Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 21/3Dynamiques de végétation au tardi...

Dynamiques de végétation au tardiglaciaire et à l’Holocène ancien en moyenne vallée du Rhône d’après les données anthracologiques

Vegetation dynamics during Lateglacial and early Holocene in the middle Rhone valley inferred from charcoal analysis
Claire Delhon, Stéphanie Thiébault, Jacques‑Léopold Brochier et Jean‑François Berger
p. 281-293

Résumés

Les travaux d’archéologie préventive préalables à la construction de la ligne TGV-Méditerranée ont permis d’augmenter considérablement le corpus de données paléoenvironnementales en moyenne vallée du Rhône (44/45° de latitude nord). Grâce à l’établissement d’un cadre chronostratigraphique régional, soutenu par près de 200 datations radiocarbone, et à l’analyse systématique des restes botaniques, la connaissance des dynamiques de végétation dans les plaines alluviales rhodaniennes au cours des quinze derniers millénaires a été largement améliorée. L’environnement végétal des derniers chasseurs-cueilleurs est documenté par des données « hors-site » (phytolithes, charbons issus d’incendies), qui complètent les données archéobotaniques obtenues par ailleurs sur les sites archéologiques. La dynamique de reconquête forestière postglaciaire est bien enregistrée, en particulier dans ses premiers stades, pour lesquels se distinguent des espèces clefs (pin, Rhamnus/Phillyrea, chêne sclérophylle). Ces taxons pionniers sont remarquables car ils joueront, quelques millénaires plus tard, un rôle important, mais très différent, dans les séries régressives caractéristiques des végétations anthropisées. Au contraire, des taxons considérés comme typiques de la recolonisation holocène sont sous-représentés dans les spectres anthracologiques hors-site de la moyenne vallée du Rhône (genévriers, noisetier). Si la chênaie caducifoliée connaît une mise en place précoce, probablement dès les interstades tardiglaciaires, elle réagit aux perturbations climatiques de façon variable suivant sa maturité. Elle semble régresser au Dryas récent, ce qui a pour conséquence un retour des cortèges de reconquête. Au contraire, l’événement de « 8 200 cal BP » n’a aucun impact détectable sur la composition spécifique des anthracocœnoses, alors qu’il est très clairement enregistré dans les spectres phytolithiques.

Haut de page

Texte intégral

Les études paléoenvironnementales concernant la moyenne vallée du Rhône ont été réalisées dans le cadre de l’opération d’archéologie préventive du TGV‑Méditerranée (AFAN, coordination T. Odiot et J.-L. Brochier) et de l’ACI « Jeunes Chercheurs » du ministère de la recherche LES PALEOINCENDIES : rythmes, origine et impact sur le fonctionnement des écosystèmes dans le bassin méditerranéen nord-occidental (vallée du Rhône-Languedoc – Alpes maritimes) depuis le Tardiglaciaire (direction J.-F. Berger). Nous remercions Margareta Tengberg pour ses corrections du résumé en anglais.

1 - Introduction

1L’environnement végétal des derniers chasseurs-cueilleurs du Sud de la France, lors de la transition Tardiglaciaire-Holocène reste mal connu du point de vue de l’anthracologie en raison du faible nombre de gisements archéologiques ou de séquences contemporains de cette époque. En moyenne vallée du Rhône, la prise en compte des problématiques paléoenvironnementales lors des travaux d’archéologie préventive préalables à la construction de la ligne TGV-Méditerranée (1994-1997) a permis d’augmenter, de manière significative, le corpus de données documentant l’évolution des milieux de la fin des temps glaciaires à nos jours (Opération TGV-Méditerranée, AFAN, volet « environnement », coordonné par J.-F. Berger et J.-L. Brochier). Lors de cette opération, l’attention s’est portée tout autant sur les séquences pédo-sédimentaires – stériles ou peu fournies en matériel archéologique mais parfois riches en bio‑indicateurs – que sur les gisements archéologiques, ce qui s’est traduit par des prélèvements et des tamisages systématiques des sédiments. Les corrélations stratigraphiques, étayées par le matériel archéologique et par près de 200 datations radiocarbone, ont permis d’établir un cadre chronostratigraphique précis (Delhon, 2005 ; Berger et al., 2007). L’interprétation de cet enregistrement de 15 millénaires de coévolution société-milieu a par ailleurs bénéficié des acquis d’autres programmes de recherche conduits parallèlement à l’opération TGV-Méditerranée (ATP du CNRS : Culture et Milieu des Premiers Paysans de la Moyenne Vallée du Rhône, ACI Paléoincendies du ministère de la Recherche) et comportant également d’importants volets de restitution des dynamiques paléoenvironnementales.

2L’environnement végétal des derniers chasseurs-cueilleurs (Tardiglaciaire/début Holocène), restitué ici à partir de l’analyse des charbons de bois et des phytolithes, est principalement documenté par des données « hors-site », issues de dépôts pédosédimentaires variés, qui viennent compléter les résultats anthracologiques obtenus depuis plus de vingt ans sur les sites archéologiques de la région.

2 - Matériel et méthodes

2.1 - Les séquences de l’opération TGV- Méditerranée

3Lors de l’opération préventive « TGV-Méditerranée », des niveaux attribués à une période comprise entre les XIVe et IXe millénaires cal BP ont été mis au jour aux Brassières (Mondragon, 84), à Pont de la Pierre et aux Bartras (Bollène, 84), à Lalo (Espeluche, 26), à Surel (La Garde‑Adhémar, 26), à Bourbousson (Crest, 26) et aux Roches (Roynac, 26) (fig. 1 et 2). A l’exception de l’occupation castelnovienne de Lalo, interstratifiée dans une séquence fluviatile, et d’horizons épipaléolithiques à Roynac‑les‑Roches, ces niveaux sont considérés comme « hors site archéologique ». Il s’agit, en effet, de séquences majoritairement non archéologiques, mais intégrant souvent un ou plusieurs niveaux contenant des artéfacts et localisées à la marge de sites proprement dits. Un tamisage systématique (mailles de 1 mm et 500 µm) a permis de récolter sur 5 de ces séquences (les Brassières, Pont de la Pierre, Lalo, Surel, les Roches) 37 assemblages anthracologiques, d’effectifs variables, pour la période considérée ici. Ces charbons sont issus d’incendies de la végétation qui ont eu lieu soit in situ, soit plus haut dans le bassin-versant. Dans le premier cas, leur intégration dans les sols est le fruit de processus de bio-pédoturbation et/ou d’alluvio-colluvionnement post-incendie très rapide et à courte distance ; ils reflètent la végétation stationnelle. Dans le second cas, ils ont été transportés depuis les secteurs amont par les ruissellements et les cours d’eau et se sont accumulés dans des zones de sédimentation transitoire (colluvions de pied de pente, chenaux ou alluvions de débordement des plaines alluviales). Ils reflètent alors la paléovégétation locale à micro-régionale (Berger & Thiébault, 2002). Les sédiments des Brassières, de Pont de la Pierre, de Lalo, des Roches et de Bourbousson ont également fait l’objet de prélèvements en vue d’une analyse phytolithique. En séquences naturelles, les phytolithes, peu sujets au transport éolien, correspondent à des accumulations de restes végétaux liées à une sédimentation colluvio-alluviale et aux processus pédogénétiques (Bartoli & Guillet, 1977 ; Piperno, 1988 ; Delhon, 2005).

Fig. 1 : Carte de localisation des sites mentionnés dans le texte.

Fig. 1 : Carte de localisation des sites mentionnés dans le texte.

Fig. 2 : Synthèse chronologique des données anthracologiques Tardiglaciaire/Holocène ancien pour la moyenne vallée du Rhône et ses abords.

Fig. 2 : Synthèse chronologique des données anthracologiques Tardiglaciaire/Holocène ancien pour la moyenne vallée du Rhône et ses abords.

2.2- Les données anthracologiques des gisements archéologiques situés dans la moyenne vallée du Rhône et aux alentours

4Plusieurs sites en grotte ou sous abri, occupés au Paléolithique supérieur ou au Mésolithique et localisés aux abords de la moyenne vallée du Rhône, ont fait l’objet d’analyses anthracologiques dès le début des années 1980 (fig. 1 et 2). Les charbons de la Salpêtrière (Bazile-Robert, 1981a), de Vallorgues (Bazile-Robert, 1981b) et d’une partie de la séquence d’Unang (Thiébault, 1999) correspondent à des occupations du Paléolithique supérieur. Ceux de Montclus (Bazile-Robert, 1983), de l’Abri Jérôme (Thiébault, 1999), du Mourre du Sève (Thiébault, 1999), de Baume de Ronze (Bazile-Robert, rapport ronéoté) et des niveaux supérieurs d’Unang correspondent à des occupations du Mésolithique. Il faut ajouter à ces données archéo-anthracologiques la base du remplissage de la grotte d’Antonnaire (Heinz, 1990), stérile en matériel archéologique, qui a fourni des charbons dont le spectre renvoie à la phase anthracologique la (Vernet & Thiébault, 1987 ; Heinz & Thiébault, 1998), attribuée aux XIe-XIIe millénaires cal BP.

5Il est donc possible de croiser les données archéo-anthracologiques, résultant de l’analyse des charbons retrouvés sur les sites archéologiques où le bois a été utilisé comme combustible, et les données pédo‑anthracologiques, qui correspondraient à des incendies de la végétation.

2.3- Méthodes

6L’observation des charbons de bois s’effectue de façon identique qu’il s’agisse de charbons archéologiques ou de charbons récoltés hors site, bien que ces derniers soient la plupart du temps beaucoup plus petits. Les charbons sont fracturés à la main afin d’obtenir des coupes fraîches selon les trois plans ligneux caractéristiques (transversal, longitudinal-radial, longitudinal-tangentiel). Les structures anatomiques observées au microscope à réflexion fond clair/fond noir (grossissement X50 à X1000) sont comparées à celles des bois carbonisés d’une collection de référence (laboratoire d’archéobotanique et de paléoécologie, CNRS-UMR 7041, Nanterre) et aux descriptions publiées dans des atlas (Schweingruber, 1990 ; Vernet et al., 2001).

7Les phytolithes sont extraits des sédiments par attaques acides (HCl, HNO3) et par séparation gravimétrique (décantation à l’eau pour éliminer les argiles, flottation sur une solution de ZnBr/HCl de densité d = 2,35 pour concentrer les phytolithes). Ils sont ensuite montés entre lame et lamelle et observés au microscope à transmission à des grossissements de 400 à 1 000 fois. L’analyse morphotypique des phytolithes donne des indications notamment sur la densité et la composition du couvert herbacé (graminées) et sur les conditions climatiques grâce aux indices phytolithiques de stress hydrique (fig. 3). Ces derniers se fondent sur l’abondance d’un morphotype particulier, les cellules bulliformes, dont la production par les graminées est étroitement liée à l’intensité de l’évapotranspiration (Delhon, 2005, 2007; Brémond et al., 2005 ; Strömberg et al., 2007).

Fig. 3 : Synthèse des données phytolithiques de l’opération TGV-Méditerranée pour le Tardiglaciaire et l’Holocène ancien : fluctuation des couverts arborés et herbacés (en haut, en %), variation du BI (Bulliform Index), indicateur phytolithique de stress hydrique (en bas, en % d’écart à la moyenne de chaque séquence) (Delhon, 2005, 2007).

Fig. 3 : Synthèse des données phytolithiques de l’opération TGV-Méditerranée pour le Tardiglaciaire et l’Holocène ancien : fluctuation des couverts arborés et herbacés (en haut, en %), variation du BI (Bulliform Index), indicateur phytolithique de stress hydrique (en bas, en % d’écart à la moyenne de chaque séquence) (Delhon, 2005, 2007).

3- Résultats

3.1- Le diagramme anthracologique de l’opération TGV-Méditerranée

8L’opération d’archéologie préventive « TGV-Méditerranée » a permis l’analyse de plus de 40 000 fragments de charbon et l’établissement d’un cadre chronostratigraphique soutenu par près de 200 datations radiocarbones réparties sur toute la période tardiglaciaire/holocène. Grâce à ce corpus, un diagramme anthracologique régional couvrant les 15 derniers millénaires (Delhon, 2005 ; Delhon & Thiébault, 2008) a été proposé. L’analyse des périodes les plus anciennes, entre 14 000 et 8 000 cal BP, présentée ici est fondée sur 1 156 anthracorestes (fig. 4).

9Les résultats mettent en évidence et confirment une dynamique de reconquête forestière post-glaciaire déjà décrite dans différentes analyses concernant le Sud de la France (Bazile-Robert, 1981a; Vernet & Thiébault, 1987 ; Heinz, 1990 ; Heinz & Thiébault, 1998). Dans un premier temps, le contexte climatique froid et sec du Tardiglaciaire et des Préboréal-Boréal détermine la mise en place de formations clairsemées à pin et Rosaceae et le développement des formations ripicoles à saule/peuplier dans les zones humides. Cette végétation évoque celle de la phase anthracologique 1 proposée pour le Sud de la France par Vernet, Heinz & Thiébault (Vernet & Thiébault, 1987 ; Heinz et al., 1993 ; Heinz & Thiébault, 1998), caractérisée par des forêts-steppes éparses à pin, genévrier et amandiers. En contexte archéologique, cette végétation est enregistrée sur les sites de Vallorgues, la Salpêtrière et Antonnaire (tab. 1).

10C’est à la faveur de l’amélioration climatique holocène et du développement des couvertures pédologiques qu’une chênaie caducifoliée ouverte se met en place par la suite. Correspondant à la phase anthracologique 2 de Vernet, Heinz et Thiébault (Vernet & Thiébault, 1987 ; Heinz et al., 1993 ; Heinz & Thiébault, 1998), ce stade est identifié à l’abri Jérôme, à Unang, au Mourre du Sève, à Montclus, à la Baume de Ronze et à Antonnaire.

Fig. 3 : Synthèse des données phytolithiques de l’opération TGV‑Méditerranée pour le Tardiglaciaire et l’Holocène ancien : fluctuation des couverts arborés et herbacés (en haut, en %), variation du BI (Bulliform Index), indicateur phytolithique de stress hydrique (en bas, en % d’écart à la moyenne de chaque séquence) (Delhon, 2005, 2007).

Fig. 3 : Synthèse des données phytolithiques de l’opération TGV‑Méditerranée pour le Tardiglaciaire et l’Holocène ancien : fluctuation des couverts arborés et herbacés (en haut, en %), variation du BI (Bulliform Index), indicateur phytolithique de stress hydrique (en bas, en % d’écart à la moyenne de chaque séquence) (Delhon, 2005, 2007).

Fig. 4 : Diagramme anthracologique synthétique de l’opération TGV‑Méditerranée, du Tardiglaciaire à l’Holocène ancien.

Fig. 4 : Diagramme anthracologique synthétique de l’opération TGV‑Méditerranée, du Tardiglaciaire à l’Holocène ancien.

3.2- Analyse statistique et proposition d’une dynamique de végétation

11La portion du diagramme anthracologique de l’opération TGV-Méditerranée exposée ci-dessus a été construite grâce à l’analyse de 37 assemblages anthracologiques, datés de 13 500 à 7 500 cal BP environ et issus de 5 séquences différentes. Chacun de ces assemblages est très bien calé chronologiquement, mais leur trop faible effectif individuel oblige à les rassembler par larges périodes pour calculer les abondances relatives de chaque taxon. Afin d’atteindre une meilleure résolution chronologique dans notre compréhension de la dynamique de végétation, les données ont été injectées dans une analyse factorielle des correspondances (AFC), traitement statistique réalisable à partir d’effectifs relativement réduits et variables (les assemblages comportent de quelques fragments à 200 fragments) (Benzecri & Benzecri, 1980).

12La projection des points représentant les taxons sur le plan 1-2 permet d’individualiser plusieurs types de végétation (fig. 5). L’axe 2 sépare les formations présteppiques des formations pré-forestières à forestières; l’axe 1 isole les Rosaceae des essences n’appartenant pas à la série de la chênaie caducifoliée, notamment les taxons de milieux humides et le pin. La projection sur le même plan des points représentant les 37 assemblages anthracologiques analysés permet de dégager une dynamique fine de la végétation. Cinq étapes principales sont identifiées dans la mise en place des formations forestières.

131- phase à steppe arborée

14Les prélèvements les plus anciens datent de la première moitié du XIVe millénaire cal BP. Les analyses phytolithiques montrent que les graminées sont dominantes dans la végétation (fig.3) ; en ce qui concerne les ligneux, le pin en formations steppiques et le saule-peuplier en position ripicole, caractérisent cette phase. La présence, discrète, de mésophiles, comme le frêne et surtout le chêne caducifolié, signe à la fois la proximité des zones refuges pléniglaciaires et le démarrage d’une dynamique de réchauffement, assimilée au Bølling.

152- développement précoce du chêne caducifolié

16On assiste ensuite au fort développement des formations caducifoliées, avec la présence du chêne, en très grande quantité à Surel au cours d’un épisode non daté mais antérieur à 8560-8360 cal. BP et attribué au Tardiglaciaire, accompagné, par la suite, de nombreuses Pomoïdeae à Roynac-les-Roches à une période datée entre 14 000 et 12 500 cal BP. Les indices phytolithiques indiquent une humidité importante, et des proportions de feuillus très élevées (fig. 3). Les datations obtenues, ainsi que les données préexistantes nous incitent à rapprocher cette phase de l’Allerød. C’est également à cette période que l’on observe les premières pédogénèses postglaciaires (Berger & Brochier, 2000). Le développement du chêne, apparu au cours de la phase précédente, aurait été stoppé lors d’un épisode froid (Dryas moyen, période froide intra-Allerød ?), avant qu’il ne se déploie pleine- ment dès les premiers réchauffements de l’Allerød, à partir de petits peuplements installés au Bølling, selon l’effet « starter » décrit par Triat-Laval (1978). L’analyse pollinique du cône détritique de la Drôme (Argant, 1990 ; Brochier et al., 1991) a montré, dès 11 850 ± 400 BP (14 900 - 12 900 cal BP), un développement important de la chênaie caducifoliée et une présence discrète des pins, plus abondants au Grand Etang à Suze la Rousse. A la même période (13 204 - 12 808 cal BP), sur le versant préalpin de la vallée du Rhône, à Boulc-en-Diois, à 800 m d’altitude, quelques grains de pollen de chêne et de hêtre ont été observés (Bravard et al., 2003). Toutefois les assemblages anthracologiques contemporains, dominés par le pin, n’ont pas permis d’alimenter l’hypothèse de refuges en zone de moyenne montagne.

Tab. 1 : Résultats qualitatifs des analyses anthracologiques de la moyenne vallée du Rhône et de ses abords pour le Tardiglaciaire et l’Holocène ancien.

Tab. 1 : Résultats qualitatifs des analyses anthracologiques de la moyenne vallée du Rhône et de ses abords pour le Tardiglaciaire et l’Holocène ancien.

Fig. 5 : Analyse factorielle des correspondances (AFC) sur les résultats des analyses anthracologiques de l’opération TGV-Méditerranée.

Fig. 5 : Analyse factorielle des correspondances (AFC) sur les résultats des analyses anthracologiques de l’opération TGV-Méditerranée.

En haut : projection des variables (taxons) sur le plan 1-2 ; au milieu : projection des individus (assemblages anthracologiques) sur le plan 1-2 ; en bas : proposition d’une dynamique de végétation.

173 et 4 - phases à formations ouvertes à Rosaceae

18Après une lacune sédimentaire de presque 1 millénaire qui ne permet pas de cerner la transition Allerød/Postglaciaire, les assemblages anthracologiques enregistrent le développement des formations pionnières à pin sylvestre et héliophiles, dont Prunus type amygdalus/spinosa. Dans ce paysage de steppe arborée, le saule/peuplier est présent. Il semble y avoir un arrêt dans la dynamique de végétation. Malgré l’absence de données pour la plus grande partie du XIIIe et le début du XIIe millénaire cal BP, il semble probable qu’il s’agisse d’un nouveau cycle de régénération forestière, vraisemblablement déconnecté de celui ébauché lors des interstades tardiglaciaires. Cette lacune dans l’enregistrement paléoécologique correspondrait à la phase rhexistasique du Dryas récent, au cours de laquelle le développement forestier initié à l’Allerød pourrait avoir été complètement arrêté. En dépit d’un contexte climatique encore sec et froid, les prémices de l’installation de la chênaie caducifoliée sont visibles dès 11 000 cal BP, avec la présence du chêne caducifolié et du noisetier.

195 - mise en place de la chênaie caducifoliée

20Le spectre paléobotanique de la moyenne vallée du Rhône montre une nouvelle lacune de près d’un millénaire autour de 9 000 cal BP (fig. 2), correspondant à l’arrêt des processus d’érosion depuis les versants qui favorisaient l’apport de charbons dans les séquences des basses terres. Des paléosols évolués (brunisols en voie de décarbonatation) se développent depuis les versants collinéens jusqu’au fond des plaines alluviales, tandis que les cours d’eau s’incisent fortement à la suite d’un fort déficit de la charge solide (Berger & Brochier, 2000 ; Berger et al., 2002).

21Lorsque des données sont à nouveau disponibles, les espèces de la chênaie caducifoliée dominent le spectre anthracologique qui est, cependant, relativement diversifié. Dans le cortège de la chênaie, on trouve des Rosaceae, des Pomoïdeae et des Prunoïdeae, ainsi que du noisetier et le frêne pro parte ; les formations alluviales sont également présentes, avec le saule/peuplier, le bouleau et le frêne pro parte. Les indices phytolithiques de stress hydrique sont plutôt faibles, signe d’un climat humide, à l’exception d’une anomalie détectée aux Brassières et à Lalo vers 8300-8000 cal BP qui pourrait être une signature locale de l’événement global de « 8 200 cal BP » (Alley et al., 1997 ; Rohling & Pälike, 2005). Alors que la composition du couvert ligneux reste inchangée, cet épisode d’augmentation du stress hydrique subit par les graminées est interprété comme la conséquence d’un régime climatique contrasté, avec des accidents climatiques violents (pluies torrentielles) survenant dans un contexte globalement sec (Berger & Guilaine, 2009). Les signatures hydrosédimentaires observées révèlent des épisodes de décharges saisonnières de type « flash- flood », sans élévation des aquifères et sans mutation du style fluvial, qui semble rester méandriforme comme depuis le début de l’Holocène (Berger et al., 2002). Cet épisode apparaît dans les enregistrements des hydrosystèmes du bassin rhodanien depuis les affluents préalpins de la moyenne vallée du Rhône, jusque dans le bassin durancien et le delta du Rhône (Miramont et al., 2000 ; Arnaud-Fassetta et al., 2005 ; Berger & Guilaine, 2009).

22En définitive, cette phase est caractérisée par un développement optimal de la chênaie, dans un contexte de biodiversité inconnu depuis la fin des temps glaciaires. Toutefois, les données pédosédimentaires, qui ne mettent pas en évidence la prédominance de sols forestiers, sont en faveur d’un couvert forestier discontinu, laissant la place à des espaces ouverts (Berger & Brochier, 2000).

4 - Discussion

4.1- Le rôle de « rhamnus/phillyrea » et des autres sclérophylles dans la reconquête postglaciaire

23Lors du processus de mise en place de la chênaie caducifoliée postglaciaire, on constate la répétition des occurrences d’un taxon anthracologique particulier, Rhamnus/Phillyrea. Cette «  phase à Rhamnus/Phillyrea » commence précocement au cours du Préboréal/Boréal et se manifeste de façon sporadique jusqu’à 7 000 cal BP.

24Rhamnus/Phillyrea est un « taxon valise » (Chabal, 1997). Il regroupe plusieurs espèces d’affinité mésoméditerranéenne : le nerprun alaterne (Rhamnus alaternus), et les filaires (Phillyrea media et P. latifolia). S’il est généralement possible de discriminer le bois de l’alaterne de celui des autres nerpruns sur la base de leur anatomie (celles des rayons ligneux en particulier), il est rarement possible de lever l’indétermination entre ce celui‑ci et les filaires. Tous ces taxons se trouvent aujourd’hui en abondance dans les écosystèmes méditerranéens de type garrigue/forêt. Ils font partie du cortège des marqueurs de l’anthropisation, qui se développent à partir du Néolithique parallèlement au défrichement de la chênaie (Vernet & Thiébault, 1987 ; Heinz & Thiébault, 1998 ; Pons & Quézel, 1998 ; Quézel, 1999).

25A Lalo, la présence de Rhamnus/Phillyrea, associée à des occupations humaines attribuées au Mésolithique final et au Néolithique ancien pourrait être la conséquence d’une pression anthropique précoce, mais ponctuelle, sur la strate ligneuse (récolte de bois vivant). La présence concomitante, à partir du Néolithique cardial, de chêne sclérophylle pourrait être un argument dans ce sens (Delhon, 2005). Il n’est pas rare, en effet, que Rhamnus/Phillyrea soit identifié en contexte mésolithique final. Ces deux genres apparaissent dès la phase 1b à l’Abeurador (Hérault) et atteignent de fortes valeurs avant la fin de cette anthracozone (Heinz, 1990) ; à la Font des Pigeons (Châteauneuf- les-Martigues, Bouches-du-Rhône), ce taxon est fréquent dans les niveaux castelnoviens (8758 - 8078 cal BP) où il représente 50 % des déterminations (Vernet, 1971 ; Bazile-Robert, 1984 ; Thiébault, 1999). Pourtant, cette explication invoquant le comportement apophytique de Rhamnus/Phillyrea ne convient pas dans tous les cas. A Roynac, il apparaît dès 10 760-10 280 cal BP, en l’absence de site archéologique reconnu, et à Vallorgues la filaire est présente dès l’Azilien.

26Il ressort des analyses anthracologiques que, en cas de détermination spécifique, c’est le plus souvent la filaire qui est rencontrée aux périodes anciennes, et qu’elle présente, lorsque les deux essences sont identifiées, les pourcentages les plus élevés. Ce phénomène a été observé à l’Abeurador (Heinz, 1990), à Châteauneuf-les-Martigues (Vernet, 1971 ; Bazile-Robert, 1984 ; Thiébault, 1999) et à Fontbrégoua (Thiébault, 1997). Or, la filaire est, parmi les ligneux sclérophylles méditerranéens, un de ceux qui supportent le mieux les basses températures. Si ses feuilles sont détruites à 50 % dès -16 °C, il faut que des températures de -23°C et -22 °C soient atteintes pour que les mêmes préjudices soient causés aux tissus vitaux : le cambium et le xylème. L’alaterne subit pour sa part des dommages comparables dès -17 °C pour le cambium et -16 °C pour le xylème (Larcher, 1981). De plus, les filaires sont des pyrophytes qui jouent un rôle non négligeable dans les processus de régénération végétale post-incendie (Gratani & Amadori, 1991). Elles peuvent, comme d’autres sclérophylles (chêne vert), avoir été favorisées par une augmentation du régime des feux (Davis & Stevenson, 2007).

27Il serait donc possible que le premier développement de Rhamnus/Phillyrea soit principalement le fait de la filaire. Elle interviendrait dans la dynamique de revégétalisation du milieu au cours des Préboréal/Boréal, dans une ambiance de haut régime des feux (naturels ?). Reconnue au Bois des Brousses (Hérault) dès le Magdalénien moyen (15 800 ± 300 BP) (Bazile-Robert, 1981a), cette essence aurait bien résisté aux dernières phases froides du Tardiglaciaire, et profité de l’amélioration du Préboréal pour s’implanter durablement, alors que les conditions climatiques, mais aussi édaphiques, demeuraient trop rudes pour la plupart des feuillus. Par la suite, la chênaie s’étant mise en place, ce sont les actions anthropiques ponctuelles, les incendies et l’érosion des couvertures pédologiques qui favorisèrent son développement, avant celui du chêne sclérophylle. Ce dernier connaît le maximum de son expansion, reconnue par les analyses anthracologiques régionales comme dans les analyses des sites de la ligne TGV-Méditerranée, à partir des âges des métaux, sous les effets cumulés de plusieurs millénaires d’exploitation agro‑sylvo‑pastorale de la chênaie caducifoliée (Heinz & Thiébault, 1998 ; Berger et al., 2007 ; Delhon & Thiébault, 2008). Toutefois, le chêne sclérophylle apparaît précocement dans de nombreuses analyses ce qui tend à prouver l’existence de refuges pléniglaciaires à proximité. Il est possible que son premier développement postglaciaire, sans comparaison avec celui qui interviendra au cours de la deuxième moitié de l’Holocène, obéisse également à une logique de remplacement progressif des végétations steppiques en région méditerranéenne. H. Triat-Laval suggérait dès 1978 que les chênes sclérophylles ont pu prendre, progressivement et en partie, la place de certaines steppiques (genévrier en particulier) à la faveur de l’amélioration climatique postglaciaire, puis qu’ils se sont maintenus à l’état de groupements épars jusqu’à la disparition progressive de la chênaie caducifoliée sous l’effet des activités humaines.

28Cette logique semble s’appliquer à d’autres sclérophylles, présentes de façon précoce bien que discrète comme le ciste, le pistachier et le buis (tab. 1). Les taxons sclérophylles (chêne vert et kermès, filaires, arbousier, nerprun, pistachiers…) sont considérés pour la période holocène soit comme des marqueurs anthropiques (Vernet, 1973, 1997 ; Pons & Quézel, 1998 ; Quézel, 1999), soit comme des marqueurs de « méditerranéisation » du climat (Jalut et al., 1997, 2000, 2009). Ils pourraient être surtout des taxons présteppiques, adaptés à des conditions sèches, à des sols pauvres et, pour certains en dépit de leur distribution géographique actuelle, souvent résistants à des températures froides. A ce titre, ils ont pu jouer un rôle non négligeable dans la dynamique de reconquête postglaciaire.

4.2- Corylus et juniperus, les grands absents des spectres anthracologiques hors-site

29L’analyse anthracologique hors-site permet de révéler, grâce à l’étude de nouveaux contextes de dépôt, dans des zones jusqu’ici peu documentées, de nouvelles données sur l’hétérogénéité de la végétation. Dans l’hypothèse d’une conservation comparable des charbons de toutes les espèces en milieu naturel (sols, contexte colluvio-alluvial), l’absence totale du genévrier et l’extrême discrétion du noisetier dans les résultats des analyses anthracologiques Tardiglaciaire/Holocène ancien des sites de la ligne TGV‑Méditerranée sont à souligner.

30Dans les analyses archéoanthracologiques des gisements du Sud de la France, le genévrier est co-dominant puis dominant au cours des phases anthracologiques 1a et 1b (Heinz, 1990 ; Heinz & Thiébault, 1998) ; pour la même période, il est bien représenté dans les diagrammes polliniques de la région Rhône-alpine (Triat-Laval, 1978 ; Clerc, 1988 ; Argant, 1990). Les analyses anthracologiques de gisements archéologiques concernent des sites en grottes ou sous abris localisés dans les versants calcaires des massifs collinéens de l’arrière-pays rhodanien alors que les charbons hors-site proviennent de la basse plaine alluviale du Rhône. On peut supposer que les alluvions rhodaniennes n’ont jamais été un substrat favorable au développement du genévrier, ce qui explique que les séquences polliniques, issues de zones humides, n’en enregistrent qu’un écho régional, peut-être amplifié par l’absence de couvert végétal dense.

31Le noisetier caractérise les spectres polliniques du Préboréal et du Boréal. La représentation de cette espèce fortement pollinisatrice est influencée par la densité globale du couvert végétal, qui filtre la pluie pollinique et par la concurrence pour la lumière, qui influence la production de pollen (Triat-Laval, 1978). La représentation pollinique du noisetier est donc surévaluée lorsque la végétation est clairsemée. De plus, Corylus est actuellement un taxon peu fréquent en région méditerranéenne française, dont la répartition se limite aux formations ripicoles et aux stations fraîches de l’étage collinéen (Rameau et al., 1989, 2008). La rareté du noisetier dans les spectres anthracologiques non seulement des sites en grotte ou sous abris (il n’a été déterminé qu’à la Baume de Montclus : Bazile-Robert, 1983) mais aussi des séquences de la moyenne vallée du Rhône est à mettre en relation avec des substrats trop secs dans ces zones karstiques. L’importance de ce taxon dans les enregistrements polliniques est un indicateur de sa vigueur de pollinisation en lisière et autour des zones humides où sont récoltés les échantillons polliniques.

4.3- Impact des aléas climatiques sur la dynamique de végétation

32La chênaie caducifoliée

33En moyenne vallée du Rhône, si la chênaie caducifoliée connaît une mise en place précoce, probablement dès les interstades tardiglaciaires, elle a par la suite réagi aux perturbations climatiques de façon variable suivant sa maturité. Elle régresse au Dryas récent, ce qui a pour conséquence un retour des cortèges de reconquête et la mise en place de forêts-steppes au Préboréal.

34L’épisode de « 8 200 cal BP », certes beaucoup plus court et moins intense, n’a, au contraire, aucun impact détectable sur la composition spécifique des anthracocœnoses, malgré une recrudescence régionale du régime des incendies, et alors qu’il induit un stress physiologique important chez les graminées, bien perceptible dans les spectres phytolithiques (fig. 3). Plus mature, plus diversifiée, installée sur des sols plus profonds, la chênaie médio-rhodanienne de l’Atlantique ancien fut, peut-être, plus résiliente que les premières formations caducifoliées de l’Allerød. L’état initial de la végétation et des sols aurait donc pu jouer un rôle important dans sa capacité à absorber les crises climatiques.

35Les espèces sclérophylles

36Les taxons pionniers qui accompagnent le développement forestier ont une plasticité écologique remarquable. Ils joueront, quelques millénaires plus tard (IVe millénaire), un rôle important, mais très différent, dans les séries régressives caractéristiques des végétations alors anthropisées. Steppiques au tout début de l’Holocène, certaines espèces sclérophylles se sont adaptées aux environnements de plus en plus forestiers de l’Atlantique ancien, dans lesquels elles ont perduré sous forme de populations plus réduites et plus éparses, avant de redevenir très compétitives au fur et à mesure que la pression anthropique s’intensifie, à partir de l’Holocène moyen (fig. 6).

Fig. 6 : Schéma de la dynamique de recolonisation post-glaciaire depuis les refuges du Pléniwürm en moyenne vallée du Rhône : évolution des proportions des végétations steppiques, mésophiles (chênaie caducifoliée) et anthropiques, impact des péjorations climatiques sur le couvert forestier, évolution du comportement des sclérophylles d’affinité méditerranéenne au sein de ces végétations.

Fig. 6 : Schéma de la dynamique de recolonisation post-glaciaire depuis les refuges du Pléniwürm en moyenne vallée du Rhône : évolution des proportions des végétations steppiques, mésophiles (chênaie caducifoliée) et anthropiques, impact des péjorations climatiques sur le couvert forestier, évolution du comportement des sclérophylles d’affinité méditerranéenne au sein de ces végétations.

5- Conclusion

37L’anthracologie hors site archéologique, appliquée de façon systématique au cours des travaux d’archéologie préventive : Opération TGV-Méditerranée, s’avère un moyen de mieux appréhender les dynamiques de végétation qui sont, la plupart du temps, documentées par la palynologie, focalisée sur des contextes où les pollens sont susceptibles de s’accumuler et de se conserver (zones humides) et par l’anthracologie en site, tributaire de l’existence de sites archéologiques conservés et donc elle aussi restreinte à certaines unités de paysage. La complémentarité des différents corpus de données permet des reconstitutions environnementales à la fois plus fines dans le temps et plus précises dans l’espace, et donnent ainsi accès à l’hétérogénéité des systèmes écologiques.

38La distribution géographique et l’écologie actuelles des taxons sont, faute de mieux, utilisées comme analogue de celles qu’ils ont pu avoir dans le passé. Or, les résultats exposés ici montrent bien que l’anthropisation du milieu, depuis le Néolithique, et l’érosion des sols restreignent certains taxons, qui n’expriment à l’heure actuelle qu’une faible part de leurs potentialités écologiques. De la même façon, il est difficile d’évaluer l’impact des fluctuations du climat sur les écosystèmes. La transition Tardiglaciaire/Holocène, contrastée et rythmée du point de vue climatique, illustre les effets d’abaissement et de remontée des seuils de vulnérabilité des végétations en fonction de leur maturité, de leur biodiversité, et du contexte édaphique. Dans ce contexte, les phytolithes sont efficaces pour suivre l’évolution des végétations graminéennes et permettent de calculer un indice de stress hydrique (BI) d’autant plus précieux que l’aridité se confond souvent avec l’anthropisation dans les interprétations des analyses paléobotaniques en région méditerranéenne. Pour les périodes où les végétations sont contraintes par le climat bien plus que par les activités humaines, cet indice s’avère utile pour détecter des variations de courte durée, n’ayant peu ou pas d’impact sur la liste floristique des taxons ligneux.

Haut de page

Bibliographie

ALLEY P.A., MAYEEWSKI T., SOWERS M., STUIVER K.C., & CLARK P.U., 1997- Holocene climatic instability: a prominent, widespread event 8 200 yr ago. Geology, 25, 483-486.

ARGANT J., 1990 - Climat et environnement quaternaire dans le bassin du Rhône d’après les données palynologiques. Documents du laboratoire de Géologie de Lyon, 111, 199 p.

ARNAUD-FASSETTA G., BRUNETON H., BERGER J.-F., BAUDOUIN C., BOÈS X., & PROVANSAL M., 2005 - Paleohydrology and environmental change in the Rhône Delta: a ~8000-yr record of paleohydrology and environmental change in fluvial- influenced sediments from urban Arles-Piton Core, North Rhône Delta, France. Zeitschrift für Geomorphology, 49 (4), 455-484.

BARTOLI F., & GUILLET B., 1977 - Etude comparée des diagrammes phytolithiques et polliniques d’un podzol des Vosges gréseuses. Comptes-Rendus de l’Académie des Sciences de Paris, 284 D, 279-282.

BAZILE-ROBERT E., 1981a - Flore et végétation des gorges du Gardon à la moyenne vallée de l’Hérault, de 40 000 à 9 500 BP, d’après l’anthracoanalyse. Approche paléoécologique. Paléobiologie continentale, XII (1), 79-90.

BAZILE-ROBERT E., 1981b - La baume de Vallorgues (Saint-Quentin la Poterie, Gard) Analyse anthracologique. Etudes Quaternaires Languedociennes, cahier n° 1, 15-18.

BAZILE-ROBERT E., 1983 - La baume de Montclus (Gard). Etude anthracologique. Etudes Quaternaire Languedociennes, 3, 25-32.

BAZILE-ROBERT E., 1984 - Flore et végétation autour de l’étang de Berre, de 12 000 à 4 000 BP, d’après l’anthracoanalyse. Cahiers Ligures de Préhistoire et de Protohistoire, 1, 211‑219.

BEECHING A., BROCHIER J.-L., & ARGANT J., 2004 – Première anthropisation et néolithisation : contextes environnemental et humain dans le bassin du Rhône moyen et les Alpes. In H. Richard (dir), Néolithisation précoce. Premières traces d’anthropisation du couvert végétal à partir des données polliniques. Presses Universitaires Franc-Comtoises, Besançon, 2004, 147-162.

BENZECRI J.-P., & BENZECRI F., 1980 - La pratique de l’analyse des données : analyse des correspondances. Exposé élémentaire. Paris Dunod, 424 p.

BERGER J.-F., & BROCHIER J.-L., 2000 - Evolution des paysages et des climats dans la moyenne vallée du Rhône et sa bordure préalpine de 13 000 à 5 000 BP. In Epipaléolithique et Mésolithique ; les derniers chasseurs cueilleurs d’Europe occidentale. Actes du colloque international de Besançon, 1998, Presses Universitaires Franc-Comtoises, 2000, 37-57.

BERGER J.-F., & THIÉBAULT S., 2002 - The study and significance of charcoal as an indicator of ancient fires: an application to the middle Rhone Valley (France). In S. Thiébault (ed.), Charcoal Analysis-Methodological approaches, Palaeoecological Results and Wood Uses. Proceedings of the second International Meeting of Anthracology, British Archaeological Reports International Series, 1063, 25-41

BERGER J.-F., DELHON C., BONTE S., THIÉBAULT S., PEYRIC D., BEECHING A., & VITAL J., 2002 – Paléodynamique fluviale, climat, action humaine et évolution des paysages du bassin versant de la Citelle (moyenne vallée du Rhône, Drôme) au cours de l‘Atlantique ancien (8000-6000 BP) à partir de l‘étude de la séquence alluviale d‘Espeluche-Lalo. In J.-P. Bravard & M. Magny (dir.), Histoire des rivières et des lacs de Lascaux à nos jours. Les fleuves ont une histoire. Paléoenvironnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans. Errance, Paris, 223-238.

BERGER J.-F., BROCHIER J.-L., DELHON C., THIÉBAULT S., & VITAL J., 2007 - Nouveau regard sur la dynamique des paysages et l’occupation humaine à l’Âge du Bronze en moyenne vallée du Rhône. In C. Mordant, H. Richard & M. Magny (eds.), Environnements et cultures à l’Âge du Bronze en Europe occidentale. Actes du 129e colloque du CTHS, Besançon, avril 2004, Documents Préhistoriques, 21, Editions du CTHS, 259-283.

BERGER J.-F., & GUILAINE J., 2009 - The 8 200 cal yr BP abrupt environmental change and the Neolithic transition: a Mediterranean perspective. In D. Galop, M. Magny, J.M. Carozza & J. Guilaine (eds.), special Issue, Quaternary International, 200 (1, 2), 31-49.

BRAVARD J.-P., BARTHELEMY L., BROCHIER J.L., JOLY- SAAD M.-C., ROBERTS M., THIÉBAULT S., ASTRADE L., EVIN J., LANDON N., & PETIOT R., 2003 - Mouvements de masse et paléoenvironnement quaternaire : les paléo-lacs de Boulc (Haut-Diois, Alpes, France). Revue de Géographie Alpine, 1, 9-27.

BREMOND L., ALEXANDRE A., PEYRON O., & GUIOT J., 2005 - Grass water stress estimated from phytoliths in West Africa.Journal of Biogeography, 32, 311-327.

BROCHIER J.-L., MANDIER P., & ARGANT J. (avec la participation de P. Petiot), 1991 - Le cône détritique de la Drôme : une contribution à la connaissance de l’Holocène du Sud de la France. Quaternaire, 2, 83-99.

CHABAL L., 1997 - Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithique final, Antiquité tardive). L’anthracologie, méthode et paléoécologie. Document d’Archéologie Française, 63, 192 p.

CLERC J., 1988 - Recherches pollenanalytiques sur la paléoécologie Tardiglaciaire et Holocène du Bas‑Dauphiné. Thèse, Université d’Aix-Marseille, 179 p.

DAVIS B.A.S., & STEVENSON A.C., 2007 - The 8.2 ka event and Early–Mid Holocene forests, fires and flooding in the Central Ebro Desert, NE Spain. Quaternary Science Reviews 26, 1695-1712.

DELHON C., 2005 - Anthropisation et paléoclimats du Tardiglaciaire à l’Holocène en moyenne vallée du Rhône : études pluridisciplinaires des spectres phytolithiques et pédo-anthracologiques de séquences naturelles et de sites archéologiques. Thèse de Doctorat, spécialité Archéologie et Environnement, Université de Paris 1, 2 vol., 789 p.

DELHON C., 2007 - Phytolith and pedoanthracological analysis of « off site » Holocene sequences from Mondragon (middle Rhone valley, South of France). In M. Madella & D. Zurro (eds.), Plants, People and Places: Recent Studies in Phytolithic Analysis. Actes du 4th International Meeting on Phytolith Research, Cambridge, août 2002, Oxbow Books, 173-188.

DELHON C., & THIÉBAULT S., 2008 - An approach to Holocene vegetation history in the middle Rhone valley (France): anthracological data from the « TGV-Méditerranée » excavations. In G. Fiorentino (dir.), Charcoal from the past, Cultural and palaeo- environmental implications. Actes du IIIrd Meeting of Anthracology, Lecce (Italie), 28 juin-01 juillet 2004, British Archaeological Reports International Series, 1807, 63-73.

GRATANI L., & AMADORI M., 1991 - Post-fire resprouting of shrubby species in Mediterranean maquis. Vegetatio, 96 (2), 137-143.

HEINZ C., 1990 - Dynamique des végétations holocènes en Méditerranée nord occidentale d’après l’anthracoanalyse de sites préhistoriques : méthodologie et paléoécologie. Paléobiologie continentale, XVI (2), 212 p.

HEINZ C., THIÉBAULT S., & VERNET J.-L., 1993 - Gestion et dégradation de la forêt préhistorique méditerranéenne. Actes du XVIème colloque interrégional sur le Néolithique, Documents d’Archéologie Française, 39, 12-18.

HEINZ C., & THIÉBAULT S., 1998 - Characterization and Palaeoecological Significance of Archaeological Charcoal Assemblages during Late and Post-Glacial Phases in Southern France. Quaternary Research, 50, 56-68.

JALUT G., ESTEBAN AMAT A., REIRA I MORA S., FONTUGNE M., MOOK R., BONNET L., & GAUQUELIN T.,1997 - Holocene climatic changes in the western Mediterranean: installation of the Mediterranean climate. Comptes-Rendus de l’Académie des Sciences, Earth and Planetary Sciences, Paris, 235, 327-337.

JALUT G., ESTEBAN AMAT A., GAUQUELIN T., & FONTUGNE M., 2000 - Holocene climatic changes in the western mediterranean, from south-east France to south-east Spain. Palaeo- geography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 160, 255-290.

JALUT G., DEDOUBAT J.-J., FONTUGNE M., & OTTO T., 2009 - Holocene circum-Mediterranean vegetation changes: Climate forcing and human impact. Quaternary International, 200 (1, 2), 4-18.

LARCHER W., 1981 - Low temperature effects on Mediterranean sclerophylls: an unconventional viewpoint. In N.S. Margaris & H.A. Mooney (eds.), Components of productivity of Mediterranean-climate regions, basic and applied aspects. Dr. W. Junk publishers, La Hague, Boston, London, 259-266.

MIRAMONT C., SIVAN O., ROSIQUE T., EDOUARD J.-L., & JORDA M., 2000 - Subfossil tree deposits in the middle Durance (Southern Alps, France): environmental changes from Allerød to Atlantic. Radiocarbon, 42 (3), 423-435.

PIPERNO D., 1988 - Phytolith analysis: an archaeological and geological perspective. San Diego, Academic Press, 280 p.

PONS A., & QUEZEL P., 1998 - À propos de la mise en place du climat méditerranéen. Comptes-Rendus de l’Académie des Sciences, Earth and Planetary Science, Paris, 327 (11), 755-760.

QUEZEL P., 1999 - Les grandes structures de végétation en région méditerranéenne: Facteurs déterminants dans leur mise en place post-glaciaire. Geobios, 32 (1), 19-32.

RAMEAU J.-C., MANSION D., & DUME G., 1989 - Flore forestière française - guide écologique illustré. Tome 1 : Plaines et collines. Institut pour le développement forestier, Paris, 1785 p.

RAMEAU J.-C., MANSION D., DUME G., & GAUBERVILLE C., 2008 - Flore forestière française - guide écologique illustré. Tome 3 : Région méditerranéenne. Institut pour le développement forestier, Paris, 2426 p.

ROHLING E.J., & PÄLIKE H., 2005 - Centennial scale climate cooling with a sudden cold event around 8,200 years ago. Nature, 434, 975-979.

SCHWEINGRUBER F., 1990 - Anatomie europäischer Hölzer - Anatomy of European woods. Stuttgart, Haupt, 800 p.

STRÖMBERG C., WERDELIN L., FRIIS E., & SARAÇ G., 2007 - The spread of grass-dominated habitats in Turkey and surrounding areas during the Cenozoic: phytolith evidence. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 250, 18-49.

THIÉBAULT S., 1997 - Early-Holocene vegetation and the human impact in central Provence (Var, France) charcoal analysis of Baume de Fontbrégoua. The Holocene, 7, 341-347.

THIÉBAULT S., 1999 -Dynamique des paysages et intervention humaine du Tardiglaciaire à l’Holocène, de la Méditerranée aux Préalpes sud-occidentales - apport de l’analyse anthracologique. Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris 1, 278 p.

TRIAT-LAVAL H., 1978 - Contribution pollenanalytique à l’histoire Tardiglaciaire et Postglaciaire de la végétation de la basse vallée du Rhône. Thèse de Doctorat d’Etat, Université d’Aix-Marseille III, 343 p.

VERNET J.-L., 1971 - Analyse de charbons de bois des niveaux boréal et atlantique de l’abri de Châteauneuf-les-Martigues (Bouches du Rhône). Bulletin du Muséum d’Histoire Naturelle de Marseille, XXXI, 97-103.

VERNET J.-L., 1973 - Nouvelle contribution à l’histoire de la végétation holocène des grands Causses d’après les charbons de bois. Bulletin de la Société Botanique Française, 119, 169-184.

VERNET J.-L., 1997 - L’Homme et la forêt méditerranéenne de la Préhistoire à nos jours. Errance, Paris, 248 p.

VERNET J.-L., & THIEBAULT S., 1987 - An approach of northwestern Mediterranean recent prehistoric vegetation and ecologic implications. Journal of Biogeography, 14, 117-127.

VERNET J.L., (sous la dir. de), OGEREAU P., FIGUEIRAL I., MACHADO YANES C., & UZQUIANO P., 2001 - Guide d’identification des charbons de bois préhistoriques et récents. Sud-Ouest de l’Europe : France, Péninsule ibérique et Îles Canaries. CNRS Éditions, Paris, 395 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de localisation des sites mentionnés dans le texte.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5620/img-1.png
Fichier image/png, 123k
Titre Fig. 2 : Synthèse chronologique des données anthracologiques Tardiglaciaire/Holocène ancien pour la moyenne vallée du Rhône et ses abords.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5620/img-2.png
Fichier image/png, 60k
Titre Fig. 3 : Synthèse des données phytolithiques de l’opération TGV‑Méditerranée pour le Tardiglaciaire et l’Holocène ancien : fluctuation des couverts arborés et herbacés (en haut, en %), variation du BI (Bulliform Index), indicateur phytolithique de stress hydrique (en bas, en % d’écart à la moyenne de chaque séquence) (Delhon, 2005, 2007).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5620/img-3.png
Fichier image/png, 87k
Titre Fig. 4 : Diagramme anthracologique synthétique de l’opération TGV‑Méditerranée, du Tardiglaciaire à l’Holocène ancien.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5620/img-4.png
Fichier image/png, 22k
Titre Tab. 1 : Résultats qualitatifs des analyses anthracologiques de la moyenne vallée du Rhône et de ses abords pour le Tardiglaciaire et l’Holocène ancien.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5620/img-5.png
Fichier image/png, 142k
Titre Fig. 5 : Analyse factorielle des correspondances (AFC) sur les résultats des analyses anthracologiques de l’opération TGV-Méditerranée.
Légende En haut : projection des variables (taxons) sur le plan 1-2 ; au milieu : projection des individus (assemblages anthracologiques) sur le plan 1-2 ; en bas : proposition d’une dynamique de végétation.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5620/img-6.png
Fichier image/png, 135k
Titre Fig. 6 : Schéma de la dynamique de recolonisation post-glaciaire depuis les refuges du Pléniwürm en moyenne vallée du Rhône : évolution des proportions des végétations steppiques, mésophiles (chênaie caducifoliée) et anthropiques, impact des péjorations climatiques sur le couvert forestier, évolution du comportement des sclérophylles d’affinité méditerranéenne au sein de ces végétations.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5620/img-7.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Delhon, Stéphanie Thiébault, Jacques‑Léopold Brochier et Jean‑François Berger, « Dynamiques de végétation au tardiglaciaire et à l’Holocène ancien en moyenne vallée du Rhône d’après les données anthracologiques », Quaternaire, vol. 21/3 | 2010, 281-293.

Référence électronique

Claire Delhon, Stéphanie Thiébault, Jacques‑Léopold Brochier et Jean‑François Berger, « Dynamiques de végétation au tardiglaciaire et à l’Holocène ancien en moyenne vallée du Rhône d’après les données anthracologiques », Quaternaire [En ligne], vol. 21/3 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/5620 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaternaire.5620

Haut de page

Auteurs

Claire Delhon

CNRS : UMR6130-CEPAM, 250 rue Albert-Einstein, 06560 Valbonne. Courriel : claire.delhon@cepam.cnrs.fr

Articles du même auteur

Stéphanie Thiébault

CNRS : UMR7209-Archéozoologie/Archéobotanique, Muséum national d’Histoire naturelle, 55 rue Buffon 75005 Paris. Courriel : thiebault@mnhn.fr

Articles du même auteur

Jacques‑Léopold Brochier

CNRS : UMR5138, Centre d’Archéologie Préhistorique du Rhône aux Alpes, 6 rue André-Lacroix 26000 Valence. Courriel : cap.valence@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Jean‑François Berger

CNRS : UMR6130-CEPAM, 250 rue Albert-Einstein, 06560 Valbonne. Courriel : berger@cepam.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search