Navigation – Plan du site

Introduction

Adrien Carbonnet, Anh Thy Nguyen et David Dominé-Cohn
p. 9-27

Texte intégral

Tout tuoit et tout acouroit,

Quanqu’il li venoit a l’encontre,

N’on ne pooit resister contre.

Et briefment tant en acoura,

Tant en occist et devoura,

Que tous les jours a grans monciaus

Trouvoit on dames, jouvenciaus,

  • 1 Guillaume de Machaut, Le Jugement dou Roy de Navarre contre le jugement dou Roy de Behaingne, éd. E (...)

Juenes, viels et de toutes guises1.

1Face à la mort noire, il n’est point de résistance possible. Dans cette description de la grande peste, Guillaume de Machaut utilise le verbe « résister » pour tirer avantage de toute sa richesse sémantique : résistance vaine des corps contre la maladie ou résistance face au quatrième cavalier de l’apocalypse qui tue tout sur son passage et « dévore » l’ensemble des strates de la société.

  • 2 Nous renvoyons aux définitions du Dictionnaire du Moyen Français (1330–1500) (DMF), ATILF – CNRS et (...)
  • 3 Olivier de La Haye, Poëme sur la grande peste de 1348, éd. Georges Guigue, Lyon, H. Georg, 1888, p. (...)
  • 4 Nicole Oresme, Le Livre de Ethiques d’Aristote, published from the MS. 2902, Bibliothèque royale de (...)
  • 5 Jean de Roye, Journal, connu sous le nom de Chronique scandaleuse, éd. Bernard de Mandrot, Paris, R (...)

2La résistance est également comprise ici comme le principe physique fondamental de l’opposition d’une force face à une autre qui lui serait contraire2. C’est là d’ailleurs que réside le sens premier du verbe « résister », que le moyen français emprunte au latin. Résister, resistere (construit à partir du verbe stare, « se tenir debout, se tenir immobile »), c’est ainsi « tenir tête à, faire face à ». Le verbe s’enrichit sémantiquement au cours du xive siècle, où son usage se développe, y compris sous sa forme substantivée (resistance ; resistement). Il désigne l’opposition, la défense à l’encontre de quelqu’un ou de quelque chose, face à la maladie par exemple, tels les enfants de moins de sept ans, qui, selon Olivier de la Haye, « sont moistes et chalereux /En sont mains prestz et vigoreux /À faire bonne résistence /Contre le mal de pestillence3 ». Comme le souligne Nicole Oresme, résister signifie aussi se défendre face à la tentation : « Car concupiscence absorbe et lie raison, se la personne ne a bonne sollicitude et grant diligence de prendre la proposicion singuliere souz l’universele de raison et de la maintenir en sa pensee en resistant a concupiscence forciblement4 ». Enfin, résister se comprend comme une défense face à l’ennemi, à l’exemple du duc de Bourgogne qui « fist son povoir de ralier ses gens pour resister à la fureur desdiz Suixes5 ».

  • 6 Claude Blum (dir.), Le nouveau Littré, Paris, Garnier, 2007, p. 1622–1623.
  • 7 Le nouveau Littré donne parmi les emplois du terme la « rébellion contre les agents de l’autorité » (...)

3Cette richesse sémantique que revêt le terme de résistance en moyen français se retrouve également dans le français moderne. Le dictionnaire Littré définit le terme d’un point de vue physique comme une « qualité par laquelle un corps résiste à l’action d’un autre corps », ajoutant comme emploi figuré la « défense contre ce qui est comparé à un assaillant6 ». Nous nous situons ici au cœur de la notion : résister revient à se défendre contre ce qui est considéré comme une agression. Par ailleurs, le terme a acquis en français moderne une coloration politique indéniable, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale7.

4S’intéresser à la résistance nous conduit dès lors à nous pencher sur les moyens d’opposition dont disposaient les hommes du Moyen Âge. La résistance, ou plus justement les résistances, désigne un ou des mouvements d’opposition à l’égard d’une autre force (une maladie, un envahisseur, un adversaire intellectuel), pouvant affecter différents domaines tels que l’histoire sociale, politique ou religieuse, la production littéraire, la philosophie, l’art, le droit. Ainsi, les mots résistance, résistants, résister, leur polysémie et la réalité complexe des situations qu’ils qualifient au sein des sources méritent amplement d’être interrogés.

Penser et écrire la résistance

  • 8 Molnár Péter, « Saint Thomas d’Aquin et les traditions de la pensée politique », Archives d’histoir (...)

5Durant tout le Moyen Âge, une tradition de la pensée politique traitant de l’exercice du pouvoir et, par conséquent, de la résistance au pouvoir, existe et est articulée notamment autour de Thomas d’Aquin. Trois principales questions fondent cette pensée : « Quel est le régime préférable : celui exercé par l’homme le meilleur ou celui dans lequel les meilleures lois règnent ? » ; « Quel est le régime le plus convenable : celui d’un seul homme ou celui de plusieurs personnes ? » ; enfin, « Quelle est la méthode la plus utile pour pourvoir à l’office suprême : l’élection ou l’adoption du droit héréditaire8 ? ».

  • 9 Voir Dominique Boutet et Armand Strubel, Littérature, politique et société dans la France du Moyen (...)

6Dans ce contexte, dès le xiiie siècle, les hommes du Moyen Âge nourrissent un intérêt renouvelé pour les œuvres d’Aristote, en particulier sa Politique, dont vont s’inspirer fortement Raoul de Presles et Nicolas Oresme dans leurs nombreux écrits, Gilles de Rome dans son De regimine principum, Jean de Salisbury dans son Policraticus ou encore Philippe de Mézières dans son Songe du Vieil Pèlerin9. Ces textes participent pleinement à la tradition éthico-politique des miroirs aux princes. Leurs auteurs rédigent des manuels de gouvernement – tantôt théoriques, tantôt plus pratiques – qui dépeignent la représentation idéale du prince et, partant, appellent à la résistance contre la domination du roi-tyran.

  • 10 Voir à cet égard Daniel Poirion, Le poète et le prince. L’évolution du lyrisme courtois de Guillaum (...)

7Le champ politique se voit également investi par les poètes. Se développe ainsi à partir du xive siècle une poésie d’actualité avec des auteurs comme Guillaume de Machaut et Eustache Deschamps qui s’insurgent contre les maux que subit le royaume de France (guerres, troubles, famines, maladies). Amorcée préalablement par Rutebeuf dès le milieu du xiiie siècle, la question de l’engagement du poète se fait jour au xive siècle. Le lyrisme est alors investi comme moyen et lieu de revendication, comme arme privilégiée de la résistance contre l’abus de pouvoir, contre l’oppression ou contre la censure par les autorités (religieuses ou séculières)10. La contribution de Sung-Wook Moon autour de « Rutebeuf ou la fabrique d’une poésie de résistance dans la crise universitaire (1254–1259) » en constitue une parfaite illustration.

  • 11 Joël Blanchard et Jean-Claude Mühlethaler, Écriture et pouvoir à l’aube des Temps Modernes, Paris, (...)
  • 12 Ibid., p. 285 et sq.
  • 13 Joël Blanchard et Jean-Claude Mühlethaler, Écriture et pouvoir à l’aube des Temps Modernes, op. cit (...)

8À la fin du Moyen Âge, de nombreux auteurs se livrent ainsi à une réflexion politique et morale autour de la question du pouvoir, et bon nombre de leurs œuvres prennent la forme d’une critique curiale et sociale. Le Roman de Fauvel, la Chronique du Religieux de Saint-Denis, le Jouvencel de Jean de Bueil, ainsi que certains écrits d’Eustache Deschamps, d’Alain Chartier ou de Christine de Pizan peuvent être rangés dans cette mouvance de la critique de cour : ils illustrent la résistance aristocratique au pouvoir royal et soulignent la décadence de l’idéal curial11. Plus tardivement, à la fin du xve siècle, l’Abuzé en court par un anonyme, le Doctrinal du temps présent de Pierre Michault et le Séjour d’Honneur d’Octavien de Saint-Gelais entreprennent une critique théologico-morale de la vita curialis et des manquements des nobles à leur rang et à leurs devoirs12. Quant à la critique sociale, l’un des textes les plus représentatifs est sans doute le Quadrilogue invectif rédigé par Alain Chartier en 1422 après le traité de Troyes. Dans cette œuvre, dont la renommée et l’intérêt ne sont plus à démontrer, les trois états prennent la parole tour à tour et de façon allégorique pour crier leur révolte : le Chevalier souligne son affliction de voir une France endeuillée, le Peuple manifeste son désespoir devant tant de misère, et le Clergé expose les conditions d’un redressement national13. La résistance s’opère donc à l’encontre de la cupidité, de l’ambition et de l’orgueil, non pas seulement d’un unique protagoniste, mais de l’ensemble des classes de la société.

  • 14 Voir notamment les travaux suivants : Heather Arden, « Women’s History and the Rhetoric of Persuasi (...)

9Une résistance – politique et littéraire – tout aussi active et frénétique peut être trouvée chez Christine de Pizan. Sa production écrite présente un caractère incontestablement politique et contient une dimension de revendication plus que manifeste14. Elle n’hésite d’ailleurs jamais à apostropher directement les puissants, par ailleurs généralement bien identifiés, comme dans le Livre des faits et bonnes mœurs du sage roi Charles V qui est rédigé en 1404 et s’inscrit dans la tradition des miroirs ; en 1410, elle adresse aux princes des partis armagnac et bourguignon une Lamentation sur les maux de la guerre civile dans laquelle elle s’élève virulemment contre cette lutte fratricide ; elle rédige entre 1412 et 1413 le Livre de la paix dédié au dauphin Louis de Guyenne qui constitue un véritable manuel de gouvernement et un appel à faire cesser les maux du royaume ; en 1429, elle rédige le Ditié de Jehanne d’Arc au sein duquel elle glorifie les actions de Jeanne, milite pour la paix mais manifeste surtout sa colère à l’égard du roi de France en lui reprochant son goût pour les armes et en lui recommandant d’adopter une conduite digne des grands rois afin de répondre aux devoirs que lui assigne sa fonction. Une autre forme de la résistance au pouvoir est également perceptible chez Christine de Pizan ; il s’agit d’une résistance, ou devrions-nous plutôt dire une revendication à un droit de résistance, à l’égard de la suprématie des hommes dans les arts et les lettres, au profit d’une reconnaissance de la parole féminine : l’Epitre Othéa rédigé vers 1400 ou la Cité des Dames vers 1405 en constituent des illustrations.

  • 15 Dominique Boutet et Armand Strubel, Littérature, politique et société dans la France du Moyen Âge, (...)

10Les textes d’Eustache Deschamps, d’Alain Chartier ou de Christine de Pizan nourrissent également l’idée d’une patrie commune et donnent lieu à un mouvement de résistance « national » face à l’ennemi-envahisseur, généralement représenté par l’Anglais dans le contexte de la guerre de Cent ans15. Ces poètes ne résistent pas par les armes, mais par la plume : ils dénoncent les atrocités commises par les hommes d’armes et appellent à l’action collective pour propager un idéal de paix.

  • 16 Michel Zink, Littérature française du Moyen Âge, op. cit., p. 311.

11D’autres textes de résistance se situent à mi-chemin entre le registre du politique et du religieux. Par exemple, le Songe du Vergier, rédigé vers 1375 (après les trêves de Bruges), constitue un dialogue en prose entre un chevalier et un clerc autour des prérogatives du pape et du roi de France. Le texte aborde aussi la question du bon gouvernement, de l’éducation des princes, du choix de leurs conseillers, des impôts, des guerres16. Comme en témoigne la contribution de Lucie Jollivet sur « La résistance du milieu humaniste français à la Justification de Jean Petit et à sa diffusion, 1408–1435 », une autre illustration de la résistance peut être trouvée dans le discours de la Justification de Jean Petit tenu en 1407 et visant à justifier un acte de tyrannicide, en l’occurrence le meurtre de Louis d’Orléans orchestré par le duc de Bourgogne Jean sans Peur.

  • 17 Voir Joël Blanchard et Jean-Claude Mühlethaler, Écriture et pouvoir à l’aube des Temps Modernes, op (...)

12Ainsi, la littérature, et en particulier la littérature de circonstance, constitue un réceptacle privilégié de la résistance des esprits17.

La résistance à l’ombre de la révolte

  • 18 Michel Mollat du Jourdin et Philippe Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi. Les révolutions popula (...)
  • 19 Ibid., p. 274.

13Les médiévistes – les historiens en particulier – se sont surtout attachés à étudier les formes armées et collectives de la résistance au pouvoir (qu’il soit représenté par un seigneur local, l’Église ou l’« État »). Par conséquent, c’est surtout à l’ombre des travaux consacrés aux révoltes médiévales que nous sommes susceptibles de trouver des études portant sur les formes de résistance au Moyen Âge. La bibliographie consacrée aux révoltes médiévales est conséquente depuis l’ouvrage fondateur de Michel Mollat et Philippe Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi, paru en 197018. Les auteurs de ce livre majeur entreprennent une synthèse du grand mouvement de révoltes qui parcourt l’Europe occidentale aux xive et xve siècles. Ces révoltes, sans éliminer les éléments conjoncturels comme la peste, s’expliquent essentiellement par l’expansion puis par la récession économique qui ont entraîné un « véritable processus de fission sociale19 ». Les troubles populaires sont alors compris comme des moyens de résister à la domination seigneuriale, à celle de la communauté urbaine ou à l’État.

  • 20 Guy Fourquin, Les soulèvements populaires au Moyen Âge, Paris, PUF, 1972.
  • 21 Samuel Cohn, Lust for Liberty. The Politics of Social Revolt in Medieval Europe, 1200–1425, Cambrid (...)

14Cette démarche de synthèse se retrouve également chez Guy Fourquin qui, en 1972, a surtout réfléchi à la définition même du « soulèvement populaire », à propos duquel il souligne la prépondérance des élites sociales20. Plus récemment, Samuel Cohn, dans son ouvrage Lust for Liberty. The Politics of Social Revolt in Medieval Europe, voit dans les révoltes médiévales un commun « appétit pour la liberté21 ».

  • 22 Monique Bourin, « Révoltes dans la France du xive siècle : traditions historiographiques et nouvell (...)
  • 23 Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, Aubier-Montaigne, 198 (...)

15Malgré tout, ces synthèses ont leurs limites22. En effet, si toute tentative de recension exhaustive des révoltes médiévales pose d’importants problèmes de sources, leur appréhension apparaît plus encore vouée à l’échec. La résistance armée et collective ne se laisse pas approcher aisément : nous sommes tributaires des sources, émises presque sans exception par des individus ou des institutions opposés à la révolte elle-même. En outre, il est difficile de savoir à partir de quel seuil une simple émotion populaire devient un véritable soulèvement, et, à l’inverse, certains mouvements, qualifiés de révoltes, se sont parfois déroulés sans effusion de sang23. Par ailleurs, l’approche synthétique de ces grandes rébellions médiévales présente un autre biais, celui de masquer les spécificités de chacune de ces luttes armées et de nous éloigner des autres formes de résistance, plus passives ou latentes.

  • 24 Wim Blockmans, « Alternatives to Monarchial Centralization : the Great Tradition of Revolt in Fland (...)
  • 25 Marc Boone et Maarten Prak, « Rulers, Patricians and Burghers : the Great and the Little Traditions (...)
  • 26 Ce point est également souligné par R. Hilton, pour qui les révoltes doivent être étudiées avec pré (...)

16Les efforts historiographiques de synthèse pour donner une explication globale des résistances et des révoltes en Europe occidentale ont toujours reposé sur des grands récits : par exemple, celui de la revendication de la liberté moderne ou encore de la révolte des classes populaires. Or l’historiographie récente, en particulier celle concernant les Pays-Bas, invite à complexifier ces grands récits. Celle-ci a bien mis en avant « la grande tradition » de révolte par des villes comme Bruges, Gand, Bruxelles, Dinant ou Liège contre le pouvoir des ducs de Bourgogne24. Parallèlement, ces mêmes historiens, derrière Marc Boone, ont également souligné l’existence d’une « petite tradition » de révoltes25, qui ne sont pas seulement tournées contre le pouvoir ducal, mais également contre les élites locales26.

  • 27 Voir notamment Vincent Challet, « La révolte des Tuchins : banditisme social ou sociabilité village (...)
  • 28 Ibid., p. 215.

17De manière générale, la révolte armée n’est que la forme la plus visible de la résistance au pouvoir. À partir de l’exemple du Tuchinat du Languedoc de la fin du xive siècle, Vincent Challet a pu révéler toute la complexité de la révolte médiévale27. Les Tuchins forment une véritable « sociabilité villageoise », en lien avec les élites urbaines, qui résistent à la fois aux déprédations des routiers dans le contexte de la guerre de Cent Ans et aux prélèvements fiscaux de la royauté. L’historien souligne également que « la rébellion n’est jamais que l’une des possibilités offertes aux communautés paysannes pour entrer dans le champ politique et qu’elle doit être replacée au sein d’un long processus susceptible de faire intervenir la formulation de doléances ou l’appel à la justice royale28 ».

  • 29 Élisabeth Crouzet-Pavan, « Dynamiques de langages. Pour une relecture du système rituel vénitien », (...)
  • 30 Au xive siècle, Bartole de Sassoferrato, dans son commentaire de la constitution Qui sint rebelles (...)

18La contestation peut trouver d’autres voies. C’est le cas à Venise où, derrière le calme apparent de la cité lagunaire, le détournement des rituels de la ville par des populations marginales devient un moyen de résistance et de contestation face à l’idéologie des dominants29. Résister ne signifie pas seulement se rebeller ou se révolter, mais peut également se traduire par un comportement subversif ou par un désordre qui remet en cause l’ordre établi30.

La « mise en intrigue » de la résistance

  • 31 Gilles Lecuppre, L’imposture politique au Moyen Âge. La seconde vie des rois, Paris, PUF, 2005, p.  (...)
  • 32 Claire Judde de Larivière, La révolte des boules de neige. Murano face à Venise, 1511, Paris, Fayar (...)
  • 33 Gilles Lecuppre, L’imposture politique au Moyen Âge, op. cit., p. 254.

19Approcher, décrire, comprendre la résistance au Moyen Âge revient à reconnaitre les situations de crise de l’ordre, de désordre, et à en faire des objets d’étude dans la mesure où la résistance s’exerce contre l’ordre ou du moins ce qui entend l’être. Cela implique alors de sortir de l’ordre pour dresser une histoire qui passe par celle des émotions, des sentiments individuels ou groupusculaires, et plus seulement des grands gestes politiques31. La question de la résistance renvoie par conséquent à une question de perspective et d’échelle : celles des petites gens et de ce qui apparaît a priori comme anecdotique. Depuis le charivari jusqu’aux révoltes des boules de neige, comme à Murano dans la République de Venise en 1511, il suffit alors de penser à l’ensemble du répertoire de gestes contestataires du Moyen Âge aux Temps modernes dressé au sein de l’ouvrage collectif dirigé par Gilles Lecuppre32. Par ce changement d’échelle et par ce décentrement du regard, les historiens s’attaquent à quelque chose de subversif : la désobéissance, la contestation, la résistance le sont par nature et elles teintent alors – aussi – l’écriture de l’histoire de la subversivité de leur objet. Ainsi, il devient nécessaire de considérer les enjeux et les conséquences de cette entreprise33.

  • 34 Nathan Wachtel, La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la conquête espagnole [1971], Pa (...)

20La tension entre grands récits européens de la construction des pouvoirs politiques et études locales des résistances permet de se rendre compte de la difficulté à appréhender la résistance comme objet d’étude. En effet, les chercheurs le font bien souvent de haut et avec la distance du temps, mais aussi avec le filtre des sources, particulièrement celui des archives et des archivistes qui les ont conservées et transmises jusqu’à nous. À cet égard, la contribution de Rémy Roques sur « Résister au pouvoir royal dans l’Auvergne du xiiie siècle » envisage les difficultés méthodologiques liées au régime documentaire médiéval et souligne dans quelle mesure ces filtres déterminent profondément notre manière de construire les objets du discours historique. Ainsi, le processus même de la transmission est aussi celui de la sélection des sources, qui lui-même s’accompagne de la construction des points de vue. Or, dans l’appréhension des faits de résistance, le point de vue est une question centrale dans la mesure où ces résistances se font au travers, en parallèle ou encore contre des pouvoirs politiques ou religieux. Les récits des résistances incorporent difficilement la perspective des vaincus. Rendre compte des visions des acteurs d’une résistance ou d’une rébellion, au travers des sources laissées par les vainqueurs, suppose de se confronter à ce que Nathan Wachtel a décrit comme un « émiettement de l’histoire et des cultures34 ».

  • 35 Franck Mercier, La Vauderie d’Arras. Une chasse aux sorcières à l’Automne du Moyen Âge, Rennes, Pre (...)
  • 36 Sur ce point, voir Wim Blockmans, « La répression de révoltes urbaines comme méthode de centralisat (...)
  • 37 Franck Mercier, La Vauderie d’Arras, op. cit., p. 161.

21L’analyse, par Franck Mercier, de la répression d’une vague de sorcellerie à Arras et dans sa région entre 1459 et 1460 met en évidence la manière dont une résistance à l’Église devient une résistance au prince, appelant dès lors une répression politique qui s’ajoute à une répression religieuse contre une hérésie35. D’ailleurs, la qualification d’hérésie et, partant, de résistance, est ce qui permet le déclenchement, au-delà d’une action ecclésiastique, d’une intervention du duc de Bourgogne comme prince gouvernant la ville par-dessus les autorités locales et religieuses36, puisque la lèse-majesté divine que constitue le refus de la religion chrétienne est aussi un crime de lèse-majesté des princes chrétiens37. Par ailleurs, la contribution d’Alexandra Laliberté de Gagné portant sur les « Prêtres, métropolites et patriarches de la Roumélie : une résistance orthodoxe au pouvoir ottoman (xvexviie siècle) » traite, elle, du rôle des acteurs religieux dans les mouvements de résistance contre le pouvoir ottoman en place. La qualification du refus, de la rébellion et donc de la résistance est, dès lors, à mettre en relation avec les pouvoirs rencontrés qui se saisissent souvent de ces épisodes de tension pour se réaffirmer alors même qu’ils ne sont pas nécessairement visés. L’effet sur les sources est alors non négligeable dans la mesure où, dans la plupart des cas médiévaux, ce sont les pouvoirs contestés par les résistances qui racontent dans les actes administratifs et judiciaires mais aussi dans les chroniques historiques leur vision des faits.

  • 38 Maïté Billoré, De gré ou de force. L’aristocratie normande et ses ducs (1150–1359), Rennes, Presses (...)

22L’historiographie des processus de construction des pouvoirs princiers mobilise régulièrement la notion de résistance qui devient alors pour les historiens un motif pour penser les forces nouvelles au travail dans les structures sociales et politiques antérieures. Ainsi, les comportements de l’élite nobiliaire normande face aux transformations du pouvoir ducal sont analysés au prisme de sa résistance pour s’étonner de l’absence de celle-ci lors de l’arrivée des capétiens à la tête du duché de Normandie en 1204, comme si l’accroissement ou le changement de pouvoir devait nécessairement impliquer une résistance38. Dans le discours des historiens, cette dernière apparaît avant tout comme l’obstacle face à ce qui doit advenir. Dans ce cadre historiographique, la résistance devient difficilement pensable en dehors d’un récit qui se trouve être le plus souvent celui du progrès.

  • 39 L’historiographie permet maintenant de comprendre comment de manière plus générale le crime religie (...)
  • 40 Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du xvie siècle, [1976], trad. Moniqu (...)

23L’histoire de l’hérésie montre le passage d’un travail de qualification des faits à une opération de maintien et d’instauration de l’ordre39. Comme à Arras l’enjeu de la qualification et, par conséquent, de la production du récit est constitué par le fait d’envisager la résistance comme une manifestation minoritaire. Tributaires des sources produites par des acteurs de pouvoir, les chercheurs ont développé à partir des années 1960 un intérêt croissant pour les marges des sociétés médiévales et modernes et ont mis en œuvre des moyens obliques pour atteindre ces formes de résistance. C’est ainsi que le changement d’échelle et la réduction à une singularité individuelle, outils méthodologiques employés par Carlo Ginzburg, ont permis d’aller plus avant dans l’histoire des formes de résistance. En étudiant la vie d’un meunier du Frioul, Domenico Scandella, dit Menocchio, qui a vécu au début de la période moderne, Carlo Ginzburg rend compte des modalités de construction par l’Église d’une norme de lecture des textes à caractère religieux circulants en Italie du Nord dans le contexte de la Réforme mais aussi d’une circulation propre et d’une lecture de ces textes qui constituent par elles-mêmes des formes de résistance40. Par la micro-histoire, il devient possible de rendre compte des contextes et des rapports de force qui déterminent les conditions de lecture et d’interprétation des faits de résistance et, par conséquent, de recontextualiser la production de ces sources.

  • 41 Dans l’introduction d’un volume d’actes sur la genèse de l’État moderne, Jean-Philippe Genet fait d (...)
  • 42 La notion même de « Temps modernes » suppose une narration et une tension où tout décalage par rapp (...)

24Faire l’histoire des formes de résistance, c’est au final faire le récit de ce qui a fait obstacle à un récit – construit par la suite comme attendu – des événements41. Il y a donc dans l’histoire de la résistance, particulièrement au Moyen Âge, un enjeu autour de la production de l’histoire des formes du pouvoir politique et de leur évolution à l’orée des Temps Modernes42.

  • 43 Maïté Billoré, De gré ou de force. L’aristocratie normande et ses ducs (1150–1359), op. cit., p. 23 (...)
  • 44 La mise en scène des grands récits du procès de civilisation, devenue dans l’historiographie plus c (...)
  • 45 Norbert Elias, La dynamique de l’Occident [1939], Paris, Calmann-Lévy, 1990, p. 10–11 ; Florence De (...)

25Dans son étude sur les transformations du pouvoir et de la société aristocratique normande entre le xiie et le xiiie siècle, Maïté Billoré évoque un processus de curialisation de la noblesse qui, s’il rencontre ponctuellement des résistances, les absorbe largement, comme au sein d’autres principautés, dans l’entourage ducal43. Avec la notion de curialisation, elle renvoie aux travaux de Norbert Elias qui a fait de la curialisation de l’aristocratie résistante un élément central du « procès de société » et des États modernes européens44. Par ailleurs, se profile chez Norbert Elias la conscience claire que ce récit des réductions des résistances dans le processus de « civilisation » produit une tension subtile quant à l’identité pour les Européens45. Avec l’histoire de la résistance particulièrement entre le Moyen Âge et la période moderne, il se joue aussi une histoire de la transformation des sociétés européennes dont l’époque contemporaine est l’héritière.

  • 46 Romain Bertrand, L’histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (xviexviie sièc (...)
  • 47 Katsumata Shizuo, « Ikki. Ligues, conjurations et révoltes dans la société médiévale japonaise », t (...)
  • 48 Gabriel Martinez-Gros et Emmanuelle Tixier Du Mesnil, « La fitna : le désordre politique dans l’Is (...)
  • 49 Patrick Boucheron, « Les boucles du monde : contours du xve siècle », dans Le monde au xve siècle [ (...)

26Dans le décalage volontairement introduit dans le récit livré par Romain Bertrand de la rencontre des Occidentaux, des Malais et des Javanais, le travail porte précisément sur le récit de notre modernité occidentale qui se trouve être alors relativisée46. En ne plaçant pas les Européens au centre du récit, en ne faisant pas des Orientaux les résistants à un mouvement plus vaste et toujours venu d’Europe, il devient possible de produire des récits historiques nouveaux où les rôles de résistants sont transformés. L’intérêt de décaler le regard vers d’autres terrains permet de mettre au jour de nouvelles fonctions de la résistance. Ainsi, l’étude des révoltes agricoles dans le Japon médiéval – où il y a des révoltes dans les rizières jusqu’en 1918 – permet de déconstruire, en partie avec l’aide d’une historiographie marxiste, les schémas hérités de l’ère Meiji quant à la construction de l’État japonais moderne47. En Terre d’Islam, les entreprises historiographiques les plus récentes ont tenté de penser les résistances et les révoltes dans les catégories et les concepts forgés par les auteurs du temps comme Ibn Khaldûn. Cette entreprise historique fait suite à une tradition d’analyse, elle aussi marxiste, des résistances et des révoltes, particulièrement celle des esclaves48. Au Japon, à Java, dans le Frioul ou à Arras, l’enjeu est toujours de décloisonner le regard afin de rendre compte des résistances et des résistants à partir de leurs propres logiques qui, précisément, ne sont pas toujours celles de la résistance49. C’est là tout l’intérêt de la communication de Sébastien Mazou sur « Les communautés frioulanes à la fin du Moyen Âge : résister aux Ottomans ou aux soldats vénitiens ? », dans laquelle il montre la complexité des logiques et des modalités de résistance des habitants à l’accroissement du pouvoir vénitien.

Une rhétorique de la résistance ?

  • 50 Voir les travaux de Jean-Philippe Genet, La genèse de l’État moderne. Culture et société politique (...)
  • 51 Des exemples de travaux peuvent être trouvés supra.
  • 52 Jacques Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France : xiiiexve siècle, Paris, (...)

27De nombreux chercheurs ont exploité les sources (documentaires ou littéraires) donnant lieu à des phénomènes de résistance afin d’éclairer l’histoire de la construction d’un État moderne50, l’histoire régionale ou locale51, l’histoire des idées politiques au Moyen Âge52.

28Néanmoins, au-delà de la logique des acteurs et de leurs motivations à faire acte de résistance, ce numéro vise également à interroger la construction du discours de la résistance. En effet, comment cette résistance est-elle traduite et désignée au sein des sources ? Quels sont les éléments constitutifs du discours de la résistance ? Quelles stratégies (pas seulement des stratégies d’action mais aussi des stratégies discursives) sont développées par les acteurs pour résister contre l’ennemi ? Jonathan Bloch dans son étude s’interroge « La traduction manuscrite de l’Ovide moralisé témoigne-t-elle d’une résistance aristocratique à la culture savante ? » quand Marie-Christine Payne souligne, elle, « La résistance des femmes face au lignage Darnant dans le Roman de Perceforest ».

29Les articles de ce numéro révèlent que, au-delà de la spécificité du contexte historique au sein duquel ils sont énoncés, les discours exprimant une résistance (qu’elle soit politique, religieuse ou intellectuelle) présentent des invariants d’ordre structurel, sémantique et lexical, au point qu’ils suggèrent, ou du moins interrogent, l’existence d’une rhétorique de la résistance au Moyen Âge.

Haut de page

Notes

1 Guillaume de Machaut, Le Jugement dou Roy de Navarre contre le jugement dou Roy de Behaingne, éd. Ernest Hoepffner, Œuvres, Paris, Firmin-Didot, 1908, t. 1, p. 149–150, v. 363–371. Nous soulignons ici le terme « résister » et ses dérivés ainsi que dans les autres citations de l’article.

2 Nous renvoyons aux définitions du Dictionnaire du Moyen Français (1330–1500) (DMF), ATILF – CNRS et Université de Lorraine, [en ligne], http://www.atilf.fr/dmf (consulté le 9 janvier 2017), s. v. resistance ; resister ; resistement ; resistant ; resisteur.

3 Olivier de La Haye, Poëme sur la grande peste de 1348, éd. Georges Guigue, Lyon, H. Georg, 1888, p. 59, v. 1152–1155.

4 Nicole Oresme, Le Livre de Ethiques d’Aristote, published from the MS. 2902, Bibliothèque royale de Belgique, éd. Albert Douglas Menut, New York, G. E. Stechert, 1940, p. 374.

5 Jean de Roye, Journal, connu sous le nom de Chronique scandaleuse, éd. Bernard de Mandrot, Paris, Renouard, 1896, t. 2, p. 8.

6 Claude Blum (dir.), Le nouveau Littré, Paris, Garnier, 2007, p. 1622–1623.

7 Le nouveau Littré donne parmi les emplois du terme la « rébellion contre les agents de l’autorité » et le « mouvement d’opposition et d’action clandestine du peuple français pour lutter contre l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale », dans Ibid.

8 Molnár Péter, « Saint Thomas d’Aquin et les traditions de la pensée politique », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 1/2002, t. 69, p. 67–113.

9 Voir Dominique Boutet et Armand Strubel, Littérature, politique et société dans la France du Moyen Âge, Paris, PUF, 1979 ; Jacques Krynen, Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge (1380–1440). Étude de la littérature politique du temps, Paris, A. et J. Picard, 1981.

10 Voir à cet égard Daniel Poirion, Le poète et le prince. L’évolution du lyrisme courtois de Guillaume de Machaut à Charles d’Orléans, Genève, Slatkine, 1978, en particulier p. 141–270.

11 Joël Blanchard et Jean-Claude Mühlethaler, Écriture et pouvoir à l’aube des Temps Modernes, Paris, PUF, coll. « Perspectives littéraires », 2002, chap. II : « Le poète dans le champ politique », p. 33–58 ; chap. III : « La Cour en question », p. 59–83 ; Jacques Lemaire, Les visions de la vie de cour dans la littérature française de la fin du Moyen Âge, Bruxelles/Paris, Palais des Académies/Éditions Klincksieck, 1994, p. 112–183.

12 Ibid., p. 285 et sq.

13 Joël Blanchard et Jean-Claude Mühlethaler, Écriture et pouvoir à l’aube des Temps Modernes, op. cit., chap. II : « Le poète dans le champ politique », p. 33–58 ; Michel Zink, Littérature française du Moyen Âge, Paris, PUF, 2004, p. 313.

14 Voir notamment les travaux suivants : Heather Arden, « Women’s History and the Rhetoric of Persuasion in Christine de Pizan’s Cité des dames », dans Le moyen français, n° 39–41, 1997, p. 7–17 ; Christine de Pizan 2000. Studies of Christine de Pizan in Honour of Angus J. Kennedy, dir. John Campbell et Nadia Margolis, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, coll. « Faux Titre », 2000 ; Une femme de lettres au Moyen Âge. Études autour de Christine de Pizan, dir. Liliane Dulac et Bernard Ribémont, Orléans, Paradigme, coll. « Medievalia », 1995 ; Liliane Dulac, « Un poème de combat : le Ditié de Jehanne d’Arc de Christine de Pizan (juillet 1429) », Synergies-Inde n° 2. Aux sources du dialogue des cultures. Regards croisés sur le Moyen Âge en France et en Inde. Hommage au professeur Jean Dufournet, éd. Vidya Vencatesan, Mumbai, 2007, p. 81–95 ; Angus J. Kennedy et James Steel, « L’esprit et l’épée ou la résistance au féminin : Christine de Pizan, Jeanne d’Arc et Édith Thomas », Une femme de lettres au Moyen Âge, op. cit., p. 495–508 ; Angus J. Kennedy, « The Education of “The good prince”: Repetition and Variation in the Livre du corps de policie and the Livre de paix », « Contez me tout ». Mélanges Herman Braet, éd. Catherine Bel, Pascale Dumont et Frank Willaert, Leuven, Peeters, 2006, p. 507–525 ; Monique Niederoest, « Violence et autorité dans la Cité des dames de Christine de Pizan », dans Au champ des escriptures. IIIe Colloque international sur Christine de Pizan, Lausanne, 18–22 juillet 1998, éd. Eric Hicks, Diego Gonzalez et Philippe Simon, Paris, Champion, 2000, p. 399–410 ; Margarete Zimmermann, « Vox femina, vox politica : the Lamentacion sur les maux de la France », Politics, Gender and Genre : The Political Thought of Christine de Pizan, éd. Margaret Brabant, Boulder, Westview Press, 1992, p. 113–127.

15 Dominique Boutet et Armand Strubel, Littérature, politique et société dans la France du Moyen Âge, op. cit., p. 169 ; Wilfrid Besnardeau, « La représentation des Anglais dans le Ditié de Jehanne d’Arc de Christine de Pizan », Desireuse de plus avant enquerre... Actes du VIe Colloque international sur Christine de Pizan (Paris, 20–24 juillet 2006). Volume en hommage à James Laidlaw, éd. Liliane Dulac, Anne Paupert, Christine Reno et Bernard Ribémont, Paris, Champion, 2008, p. 45–56.

16 Michel Zink, Littérature française du Moyen Âge, op. cit., p. 311.

17 Voir Joël Blanchard et Jean-Claude Mühlethaler, Écriture et pouvoir à l’aube des Temps Modernes, op. cit.

18 Michel Mollat du Jourdin et Philippe Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi. Les révolutions populaires en Europe aux xive et xve siècles, Paris, Calmann-Lévy, 1970.

19 Ibid., p. 274.

20 Guy Fourquin, Les soulèvements populaires au Moyen Âge, Paris, PUF, 1972.

21 Samuel Cohn, Lust for Liberty. The Politics of Social Revolt in Medieval Europe, 1200–1425, Cambridge/Londres, Harvard University Press, 2006, p. 228–242.

22 Monique Bourin, « Révoltes dans la France du xive siècle : traditions historiographiques et nouvelles recherches », dans Rivolte urbane e rivolte contadine nell’Europa del Trecento : un confronto, Florence, Firenze University Press, 2008, p. 50–51.

23 Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, Aubier-Montaigne, 1982, p. 300–302 ; voir également du même auteur sur le sujet, « Corporations, conflits politiques et paix sociale en France aux xive et xve siècles », Revue historique, no 268, 1982, p. 18–44.

24 Wim Blockmans, « Alternatives to Monarchial Centralization : the Great Tradition of Revolt in Flanders and Brabant », Republiken und Rebuplikanismus im Europa der Frühen Neuzeit, dir. Helmut Georg Koenigsberger, Munich, R. Oldenbourg, 1988, p. 145–154.

25 Marc Boone et Maarten Prak, « Rulers, Patricians and Burghers : the Great and the Little Traditions of Urban Revolt in the Low Countries », A Miracle Mirrored. The Dutch Republic in European Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 99–134 ; voir également les travaux de Jan Dumolyn et Jelle Haemers, « Patterns of Urban Rebellion in Medieval Flanders », Journal of Medieval History, no 31, 2005, p. 369–393.

26 Ce point est également souligné par R. Hilton, pour qui les révoltes doivent être étudiées avec précision à l’échelle locale pour en mesurer toute la complexité sociale : Rodney Hilton, « Révoltes rurales et révoltes urbaines au Moyen Âge », Révolte et société. Actes du IVe colloque d’Histoire au Présent, Paris, Histoire au Présent/Publications de la Sorbonne, 1989, vol. 2, p. 25–33.

27 Voir notamment Vincent Challet, « La révolte des Tuchins : banditisme social ou sociabilité villageoise ? », Médiévales, no 34, Hommes de pouvoir : individu et politique au temps de Saint Louis, 1998, p. 101–112 ; Id., « Peuples et élites. Stratégies sociales et manipulations politiques dans les révoltes paysannes (France, xive–xve siècle) », Parisher Historische Studien, no 87, 2007, p. 213–228.

28 Ibid., p. 215.

29 Élisabeth Crouzet-Pavan, « Dynamiques de langages. Pour une relecture du système rituel vénitien », dans Le destin des rituels. Faire corps dans l’espace urbain, Italie-France-Allemagne, dir. Gilles Bertrand et Ilaria Taddei, Rome, École française de Rome, 2008, p. 95–115 ; plus généralement, sur le détournement des rituels, voir Philippe Buc, Dangereux rituel.De l’histoire médiévale aux sciences sociales, Paris, PUF, 2003.

30 Au xive siècle, Bartole de Sassoferrato, dans son commentaire de la constitution Qui sint rebelles de l’empereur Henri VII, elle-même incorporée dans le Corpus iuris civilis, met sur le même plan la résistance au pouvoir impérial et la rébellion (même s’il reconnaît un droit de résistance face à un gouvernement injuste). Toutefois, pour Bartole, « rebellare idem est quod resistere » : s’opposer au pouvoir impérial passe également par une résistance non armée, en l’occurrence la simple désobéissance, qui est considérée par le juriste au même titre que la révolte. Sur ce point, voir Diego Quaglioni, « “Rebellare idem est quam resistere.” Obéissance et résistance dans les gloses de Bartole à la constitution “Quoniam nuper” d’Henri VII (1355) », dans Le droit de résistance, xiie–xxe siècle, Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions,1999, p. 35–46.

31 Gilles Lecuppre, L’imposture politique au Moyen Âge. La seconde vie des rois, Paris, PUF, 2005, p. 290 et, de manière plus générale, Damien Boquet et Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris, Éditions du Seuil, 2012.

32 Claire Judde de Larivière, La révolte des boules de neige. Murano face à Venise, 1511, Paris, Fayard, 2014, p. 21–22 ; La contestation. Moyen Âge et Temps modernes, dir. Gilles Lecuppre, Paris, Kimé, 2016.

33 Gilles Lecuppre, L’imposture politique au Moyen Âge, op. cit., p. 254.

34 Nathan Wachtel, La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la conquête espagnole [1971], Paris, Gallimard, 2004, p. 25.

35 Franck Mercier, La Vauderie d’Arras. Une chasse aux sorcières à l’Automne du Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

36 Sur ce point, voir Wim Blockmans, « La répression de révoltes urbaines comme méthode de centralisation dans les Pays-Bas bourguignons », Publications du Centre Européen d’Etudes Bourguignonnes, n° 28, 1988, p. 5–9.

37 Franck Mercier, La Vauderie d’Arras, op. cit., p. 161.

38 Maïté Billoré, De gré ou de force. L’aristocratie normande et ses ducs (1150–1359), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 21.

39 L’historiographie permet maintenant de comprendre comment de manière plus générale le crime religieux d’hérésie, considéré comme une contestation de l’ordre de l’Église a pu permettre le développement et le renforcement d’instruments de contrôle comme ce fut le cas en particulier lors du procès des templiers. Voir Jacques Chiffoleau, « Dire l’indicible. Remarques sur la catégorie du nefandum du xiie au xve siècle », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 45e année, n° 2, 1990, p. 289–324 et Julien Théry, « Une hérésie d’État. Philippe le Bel, le procès des “perfides templiers” et la pontificalisation de la royauté française », Médiévales, n° 60, La fitna. Le désordre politique dans l’Islam médiéval, 2011, p. 157–185.

40 Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du xvie siècle, [1976], trad. Monique Aymard, Paris, Aubier, 1980, p. 16.

41 Dans l’introduction d’un volume d’actes sur la genèse de l’État moderne, Jean-Philippe Genet fait de l’État un acteur de sa propre transformation, y compris dans la grammaire du texte historiographique, témoignant par ce biais d’un parti pris téléologique où tout obstacle devient nécessairement une résistance à ce qui doit arriver : L’État moderne et les élites xiiiexviiie siècles. Apports et limites de la méthode prosopographique, dir. Jean-Philippe Genet, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 9–18, cit. p. 11.

42 La notion même de « Temps modernes » suppose une narration et une tension où tout décalage par rapport à ce regard nécessairement rétrospectif et donc téléologique est vu comme une forme de résistance.

43 Maïté Billoré, De gré ou de force. L’aristocratie normande et ses ducs (1150–1359), op. cit., p. 235. Pour d’autres principautés, on peut citer les études fondatrices pour la France : Jean-François Lemarignier, Le gouvernement royal aux premiers temps capétiens (987–1108), Paris, Picard, 1965 ; Olivier Guillot, Le comté d’Anjou et son entourage au xie siècle, Paris, Picard, 1972.

44 La mise en scène des grands récits du procès de civilisation, devenue dans l’historiographie plus contemporaine le récit de la construction des États modernes européens, est un enjeu central de toute l’historiographie politique concernant le Moyen Âge tardif, comme l’attestent les très nombreux travaux élaborés à partir des années 1990 autour de Jean-Philippe Genet : L’État moderne : genèse, bilan et perspectives, dir. Jean-Philippe Genet, Paris, Éd. du CNRS, 1990.

45 Norbert Elias, La dynamique de l’Occident [1939], Paris, Calmann-Lévy, 1990, p. 10–11 ; Florence Delmotte, Norbert Elias : la civilisation et l’État. Enjeux épistémologiques et politiques d’une sociologie historique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2007, p. 72–73.

46 Romain Bertrand, L’histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (xviexviie siècle), Paris, Éditions du Seuil, 2011, p. 13–14.

47 Katsumata Shizuo, « Ikki. Ligues, conjurations et révoltes dans la société médiévale japonaise », trad. Pierre-François Souyri, Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 50, n° 2, 1995, p. 373–394.

48 Gabriel Martinez-Gros et Emmanuelle Tixier Du Mesnil, « La fitna : le désordre politique dans l’Islam médiéval », Médiévales, n° 60, La fitna : le désordre politique dans l’Islam médiéval, 2011, p. 5–6 ; Alexandre Popovic, La Révolte des esclaves en Iraq au iiiexie siècles, Paris, Geuthners, 1976 ; Id., « La révolte des Zandj, esclaves noirs importés en Mésopotamie », Cahiers de la Méditerranée, n° 65, 2002, mis en ligne le 15 octobre 2004 : http://cdlm.revues.org/48 (page consultée en juillet 2017).

49 Patrick Boucheron, « Les boucles du monde : contours du xve siècle », dans Le monde au xve siècle [2009], dir. Patrick Boucheron, Paris, Fayard, 2012, t. 1, p. 9–45, cit. p. 29.

50 Voir les travaux de Jean-Philippe Genet, La genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleterre, Paris, PUF, 2003.

51 Des exemples de travaux peuvent être trouvés supra.

52 Jacques Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France : xiiiexve siècle, Paris, Gallimard, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Carbonnet, Anh Thy Nguyen et David Dominé-Cohn, « Introduction », Questes, 39 | 2018, 9-27.

Référence électronique

Adrien Carbonnet, Anh Thy Nguyen et David Dominé-Cohn, « Introduction », Questes [En ligne], 39 | 2018, mis en ligne le 30 juillet 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questes/4971 ; DOI : 10.4000/questes.4971

Haut de page

Droits d’auteur

© Association des amis de « Questes »

Haut de page
  • OpenEdition Journals