Navigation – Plan du site

Apport de l’approche géoarchéologique
à l’étude du gisement néolithique du Monte Revincu (Santo Pietro di Tenda, Corse)

Contribution of the geomorphological approach for the study of the neolithic settlement of the Monte Revincu (Santo Pietro di Tenda, Corsica)
Marc-Antoine Vella, Franck Leandri, Christophe Jorda, Christophe Gilabert, Marie‑Madeleine Ottaviani‑Spella et Alain Tabbagh
p. 301-314

Résumés

Les recherches archéologiques récentes menées sur le secteur du Monte Revincu (Désert de l’Agriate, Haute-Corse) ont révélé l’existence d’une cinquantaine de structures à vocation domestique ou funéraire disséminées sur une dizaine d’hectares. La plupart d’entre elles sont attribuées au dernier tiers du Ve millénaire av. J.-C (4 350-3 950 av. J.-C.). Les données collectées durant neuf campagnes de fouilles permettent d’apporter de nouvelles informations sur le fonctionnement de ce village néolithique et ses liens avec les monuments funéraires « pré-mégalithiques ». Les travaux pionniers que nous présentons dans cet article sont basés sur l’analyse de quatre coupes stratigraphiques localisées dans les vallons et versants adjacents au site archéologique du Monte Revincu. Les mesures de granulométrie (obtenues par tamisage mécanique), de la teneur en matière organique et de la susceptibilité magnétique (Lf = 958 Hz, Bartington MS2EI) mettent en évidence une sédimentation caractérisée par une alternance hétérométrique de niveaux grossiers et de niveaux fins. Les 12 datations par 14C réalisées sur des niveaux riches en charbons permettent de reconstituer les phases principales de sédimentation et de hiatus et de proposer une chronostratigraphie de référence depuis la fin du VIe millénaire av. J.-C. pour le nord de la Corse. Deux principales phases d’apports détritiques sont ainsi attestées durant le Néolithique moyen et le début du Chalcolithique (entre 5 000 et 3 100 av. J.-C.) et à partir du Moyen-Âge (~1 100 ap. J.-C.). Cependant, des crises érosives ont pu faire disparaitre certaines séquences sédimentaires, notamment au cours du Chalcolithique et de l’Âge du Bronze (~3 100 av. J.-C. - ~1 600 av. J.-C.). Cette étude géoarchéologique révèle ainsi d’importantes modifications hydro-sédimentaires des vallons de la partie orientale de l’Agriate qui peuvent être corrélées à l’histoire de l’occupation du site archéologique du Monte Revincu. Ces études, réalisées à proximité immédiate du site archéologique du Monte Revincu, devront être couplées avec l’étude plus régionale des bassins versants de l’Agriate.

Haut de page

Texte intégral

Ce projet s’intègre dans un programme de recherches archéologiques coordonné par Franck Leandri (SRA de Corse et UMR 6636), Christophe Gilabert (UMR 6636) et Christophe Jorda (INRAP) : Le site mégalithique du Monte Revincu à Santo-Pietro-di-Tenda (Haute-Corse). Les auteurs tiennent à remercier Les amis de l’Agriate, et plus particulièrement Charles Pinelli pour leur accueil et leur passion. Nous remercions aussi les fouilleurs bénévoles de chacune des campagnes d’étude des sites archéologiques. Enfin, nous remercions très chaleureusement Kewin Pêche-Quilichini, Maeva Assous-Plunian, Emilie Tomas, Thibault Lachenal et Jérôme Rigaud pour leur participation à cette étude.

1 - Introduction

1Les travaux pionniers basés sur l’étude des dépôts de pentes et des formations sub-alluviales dans le sud de la France (Devillers & Provansal, 2003), en Grèce (Vött et al., 2009) et en Crète (Siart et al., 2012) ont permis de mieux comprendre l’influence des activités anthropiques sur la morphologie des versants au cours de l’Holocène récent.

2En Corse, les principaux travaux se sont essentiellement attachés à caractériser l’évolution quaternaire (pléistocène le plus souvent) des principales plaines alluviales de la côte orientale de l’île (Ottman, 1958 ; Rossi et al., 1994, 2001 ; Conchon, 1999). Les études récentes menées sur la plaine alluviale du Taravo permettent cependant de restituer l’évolution des paysages de cette basse vallée du sud de l’île au contact de sociétés humaines au cours du Néolithique et de l’Âge du Bronze (Vella, 2010). L’étude de l’assemblage pollinique du remplissage du marais côtier de Saleccia (fig. 1) a mis en évidence le rôle prépondérant des activités humaines sur l’évolution de la végétation de ce secteur de l’Agriate depuis environ 5 000 ans (Reille, 1992). Cette influence des pratiques agropastorales est marquée, entre autres, par une diminution des forêts de bruyères arborescentes et l’apparition successive de l’olivier, du noyer et du châtaigner à partir de l’Âge du Bronze. A l’échelle de l’île, cette modification de la végétation a été corrélée à une augmentation de la récurrence des feux de forêt entre 2 000 et 500 BP, probablement liée à des cultures sur brûlis (Carcaillet et al., 1997). En revanche, ces études ne permettent pas de restituer la dynamique sédimentaire de la partie amont des bassins versants.

3L’occupation humaine de la partie orientale de l’Agriate est, sans doute, à ce jour une des mieux documentées de Haute-Corse. Les fouilles menées à proximité du Monte Revincu ont mis au jour une importante concentration de structures domestiques et funéraires datées du Néolithique moyen au début de l’Âge du Bronze (Leandri et al., 2006). Neuf campagnes de fouilles sur 10 ans (1997-2007) ont permis d’apporter de nouveaux éléments à la définition du mégalithisme corse mais aussi d’étudier les ensembles domestiques qui leur sont contemporains.

4La position particulière de ce site archéologique, localisé sur une crête rocheuse et surplombant plusieurs petits bassins versants, en fait une zone privilégiée pour l’étude géoarchéologique des modifications paléoenvironnementales en contexte de basse montagne. L’absence de données géoarchéologiques et géomorphologiques sur ce secteur de l’Agriate a récemment motivé la collaboration entre différents laboratoires du CNRS. (SPE, Metis et LAMPEA) et la DRAC. Une part prépondérante de l’activité a été consacrée à l’étude des relations entre les phases d’occupation du site archéologique du Monte Revincu et l’évolution de son contexte paléoenvironnemental proche

Fig. 1 : Carte de situation de la zone d’étude.

Fig. 1 : Carte de situation de la zone d’étude.

A/ Situation géographique de la Corse au sein de la mer Méditerranée. B/ Carte morphologique de la Corse. C/ Carte géologique du secteur oriental de l’Agriate (d’après Rossi et al., 2001). Les courbes rouges indiquent les trajectoires de foliation issues du métamorphisme alpin. 1/ Faille ; 2/ Alluvions (Holocène) ; 3/ Terrasses (Pléistocène) ; 4/ Eboulis (Quaternaire) ; 5/ Molasses et calcaires bioclastiques (Miocène) ; 6/ Cipolins et quartzites (Jurassique sup.) ; 7/ Ophiolithes ; 8/ Formations volcaniques (Permien) ; 9/ Monzogranites (Carbonifère supérieur) ; 10/ Granodiorites (Carbonifère supérieur) ; 11/ Leucomonzogranites (Carbonifère supérieur) ; 12/ Micaschistes Paléozoïque).

2 - Contextes géologique et géomorphologique

5L’étude des petits bassins versants en Méditerranée (Devillers & Provansal, 2003 ; Vella, 2010) et dans le Bassin parisien (Pastre et al., 1997) a pu montrer que leur faible surface induit une réponse rapide aux modifications climatiques et anthropiques (Neboit-Guilhot & Lespez, 2006 ; Lespez, 2007). La géomorphologie et la sédimentologie des sites étudiés permettent de mettre en évidence une faiblesse des dynamiques érosives pendant la première partie de l’Holocène jusqu’au Néolithique récent (IIIe millénaire av. J.-C.). Dans le sud de la France (Devillers & Provansal, 2003), cette stabilité est suivie d’une déstabilisation hétérogène et contrastée durant les âges des métaux pendant lesquels deux nappes colluviales ont été identifiées (Âge du Bronze récent-final, 1 400-750 av. J.-C. et début de l’Âge du Fer, 500 av. J.-C). Des sols peu évolués se développent sur les versants jusqu’à la période romaine (jusqu’au ier s. ap. J.-C. au moins). Le secteur d’étude, dénommé Désert de l’Agriate, est une zone de collines (altitude moyenne de 200 m) d’environ 600 hectares, au contact sud occidental du Cap Corse (fig. 1). Ce secteur d’étude est localisé à l’interface entre Corse cristalline et schisteuse (alpine). Cette zone géographique est délimitée au sud par une imposante chaîne de montagnes disposée en amphithéâtre culminant à plus de 1 500 m (Massif du Tenda) (fig. 1), au nord par une côte rocheuse, découpée et bordée par la mer Méditerranée, à l’ouest par la vallée de l’Ostriconi et à l’est par la vallée de l’Aliso (fig. 1). Les points remarquables du relief sont le Monte Genova (421 m), la Cima di Piedi Pilato (597 m) et le Monte Revincu (356 m). Les principaux cours d’eau drainant cette région sont le Liscu (13,317 km ; 37,112 km²) qui se jette dans la mer à la hauteur de la localité de Saleccia, le Fiume Santu (11,719 km ; 19,623 km²) et le Purette (10,969 km ; 15,254 km²) (fig. 1 et 2). Ces cours d’eau ont un écoulement pérenne, mais présentent une sécheresse hydrique entre juin et septembre qui se manifeste par la formation d’un cordon sableux à leur exutoire. Les sols sont relativement peu développés et résultent principalement d’une altération in situ des roches. Les apports éoliens et/ou détritiques restent relativement restreints et les accumulations sédimentaires sont relativement importantes dans le fond des vallons. Le paysage est actuellement caractérisé par des vallées encaissées et des petites plaines de piedmont (cônes de déjection) qui alternent avec des collines où la végétation, marquée par de nombreux incendies, est principalement composée de bruyère arborescente (Erica arborea), d’arbousier (Arbutus unedo), de ciste (Cistus spp.), de myrte (Myrtus communis) et de lentisque (Pistacia lentiscus).

6La partie orientale de l’Agriate présente deux principaux ensembles géologiques séparés par une zone de cisaillement mise en place lors de l’orogenèse alpine : à l’ouest, le substrat rocheux est constitué d’un batholite granitoïdique d’âge carbonifère, essentiellement composé de granodiorites, monzogranites et leucogranites. Ce massif est recoupé par des formations volcaniques permiennes (fig. 1). La nappe des schistes lustrés, à l’est, regroupe un ensemble de roches sédimentaires variées, associées à des ophiolites transformées par la tectonique et le métamorphisme alpin et charriées vers 42 Ma sur le batholite (Jolivet et al., 1990 ; Rossi et al., 2001). Ces transformations ont aussi affecté les formations granitiques de la partie orientale de l’Agriate. Elles se manifestent par des zones de cisaillement ductiles dont la fréquence augmente à mesure que l’on s’approche de la zone de cisaillement maximum. Un métamorphisme de basse pression - basse température (schistes verts) affecte le batholite dans la partie est du massif (Rossi et al., 2001). Dans les secteurs les plus intensément métamorphisés, les granites donnent naissance à des orthogneiss (fig. 1).

7Les formations alluviales sont très restreintes dans ce secteur géographique. Les alluvions ne sont représentées qu’à l’embouchure des principaux cours d’eau et ne semblent pas présenter d’étagement en terrasse dans ce secteur. Dans les principaux cours d’eau, seules les terrasses récentes (Fy2) et très récentes (Fy3) ont été identifiées (Conchon, 1989 ; Rossi et al., 2001 ; fig. 1 et 2). A leur embouchure, de petits étangs se développent en arrière des cordons littoraux. Les dépôts de pente, lorsqu’ils sont représentés, ne sont décrits que comme des formations colluviales granitiques indifférenciées d’âge quaternaire. La présence d’arènes granitiques n’est pas renseignée.

8Concernant le secteur du Désert de l’Agriate, une étude fut menée par Béraud (2003) dans le cadre de son Master 1 (RE 02, RE 03, RE 04 ; fig. 3). Ce travail préliminaire a permis de mettre en évidence plusieurs phases d’érosion des sédiments des versants du Désert de l’Agriate que l’absence de datations empêche de situer chronologiquement. Plus récemment, les travaux menés sur notre zone d’étude ont permis de mettre en évidence une augmentation des processus sédimentaires au cours du Petit Âge de Glace (PAG, 1 350-1 850 AD) (Vella et al., 2014). Cette étude présente aussi les premiers résultats de l’analyse géomorphologique de ce secteur de l’Agriate et montre la faiblesse des dépôts sédimentaires et l’absence de formes emboîtées et/ou enfouies. En revanche une évacuation vers l’aval est possible bien qu’aucune étude n’ait été réalisée à l’embouchure des fleuves côtiers.

9L’étude des petits bassins versants permet donc de retrouver les grandes tendances hydroclimatiques holocènes mais aussi de mieux percevoir l’influence des sociétés anciennes sur les processus érosion/sédimentation. En Corse, dans un secteur lithologiquement homogène, l’approche pluridisciplinaire présentée permet de relier l’évolution du paysage de ce secteur de l’Agriate occidental avec l’occupation humaine du Monte Revincu. De plus, cette étude permet de préciser l’action des variations climatiques de l’Holocène récent dans un contexte géomorphologique encore très peu étudié du point de vue des géosciences de l’environnement.

Fig. 2 : Carte géomorphologique du bassin versant du Ruisseau Purette et données de la carte archéologique (DRACAR).

Fig. 2 : Carte géomorphologique du bassin versant du Ruisseau Purette et données de la carte archéologique (DRACAR).

1/ Médiéval ; 2/ Âge du Bronze ; 3/ Néolithique ; 4/ Dépôts littoraux ;5/ Plaine alluviale ; 6/ Dépôts de bas de pente ; 7/ Colluvions grossières; 8/ Éboulis ; 9/ Replats topographiques ; 10/ Granodiorites ; 11/ Monzogranite

3 - Etudes de l’occupation humaine du Monte Revincu

10Les premières investigations archéologiques sur le site du Monte Revincu remontent à la fin du xixe siècle et aux investigations menées par Adrien de Mortillet. Quatre dolmens sont alors signalés à Casta, dans le voisinage du « Mont Rivinco ». Mais ces premières mentions, à l’exception de celle concernant le dolmen de « Casa di l’Urcu » (la Maison de l’Ogre), sont particulièrement imprécises. Cette publication initiale (de Mortillet, 1893) sera reprise jusqu’à une époque récente sans jamais être actualisée ni vérifiée.

11Une première visite du site a été réalisée en 1994 dans le cadre de l’inventaire des mégalithes de la Corse. Une fouille programmée est ensuite entreprise durant le mois d’avril 1996. Deux nouvelles programmations 1997-1999 et 2004-2007 complètent ces investigations dans le cadre plus général d’un programme de recherche sur les contextes chrono-culturels d’insertion du mégalithisme de la Corse (Leandri et al., 2002, 2006).

12Au terme de ces neuf campagnes, les recherches ont révélé une cinquantaine d’aménagements lithiques disséminés sur quatre secteurs totalisant une dizaine d’hectares (fig. 3 et 4) : 

13– au pied du Monte Revincu, sur le promontoire rocheux et étagés sur plus de 300 mètres de long de la Cima di Suarella, 36 aménagements dallés ont été révélés (secteur III, fig. 3 et 4A);

14– sur une petite éminence à l’extrémité occidentale de la Cima di Suarella, le dolmen de Casa di l’Urcu (fig. 4B) se combine avec un coffre (secteur I, fig. 3);

15– au sommet du Monte Revincu qui culmine à 356 m, un vaste épandage de mobilier lithique, des structures de dalles de chant, deux menhirs dont un dressé et un petit dolmen ont été inventoriés (secteur IV, fig. 3);

16– et enfin, entre la pente méridionale du Monte Revincu et la partie septentrionale de la Cima di Suarella se trouve le dolmen de Casa di l’Urca dominé par un grand cercle de pierres (secteur II, fig. 3). D’autres structures parmi lesquelles deux coffres ont été reconnues à 60 m au nord-est et en contrebas du dolmen.

17Au pied du Monte Revincu, les organisations architecturales de la Cima di Suarella sont interprétées comme des espaces organisés autour d’activités domestiques (fig. 4A). Architecture, organisation spatiale, mobilier, stratigraphie, morphologie sédimentaire montrent que des activités diversifiées et durables s’y sont déroulées durant le dernier tiers du Ve millénaire (4 400-4 000 av. J.-C.). Une industrie lithique et céramique, culturellement caractéristique du Néolithique moyen, a été produite et utilisée au sein de ces édifices. On y retrouve également le cortège classique des vestiges mobiliers associés à des activités agropastorales : haches polies et éléments de mouture comme des broyeurs ou des molettes (en dépit de l’absence de découverte de céréales carbonisées).

18La structuration spatiale du site, l’homogénéité technique, la lecture de la dynamique évolutive des remplissages et la chronologie pratiquement concordante illustrent une organisation cohérente. En somme, nous voici face à la description archétypique de la morphologie et du fonctionnement d’un habitat groupé au Néolithique moyen. Les données permettent d’entrevoir l’organisation sociale de cette communauté dans laquelle le monde domestique et le monde funéraire paraissent intimement liés. Cette organisation tend à confirmer une phase de « stabilisation » du peuplement impliquant une certaine « structuration » de l’espace.

19A partir de l’âge des métaux, le site du Monte Revincu perd de son importance et les populations semblent occuper d’autres secteurs de l’Agriate. Cependant, cette région ne semble pas désertée pour autant comme l’attestent les données palynologiques de l’étang de Saleccia (Reille, 1990).

20A l’échelle de l’île, la transition entre le Néolithique et le Chalcolithique (~3 500-2 000 av. J.-C.) est progressive (Cesari & Magdeleine, 1998). Cette période, définie à partir de l’étude du site éponyme de Terrina sur la côte orientale de l’île, a permis d’apporter de nombreuses informations concernant l’élevage (ovicaprinés, bœuf et porc) (Vigne et al., 1998 ; Vigne, 2005) ; l’agriculture (meules, matériel de broyage) ; la métallurgie (découverte de creusets et de scories) ; la confection de textile (fusaïoles) ; la chasse, la collecte et la pêche (Camps, 1988 ; Neuville, 1995).

21Le passage entre la fin du Chalcolithique et l’Âge du Bronze (~2 000 et 800 av. J.-C.) est souligné par l’émergence et la multiplication, des monuments turriformes installés sur des positions dominantes à proximité des villages (Cesari, 1992). Dans ce secteur de l’Agriate, plusieurs sites fortifiés ont été identifiés (fig. 2).

22Les productions matérielles (outils, parures, céramiques) réalisées entre le Néolithique et l’Âge du Bronze, montrent une composition qui permet d’envisager leur réalisation sur place et présentent un caractère homogène à l’échelle de la Corse (Grosjean, 1976 ; Bressy et al., 2008 ; Cesari et al., 2011).

23Le premier Âge du Fer est bien moins documenté et aucun site de cette période n’a été identifié dans ce secteur. Il faut toutefois mentionner la reprise d’abris comme caveaux sépulcraux sur certains sites du sud de l’île (Cesari, 1992).

24La période romaine, bien que bien représentée sur l’île, ne présente aucune occupation notable dans ce secteur de l’Agriate.

25Les analyses palynologiques et sédimentaires réalisées sur notre secteur et sur le plateau de Mamucci, localisé à moins de 10 km de notre zone d’étude, ont permis de mettre en évidence l’impact des activités anthropiques durant la période médiévale (Vella et al., 2014). Si aucun habitat médiéval n’a été retrouvé à proximité directe du bassin versant du ruisseau Purette (fig. 2), la période pisane et génoise sont marquées par une augmentation des processus détritiques et ont conduit à de profondes modifications du paysage du Désert de l’Agriate.

26Afin d’analyser l’évolution du site néolithique du Monte Revincu et de son terroir, les études paléoenvironnementales permettent d’appréhender sur la durée les dynamiques du peuplement micro-régional en relation avec l’espace habité et la géographie du territoire parcouru et exploité. Pour cela, sur les trois sondages et coupes naturelles réalisés, deux sont installés dans de petits thalwegs (MR 03 et MRE 01) et un autre se situe sur le versant sud du site (MR 05) (fig. 3 et 5). Ensemble, ils ont permis de retracer l’évolution sédimentaire des fonds de vallons des bassins versants drainant le site archéologique du Monte Revincu.

27L’apport de cette étude interdisciplinaire permet ainsi de préciser l’impact des activités des sociétés néolithiques sur les processus géomorphologiques en contexte insulaire méditerranéen.

Fig. 3 : Localisation des principales structures localisées sur la Cima di Suarella.

Fig. 3 : Localisation des principales structures localisées sur la Cima di Suarella.

Orthophotographies du site archéologique du Monte Revincu (BD ORTHO ® - © IGN PFAR 2000). 1/ Sources ; 2/ Cours d’eau temporaire ; 3/ Cours d’eau permanent ; 4/ Structures domestiques de la Cima di Suarella datées du Néolithique moyen ; 5/ Sépulture datées du Néolithique moyen ; 6/ Sondages préexistants (Béraud, 2003) ; 7/ Sondages réalisés dans le cadre de cette étude.

Fig. 4 - Photographies des structures de la Cima di Suarella

Fig. 4 - Photographies des structures de la Cima di Suarella

Fig. 5 : Résultat de l’analyse stratigraphique

Fig. 5 : Résultat de l’analyse stratigraphique

1/ Charbons ; 2/ Prélèvements anthracologiques ; 3/ Prélèvements palynologique; 4/ Sables limoneux jaunâtres ; 5/ Sables argileux gris sombre ; 6/ Sables gravillonneux gris clair ; 7/ Graviers et ballasts ; 8/ Substrat granitique.

4 -  Méthodes d’analyse des coupes stratigraphiques

28Pour cette étude, trois sondages et coupes naturelles (MR 03, MR 05 et MR 01 ; tab. 1) ont fait l’objet d’analyses granulométriques, de mesures de la susceptibilité magnétique et de teneur en matière organique. Les profondeurs de ces coupes sont respectivement de 0,80 m, 0,4 m et 1,90 m. Après l’identification d’unités stratigraphiques (Us) sur le terrain, les sédiments ont été prélevés sur coupe ou au sein d’un sondage avec un pas d’échantillonnage de 5 cm.

Tab. 1 : Localisation des observations géomorphologiques et géoarchéologiques

Tab. 1 : Localisation des observations géomorphologiques et géoarchéologiques

4.1 - Granulométrie des dépôts

29La granulométrie des sédiments, réalisée au laboratoire de Géologie de l’Université de Corse, est obtenue par un tamisage par voie sèche de la fraction sableuse des échantillons. Nous avons utilisé une colonne de tamis de la norme AFNOR (0,063 ; 0,08 ; 0,1 ; 0,12 ; 0,15 ; 0,2 ; 0,25 ; 0,315 ; 0,5 ; 0,63 ; 0,8 ; 1 ; 1,25 et 2 mm) qui nous a permis d’obtenir la courbe granulométrique des dépôts. Les prélèvements ont été réalisés avec un pas d’échantillonnage de 5 cm en général et de 2 cm pour les variations rapides de faciès.

4.2 - Mesure de la susceptibilité magnétique

30Les mesures de la susceptibilité magnétique apparente ont été réalisées sur le terrain avec un Bartington MS2EI mis à disposition par le laboratoire Sisyphe. Nous avons utilisé une bobine de 2 cm de diamètre et un signal basse fréquence de 958 Hz. La profondeur de pénétration est de l’ordre de quelques centimètres (Dearing, 1999). Les mesures ont été faites avec un pas d’échantillonnage de 5 cm directement sur la coupe.

31Dans un petit bassin versant à lithologie granitoïdique uniforme et à fraction argileuse qui reste limitée (contribution paramagnétique faible), comme dans le cas de notre étude, le signal magnétique est dû à la présence de grains magnétiques de petite taille (hématite, maghémite et magnétite) dont la concentration dépend de plusieurs processus (Devillers, 2008 ; Thompson & Oldfield, 1986).

32Dans ce secteur de l’Agriate et au sein des bassins versants étudiés, le substrat géologique est relativement homogène et composé en majeure partie de granodiorites et de monzogranites qui présentent une faible concentration en grain magnétiques.

33Les processus pédogénétiques (Fassbinder et al., 1990) et l’enrichissement en oxydes de fer par chauffe du sol (dont l’écobuage) (Le Borgne, 1955 ; Weston, 2004) conduisent à une augmentation du signal magnétique. Ces processus sont amplifiés et modulés par les pratiques agricoles comme l’apport d’engrais, les labours (Tite & Mullins, 1971 ; Marmet et al., 1999). Pour les secteurs ayant enregistré une intense activité anthropique, les apports de matière organique modifient les conditions d’oxydo-réduction (le milieu devient plus réducteur) et influent ainsi sur les propriétés magnétiques. La topographie, les phénomènes de transport et d’accumulation sédimentaires (Vella, 2010 ; Ghilardi et al., 2012) ainsi que les variations climatiques et les variations de niveau de la nappe phréatique (Deng et al., 2006 ; Fialova et al., 2006) conduisent aussi à des variations en concentration et en nature des grains magnétique en fonction des matériaux sédimentaires étudiés. Enfin, le signal magnétique provient aussi, bien que de manière peu importante voire négligeable, de l’enrichissement relatif en oxyde de fer par dissolution des minéraux diamagnétiques (comme la calcite, le quartz ou le feldspath ; Eyre & Shaw, 1994 ; Arnaud-Fassetta et al., 2000).

4.3 - Teneur en matière organique

34Le pourcentage moyen de teneur en matière organique est obtenu par des analyses de la perte au feu (Dean, 1974) effectuées sur les échantillons prélevés sur chacune des formations sédimentaires identifiées. Ces mesures nous permettent de mettre en évidence les accumulations de charbons mais aussi les niveaux enrichis en matière organique suite aux processus pédogénétiques. Les mesures ont été réalisées au laboratoire de Géologie de l’Université de Corse avec un four à moufle. Après avoir séché à l’étuve les échantillons sont chauffés pendant 2 h à 550 °C. La teneur en matière organique peut alors être calculée grâce à la formule :

35Avec %MO = teneur en Matière Organique

36P0 = poids du creuset vide

37P1 = poids total avant calcination

38P2 = poids total après calcination

4.4 - Datations

39Lors de l’étude sédimentologique des sondages et des coupes, plusieurs niveaux riches en charbons ont été mis en évidence. Douze échantillons ont ainsi été prélevés (tab. 2) et ont fait l’objet d’un envoi au laboratoire de datation par le radiocarbone de Poznań (Pologne). Les résultats ont ensuite été calibrés grâce au logiciel Calib 6.0 en utilisant la courbe de calibration Intcal09.14c (Reimer et al., 2009).

5 - Résultats de l’analyse sédimentaire et stratigraphique des versants

40Les sondages et les coupes naturelles réalisés dans les environs du site archéologique du Monte Revincu concernent différents ensembles géographiques. Trois secteurs ont livré des séquences sédimentaires suffisantes et des éléments de datation, à partir desquels nous avons pu reconstituer l’histoire des paysages à proximité du site archéologique (fig. 3 et 5). Les formations sédimentaires sont très réduites dans ce secteur de l’Agriate. Les périodes de fort hydrodynamisme ont une action fortement érosive sur les formations des versants qui sont en général très peu conservées comme l’atteste le sondage MR 05 (fig. 6 et 7). Concernant les fonds de vallons (MRE 01 et MR 03), la conservation des formations sédimentaires est meilleure mais reste dépendante de particularités géologiques qui permettent un stockage des sédiments comme dans le cas du vallon de Spizicciu. Sur ce secteur, où l’altération des granitoïdes ne permet qu’un faible renouvellement des sols, les processus érosifs sont particulièrement marqués et pourraient être à l’origine de lacunes sédimentaires qui ne peuvent être quantifiées pour l’instant.

Fig. 6 : Corrélation entre la stratigraphie des sondages MRE 01, MR 03 G, MR 03 D et MR 05

Fig. 6 : Corrélation entre la stratigraphie des sondages MRE 01, MR 03 G, MR 03 D et MR 05

1/ Charbons ; 2/ Sables limoneux jaunâtres ; 3/ Sables argileux gris sombre ; 4/ Sables gravillonneux gris clair ; 5/ Graviers et ballasts ; 6/ Substrat granitique

Fig. 7 : Diagramme âge/profondeur réalisé à partir de la chronostratigraphie mise en évidence sur MRE 01.

Fig. 7 : Diagramme âge/profondeur réalisé à partir de la chronostratigraphie mise en évidence sur MRE 01.

1/ Datations réalisées sur MRE 01 ; 2/ Datations réalisées sur MRE 03 G ; 3/ Datations réalisées sur MRE 03 D ; 4/ Datations réalisées sur MRE 05 ; 5/ Période de fort potentiel hydro-sédimentaire ; 6/ Période de faible potentiel hydro-sédimentaire ; 7/ Période de fort peuplement ; 8/ Période d’abandon.

5.1 - Le vallon de Spizicciu (MRE 01)

41Le sondage MRE 01 présente l’épaisseur sédimentaire et la séquence chronologique la plus longue de cette étude. Cette coupe a été creusée dans le vallon de Spizicciu, au sud du site archéologique du Monte Revincu (fig. 3 et 5). Sur le substrat granitique (S), atteint à 1.90 m de profondeur, un premier ensemble (1 ; Us 25 et 24) est caractérisé par une texture sablo-argileuse (grain moyen = 0,4 mm). Au sein de cet ensemble, nous pouvons distinguer deux unités stratigraphiques distinctes. La première (Us 25), de couleur grise, est surmontée d’une Us de couleur jaune (Us 24) avec quelques charbons (cf. Acer monspessulanum, Arbutus unedo, Erica, Leguminosae, Phillyrea/Rhamnus alaternus, Quercus deciduous) dans sa partie supérieure. La susceptibilité magnétique présente de faibles variations (3-5.10-5 uSI) avec cependant des mesures supérieures à celles du granite (2-3.10-5 uSI). Les charbons localisés à 1,75 m de profondeur ont fait l’objet d’une détermination anthracologique et d’une datation qui indique une phase de sédimentation située autour de 6 220 ± 40 BP (5 303-5 057 av. J.-C.). Le second ensemble sédimentaire (2) situé entre 1,70 et 1,32 cm est constitué de deux unités stratigraphiques (Us 23, Us 22). La première (Us 23) est principalement constituée de graviers et de sables grossiers (grain moyen = 1 mm) de composition granitique. La seconde (Us 22), de texture sablo-argileuse (grain moyen = 0,4 mm), montre à son sommet une augmentation significative de la teneur en matière organique (Us 22a ; 5 %). La susceptibilité magnétique montre aussi une augmentation au niveau de la partie sommitale de cette Us (Us 22a ; 7.105 uSI) en comparaison avec les niveaux mesurés pour l’ensemble 1. L’ensemble 3, épais de 35 cm, est caractérisé par une augmentation de la fréquence des dépôts grossiers (grain moyen > 0,8 mm) (Us 21, Us 19, Us 17). Ces couches centimétriques sont séparées par des passages sablo-argileux (grain moyen < 0,45 mm) gris décimétriques (Us 20, Us 18, Us 16). Au sein de ces derniers, plusieurs niveaux riches en charbons (de taille millimétrique) ont permis une analyse anthracologique (Erica, Cistus/Erica, Phillyrea/Rhamnus alaternus, Pistacia). Leur datation donne des âges compris entre 5 280 40 BP. (4 235-3 991 av. J.-C.) et 4 430 ± 35 BP. (3 328-2 924 av. J.-C.). La teneur en matière organique diminue et atteint des taux faibles dans l’ensemble et proche de 0. La susceptibilité magnétique montre une augmentation notable autour de 1,22 m (13.10-5 uSI), en relation avec un dépôt sédimentaire fin (Us 20). L’ensemble 4, situé entre 0,95 et 0,60 m de profondeur, est constitué d’une alternance de niveaux grossiers centimétriques et de dépôts jaunâtres plus fins décimétriques. Les taux de matière organique montrent une variation en accord avec celle de la granulométrie et indiquent que les niveaux sablo-argileux (Us 14, Us 12, Us 10) sont enrichis en matière organique (respectivement 20 %, 17 % et 13 %). Les mesures de la susceptibilité magnétique montrent une faible augmentation en relation avec les unités sédimentaires fines (Us 12 ; 18.105 SI). Les charbons (Erica) prélevés dans les unités sédimentaires fines (Us 14, Us 12) et grossières (Us 11) ont donné des âges compris autour de 3 345 ± 35 BP (1 736-1 527 av. J.-C.). L’ensemble 5, situé entre 0,60 et 0,25 m de profondeur, montre une diminution de la récurrence des niveaux grossiers (Us 8). Les dépôts sédimentaires sablo-argileux gris (Us 9 et Us 7) sont plus épais (d’échelle pluri-décimétrique) et présentent deux niveaux charbonneux [respectivement à 0,54 et 0,40 m de profondeur (Erica, Arbutus unedo)]. Les datations par radiocarbone indiquent respectivement des âges de 940 ± 30 BP (1 020-1 160 ap. J.-C.) et 480 ± 30 BP (1 407-1 453 ap. J-C.) pour l’Us 9 et l’Us 7. La teneur en matière organique est inférieure à celle de l’ensemble 4 mais montre cependant deux maxima (respectivement 15 % et 14 %) qui correspondent aux niveaux sédimentaires fins. Les valeurs de la susceptibilité magnétique sont relativement inférieures à celles observées pour l’ensemble précédent. Seule une augmentation notable est identifiée au sein de l’Us 7 (22.105 uSI ; 0,35 m de profondeur). Enfin, à partir de 0,25 m de profondeur, l’ensemble sédimentaire 6 est caractérisé par une diminution de l’épaisseur des niveaux sablo-argileux. Les taux de matière organique varient entre 7 et 10 %. La susceptibilité magnétique montre des variations en relation avec la granulométrie des sédiments et tend à augmenter à mesure que l’on se rapproche de la surface. En effet, les Us les plus fines (grain moyen < 0,45 mm ; susceptibilité magnétique moyenne = 11.105 uSI) présentent une susceptibilité magnétique supérieure à celle des Us les plus grossières (grain moyen > 0,75 mm ; susceptibilité magnétique moyenne = 4.105 uSI).

5.2 - Le vallon de Purette (MR 03 D et MR 03 G)

42La coupe naturelle MR 03 est localisée dans le vallon de Purette, à l’ouest du site archéologique néolithique du Monte Revincu. Le ruisseau incise ici les unités sédimentaires qui se sont accumulées au fond du vallon, nous permettant d’observer le remplissage en rive gauche (MR 03 G) et en rive droite (MR 03 D) (fig. 3 et 5).

43La stratigraphie observée en rive droite, de faible épaisseur (0,70 m), présente trois principaux ensembles. Le premier (1) est composé de deux unités sédimentaires. A la base, l’Us 4 est caractérisée par une couche grossière d’épaisseur irrégulière (0,15 à 0,25 cm) alors que l’Us 3 présente une texture sableuse. Cette dernière a livré quelques charbons qui ont donné une datation autour de 900 ± 30 BP (1 040-1 211 ap. J.-C.). La susceptibilité magnétique présente les plus faibles valeurs du sondage (entre 2 et 10.105 uSI). L’ensemble sus-jacent (2), d’épaisseur comprise entre 0,25 et 0,10 m, est constitué d’une formation fine sablo-argileuse qui présente une augmentation de la concentration en minéraux magnétiques (30.105 uSI). Enfin, l’ensemble le plus superficiel, entre 20 cm et la surface, est composé d’une formation sédimentaire sablo-argileuse avec une structure clairement grumeleuse qui se distingue de l’ensemble précédent par une faible augmentation de la susceptibilité magnétique (comprise entre 10 et 20.105 uSI), elle semble traduire une pédogenèse plus accentuée. Les taux de matière organique présentent cependant des valeurs faibles (comprises entre 4 et 6 %).

44Sur l’autre rive, la coupe naturelle MR 03 G, présente une stratigraphie complémentaire (fig. 2 et 3). Le premier ensemble (1) est composé de deux unités stratigraphiques. La première (Us 6) est comparable à celles observées en rive droite (MR 03 D, Us 4). Elle est surmontée d’une formation sédimentaire de texture sablo-argileuse (Us 5). Au sommet de cette dernière, nous avons pu prélever quelques charbons qui indiquent une période de dépôt autour de 185 ± 30 BP (1 650-1 955 ap. J.-C.) (fig. 3 et tab. 2). Les mesures de la susceptibilité magnétique indiquent des valeurs faibles pour l’Us 6 (3.105 uSI) et augmentent progressivement à mesure que les sédiments deviennent plus fins (27.105 uSI). L’ensemble 2, situé entre 0,40 et 0,15 m de profondeur, est composé de trois unités stratigraphiques. A la base, la première, est composée de sables grossiers et de graviers (Us 4) alors que les Us 3 et 2 sont plus fines et présentent quelques charbons entre 10 et 15 cm de profondeur. La datation de ces derniers indique des âges autour de 75 ± 30 BP (1 691-1 925 ap. J.-C.). Enfin, l’ensemble le plus superficiel (3), à partir de 0,1 m de profondeur, est composé d’unités sédimentaires plus grossières qui présentent une faible pédogenèse au niveau de la couche sommitale, caractérisée par une structure grumeleuse et une coloration plus sombre.

5.3 - Le versant sud de la Cima di Suarella (MR 05)

45Le sondage MR 05, d’une profondeur maximale de 0,32 m, a été creusé dans un aquifère saisonnier sur une plateforme située en contrebas de la structure 8 (fig. 3 et 5). L’étude stratigraphique met en évidence un ensemble principal composé de trois unités stratigraphiques. La première, entre 0,32 et 0,20 m, est caractérisée par une formation grossière issue de la désagrégation du substrat granitique sous-jacent (Us 4). Les taux de matière organique ainsi que les mesures de la susceptibilité magnétique sont faibles (respectivement entre 1 et 2 % et entre 3 et 4.105 uSI). Les formations sédimentaires supérieures (US 3, 2 et 1) montrent une diminution progressive de la taille des grains ainsi qu’une augmentation de la teneur en matière organique (> 5 %) et de la concentration en grains magnétiques (15.105 uSI). Des charbons ont donné un âge actuel, postérieur aux premiers essais atomiques atmosphériques (tab. 2).

6 - Evolution géomorphologique de la partie orientale de l’agriate dans le secteur du Monte Revincu : implication paléoenvironnementale pour l’occupation humaine de la Cima di Suarella

46L’étude géoarchéologique des vallons de Spizicciu, de Purette ainsi que celle du versant sud de la Cima di Suarella permet de retracer l’évolution des formations superficielles dans le secteur du Monte Revincu depuis la fin du VIe millénaire av. J.-C. Les ensembles sédimentaires identifiés montrent une différence de conservation entre les secteurs étudiés. Les dépôts sédimentaires les plus anciens (ensembles I à III ; fig. 6  et 7) n’ont été conservés que dans le vallon de Spizicciu et seuls les ensembles IV à VIII ont pu être corrélés entre les différentes zones étudiées. Ce phénomène s’explique par la présence d’un verrou composé de roches granitiques en aval du sondage MRE 01 permettant la conservation des sédiments en amont. De plus, les données géomorphologiques présentes sur ce secteur de l’Agriate attestent de la faiblesse des dépôts sédimentaires aux abords des principaux cours d’eau.

47Les coupes MR 03, situées dans le cours du Purette, ont enregistré une dynamique à l’échelle du bassin versant. Les dépôts sédimentaires les plus anciens ont donc été probablement érodés par les incisions postérieures.

48Selon la situation géomorphologique, plusieurs phases de stabilité des versants alternent avec des épisodes de remplissage d’origine colluviale et alluviale pouvant être mis en relation avec l’histoire de l’occupation humaine du secteur.

49La datation réalisée à la base du sondage MRE 01 indique une période d’accrétion sédimentaire entre 5 500 et 5 000 av. J.C. (ensemble I ; fig. 6 et 7). Les études réalisées dans le sud de la France montrent la faiblesse des apports sédimentaires au cours de la première moitié de l’Holocène (Miramont et al., 1999 ; Magny et al., 2002). L’absence de dépôts sédimentaires antérieurs au VIe millénaire av. J.C. dans l’Agriate tend à confirmer cette hypothèse. Durant cette période, l’altération sur place des granitoïdes et le faible colluvionnement des arènes (Taux de Sédimentation Moyen, TSM = 0,34 cm/siècle) permet probablement de conserver une couverture sédimentaire relativement importante sur les versants et les replats topographiques. Ces dépôts précèdent d’environ 1000 ans l’implantation des structures néolithiques de la Cima di Suarella.

50La période suivante (entre 5 000 et 4 300 av. J.-C.) est caractérisée par une augmentation de la sédimentation (ensemble II ; fig. 6 et 7). Le TSM (5,42 cm/siècle) marque une augmentation significative par rapport à la période précédente. Les datations réalisées sur les ensembles suivants montrent que cet événement est contemporain de la période de fort hydrodynamisme mis en évidence en Méditerranée autour de ~5 000 av. J.C. (Benito, 2003 ; Macklin et al., 2006 ; Arnaud-Fassetta et al., 2010). Dans le contexte de l’Agriate, cette période est caractérisée par une érosion importante des versants et des dépôts grossiers dans le vallon de Spizicciu. L’importance des dépôts sédimentaires dans le vallon de Spizicciu au cours de cette période permet d’envisager la présence d’une occupation du Néolithique ancien (non identifiée lors des fouilles), antérieure à la mise en place du site archéologique du Néolithique moyen de la Cima di Suarella. L’importance de ces dépôts sédimentaires pourrait être liée à l’absence de structures agraires tels que des terrasses agricoles ou d’autres aménagements retenant les terres. Cet épisode est suivi d’une diminution des apports détritiques (fig. 6 et 7). A la fin de cette période de stabilisation sédimentaire, les populations de la Cima di Suarella ont implanté la plupart des structures d’habitats et ont défini les secteurs funéraires (Leandri et al., 2006).

51L’ensemble III, daté entre 4 300 et 3 100 av. J.-C. (fin du Néolithique moyen, début du Chalcolithique), montre une augmentation de la fréquence des dépôts grossiers. Trois périodes d’apport de sédiments grossiers sont intercalées avec des niveaux plus fins qui présentent une forte proportion de charbons de bois. Le TSM (2,34 cm/siècle) et l’épaisseur des formations grossières restent cependant inférieurs à ceux observés pour l’ensemble II. Ces dépôts séquencés ont livré des âges de ~4 100 av. J.-C., ~3 500 av. J.-C. et ~3 300 av. J.-C. qui sont contemporains des datations réalisées sur les structures d’habitat et les dolmens de la Cima di Suarella. Dans le contexte méditerranéen, les études paléoenvironnementales en Méditerranée ont permis d’identifier plusieurs phases d’alluvionnement autour de 4 300 av. J.C., 3 900  av. J.-C. et 3 200  av. J.-C. (Sadori, 2001 ; Arnaud-Fassetta, 2011). Les dépôts identifiés dans le vallon de Spizicciu montrent ainsi plusieurs phases d’apports sédimentaires contemporaines de celles reconnues sur les autres îles méditerranéennes et sur le continent. Ces apports grossiers, associés aux charbons extraits des formations fines, suggèrent que la mobilité des sédiments peut être reliée à des épisodes d’incendies qui ont affecté ce secteur de l’Agriate. La fin de cette période (~3 100 av. J.-C.) est marquée par une déprise partielle de l’occupation de la Cima di Suarella (Leandri et al., 2006).

52Le passage à l’ensemble sédimentaire IV (à partir de ~3 100 av. J.-C.) est caractérisé par une diminution importante du Taux de Sédimentation Moyen (0,55 cm/siècle) à partir du Chalcolithique (fig. 6 et 7). L’épaisseur des formations grossières est plus importante que celles de l’ensemble III. En raison de l’absence de matériel datable, la chronologie des évènements détritiques reste incertaine et des phases d’incisions ont pu faire disparaitre certains dépôts, notamment entre 3 000 et 1 600 av. J.-C.

53A partir de l’Âge du Bronze (~1 600 av. J.-C.), le vallon de Spizicciu enregistre une reprise partielle des processus sédimentaires (TSM=1,43 cm/siècle). Cet épisode se retrouve aussi dans le vallon de Purette et traduit une influence régionale déjà identifiée en Méditerranée (Devillers & Provansal, 2003 ; Siart et al., 2012 ; Neboit-Guilhot & Lespez, 2006). La présence sur le site d’éléments datés du Chalcolithique et de l’Âge du Bronze suggère que les populations n’ont pas déserté totalement le secteur et que ces dernières pourraient être à l’origine d’un forçage anthropique important à l’échelle du bassin versant. L’augmentation du nombre de sites au cours du Chalcolithique et de l’Âge du Bronze, observée à l’échelle de l’île, est accompagnée d’une modification importante du couvert végétal des basses vallées (Reille, 1990 ; 1992). Bien que quelques sites datés du Chalcolithique et de l’Âge du Bronze aient été identifiés dans ce secteur de l’Agriate, les activités de ces sites ne sont pas encore bien connues. Les incisions identifiées dans le vallon de Spizicciu (MRE 01) entre ~3 100 av. J.-C. et ~1 600 av. J.-C. pourraient être dues à l’existence d’aménagements agricoles, non encore identifiés, qui ont pu piéger les sédiments issus des versants.

54L’Âge du Fer et la période romaine sont caractérisés dans ce secteur de l’Agriate par un très faible nombre de sites. Pendant ces périodes culturelles, la dynamique sédimentaire des versants est semblable à celle observée pour la fin de l’Âge du Bronze. Au cours de l’Âge du Fer et de la période romaine, si une accumulation sédimentaire est manifeste dans ce secteur de l’Agriate, des phases d’incision ont aussi pu avoir lieu. La diminution de l’occupation humaine pourrait alors induire une disparition des structures agraires qui aurait entraîné une forte érosion des versants.

55L’ensemble V est marqué par une augmentation relativement importante du TSM (3,26 cm/siècle) et par une diminution du nombre de niveaux grossiers (fig. 6 et 7). Cette période est aussi présente sur la coupe naturelle MR 03 D et témoigne d’une augmentation des processus hydro-sédimentaires entre 1 100 et 1 500 ap. J.-C. Les études réalisées sur les fleuves du nord de la Méditerranée concernant la transition entre l’Optimum Climatique Médiéval (OCM) et le Petit Âge Glaciaire (PAG) montrent que le début de la mise en place de conditions à fort potentiel hydro-sédimentaire se situe entre 1 350 et 1 450 ap. J.-C. (Carozza et al., 2011 ; Vella et al., 2012) selon les secteurs de la Méditerranée. Certaines des formations grossières identifiées au sein de l’ensemble V sont donc antérieures au PAG et pourraient être reliées à une intensification des activités agropastorales dans la région à la période médiévale (pisane puis génoise). L’occupation de l’Agriate au cours de cette période est marquée par une déprise des sites côtiers et une croissance des sites situés plus à l’intérieur des terres (Vella et al., 2014). Cette augmentation localisée des sites médiévaux pourrait être à l’origine d’une augmentation de la pression anthropique sur les versants de ce secteur de l’Agriate.

56Enfin, les formations les plus proches de la surface (à partir de ~1 600 ap. J.-C.) sont caractérisées par une augmentation de la fréquence des niveaux grossiers et un TSM important (8,33 cm/siècle) (fig. 7). La coupe naturelle MR 03 G et le sondage MR 05 permettent de mettre en évidence trois périodes d’apports sédimentaires respectivement datées de ~1 750 ap. J.-C. (ensemble VI), ~1 900 ap. J.-C. (ensemble VII) et enfin de la période actuelle (ensemble VIII). Ces dépôts attestent donc de l’exploitation de ce secteur de l’Agriate au cours de la période moderne.

7 - Conclusion

57Cette étude pluridisciplinaire propose, pour la première fois en Corse, d’analyser les formations sédimentaires dans un contexte de basse montagne afin de restituer les paysages et leur évolution au contact des sociétés anciennes. Les résultats de l’étude géoarchéologique basée sur l’étude de trois sondages réalisés autour de la Cima di Suarella permettent de retracer l’évolution morpho-sédimentaire des versants de la partie orientale de l’Agriate au cours de l’Holocène récent. La chronologie des évènements mise en évidence par nos travaux peut être reliée aux processus climatiques enregistrés par différentes études paléoenvironnementales en Méditerranée. Néanmoins, la présence de niveaux fins stratifiés et fortement charbonneux observés dans le vallon de Spizicciu suggère une influence anthropique importante entre le Néolithique moyen et le Chalcolithique puis à la période médiévale. Les datations et le mobilier découvert lors de la fouille des structures domestiques et funéraires de la Cima di Suarella attestent de l’existence d’une occupation villageoise à une période contemporaine d’une déstabilisation des versants entre 5 000 et 3 100 av. J.-C.

58Entre 3 100 et 1 600 av. J.-C., la faiblesse des dépôts sédimentaires et la présence probable de phases d’incisions concordent avec une diminution de l’occupation du secteur au cours de la fin du Chalcolithique et le début de l’Âge du Bronze. La destruction des structures agricoles (terrasses) pourrait être à l’origine de l’érosion des dépôts sédimentaires.

59A partir de l’Âge du Bronze (~1 600 av. J.-C.), les processus sédimentaires s’intensifient alors que l’on observe une augmentation du nombre de sites.

60La période romaine n’est pas représentée dans l’étude abordée dans le cadre de cet article. Tout d’abord, aucune datation relevant de cette période n’a été obtenue sur les coupes étudiées. De plus, l’occupation romaine est très limitée dans ce secteur. En effet, seuls quelques indices d’occupation ont été relevés sur les côtes près de Saleccia.

61Enfin, la période médiévale est contemporaine d’une augmentation particulièrement importante des processus détritiques à partir de 1 100 ap. J.-C. jusqu’à nos jours.

62Les principaux axes de recherches à privilégier pour préciser le rôle des occupations humaines sur l’évolution des paysages consisteront à analyser l’enregistrement de la végétation. Pour cela, une analyse palynologique et anthracologique sera présentée et permettra de relier l’évolution sédimentaire des versants de basse montagne à l’évolution de la végétation. La spatialisation des informations sédimentaires enregistrées dans les vallons est aussi une priorité pour analyser un paysage composé d’une mosaïque d’unités géomorphologiques. L’analyse d’autres secteurs de l’Agriate, en relation géographique et culturelle avec l’occupation du Monte Revincu permettra aussi de mieux comprendre les interactions entre l’homme et son environnement en contexte insulaire méditerranéen.

Haut de page

Bibliographie

ARNAUD-FASSETTA G., 2011 - Histoire des vallées, entre géosciences et géoarchéologie. Méditerranée, 117, 25-34.

ARNAUD-FASSETTA G., DE BEAULIEU J.-L., SUC J.-P., PROVANSAL M., WILLIAMSON D., LEVEAU P., ALOÏSI J.-C., GADEL F., GIRESSE P., OBERLIN C. & DUZER D., 2000 - Evidence for an early land use in the Rhône delta (Mediterranean France) as recorded by late Holocene fluvial paleoenvironments (1640–100 BC). Geodinamica Acta, 13 (6), 377-389.

ARNAUD-FASSETTA G., CARCAUD N., CASTANET C. & SALVADOR P.-G., 2010 - Fluviatile palaeoenvironments in archaeological context: geographical position, methodological approach and global change - Hydrological risk issues. Quaternary International, 216 (1-2), 93-117.

BENITO G., 2003 - Palaeohydrological changes in the Mediterranean region during the late Quaternary. In Gregory K.J., Benito G. (eds.), Palaeohydrology: understanding Global Change. John Wiley and sons, Chichester, 123-142.

BÉRAUD A., 2003 - Étude morphosédimentaire et paléo-paysagère : Le désert des Agriate, Corse. Mémoire de Maîtrise de Géographie Physique, Université de Provence, 2003, 85 p.

BRESSY C., D’ANNA A., POUPEAU G., LE BOURDONNEC F.X., BELLOT-GURLET L., LEANDRI F., TRAMONI P. & DEMOUCHE F., 2008 - Chert and obsidian procurement of three Corsican sites during the 6th and 5th millenniums BC/Approvisionnement en silex et en obsidienne de trois sites corses des VIe et Ve millénaires. Human Palaeontology and Prehistory, 4 (7), 237-248.

CAMPS G., 1988 - Terrina et le Terrinien. Recherche sur le Chalcolithique de la Corse. Collection de l’Ecole Française de Rome, 398 p.

CARCAILLET C., BARAKAT H.N., PANAÏOTIS C. & LOISEL R., 1997 - Fire and late-Holocene expansion of Quercus ilex and Pinus pinaster on Corsica. Journal of Vegetation Science, 8 (1), 85-94.

CAROZZA J.M., PUIG C., ODIOT T., PASSARRIUS O. & VALETTE P., 2011 - Lower Mediterranean plain accelerated evolution during the Little Ice Age: Geoarchaeological insight in the Tech basin (Roussillon, Gulf of Lion, Western Mediterranean), Quaternary International, 266, 94-104.

CESARI J., 1992 - Contribution à l’étude des habitats de l’Âge du Bronze de la Corse-du-Sud. In : La Sardegna nel Mediterraneo tra il Bronzo medio e il Bronzo recente (XVI-XII sec. a. C.), Atti del III° Convegno di Studi (Selargius-Cagliari, novembre 1987), Della Torre (éd.), Cagliari, 379-398.

CESARI J. & MAGDELEINE J., 1998 - Le Néolithique et le Chalcolithique de la Corse : acquis et problèmes, in J. Vaquer (éd.), Le Néolithique du Nord-Ouest méditerranéen, Actes du XXI Congrès Préhistorique de France, Carcassonne 26-30 septembre 1994, Paris, Société Préhistorique Française, 111-118.

CESARI J., BRESSY-LEANDRI C., DEMOUCHE F., LEANDRI F., NEBBIA P. & PECHE-QUILICHINI K., 2011 - Découverte récente d’un habitat pré- et protohistorique dans la basse vallée du Taravo : Campu Stefanu (Sollacaro, Corse-du- Sud), In : Sénépart I., Perrin T., Thirault E. et Bonnardin S. (dir.) – Marges, frontières et transgressions, Actes des VIIIes RMPR, Marseille, novembre 2008, Editions Archives d’Ecologie Préhistorique, Toulouse, 265-281.

CONCHON O., 1989 - Dynamique et chronologie du détritisme quaternaire en Corse, domaine méditerranéen montagnard et littoral, Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire (4), 201-211.

CONCHON O., 1999 - Le littoral de Corse (France) au Quaternaire, Quaternaire, 10 (2-3), 95-105.

DEAN W.E. Jr., 1974 - Determination on carbonate and organic matter in calcareous sediments and sedimentary rocks by loss on ignition: comparison with other methods. Journal of Sedimentary Petrology, 44 (1), 242-248.

DEARING, J. A., 1999 - Environmental magnetic susceptibility: using the Bartington MS-2 system. Kenilworth, Chi Publishing. 54 p.

DENG C., SHAW J., LIU Q., PAN Y. & ZHU R., 2006 - Mineral magnetic variation of the Jingbian loess/paleosol sequence in the northern Loess Plateau of China: implications for Quaternary development of Asian aridification and cooling. Earth and Planetary Science Letters, 241 (1-2), 248-259.

DEVILLERS B., 2008 - Holocene morphogenesis and land use in a semi-arid watershed, The Gialias river, Cyprus. BAR S1775 – Archaeopress, 199 p.

DEVILLERS B. & PROVANSAL M., 2003 - La morphogenèse d’un écosystème cultivé depuis le Néolithique récent : les petits bassins versants de la moyenne vallée de l’Hérault (France). Géomorphologie : relief, processus, environnement, 9 (2), 83-98.

EYRE J. K. & SHAW J., 1994 - Magnetic enhancement of chinese loess, the role of Fe2O3 ? Geophysical Journal International, 117 (1), 265-271.

FASSBINDER J., STANJEK H. & VALI H., 1990 - Occurrence of magnetic bacteria in soil. Nature, 343, 161-163.

FIALOVA H., MAIER G., PETROVSKY E., KAPICKA A., BOYKO T. & SCHOLGER R., 2006 - Magnetic properties of soils from sites with different geological and environmental settings. Journal of Applied Geophysics, 59 (4), 273-283.

GHILARDI M., PSOMIADIS D., CORDIER S., DELANGHE-SABATIER D., DEMORY F., HAMIDI F., PARASCHOU T., DOTSIKA E. & FOUACHE E., 2012 - The impact of rapid early- to mid-Holocene Palaeoenvironmental changes on Neolithic settlement at Nea Nikomideia, Thessaloniki Plain, Greece, Quaternary International, 266, 47-61.

GROSJEAN R., 1976 - Les civilisations de l’Âge du Bronze en Corse, in J. Guilaine (dir.), La préhistoire française, les civilisations néolithiques et protohistoriques de la France, Editions du CNRS, Paris, 644-653.

JOLIVET L., DUBOIS R., FOURNIER M., MICHARD A. & JOURDAN C., 1990 - Ductile extension in Alpine Corsica. Geology, 18, 1007-1010.

LE BORGNE E. 1955 - Susceptibilité magnétique anormale du sol superficiel. Annales de Géophysique, 11, 399-419.

LEANDRI F., DEMOUCHE F., COSTA L.J., GILABERT C. & PINET L., 2002 - Note sur la fouille du Monte Revincu et les prospections dans le Nebbio et les Agriate. Préhistoire, Anthropologie Méditerranéennes, 9, 113-121.

LEANDRI F., GILABERT C., JORDA C., BRESSY C., DEMOUCHE F., HARFOUCHE R., JUNG C., LAZARD N., MULLER S., PINELLI C. PAOLINI-SAEZ H., POUPEAU G., POUPEE P., SANTUCCI J.-F., THURY-BOUVET G., VELLA M.-A. & WATTEZ J., 2006 - Le site néolithique du Monte Revincu à Santo-Pietro-di-Tenda (rapport de fouille programmée 2005/2007), Archives Ouvertes HAL-SHS, 115 p.

LESPEZ L., 2007 - Dynamiques holocène de systèmes fluviaux en Grèce du Nord : une approche comparative et multiscalaire des interactions Nature et Société, Géomorphologie, 13 (1), 49-66.

MACKLIN M.G., BENITO G., GREGORY K.J., JOHNSTONE E., LEWIN J., MICHCZYNSKA D.J., SOJA R., STARKEL L. & THORNDYCRAFT V.R., 2006 - Past hydrological events reflected in the Holocene fluvial record of Europe. Catena, 66 (1-2), 145-154.

MAGNY M., MIRAMONT C. & SIVAN O., 2002 - Assessment of the impact of climate and anthropogenic factors on Holocene Mediterranean vegetation in Europe on the basis of palaeohydrological records. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 186 (1-2), 47-49.

MARMET E., BINA M., FEDROFF N. & TABBAGH A., 1999 - Relationship between human activity and the magnetic properties of soils: a case study in the medieval site of Roissy en France. Archaeological Prospection, 6 (3), 161-170.

MIRAMONT C., BELINGARD C., EDOUARD J.-L. & JORDA M., 1999 - Reconstitution des paléoenvironement holocènes alpins et préalpins. Evaluation des paramètres climatiques et anthropiques responsable de l’évolution. In Ph. Della Casa (ed.), Prehistoric alpine environment, society and economy. Papers of the International colloquium PAESE 97, Zurich. Universitätsforschungen zur Archäologie, Band 55, Bonn, Rudolf Habelt, 189-196.

MORTILLET DE, A., 1893 - Rapport sur les monuments mégalithiques de la Corse, Paris, E. Leroux, 37 p.

NEBOIT-GUILHOT R. & LESPEZ L., 2006 - Alluvionnement et creusement sur la rive nord de la Méditerranée. Vers une lecture systémique des rythmes historiques de la morphogenèse. In P. Allée & L. Lespez (eds.), L’érosion, entre climat et paléoenvironnement. Presse Universitaire Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 335-352.

NEUVILLE P., 1995 - Halte de pêche préhistorique en Corse du nord. Interreg Préhistoire Corse-Sardaigne 2, Université de Corse, 47-58.

OTTMANN F., 1958 - Les formations pliocènes et quaternaires sur le littoral corse. Mémoire de la Société Géologique Française, 84, 176 p.

PASTRE J.-F., FONTUGNE M., KUZUCUOGLU C., LEROYER C., LIMONDIN-LOZOUET N., TALON M. & TISNERAT N., 1997 - L’évolution tardi- et post-glaciaire des lits fluviaux au nord-est de Paris (France). Relations avec les données paléoenvironnementales et l’impact anthropique sur les versants. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 3, 291-312.

REILLE M. , 1990 - Leçons de palynologie et d’analyse pollinique. Editions du CNRS, Paris, 206 p.

REILLE M., 1992 - New pollen-analytical researches in Corsica : the problem of Quercus ilex L. and Erica arborea L., the origin of Pinus halepensis Miller forests. New Phytologist, 122, 359-378.

REIMER P.J., BAILLIE M.G.L., BARD E, BAYLISS A., BECK J.W., BLACKWELL P.G., RAMSEY B., BUCK CE, BURR GS, EDWARDS RL, FRIEDRICH M, GROOTES P.M., GUILDERSON T.P., HAJDAS I., HEATON T.J., HOGG A.G., HUGHEN K.A., KAISER K.F., KROMER B., MCCORMAC F.G., MANNING S.W., REIMER R.W., RICHARDS D.A., SOUTHON J.R., TALAMO S., TURNEY C.S.M., VAN DER PLICHT J. & WEYHENMEYER C.E., 2009 - IntCal09 and Marine09 radiocarbon age calibration curves, 0-50,000 years cal BP. Radiocarbon, 51 (4), 1111-1150.

ROSSI PH., LAHONDERE J.-C, LLUCH D., LOŸE-PILOT M.-D. & JACQUES M., 1994 - Carte géologique France à 1/50 000 (n° 1103), Saint-Florent. Notice explicative. Bureau de Recherches Géologiques et Minières, Orléans, 66 p.

ROSSI PH., DURAND-DELGA M., LAHONDERE J.-C, BAUD J.-P., EGAL E., LAHONDERE D., LAPORTE D., LLUCH D., LOŸE-PILOT M.-D., OHNENENSTETTER M. & PALAGI P., 2001 - Carte géologique France à 1/50 000 (n° 1106), Santo-Pietro-di-Tenda, Notice explicative. Bureau de Recherche Géologiques et Minières, Orléans, 224 p.

SADORI L., 2001 - The Postglacial record of environmental history from Lago di Pergusa, Sicily. The Holocene, 11 (6), 655-671.

SIART C., GHILARDI M., FORBRIGER M. & THEODORAKOPOULOU K., 2012 - Terrestrial laser scanning and electrical resistivity tomography as combined tools for geoarchaeological study of the Krista-Lâto dolines (Mirambello, Crete, Greece). Géomorphologie : relief, processus et environement, 18 (1), 59-74.

TITE M. S. & MULLINS C., 1971 - Enhancement of the magnetic susceptibility of soils on archaeological sites. Archaeometry, 13 (2), 209-219.

THOMPSON R. & OLDFIELD F., 1986 - Environmental magnetism. London, Allen & Unwin. 227 p.

VELLA M.-A., 2010 - Approches géomorphologiques et géophysiques des interactions sociétés/milieux en Corse au cours de l’Holocène. Thèse, Université de Corse, 2 vol., 314 p.

VELLA M.-A., GHILARDI M., DIOUF O., PARISOT J.-C., HERMITTE D., PROVANSAL M., FLEURY J., DUSSOUILLEZ P, DELANGHE-SABATIER D, DEMORY F., HARTMANN-VIRNICH A., DELPEY Y., BERTHELOT M. & BICKET A, 2012 - Géoarchéologie du Rhône dans le secteur du pont Saint Bénézet (Avignon, Provence, France) au cours de la seconde moitié du deuxième millénaire ap. J.-C. : approche croisée de géographie historique et d’études paléoenvironnementales. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 19 (3), 287-310.

VELLA M.-A., TOMAS E., THURY-BOUVET G. & MULLER S., 2014 - Nouvelles données sur le Petit Âge de Glace en Corse : apports de l’analyse croisée des informations géomorphologique, palynologique et archéologique de la piève de Santo Pietro (Désert de l’Agriate, Corse). Méditerranée, 122, 99-111.

VIGNE J.-D., 2005 - Premières manifestations de l’homme moderne en Corse, in A. Truffreau (éd.),  Les hominidés et leur environnement, (actes du colloque PeH, Poitiers, janvier 2001). BAR International, Série 1352, 139-145.

VIGNE J.-D., BOURDILLAT V., ANDRE J., BROCHIER J.-E., BUI THI MAI, CUISIN J., DAVID H., DRESSE-BRESET N., HEINZ C., LANFRANCHI (DE) F., RUAS M.-P., THIEBAULT S. & TOZZI C., 1998 - Nouvelles données sur le Prénéolithique corse : premiers résultats de l’abri du Monte Leone (Bonifacio, Corse du Sud). In D’Anna, A. et Binder D. : production et identité culturelle, Actes du colloque d’Antibes, Editions APDCA, 251-260.

VÖTT A., BRÜCKNER H., ZANDER A., MAY S., MARIOLAKOS I., LANG F., FONTOULIS I. & DUNKEL A., 2009 – Late Quaternary evolution of Mediterranean poljes : the Vatos case study (Akarniaka, NW Greece) base on geo-scientific core analyses and IRSL dating. Zeitschrift für Geomorphologie, N.F. Supplement Band 53 (2), 145-169.

WESTON D. G., 2004 - The influence of waterlogging and variations in pedology and ignition upon resultant susceptibilities: a serie of laboratory reconstructions. Archaeological Prospection, 11 (2), 107-120.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de situation de la zone d’étude.
Légende A/ Situation géographique de la Corse au sein de la mer Méditerranée. B/ Carte morphologique de la Corse. C/ Carte géologique du secteur oriental de l’Agriate (d’après Rossi et al., 2001). Les courbes rouges indiquent les trajectoires de foliation issues du métamorphisme alpin. 1/ Faille ; 2/ Alluvions (Holocène) ; 3/ Terrasses (Pléistocène) ; 4/ Eboulis (Quaternaire) ; 5/ Molasses et calcaires bioclastiques (Miocène) ; 6/ Cipolins et quartzites (Jurassique sup.) ; 7/ Ophiolithes ; 8/ Formations volcaniques (Permien) ; 9/ Monzogranites (Carbonifère supérieur) ; 10/ Granodiorites (Carbonifère supérieur) ; 11/ Leucomonzogranites (Carbonifère supérieur) ; 12/ Micaschistes Paléozoïque).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7789/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 2 : Carte géomorphologique du bassin versant du Ruisseau Purette et données de la carte archéologique (DRACAR).
Légende 1/ Médiéval ; 2/ Âge du Bronze ; 3/ Néolithique ; 4/ Dépôts littoraux ;5/ Plaine alluviale ; 6/ Dépôts de bas de pente ; 7/ Colluvions grossières; 8/ Éboulis ; 9/ Replats topographiques ; 10/ Granodiorites ; 11/ Monzogranite
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7789/img-2.png
Fichier image/png, 259k
Titre Fig. 3 : Localisation des principales structures localisées sur la Cima di Suarella.
Légende Orthophotographies du site archéologique du Monte Revincu (BD ORTHO ® - © IGN PFAR 2000). 1/ Sources ; 2/ Cours d’eau temporaire ; 3/ Cours d’eau permanent ; 4/ Structures domestiques de la Cima di Suarella datées du Néolithique moyen ; 5/ Sépulture datées du Néolithique moyen ; 6/ Sondages préexistants (Béraud, 2003) ; 7/ Sondages réalisés dans le cadre de cette étude.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7789/img-3.png
Fichier image/png, 18M
Titre Fig. 4 - Photographies des structures de la Cima di Suarella
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7789/img-4.png
Fichier image/png, 29M
Titre Fig. 5 : Résultat de l’analyse stratigraphique
Légende 1/ Charbons ; 2/ Prélèvements anthracologiques ; 3/ Prélèvements palynologique; 4/ Sables limoneux jaunâtres ; 5/ Sables argileux gris sombre ; 6/ Sables gravillonneux gris clair ; 7/ Graviers et ballasts ; 8/ Substrat granitique.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7789/img-5.png
Fichier image/png, 715k
Titre Tab. 1 : Localisation des observations géomorphologiques et géoarchéologiques
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7789/img-6.png
Fichier image/png, 12k
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7789/img-7.png
Fichier image/png, 2,7k
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7789/img-8.png
Fichier image/png, 55k
Titre Fig. 6 : Corrélation entre la stratigraphie des sondages MRE 01, MR 03 G, MR 03 D et MR 05
Légende 1/ Charbons ; 2/ Sables limoneux jaunâtres ; 3/ Sables argileux gris sombre ; 4/ Sables gravillonneux gris clair ; 5/ Graviers et ballasts ; 6/ Substrat granitique
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7789/img-9.png
Fichier image/png, 247k
Titre Fig. 7 : Diagramme âge/profondeur réalisé à partir de la chronostratigraphie mise en évidence sur MRE 01.
Légende 1/ Datations réalisées sur MRE 01 ; 2/ Datations réalisées sur MRE 03 G ; 3/ Datations réalisées sur MRE 03 D ; 4/ Datations réalisées sur MRE 05 ; 5/ Période de fort potentiel hydro-sédimentaire ; 6/ Période de faible potentiel hydro-sédimentaire ; 7/ Période de fort peuplement ; 8/ Période d’abandon.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7789/img-10.png
Fichier image/png, 335k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc-Antoine Vella, Franck Leandri, Christophe Jorda, Christophe Gilabert, Marie‑Madeleine Ottaviani‑Spella et Alain Tabbagh, « Apport de l’approche géoarchéologique
à l’étude du gisement néolithique du Monte Revincu (Santo Pietro di Tenda, Corse)
 », Quaternaire, vol. 27/4 | 2016, 301-314.

Référence électronique

Marc-Antoine Vella, Franck Leandri, Christophe Jorda, Christophe Gilabert, Marie‑Madeleine Ottaviani‑Spella et Alain Tabbagh, « Apport de l’approche géoarchéologique
à l’étude du gisement néolithique du Monte Revincu (Santo Pietro di Tenda, Corse)
 », Quaternaire [En ligne], vol. 27/4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/7789 ; DOI : 10.4000/quaternaire.7789

Haut de page

Auteurs

Marc-Antoine Vella

Science pour l’Environnement (UMR 6134 CNRS - Université de Corse), Laboratoire de Géologie. Campus Grimaldi, FR-20250 Corte. Courriel : mav.vella@gmail.com ;Laboratoire Métis (UMR 7619 CNRS - Université Pierre et Marie Curie). Case courrier 105, 4 place Jussieu, Tour 56, Couloir 46-56, 3e étage, FR-75252 Paris.

Franck Leandri

MCC-DRAC de Corse. Villa San Lazaro, 1, chemin de la Pietrina, FR-20000 Ajaccio. Courriel : leandri@culture.gouv.fr

Christophe Jorda

INRAP, Archéologie des sociétés méditerranéennes : milieux, territoires, civilisations (UMR 5140 CNRS-Université de Montpellier III), Centre Archéologique de Lattes. 390, avenue de Pérols, FR-34970 Lattes. Courriel : christophe.jorda@inrap.fr

Articles du même auteur

Christophe Gilabert

MCC-DRAC de Champagne-Ardenne. 3, faubourg Saint-Antoine, FR-51037 Châlons-en-Champagne. Courriel : christophe.gilabert@culture.gouv.fr

Marie‑Madeleine Ottaviani‑Spella

Science pour l’Environnement (UMR 6134 CNRS - Université de Corse), Laboratoire de Géologie. Campus Grimaldi, FR-20250 Corte. Courriel : spella@univ-corse.fr

Alain Tabbagh

Laboratoire Métis (UMR 7619 CNRS - Université Pierre et Marie Curie). Case courrier 105, 4 place Jussieu, Tour 56, Couloir 46-56, 3e étage, FR-75252 Paris. Courriel : alain.tabbagh@upmc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals