Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 17/4Premiers résultats d'une étude pl...

Premiers résultats d'une étude pluridisciplinaire sur des travertins quaternaires du Maroc

First results of an interdisciplinary study of Quaternary travertines of Morocco
Louis Rousseau, Jacques Beauchamp, Jean-Jacques Bahain, Larbi Boudad, Pierre Deschamps, Christophe Falguères, Bassam Ghaleb, Anne-Sophie Lartigot et Jean‑Pierre Pozzi
p. 343-350

Résumés

Suite aux résultats de l’étude préliminaire réalisée sur l’affleurement de travertin d’Irdi (Errachidia) (Boudad et al., 2003), un carottage a été fait en novembre 2005 sur ce site afin de déterminer l’épaisseur des formations travertineuses. L’étude a été ensuite étendue à d’autres affleurements travertineux marocains en ayant recours à des méthodes d’analyse complémentaires (palynologie, paléomagnétisme) pour identifier les différentes phases de concrétionnement et pour mieux cerner le cadre paléoclimatique de ces formations. Des encroûtements travertineux actuels qui se forment aujourd’hui à Irdi dans l’oued Ziz ont été analysés afin demieux appréhender les processus physico-chimiques qui président à la cristallisation de ces structures ; en particulier, la mesure du rapport d’activité 234U/238U montre que l’eau responsable de la formation des travertins fossiles avait la même origine que celle d’aujourd’hui. Plusieurs phases de concrétionnement, qui se répartissent du Pléistocène supérieur au Pléistocène moyen, ont été identifiées. Ces phases devront être intégrées dans l’évolution climatique du Maroc et corrélées aux stades glaciaires et interglaciaires déterminés en milieu marin.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient particulièrement d’une part le P.P.F. « Evolution et structure des Peuplements » coordonné par Philippe Grandcolas (CNRS-MNHN) et d’autre part le Département de Préhistoire du Muséum national d’Histoire naturelle (BQR) qui ont financé la mission de carottage réalisée à Irdi en novembre 2005. Samer Farkh (Département de Préhistoire du MNHN) a réalisé une partie des analyses U/Th par spectrométrie alpha.

1 - Introduction

1D’après Sanders & Friedman (1967), les travertins comprennent toutes les accumulations non marines se formant dans les lacs, les rivières, les ruisseaux et les grottes. Nous emploierons dans cette étude le terme de « travertin » pour désigner des précipitations de carbonates inorganiques qui se forment à partir des eaux de source froides ou thermales. Ce concrétionnement peut être influencé par la présence de bactéries ou d’algues, souvent incrustées dans la matrice calcitique, sans pour autant qu’on puisse parler de précipitation organique dans la mesure où les réactions métaboliques ne sont pas forcément impliquées dans le processus de précipitation.

2Ainsi, les travertins sont des sédiments carbonatés continentaux représentés sous toutes les latitudes et dont la formation peut être observée et étudiée actuellement. L’architecture des dépôts travertineux apparaît extrêmement variée et, bien que les facteurs contrôlant la précipitation de ce type de carbonate soient connus (hydrologie, climat, tectonique), la mise en place et l’évolution diagénétique de ces sédiments restent complexes, le rôle direct des organismes étant en particulier sujet à discussion.

3Les formations travertineuses sont largement réparties au Maroc, aussi bien dans le temps que dans l’espace : les affleurements étudiés se situent entre des latitudes comprises entre 32oN et 35oN, c’est-à-dire à des latitudes où, dans ces régions, rare est le matériel continental susceptible d’apporter des informations paléoclimatiques. Les premières datations effectuées précédemment sur ce type de matériel s’échelonnent du Pléistocène moyen à l’Holocène (Boudad et al., 2003 ; Rousseau et al., sous presse). Tous les travertins étudiés correspondent à des travertins d’origine hydrothermale ; ils présentent généralement des bancs compacts et épais de calcite et montrent à leur base des lits de conglomérats. Seul un échantillon daté du site de Debdou (DB1) correspond à un travertin de cascade.

4Seuls les sites possédant des bancs de calcite bien cristallisée et de grande pureté ont été échantillonnés, car le réseau cristallin de ce matériel correspond à un système thermodynamiquement clos, comme l’ont montré les analyses radiochronologiques effectuées sur le site d’Irdi dans la région d’Errachidia (Boudad et al., 2003 ; Rousseau et al., sous presse). Une approche pluridisciplinaire a été mise en oeuvre englobant notamment, outre les études stratigraphiques et géochronologiques, la palynologie, le paléomagnétisme, la recherche de la matière organique fossile ou des structures particulières de microorganismes et l’analyse des isotopes radiogéniques dissous dans l’eau.

5Enfin, la recherche du rôle éventuel de l’activité bactérienne lors de la précipitation de la calcite des travertins a été entreprise sur des formations actuelles de ce même gisement d’Irdi. Une démarche similaire avait été approchée précédemment dans la région de Ouarzazate (Akdim, 1991).

2 - Échantillonnage et datations

6Afin de mieux connaître le synchronisme possible des périodes de formation de ces travertins, des prélèvements ont été effectués à différentes latitudes (entre 32o N et 37o N ; fig. 1). Il s’agit des formations suivantes :

  1. - les travertins d’Irdi (fig. 2) et de Lalla Mimouna, dans la province d’Errachidia ;

  2. - les travertins de Debdou, près d’Oujda ;

  3. - les tufs travertineux de Fès ;

  4. - les travertins de Skoura (fig. 3) dans la région de Ouarzazate.

7Pour chacun de ces sites, des échantillons ont été datés par la méthode fondée sur les déséquilibres dans la famille de l’uranium (spectrométrie alpha) (tab. 1 ; Boudad et al., 2003 ; Rousseau et al., sous presse).

8• Les travertins d’Irdi, situés au sud d’Errachidia, occupent une surface de plusieurs km2 et leur affleurement dépasse localement 5 m d’épaisseur. L’affleurement résulte de la coalescence de nombreux édifices carbonatés hétérochrones édifiés à l’emplacement de griffons contemporains ou successifs. Les faciès travertineux sont très variés : ce sont des croûtes superficielles brunâtres assez friables qui passent très rapidement en profondeur à des formations plus compactes, non poreuses et bien cristallisées (fig. 4), puis à des intercalations de galets fluviatiles cimentés par du travertin massif. Au nord, les affleurements travertineux sont partiellement recouverts par des sédiments lacustres sub-actuels et par des dunes. Les mesures radiochronologiques effectuées sur l’édifice travertineux ont fourni des âges compris entre 11 000 et 29 000 ans B.P. dans la partie supérieure et un âge plus ancien, de l’ordre de 260 000 ans à une profondeur de 3 m, c’est‑à‑dire proche de la limite de la méthode U/Th par spectrométrie alpha. Le concrétionnement apparaît donc polyphasé.

9Par ailleurs, des sources encroûtantes sont actives de nos jours dans lelitde l’Oued Zizqui traverse lazone travertineuse (fig. 5). Elles fournissent ainsi un modèle actuel qui peut permettre de comprendre la mise en place des encroûtements anciens.

  • Le site d’Irdi a été soumis à un forage carotté en continu de 9 cm de diamètre sur 16,5 mètres de profondeur (fig. 6). La carotte présente, jusqu’à une profondeur de 12,5 mètres, des travertins entrecoupés d’épisodes argilodétritiques de couleur ocre, puis des niveaux de galets fluviatiles consolidés par un ciment calcitique. Compte tenu de la datation ancienne (262 000 +22 000/–19 000 ans) obtenue sur la formation travertineuse à une profondeur de 3 m, il est fort possible que les niveaux travertineux de la base de la carotte aient un âge proche du début du Pléistocène moyen (780 000 ans). C’est la raison pour laquelle des analyses paléomagnétiques sont en cours. L’identification d’éventuels évènements paléomagnétiques devrait permettre de caler chronologiquement des périodes anciennes du Pléistocène.

  • Les travertins de Lalla Mimouna, à l’ouest d’Errachidia, sont actuellement exploités par les carriers locaux, et ces travaux permettent de comprendre l’arrangement spatial de ces encroûtements. Ceux-ci présentent localement une puissance de 3 m environ. Ces formations reposent directement sur des schistes ordoviciens. Les datations radiochronologiques indiquent des périodes d’édification voisines ou supérieures à 300 000 ans B.P., limite de la méthode utilisée.

  • Les travertins de Debdou, signalés notamment par ElHarraji (1994), correspondent à des tufs calcaires de cascade qui se sont développés sur un versant, à l’émergence de sources jaillissant du substrat local du Trias ou du Dévonien. Là aussi, plusieurs phases de concrétionnement existent en fonction du déplacement des lignes de sources. Près du village de Debdou, la roche est très vacuolaire, ce qui rend difficile sa datation radiométrique. Un âge de 316 000 ans a cependant été obtenu avec une grande marge d’incertitude. En revanche, à 5 km au nordest de Debdou, l’affleurement du village de Lagranza montre une calcite mieux cristallisée d’origine hydrominérale, plus propice à la datation, qui repose sur le socle dévonien et a fourni un âge de 30 100 ± 2 800 ans. Ces résultats confirment là encore le fonctionnement polyphasé du concrétionnement.

  • Les tufs travertineux de Fès ont été reconnus et échantillonnés par M. Benabdelhadi de l’université de Fès. Ils sont intercalés dans des dépôts quaternaires composés de marnes verdâtres à gypse et d’éboulis de pente, eux-mêmes recouvrant des conglomérats du Pliocène. Les analyses radiochronologiques indiquent des périodes anciennes voisines ou supérieures à 350 000 ans.

  • Les travertins de la région de Ouarzazate ont déjà fait l’objet d’une étude (Akdim, 1991) qui a souligné leur étendue, leur variété et leur hétérochronisme. Une exploitation à proximité de Skoura présente notamment une formation de travertin compact et bien cristallisé comprenant des niveaux riches en galets fluviatiles atteignant une épaisseur avoisinant les 4 mètres (fig. 3). Des datations faites par Akdim (1991) par uranium-thorium (spectrométrie α) ont fourni des âges aux limites de la méthode, c’est à dire supérieurs à 300 000 ans, vers Skoura alors que cet auteur a obtenu deux datations de 130 100 ± 10 500 ans et 142 200 ± 10 000 ans plus à l’est dans la région de Boulmane. Enfin, il a obtenu des âges compris entre 14 210 ± 660 ans et 9 100 ± 440 ans près de Taltfraout, indiquant làaussi une période de cristallisation à la fin du Pléistocène et au début de l’Holocène.

Fig. 1 : Localisation des formations travertineuses étudiées sur le nord du territoire marocain. (1) Lalla Mimouna, (2) Irdi, (3) Ouarzazate, (4) Fès, (5) Debdou.

Fig. 1 : Localisation des formations travertineuses étudiées sur le nord du territoire marocain. (1) Lalla Mimouna, (2) Irdi, (3) Ouarzazate, (4) Fès, (5) Debdou.

Fig. 2 : Formation travertineuse d’Irdi, tranchée côté ouest. (A) unité supérieure ; (B) unité inférieure ; (S) surface de discontinuité. (1) Echantillon Irdi –1 ; (2) échantillon Irdi-2 ; (3) échantillon Irdi-3 ; (5) échantillon Irdi-5.

Fig. 2 : Formation travertineuse d’Irdi, tranchée côté ouest. (A) unité supérieure ; (B) unité inférieure ; (S) surface de discontinuité. (1) Echantillon Irdi –1 ; (2) échantillon Irdi-2 ; (3) échantillon Irdi-3 ; (5) échantillon Irdi-5.

Fig. 3 : Carrière dans le travertin de Skoura.

Fig. 3 : Carrière dans le travertin de Skoura.

Fig. 4 : Travertin d’Irdi – détail de la cristallisation.

Fig. 4 : Travertin d’Irdi – détail de la cristallisation.

Fig. 5 : Sources actuelles dans le lit de l’oued Ziz. De nombreux voiles calcitiques sont en cours de formation.

Fig. 5 : Sources actuelles dans le lit de l’oued Ziz. De nombreux voiles calcitiques sont en cours de formation.

Fig. 6 : Forage d’Irdi. Les cinq premiers mètres de la carotte montrent une alternance de calcite claire très bien cristallisée, de calcite fortement colorée et de passées argilo-limono-sableuses qui témoignent des périodes d’arrêt de cristallisation.

Fig. 6 : Forage d’Irdi. Les cinq premiers mètres de la carotte montrent une alternance de calcite claire très bien cristallisée, de calcite fortement colorée et de passées argilo-limono-sableuses qui témoignent des périodes d’arrêt de cristallisation.

Tab.1: Résultats radio chronologiques obtenus par uranium-thorium(spectrométrie alpha) sur les formations travertineuses étudiées.

Tab.1: Résultats radio chronologiques obtenus par uranium-thorium(spectrométrie alpha) sur les formations travertineuses étudiées.

(d’après Boudad et al., 2003 ; Rousseau et al., sous presse)

3 - Données complémentaires et discussion

3.1 - Données paléomagnétiques

10Le but des études paléomagnétiques entreprises sur les travertins étudiés est de caler chronologiquement les niveaux calcitiques travertineux à partir principalement de l’éventuel enregistrement d’inversions de polarité magnétique, telles que l’inversion Brunhes Matuyama, datée de 780 000 ans, ou de celui d’évènements plus brefs du champ magnétique terrestre, de polarité directe dans la période inverse de Matuyama ou de polarité inverse dans la période normale de Brunhes (Guyodo & Valet, 1999). Ces changements d’orientation ou d’intensité du champ magnétique terrestre étant totalement indépendants de tous les autres paramètres, la fossilisation des évènements paléomagnétiques doit ainsi contribuer à identifier précisément les périodes de croissance des travertins. Dans les cas favorables, l’étude de la paléointensité relative du champ terrestre peut corroborer les dates des inversions et des évènements enregistrés.

11Les minéraux magnétiques des travertins sont en général des magnétites peu titanifères, des hématites ou un mélange des deux. Ces minéraux sont dispersés en grains très fins, de l’ordre de 0,01 micron pour beaucoup d’entre eux, et ne sont généralement pas observables sur la roche totale. Leurs études nécessitent de fortes concentrations préalables, mais il est important de déterminer les minéraux magnétiques d’une formation pour séparer les aimantations primaires d’éventuelles réaimantations parasites.

12Les minéraux se différencient par leur températures de Curie, 580oC et 670oC respectivement pour la magnétite et pour l’hématite, et par leurs champs coercitifs (de façon simplifiée, le champ nécessaire pour faire basculer le moment magnétique d’un grain) qui est très élevé pour l’hématite et plutôt faible pour la magnétite. De plus, l’aimantation spécifique portée par l’hématite est environ mille fois plus faible que celle portée par la magnétite.

13Une étude préliminaire a été menée sur des échantillons prélevés à Irdi. Un seul de ceux-ci a fourni des résultats exploitables. L’aimantation du travertin, très faible, est portée presque exclusivement par un mélange de magnétite et d’hématite. L’hématite, bien que portant une aimantation globale plus faible que la magnétite, est cependant en quantité relativement notable. Des mesures sont en cours sur la carotte et sur des échantillons orientés prélevés récemment pour confirmer ce résultat obtenu sur un seul échantillon.

3.2 - Données palynologiques

14Des tests palynologiques ont été réalisés sur des échantillons provenant du site de Lalla Mimouna. La calcite de ces travertins, dont l’âge est voisin ou supérieur à 300 000 ans, est très pure.

15L’échantillon de départ a été découpé en 5 fragments d’une masse allant de 80 à 112 g. Chaque échantillon a été placé dans un bain d’acide chlorhydrique pur, afin de détruire les carbonates. A la fin de la dissolution, et après centrifugation, les culots ont subi une attaque à l’acide fluorhydrique pur, afin de détruire les éléments siliceux. Après une nouvelle centrifugation, les échantillons sont placés au bain-marie dans une solution de HCl (50 %) afin d’éliminer les fluorosilicates apparus lors de la précédente étape. Trois rinçages à l’eau distillée et deux à l’eau glycérinée clôturent ce protocole.

16En dépit de la faible quantité de pollens résiduels présents dans le culot (125 µl), une série de lames a pu être réalisée. Les résultats sont encourageants dans la mesure où les prélèvements palynologiques proviennent de calcite très pure (tab. 2). D’après les premières analyses, les espèces non identifiées seraient représentatives de la flore régionale, méditerranéenne ou endémique. Seules les espèces ayant des aires de répartition beaucoup plus grandes ont été identifiées.

17Cette étude reste encore incomplète, les taxons endémiques devant être déterminés. Appliquée à l’ensemble des formations travertineuses (calcite moins bien cristallisée et grès à ciment calcitique), la recherche de pollens pourrait aboutir à des résultats ultérieurs significatifs et représentant bien le couvert végétal des époques considérées. On peut déjà remarquer la présence de pollens d’espèces arborées qui n’existent pas à Irdi au cours de la période aride actuelle (fig. 7). Un des objectifs sera la recherche et la détermination de plantes xérophytes éventuelles.

Tab. 2 : Résultats du test palynologique effectué sur la calcite du travertin de Lalla Mimouna.

Tab. 2 : Résultats du test palynologique effectué sur la calcite du travertin de Lalla Mimouna.

Fig. 7 : Paysage actuel dans la région d’Errachidia.

Fig. 7 : Paysage actuel dans la région d’Errachidia.

3.3 - Données bactériologiques

18Avant de caractériser le rôle d’espèces biocalcitisantes sur les encroûtements fossiles et actuels, nous avons essayé d’identifier la présence d’espèces bactériennes au niveau des sources où des précipitations carbonatées se réalisent actuellement (fig. 5). Pour cela, nous avons confronté les résultats de deux études.

19La première étude a été menée sur des sources de la région de Ouarzazate et sur les rivières du M’Goun et de Dadès par Akdim (1991). Sur 20 analyses, seules deux sources ont révélé la présence de Pseudomonas, sans que l’auteur établisse une corrélation entre la présence de cette bactérie et les précipitations travertineuses.

20Suite aux travaux antérieurs, nous avons réalisé une seconde étude en 2004 sur les eaux de résurgence de la région d’Irdi. Des échantillons d’eau ont été récupérés au niveau des résurgences selon une technique de prélèvement la plus rigoureuse possible. Ces prélèvements ont été effectués avec des flacons en plastique, stériles, de 500 ml. La méthode utilise le dénombrement par incorporation en gélose, selon la norme NF EN ISO 62 22 (juillet 1999). Pour chaque échantillon, on prélève stérilement deux fois un millilitre d’eau que l’on dépose dans deux boîtes de Pétri, puis la gélose nutritive est coulée dans chaque boîte à une température de 45oC. La suite des manipulations est réalisée dans l’ordre suivant : - homogénéisation par rotation ;

  • refroidissement sur paillasse ;

  • incubation à 22oC pendant 48 heures pour une des boîtes de Pétri et à 36oC pendant 48 heures pour la seconde ;

  • lecture des boîtes à la sortie des incubateurs, le dénombrement étant réalisé grâce à un compteur de colonies.

21Certaines souches bactériennes ont été recherchées telles que les espèces reconnues comme intervenant dans la précipitation des carbonates d’eau douce, espèces du genre Bacillus et Brevibacillus, du genre Pseudomonas et des genres proches parmi lesquels

22Flaviobacterium. L’identification fut possible grâce à l’utilisation de galeries de tests biogéochimiques standardisés des établissements Biomérieux (Bacillus :

23API 50 CH ; Pseudomonas : API 20 NE). Avant d’entreprendre ces travaux bactériologiques et d’émettre une conclusion, il a fallu prendre la précaution de vérifier qu’en utilisant les mêmes souches bactériennes

24(Bacillus cereus, Bacillus turingensis et Pseudomonas) et en utilisant les mêmes milieux nutritifs que ceux décrits dans la littérature (Adolphe & Maréchal, 1977 ; Adolphe et al., 1989 ; Canaveras et al., 2001), nous aboutissons aux mêmes résultats (précipitation de carbonates).

25Les premières analyses, obtenues sur les eaux d’Irdi, n’ont guère permis de détecter des souches bactériennes susceptibles de participer à la précipitation de ces concrétions et valident ainsi les études préliminaires précédemment réalisées (Akdim, 1991). On pourrait aussi estimer que le protocole utilisé n’est pas suffisamment pertinent, mais son application sur l’eau des gours de la grotte de la Basura (Italie), où des cristaux de calcite se forment à la surface de l’eau, a révélé la présence de Pseudomonas fluorescens (Rousseau et al., 2004)

3.4 - Analyse des éléments radiogéniques solubles

26Dans la présente étude, nous avons comparé les rapports d’activité des eaux de résurgence d’Irdi (tab. 3) à ceux mémorisés dans la calcite de l’ensemble des travertins étudiés (tab. 1). Le rapport 234U/238U apparaît homogène dans un site déterminé. En revanche, il est différent d’un site à l’autre. La valeur du rapport sur l’ensemble des sites varie de 1 à 5 environ.

27Sur le site d’Irdi, on peut remarquer que la valeur de l’activité dans les eaux minéralisées actuelles est similaire à celle de la calcite des travertins fossiles. La calcite a donc enregistré l’activité de l’eau à partir de laquelle elle s’est formée. Par conséquent, le système qui a favorisé le développement des travertins dans le passé était identique, au moins en ce qui concerne l’origine des eaux, à celui qui fonctionne aujourd’hui, même si les volumes mis en jeu pour ces formations sont très différents.

Tab. 3 : Teneurs en uranium et rapports d’activité 234U/238U des eaux de résurgence d’Irdi déterminées par TIMS au GEOTOP.

Tab. 3 : Teneurs en uranium et rapports d’activité 234U/238U des eaux de résurgence d’Irdi déterminées par TIMS au GEOTOP.

3.5 - Chronologie et implications paléoclimatiques

28Les datations radiométriques montrent qu’il a existé plusieurs phases de concrétionnements travertineux au Maroc. Trois phases au moins dans l’état actuel de nos connaissances peuvent être distinguées :

  • une phase récente, à la fin du Pléistocène et au début de l’Holocène (30 000 à 10 000 ans BP environ), pouvant comprendre plusieurs épisodes ;

  • une phase située vers 130 000 ans BP, seulement mise en évidence pour l’instant par Akdim (1991) dans la région de Ouarzazate ;

  • une ou plusieurs phases anciennes, datées du Pléistocène moyen ou plus anciennes, dont nous ne pouvons préciser l’âge avec la méthode de radiochronologie employée. Le recours aux résultats fournis par les méthodes impliquant des mesures uranium-thorium par spectrométrie de masse (TIMS et ICP-MS) et paléomagnétiques s’impose pour nos travaux ultérieurs.

29Ces phases successives de concrétionnement impliquent la variation des paramètres hydrologiques, relevant des conditions climatiques, et le cas échéant de l’activité néotectonique. Le concrétionnement travertineux demande un apport important de carbonates de calcium par les eaux de source, ce qui implique une bonne alimentation de la nappe, la dissolution de matériaux riches en ion calcium et la remontée possible des eaux souterraines en surface.

30A Irdi, les phases de concrétionnement correspondent à des phases d’humidité sur le relief haut-atlasique (Boudad et al., 2003). La charge minérale de la nappe était fournie par le substrat infra-cénomanien ou cénomano-turonien et l’exurgence de l’eau souterraine pouvait être facilitée par la réactivation de failles du socle hercynien. Des phases d’arrêt de dépôt, correspondant à des périodes plus sèches, ont pu être accompagnées d’érosion partielle ou totale des dépôts préexistants. Les remontées d’eau minéralisée et le concrétionnement correspondant sont actuellement faibles, dans des conditions climatiques arides. Pendant les périodes de fort concrétionnement, les bilans hydriques (humidité des sols, couvert végétal, évaporation, précipitation, ruissellement, charge des nappes phréatiques) devaient être bien différents.

31Pour le gisement de Lalla Mimouna, ce schéma est applicable, mais la source de calcium doit être cherchée dans les terrains cénomano-turoniens de la bordure sud-atlasique située quelques km plus au nord. Le rôle de la fracturation paraît important, de même que pour les travertins de Debdou.

32Les travertins de la région de Ouarzazate correspondraient plutôt en première analyse à des eaux stagnantes, souterraines et superficielles, riches en ion calcium, dans la dépression tectonique s’allongeant au pied du Haut-Atlas.

4 - Conclusion

33Les analyses réalisées sur divers échantillons de travertins marocains montrent que leur dépôt n’a pas été un phénomène continu. Il a existé des phases de concrétionnement importantes entrecoupées de phases de ralentissement, d’arrêt et d’érosion de ces dépôts qu’il s’agit de replacer dans l’évolution climatique quaternaire du Maroc (Weisrock et al., 1985 ; Coudé-Gaussen & Rognon, 1993 ; Coudé-Gaussen, 1996 ; Wengler et al., 2002). Les travertins se sont formés lors de certaines périodes plus humides qui pour l’instant ne peuvent être corrélées précisément à des stades isotopiques marins particuliers. Seule l’étude de nouveaux affleurements et la poursuite des analyses radiochronologiques, paléomagnétiques, isotopiques et palynologiques pourront nous permettre de mieux appréhender les conditions climatiques de leur formation et de proposer une chronologie satisfaisante des changements climatiques ayant affecté le Maroc au cours du Quaternaire en les resituant dans le contexte paléoclimatique global.

Haut de page

Bibliographie

ADOLPHE J.P., & MARECHAL C., 1977 - Minéralisation des dépôts carbonatés expérimentaux d’origine microbienne. Comptesrendus de l’Académie des Sciences de Paris, 284, 1381-1385.

ADOLPHE J.P., HOURIMECHE A., LOUBIERES J.F., PARADAS J., & SOLEILHAVOUP F., 1989 - Les formations carbonatées d’origine bactérienne. Formations d’Afrique de Nord. Bulletin de la Société Géologique de France, 1989-8, V (1), 55-62.

AKDIM B., 1991 - Genèse des carbonates terrestres dans la dépression de Ouarzazate (Maroc méridional). Thèse de doctorat, Université d’Ottawa (Canada), 305 p.

BOUDAD L., KABIRI L., FARKH S., FALGUÈRES C., ROUSSEAU L., BEAUCHAMP J., NICOT E., & CAIRANNE G., 2003 - Datation par la méthode U/Th d’un travertin quaternaire du Sud-Est marocain : implications paléoclimatiques pendant le Pléistocène moyen et supérieur. Comptes-rendus Géoscience, 335, 469-478.

CANAVERAS J.C., SANCHEZ-MORAL S., SOLER V., & SAIZJIMENEZ C., 2001 - Microorganisms and microbially induced fabrics in cave walls. Geomicrobiology Journal, 18 (3), 241-258.

COUDÉ-GAUSSEN G., 1996 - Palaeoclimate of Northwest Africa (28-35oN) about 18000 yr B.P. based on continental eolian deposits. Quaternary Research, 46, 118-126.

COUDÉ-GAUSSEN G., & ROGNON P., 1993 - Sédimentation éolienne et changements climatiques au Maroc atlantique entre les oueds Tensift et Massa (30-32oN) depuis 20 000 ans. Comptesrendus de l’académie des Sciences de Paris, 316, 1469-1475.

GUYODO Y., & VALET J.P., 1999 - Global changes in intensity of the Earth’s magnetic field during the past 800 kyr. Nature, 399, 249-252.

El HARRADJI A., 1994 - Structuration géologique et évolution géomorphologique du Massif de Debdou (Maroc oriental). Revue de Géographie du Maroc, 16, 127-147.

ROUSSEAU L., BOUDAD L., NICOT E., AOURAGHE H., EL HAMMOUTI K., EL HARRADJI A., BEAUCHAMP J., FALGUÈRES C., BENABDELHADI M., BAHAIN J.J., & POZZI J.P., sous presse - Chronostratigraphie des travertins du Maroc (Régions d’Errachidia, Lalla Mimouna, Fès, Oujda et Ouarzazate) et contexte paléoclimatique global. Actes de la troisième rencontre des Quaternaristes marocains, Marrakech, 15-17 novembre 2005, Naturalia maroccana.

ROUSSEAU L., BEAUCHAMP J., CHAIGNEAU C., ANNARATONE F., SUEUR J.M., & CAIRANNE G., 2004 Mise en évidence d’une activité bactérienne dans des karsts fossiles et actuels du Pleistocène moyen à l’actuel. In G. Camoin & P. Gautre (ed.), Microbialithes et communautés microbiennes dans les systèmes sédimentaires. Abstract book, ASF, Paris, 46, 123.

SANDERS J.E., & FRIEDMAN G.M., 1967 - Origin and occurrence of limestones. In G.G. Chilingar, H.J. Bissel & R.W. Fairbridge (ed.), Developpements in Sedimentology, 9A, Carbonate Rocks. Elsevier, 169-265.

WEISROCK A., DELIBRIAS G., ROGNON P., & COUDÉ‑GAUSSEN G., 1985 - Instabilité morphoclimatique au Maroc atlantique (30-33o N) à la limite Pléistocène-Holocène. Bulletin de la Société Géologique de France, 1985-8, I (4), 565-569.

WENGLER L., WEISROCK A., BROCHIER J.E., BRUGAL J.P., FONTUGNE M., MAGNIN F., MATHIEU J., MERCIER N., OUAMMOU A., REYSS J.L., SENEGAS F., VALLADAS H., & WAHL L., 2002 - Enregistrement fluviatile et paléoenvironnements au Pléistocène supérieur sur la bordure atlantique de l’Anti-Atlas (Oued Assaka, S-O marocain. Quaternaire, 13, 179192.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation des formations travertineuses étudiées sur le nord du territoire marocain. (1) Lalla Mimouna, (2) Irdi, (3) Ouarzazate, (4) Fès, (5) Debdou.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 2 : Formation travertineuse d’Irdi, tranchée côté ouest. (A) unité supérieure ; (B) unité inférieure ; (S) surface de discontinuité. (1) Echantillon Irdi –1 ; (2) échantillon Irdi-2 ; (3) échantillon Irdi-3 ; (5) échantillon Irdi-5.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/913/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 3 : Carrière dans le travertin de Skoura.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/913/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 4 : Travertin d’Irdi – détail de la cristallisation.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/913/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 5 : Sources actuelles dans le lit de l’oued Ziz. De nombreux voiles calcitiques sont en cours de formation.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/913/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 6 : Forage d’Irdi. Les cinq premiers mètres de la carotte montrent une alternance de calcite claire très bien cristallisée, de calcite fortement colorée et de passées argilo-limono-sableuses qui témoignent des périodes d’arrêt de cristallisation.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/913/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tab.1: Résultats radio chronologiques obtenus par uranium-thorium(spectrométrie alpha) sur les formations travertineuses étudiées.
Crédits (d’après Boudad et al., 2003 ; Rousseau et al., sous presse)
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/913/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tab. 2 : Résultats du test palynologique effectué sur la calcite du travertin de Lalla Mimouna.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/913/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 7 : Paysage actuel dans la région d’Errachidia.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/913/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tab. 3 : Teneurs en uranium et rapports d’activité 234U/238U des eaux de résurgence d’Irdi déterminées par TIMS au GEOTOP.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/913/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Rousseau, Jacques Beauchamp, Jean-Jacques Bahain, Larbi Boudad, Pierre Deschamps, Christophe Falguères, Bassam Ghaleb, Anne-Sophie Lartigot et Jean‑Pierre Pozzi, « Premiers résultats d'une étude pluridisciplinaire sur des travertins quaternaires du Maroc »Quaternaire, vol. 17/4 | 2006, 343-350.

Référence électronique

Louis Rousseau, Jacques Beauchamp, Jean-Jacques Bahain, Larbi Boudad, Pierre Deschamps, Christophe Falguères, Bassam Ghaleb, Anne-Sophie Lartigot et Jean‑Pierre Pozzi, « Premiers résultats d'une étude pluridisciplinaire sur des travertins quaternaires du Maroc »Quaternaire [En ligne], vol. 17/4 | 2006, mis en ligne le 06 février 2023, consulté le 27 mars 2023. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/913 ; DOI : https://doi.org/10.4000/quaternaire.913

Haut de page

Auteurs

Louis Rousseau

Département de Préhistoire, UMR 5198 du CNRS, 1 rue René Panhard, 75013 Paris, France. E-mail : lrousseau@mnhn.fr
Laboratoire de Sédimentologie et de Géochimie, Université de Picardie Jules Verne, 80039 Amiens, France

Jacques Beauchamp

Département de Préhistoire, UMR 5198 du CNRS, 1 rue René Panhard, 75013 Paris, France.
Laboratoire de Sédimentologie et de Géochimie, Université de Picardie Jules Verne, 80039 Amiens, France

Jean-Jacques Bahain

Département de Préhistoire, UMR 5198 du CNRS, 1 rue René Panhard, 75013 Paris, France

Articles du même auteur

Larbi Boudad

Université Moulay Ismail, Faculté des Sciences et Techniques, Errachidia, Maroc

Articles du même auteur

Pierre Deschamps

CEREGE, Europôle méditerranéen de l’Arbois, 13545 Aix-en-Provence, France

Christophe Falguères

Département de Préhistoire, UMR 5198 du CNRS, 1 rue René Panhard, 75013 Paris, France

Articles du même auteur

Bassam Ghaleb

GEOTOP – UQAM – McGill, Université de Québec, Montréal, Canada

Articles du même auteur

Anne-Sophie Lartigot

Département de Préhistoire, UMR 5198 du CNRS, 1 rue René Panhard, 75013 Paris, France

Jean‑Pierre Pozzi

Ecole Normale Supérieure, Laboratoire de Géologie, 24 rue Lhomond, 75005 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search