Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 22/4Intérêt de la datation par ESR d'...

Intérêt de la datation par ESR d'un transect complet pour la compréhension d'un système fluviatile : exemple de la vallée du Loir

ESR dating of a complete cross-section interest for the understanding of a fluvial system: the Loir valley example
Hélène Tissoux, Jackie Despriée, Pierre Voinchet, Jean‑Jacques Bahain, Christophe Falguères et Jean Duvialard(†)
p. 345-356

Résumés

Le système fluviatile de la vallée du Loir est étudié d'un point de vue géochronologique depuis une quinzaine d'années. Dans un premier temps, huit nappes avaient été reconnues en amont de Vendôme (Loir-et-Cher), mais seules quatre d'entre elles avaient pu être datées par la méthode de la résonance de spin électronique (ESR).Plus récemment, la pose d'un gazoduc a conduit à la réalisation d'une tranchée recoupant en continu l'ensemble des formations sédimentaires de la vallée du Loir. Huit nappes alluviales fossiles déposées en rebord de plateau, sur les versants de la vallée et dans le fond du graben ont été recoupées, et leurs relations latérales et verticales ont pu être observées. Des témoins de ces huit nappes, disposés le long du transect, ont été échantillonnés pour être datés par ESR.Les âges obtenus pour sept d’entre elles confirment la présence de deux nappes alluviales déposées pendant le Pléistocène inférieur, et de cinq formations déposées pendant le Pléistocène moyen. Ce schéma de mise en place d'un système fluviatile quaternaire est similaire à ceux observés dans les vallées du Cher et de la Creuse, appartenant également au bassin de la Loire moyenne. Les âges obtenus ont également permis de déterminer des variations de la vitesse d'incision du Loir dans le Haut-Vendômois.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient Gaz de France pour l'autorisation d'accéder aux travaux ; le département du Loir-et-Cher et le Centre Départemental du Patrimoine et de l'Archéologie du Loir-et-Cher pour le financement des analyses ; le Conseil régional du Centre pour le financement du spectromètre gamma portable ; la Commune de Pezou (L.-et-C.) pour les autorisations de prélèvements sur les terrains communaux ; le Conseil régional d'Ile de France pour l'acquisition du spectromètre ESR ; le Laboratoire national Henry-Becquerel à Saclay pour les irradiations et l'ANDRA pour le financement d'analyses réalisées dans le cadre d'études géoprospectives liées à la gestion des déchets radioactifs et destinées à évaluer l'évolution géologique à long terme des formations sédimentaires du Bassin de Paris. Nous remercions tout particulièrement Norbert Mercier et Jean Sommé pour leur relecture attentive de la première version de ce manuscrit et leurs observations avisées qui ont permis de considérablement l’améliorer.

1 - Introduction

1De nouvelles études géologiques et géochronologiques sont menées depuis 2003 dans la vallée du Loir, entre Vendôme (Loir-et-Cher) et Cloyes (Eure-et-Loir) dans le cadre du PCR "Les premiers peuplements humains dans les formations alluviales du bassin moyen de la Loire en région Centre" coordonné par Jackie Despriée.

2Dans ce secteur, dénommé "Haut-Vendômois" par Despriée et al. (2003) (fig. 1), plusieurs sites du Paléolithique ancien associés à différentes nappes alluviales fossiles du Loir avaient fait l'objet au début des années 2000 d'une première série de datations par la méthode de la résonance de spin électronique (ESR) appliquée aux quartz fluviatiles blanchis optiquement (Voinchet, 2002 ; Despriée et al., 2005). Huit nappes alluviales, réparties sur environ 30 km de long, avaient alors été reconnues, mais seulement quatre d’entre elles avaient pu être datées.

3La mise en place au début des années 2000 d'une canalisation de gaz ("Artère du Centre") traversant la région Centre du sud au nord a favorisé l'observation en continu des formations recoupées par la tranchée du gazoduc dans plusieurs vallées, dont celle du Loir.

4Dans cette dernière vallée, la tranchée a été suivie sur six kilomètres au niveau des communes de Saint-Firmin-des-Prés, Pezou et Lisle (Loir-et-Cher). Les formations alluviales, les formations de versants et parfois le substratum ont pu être observés sur une profondeur minimale de 2,50 m sur le plateau, plus profondément sur les versants abrupts et lors du fonçage sous le Loir, les routes et la voie ferrée (plus de 5 m) et même sur près de 25 m sous le tracé d'une voie rapide. Les échantillons pour datation ESR ont été prélevés sur ce transect continu recoupant les formations alluviales de la vallée du Loir (fig. 2). Les résultats obtenus sont présentés et discutés dans le présent article.

Fig. 1 : A- Localisation de la vallée du Loir dans la région de Vendôme. B- Carte géologique et structurale du secteur « Haut-Vendômois ».

Fig. 1 : A- Localisation de la vallée du Loir dans la région de Vendôme. B- Carte géologique et structurale du secteur « Haut-Vendômois ».

f1 : faille de Fontaine-Raoul ; f2 : faille de Saint-Hilaire-la-Gravelle - Moree ; f3 : failles du Réveillon et de la Grapperie ; f4 : faille de Vendôme - la Chappe ; f5 : faille de Huisseau-en-Beauce / la Brisse (d’après Despriee et al., 2003, modifie).

2 - Situation géologique et structurale

5Dans la région de Vendôme, la vallée du Loir recoupe les dépôts mésozoïques et cénozoïques du sud-ouest du Bassin de Paris déposés sur la bordure orientale de la plate-forme armoricaine. Les sédiments argilo-crayeux du Crétacé supérieur et terminal ont été recouverts par des formations détritiques continentales argilo-sableuses de l’Eocène (fig. 1). Ces dépôts argilo-crayeux ont été affectés par des ondulations, des déformations importantes et par de nombreuses cassures (N50-60° et N130-150°) qui ont rejoué au Tertiaire et au Quaternaire (Manivit et al., 1982, 1983 ; Giot et al., 1999).

6Le secteur "Haut-Vendômois" (fig. 2A), d'une grande unité géologique, est compris entre deux accidents majeurs orientés N130° la faille de Fontaine-Raoul (f1) à l'est, et la faille de la Brisse (f5) à l'ouest. La vallée est orientée selon la direction tectonique N50° à la limite entre les terrains argilo-crayeux marins crétacés du Faux Perche au nord et les calcaires lacustres tertiaires de la Beauce au sud. L'incision s'est effectuée dans les dépôts argilo-sableux tertiaires puis dans les dépôts crétacés qu’ils recouvrent.

7De nombreux mouvements tectoniques, mis en évidence par les études sismiques (Manivit et al., 1982), ont affecté le secteur "Haut-Vendômois". Certains de ces accidents, visibles dans la topographie, suivent les deux directions préférentielles affectant le substratum crétacé : une direction NE-SO, parallèle au fossé actuel, et une direction SE-NO, perpendiculaire à ce dernier. Ces accidents ont découpé de petits compartiments limités par des ravins étroits et profonds dans lesquels coulent des ruisseaux qui suivent depuis l'amont les limites des différents blocs (fig. 2B).

8Par rapport à la surface actuelle du plateau du Faux Perche, l'incision de la vallée est en moyenne de 70 m. Au début de son enfoncement, la rivière a recoupé les formations continentales détritiques des plateaux et la largeur de la vallée pouvait atteindre 6 km. La vallée s'est ensuite rétrécie (4 km) lors de l'incision des argiles à silex du Crétacé terminal. Actuellement, la rivière coule dans les dépôts crayeux marins du Crétacé supérieur et traverse une succession de vastes bassins (de 6 à 10 km²) disposés en chapelet et reliés par des fossés plus étroits, larges de 1,2 km environ (fig. 2A).

3 - le transect du gazoduc "artère du centre"

9La canalisation "Artère du Centre" traverse la vallée du Loir selon une direction NO-SE. En raison de la présence du site préhistorique classé des "Grouais-de-Chicheray", l'axe primitif du tracé a été détourné. Le tracé retenu a permis l'observation de nappes nouvelles et de compléter les études préalablement réalisées sur les nappes anciennement connues (Despriée, 1985 ; Despriée et al., 2003).

10La distance entre les deux rebords de plateau est d'environ 6 km. L'incision a débuté dans les sables et argiles à "perrons" de l'Eocène. Cette première phase d'incision, profonde d'une quinzaine de mètres, est encore marquée dans le paysage par un replat large de près d'un kilomètre visible en rive droite. L'enfoncement s'est poursuivi dans les argiles à silex du Crétacé terminal sur 3 km de large et 35 m de profondeur, puis dans les craies blanches et les tuffeaux du Turonien-Sénonien. A ce niveau, le Loir coule dans un fossé d'environ un kilomètre de large qui relie les deux bassins tectoniques de Lignières à l'est et de Saint-Firmin-des-Prés à l'ouest (fig. 2A).

11Au fur et à mesure de cette incision, des nappes alluviales ont été abandonnées par le Loir sur les versants de la vallée. Les témoins de huit nappes alluviales fossiles ont ainsi été observés en coupe sur 4 km de longueur, sur les deux versants et dans le fond du graben actuel (fig. 3).

Fig. 2 : A- Secteur Haut-Vendômois : la vallée du Loir, large de 4 à 6 km, suit la direction tectonique NE-SO. La rivière traverse une succession de bassins d’effondrement reliés par des fossés.

Fig. 2 : A- Secteur Haut-Vendômois : la vallée du Loir, large de 4 à 6 km, suit la direction tectonique NE-SO. La rivière traverse une succession de bassins d’effondrement reliés par des fossés.

1 : Cloyes-sur-le-Loir ; 2: Saint-Jean-Froidmentel ; 3 : Saint-Hilaire-la-Gravelle ; 4 : Moree ; 5 : Freteval ; 6 : Lignieres ; 7 : Pezou ; 8 : Lisle ; 9 : Saint-Firmin-des-Pres ; 10 : Moncé ; 11 : Meslay ; 12 : Saint-Ouen ; 13 : Areines ; 14 : Vendome ; 15 : Naveil ; 16 : Thoré-la-Rochette.

Fig. 2 : B- tracé du gazoduc « Artère du Centre » sur les communes de Saint‑Firmin-des-Prés, Pezou et Lisle (Loir-et-Cher).

Fig. 2 : B- tracé du gazoduc « Artère du Centre » sur les communes de Saint‑Firmin-des-Prés, Pezou et Lisle (Loir-et-Cher).

3.1 - Les formations alluviales étudiées

12Les altitudes absolues qui ont pu être relevées pendant les travaux sont celles du sommet des nappes fossiles, car, malgré des profondeurs de creusement importantes, le substratum a rarement été observé dans la tranchée. Toutefois, les nombreux sondages et relevés effectués précédemment dans ce secteur, proche du site classé des "Grouais-de-Chicheray" avaient permis de positionner la base de la plupart des nappes reconnues dans les travaux (Despriée & Lorain, 1972, 1982 ; Despriée, 1979, 1985 ; Despriée et al., 2003). Ces altitudes sont données dans le tableau 1.

13Les altitudes relatives ont été calculées par rapport au plancher de la nappe de fond, dont l'altitude moyenne a été déterminée pour ce secteur à +79 m NGF à partir des épaisseurs des alluvions reconnues dans une trentaine de carottages effectués localement par le Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de Blois, carottages qui ont toujours atteint le toit du substratum crayeux.

3.1.1 - Les formations alluviales fossiles du versant gauche

14Cinq formations ont été repérées sur le versant sud (rive gauche) du Loir. Elles ont été définies selon leurs positions altimétriques et leurs différentes lithologies depuis le sommet du versant jusque dans la plaine alluviale actuelle (fig. 3 & 4).

3.1.1.1 - La formation des "Terres-Noires" (+47 m rel. au sommet du témoin), commune de Saint-Firmin-des-Prés

15Les témoins de la nappe la plus élevée ont été observés au lieu-dit "les Terres-Noires" sur la commune de Saint-Firmin-des-Prés. Ils sont conservés en position d'interfluve entre la vallée du Loir et celle du ruisseau du Réveillon (fig. 3). La nappe, orientée est-ouest, d'une longueur de 1 km et d'une largeur de 0,5 km, a été traversée sur une profondeur de 3,5 m.

16Sous un limon brun, ont été observés de haut en bas : un ensemble supérieur de sables brun jaune puis de sables graveleux, à matrice argileuse rouille, contenant des cailloux de silex à cortex blanchâtre peu roulés et enfin un ensemble inférieur de sables argileux gris avec des traces d'hydromorphie. Le substratum n'a pas été atteint (fig. 4, log 12).

Fig. 3 : Transect géologique de la vallée du Loir, selon le tracé du gazoduc « Artère du Centre » (X-X’) (d’après les observations de terrain et la carte géologique Selommes N° 396, Manivit et al., 1983) avec la localisation des témoins de nappes alluviales prélevés.

Fig. 3 : Transect géologique de la vallée du Loir, selon le tracé du gazoduc « Artère du Centre » (X-X’) (d’après les observations de terrain et la carte géologique Selommes N° 396, Manivit et al., 1983) avec la localisation des témoins de nappes alluviales prélevés.

fa : faille de la Vallee-Aubernage ; fb : faille de Sous-Beauvoire ; fc : faille de Chicheray; fd : faille de la Cheneviere-Dieu ; f3 : failles du Réveillon et de la Grapperie.

Tab. 1 : Prélèvements effectués dans les différents témoins de nappes alluviales fossiles mis au jour dans le secteur « Haut-Vendômois » de la vallée du Loir lors de la pose du gazoduc « Artère du Centre ».

Tab. 1 : Prélèvements effectués dans les différents témoins de nappes alluviales fossiles mis au jour dans le secteur « Haut-Vendômois » de la vallée du Loir lors de la pose du gazoduc « Artère du Centre ».

3.1.1.2 - La formation de "la Haie-Barderie" (+ 36/+ 26m rel.), commune de Pezou

17Sur le haut du versant, la tranchée du gazoduc a été déviée vers le nord-est (fig. 2B) et a suivi la courbe de niveau 115 m NGF parallèlement au versant. Elle a ainsi traversé, sur une longueur de plus d'un kilomètre, des sédiments sableux visibles sur une épaisseur constante de 4 m. Ces derniers ont été prélevés dans trois localités: près du chemin de la "Chenevière-Dieu" où un témoin est conservé en limite d'un compartiment marquée par un profond ravin, à "la Haie-Barderie" et sous le chemin du "Bois-de-Chicheray" (fig. 4, logs 11, 10 & 8).

18Sous les colluvions de pente, la stratigraphie, systématiquement observée de haut en bas, comprend : une succession de sables moyens argileux jaune puis rouge brique, et ensuite grossiers à graveleux, de couleur plus claire, jaunâtre, grisâtre ou blanchâtre ; en dessous, un ensemble de graves fines au sommet puis grossières de silex mal roulés emballés dans une matrice argileuse brun rouille (fig. 4, logs 11 & 8). Une stratigraphie identique avait été relevée par Despriée et al. (2003) sur le même replat topographique à Pezou au lieu-dit "Chêne-Carré" où la base du témoin a été observée à une altitude relative de +26 m.

Fig. 4 : Levés stratigraphiques des différentes formations alluviales fossiles repérées sur le versant sud de la vallée du Loir vendômois

Fig. 4 : Levés stratigraphiques des différentes formations alluviales fossiles repérées sur le versant sud de la vallée du Loir vendômois

Les numéros correspondent à ceux du tableau 1.

3.1.1.3 - La formation du "Petit-Chicheray" (+31 m rel. au sommet du témoin), commune de Pezou

19La formation du "Petit-Chicheray" (fig. 4, log 7.2) est composée, sous un sol limoneux, de deux ensembles sableux : un ensemble supérieur d’environ deux mètres de sables moyens stratifiés horizontalement séparés par des lits de graviers et de petits cailloux, puis un ensemble inférieur, de deux mètres, de sables grossiers. Le substratum n'a pas été atteint. Aucun échantillon provenant de ce témoin n’a été daté.

3.1.1.4 - La formation de "Chicheray"(+21 / +15 m rel.), commune de Pezou

20La formation de "Chicheray" est conservée au-dessus de la falaise de craie à silex sénonienne qui limite le fossé actuel de Pezou.

21La stratigraphie complète de la formation a été observée jusqu'au substratum. Elle présente de haut en bas 1,50 m de limon puis 4,50 m de graves moyennes à grossières constituées de cailloux de silex concassés, mal roulés. De nombreux nodules de silex dégagés de la craie sont visibles à la base de la séquence (fig. 4, log 7.1).

3.1.1.5 - La formation de "la Plaine-des-Sables" (+6 / 0 m rel.), commune de Pezou

22Cette formation occupe le fond du fossé en rive gauche. Elle a une altitude constante de 85 m NGF au sommet et une épaisseur moyenne de 6 m calculée d’après de nombreux carottages. On peut la suivre sur plus de 2 km de long et au moins 500 m de large. Elle est traversée par d'anciens lits du Loir ennoyés de vases et de tourbes. (fig. 3).

23Les alluvions ont été observées sur 3,50 m d'épaisseur au-dessus de la nappe phréatique. Elles sont composées exclusivement de graves lessivées formées de graviers, de cailloux et de blocs de silex polyédriques mal roulés. Quelques lentilles de sable grossier sont incluses dans ces graves (fig. 4, log 6.1).

3.1.2 - Les formations alluviales fossiles du versant sud

24Le versant nord (rive droite) de la vallée du Loir présente une topographie plus complexe que le versant sud (fig. 3). Le fond du fossé, occupé par la nappe qui culmine à +11 m rel., est séparé du plateau par un talus visible sur 35 m de haut recoupant les formations altérées du Crétacé supérieur. En haut du talus, à +56 m d'altitude relative au sommet, deux témoins de formation alluviale ont été reconnus de part et d'autre de la vallée Aubernage sur 600 m de longueur. Plus au nord, on observe un replat topographique dont la surface est bien développée autour de la cote 140 m NGF (+61 m rel.). Au niveau de ce replat, la tranchée a traversé sur 2,50 m d’épaisseur, des sédiments constitués de sables argileux jaunes, bariolés, à silex lie de vin et cortex rosé semblables à ceux décrits dans les niveaux éocènes. Aucun témoin de dépôt alluvial n’a été retrouvé sur ce replat. Enfin le rebord du plateau du Faux Perche est atteint encore plus au nord aux environs de la cote 150 m NGF (+70 m rel.).

25Les deux témoins observés de part et d’autre de la vallée Aubernage à +56 m d’altitude relative à leur sommet ont été échantillonnés. Dans le graben, une autre formation, celle du «Silo-Franciade», (+11 m rel. au sommet) a été relevée et étudiée.

3.1.2.1 - La formation de "Belle-Assise" (+56 / +51 m rel.), communes de Pezou et Lisle

26Au nord de la vallée Aubernage, la formation de "Belle-Assise" (+135 m NGF au sommet) a été traversée sur une largeur d'environ 400 m, et sur une profondeur de 2,50 m. Le substratum n'a pas été atteint mais la base de la formation avait été positionnée lors de précédents travaux à +51 m rel. (Despriée et al., 2003). Sous le sol de surface, on a observé de haut en bas : un limon argileux brun rouille à débitage polygonal allongé avec accumulation ferro-manganique en partie supérieure, puis, sous un lit de cailloux et blocs de silex altérés, un ensemble de sables grossiers rouge brique avec intercalation de lits de graviers de silex et de nombreuses figures d'hydromorphie (fig. 5, log 2).

27Un autre petit témoin de formation alluviale a été mis au jour au sud de la vallée Aubernage. Il n’est conservé que sur 2 m d'épaisseur, au sommet d'une coupe de 25 m de haut réalisée dans des sédiments argilo-marneux du Crétacé régulièrement cryoturbés en festons réguliers soulignés par des nodules de silex. A cet endroit, ce témoin est constitué d'un sable grossier brun rouge à galets de silex bien roulés. Ces galets n’ont pas été observés au nord de la vallée Aubernage dans le témoin de "Belle-assise". Ils rappellent ceux déjà observés dans la partie inférieure de la nappe des "Grouais-de-Chicheray" (+16 / +11 m. rel.) (fig. 5, log. 3 ; fig. 6).

Fig. 5 : Levés stratigraphiques des différentes formations alluviales fossiles repérées sur le versant nord du Loir vendômois

Fig. 5 : Levés stratigraphiques des différentes formations alluviales fossiles repérées sur le versant nord du Loir vendômois

Les numéros correspondent à ceux du tableau 1.

3.1.2.2 - La formation du "Silo-Franciade" (+11 m rel. au sommet), commune de Pezou

28La formation dénommée "Silo-Franciade" est bien développée sur 2 km de long et sur 300 à 500 m de large en rive droite dans le graben situé entre Pezou et Lisle. Son sommet est à la cote 90 m NGF (+11 m rel.). Cette formation supporte les infrastructures routières et ferroviaires et, pour des raisons de sécurité, la tranchée y a été creusée plus profondément, jusqu’à environ 8 m de profondeur.

29On y a observé de haut en bas sous 0,50 m de limon gris : un premier niveau (1,50 m) de graves très grossières constituées de cailloux de silex mal roulés ; un deuxième niveau (1,50 m) de sables grossiers et de graviers lités à matrice brun jaunâtre contenant des rares blocs de craie de taille décimétrique ; en dessous, 4,50 m de graves moyennes à grossières de cailloux de silex cassés, mal roulés, et de rognons de silex emballés dans une matrice sablo-graveleuse, peu argileuse, beige orangé. Les cailloux paraissent avoir été déposés en deux ou trois épisodes brutaux séparés par un mince lit de cailloux lessivés (fig. 5, log 5). La base n'a pas été atteinte.

4 - Datation des nappes du haut-vendômois par la méthode ESR

30Les différentes nappes alluviales fossiles du Loir observées dans la tranchée du gazoduc "Artère du Centre" ont fait l'objet de prélèvements systématiques pour datation par ESR sur quartz fluviatiles optiquement blanchis.

4.1 - Principe de la méthode

31Les premières datations de grains de quartz sédimentaires par ESR ont été réalisées sur des sables d'origine éolienne par Yokoyama et al. (1985), puis Falguères (in Aarab, 1994) et Laurent et al. (1994 ; 1998) sur quartz fluviatiles. Au cours des années 1990 et 2000, la méthode a été appliquée systématiquement sur les témoins de nappes fluviatiles du bassin de la Loire moyenne (Falguères et al., 2002 ; Voinchet, 2002 ; Voinchet et al., 2003, 2004, 2007 ; Tissoux et al., 2007, 2008).

32La datation de quartz fluviatiles par ESR repose sur la mesure de la quantité d'électrons accumulés au cours du temps dans des défauts du réseau cristallin du quartz sous l'effet des radiations naturelles émises par les éléments radioactifs du sédiment. Certains de ces défauts sont liés à la présence dans le réseau cristallin du quartz d' "impuretés" telles que l'aluminium ou le titane. A l'heure actuelle, c'est le centre aluminium qui est le plus couramment utilisé pour la datation des grains de quartz fluviatiles. La quantité d'électrons piégés dans les centres aluminium au cours du temps, déterminée par spectrométrie ESR, est proportionnelle à la dose totale de rayonnements reçus par les quartz.

33Afin de dater effectivement le moment du dépôt des quartz et non leur formation géologique, il est indispensable qu'un phénomène de "remise à zéro" (ou "vidange") des pièges se produise avant ce dépôt. Dans le cas d'alluvions fluviatiles, c'est l'exposition du grain à la lumière solaire pendant son transport par la rivière qui va vidanger les pièges (Toyoda et al., 2000). Pour le centre aluminium, cette vidange n'est pas totale, et l'intensité ESR décroît jusqu'à une valeur "plateau" correspondant à une "dose résiduelle", Dr, propre à chaque quartz et qui doit être déterminée afin d'être soustraite à la dose totale mesurée pour obtenir la dose enregistrée par les grains depuis leur dépôt dans la formation sédimentaire, appelée paléodose ou dose équivalente, DE (Voinchet et al., 2004). L'âge du dépôt du quartz dans la nappe alluviale s'obtient en divisant cette paléodose par la dose de rayonnements reçue en une année (dose annuelle, da).

Fig. 6 : Schéma montrant la disposition du témoin de nappe alluviale fossile de la « Vallée-Aubernage » en versant nord du Loir par rapport au sommet de la craie altérée et cryoturbée du Turonien-Sénonien.

Fig. 6 : Schéma montrant la disposition du témoin de nappe alluviale fossile de la « Vallée-Aubernage » en versant nord du Loir par rapport au sommet de la craie altérée et cryoturbée du Turonien-Sénonien.

fa : faille de la Vallee-Aubernage ; fb : faille de Sous-Beauvoire ; 2 : formation de ≪ Belle-Assise ≫ ; 3 : formation de ≪ la Vallee-Aubernage ≫ ; 4.1 : formation de pente de ≪ Sous-Beauvoire ≫ ; 5 : formation du ≪ Silo-Franciade ≫.

4.2 - Échantillonnage

34Compte tenu des conditions d'accès et des phases de travaux, la tranchée étant rapidement comblée après la pose de la conduite du gazoduc, les nappes alluviales visibles dans la tranchée du gazoduc ont parfois fait l'objet de plusieurs prélèvements.

35En rive gauche notamment, cinq échantillons ont été prélevés dans la nappe de "la Haie-Barderie", sur une longueur de 1 km environ. Dans les autres nappes, en fonction des sédiments (granulométrie, pédogenèse…), certains échantillons ont été doublés.

36Dix de ces échantillons prélevés tout le long de la tranchée, dans des témoins de nappes disposés d'un versant à l'autre de la vallée du Loir, ont été analysés et sont présentés dans ce travail (tab. 1, fig. 7).

4.3 - Protocole expérimental

37Les sédiments ont été prélevés dans les niveaux sableux. La fraction granulométrique 100-200 μm a été sélectionnée par tamisage à l'eau et le quartz a été isolé des autres minéraux par traitement physico-chimique, puis par séparation densimétrique et magnétique (Voinchet, 2002 ; Tissoux et al., 2007). La poudre ainsi obtenue a été divisée en une dizaine d'aliquotes. L'une d'elles a été soumise à un rayonnement ultra-violet pour la "blanchir", c'est à dire pour "vider" les pièges ESR sensibles à la lumière et ainsi déterminer la dose résiduelle de chaque échantillon et donc son coefficient de blanchiment (Voinchet et al., 2003). Les autres ont été irradiées à différentes doses selon la méthode de l'addition (Yokoyama et al., 1985). La dose équivalente a été obtenue par extrapolation de la courbe de croissance du signal ESR en fonction de la dose jusqu'à l'intensité maximale de blanchiment. Dans ce travail, les courbes de tous les échantillons sont très similaires, avec une croissance exponentielle pour les faibles doses puis linéaire pour les plus hautes doses. La dose annuelle a été calculée à partir des activités en uranium, thorium et potassium du sédiment, mesurées par spectrométrie gamma en laboratoire grâce à un spectromètre au germanium à haute sensibilité et bas bruit de fond (Yokoyama & Nguyen, 1980). Les facteurs de conversion utilisés sont ceux proposés par Adamiec & Aitken (1998) et les tables de calculs d'atténuation de la dose bêta de Mejdahl (1979) ont été utilisées. La dose cosmique a été calculée à partir de la profondeur des échantillons (Prescott & Hutton, 1994). La teneur en eau a été déterminée à partir du poids du sédiment avant et après séchage à l'étuve.

38L’intensité du signal aluminium est mesuré entre le sommet du premier pic (g = 2.018) et la base du seizième pic (g = 2.002) du spectre ESR (Toyoda & Falguères, 2003). Les mesures ESR sont réalisées à 107°K sur un spectromètre EMX Bruker en utilisant les conditions expérimentales proposées par Voinchet et al. (2004).

4.4 - Résultats

39Les résultats obtenus lors de l'étude ESR sur neuf des dix échantillons prélevés dans les différents témoins de nappes alluviales traversés par le transect sont présentés dans le Tableau 2. En rive gauche, les âges calculés sont compris entre 886 ± 104 ka et 206 ± 28 ka. L'âge le plus ancien a été obtenu pour la formation la plus haute, celle des "Terres-Noires" (+47 m rel. au sommet du témoin), et l'âge le plus récent a été obtenu pour la nappe de fond ("la Plaine-des-Sables", +6 / 0 m rel.). Les âges ESR des nappes intermédiaires (+36 / +26 m et +21 / +15 m rel.) diminuent avec l'altitude relative. Les âges ESR obtenus pour les trois témoins prélevés dans la formation de "la Haie-Barderie" d'altitude constante (+36 / +26 m rel) ("le Chemin-du-Bois-de-Chicheray", 693 ± 84 ka ; "la Haie-Barderie", 757 ± 69 ka, "la Chenevière-Dieu", 731 ± 59 ka) sont statistiquement reproductibles et donnent un âge moyen pondéré de 731 ± 76 ka pour cette formation.

40En rive droite, les âges sont compris entre 1 010 ± 144 et 379 ± 43 ka. L'âge le plus ancien a été obtenu pour l'échantillon provenant du témoin de nappe le plus élevé reconnu à "Belle-Assise" (+56 / +51 m rel.). L'âge de 426 ± 42 ka déterminé sur l'échantillon provenant de la rive sud de la vallée Aubernage, semble en désaccord avec les âges obtenus pour le témoin de "Belle-Assise" (+56 / +51 m rel.) et, en rive gauche, pour la formation de +47 m rel. (886 ± 104 ka).

Fig. 7 : Situation des nappes alluviales fossiles prélevées et position des prélèvements pour datation ESR.

Fig. 7 : Situation des nappes alluviales fossiles prélevées et position des prélèvements pour datation ESR.

Les numéros correspondent à ceux du tableau 1 ; a : site de ≪ Chene‑Carre ≫ ; b : site des ≪ Grouais-de-Chicheray ≫ ; c : site de Monce, ≪ le Silo ≫ ; d : site de Monce, ≪la Garenne ≫.

5 - Discussion

41Les données ESR obtenues sur les échantillons provenant des nappes alluviales fossiles du Loir recoupées lors des travaux du gazoduc complètent celles obtenues lors des précédentes études (fig. 8) et permettent de préciser le cadre chronostratigraphique de l'évolution fluviatile de la vallée au cours du Pléistocène.

5.1 - L'incision de la vallée

42Dans le secteur "Haut-Vendômois", l'écart entre l'altitude du plateau du Faux Perche et le plancher de la nappe de fond du graben est d'environ 70 m : sur le tracé du gazoduc, le rebord du plateau nord a été atteint à la cote 150 m NGF et le plancher de la nappe de fond a été reconnu à la cote moyenne de 79 m NGF.

43Les âges obtenus (tab. 2) indiquent que cette incision s'est produite durant le Quaternaire et notamment au cours du dernier million d'années comme le montre l'âge ESR obtenu pour le dépôt de la nappe de "Belle-Assise" en rive droite du Loir actuel.

Tab. 2 : Résultats des datations ESR effectuées sur les échantillons prélevés dans les différents témoins de nappes alluviales observées le long du transect du gazoduc.

Tab. 2 : Résultats des datations ESR effectuées sur les échantillons prélevés dans les différents témoins de nappes alluviales observées le long du transect du gazoduc.

Les données analytiques utilisées sont les suivantes : teneurs en radioéléments (U, Th, K), dose cosmique (Cosm.), pourcentage de blanchiment maximum (Bl.), dose équivalente (DE), teneur en eau du sédiment, dose annuelle et âge.

5.2 - Le système fluviatile du loir à Pezou

44Lors des premières études, huit formations alluviales réparties sur 30 km de long avaient été définies dans le secteur Haut-Vendômois grâce à des témoins accessibles ponctuellement entre Morée et Vendôme (fig. 8) (Despriée et al., 2003). Deux lambeaux de nappes avaient alors été observés en haut de versant (+65 et +51 m rel. à la base) mais n'avaient pu être datés. Par ailleurs, certaines nappes datées du Pléistocène moyen étaient difficiles à distinguer les unes des autres, tant du point de vue altimétrique que du point de vue chronologique.

45Depuis cette première publication, les études menées sur les systèmes fluviatiles du bassin de la Loire moyenne ont montré l'impact probable de la tectonique locale sur l'altitude de certains témoins alluviaux et permis d'expliquer certaines anomalies observées entre les altitudes relatives et certains des âges obtenus (Despriée et al., 2007 ; Voinchet et al., 2007).

46La tranchée du gazoduc a donné l'opportunité de suivre en continu sur 6 km de long les différents dépôts sédimentaires et d'observer leurs relations verticales et latérales. Les successions des formations alluviales quaternaires ont pu être observées avec précision sur chacun des versants et dans la plaine alluviale.

5.2.1 - Les formations du versant gauche du Loir

47Sur le versant sud, la formation des "Terres-Noires" (+47 m au sommet) est conservée en situation d'interfluve sur un bloc délimité par les accidents du ruisseau du Réveillon (f3) et du ruisseau de la Chenevière-Dieu (fd) (fig. 3).

48Les trois témoins de la formation de la "Haie-Barderie" (+36 / +26 m rel.) ont fourni des âges du même ordre de grandeur, situés autour de 730 ka. L'altitude identique de cette nappe de part et d'autre de l'accident de la Chenevière-Dieu (fd) indique que les deux blocs n'ont pas bougé l'un par rapport à l'autre depuis le dépôt de la nappe et que le ruisseau de la Chenevière-Dieu s'est mis en place postérieurement à ce dépôt.

49Sur ce versant, toutes les nappes sont en position étagée au-dessus de l'abrupt de craie (15 m de haut) qui limite le fossé actuel du Loir. Les âges ESR obtenus sur les témoins de ces nappes sont en cohérence avec les altitudes relatives et en accord avec le mode de dépôt des terrasses étagées, la plus ancienne étant la plus élevée.

5.2.2 - Les formations du versant nord du Loir

50Deux témoins seulement ont été observés au-dessus du talus de 40 m découpé dans les terrains du Crétacé supérieur, ceux de "Belle-Assise" et de la "Vallée-Aubernage"(fig. 3), tous les deux à +51 m d'altitude relative à la base. L'âge ESR de la formation de "Belle-Assise" est de 1,01 ± 0,14 Ma alors que celui du témoin de la nappe de la "Vallée-Aubernage" est de 426 ± 42 ka. Ces âges, obtenus pour deux témoins situés à la même altitude relative, apparaissent incohérents.

51Les données analytiques (géochronologie) ne permettent pas d'écarter l'un ou l'autre de ces âges : les taux de blanchiment, les courbes de croissance et les équilibres radioactifs ne montrent en effet aucune anomalie particulière. L'éventualité d'un mouvement tectonique en relation avec le nombre important d'accidents observés de part et d’autre du graben du Loir pourrait donc être envisagée. La coupe profonde de plus de 25 m à cet endroit a permis d'observer la situation géologique et topographique du témoin de la "Vallée-Aubernage" (fig. 6). Les alluvions de cette formation, de faible épaisseur, sont localisées en sommet d'un compartiment séparé du plateau par un accident tectonique souligné par la vallée Aubernage. La tranchée a notamment permis d’observer la présence du substratum altéré de craie du Turonien-Sénonien à une altitude de 135 m NGF pour ce compartiment alors que le toit de cette craie a été atteint à 94 m NGF dans la falaise de Chicheray (fig. 3 & 5). Il semble donc possible que le témoin de la "Vallée-Aubernage" soit situé sur un très petit compartiment affecté par une surrection postérieure au dépôt de la nappe (fig. 3). L'altitude relative originelle supposée de la base de la nappe de la "Vallée-Aubernage" peut être estimée par comparaison avec Chicheray à 95-100 m NGF, soit entre +15 et +20 m relatif et la surrection serait ainsi de l'ordre d'une trentaine de mètres. Cette altitude relative lors du dépôt correspondrait alors à celle de la nappe des "Grouais-de-Chicheray" (+16 m rel. à la base) datée par Voinchet et al. (2010) de 398 ± 60, 403 ± 62 ka et 410 ± 65 ka, âges proches de celui de 426 ± 42 ka obtenu pour la "Vallée-Aubernage". Il est intéressant de noter la présence dans la base de cette dernière formation de galets de silex parfaitement roulés qui n'étaient connus à ce jour qu'à la base de la nappe des "Grouais-de-Chicheray" (Despriée, 1985).

52Des surrections de même ampleur ont été constatées pour d'autres compartiments dans ce secteur de la vallée du Loir, comme à Saint-Hilaire-la-Gravelle où la nappe alluviale de fond repose directement sur le toit des Sables du Perche cénomaniens remontés d'une cinquantaine de mètres (Manivit et al., 1982).

5.2.3 - Les formations alluviales du fond de fossé du Loir

53Deux formations ont été prélevées dans le fossé du Loir, la formation du "Silo-Franciade" (+11 m rel. au sommet) et celle de la "Plaine-des-Sables" (+ 6 / 0 m rel.).

54La nappe du "Silo-Franciade" a donné un âge ESR de 379 ± 43 ka. Elle est développée sur 2 km de long en rive droite et a été observée sur huit mètres d’épaisseur ce qui signifie que l’altitude du substratum se situe en dessous de 82 m NGF.

55La formation de la "Plaine-des-Sables" est datée de 206 ± 28 ka. Les très nombreux carottages effectués dans cette nappe en rive gauche ont permis de constater que le toit de la craie était atteint aux alentours de +79 m NGF. La formation de la "Plaine-des-Sables", plus récente que celle du "Silo-Franciade", aurait donc incisé cette dernière sans s’enfoncer suffisamment dans le substratum pour que les deux nappes soient étagées.

6 - Synthèse et discussion

56Huit nappes alluviales de la vallée du Loir ont été inventoriées, prélevées et datées entre 1997 et 2000 (Voinchet, 2002). Elles avaient été sélectionnées en raison de la présence d'industries préhistoriques dans les alluvions (Denizot, 1929 ; Despriée, 1979). Dans le secteur "Haut-Vendômois", seules quatre nappes avaient pu être datées (fig. 8). La rareté des âges obtenus et leur chevauchement autour de 400-500 ka avaient rendu difficiles les corrélations entre les nappes. Une seule nappe repère, celle des "Grouais-de-Chicheray" (fig. 7A & 7B) datée d'environ 400 ka avait pu être placée comme étant contemporaine des stades isotopiques marins 12-11 (Despriée et al., 2003).

57A l'occasion de la pose du gazoduc "Artère du Centre", le suivi d'un transect continu sur six kilomètres de long a permis de d’améliorer notre connaissance du système fluviatile du Loir dans le Haut-Vendômois. Huit nappes réparties sur les deux versants de la vallée du Loir dans la tranchée du gazoduc traversant les communes de Saint-Firmin-des-Prés, Pezou et Lisle, ont été repérées et sept ont été datées (fig. 9). La profondeur relativement importante des tranchées a facilité l'observation des relations latérales et verticales entre les nappes successives. Ces observations ont permis une bonne corrélation entre les altitudes relatives et les âges obtenus sur le versant sud. Sur le versant nord, les relations entre les différents compartiments du substratum ont pu être observées et comparées avec celles mises en lumière par les travaux géologiques antérieurs (Manivit et al., 1982 ; 1983). Pour ce versant, les résultats par la datation ESR ont confirmé l'âge quaternaire de certains phénomènes tectoniques locaux et notamment celui de mouvements verticaux de plusieurs compartiments dans le secteur de Pezou, comme cela avait déjà été observé à Morée (Voinchet et al., 2007).

58Sur la commune de Pezou, la tranchée aurait normalement dû traverser les témoins de nappes de "Chêne-Carré" (+36 / +26 m rel.) et des "Grouais-de-Chicheray" (+11 / +16 m rel.) (fig. 7), mais le classement du site préhistorique des "Grouais-de-Chicheray" au titre des Monuments Historiques a entraîné une déviation du tracé. Il nous paraît aujourd'hui nécessaire de replacer ces deux formations du versant sud, datées en 2002 et 2003, par rapport aux nouvelles nappes reconnues sur le transect.

59Un âge ESR de 516 ± 80 ka avait été obtenu sur un échantillon provenant de la nappe de "Chêne-Carré". Cet âge était peu cohérent avec son altitude relative et un nouveau prélèvement avait donc été effectué. L'âge très élevé de 1,20 ± 0,14 Ma obtenu pour ce second échantillon apparaissait pour sa part aberrant. Les travaux occasionnés par la mise en place du gazoduc ont permis de constater que le site de "Chêne-Carré" s'intègre topographiquement dans la bordure nord de la nappe de la "Haie-Barderie" (fig. 7). Il se trouve à la même altitude (115 / 105 m NGF, +36 / +26 m rel.) que cette dernière et présente strictement la même épaisseur d’alluvions dans le même ordre stratigraphique (Despriée, 1979). L'âge ESR de la nappe de "la Haie-Barderie", 731 ± 76 ka, obtenu dans le présent travail, semble pouvoir être attribué au témoin de "Chêne-Carré" et les âges incohérents obtenus précédemment pourraient avoir été causés par une pollution du rebord de la nappe par des colluvions qui la recouvrent (fig. 4, logs 10, 8 & 7.2).

60La nappe des "Grouais-de-Chicheray" (+11 / +16 m rel.), avec un âge moyen pondéré de 403 ± 72 ka s'intègre bien entre la nappe de "Chicheray" (+15 / +21 m rel., 617 ± 65 ka) et celle du "Silo-Franciade" (+11 m rel. au sommet, 379 ± 43 ka). Son âge correspond à celui obtenu pour l’échantillon de la "Vallée-Aubernage" (426 ± 42 ka) dont le témoin présente par ailleurs certains traits sédimentologiques analogues.

61Une autre formation alluviale très proche du tracé avait été datée en raison de la découverte d'un biface en position stratigraphique connue, à Moncé (entrée du bassin de Saint-Firmin-des-Prés), (fig. 7C & 7D). Les prélèvements ont été effectués aux lieux-dits "la Garenne" et "le Silo" (105 / 110 m NGF, +26 / +31 m rel.) dans une nappe essentiellement sableuse, comme l’ensemble des nappes déposées dans cette vallée à une altitude relative supérieure à 20 m. Ces prélèvements ont donné des âges de 491 ± 78, 482 ± 70, 508 ± 80 et 482 ± 80 ka, soit un âge moyen pondéré de 490 ± 77 ka (Despriée et al., 2003). Cet âge apparaît incohérent avec celui de la nappe caillouteuse inférieure déposée entre +16 / +21 m rel. (fig. 9) et datée de 617 ± 65 ka. Cet âge est en dehors de la courbe de tendance (fig. 10) obtenue à partir de l'ensemble des moyennes d'âges des nappes. Les données radiométriques utilisées pour le calcul de ces âges de "la Garenne" et du "Silo" ne montrent pas d'anomalies qui permettraient de les rejeter. Pourtant, dans ce cas, l'hypothèse d'un soulèvement de la nappe de Moncé depuis son dépôt serait en contradiction avec la présence d'une sédimentologie sableuse correspondant à celle des nappes déposées au- dessus de 20 m rel.

62La synthèse de tous ces résultats (études anciennes et actuelles) permet de reconstituer pour le secteur Haut-Vendômois un système fluviatile de neuf nappes (fig. 10). Les âges calculés sur huit d'entre elles se répartissent depuis la fin du Pléistocène inférieur (1 Ma) jusqu'à la fin du Pléistocène moyen (200 ka).

63La hauteur de l'incision entre le plancher de la nappe supérieure datée et le plancher de la nappe de fond est de 51 m. Une incision de même ampleur a été observée dans le secteur "Bassin Parisien" de la vallée de la Creuse et dans le secteur "Berry" de la vallée du Cher (Despriée et al., 2004 ; 2007).

64Dans le secteur "Haut-Vendômois", le taux d'incision moyen serait donc de 51 mm pour 1000 ans au cours du dernier million d'années. Des variations de cette vitesse d'incision au cours du temps peuvent-être observées (écart d'âges / écart d'altitudes) sur la courbe de tendance mettant en relation les altitudes relatives des formations fluviatiles et leur âge (fig. 10). Cette vitesse, au cours du Pléistocène inférieur et au début du Pléistocène moyen, était comprise entre 80 et 110 mm pour 1000 ans.

65Entre 600 et 400 ka, les relations entre l’altitude des nappes, leur âge et leur sédimentologie apparaissent plus complexes. A partir de 600 ka, la courbe de tendance devient irrégulière par suite de l’obtention d’âges ou d’altitudes quasi-identiques pour quatre nappes apparemment différentes (fig. 10). Cette période chronologique précède la mise en place du fossé actuel du Loir. Elle pourrait correspondre à une ou plusieurs phases d’instabilité tectonique qui constitueraient les prémisses de l’ouverture de ce fossé. Après cette ouverture, la vitesse d’incision diminue considérablement, aux alentours de 15 mm / 1000 ans. Ce ralentissement de l'incision pourrait indiquer une surrection régionale plus lente (Freytet et al., 1989), ce qui expliquerait l'emboîtement des nappes inférieures dans les bassins et les fossés de la vallée du Loir vendômois.

66

Fig. 8 : Vallée du Loir, secteur « Haut-Vendômois ». Etagement des nappes alluviales fossiles étudiées et datées par ESR en 2002

Fig. 8 : Vallée du Loir, secteur « Haut-Vendômois ». Etagement des nappes alluviales fossiles étudiées et datées par ESR en 2002

Les altitudes relatives ont été recalculées à partir du plancher de la nappe de fond dont la profondeur est connue par carottages.

d’après Voinchet (2002) et Despriée et al. (2003)

Fig. 9 : Vallée du Loir, secteur « Haut-Vendômois ». Schéma synthétique du système de terrasses étudiées et datées par ESR sur le transect du gazoduc « Artère du Centre ».

Fig. 9 : Vallée du Loir, secteur « Haut-Vendômois ». Schéma synthétique du système de terrasses étudiées et datées par ESR sur le transect du gazoduc « Artère du Centre ».

Fig. 10 : Distribution des âges ESR obtenus en fonction de l’altitude relative des témoins prélevés, avec indication des vitesses d’incision moyennes.

Fig. 10 : Distribution des âges ESR obtenus en fonction de l’altitude relative des témoins prélevés, avec indication des vitesses d’incision moyennes.

7 - Conclusion

67Les nouveaux résultats obtenus sur le transect du gazoduc "Artère du Centre" soulignent l'intérêt d'une observation en continu des relations stratigraphiques et altimétriques entre les dépôts sédimentaires (alluvions et colluvions), et dans les cas complexes, leur relation avec le substratum. La cohérence des âges obtenus avec les altitudes relatives, notamment en rive gauche, ont permis d'élaborer le système fluviatile du secteur Haut-Vendômois, système en de nombreux points semblable à celui ceux d'autres rivières du Bassin de Paris. Un système fluviatile équivalent a été décrit dans la vallée de la Somme, avec un enregistrement discontinu des cycles du Pléistocène inférieur et une régularité et une continuité dans l'enregistrement des cycles "glaciaire-interglaciaire" du Pléistocène moyen. (Antoine et al., 2003), ce qui a été confirmé par les datations ESR et ESR/U-Th (Bahain et al., 2007).

Haut de page

Bibliographie

AARAB M., 1994 - Contribution à l’étude sédimentologique des formations alluviales quaternaires de la vallée de la Creuse. Etude sédimentologique et micromorphologique du dépôt du site de « Pont-de-Lavaud ». Thèse de Doctorat, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 280 p.

ADAMIEC G., & AITKEN M., 1998 - Dose-rate conversion factor: update, Ancient TL, 16 (2), 37-50.

ANTOINE P., COUTARD J.-P., GIBBARD P., HALLEGOUËT B., LAUTRIDOU J.-P., & OZOUF J.-C., 2003 - The Pleistocene rivers of the English Channel region. Journal of Quaternary Science, 18 (3/4), 227-243.

BAHAIN J.-J., FALGUÈRES C., LAURENT M., VOINCHET P., DOLO J.-M., ANTOINE P., & TUFFREAU A., 2007 - ESR chronology of the Somme River Terrace system and first human settlements in Northern France. Quaternary Geochronology, 2 (1/4), 356-362.

DENIZOT G., 1929 - Les emplacements préhistoriques des vals du Loir. Bulletin de la Société Archéologique, Scientifique et Littéraire du Vendômois, 68, 89-138.

DESPRIÉE J., & LORAIN J.-M., 1972 - Une industrie à choppers dans les alluvions du Loir à Pezou, Loir-et-Cher. Gallia Préhistoire, 15, 2-30.

DESPRIÉE J., 1979 - Les industries du Paléolithique inférieur et moyen de la vallée du Loir vendômois (Loir-et-Cher) dans leur contexte géologique. Thèse de Doctorat, Université Aix-Marseille 1, Aix-en-Provence, 390 p.

DESPRIÉE J., & LORAIN J.-M., 1982 - Les industries du Paléolithique inférieur et moyen de la vallée du Loir vendômois dans leur contexte géologique. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 19 (2), 113-122.

DESPRIÉE J., 1985 - Les industries du Paléolithique inférieur et moyen de la formation des "Grouais-de-Chicheray", commune de Pezou. Loir-et-Cher. Revue Archéologique du Centre de la France, 24 (2), 145-189.

DESPRIÉE J., VOINCHET P., BAHAIN J.-J., FALGUÈRES C., LORAIN J.-M., & DUVIALARD J., 2003 - Les nappes alluviales pléistocènes dans la région de Vendôme (Loir-et-Cher, France) : contexte morphosédimentaire et chronologie ESR. Quaternaire, 14 (4), 207-218.

DESPRIÉE J., GAGEONNET R., VOINCHET P., BAHAIN J.-J., FALGUÈRES C., DUVIALARD J., & VARACHE F., 2004 - Pleistocene fluvial systems of the middle valley of the Creuse River, Middle Loire Basin, Centre Region, France. Quaternaire, 15 (1), 45-56.

DESPRIÉE J., GAGEONNET R., VOINCHET P., BAHAIN J.-J., FALGUÈRES C., & DÉPONT J., 2005 - Les industries à bifaces des nappes alluviales du bassin moyen de la Loire en région Centre : situations stratigraphiques et datations RPE. British Archaeological Reports, International Series, S1364, 431-444.

DESPRIÉE J., VOINCHET P., BAHAIN J.-J., TISSOUX, H., FALGUÈRES C., DÉPONT J., & DOLO J.M., 2007 - Les nappes alluviales pléistocènes de la vallée moyenne du Cher (Région Centre, France) - Contexte morphosédimentaire, chronologie ESR et Préhistoire– Premiers résultats. Quaternaire, 18 (4), 349-368.

FALGUÈRES C., VOINCHET P., & BAHAIN J.-J., 2002 - ESR dating as a contributor to the chronology of the earliest humans in Europe. Advances in ESR Applications, 18, 17-26.

FREYTET P., LORENZ C., LORENZ J., & MACAIRE J.-J., 1989 - Connaissances nouvelles sur les déformations récentes (néotectonique) du sud du Bassin parisien et de sa bordure : exemple du sud-ouest du Berry. In E. Bonifay & B. Vandermeersch (eds.), Les Premiers Européens. Actes du 114e Congrès National des Sociétés Savantes. Editions du CTHS, Paris, 187-201.

GIOT D., avec la collaboration de MAGET P., & IRRIBARIA R., 1999 - Carte géologique de la France à 1/50 000 (n° 395), Vendôme. Notice explicative. BRGM, Orléans, 106 p.

LAURENT M., FALGUÈRES C., BAHAIN J.-J., & YOKOYAMA Y., 1994 - Géochronologie du système de terrasses fluviatiles quaternaires du bassin de la Somme par datation RPE sur quartz, déséquilibres des familles de l’uranium et magnétostratigraphie. Comptes rendus de l'Académie des sciences. Série 2. Sciences de la terre et des planètes, 318 (4), 521-526.

LAURENT M., FALGUÈRES C., BAHAIN J.J., ROUSSEAU L., & B. VAN VLIET LANOE, 1998- ESR dating of quartz extracted from Quaternary and Neogene sediments: method, potential and actual limits, Quaternary Science Reviews, 17 (11), 1057-1061.

MANIVIT J., avec la collaboration de DESPREZ N., DESPRIÉE J., LEYMARIOS C., & MARTINS C., 1982 - Carte géologique de la France à 1/50 000 (n° 361), Cloyes-s-le-Loir 2019. Notice explicative de la feuille Cloyes-sur-le-Loir à 1/50 000. BRGM, Orléans, 59 p.

MANIVIT J., DESPREZ N., & DESPRIÉE J., 1983 - Carte géologique de la France à 1/50 000 (n° 396), Selommes 2020. Notice explicative de la feuille Selommes à 1/50 000. BRGM, Orléans, 37 p.

MEJDAHL V., 1979. TL dating: beta dose attenuation in quartz grains. Archaeometry, 21 (1), 61-72.

PRESCOTT J.R., & HUTTON J.T., 1994 - Cosmic ray contributions to dose rates for Luminescence and ESR Dating: Large depths and long-term time. Radiation Measurements. 23 (2/3), 497-500.

TISSOUX H., FALGUÈRES C., VOINCHET P., TOYODA S., BAHAIN J.-J., & DESPRIÉE J., 2007 - Potential use of Ti-center in ESR dating of uvial sediment. Quaternary Geochronology, 2 (1-4), 367-372.

TISSOUX H., TOYODA S., FALGUÈRES C., VOINCHET P., TAKADA M., BAHAIN J.-J., & DESPRIÉE J., 2008 - ESR dating of quartz from two different Pleistocene deposits using Al and Ti-centers. Geochronometria, 30, 23-31.

TOYODA S., VOINCHET P., FALGUÈRES C., DOLO J.-M. & LAURENT M., 2000 - Bleaching of ESR-signal by the sunlight: a laboratory experiment for establishing the ESR dating of sediments. Applied Radiation and Isotopes, 52 (5), 1357-1362.

TOYODA, S., & FALGUÈRES C., 2003 - The method to represent the ESR signal intensity of the aluminium hole center in quartz for the purpose of dating. Advances in ESR Applications, 20, 7-10.

VOINCHET P., 2002 - Datations par résonance paramagnétique électronique (RPE) de quartz blanchis extraits de sédiments fluviatiles pléistocènes: contribution méthodologique et application aux systèmes de la Creuse, du Loir et de l'Yonne. Thèse de Doctorat, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 330p.

VOINCHET P., FALGUÈRES C., LAURENT M., TOYODA S., BAHAIN J.-J., & DOLO J.-M., 2003 - Artificial optical bleaching of the Aluminium center in quartz implications to ESR dating of sediments. Quaternary Science Reviews, 22 (10/13), 1335-1338.

VOINCHET P., BAHAIN J.-J., FALGUÈRES C., LAURENT M., DOLO J.-M., DESPRIÉE J., & GAGEONNET R., 2004 - ESR dating of quartz extracted from Quaternary sediments: Application to fluvial terraces system of Northern France. Quaternaire, 15 (1/2), 135-141.

VOINCHET P., DESPRIÉE J., GAGEONNET R., BAHAIN J.-J., TISSOUX H., FALGUÈRES C., DÉPONT J., DOLO J.-M., & COURCIMAULT G., 2007 - Datation par ESR de quartz fluviatiles dans le bassin de la Loire moyenne en région Centre : mise en évidence de l’importance de la tectonique quaternaire et de son influence sur la géométrie des systèmes de terrasses. Quaternaire, 18 (4), 335-347.

VOINCHET P., DESPRIÉE J., TISSOUX H., FALGUÈRES C., BAHAIN J.-J., GAGEONNET R., DÉPONT J., & DOLO J.-M., 2010 - ESR chronology of alluvial deposits and first human settlements of the Middle Loire Basin (Region Centre, France). Quaternary Geochronology, 5 (2/3), 381-384.

Yokoyama Y., & nguyen H.V., 1980 - Direct non-destructive dating of marine sediments, manganese nodules and corals by high resolution gamma-ray spectrometry. In E.D. Goldberg, Y. Horibe & K. Saruhashi (eds.), Isotope Marine Chemistry. Uchida Rokakuho, Tokyo, 259-289.

YOKOYAMA Y., FALGUÈRES C., & QUAEGEBEUR J.-P., 1985 - ESR dating of quartz from quaternary sediments: first attempt. Nuclear tracks, 10 (4/6), 921-928.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : A- Localisation de la vallée du Loir dans la région de Vendôme. B- Carte géologique et structurale du secteur « Haut-Vendômois ».
Légende f1 : faille de Fontaine-Raoul ; f2 : faille de Saint-Hilaire-la-Gravelle - Moree ; f3 : failles du Réveillon et de la Grapperie ; f4 : faille de Vendôme - la Chappe ; f5 : faille de Huisseau-en-Beauce / la Brisse (d’après Despriee et al., 2003, modifie).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6049/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2 : A- Secteur Haut-Vendômois : la vallée du Loir, large de 4 à 6 km, suit la direction tectonique NE-SO. La rivière traverse une succession de bassins d’effondrement reliés par des fossés.
Légende 1 : Cloyes-sur-le-Loir ; 2: Saint-Jean-Froidmentel ; 3 : Saint-Hilaire-la-Gravelle ; 4 : Moree ; 5 : Freteval ; 6 : Lignieres ; 7 : Pezou ; 8 : Lisle ; 9 : Saint-Firmin-des-Pres ; 10 : Moncé ; 11 : Meslay ; 12 : Saint-Ouen ; 13 : Areines ; 14 : Vendome ; 15 : Naveil ; 16 : Thoré-la-Rochette.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6049/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 2 : B- tracé du gazoduc « Artère du Centre » sur les communes de Saint‑Firmin-des-Prés, Pezou et Lisle (Loir-et-Cher).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6049/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 3 : Transect géologique de la vallée du Loir, selon le tracé du gazoduc « Artère du Centre » (X-X’) (d’après les observations de terrain et la carte géologique Selommes N° 396, Manivit et al., 1983) avec la localisation des témoins de nappes alluviales prélevés.
Légende fa : faille de la Vallee-Aubernage ; fb : faille de Sous-Beauvoire ; fc : faille de Chicheray; fd : faille de la Cheneviere-Dieu ; f3 : failles du Réveillon et de la Grapperie.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6049/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tab. 1 : Prélèvements effectués dans les différents témoins de nappes alluviales fossiles mis au jour dans le secteur « Haut-Vendômois » de la vallée du Loir lors de la pose du gazoduc « Artère du Centre ».
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6049/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 4 : Levés stratigraphiques des différentes formations alluviales fossiles repérées sur le versant sud de la vallée du Loir vendômois
Légende Les numéros correspondent à ceux du tableau 1.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6049/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 5 : Levés stratigraphiques des différentes formations alluviales fossiles repérées sur le versant nord du Loir vendômois
Légende Les numéros correspondent à ceux du tableau 1.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6049/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 6 : Schéma montrant la disposition du témoin de nappe alluviale fossile de la « Vallée-Aubernage » en versant nord du Loir par rapport au sommet de la craie altérée et cryoturbée du Turonien-Sénonien.
Légende fa : faille de la Vallee-Aubernage ; fb : faille de Sous-Beauvoire ; 2 : formation de ≪ Belle-Assise ≫ ; 3 : formation de ≪ la Vallee-Aubernage ≫ ; 4.1 : formation de pente de ≪ Sous-Beauvoire ≫ ; 5 : formation du ≪ Silo-Franciade ≫.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6049/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 7 : Situation des nappes alluviales fossiles prélevées et position des prélèvements pour datation ESR.
Légende Les numéros correspondent à ceux du tableau 1 ; a : site de ≪ Chene‑Carre ≫ ; b : site des ≪ Grouais-de-Chicheray ≫ ; c : site de Monce, ≪ le Silo ≫ ; d : site de Monce, ≪la Garenne ≫.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6049/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tab. 2 : Résultats des datations ESR effectuées sur les échantillons prélevés dans les différents témoins de nappes alluviales observées le long du transect du gazoduc.
Légende Les données analytiques utilisées sont les suivantes : teneurs en radioéléments (U, Th, K), dose cosmique (Cosm.), pourcentage de blanchiment maximum (Bl.), dose équivalente (DE), teneur en eau du sédiment, dose annuelle et âge.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6049/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 8 : Vallée du Loir, secteur « Haut-Vendômois ». Etagement des nappes alluviales fossiles étudiées et datées par ESR en 2002
Légende Les altitudes relatives ont été recalculées à partir du plancher de la nappe de fond dont la profondeur est connue par carottages.
Crédits d’après Voinchet (2002) et Despriée et al. (2003)
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6049/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 9 : Vallée du Loir, secteur « Haut-Vendômois ». Schéma synthétique du système de terrasses étudiées et datées par ESR sur le transect du gazoduc « Artère du Centre ».
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6049/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 10 : Distribution des âges ESR obtenus en fonction de l’altitude relative des témoins prélevés, avec indication des vitesses d’incision moyennes.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6049/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Tissoux, Jackie Despriée, Pierre Voinchet, Jean‑Jacques Bahain, Christophe Falguères et Jean Duvialard(†), « Intérêt de la datation par ESR d'un transect complet pour la compréhension d'un système fluviatile : exemple de la vallée du Loir », Quaternaire, vol. 22/4 | 2011, 345-356.

Référence électronique

Hélène Tissoux, Jackie Despriée, Pierre Voinchet, Jean‑Jacques Bahain, Christophe Falguères et Jean Duvialard(†), « Intérêt de la datation par ESR d'un transect complet pour la compréhension d'un système fluviatile : exemple de la vallée du Loir », Quaternaire [En ligne], vol. 22/4 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/6049 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaternaire.6049

Haut de page

Auteurs

Hélène Tissoux

Département de Préhistoire du Muséum national d'Histoire naturelle, UMR 7194, 1 rue René-Panhard, F-75013 PARIS. Courriel : tissoux@mnhn.fr

Articles du même auteur

Jackie Despriée

Département de Préhistoire du Muséum national d'Histoire naturelle, UMR 7194, 1 rue René-Panhard, F-75013 PARIS. Courriel : jackie.despriee@free.fr

Articles du même auteur

Pierre Voinchet

Département de Préhistoire du Muséum national d'Histoire naturelle, UMR 7194, 1 rue René-Panhard, F-75013 PARIS. Courriel : pvoinch@mnhn.fr

Articles du même auteur

Jean‑Jacques Bahain

Département de Préhistoire du Muséum national d'Histoire naturelle, UMR 7194, 1 rue René-Panhard, F-75013 PARIS. Courriel : bahain@mnhn.fr

Articles du même auteur

Christophe Falguères

Département de Préhistoire du Muséum national d'Histoire naturelle, UMR 7194, 1 rue René-Panhard, F-75013 PARIS. Courriel : falguere@mnhn.fr

Articles du même auteur

Jean Duvialard(†)

 Département de Préhistoire du Muséum national d'Histoire naturelle, UMR 7194, 1 rue René-Panhard, F-75013 PARIS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search