueva-redil en el prepirineo de Lérida. Primeros resultados y perspectivas de futuro. In M.S. Hernández Pérez, J.A. Soler Díez & J.A. López Padilla (eds.), Actas del IV Congreso de Neolítico en la Península Ibérica. Museo Arqueológico de Alicante, Alicante, 230-236.

PALOMBO J.L., & GISBERT J., 2005 - Atlas de los Mamíferos Terrestres de España. Dirección General para la Biodiversidad, Madrid, 564 p.

POKINES J., 1998 - The Paleoecology of Lower Magdalenian Cantabrian Spain. British Archaeological Reports International Series, Oxford, 713, 189 p.

ROSELL J., & LLOMPART C., 1988 - Guia geológica del Montsec i la Vall d’Àger. Lleida, Institut d’Estudis Ilerdencs.

SÁNCHEZ-GOÑI M.F., & D’ERRICO F., 2005 - La historia de la vegetación y el clima del último ciclo climático (OIS5-OIS1, 140000-10000 años BP) en la Península Ibérica y su posible impacto sobre los grupos paleolíticos. Monografías del Museo de Altamira, 20, 115-129.

SEVILLA P., 1987 - Quaternary fauna of bats in Spain: Paleoecologic and biogeographic interest. In V. Hanák, J. Horácek & J.Gaisler (eds.), European Bat Research. Charles Univ. Press, Praha, 349-355.

SEVILLA P., 1988 - Estudio Paleontológico de los Quirópteros del Cuaternario Español. Paleontología y Evolució, 22, 113-233.

SOLER N., & MAROTO J., 1987 - L’estratigrafía de la cova de l’Arbreda (Serinyà, Girona). Cypsela, 6, 53-66.

SOLER N., & MAROTO J., 1991 - Les nouvelles datations de l’Aurignacien de la Péninsule Ibérique. Actes du XIIe Congrès UISPP, Bratislava.

TZEDAKIS P.C., HUGHEN K.A., CACHO I., & HARVATI K., 2007 - Placing late Neanderthals in climatic context. Nature, 449, 206-208.

VIÑAS R., & VILLALTA J.F., 1975 - El depósito cuaternario de la “Cova del Gegant”. Speleon, I, 19-33.

WILSON D.E., & REEDER DA. M., 2005 - Mammal species of the world. A taxonomic and geographic reference. JHU Press, Baltimore, 2142 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1: Localisation des différents sites étudiés en Catalogne (Espagne).
Légende 1. Cova del Gegant, 2. Abric Romaní, 3. Cova de l’Arbreda, 4. Cova Colomera.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tab. 1: Nombre de Restes (NR) et Nombre Minimum d’Individus (NMI) des espèces de micromammifères représentées dans les gisements.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2: Micromammifères des sites étudiés.
Légende 1. Maxillaire de Crocidura russula de la Cova Colomera (vue occlusale), 2. Condyle articulaire de Sorex gr. coronatus-araneus de la Cova del Gegant (vue postérieure), 3. Fragment d’humerus de Talpa europaea de l’Abric Romaní, 4. Mandibule de Myotis myotis de la Cova del Gegant (vue labial), 5. Mandibule de Nyctalus lasiopterus de l’Abric Romaní (vue occlusale), 6. Mandibule de Barbastella barbastellus de la Cova Colomera (vue occlusale), 7. Mandibule de Pipistrellus pipistrellus de l’Abric Romaní (vue labiale), 8. Mandibule de Miniopterus schreibersii de la Cova del Gegant (vue labiale), 9. Première molaire inférieure d’Iberomys cabrerae de la Cova del Gegant (vue occlusale), 10. Première molaire inférieure de Microtus agrestis de la Cova del Gegant (vue occlusale), 11. Première molaire inférieure de Terricola duodecimcostatus de la Cova del Gegant (vue occlusale), 12. Première molaire inférieure d’Arvicola sapidus de l’Abric Romaní (vue occlusale), 13. Première molaire supérieure d’Apodemus sylvaticus de l’Abric Romaní (vue occlusale).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 3: Représentation des micromammifères groupés par habitat en pourcentage d’après le Nombre Minimum d’Individus.
Légende 1.Cova del Gegant, 2. Abric Romaní, 3. Cova de l’Arbreda, 4. Cova Colomera.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5597/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tab.2: Rapport entre les températures et les précipitations par niveaux de la Cova del Gegant,l’Abric Romaní,la Cova de l’Arbreda et la Cova Colomera.
Légende TMA: température moyenne annuelle, TMC: température moyenne du mois le plus chaud, TMF: température moyenne du mois le plus froid, PMA: précipitation moyenne annuelle, M.: moyenne, Min: minimum, Max: maximum, SD: Déviation standard.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5597/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 4:Température et précipitations pour le Pléistocène supérieur de Catalogne d’après les sites étudiés.
Légende G: Cova del Gegant, RO: Abric Romaní niveau O, RN: Abric Romaní niveau N, RJ: Abric Romaní niveau J, RE: Abric Romaní niveau E, RD: Abric Romaní niveau D, AM: Cova de l’Arbreda Moustérien, AA: Cova de l’Arbreda Aurignacien, AG: Cova de l’Arbreda Gravettien, AS: Cova de l’Arbreda Solutréen, CC: Cova Colomera. TMA: température moyenne annuelle, TMC: température moyenne du mois le plus chaud, TMF: température moyenne du mois le plus froid, PMA: précipitation moyenne annuelle. H: Evénement de Heinrich. La numération correspond à la différence entre la température et la précipitation calculée dans nos gisements en relation avec les températures et les précipitations actuelles des différentes zones où se situent les gisements.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5597/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juan Manuel López‑García et Gloria Cuenca‑Bescós, « Évolution climatique durant le Pléistocène supérieur en Catalogne (nord-est de l’Espagne) d’après l’étude des micromammifères »Quaternaire, vol. 21/3 | 2010, 475-484.

Référence électronique

Juan Manuel López‑García et Gloria Cuenca‑Bescós, « Évolution climatique durant le Pléistocène supérieur en Catalogne (nord-est de l’Espagne) d’après l’étude des micromammifères »Quaternaire [En ligne], vol. 21/3 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2018, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/5597 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaternaire.5597

Haut de page

Auteurs

Juan Manuel López‑García

Institut de Paleoecología Humana i Evolució Social. Àrea de Prehistòria de la Universitat Rovira i Virgili. Plaça Imperial Tarraco, 1. E-43005 TARRAGONA, Espagne. Courriel: jlopez@prehistoria.urv.cat

Articles du même auteur

Gloria Cuenca‑Bescós

Departamento de Ciencias de la Tierra, Área de Paleontología de la Universidad de Zaragoza. C/ Pedro Cerbuna, 12. E-50009 ZARAGOZA, Espagne. Courriel: cuencag@unizar.es

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search