Navigation – Plan du site
En VO

« En VO » ou le pari du plurilinguisme

Angeliki Monnier
p. 375-376

Texte intégral

1Pour sa 29e livraison, Questions de communication inaugure une nouvelle rubrique, intitulée « En vo », dont la vocation, ainsi que son titre l’indique, sera d’héberger des articles scientifiques inédits en langue originale. Pourquoi cette nouveauté ? Pourquoi maintenant ? Questions de communication a toujours été une revue résolument ouverte à des contributions de chercheurs venant de tous les horizons géographiques, par-delà des frontières françaises (Fleury, Walter, 2015). Aujourd’hui, avec une histoire de presque 15 ans, si la revue n’a plus de preuves à faire en termes scientifiques, elle a, en revanche, un nouveau défi à relever, notamment après son passage à la version numérique : celui de sa visibilité internationale. Grâce à cette nouvelle rubrique, Questions de communication souhaite s’ouvrir à des publics non francophones, en leur proposant des articles en langue originale. Ceux-ci prendront pour objet des postures théoriques, des questions méthodologiques ou bien des parcours individuels de recherche dans le domaine de la communication. Ils seront toujours introduits d’une brève présentation en français des thèses discutées dans le texte et de leurs auteurs. Pour le lancement d’« En vo », notre attention s’est portée sur un chercheur venant d’une institution étasunienne, s’exprimant en anglais. « Comment cela pourrait en être autrement ? », diront certains, à l’époque de l’anglais lingua franca du monde contemporain… Certes, mais il ne faut pas oublier que la recherche francophone entretient historiquement des relations intenses avec le monde anglo-saxon, marquées par de nombreux échanges transatlantiques entre quelques-uns des plus grands intellectuels de nos temps (Cusset, 2003).

2Pourtant, la question linguistique ne renvoie pas uniquement à des considérations d’efficience communicationnelle : la langue n’est pas un « simple outil de communication véhiculant de manière la plus transparente possible des objets de savoir », mais aussi « un outil de médiation pour élaborer, (re)formuler, développer, négocier, problématiser des savoirs » (Steffen et al., 2015 : 350). Pour paraphraser Ludwig Wittgenstein (1921), « les limites de notre langue signifient celles de notre monde » et, en ce sens, le changement de langue est aussi un changement de culture, une exposition à un nouvel univers qui dispose de ses propres règles. Passer d’une perspective mono à une posture pluri (Steffen et al., 2015 : 350) conduit à proposer de nouveaux regards sur la culture scientifique et sur la construction de la recherche, tout en promouvant l’interdisciplinarité, dont l’importance est particulièrement soulignée au sein des sciences de l’information et de la communication. Dans cette optique, nous espérons qu’« En vo » intéressera également nos publics francophones, qui suivent depuis des années l’évolution de la revue et plébiscitent avec leur intérêt constant ses choix éditoriaux. Nous aspirons à ce que ceux-ci trouvent dans cet espace, plutôt inhabituel, de nouvelles manières pour penser les objets, les méthodes et les cultures de la recherche. Nous laissons alors aux lecteurs qui le veulent – et qui certainement se reconnaîtront dans ces lignes – la délectation de lire des propos tels qu’ils ont été pensés et mis en mots par leurs auteurs, le plaisir de se laisser porter par les univers des langues et leurs secrets intimes. Lost in translation ? Non, pas dans cette rubrique…

Haut de page

Bibliographie

Cusset F., 2003, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, Éd. La Découverte.

Fleury B., Walter J., 2015, « Revue Questions de communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication. Accès : http://rfsic.revues.org/1575. Consulté le 17/02/16.

Steffen G., Sedooka A., Paulsen T., Darbellay F., 2015, « Pratiques langagières et plurilinguisme dans la recherche interdisciplinaire : d’une perspective mono à une perspective pluri », Questions de communication, 27, pp. 323-352.

Wittgenstein L., 1921, Tractatus Logico-Philosophicus, trad. de l’allemand par D. F. Pears et B. F. McGuinness, Londres, Routledge, 1961.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angeliki Monnier, « « En VO » ou le pari du plurilinguisme », Questions de communication, 29 | 2016, 375-376.

Référence électronique

Angeliki Monnier, « « En VO » ou le pari du plurilinguisme », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 07 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/10516

Haut de page

Auteur

Angeliki Monnier

pour la direction et le comité de rédaction
Centre de recherche sur les médiations
Université de Haute-Alsace
F-68093
angeliki.monnier@uha.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page