Navigation – Plan du site

Le surnom du prince : la construction de la mémoire historique par un Rhétoriqueur

Estelle Doudet
p. 6-7

Texte intégral

1La pratique du surnom donné au prince tend à s’intensifier et à se diversifier dans l’historiographie des derniers siècles médiévaux. Les indiciaires bourguignons aiment à gloser le nom de leur commanditaire ducal, consonnes et voyelles qui forment comme l’alphabet des vertus. George Chastelain (1415-1475), premier d’entre eux, préfère inventer pour la postérité des surnoms qui constitueront le prince en figure littéraire.

2Le chapitre 41 du Livre II de la Chronique (édition Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1866-1869, tome II, pp. 148-151) se présente comme un texte habilement construit dans ce but. La narration événementielle se transforme, grâce à l’insertion ironique d’une vox populi incongrue (les quenouilles des vieilles), en exploration de l’adage que c’est dans les aléas de Fortune que resplendit le mieux la gloire du prince. Chastelain glisse vers l’invention d’un premier surnom pour Philippe le Bon : « Auguste ». Le choix est motivé par des raisons historiques (Philippe II « Auguste » de Bourgogne est le digne descendant de Philippe II « Auguste » de France), rhétoriques (Chastelain, historiographe de la Bourgogne du XVe siècle concurrence Rigord et l’historiographie dyonisienne officielle du XIIe siècle), symboliques (le signe astrologique de Philippe est le lion, qui est aussi son symbole héraldique et sa principale métaphore dans l’œuvre de Chastelain…).

3Mais le travail du Rhétoriqueur ne s’arrête pas à ce résultat déjà satisfaisant. Chastelain ajoute une autre vox populi inattendue, « les sarrazines voix » qui « clament [Philippe] le grand duc du Ponant ». L’Orient est convoqué pour parer le duc d’un second surnom, dont le prestige efface cette fois la puissance capétienne et le lignage – surnom naturellement inventé de toute pièce par Chastelain lui-même. Ainsi la rhétorique « auguste » de l’historiographe augmente la gloire de l’Auguste duc, en soulignant la singularité d’un prince, unique en son temps. L’écriture se constitue, dans le même mouvement, en source d’elle-même : le lion de Bourgogne, le grand duc d’Occident renvoient, en fait, à l’écriture de Chastelain et participe à sa gloire. Le nom du prince est remplacé par le surnom littéraire dans la mémoire des hommes, signe de la complicité de l’écrivain et de son commanditaire qui caractérise l’œuvre des premiers Rhétoriqueurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Doudet, « Le surnom du prince : la construction de la mémoire historique par un Rhétoriqueur »Questes, 2 | 2002, 6-7.

Référence électronique

Estelle Doudet, « Le surnom du prince : la construction de la mémoire historique par un Rhétoriqueur »Questes [En ligne], 2 | 2002, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/questes/2597

Haut de page

Droits d’auteur

© Association des amis de « Questes »

Haut de page
  • OpenEdition Journals