Navigation – Plan du site

Paléovégétation du site à hominidés de Pont-de-Lavaud, Pléistocène inférieur, région Centre, France

Palaeovegetation at the Pont-de-Lavaud hominin site, lower Pleistocene, Central France
Laurent Marquer, Erwan Messager, Josette Renault‑Miskovsky, Jackie Despriée, Robert Gageonnet, Pierre Voinchet, Jean‑Jacques Bahain et Christophe Falguères
p. 187-200

Résumés

Les stratégies de mobilité des hommes préhistoriques sont à l’origine des différentes vagues de migration en Europe. Elles sont fortement influencées par les variations des couverts végétaux aux cours des premiers cycles glaciaire-interglaciaire. Les premiers européens ont dû s’adapter à des environnements distincts, tels que des forêts ou des steppes. Dans le but de mieux connaître la diversité des habitats occupés par les hominidés du Pléistocène inférieur en Europe, une étude paléobotanique (pollen et phytolithes) a été effectuée sur le site préhistorique de Pont-de-Lavaud. Pont-de-Lavaud est le plus ancien site archéologique de plein air connu en France caractérisé par des industries lithiques archaïques (Mode 1). Les datations ESR donnent des âges compris entre 1 et 1,2 Ma, pour la formation sédimentaire à laquelle le site est associé. Les résultats polliniques révèlent que la végétation à Pont-de-Lavaud s’apparentait à une forêt tempérée, composée de chênes, de noisetiers, de charmes et de tilleuls, avec une tendance climatique chaude et humide comme en témoigne l’abondance du châtaignier et de Juglandaceae telles que le noyer, Carya, et Pterocarya. Les phytolithes nous informent sur la nature des graminées présentes au sein de la végétation, avec notamment la prépondérance du groupe des Pooideae, graminées typique du milieu tempéré. Pour la première fois, pour un site de plus d’un million d’années, la présence de l’homme est donc attestée dans un paysage de type forêt décidue spécifique d’une phase interglaciaire.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient le Ministère de la Culture (sous-direction de l’Archéologie), Service régional de l’Archéologie du Centre, ainsi que le Conseil Régional du Centre et le Conseil général de l’Indre, pour le soutien financier aux opérations de recherches programmées sur le Paléolithique ancien en Région Centre. Nous remercions également les deux relecteurs de cet article, Doris Barboni et Claire Delhon, pour leurs remarques constructives.

1 - Introduction

1En Europe, l’environnement végétal n’a cessé de se modifier au cours du Pléistocène, sous l’influence des cycles glaciaire-interglaciaire (de Beaulieu, et al., 2001 ; Tzedakis, 2003 ; Tzedakis et al., 2003, 2006 ; Desprat et al., 2005, 2006 ; Roucoux et al., 2006, 2008 ; Sánchez-Gońi et al., 2008). La dispersion progressive des hominidés à partir de deux millions d’années est contemporaine de l’accentuation de ces variations environnementales (Aguirre & Carbonell, 2001 ; Bar-Yosef & Belfer-Cohen, 2001 ; Mithen & Reed, 2002 ; Dennell, 2003 ; Pavlov et al., 2004). Afin de mieux comprendre les relations entre les premiers hominidés européens et leur environnement, il est important de connaître les paysages contemporains directement associés aux occupations humaines (Renault-Miskovsky & Lebreton, 2006). Les principales reconstitutions paléoenvironnementales (pollen, phytolithes et/ou graines) obtenues sur des sites du Pléistocène inférieur concernent Dmanissi en Géorgie (Messager, 2006 ; Messager et al., 2008, 2010), Monte Poggiolo en Italie (Lebreton, 2002, 2004), et la grotte du Vallonnet en France (Renault-Miskovsky & Girard, 1988). Les résultats révèlent des environnements tempérés avec une composante herbacée importante. Des hypothèses ont été récemment publiées en ce qui concerne l’influence des changements de végétation sur les modes de vie des premiers européens, notamment leurs stratégies de mobilité, aussi bien à l’échelle régionale que continentale (Leroy et al., 2011 ; Messager et al., 2011).

2Dans le but de mieux caractériser l’environnement végétal associé aux premiers hominidés, nous avons analysé le contenu en grains de pollen et en phytolithes de sédiments contemporains de l’occupation humaine de Pont-de-Lavaud. Ce site, situé sur la commune d’Éguzon-Chantôme (Indre, France), a permis de mettre en évidence la présence d’homininés à 1 Ma dans le centre de la France (Despriée et al., 2006, 2010). La double analyse pollen/phytolithes, assez rare en ce qui concernent les écosystèmes tempérés, nous offre l’opportunité d’obtenir des données différentes, mais complémentaires sur l’environnement végétal. L’étude proposée dans cet article apportera donc de nouveaux éléments clés en ce qui concerne les discussions sur la diversité des habitats occupés par les hominidés du Pléistocène inférieur.

Fig. 1 : Situation de Pont-de-Lavaud dans la moyenne vallée de la Creuse

Fig. 1 : Situation de Pont-de-Lavaud dans la moyenne vallée de la Creuse

modifié d’après Despriée et al., 2007

Fig. 2 : Pont-de-Lavaud au sein du système d’étagement des nappes alluviales de la vallée de la Creuse, et datations obtenues par la méthode ESR

Fig. 2 : Pont-de-Lavaud au sein du système d’étagement des nappes alluviales de la vallée de la Creuse, et datations obtenues par la méthode ESR

Voinchet et al., 2003, 2004 ; Despriée et al., 2006

2 - Situation géographique et structurale

3Le plateau d’Aigurande occupe la bordure nord du Massif Central entre le domaine granitique de la Marche et les formations sédimentaires secondaires du sud du Bassin de Paris. Cette pénéplaine qui s’abaisse du sud (350°m NGF) au nord (250°m NGF) est drainée par la Creuse (fig.°1). En haut des versants, des terrasses ou des lambeaux de nappes alluviales ont enregistré les premiers cycles « glaciaire-interglaciaire » du Quaternaire (Despriée & Gageonnet, 2003 ; Despriée et al., 2004).

4Le système fluviatile composite de la vallée moyenne de la Creuse (entre Éguzon et le Blanc) comprend 12 nappes fossiles étagées qui ont été datées par la méthode de résonance de spin électronique (ESR) appliquée aux quartz fluviatiles blanchis optiquement (fig. 2). Les trois formations alluviales fossiles les plus hautes, dénommées K, J, I, sont conservées dans la région d’Éguzon. La nappe K est datée de 1,7 Ma et la nappe J de 1,45 Ma. La nappe I (+90 / +105 m), à laquelle sont associées les industries archaïques, a fait l’objet d’une dizaine de mesures qui lui donnent un âge compris entre 1 et 1,2 Ma (Voinchet et al., 2007 ; Despriée et al., 2010). L’épaisseur des dépôts varie par suite de rejeux d’accidents tectoniques locaux, de 15 m à moins de 2 m selon le secteur étudié. Un des lambeaux de cette nappe, fortement érodé, est reconnu à « Pont-de-Lavaud » sur la commune d’Éguzon (Despriée et al., 2006).

3 - Le site de « Pont-de-Lavaud »

5A « Pont-de- Lavaud », des dépôts alluviaux sableux appartenant à la base de la nappe I sont observés sur une épaisseur maximale de 1,50 m. Plusieurs tranchées creusées jusqu’au substratum montrent que ces alluvions reposent le plus souvent directement sur le substratum de micaschistes plus ou moins altérés (fig. 3).

6Les dépôts du site préhistorique et de la zone fouillée, correspondent aux alluvions fluviatiles qui se sont déposées soit directement sur le substratum de micaschistes, soit sur des masses caillouteuses provenant du versant. La stratigraphie observée sur l’ensemble de la fouille comprend toujours trois ensembles. Le premier ensemble inclut le substratum de micaschiste qui est altéré sur une épaisseur variable, souvent importante, jusqu’à 100 cm. Des altérites sont alors formées, elles correspondent à des argiles limoneuses contenant de nombreux débris provenant de la décomposition du micaschiste sur place. Le deuxième ensemble inclut un cailloutis de quartz emballé dans une matrice argileuse grossière contenant des masses de sables inorganisées. La morphologie des cailloux et des blocs de quartz permet de les classer en deux catégories. D’une part les galets et les blocs émoussés par transport fluviatile ; d’autre part, des fragments de quartz filonien aux arêtes peu et non usées. Ces morphologies indiquent une double origine des quartz : les galets proviennent des nappes fluviatiles plus anciennes déposées en haut de versant et les filons brisés ont glissé après avoir été mis au jour par érosion sur les versants. Toutes les roches accumulées dans les dépôts des nappes fluviatiles plus anciennes ou mises au jour sur les versants sont arrivées par solifluxion après la fin de l’incision. Le caractère périglaciaire de ces dépôts est confirmé par les études géologiques qui ont montré que ces apports latéraux ont ensuite été remaniés par des phénomènes de cryoturbation (Despriée & Gageonnet, 2003). Enfin, le troisième ensemble inclut un sable grossier à rares cailloux de quartz, observé sur quelques décimètres au-dessus du cailloutis, et sur plus d’un mètre à la périphérie.

7Deux niveaux préhistoriques ont été retrouvés en position primaire. Les rares artefacts du niveau inférieur se trouvaient au contact des micaschistes du substratum. L’occupation du niveau supérieur s’était installée sur le sommet d’un dépôt de pente grossier postérieurement aux cryoturbations (Despriée & Gageonnet, 2003). Le sol préhistorique a été fouillé sur 100 m². Deux empierrements anthropiques ont été dégagés (fig. 4). Longs de 8 m et larges de 3,50 m environ, ils ont une forme allongée et ont été construits avec des blocs de quartz usé récupérés à la base du dépôt de pente. Les artefacts sont répartis sur ces empierrements mais sont également très denses à leur périphérie. Ce sol archéologique supérieur a été fossilisé par le dépôt de la formation de sables fluviatiles de la nappe I. Le dépôt de pente et les alluvions fluviatiles ont été datés à plusieurs reprises et en plusieurs endroits par la méthode ESR. Ils ont un âge moyen pondéré de 1,054 ± 0,054 Ma (Despriée et al., 2006, 2010).

8Les dépôts à proximité du site, mis en évidence par une coupe prélevée à une dizaine de mètres au sud du site archéologiques sont constitués de deux ensembles sur 1,30 m de hauteur (fig. 3, profil a, de bas en haut) : à la base du profil un ensemble argilo-limoneux est composé d’altérites résultant de l’altération sur place du sommet du substratum de micaschistes, d’un limon argileux et d’une couche d’argile verdâtre. Au dessus de cet ensemble, on trouve un dépôt d’alluvions fluviatiles comprenant un niveau de sables grossiers limoneux surmonté par un niveau de graviers et graves fines de quartz à matrice sableuse orangée. Un sable grossier avec cailloux de quartz très dispersés termine la séquence. Aucun vestige archéologique n’a été observé dans cette zone.

Fig. 3 : Coupes stratigraphiques des sondages paléobotaniques effectués à Pont-de-Lavaud.

Fig. 3 : Coupes stratigraphiques des sondages paléobotaniques effectués à Pont-de-Lavaud.

9

Fig. 4 : Localisation des deux empierrements sur le site préhistorique, et positionnement des prélèvements ponctuels (carrés K5/6, D5/6, et R/S7) et des sondages paléobotaniques effectués (profil C1 et profil F4/5).

Fig. 4 : Localisation des deux empierrements sur le site préhistorique, et positionnement des prélèvements ponctuels (carrés K5/6, D5/6, et R/S7) et des sondages paléobotaniques effectués (profil C1 et profil F4/5).

4 - Matériel et méthodes

4.1 - Les échantillonnages

10Les sables fluviatiles sont peu propices à la bonne conservation des microrestes végétaux. Nous avons donc consacré nos analyses sur la succession des niveaux à plus fortes concentrations argileuses observé sous et à la base de la nappe alluviale I. Deux profils Olivier2018-05-28T11:02:00Ocaractéristiques, C-1 et F-4/5, situés en dehors des zones perturbées par les phénomènes périglaciaires ont été échantillonnés (fig. 3). Dans ces deux profils, le sol d’occupation préhistorique est localisé au sommet du cailloutis. Des prélèvements ponctuels complémentaires au sein du niveau archéologique ont également été effectués dans les carrés K5/6, D5/6 et R/S7 (fig. 4). L’ensemble de ces prélèvements est effectué tous les 5 cm. Le profil a, situé à proximité du site a aussi été prélevé, tous les 10 cm. Il correspond aux niveaux d’altération du substratum et à la base de la nappe fluviatile, caractérisés dans cette zone par une absence de matériel archéologique.

4.2 - L’analyse palynologique

11Les protocoles physico-chimiques suivis pour l’extraction des spores et des grains de pollen correspondent aux approches méthodologiques d’extractions classiques définies par Cour (1974) et Faegri et Iversen (1989). Chaque échantillon de 8 à 15 g de sédiment a été soumis à des attaques chimiques acido-basiques (acide chlorhydrique 50 %, acide fluorhydrique 70 %, hydroxyde de potassium 10 %) afin d’éliminer l’ensemble de la matrice sédimentaire minérale et organique. Une lévigation en liqueur dense (chlorure de zinc) permet ensuite d’extraire les grains de pollen de la matrice résiduelle. Enfin, cinquante microlitres de la solution contenant le matériel sporo-pollinique sont montés entre lame et lamelle et observés en microscopie optique à transmission. La lecture des lames se fait à l’objectif 16. Les déterminations et les dénombrements des grains de pollen et des spores sont effectués à l’objectif 100 à immersion. Enfin, les résultats sont exprimés en pourcentages relatifs de chaque taxon par rapport à la somme de base par échantillon, comprenant uniquement les grains de pollen déterminés.

4.3 - Analyse des phytolithes

12Les préparations de phytolithes ont été réalisées à partir de 5 g de sédiment selon un protocole adapté de celui décrit par Lentfer & Boyd (1998). Les sédiments ont d’abord été décarbonatés dans l’acide chlorhydrique à 37 %. La matière organique a ensuite été éliminée par des bains de peroxyde d’hydrogène (15 %). Après un tamisage à 300 µm permettant d’évacuer les sables et les graviers, les argiles sont éliminées par décantations successives. Les phytolithes ont enfin été séparés des autres éléments siliceux par densimétrie à l’aide d’une liqueur lourde (d : 2,35). Après rinçage à l’eau, cette préparation est montée entre lame et lamelle (50 µl) puis observée au moyen d’un microscope “Zeiss standard ™” (X650). Les phytolithes sont classés selon des groupes morphologiques, définis dans les travaux antérieurs (Twiss et al., 1969 ; Mulholland, 1989 ; Fredlund & Tieszen, 1994) et nommés en tenant compte de « l’International Code for Phytolith Nomenclature » (ICPN Working Group et al., 2005). Les fréquences relatives de chaque groupe par échantillons (fréquence absolue/somme totale des phytolithes d’un échantillon) sont enfin reportées dans un diagramme.

5 - Résultats de l’étude pollinique

13Les deux séquences sédimentaires et les prélèvements ponctuels effectués sur le site archéologique, ainsi que la séquence localisée à proximité, révèlent une diversité taxonomique entre 22 et 34 taxons, et une concentration sporopollinique comprise entre 180 et 510 grains de pollen par gramme de sédiment traité. Les spectres polliniques obtenus dans le profil F-4/5 ne concernent que le cailloutis argileux au sommet duquel repose le niveau préhistorique, la partie sous-jacente (sables limoneux et altérites argileuses), étant stérile (fig. 5).

14Les résultats des échantillons prélevés sur le site préhistorique sont homogènes (fig. 5 & 6). Ils révèlent une abondance des grains de pollen arborés, entre 60 et 80 %, qui sont représentés par Quercus type pedunculata/pubescens, associé principalement à Castanea, Corylus, Tilia, Betula, Ulmus et Carpinus betulus. Ces données attestent de la présence de zones forestières dans l’environnement proche de l’occupation préhistorique. Les grains de pollen de Gymnospermes tels que Pinus, Abies, et Juniperus sont également bien représentés. Il est important de noter au sein de ces assemblages la présence des Juglandaceae avec Juglans, Carya et Pterocarya. Les taxons non arborés sont nombreux (entre 20 et 40 %) ; ce sont essentiellement des Poaceae, des Asteraceae de type échinulé et fenestré, ainsi que Artemisia, des Apiaceae, des Ranunculaceae, des Chenopodiaceae, des Caryophyllaceae et Plantago. Seuls les résultats du carré R/S7 sont quelques peu différents de ceux précédemment observés. Les taxons arborés sont en effet faiblement représentés (21 %) avec Quercus type pedunculata/pubescens et Ulmus, ainsi que Juniperus et Pinus. Le spectre est dominé par les herbacés (79 %) avec les Asteraceae de type fenestré et de type échinulé, les Poaceae, les Apiaceae et les Caryophyllaceae. Ces données révèlent une forte proportion de grains résistants aux processus d’altérations (notamment les Asteraceae). Ce spectre témoigne alors d’une conservation différentielle. Cependant, même si ce spectre pollinique indique un milieu plus ouvert, là encore la forêt semble très proche du site.

15En ce qui concerne les résultats obtenus sur la séquence naturelle (fig. 7, profil a), les spectres situés à la base de la séquence se rapprochent de ceux obtenus sur le site préhistorique, avec cependant, une accentuation des grains de pollen arborés (80 %). Ces derniers correspondent principalement à Quercus type pedunculata/pubescens, Corylus, Castanea, Carpinus betulus, Ulmus et Tilia. Les Juglandaceae, Pterocarya et Juglans, sont également enregistrées. Les taxons Alnus et Betula sont bien représentés, ainsi que les Gymnospermes, Pinus et Abies. Le lierre (Hedera helix) accompagne ces éléments indiquant un couvert forestier important. Les herbacés sont minoritaires (20 %), avec essentiellement des Poaceae, des Asteraceae de type fenestré et des Ranunculaceae. Par contre, les sables et les sables limoneux du sommet de la séquence sont stériles en grains de pollen, à l’exception de deux échantillons localisés dans la partie sommitale. Le premier livre un faible taux de pollen arboré (12 %), Quercus type pedunculata/pubescens, Carpinus betulus, Betula et Pinus. Il est important de noter la grande rareté de Castanea, et l’absence des Juglandaceae. Les herbacés dominent, les Asteraceae, de type de fenestré et échinulé, ainsi que Artemisia, et les Caryophyllaceae. Ce spectre est vraisemblablement biaisé par d’intenses altérations des grains de pollen qui ont favorisé les plus résistants (Asteraceae et Caryophyllaceae). Le dernier spectre est dominé par les pollens d’arbres caducifoliés (62 %), Quercus type pedunculata/pubescens, Carpinus betulus, Ulmus, Corylus, et Alnus. Les Gymnospermes, Pinus et Abies sont aussi enregistrés. On remarque l’absence de Castanea et des Juglandaceae, et une abondance de Carpinus betulus. Parmi les taxons non arborés, les Asteraceae, de type fenestré et Artemisia, dominent, suivies par les Poaceae, les Caryophyllaceae, et les Chenopodiaceae. Ce spectre est très proche des analyses polliniques actuelles qui correspondent à une chênaie-charmaie, avec une représentation plus importante des Asteraceae (Marquer, 2009).

6 - Résultats de l’étude des phytolithes

16L’analyse des phytolithes a porté sur 14 échantillons, c'est-à-dire beaucoup moins que l’analyse palynologique, en raison de la parfaite homogénéité des spectres que ce soit dans les horizons archéologiques ou dans la séquence naturelle. Pour chaque échantillon traité, à l’exception des sables du profil a (5 échantillons), les phytolithes sont abondants, diversifiés et très bien préservés. Les concentrations varient entre 16000 et 66000 phytolithes par gramme de sédiment.

17Entre 200 et 400 phytolithes ont été identifiés pour chaque échantillon et attribués à 11 groupes morphologiques (tab. 1). Les formes elongate, acicular, short acicular et bulliform sont essentiellement formées dans les cellules longues d’épiderme de Poaceae (Twiss et al., 1969 ; Piperno, 1988 ; Mulholland, 1989 ; Fredlund & Tieszen, 1994). Les classes rondel, sinuate trapeziform et bilobate sont produites dans les cellules courtes épidermiques de Poaceae. Elles peuvent être utilisées pour identifier les différentes sous-familles de Poaceae (Twiss et al., 1969 ; Fredlund & Tieszen, 1994). Les formes rondel et sinuate sont majoritairement produites par la sous-famille des Pooideae (tab. 1) et les formes bilobate par la sous-famille des Panicoideae. En milieu tempéré, les formes bilobées sont très rares et peuvent être produites aussi par les Arundinoideae. La caractérisation des différentes formes de bilobées pour distinguer les groupes taxonomiques fait toujours l’objet de travaux (Fredlund & Tieszen 1994 ; Lu & Liu, 2003 ; Messager, 2006 ; Piperno, 2006). Les formes bilobées de Pont-de-Lavaud, caractérisées notamment par une importante longueur et une étroite constriction, semblent davantage se rapprocher des phytolithes produits par le groupe des Arundinoideae et plus particulièrement du genre Molinia, que du groupe des Panicoideae (Messager, obs. pers.). La forme Globular est considérée comme caractéristique du groupe des Dicotylédones (Bozarth, 1992 ; Alexandre et al., 1997 ; Albert et al., 1999 ; Runge, 1999 ; Delhon et al., 2003). Les phytolithes cylindric sulcate ont été rapportés aux Dicotylédones ligneuses mais les fougères et les conifères peuvent occasionnellement en produire (Piperno, 1988 ; Runge, 1999). Les formes point-hair ou facetate ont déjà été attribuées aux Dicotylédones ligneuses (Piperno, 2006) mais peuvent aussi se retrouver chez les Poaceae.

18Le contenu phytolithique des dépôts archéologiques, situés dans les carrés K5/6 et D5/6 (fig. 8) est caractérisé par des assemblages diversifiés et très homogènes d’un horizon à l’autre et d’une coupe à l’autre. Les assemblages sont dominés par les phytolithes « elongate » (24-35 %), « acicular » (4-8 %) qui correspondent à la famille des Poaceae. Les autres phytolithes prépondérants sont les formes « rondel » (14-22 %) et « sinuate » (29-38 %), caractéristiques de la sous-famille des Pooideae, un groupe de Poaceae typiquement tempéré. Les phytolithes « bilobate » sont également bien enregistrés (2-5 %) dans les dépôts archéologiques. Les phytolithes « globular » qui sont reconnus comme issus des plantes du groupe des Dicotylédones sont en revanche peu représentés dans ces spectres (0-2 %). Ces assemblages sont donc dominés par les éléments de la famille des Poaceae (graminées) et plus particulièrement par les Pooideae (un groupe tempéré), et une herbacée du groupe des Arundinoideae (phytolithes « bilobate »).

19En ce qui concerne la séquence naturelle (profil a), elle livre des phytolithes dans sa partie basale et sommitale, conformément aux résultats palynologiques (fig. 8). Ici encore, on retrouve des spectres très homogènes d’un échantillon à l’autre. Les assemblages sont d’ailleurs extrêmement proches de ceux observés dans les horizons archéologiques. Ils se composent majoritairement des formes « elongate » (31-45 %), « acicular » (5-15 %), « rondel » (12-24 %) et « sinuate » (14-35 %). Dans cette séquence, les phytolithes « bilobate » présentent des fréquences proches de 2 %. Le seul enregistrement significatif de phytolithe « globular » se trouve à la base de cette séquence où cette forme présente une fréquence relative de 4 %. Ces assemblages sont également dominés par le groupe tempéré des Pooideae.

Fig. 5 : Diagrammes polliniques obtenus pour les profils C-1 et F-4/5 sur le site préhistorique

Fig. 5 : Diagrammes polliniques obtenus pour les profils C-1 et F-4/5 sur le site préhistorique

Fig. 6 : Diagrammes polliniques obtenus pour les prélèvements ponctuels effectués dans le niveau préhistorique.

Fig. 6 : Diagrammes polliniques obtenus pour les prélèvements ponctuels effectués dans le niveau préhistorique.

Fig. 7 : Diagramme pollinique obtenu pour le profil a à proximité du site préhistorique.

Fig. 7 : Diagramme pollinique obtenu pour le profil a à proximité du site préhistorique.

Tab. 1 : Les différents morphotypes de phytolithes identifiés dans les sédiments de Pont-de-Lavaud.

Tab. 1 : Les différents morphotypes de phytolithes identifiés dans les sédiments de Pont-de-Lavaud.

7 - Discussion

7.1. Approche taphonomique du signal archéobotanique

20La faible épaisseur des sédiments recouvrant le site archéologique, à la suite de l’érosion des sables fluviatiles supérieurs, peut être à l’origine de l’altération post-dépositionnelle des signaux polliniques. L'activité microbiologique, les variations de température et d'humidité agissent principalement dans ces dépôts superficiels. Ces processus pourraient ainsi expliquer l’abondance dans le niveau archéologique (notamment dans le carré R/S7) des pollens d’Astéracées plus résistants aux altérations (Lebreton et al., 2010). En revanche, les données polliniques fossiles sont totalement différentes de la pluie pollinique actuelle. En effet, les spectres polliniques actuels enregistrent l’image d’une chênaie-charmaie et de zones agricoles qui composent le bocage caractéristique du Boischaut-Sud (Marquer, 2009). Les assemblages fossiles sont en revanche marqués par le faible pourcentage de Carpinus betulus, l’abondance de Castanea (quasiment absent du paysage actuel) et la présence de Pterocarya et Carya, deux arbres aujourd’hui disparus de la végétation. Les altérites argileuses plastiques et compactes sont imperméables aux infiltrations organiques, et donc aux grains de pollen. Elles enregistrent par ailleurs des spectres polliniques tout à fait similaires à ceux observés dans les niveaux argileux contemporains et situés à la base de la séquence naturelle du profil a. Les paléoenvironnements enregistrés dans ces différents horizons argileux semblent donc pouvoir être retenus pour entreprendre une reconstitution paléoenvironnementale du site de Pont-de-Lavaud.

21L’étude des phytolithes montre que les assemblages sont toujours constants et stables dans tous les horizons, même là où les assemblages polliniques enregistrent des perturbations. Ces données sont reproductibles aussi bien dans les dépôts naturels profonds que dans les sols archéologiques superficiels. Les phytolithes à Pont-de-Lavaud semblent donc très peu affectés par les processus taphonomiques tels que la conservation différentielle. La nature minérale (opale de silice) leur confère en effet une grande capacité de préservation dans des contextes sédimentaires inorganiques. La grande similitude entre les données de la séquence naturelle et celles issues des échantillons archéologiques permet de confirmer la cohérence des signaux et donc de valider les résultats paléoenvironnementaux obtenus sur le site.

Fig. 8 : Résultats des analyses des phytolithes.

Fig. 8 : Résultats des analyses des phytolithes.

7.2 - L’environnement végétal de Pont-de-Lavaud

22Selon les résultats polliniques, la végétation de Pont-de-Lavaud, il y a environ 1 à 1,2 Ma, s’apparentait à une forêt tempérée, composée de chênes (Quercus), de noisetiers (Corylus), de charmes (Carpinus t. betulus) et de tilleuls (Tilia). L’abondance du châtaignier (Castanea) et du noyer (Juglans) témoigne d’une tendance climatique chaude et humide. L’association de Carya, Pterocarya et Alnus est également caractéristique d’une importante humidité (Leroy, 1990). Dans les résultats de l’étude des phytolithes, les herbacées sont dominantes et les marqueurs de dicotylédones ligneuses sont très rares. En contexte tempéré, certaines formes de phytolithes (parfois de grandes tailles) ont déjà été rapportées aux dicotylédones ligneuses (Strömberg, 2004), mais aucun type diagnostique n’a été reconnu dans les échantillons de Pont-de-Lavaud, qu’ils aient été tamisés à 300 µm ou non. Les deux marqueurs semblent donc apporter des informations contradictoires alors qu’ils nous renseignent en réalité sur des communautés végétales différentes. Le matériel palynologique retrouvé dans les sédiments (le plus souvent issu de plantes anémogames) nous renseigne très bien sur la strate arborée alors que les phytolithes essentiellement produits par les graminées en milieu tempéré nous renseignent beaucoup plus sur la strate herbacée. Les phytolithes ne se prêtent en effet pas très bien à la reconstitution du couvert forestier en milieu tempéré (Brémond et al., 2004 ; Messager et al., 2010). En revanche, les phytolithes nous informent sur la nature des graminées et révèlent à Pont-de-Lavaud la prépondérance du groupe des Pooideae, graminées typique du milieu tempéré. On observe donc que les phytolithes reflètent sans doute la strate herbacée qui composait le sous-bois des forêts identifiées par la palynologie. L’hypothèse d’attribution des phytolithes bilobés au genre Molinia sp. est en accord avec cette hypothèse car ce taxon est une herbacée particulièrement répandue dans les stations forestières hygrophiles et acidophiles de la région (Bournerias et al., 2001 ; Brêthes, 2003).

23Il y a plus d’un million d’années, l’environnement végétal à Pont-de-Lavaud correspondait donc à une forêt décidue, sous un climat encore chaud avec d’importantes précipitations, caractéristiques d’une phase interglaciaire. Les vestiges de faune, découverts tant à Saint-Prest (Eure-et-Loir), qu’à Lunery-Rosières (Cher), sites contemporains de Pont-de-Lavaud mettent également en évidence des conditions climatiques régionales chaudes et humides (Guérin et al., 2003 ; Despriée et al., 2007).

7.3 - Composition de la paléo-végétation de Pont-de-Lavaud et position biochronologique

24La flore mise en évidence à Pont-de-Lavaud n’a pas d’équivalent actuel en France. Les taxons Carya et Pterocarya semblent s’éteindre en Europe au Pléistocène moyen (Leroy & Roiron, 1996). Les forêts naturelles à châtaigniers (Castanea sp.), chênes (Quercus sp.) et charmes (Carpinus sp.) se retrouvent aujourd’hui à moyenne altitude sur les rives de la Mer Noire (ouest du Caucase). Dans cette région, Pterocarya sp. est d’ailleurs fréquent dans les milieux humides de plus basse altitude (Denk et al., 2001). Si l’on se réfère aux données bioclimatiques de ces régions, le climat enregistré par la microflore à Pont-de-Lavaud se caractérise par de fortes précipitations, mais également par un faible contraste saisonnier.

25La palynostratigraphie du Pléistocène inférieur en Europe a été établie par les travaux de Zagwijn (1974). De nouvelles analyses ont permis de préciser les assemblages de végétation et le contexte bioclimatique européen pour cette période chronologique (Suc & Popescu, 2005 ; Leroy, 2007 ; Tzedakis, 2009 ; Popescu et al., 2010). Les paysages observés à Pont-de-Lavaud, comportent une composante d’essences thermophiles exotiques (Carya, Pterocarya, Juglans) caractéristique du Pléistocène inférieur en Europe (Suc, 1980 ; Zagwijn, 1985, 1992 ; Combourieu-Nebout, 1987, 1990, 1993 ; Suc et al., 1997). Ces taxons exotiques disparaissent progressivement des paysages européens à la suite de l’accentuation de la cyclicité glaciaire-interglaciaire et le passage de cycles de 41 ka à des cycles de 100 ka (Ruddiman et al., 1989). Au sud du Massif Central (Hérault, France), la composition de la végétation lors des premiers interglaciaires du Pléistocène inférieur (Leroy & Roiron, 1996), entre 2.16 et 1.96 Ma, est typique d’une forêt mésothermophile (Carpinus suborientalis, Parrotia persica, Acer, Carya, et Pterocarya) similaire à celles que l’on peut rencontrer aujourd’hui dans le sud de la Mer Caspienne. Dans les spectres fossiles de Pont-de-Lavaud, les taxons exotiques mis en évidence sont associés à des éléments mésophiles typiques de la forêt caducifoliée. Des associations végétales comportant une abondance de Quercus et de Castanea, accompagnée de taxons exotiques tels que Pterocarya ou Eucommia sont également connues dans des dépôts du Tiglien en France (Jan du Chêne, 1976). Des assemblages de végétation, proche, mais dépourvus de Castanea, sont enregistrés dans le sud-est du Massif Central, du Tiglien au Bavélien (Elhaï & Grangeon, 1963 ; Elhaï, 1966, 1969 ; Ablin, 1985, 1991). En France, Juglans et Pterocarya ont également été enregistrés dans les niveaux du Pléistocène inférieur de la grotte du Vallonnet (Renault-Miskovsky & Girard, 1988). La persistance des taxons exotiques dans les assemblages de végétation du Pléistocène inférieur est également observée en Italie (Ravazzi & Rossignol-Strick, 1995 ; Lebreton, 2004 ; Joannin et al., 2007) et en Espagne (De Deckker et al., 1979 ; Julia & Suc, 1980 ; Suc, 1980 ; Roiron, 1983 ; Leroy, 1990 ; Postigo Mijarra et al., 2007). Dans le Massif Central, Pterocarya, Nyssa et Zelkova sont toujours présents au Pléistocène moyen, au sein de végétations dominées par Quercus, Carpinus et Pinus (Pastre et al., 2007).

8 - Conclusion

26Pont-de-Lavaud est le plus ancien site archéologique de plein air découvert en France. Jusqu’à présent, la plupart des sites archéologiques anciens européens ont mis en évidence la présence de l’homme au sein de contextes environnementaux ouverts ou semi-ouverts (Leroy et al., 2011). Nos résultats révèlent pour la première fois, pour un site aussi ancien, la présence de l’homme dans un environnement fermé, de type forestier. La flore fossile de Pont-de-Lavaud n’a pas d’équivalent actuel en Europe occidentale. L’homme, à Pont-de-Lavaud, a vécu dans un paysage de forêt décidue caractéristique d’une phase interglaciaire. La végétation se compose de chênes, de noisetiers, de charmes et de tilleuls, indiquant une tendance climatique chaude avec d’importantes précipitations, si l’on se réfère à la présence du châtaignier et du noyer. Le caractère humide est renforcé par l’association de Carya, Pterocarya et Alnus. La flore fossile de Pont-de-Lavaud témoigne donc de la persistance des flores exotiques et de l’essor des mésophiles, caractéristiques des végétations qui se développaient en France à la fin du Pléistocène inférieur.

Haut de page

Bibliographie

ABLIN D., 1985 - Analyse pollinique des dépôts lacustres de Ceyssac (Plio-Pléistocène du Velay, Massif central français) : flore, végétation et climat. Thèse de Doctorat, Muséum national d’Histoire naturelle & Université Paris 6, Paris, 121 p.

ABLIN D., 1991 - Analyse pollinique des dépôts lacustres de Ceyssac, Plio-Pléistocène du Velay (Massif central, France). Cahiers de Micropaléontologie, 6 (1), 21-38.

AGUIRRE E., & CARBONELL E., 2001 - Early human expansions into Eurasia: the Atapuerca evidence. Quaternary International, 75 (1), 11-18.

ALBERT R.M., LAVI O., ESTROFF L., WEINER S., TSATSKIN A., RONEN A., & LEV-YADUN S., 1999 - Mode of occupation of Tabun Cave, Mt Carmel, Israel during the Mousterian period: A study of the sediments and phytoliths. Journal of Archaeological Science, 26 (10), 1249-1260.

ALEXANDRE A., MEUNIER J.-D., LÉZINE A.-M., VINCENS A., & SCHWARTZ D., 1997 - Phytoliths: indicators of grassland dynamics during the late Holocene in intertropical Africa. Paleogeography, Paleoclimatology, Paleoecology, 136 (1/4), 213-229.

BAR-YOSEF O., & BELFER-COHEN A., 2001 - From Africa to Eurasia-early dispersals. Quaternary International, 75 (1), 19-28.

BORBA-ROSCHEL M., ALEXANDRE A., DRUMMOND CHICARINO VARAJAO A.F., MEUNIER J.-D., CHICARINO VARAJAO C.A., & COLIN F., 2006 - Phytoliths as indicators of pedogenesis and paleoenvironmental changes in the Brazilian cerrado. Journal of Geochemical Exploration, 88 (1/3), 172-176.

BOURNERIAS M., ARNAL G., & BOCK C., 2001 - Guide des groupements végétaux de la région parisienne. Belin, Paris, 640 p.

BOZARTH S., 1992 - Classification of opal phytoliths formed in selected Dicotyledons native to the Great Plains. In G. Rapp & S. Mulholland (eds.), Phytoliths systematic: emerging issues. Plenum Press, New York, 193-214.

BRÉMOND L., ALEXANDRE A., VÉLA E., & GUIOT J., 2004 - Advantages and disadvantages of phytolithes analysis for the reconstruction of Mediterranean vegetation: an assessment based on modern phytolith, pollen and botanical data (Luberon, France). Review of Palaeobotany and Palynology, 129 (4), 213-228.

BRÊTHES A., 2003 - Les stations forestières de la Champagne Berrichonne et du Boischaut-Sud (Département du Cher et de l’Indre). Document ONF, 587 p.

BROWN D., 1984 - Prospects and limits of a phytolith key for grasses in the central United States. Journal of Archaeological Science, 11 (4), 345-368.

COMBOURIEU-NEBOUT N., 1987 - Les premiers cycles glaciaire-interglaciaire en région méditerranéenne d’après l’analyse palynologique de la série plio-pléistocène de Crotone (Italie méridionale). Thèse de Doctorat, Université Montpellier II, Montpellier, 161 p.

COMBOURIEU-NEBOUT N., 1990 - Les cycles glaciaire-interglaciaire en région méditerranéenne de -2,4 à -1,1 Ma : analyse pollinique de la série de Crotone (Italie méridionale). Paléobiologie continentale, 17, 35-59.

COMBOURIEU-NEBOUT N., 1993 - Vegetation response to Upper Pliocene Glacial/Interglacial cyclicity in the Central Mediterranean. Quaternary Research, 40 (2), 228-236.

COUR P., 1974 - Nouvelle techniques de détection des flux et retombés polliniques : études de la sédimentation des pollens et des spores à la surface du sol. Pollen et spore, 16 (1), 103-141.

DE BEAULIEU J.-L., ANDRIEU V., REILLE M., GRÜGER E., TZEDAKIS C., & SVOBODOVA H., 2001 - An attempt at correlation between the Velay pollen sequence and the middle Pleistocene stratigraphy from central Europe. Quaternary Science Reviews, 20 (16/17), 1593-1602.

DE DECKKER P., GEURTS M.A., & JULIA R., 1979 - Seasonal rhythmites from a lower pleistocene lake in northeastern Spain. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 26, 43-71.

DELHON C., ALEXANDRE A., BERGER J.-F., THIÉBAULT S., BROCHIER J.-L., & MEUNIER J.-D., 2003 - Phytolith assemblages as a promising tool for reconstructing Mediterranean Holocene vegetation. Quaternary Research, 59 (1), 48-60.

DELHON C., 2005 - Anthropisation et paléoclimats du Tardiglaciaire à l'Holocène en moyenne vallée du Rhône: études pluridisciplinaires des spectres phytolithiques et pédo-anthracologiques de séquences naturelles et de sites archéologiques. Thèse de Doctorat, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris, 583 p.

DENK T., FROTZLER N., & DAVITASHVILI N., 2001 - Vegetational patterns and distribution of relict taxa in humid temperate forests and wetlands of Georgia (Transcaucasia). Biological Journal of the Linnean Society, 72 (2), 287-332.

DENNELL R., 2003 - Dispersal and colonisation, long and short chronologies: how continuous is the Early Pleistocene record for hominids outside East Africa? Journal of Human Evolution, 45 (6), 421-440.

DESPRAT S., SÁNCHEZ-GOÑI M.F., TURON J.-L., MCMANUS J.F., LOUTRE M.-F., DUPRAT J., MALAIZÉ B., PEYRON O., & PEYPOUQUET J.-P., 2005 - Is vegetation responsible for glacial inception periods during periods of muted insolation changes? Quaternary Science Reviews, 24 (12/13), 1361-1374.

DESPRAT S., SÁNCHEZ-GOÑI M.F., TURON J.-L., DUPRAT J., MALAIZÉ B., & PEYPOUQUET J.-P., 2006 - Climatic variability of Marine Isotope Stage 7 : direct land-sea-ice correlation from a multiproxy analysis of a north-western Iberian margin deep-sea core. Quaternary Science Reviews, 25 (9/10), 1010-1026.

DESPRIÉE J., & GAGEONNET R., 2003 - La très haute nappe alluviale d’âge pléistocène inférieur de la vallée de la Creuse à Éguzon (Indre) : figures de cryoturbation, habitats préhistoriques et datations absolues. Bulletin de la Société Géologique de France, 174 (4), 383-400.

DESPRIÉE J., GAGEONNET R., VOINCHET P., BAHAIN J.-J., FALGUÈRES C., DUVIALARD J., & VARACHE F., 2004 - Pleistocene fluvial systems of the Creuse river (Middle Loire Basin-Centre Region, France). Quaternaire, 15 (1/2), 77-86.

DESPRIÉE J., GAGEONNET R., VOINCHET P., BAHAIN J.-J., FALGUÈRES C., VARACHE F., COURCIMAULT G., & DOLO J.-M., 2006 - Une occupation humaine au Pléistocène inférieur sur la bordure nord du Massif Central. Compte Rendus Palevol, 5 (6), 821-828.

DESPRIÉE J., VOINCHET P., BAHAIN J.-J., TISSOUX H., FALGUÈRES C., DEPONT J., & DOLO J.-M., 2007 - Les nappes alluviales pléistocènes de la vallée moyenne du Cher (Région Centre, France) : contexte morphosédimentaire, chronologie ESR et Préhistoire. Premiers résultats. Quaternaire, 18 (4), 349-368.

DESPRIÉE J., VOINCHET P., TISSOUX H., MONCEL M-H, ARZARELLO M., ROBIN S., BAHAIN J.-J., FALGUÈRES C., COURCIMAULT G., DEPONT J., GAGEONNET R., MARQUER L., MESSAGER E., ABDESSADOK S., & PUAUD S., 2010 - Lower and middle Pleistocene human settlements in the Middle Loire River Basin, Centre Region, France. Quaternary International, 223/224, 345-359.

ELHAÏ H., & GRANGEON P., 1963 - Nouvelles recherches sur le gisement villafranchien de Senèze (Haute-Loire). Bulletin de la Société Géologique de France, 7 (5), 483-488.

ELHAÏ H., 1966 - Deux gisements du Quaternaire moyen. Bruges (SW de la France), Bañolas (Catalogne). Bulletin de l’Association Française pour l’Étude du Quaternaire, 3 (1), 69-78.

ELHAÏ H., 1969 - La flore sporo-pollinique du gisement villafranchien de Senèze (Massif Central). Pollen et Spores, XI (1), 127-140.

FAEGRI K., & IVERSEN I., 1989 - Textbook of pollen analysis. 4ème édition, John Wiley & Sons, Chichester, 328 p.

FREDLUND G., & TIESZEN L., 1994 - Modern phytolith assemblages from the North American Great Plains. Journal of Biogeography, 21 (3), 321-335.

GUÉRIN C., DEWOLF Y., & LAUTRIDOU J.-P., 2003 - Révision d’un site paléontologique célèbre : Saint-Prest (Chartres, France). Géobios, 36 (1), 55-82.

ICPN WORKING GROUP, MADELLA M., ALEXANDRE A., & BALL T., 2005 - International Code for Phytolith Nomenclature 1.0. Annals of Botany, 96 (2), 253-260.

JAN DU CHÊNE R., 1976 - La végétation au Pléistocène inférieur en Bourgogne. In H. de Lumley (ed.), La Préhistoire française, civilisations paléolithiques et mésolithiques. Éditions du CNRS, Paris, 481-482.

JOANNIN S., CORNÉE J.-J., MOISSETTE P., SUC J.-P., KOSKERIDOU E., LÉCUYER C., BUISINE C., KOULI K., & FERRY S., 2007 - Changes in vegetation and marine environments in the eastern Mediterranean (Rhodes, Greece) during the Early and Middle Pleistocene. Journal of the Geological Society, 164 (6), 1119-1131.

JULIA R., & SUC J.-P., 1980 - Analyse pollinique des dépôts lacustres du Pléistocène inférieur de Banyoles (Bañolas, site de la Bòbila Ordis-Espagne : un élément nouveau dans la reconstitution de l’histoire paléoclimatique des régions méditerranéennes d’Europe occidentale). Geobios, 13 (1), 5-19.

KAPLAN L., SMITH M., & SNEDDON L., 1992 - Cereal grain phytoliths of Southwest Asia and Europe. In G. Rapp & S. Mulholland (eds.), Phytolith systematic: emerging issues. Plenum Press, New York, 149-174.

LEBRETON V., 2002 - Végétation et climat au Pléistocène inférieur et moyen à La Pineta (Isernia, Italie). Comptes Rendus Palevol, 1 (1), 11-17.

LEBRETON V., 2004 - Paysages et Climats des Premiers Hominidés en Italie. BAR International Series, 1204, 1-195.

LEBRETON V., MESSAGER M., MARQUER L., & RENAULT-MISKOVSKY J., 2010 - A neotaphonomic model for pollen oxidation and its implications in archaeopalynology. Review of Palaeobotany and Palynology, 162 (1), 29-38.

LENTFER C.J., & BOYD W.E., 1998 - A comparison of three methods for the extraction of phytoliths from sediments. Journal of Archaeological Science, 25 (12), 1159-1183.

LEROY S., 1990 - Paléoclimats plio-pléistocènes en Catalogne et Languedoc d’après la palynologie de formations lacustres. Thèse de Doctorat, Université Catholique de Louvain, Louvain, 2 vol., 319 p. & 193 p.

LEROY S.A.G., & ROIRON P., 1996 - Final Pliocene pollen and leaf floras from Bernasso palaeolake (Escandorgue Massif, Hérault, France). Review of Palaeobotany and Palynology, 94 (3/4), 295-328.

LEROY S.A.G., 2007 - Progress in palynology of the Gelasian-Calabrian stages in Europe: ten messages. Revue de Micropaléontologie, 50 (4), 293-308.

LEROY S.A.G., ARPE K., & MIKOLAJEWICZ U., 2011 - Vegetation context and climatic limits of the Early Pleistocene hominin dispersal in Europe. Quaternary Science Reviews, 30 (11/12), 1448-1463.

LU H., & LIU K.B., 2003 - Morphological variations of lobate phytoliths from grasses in China and the south-eastern United State. Diversity and Distributions, 9 (1), 73-87.

LU H.-Y., WU N.-Q., YANG X.-D., JIANG H., LIU K.-B., & LIU T.-S., 2006 - Phytoliths as quantitative indicators for the reconstruction of past environmental conditions in China. I: Phytolith-based transfer functions, Quaternary Science Reviews, 25 (9/10), 945-959.

MARQUER L., 2009 - Apports des signaux polliniques et charbons à la reconstitution des paléoenvironnements et à la connaissance des relations homme/milieu au Pléistocène dans le bassin de la Loire moyenne (France). Thèse de Doctorat, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 233 p.

MESSAGER E., 2006 - Apports des études paléobotaniques à la reconstitution paleoenvironnementale du site de Dmanissi et de sa région (Géorgie). Thèse de Doctorat, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 243 p.

MESSAGER E., LORDKIPANIDZE D., FERRING C.R., & DENIAUX B., 2008 - Fossil fruit identification by SEM investigations, a tool for palaeoenvironmental reconstruction of Dmanisi site, Georgia. Journal of Archaeological Science, 35 (10), 2715-2725.

MESSAGER E., LORDKIPANIDZE D., DELHON C., & FERRING C. R., 2010 - Palaeoecological implications of the Lower Pleistocene phytolith record from the Dmanisi site (Georgia). Palaeogeography Palaeoclimatology Palaeoecology, 288 (1/4), 1-13.

MESSAGER E., LEBRETON V., MARQUER L., RUSSO-ERMOLLI E., ORAIN R., RENAULT-MISKOVSKY J., LORDKIPANIDZE D., DESPRIÉE J., PERETTO C., & ARZARELLO M., 2011 - Palaeoenvironments of early hominins in temperate and Mediterranean Eurasia: new palaeobotanical data from Palaeolithic key-sites and synchronous natural sequences. Quaternary Science Reviews, 30 (11/12), 1439-1447.

MITHEN S., & REED M., 2002 - Stepping out: a computer simulation of hominid dispersal from Africa. Journal of Human Evolution, 43 (4), 433-462.

MULHOLLAND S., 1989 - Grass opal phytolith production: a basis for archaeological interpretation in the northern plains. The Phytolitarian Newsletter, 6 (1), 4.

PASTRE J.-F., GAUTHIER A., NOMADE S., ORTH P., ANDRIEU A., GOUPILLE F., GUILLOU H., KUNESCH S., SCAILLET S., & RANDALL RENNE P., 2007 - The Alleret maar (Massif Central, France): a new lacustrine sequence of the early Middle Pleistocene in western Europe. Comptes Rendus Geosciences, 339 (16), 987-997.

PAVLOV P., ROEBROEKS W., & SVENDSEN J.I., 2004 - The Pleistocene colonization of northeastern Europe: a report on recent research. Journal of Human Evolution, 47 (1/2), 3-17.

PEARSALL D., 2000 Palaeoethnobotany: a handbook of procedure. Academic Press, New York, 700 p.

PIPERNO D., 1985 - Phytolith analysis and tropical paleo-ecology: production and taxonomic significance of siliceous forms in the new world plant domesticates and wild species. Review of Palaeobotany and Palynology, 45 (3/4), 185-228.

PIPERNO D., 1988 - Phytolith analysis: an archaeological and geological perspective. Academic Press, San Diego. 280 p.

PIPERNO D., 1989 - The occurrence of phytoliths in the reproductive structures of selected tropical angiosperms and their significance in tropical palaeoecology, palaeoethnobotany and systematics. Review of Palaeobotany and Palynology, 61 (1/2), 147-173.

PIPERNO D., 2006 - Phytoliths: a comprehensive guide for archaeologists and paleoecologists. AltaMira Press, Lanham (MD), 238 p.

POPESCU S.M., BILTEKIN D., WINTER H., SUC J.-P., MELINTE-DOBRINESCU M.C., KLOTZ S., RABINEAU M., COMBOURIEU-NEBOUT N., CLAUZON G., & DEACONU F., 2010 - Pliocene and Lower Pleistocene vegetation and climate changes at the European scale: Long pollen records and climatostratigraphy. Quaternary International, 219 (1/2), 152-167.

POSTIGO MIJARRA J.M., BURJACHS F., GÓMEZ MANZANEQUE F., & MORLA C., 2007 - A palaeoecological interpretation of the lower-middle Pleistocene Cal Guardiola site (Terrassa, Barcelona, NE Spain) from the comparative study of wood and pollen samples. Review of Palaeobotany and Palynology, 146 (1/4), 247-264.

PRAT H., 1932 - L'épiderme des graminées. Étude anatomique et systématique. Annales des Sciences Naturelles, Botanique, 10 (14), 117-324.

RAVAZZI C., & ROSSIGNOL-STRICK M., 1995 - Vegetation change in a climatic cycle of Early Pleistocene age in the Leffe Basin (Northern Italy). Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 117 (1/2), 105-122.

RENAULT-MISKOVSKY J., & GIRARD M., 1988 - Palynologie du remplissage de la grotte du Vallonnet (Roquebrune-Cap-Martin, Alpes-Maritimes). Nouvelles données chronologiques et paléoclimatiques. L’Anthropologie, 9 (2), 437-448.

RENAULT-MISKOVSKY J., & LEBRETON V., 2006 - Place de la palynologie archéologique, au regard des longues séquences polliniques de référence. Comptes Rendus Palevol, 5 (1/2), 73-83.

ROIRON P., 1983 - Nouvelle étude de la macroflore plio-pleistocène de Crespià (Catalogne, Espagne). Geobios, 16 (6), 687-715.

ROSEN A.M., 2001 - Phytolith evidence for agro-pastoral economies in the Scythian period of southern Kazakhstan. In J.-D. Meunier & F. Colin (eds.), Phytoliths: applications in earth sciences and Human history. A.A. Balkema, Lisse, 183-198.

ROUCOUX K.H., TZEDAKIS P.C., DE ABREU L., & SHACKLETON N.J., 2006 - Climate and vegetation changes 180,000 to 345,000 years ago recorded in a deep-sea core off Portugal. Earth and Planetary Science Letters, 249 (3/4), 307-325.

ROUCOUX K.H., TZEDAKIS P.C., FROGLEY M.R., LAWSON I.T., & PREECE R.C., 2008 - Vegetation history of the marine isotope stage 7 interglacial complex at Ioannina, NW Greece. Quaternary Science Reviews, 27 (13/14), 1378-1395.

RUDDIMAN W.F., RAYMO M.E., MARTINSON D.G., CLEMENT B.M., & BACKMAN J., 1989 - Pleistocene evolution: northern hemisphere ice sheets and North Atlantic Ocean. Paleoceanography, 4 (4), 353-412.

RUNGE F., 1999 - The opal phytolith inventory of soils in central Africa quantities, shapes, classification and spectra. Review of Palaeobotany and Palynology, 107 (1/2), 23-53.

SÁNCHEZ-GOÑI M.F., LANDAIS A., FLETCHER W.J., NAUGHTON F., DESPRAT S., & DUPRAT J., 2008 - Contrasting impacts of Dansgaard-Oeschger events over a western European latitudinal transect modulated by orbital parameters. Quaternary Science Reviews, 27 (11/12), 1136-1151.

STRÖMBERG C.A.E., 2004 - Using phytolith assemblages to reconstruct the origin and spread of grass-dominated habitats in the Great Plains during the late Eocene to early Miocene. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 207 (3/4), 239-275.

SUC J.-P., 1980 - Contribution à la connaissance du Pliocène et du Pléistocène inférieur des régions méditerranéennes d’Europe occidentale par l’analyse palynologique des dépôts du Languedoc-Roussillon (sud de la France et de la Catalogne, nord-est de l’Espagne). Thèse de Doctorat, Université Montpellier II, Montpellier, 198 p.

SUC J.-P., BERTINI A., LEROY S., & SUBALLYOVA D., 1997 - Towards the lowering of the Pliocene/Pleistocene boundary to the Gauss-Matuyama reversal. Quaternary International, 40, 37-42.

SUC J.-P., & POPESCU S.M., 2005 - Pollen records and climatic cycles in the North

Mediterranean region since 2.7 Ma. Geological Society of London, Special Publication, 247, 147-158.

TWISS P.C., 1992 - Predicted world distribution of C3 and C4 grass phytoliths. In G. Rapp & S. Mulholland (eds.), Phytolith systematic: emerging issues. Plenum Press, New York, 113-128.

TWISS P.C., SUESS E., & SMITH R., 1969 - Morphological classification of grass phytoliths. Proceedings of the Soil Science Society of America, 33 (1), 109-115.

TZEDAKIS P.C., MCMANUS J.F., HOOGHIEMSTRA H., OPPO D.W., & WIJMSTRA T.A., 2003 - Comparison of changes in vegetation in northeast Greece with records of climate variability on orbital and suborbital frequencies over the last 450 000 years. Earth and Planetary Science Letters, 212 (1/2), 197-212.

TZEDAKIS C., 2003 - Timing and duration of Last Interglacial conditions in Europe: a chronicle of a changing chronology. Quaternary Science Reviews, 22 (8/9), 763-768.

TZEDAKIS P.C., HOOGHIEMSTRA H., & PALIKE H., 2006 - The last 1.35 million years at Tenaghi Philippon: revised chronostratigraphy and long-term vegetation trends. Quaternary Science Reviews, 25 (23/24), 3416-3430.

TZEDAKIS C., 2009 - Cenozoic climate and vegetation change. In J. Woodward (ed.), The physical geography of the Mediterranean. Oxford University Press, Oxford, 89-137.

VOINCHET P., FALGUÈRES C., LAURENT M., TOYODA S., BAHAIN J.-J., & DOLO J.-M., 2003 - Artificial optical bleaching of the Aluminium center in quartz : implications to ESR dating of sediments. Quaternary Science Reviews, 22 (10/13), 1335-1338.

VOINCHET P., BAHAIN J.-J., FALGUÈRES C., LAURENT M., DOLO J.-M., DESPRIÉE J., GAGEONNET R., & CHAUSSÉ C., 2004 - ESR dating of quartz extracted from Quaternary sediments application to fluvial terraces system of Northern France. Quaternaire, 15 (1/2), 135-141.

VOINCHET P., DESPRIÉE J., GAGEONNET R., BAHAIN J.-J., TISSOUX H., FALGUÈRES C., DEPONT J., DOLO J.-M., & COURCIMAULT G., 2007 - Datation par ESR de quartz fluviatiles dans le bassin de la Loire moyenne en région Centre : mise en évidence de l'importance de la tectonique quaternaire et de son influence sur la géométrie des systèmes de terrasses. Quaternaire, 18 (4), 335-347.

ZAGWIJN W.H., 1974 - The Pliocene-Pleistocene boundary in western and southern Europe. Boreas, 3 (3), 75-95.

ZAGWIJN W.H., 1985 - An outline of the Quaternary stratigraphy of the Netherlands. Geologie en Mijnbouw, 64, 17-24.

ZAGWIJN W.H., 1992 - The beginning of the Ice Age in Europe and its major subdivisions. Quaternary Science Reviews, 11 (5), 583-591.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Situation de Pont-de-Lavaud dans la moyenne vallée de la Creuse
Crédits modifié d’après Despriée et al., 2007
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 2 : Pont-de-Lavaud au sein du système d’étagement des nappes alluviales de la vallée de la Creuse, et datations obtenues par la méthode ESR
Crédits Voinchet et al., 2003, 2004 ; Despriée et al., 2006
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5955/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 3 : Coupes stratigraphiques des sondages paléobotaniques effectués à Pont-de-Lavaud.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5955/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 4 : Localisation des deux empierrements sur le site préhistorique, et positionnement des prélèvements ponctuels (carrés K5/6, D5/6, et R/S7) et des sondages paléobotaniques effectués (profil C1 et profil F4/5).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5955/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 5 : Diagrammes polliniques obtenus pour les profils C-1 et F-4/5 sur le site préhistorique
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5955/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 6 : Diagrammes polliniques obtenus pour les prélèvements ponctuels effectués dans le niveau préhistorique.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5955/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 7 : Diagramme pollinique obtenu pour le profil a à proximité du site préhistorique.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5955/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tab. 1 : Les différents morphotypes de phytolithes identifiés dans les sédiments de Pont-de-Lavaud.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5955/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 8 : Résultats des analyses des phytolithes.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/5955/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Marquer, Erwan Messager, Josette Renault‑Miskovsky, Jackie Despriée, Robert Gageonnet, Pierre Voinchet, Jean‑Jacques Bahain et Christophe Falguères, « Paléovégétation du site à hominidés de Pont-de-Lavaud, Pléistocène inférieur, région Centre, France  », Quaternaire, vol. 22/3 | 2011, 187-200.

Référence électronique

Laurent Marquer, Erwan Messager, Josette Renault‑Miskovsky, Jackie Despriée, Robert Gageonnet, Pierre Voinchet, Jean‑Jacques Bahain et Christophe Falguères, « Paléovégétation du site à hominidés de Pont-de-Lavaud, Pléistocène inférieur, région Centre, France  », Quaternaire [En ligne], vol. 22/3 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/5955 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaternaire.5955

Haut de page

Auteurs

Laurent Marquer

 Département de Préhistoire du Muséum national d'histoire naturelle, UMR-CNRS 7194, 1 rue René Panhard, F-75013 PARIS. Courriel : marquer@mnhn.fr

Articles du même auteur

Erwan Messager

Département de Préhistoire du Muséum national d'histoire naturelle, UMR-CNRS 7194, 1 rue René Panhard, F-75013 PARIS. Courriel  : erwan.messager@cepam.cnrs.fr

Articles du même auteur

Josette Renault‑Miskovsky

Département de Préhistoire du Muséum national d'histoire naturelle, UMR-CNRS 7194, 1 rue René Panhard, F-75013 PARIS.

Articles du même auteur

Jackie Despriée

Département de Préhistoire du Muséum national d'histoire naturelle, UMR-CNRS 7194, 1 rue René Panhard, F-75013 PARIS. Courriel : jackie.despriee@free.fr; Centre régional de Recherches archéologiques, 18 rue Charles-Lindbergh, F-41000 BLOIS.

Articles du même auteur

Robert Gageonnet

Centre régional de Recherches archéologiques, 18 rue Charles‑Lindbergh, F-41000 BLOIS.

Articles du même auteur

Pierre Voinchet

Département de Préhistoire du Muséum national d'histoire naturelle, UMR-CNRS 7194, 1 rue René Panhard, F-75013 PARIS. Courriel : pvoinch@mnhn.fr

Articles du même auteur

Jean‑Jacques Bahain

Département de Préhistoire du Muséum national d'histoire naturelle, UMR-CNRS 7194, 1 rue René Panhard, F-75013 PARIS. Courriel : bahain@mnhn.fr

Articles du même auteur

Christophe Falguères

Département de Préhistoire du Muséum national d'histoire naturelle, UMR-CNRS 7194, 1 rue René Panhard, F-75013 PARIS. Courriel : falguere@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals