Navigation – Plan du site

Pourquoi et comment lire l’Apocalypse et les Prophètes dans la Péninsule ibérique (ixexie siècle) ?

Gaelle Bosseman
p. 81-97

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Juan Gil Fernández, « Judíos y cristianos en Hispania (s. viii y ix) », Hispania sacra. Revista es (...)
  • 2  Voir les mises au point de Thomas Deswarte, « La prophétie de 883 dans le royaume d’Oviedo : atten (...)
  • 3  Ce point de vue a été largement débattu dans l’historiographie. Contre la position soutenue ici, v (...)
  • 4  José Antonio Fernández Flórez, « Un calígrafo-miniaturista del año mil : Vigila de Albelda », Code (...)
  • 5  Roger Collins, Early Medieval Spain. Unity in diversity (4001000) [1983], London/Basingstoke, Mac (...)
  • 6  Nous n’aborderons pas ici l’un des usages majeurs de ces livres : les lectures liturgiques. Voir s (...)

1Pour qui s’intéresse à la question du millénarisme et des supposées attentes de la fin du monde, les textes produits et copiés dans la Péninsule ibérique sous domination islamique au haut Moyen Âge sont à première vue riches d’intérêt1. Une lecture attentive de ces textes nuance sinon infirme cette première idée2. En effet, lorsqu’on considère par exemple le seul commentaire sur l’Apocalypse écrit dans la période, celui de Beatus de Liébana composé dans le dernier quart du viiie siècle, on s’aperçoit qu’il n’y a aucune référence au contexte contemporain de l’écriture, notamment à la domination islamique, ni d’opinions apocalyptiques, au sens de croyances dans l’imminence de la fin du monde3. Si certains ont perçu le succès du Commentaire de Beatus de Liébana autour de l’an mil comme le reflet de préoccupations millénaristes, le nombre important de copies de cette époque paraît traduire la hausse du nombre de monastères au xe siècle et la croissance de leurs moyens matériels plutôt qu’une anxiété à l’approche de l’an mil4. L’intérêt pour la fin des temps à travers les livres eschatologiques de la Bible, les Prophètes et l’Apocalypse, apparaît pour autant digne d’attention dans le contexte spécifique de la Péninsule, espace partagé entre des royaumes chrétiens indépendants au nord et des communautés chrétiennes sous domination islamique au sud5. La question sous-jacente est finalement celle de l’actualité des Prophètes et de l’Apocalypse pour les chrétiens de cette époque. S’est-elle traduite par un éventuel infléchissement de leurs lectures et de leurs usages6 ? Comment le mesurer ? Pour tenter de dépasser le stade des spéculations, il faut utiliser d’autres sources que les textes eux-mêmes, c’est-à-dire les Bibles et leurs commentaires, puisque ceux-ci, marqués par la tradition et le respect des autorités, apportent des informations parfois difficiles à interpréter, et dont le sens et les fonctions pour les chrétiens de cette époque sont susceptibles d’être débattus. Qu’en est-il dès lors des manuscrits ? Plusieurs études ont bien mis en évidence récemment qu’en croisant analyse des textes et étude des éléments formels de mise en page et de mise en texte, il est possible d’éclairer de façon féconde la manière dont les textes étaient copiés et lus.

2Les Bibles ibériques comme les manuscrits du Commentaire sur l’Apocalypse de Beatus montrent un certain nombre de caractéristiques formelles, en particulier la présence de corpus d’annotations, qui serviront de base à cette étude. Dès lors, il s’agira de montrer comment les aspects formels des manuscrits aident à appréhender la fonction de ces livres, d’abord à partir du cas des Bibles, puis à travers celui de l’exégèse de l’Apocalypse dans les Beatus.

Quelles lectures des livres eschatologiques d’après les Bibles ibériques ?

  • 7  Synthèse des travaux et des problématiques dans Paolo Cherubini, « Le Bibbie spagnole in visigotic (...)
  • 8  Paolo Cherubini, « Le Bibbie spagnole… », art. cit., p. 137, lui-même citant E. Crisci, I Vangeli (...)
  • 9  Teófilo Ayuso Marzuela, « Los elementos extrabíblicos de la Vulgata », Estudios Bíblicos, vol. 2, (...)
  • 10  Ibid., p. 142–143.

3Le corpus des Bibles composées dans la Péninsule après la conquête comprend aujourd’hui un ensemble d’une trentaine de témoins dont la moitié environ est conservée à l’état de fragments7. Paolo Cherubini, dans une étude de synthèse sur ces manuscrits, a souligné plusieurs aspects de leur mise en page qui nous intéressent ici. Les Bibles ibériques présentent majoritairement une disposition à deux ou trois colonnes. Les deux dispositions sont également employées sur l’ensemble de la période, ce qui est relativement original par rapport au reste du monde latin dans lequel les Bibles passent plutôt d’une disposition à longue ligne à une présentation à deux colonnes. La disposition en trois colonnes est donc plutôt rare en Occident ; elle présente l’intérêt de pouvoir retrouver plus facilement un passage en particulier8. Cette disposition ainsi que la présence d’éléments paratextuels tels que des prologues, des tables de concordance ou encore des généalogies sous forme de diagrammes, pourraient être destinées à faciliter l’étude du texte biblique9. Enfin, il faut souligner qu’à l’exception d’un manuscrit et de fragments, les Bibles conservées sont toutes annotées. Cela n’est pas original, comme le rappelle Paolo Cherubini, mais le nombre des annotations et leur précocité (dès le début du ixe siècle) surprennent10. Le schéma de réglure, notamment la place réservée aux marges, ainsi que le soin dans l’écriture des notes témoignent de l’intérêt pour ces marginalia. Certaines annotations sont de véritables notes critiques, discutant le texte ou apportant une interprétation exégétique. Deux manuscrits présentent en ce domaine un intérêt particulier : la Bible de León de 920 et la Bible de la Cava, du début du ixe siècle.

Une sélection d’exégèses dans les marges : les Prophètes dans la Bible de León de 920 (León, Archivo Catedralicio, 6)11

  • 11  Pour une présentation et la bibliographie sur ce manuscrit, voir ibid., p. 154–155 ; Corpus de cód (...)
  • 12  Nous voudrions remercier ici D. Manuel Pérez Recio, directeur des archives et de la bibliothèque d (...)
  • 13  Ana Suárez González, « La Biblia Visigótica… », art. cit., p. 181 ; id., « Una lectura arqueológic (...)
  • 14  Ibid., p. 167. Le manuscrit est originaire, d’après ce même colophon, d’un monastère appelé « Alb. (...)
  • 15  Voir la reproduction du fol. 201v dans ibid., planche 9, p. 211, et les caractéristiques de l’écri (...)

4Le premier est une Bible copiée dans le nord de la Péninsule et conservée à León12. Cette Bible, aujourd’hui incomplète, ne commence qu’avec le Livre d’Isaïe ; il s’agirait donc, d’après Ana Suárez González, du second volume d’une Bible en deux tomes13. Le manuscrit a été daté de 920 en raison d’un colophon aujourd’hui illisible, mais transcrit au xviiie siècle14. Les marginalia consistent en de courtes notes en minuscule wisigothique insérées dans les marges droite et gauche du texte et dans l’entrecolonne. Les notes sont écrites dans un module légèrement réduit par rapport à celui du texte. Elles semblent a priori contemporaines de la copie, dans la mesure où la comparaison de la forme des lettres et du système abréviatif ne montre pas de différence avec le texte principal15. Il s’agit d’annotations très lisibles et soignées. Ces éléments invitent à penser que, plutôt que des notes de lecture, ces annotations étaient considérées comme solidaires du texte et ont été copiées d’après un modèle.

  • 16  Sur l’exégèse de Daniel au haut Moyen Âge, voir Sumi Shimahara, « Daniel et les visions politiques (...)
  • 17  Voir par exemple León, Archivo Catedralicio, 6, fol. 70v « uisio secunda », fol. 73vb « uisio quar (...)
  • 18  Ibid., fol. 74vb : « In[teri]bit crisma », variante de Daniel, ix, 25 ; et « non erit populum qui (...)
  • 19  Sur Daniel, ix, 1 : « Huius tempore ceperunt predicare [Ageus], Zacarias et Malacias », ibid., fol (...)
  • 20  On pense ici notamment aux écrits d’Alvare et d’Euloge de Cordoue, Corpus Scriptorum Muzarabicorum(...)

5L’étude des marginalia sur le Livre de Daniel montre plusieurs points intéressants. Seulement deux notes ont été inscrites avant la septième vision. Les passages les plus abondamment annotés sont la onzième vision (vision des quatre rois), puis les visions VII à IX (vision des quatre bêtes, combat du bouc et du bélier, vision des soixante-dix années avant la ruine de Jérusalem) ; autrement dit, il s’agit des passages traditionnellement interprétés depuis Jérôme comme eschatologiques16. Les notes sont de plusieurs types, sans distinction de forme : repères dans la lecture17, variantes18, concordances19 ; enfin, la majorité d’entre elles sont exégétiques. Ces dernières présentent un intérêt particulier pour cette étude dans la mesure où, au ixe siècle, le Livre de Daniel a été utilisé à plusieurs reprises dans un contexte polémique, liant explicitement prophétie sur l’Antichrist et domination islamique20. Qu’en est-il dans la Bible de León ?

  • 21  Dans la vision des quatre bêtes (Daniel, vii, 7), les notes indiquent par exemple : « Nabuquonosor (...)
  • 22  D’après ce qu’en dit Jérôme, Porphyre montrait que le texte était une prophétie ex euentu écrite s (...)

6L’annotateur anonyme a bien identifié dans les marges les personnages ou associé aux faits décrits des événements historiques. Mais pour ce faire, loin d’actualiser la lecture de la prophétie pour y intégrer une référence à la domination islamique, il a repris littéralement plusieurs passages du Commentaire sur Daniel de Jérôme. L’anonyme suit l’exégèse hiéronymienne jusqu’à la fin de la onzième vision de Daniel21, dans laquelle le prophète décrit comment un « homme méprisable à qui ne seront pas donnés les honneurs de la royauté » (Daniel, xi, 21) s’emparera des royaumes existants et les dominera. Pour Jérôme, il s’agit de l’Antichrist. Pourtant, l’annotateur identifie le personnage au Séleucide Antiochus IV Épiphane, reprenant l’explication historique du philosophe Porphyre qu’il connaît car elle est citée, pour être critiquée, par Jérôme22. L’annotateur anonyme n’identifie le personnage à l’Antichrist, suivant l’exégèse allégorique de Jérôme, qu’en Daniel, xi, 36.

  • 23  Sur Amos, iv, 4 « Hoc locum Iudei dicunt… », León, Archivo Catedralicio, 6, fol. 81ra.
  • 24  Jérôme, Commentarii in prophetas minores. In Amos, dans Pars I, 6, Opera exegitica, éd. Marc Adria (...)
  • 25  Deux autres notes semblent faire écho à ce thème classique de la polémique antijudaïque : sur Dani (...)
  • 26  Alvare de Cordoue, Epistulae xiv–xx, dans Corpus Scriptorum Muzarabicorum, éd. cit., p. 227270.

7Comment expliquer ce changement ? La péricope évoque l’orgueil du personnage qui se croira au-dessus de Dieu. Dans son commentaire, Jérôme explique que c’est à partir de ce point que les Juifs interprètent la prophétie comme décrivant les derniers temps. Cet aspect n’apparaît pas dans l’annotation sur Daniel, mais pourrait avoir son importance dans la mesure où une autre note, cette fois sur le Livre d’Amos, rapporte ce que disent les Juifs sur le passage23. Il semble s’agir d’une reformulation du Commentaire sur Amos de Jérôme24. Dans les deux cas, on observe que, de la longue explication de Jérôme insistant sur l’incohérence d’une lecture historique et la nécessité d’une compréhension eschatologique de ces prophéties, l’annotateur n’a choisi de faire mention que de l’interprétation historique de Porphyre et de celle prêtée aux Juifs. Peut-être alors faut-il voir dans ces choix le reflet d’un intérêt pour les débats polémiques judéo-chrétiens autour de l’interprétation des Prophètes de l’Ancien Testament, notamment sur la question de la venue du Messie25. En al-Andalus, quelques décennies auparavant, en 840, la correspondance d’Alvare de Cordoue avec un juif récemment converti, Bodo-Éléazar, donne un exemple de la virulence de telles polémiques sur l’interprétation des Prophètes26.

  • 27  León, Archivo Catedralicio, 6, fol. 66rb66va. Sur Ézéchiel, xxxviii, 19 : « tempore antechristi » (...)
  • 28  Il s’agit de la Chronique prophétique, dans Chroniques asturiennes (fin ixsiècle), éd. Yves Bonn (...)
  • 29  León, Archivo Catedralicio, 6, fol. 90ra.

8Si le Livre de Daniel présente au lecteur une sélection choisie d’exégèses à partir de Jérôme, les autres livres prophétiques, notamment Zacharie, Ézéchiel ou Amos, démontrent l’usage d’autres commentaires, de Jérôme mais aussi de Victorin de Poetovio et d’autres exégètes. La figure de l’Antichrist et la fin des temps intéressent particulièrement le ou les annotateurs anonymes. L’invasion de Gog d’après Ézéchiel, xxxviiixxxix est ici interprétée de manière assez courante comme l’ultime combat eschatologique et rapprochée de l’Apocalypse27. On sait qu’au ixe siècle, dans le royaume d’Oviedo-León, cette vision d’Ézéchiel avait été à la base d’une prophétie apocryphe prédisant la fin de la domination islamique pour 88428. Rien de tel ici. Sur l’Antichrist, les notes reprennent également plusieurs éléments traditionnels chez les Pères. Assimilé à la onzième corne de Daniel ou de manière plus originale au pasteur qui dévorera la chair des bêtes (Zacharie, xi, 16), il est dit qu’il naîtra au sein de la tribu de Dan, dont la mauvaise réputation dans la Bible est démontrée par le renvoi à d’autres citations scripturaires29. Autrement dit, si ce corpus d’annotations montre un intérêt notable pour les prophéties eschatologiques, il n’offre pour autant aucun indice probant d’une anxiété liée à l’approche de la fin du monde. Il semble plutôt traduire un travail d’étude du texte biblique, à mettre en relation avec les aspects formels du manuscrit destinés à faciliter le repérage et la lecture.

La Bible de la Cava (début du ixe siècle) : actualité ou conservatisme dans la lecture des livres eschatologiques ?

  • 30  Le manuscrit a été reproduit en facsimilé avec un volume d’études. La Biblia de Danila (Codex Bibl (...)
  • 31  Paolo Cherubini, « La Bibbia di Danila : un monumento “trionfale” per Alfonso II di Asturie », Scr (...)
  • 32  Paolo Cherubini, « La Biblia de Danila », dans La Biblia de Danila…, éd. cit., p. 559, cit. p. 23

9Un exemple plus ancien d’une Bible également annotée à l’aide des Commentaires de Jérôme sur les Prophètes a été conservé sans que les deux corpus de notes ne soient liés. La Bible de la Cava a été copiée, d’après Paolo Cherubini, au début du ixe siècle30. Selon son hypothèse, cette Bible aujourd’hui conservée en Italie pourrait être celle offerte en 812 par le roi Alphonse II à l’église-cathédrale d’Oviedo31. Il s’agit d’une Bible complète, à trois colonnes, enluminée, qui se présente comme un manuscrit luxueux avec des pages teintées de différentes couleurs. Pour autant, certaines caractéristiques laissent à penser qu’elle « fut avant tout un instrument de travail et d’études32 », notamment les techniques de mise en texte qui facilitent le repérage dans le manuscrit (sommaires, tables de citations de l’Ancien Testament, système de titres courants et de titres hiérarchisés, prologues, etc.).

  • 33  Voir le tableau exhaustif de leur répartition dans Paolo Cherubini, « Le glosse latine antiche all (...)
  • 34  Édition des gloses sur Baruch (Ambrosio M. Amelli, De libri Baruch. Vetustissima latina versione u (...)
  • 35  Les annotations montrent plusieurs époques de rédaction. Néanmoins, Paolo Cherubini souligne qu’un (...)
  • 36  Sur Michée, les gloses empiètent sur les colonnes du texte principal, disposition à prévoir dès la (...)
  • 37  Cava dei Tirreni, Biblioteca statale, Ms. 1, fol. 286va ; Madrid, Biblioteca Nacional de España, 1 (...)
  • 38  Ibid.
  • 39  Burgos, Archivo Capitular, Expos. Vitr. L’écriture en serait postérieure à la copie du manuscrit e (...)
  • 40  Ettore Falconi, « Il codice visigotico 3118 dalla raccolta Czartoryski di Cracovia », Anuario de e (...)
  • 41  La note dans la Bible de la Cava se limite à : « In consumenctione seculi undecima enim hora uieni (...)

10Les annotations sur cette Bible sont au nombre de 430 environ et se répartissent sur l’ensemble des livres33. Elles ont fait l’objet d’éditions partielles34. Les notes latines, en minuscule wisigothique, sont en majorité contemporaines de la copie35 et furent sans doute prévues, au moins pour certaines, dès l’origine36. Les notes ont de fait probablement été copiées à partir d’un modèle, comme l’a suggéré José Antonio Valdés Gallego en observant qu’une glose sur Apocalypse, iii, 14 se trouve de manière identique dans la Bible dite « de Séville37 », ce qu’il explique plutôt par l’usage d’une source commune que par la circulation de la Bible de la Cava38. Une autre note, sur Michée, iv, 13, figure également dans la Bible de San Pedro de Cardeña (fin du ixedébut du xe siècle)39 et dans une Bible provenant de Silos (première moitié du xe siècle)40. Le texte de la note y est plus complet que dans la Bible de la Cava, ce qui confirme qu’elle n’a pu servir de modèle41.

  • 42  Plusieurs notes sur Michée s’appuient sur Jérôme. Michée, ii, 7 (fol. 183vb), cf. Jérôme, In Micha (...)
  • 43  Victorin est cité d’après la version rééditée par Jérôme et interpolée au vie siècle ; la note sur (...)
  • 44  Une note sur Ézéchiel, xli, 18 (fol. 174rb) introduit un développement sur le mot « chérubin » à p (...)

11Les notes s’inspirent généralement de commentaires exégétiques en circulation dans la Péninsule, en particulier Jérôme pour les Prophètes42, et Victorin de Poetovio pour l’Apocalypse43, ainsi que d’autres sources44. Les annotations sur l’Apocalypse donnent au lecteur le sens allégorique de certaines péricopes, notamment la vision inaugurale des sept candélabres (Apocalypse, i), la lettre à l’Église de Sardes (Apocalypse, iii) ou encore la vision des quatre chevaux (Apocalypse, vi). Sur les Prophètes, les notes indiquent plutôt des concordances, à l’exception du Livre de Michée qui présente un volumineux corpus d’explications allégoriques.

  • 45  Paolo Cherubini, « Le glosse latine… », art. cit., p. 139140.
  • 46  Par exemple sur l’Apocalypse, deux références à la polémique arienne au sujet de l’omnipotence du (...)
  • 47  Édition et analyse dans Paolo Cherubini, « Le glosse latine… », art. cit., p. 140141.

12En plus du grand intérêt que ces notes offrent pour l’histoire de l’exégèse, l’une de leurs fonctions est polémique et apologétique avec une orientation nettement christologique, d’après les observations de Paolo Cherubini. Celui-ci cite ainsi des notes sur le Nouveau Testament (Première Épître de Jean et Actes des Apôtres) contestant des opinions ariennes et, à une reprise, manichéenne, sans aucune trace d’une actualisation pour renvoyer au contexte islamique45. Des annotations sur les Prophètes et l’Apocalypse montrent un intérêt similaire pour la polémique religieuse ; cet intérêt semble plutôt dominé par l’érudition que refléter une problématique contemporaine pour les lecteurs46. D’après Paolo Cherubini, les seules notes qui pourraient faire référence à la situation contemporaine invectivent les clercs, notamment ceux qui achètent ou vendent des privilèges ecclésiastiques47. Ainsi, dans la Bible de la Cava, les Prophètes et l’Apocalypse ne paraissent pas avoir fait l’objet d’un traitement spécifique. D’autres livres bibliques ont été tout aussi largement annotés, notamment les Psaumes et les Évangiles, tandis que les thèmes mis en valeur par les notes sont les mêmes sur l’ensemble de la Bible.

13En définitive, ces Bibles présentent d’importants corpus d’annotations manifestant un intérêt certes notable pour les livres eschatologiques de la Bible, mais également le caractère plutôt érudit de leur lecture et de leur usage. Cela est peut-être lié au contexte d’utilisation des manuscrits dont les mises en page traduisent les fonctions d’étude et le travail. Il convient à présent d’aborder la question à partir d’un autre angle, à savoir le seul commentaire original composé au cours de la période retenue : le Commentaire sur l’Apocalypse de Beatus de Liébana.

Quelles évolutions dans la lecture du Commentaire sur l’Apocalypse de Beatus autour de l’an mil ?

  • 48  Voir la liste des manuscrits et le stemma codicologique dans Roger Gryson, « Introduction », dans (...)
  • 49  Ibid., « The Beatus Commentaries and Spanish Bible Illustration », dans Actas del simposio..., op. (...)
  • 50  Voir Roger Gryson, « Introduction », dans Tractatus de Apocalipsin, éd. cit., p. LXXXILXXXII, et (...)
  • 51  New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 644 (León, Tábara ? pour San Miguel de Escalada, milieu du (...)
  • 52  Sur la théologie de Beatus, voir Roger Gryson, « Introduction », dans Tractatus de Apocalipsin, éd (...)
  • 53  Voir par exemple les appels à l’attention du lecteur dans le Beatus conservé à New York, Pierpont (...)
  • 54  « Nota lector time et dic », New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 644, fol. 53ra ; La Seu d’Urge (...)
  • 55  « Intellege quod habet dominus aduersus eglesiam », New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 644, fo (...)
  • 56  « Eu eu quomodo seducit homines », New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 644, fol. 41ra, Valladol (...)
  • 57  Santo Lorenzo del Escorial, Biblioteca del Real Monasterio, &.II.5 (San Millán de la Cogolla, vers (...)
  • 58  Escorial, &.II.5, fol. 7, 21v, 44v, 45v, 47.
  • 59  Escorial, &.II.5, fol. 21, 36v et 107v.

14Les manuscrits du Commentaire sur l’Apocalypse de Beatus48 présentent des points communs intéressants avec les manuscrits bibliques. On y retrouve notamment le même type d’aides au repérage et à la lecture telles que les diagrammes, les généalogies bibliques, les tables ou les listes49. Il s’agit de manuscrits de grandes dimensions, richement enluminés, dans lesquels le texte est copié avec soin. Au sein du volumineux commentaire de Beatus, les notes participent aux techniques de mise en texte : servant de sous-titres de paragraphes, elles indiquent en quelques mots le contenu du texte, introduisent des listes ou encore signalent un personnage. Ces notes ne sont vraisemblablement pas le fait d’un lecteur inscrivant dans les marges ses remarques au fil du texte, mais plutôt un corpus perçu comme solidaire du texte principal, comme le montre le fait que certaines notes se retrouvent dans plusieurs manuscrits50. Certains thèmes récurrents ont eu un intérêt particulier pour le ou les annotateurs anonymes. Dans trois Beatus produits peu avant l’an mil et appartenant à la même famille de manuscrits51, on remarque que, parmi les passages les plus annotés, figure en bonne place le prologue du livre II intitulé « De l’Église et de la Synagogue », ajout de Beatus largement inspiré des Étymologies dans lequel celui-ci expose son schéma de compréhension général de l’Apocalypse52. Les notes portent plus particulièrement sur la deuxième partie, le « De la Synagogue », qui consiste en un catalogue des membres de l’Anti-Église ou corps du diable. Par le biais de manicules ou d’autres signes marginaux, un annotateur anonyme a attiré l’attention sur la description de l’Antichrist et des bêtes qui incarnent les adversaires de l’Église53. Le sens de ces indications est clairement signalé : il s’agit d’inciter le lecteur à la méfiance54, en soulignant les passages dans lesquels Beatus dévoile comment le diable agit dès aujourd’hui dans l’Église55. Ainsi, l’annotateur anonyme écrit au sujet du diable : « Malheur ! Voici comment il séduit les hommes56 ». Dans un autre Beatus copié autour de l’an mil57 et appartenant à une branche différente de la tradition textuelle, on observe des points communs dans le contenu des annotations, bien que le texte ou le passage annoté en soient différents. On retrouve six notes destinées à invectiver les prêtres sur leur négligence, leur fausseté ou encore la simonie58. De même, les personnages incarnant les adversaires de l’Église, l’Antichrist, le diable, les locustes ou, de manière plus pragmatique, les hérétiques, sont signalés à l’attention du lecteur59.

  • 60  Roger Gryson, « Introduction », dans Tractatus de Apocalipsin, éd. cit., p. XICLXVIII.
  • 61  Ibid., p. CXLVI.
  • 62  Beatus, Tractatus de Apocalipsin, éd. cit., IV, § 13, p. 516518.
  • 63  New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 644, fol. 120ra : « Nota quod filius diem iudicii scit sed (...)

15Au niveau thématique, deux aspects sont donc récurrents dans les notes de ces Beatus du xe siècle : la christologie et la condamnation des mauvais prêtres. Il s’agit notamment d’insister sur la toute-puissance du Christ et de condamner les clercs ignorants ou paresseux, en donnant en contre-exemple les apôtres. Dans le commentaire en lui-même de Beatus, les invectives à l’égard des faux prêtres et moines sont extrêmement nombreuses60. Intéressés par l’argent, orgueilleux et fornicateurs, les mauvais clercs usurpent le nom de chrétien en menant en réalité une vie contraire aux principes du Christ. Comme le note Roger Gryson, il s’agit de la « principale préoccupation, pour ne pas dire l’obsession, de Beatus61 ». Il paraît donc relativement cohérent que le thème occupe une place privilégiée dans les notes. Néanmoins, cela fournit également une indication sur l’orientation donnée à la lecture du commentaire près de deux siècles après sa rédaction. À l’approche de l’an mil, la lecture allégorique de l’Apocalypse proposée par Beatus n’est en rien abandonnée. L’invitation répétée du moine de Liébana à faire pénitence et à se tenir prêt en vue de sa propre fin est bien ce que les copistes du xe siècle semblent vouloir mettre en relief. Lorsqu’on considère le passage dans lequel Beatus se livre à un calcul du temps qu’il reste avant la fin du sixième âge, soit vingt-cinq ans au moment de l’écriture62, on ne trouve qu’une note christologique, et non une éventuelle actualisation du calcul à l’approche de l’an mil : « Note que le Fils connaît le jour du Jugement mais qu’il est tenu en suspicion par les hommes63 ».

  • 64  Ces aspects ne sont pas restreints aux Bibles et aux Beatus ; on les retrouve par exemple dans cer (...)
  • 65  Sur le lien entre la lecture des textes prophétiques, l’aspiration aux réformes et les critiques a (...)

16Ainsi, de la même manière que les Bibles, les manuscrits du Commentaire de Beatus ont été annotés, aspect sans doute à mettre en relation avec un ensemble d’éléments paratextuels et iconographiques facilitant le repérage dans le manuscrit64. Certaines notes aident à la lecture et au repérage dans le texte, tandis que d’autres témoignent d’un travail de lecture et d’étude. Les thèmes récurrents  la christologie, les adversaires de l’Église et le comportement des clercs  étaient déjà présents dans les Bibles et seront encore au cœur de la réforme grégorienne. Les annotations semblent nous orienter finalement sur une des fonctions de la lecture des livres eschatologiques : entre discours sur les clercs et polémique religieuse, l’Apocalypse et les Prophètes paraissent avoir été les lieux d’une réflexion érudite sur l’Église au présent. Elles témoignent peut-être en ce sens d’un climat intellectuel réformateur dans les monastères du nord de la Péninsule ibérique au xe siècle65. Finalement, à travers ces deux ensembles de manuscrits annotés, deux similitudes apparaissent : le texte principal, sacré ou contenant le commentaire des anciens, est transmis du mieux possible de manière à être lu et étudié ; cette étude se traduit visuellement par une forme, l’annotation, et met en rapport le texte avec les préoccupations contemporaines qui semblent davantage ancrées dans le présent que refléter une anxiété eschatologique.

Haut de page

Notes

1  Juan Gil Fernández, « Judíos y cristianos en Hispania (s. viii y ix) », Hispania sacra. Revista española de historia eclesiástica, vol. 31, 1978, p. 988 ; id., « Los terrores del año 800 », dans Actas del simposio para el estudio de los códices del « Comentario al Apocalipsis » de Beato de Liébana, Madrid, Joyas Bibliográficas, 19781980, 3 vol., vol. 1, p. 215247 ; Adeline Rucquoi, « Mesianismo y milenarismo en la España medieval », Medievalismo, vol. 6, 1996, p. 931 ; id., « Medida y fin de los tiempos. Mesianismo y milenarismo en la Edad Media », dans En pos del tercer milenio. Apocalíptica, mesianismo, milenarismo e historia. Undécimas Jornadas de Estudios Históricos organizadas por el Departamento de Historia Medieval, Moderna y Contemporánea, dir. Ángel Vaca Lorenzo, Salamanca, Universidad de Salamanca, coll. « Acta Salmanticensia. Estudios históricos y geográficos », 2000, p. 1341 ; José Guadalajara Medina, El Anticristo en la España medieval, Madrid, Ediciones del Laberinto, coll. « Arcadia de las letras », 2004. Sur le millénarisme, voir Sumi Shimahara, « Peut-on parler de millénarisme à l’époque carolingienne ? L’apport de quelques sources exégétiques », Temas medievales, vol. 14, 2006, p. 99138.

2  Voir les mises au point de Thomas Deswarte, « La prophétie de 883 dans le royaume d’Oviedo : attente adventiste ou espoir d’une libération politique ? », Mélanges de sciences religieuses, vol. 58, no 1, 2001, p. 39–56, et Patrick Henriet, « L’espace et le temps hispaniques vus et construits par les clercs (ixexiiie siècle) », Annexes des Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, vol. 15, no 1, 2003, p. 81127 ; id., Hispania Sacra. Le discours des clercs et la construction d’une identité chrétienne en Péninsule ibérique occidentale (viiiexiie siècle), à paraître, p. 39–59.

3  Ce point de vue a été largement débattu dans l’historiographie. Contre la position soutenue ici, voir, en plus des travaux cités supra note 1, Richard Landes, « The fear of an Apocalyptic Year 1000 : Augustinian Historiography, Medieval and Modern », Speculum, vol. 75, no 1, 2000, p. 97–145. Nous suivons les travaux qui insistent sur le caractère allégorique et spirituel du commentaire de Beatus : voir Jacques Fontaine, « Fuentes y tradiciones paleocristianas en el método espiritual de Beato », dans Actas del simposio..., op. cit., p. 75–103 ; Aires Augusto Nascimento, « O Comentário ao Apocalipse de Beato de Liébana : entre gramática e escatologia », Euphrosyne. Revista de filología clássica, vol. 28, 2000, p. 129–156 ; Patrick Henriet, Hispania Sacra..., op. cit.

4  José Antonio Fernández Flórez, « Un calígrafo-miniaturista del año mil : Vigila de Albelda », Codex aquilarensis. Cuadernos de investigación del Monasterio de Santa María la Real, vol. 16, 2000, p. 153–180 (voir en particulier p. 158–161) ; José Joaquín Yarza Luaces, « Scriptoria y manuscritos iluminados en el entorno del año mil », dans La Península ibérica en torno al año 1000. VII Congreso de Estudios Medievales, Ávila, Fundación Sánchez-Albornoz, 2001, p. 63–88 (en particulier p. 84–86).

5  Roger Collins, Early Medieval Spain. Unity in diversity (4001000) [1983], London/Basingstoke, MacMillan, coll. « New studies in medieval history », 1995 ; Adeline Rucquoi, Histoire médiévale de la Péninsule ibérique [1993], Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points. Histoire », 1998.

6  Nous n’aborderons pas ici l’un des usages majeurs de ces livres : les lectures liturgiques. Voir sur ce thème Aimé-Georges Martimort, Les Lectures liturgiques et leurs livres, Turnhout, Brepols, coll. « Typologie des sources du Moyen Âge occidental », 1992, p. 25 et 41–42, 47.

7  Synthèse des travaux et des problématiques dans Paolo Cherubini, « Le Bibbie spagnole in visigotica », dans Forme e Modelli della tradizione manoscritta della Bibbia, dir. Paolo Cherubini, Città del Vaticano, Scuola vaticana di paleografia, diplomatica e archivistica, coll. « Littera antiqua », 2005, p. 109–174, catalogue des manuscrits, p. 148–173. Voir également Teófilo Ayuso Marazuela, La Vetus Latina Hispana. Origen, dependencia, derivaciones, valor e influjo universal, reconstrucción, sistematización y analises de sus diversos elementos, coordinación y edición crítica de su texto, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Cíentificas [CSIC], coll. « Textos y estudios “Cardenal Cisneros” », n° 5, 1962, ainsi que les nombreuses monographies de cet auteur consacrées aux manuscrits bibliques de la Péninsule. Enfin, sur le texte, voir Hugh A. G. Houghton, The Latin New Testament. A guide to its early history, texts, and manuscripts [2008], Oxford, Oxford University Press, 2016, p. 61–64, 96–100, 127.

8  Paolo Cherubini, « Le Bibbie spagnole… », art. cit., p. 137, lui-même citant E. Crisci, I Vangeli dei popoli, p. 122–124. Elle pourrait résulter de la copie d’un modèle oriental.

9  Teófilo Ayuso Marzuela, « Los elementos extrabíblicos de la Vulgata », Estudios Bíblicos, vol. 2, 1943, p. 133–187 ; Paolo Cherubini, « Le Bibbie spagnole… », art. cit., p. 141–147.

10  Ibid., p. 142–143.

11  Pour une présentation et la bibliographie sur ce manuscrit, voir ibid., p. 154–155 ; Corpus de códices visigóticos, dir. Agustín Millares Carlo puis Manuel C. Díaz y Díaz, Las Palmas, Universidad de educación a distancia, Centro asociado de Las Palmas de Gran Canaria, 1999, 2 vol. ; Teófilo Ayuso Marazuela, La Vetus Latina, éd. cit., n° 19 ; enfin, pour une description et une étude détaillées, voir Ana Suárez González, « La Biblia Visigótica de la Catedral de León (Códice 6) : primeros apuntes para un estudio arqueológico », Estudios Humanísticos. Historia, vol. 10, 2011, p. 179196.

12  Nous voudrions remercier ici D. Manuel Pérez Recio, directeur des archives et de la bibliothèque de la cathédrale de León, pour nous avoir permis de consulter la reproduction numérisée du manuscrit.

13  Ana Suárez González, « La Biblia Visigótica… », art. cit., p. 181 ; id., « Una lectura arqueológica de nuestras biblias medievales (siglos xxiii in.) », Memoria Ecclesiae, vol. 38, 2013, p. 163214 (voir en particulier p. 172).

14  Ibid., p. 167. Le manuscrit est originaire, d’après ce même colophon, d’un monastère appelé « Alb. », identifié à Santa Maria de Albares par Manuel Gómez Moreno, mais cette localisation reste incertaine (p. 169).

15  Voir la reproduction du fol. 201v dans ibid., planche 9, p. 211, et les caractéristiques de l’écriture du manuscrit dans Zacarias García Villada, Paleografía española, precedida de una introducción sobre la paleografía latina, Madrid, CSIC, 1923, 2 vol., p. 171.

16  Sur l’exégèse de Daniel au haut Moyen Âge, voir Sumi Shimahara, « Daniel et les visions politiques à l’époque carolingienne », Médiévales, n° 55, Usages de la Bible. Interprétations et lectures sociales, dir. Michel Lauwers et Dominique Iogna-Prat, automne 2008, p. 19–32.

17  Voir par exemple León, Archivo Catedralicio, 6, fol. 70v « uisio secunda », fol. 73vb « uisio quarta », fol. 75v « De Susanna dicit », etc.

18  Ibid., fol. 74vb : « In[teri]bit crisma », variante de Daniel, ix, 25 ; et « non erit populum qui eum negaberunt », Daniel, ix, 26 citée par Jérôme et Isidore.

19  Sur Daniel, ix, 1 : « Huius tempore ceperunt predicare [Ageus], Zacarias et Malacias », ibid., fol. 74va ; sur Daniel, xii, 11 : « De fine mundi hoc dicit in euangelio », fol. 75v.

20  On pense ici notamment aux écrits d’Alvare et d’Euloge de Cordoue, Corpus Scriptorum Muzarabicorum, éd. Juán Gil Fernández, Madrid, CSIC, coll. « Manuales y anejos de “Emerita” », 1973, 2 vol., vol.  1, p. 270–314 (voir plus précisément p. 293–301) et vol. 2, p. 363–494 (p. 391–393).

21  Dans la vision des quatre bêtes (Daniel, vii, 7), les notes indiquent par exemple : « Nabuquonosor I. Darius II. Alexander III. Romani IIII » et, pour la dixième corne, « Antechristus », León, Archivo Catedralicio, 6, fol. 73vb. Cf. Jérôme, Commentariorum in Danielem libri iii (iv), dans Pars I, 6, Opera exegitica, éd. François Glorie, Turnhout, Brepols, coll. « Corpus christianorum. Series latina », 1964, p. 838–844.

22  D’après ce qu’en dit Jérôme, Porphyre montrait que le texte était une prophétie ex euentu écrite sous les Séleucides et visant directement Antiochus, assimilé à un type de l’Antichrist, en raison de la persécution menée contre les Juifs à partir de 167 av. J.C. et de la profanation du Temple de Jérusalem. Voir P. Maurice Casey, « Porphyry and the Origin of the Book of Daniel », The Journal of Theological Studies, vol. 27, n° 8, 1976, p. 15–33.

23  Sur Amos, iv, 4 « Hoc locum Iudei dicunt… », León, Archivo Catedralicio, 6, fol. 81ra.

24  Jérôme, Commentarii in prophetas minores. In Amos, dans Pars I, 6, Opera exegitica, éd. Marc Adriaen, Turnhout, Brepols, coll. « Corpus christianorum. Series latina », 1969, p. 261.

25  Deux autres notes semblent faire écho à ce thème classique de la polémique antijudaïque : sur Daniel, vii, 26 (« occidetur Christus »), une note indique que le peuple qui a refusé de le reconnaître ne sera pas le sien, fol. 74vb (« Non erit eis populum qui eum negaberunt ») ; de même, une note évoquant ceux qui, espérant le Christ, ont soutenu l’Antichrist (« eo quod sperantes christum susceperunt antichristum », fol. 90ra) sur Zacharie, xii, 12 (lamentations le jour où l’esprit de grâce envoyé dans la maison de David sera transpercé), peut désigner les Juifs.

26  Alvare de Cordoue, Epistulae xiv–xx, dans Corpus Scriptorum Muzarabicorum, éd. cit., p. 227270.

27  León, Archivo Catedralicio, 6, fol. 66rb66va. Sur Ézéchiel, xxxviii, 19 : « tempore antechristi » ; Ézéchiel, xxxviii, 14 : « In nouissimo die » ; Ézéchiel, xxxix, 17 : « simile et in apocalipsin ».

28  Il s’agit de la Chronique prophétique, dans Chroniques asturiennes (fin ixsiècle), éd. Yves Bonnaz, Paris, Éditions du CNRS, coll. « Sources d’histoire médiévale », 1987, p. 18. Voir supra note 2.

29  León, Archivo Catedralicio, 6, fol. 90ra.

30  Le manuscrit a été reproduit en facsimilé avec un volume d’études. La Biblia de Danila (Codex Biblicus Cavensis, Ms. 1 de la Abadía de la Santísima Trinidad de Cava dei Tirreni), éd. Paolo Cherubini, José Antonio Valdés Gallego, Alfonso García Leal, Oviedo, Gobierno del Principado de Asturias Gran Enciclopedia Asturiana, 2010, 2 vol. Voir également Teofílo Ayuso Marazuela, La Biblia visigótica de la Cava dei Tirreni. Contribución al estudio de la Vulgata en España, Madrid, CSIC, 1956, p. 8395.

31  Paolo Cherubini, « La Bibbia di Danila : un monumento “trionfale” per Alfonso II di Asturie », Scrittura e Civiltà, vol. 23, 1999, p. 75131.

32  Paolo Cherubini, « La Biblia de Danila », dans La Biblia de Danila…, éd. cit., p. 559, cit. p. 23.

33  Voir le tableau exhaustif de leur répartition dans Paolo Cherubini, « Le glosse latine antiche alla Bibbia di Cava : considerazioni preliminari », dans Sit liber gratus, quem servulus est operatus. Studi in onore di Alessandro Pratesi per il suo 90 compleanno, dir. Paolo Cherubini et Giovani Nicola, Città del Vaticano, Scuola vaticana di Paleografia, Diplomatica e Archivistica, coll. « Littera antiqua », 2012, 2 vol., vol. 1, p. 133150. Des notes postérieures en arabe et une en hébreu figurent également dans le manuscrit. Voir Paolo Cherubini, « La Biblia de Danila », art. cit., p. 4243.

34  Édition des gloses sur Baruch (Ambrosio M. Amelli, De libri Baruch. Vetustissima latina versione usque adhuc inedita in celeberrimo codice cavensi epistola, Monte Cassino, Typis Archicoenobii, 1902), sur les Psaumes et Daniel (Teofílo Ayuso Marazuela, La Biblia visigótica…, op. cit.), partielle sur le Nouveau Testament (Paolo Cherubini, « Le glosse latine… », art. cit.).

35  Les annotations montrent plusieurs époques de rédaction. Néanmoins, Paolo Cherubini souligne qu’un ou plusieurs lecteurs « anciens » se distinguent par l’usage de caractéristiques archaïques dans l’écriture, comme l’usage d’un semicolon pour abréger la désinence –bus (ibid., p. 136). Les autres éléments de datation correspondant au début du ixe siècle sont la morphologie de la lettre, le répertoire d’abréviations, l’absence de différenciation des sons « ti » et « tj » (ibid., p. 146147).

36  Sur Michée, les gloses empiètent sur les colonnes du texte principal, disposition à prévoir dès la copie (Cava dei Tirreni, Biblioteca statale del Monumento Nazionale Badia di Cava, Ms. 1, fol. 183v184).

37  Cava dei Tirreni, Biblioteca statale, Ms. 1, fol. 286va ; Madrid, Biblioteca Nacional de España, 131 (xe siècle, Al-Andalus), fol. 371va ; José Antonio Valdés Gallego, « El texto y la lengua del Cauensis », dans La Biblia de Danila..., éd. cit., p. 7982.

38  Ibid.

39  Burgos, Archivo Capitular, Expos. Vitr. L’écriture en serait postérieure à la copie du manuscrit et pourrait dater du xie siècle. Édition de la glose du manuscrit de Burgos dans Alfonso Andrés Tobar, « La biblia visigoda de San Pedro de Cardeña », Boletín de la Real Academia de la Historia, vol. 60, 1912, p. 101146 (voir p. 117).

40  Ettore Falconi, « Il codice visigotico 3118 dalla raccolta Czartoryski di Cracovia », Anuario de estudios medievales, vol. 13, 1983, p. 47–92. Glosas y notas marginales de los manuscritos visigóticos del Monasterio de Santo Domingo de Silos, éd. Miguel C. Vivancos Gómez, Burgos, Aldecoa, 1996, p. 106.

41  La note dans la Bible de la Cava se limite à : « In consumenctione seculi undecima enim hora uieniet dominus Ihesus conducere hopes spiritus in uineam suam », fol. 183vc, cf. Jérôme, Commentarii in prophetas minores. In Michaeam, éd. cit., [CCSL 76A], I, 4, l. 5558, p. 462.

42  Plusieurs notes sur Michée s’appuient sur Jérôme. Michée, ii, 7 (fol. 183vb), cf. Jérôme, In Michaeam, I, 2, l. 226228, p. 445 ; Michée, iii, 12 (fol. 183vc), cf. Jérôme, In Michaeam, I, 4, l. 53–54, p. 462 ; Michée, iv, 7 (fol. 184r), cf. Jérôme, In Michaeam, I, 4, l. 175177, p. 471.

43  Victorin est cité d’après la version rééditée par Jérôme et interpolée au vie siècle ; la note sur Apocalypse, iv, 3 (fol. 286vb) reprend Victorin, Explanatio in apocalypsin una cum recensione Hieronymi . Tractatus de fabrica mundi . Fragmentum de vita Christi, éd. Roger Gryson, Turnhout, Brepols, coll. « Corpus scriptorum ecclesiasticorum latinorum », 2017, l. 2831, p. 150/l. 3841, p. 151 ; sur Apocalypse, vi, 5, cf. Victorin, In Apocalipsin, l. 226, p. 176/l. 268, p. 179 ; sur Apocalypse, vi, 13, cf. Victorin, In Apocalipsin, l. 272–273, p. 184/l. 325326, p. 185. Aucune de ces notes s’inspirant de Victorin ne permet de déterminer si leur auteur avait accès au commentaire original de l’évêque de Poetovio ou à la version remaniée par Jérôme, largement diffusée au Moyen Âge et notamment connue en Péninsule ibérique. Sur l’histoire du texte, voir Martine Dulaey, « Jérôme “éditeur” du “Commentaire sur l’Apocalypse” de Victorin de Poetovio », Revue des études augustiniennes, vol. 37, 1991, p. 199236, et Roger Gryson, « Prolegomena », ibid., p. 10103.

44  Une note sur Ézéchiel, xli, 18 (fol. 174rb) introduit un développement sur le mot « chérubin » à partir d’Eucher de Lyon, Instructionum libri duo, éd. Carmela Mandolfo, Turnhout, Brepols, coll. « Corpus christianorum. Series Latina », 2004, II, l. 142, p. 194. Les notes sur l’Apocalypse trahissent le recours à au moins un autre commentaire latin.

45  Paolo Cherubini, « Le glosse latine… », art. cit., p. 139140.

46  Par exemple sur l’Apocalypse, deux références à la polémique arienne au sujet de l’omnipotence du Christ : Cava dei Tirreni, Biblioteca statale del Monumento Nazionale Badia di Cava, Ms. 1, fol. 286rb et 287va, ainsi qu’une référence peut-être à Zénon de Vérone (« in Zena », fol. 286rb), auteur d’un traité contre l’arianisme ; sur Michée, iv, 7, une note faisant référence au devenir des Juifs lors du Jugement reprend l’exégèse de Jérôme, qui les identifie aux « éclopés » de l’oracle (ibid., fol. 184r, cf. Jérôme, In Michaeam, éd. cit., p. 471).

47  Édition et analyse dans Paolo Cherubini, « Le glosse latine… », art. cit., p. 140141.

48  Voir la liste des manuscrits et le stemma codicologique dans Roger Gryson, « Introduction », dans Beati Liebanensis Tractatus de Apocalipsin, éd. Roger Gryson, Turnhout, Brepols, coll. « Corpus christianorum. Series Latina », 2012, 2 vol., vol. 1, p. XICLXVIII, ainsi que la description, la bibliographie et les reproductions des enluminures dans John Williams, The Illustrated Beatus. A corpus of the illustrations of the Commentary on the Apocalypse, London/Turnhout, Harvey Miller, 1994–2003, 5 vol.

49  Ibid., « The Beatus Commentaries and Spanish Bible Illustration », dans Actas del simposio..., op. cit., vol. 2, p. 203219 ; id., The Illustrated Beatus, vol. 1, p. 140141.

50  Voir Roger Gryson, « Introduction », dans Tractatus de Apocalipsin, éd. cit., p. LXXXILXXXII, et José Antonio Fernández Flórez, « Beato y los Beatos. El Beato de Escalada y su familia », dans San Miguel de Escalada (9132013), dir. Gregoria Cavero Domínguez et Vicente García Lobo, León, Universidad de León, Servicio de Publicaciones, coll. « Folia medievala », 2014, p. 239272 (en particulier, p. 264272).

51  New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 644 (León, Tábara ? pour San Miguel de Escalada, milieu du xe siècle) ; La Seu d’Urgell, Museu Diocesá, 501 (Navarre ou Aragon, d’après un modèle léonais, dernier quart du xe siècle) ; Valladolid, Biblioteca de la Universidad, 433 (León, Valcavado, 970). Mêmes observations pour le Beatus plus tardif de Silos, Londres, British Library, Add. Ms 11695 (10911109).

52  Sur la théologie de Beatus, voir Roger Gryson, « Introduction », dans Tractatus de Apocalipsin, éd. cit., p. CXLIICXLVIII.

53  Voir par exemple les appels à l’attention du lecteur dans le Beatus conservé à New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 644, fol. 34vb, fol. 37va, fol. 37vb, fol. 39va, fol. 41va (consulté en édition facsimilée : San Miguel de Escalada. Manuscrito 644 de la Pierpont Morgan Library de Nueva York, dir. William M. Voelkle et John Williams, Madrid, Club Internacional del Libro, 2005).

54  « Nota lector time et dic », New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 644, fol. 53ra ; La Seu d’Urgell, Museu Diocesá, 501, fol. 58v, commentant « Non est christi, ipse est antichristi », Beatus, Tractatus de Apocalipsin, éd. cit., II, 2, § 15, p. 249.

55  « Intellege quod habet dominus aduersus eglesiam », New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 644, fol. 58rb ; « Intellege quod habet dominus aduersum ecclesiastici », La Seu d’Urgell, Museu Diocesá, 501, fol. 63r.

56  « Eu eu quomodo seducit homines », New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 644, fol. 41ra, Valladolid, Biblioteca de la Universidad, 433, fol. 43r.

57  Santo Lorenzo del Escorial, Biblioteca del Real Monasterio, &.II.5 (San Millán de la Cogolla, vers l’an mil).

58  Escorial, &.II.5, fol. 7, 21v, 44v, 45v, 47.

59  Escorial, &.II.5, fol. 21, 36v et 107v.

60  Roger Gryson, « Introduction », dans Tractatus de Apocalipsin, éd. cit., p. XICLXVIII.

61  Ibid., p. CXLVI.

62  Beatus, Tractatus de Apocalipsin, éd. cit., IV, § 13, p. 516518.

63  New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 644, fol. 120ra : « Nota quod filius diem iudicii scit sed suspicio hominibus tulit » ; La Seu d’Urgell, Museu Diocesá, 501, fol. 114v : « Nota quod filius diem iudicii scit sed suspicio omnibus tulit ». Le thème est abordé par Beatus, Tractatus de Apocalipsin, éd. cit., IV, § 23–24, p. 520.

64  Ces aspects ne sont pas restreints aux Bibles et aux Beatus ; on les retrouve par exemple dans certains manuscrits des Étymologies d’Isidore de Séville.

65  Sur le lien entre la lecture des textes prophétiques, l’aspiration aux réformes et les critiques anticléricales, voir l’article de référence de Robert E. Lerner, « Medieval Prophecy and Religious Dissent », Past and Present, vol. 72, 1976, p. 324. Sur le mouvement de renaissance du xe siècle en Péninsule, voir José Antonio Fernández Flórez, « Un calígrafo–miniaturista… », art. cit., p. 158161, et La Península ibérica en torno al año 1000…, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaelle Bosseman, « Pourquoi et comment lire l’Apocalypse et les Prophètes dans la Péninsule ibérique (ixexie siècle) ? », Questes, 38 | 2018, 81-97.

Référence électronique

Gaelle Bosseman, « Pourquoi et comment lire l’Apocalypse et les Prophètes dans la Péninsule ibérique (ixexie siècle) ? », Questes [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questes/4870 ; DOI : 10.4000/questes.4870

Haut de page

Auteur

Gaelle Bosseman

EPHE, Saprat–EHEHI

Haut de page

Droits d’auteur

© Association des amis de « Questes »

Haut de page
  • OpenEdition Journals