Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Notes de rechercheSe mouvoir par-delà les frontière...

Notes de recherche

Se mouvoir par-delà les frontières au moyen d’un projet bénévole

Moving across Boundaries through a Volunteering project
Marie-Claude Plourde, Consuelo Vásquez et Sophie Del Fa
p. 287-308

Résumés

L’article repose sur une étude ethnographique menée en collaboration avec la Société canadienne du cancer sur l’un de ses programmes de prévention, le réseau d’autobus pédestres nommé Trottibus. À partir d’une réflexion portant sur l’organisation bénévole qui s’inscrit dans une approche constitutive de la communication organisationnelle, nous montrons les effets du mouvement de ce projet de bénévolat sur le plan social en questionnant comment, en tant que mode particulier d’organisation, celui-ci déplace les frontières dans un quartier. Pour ce faire, nous explorons empiriquement : (1) comment le Trottibus permet de traverser les frontières entre les générations par le renforcement des liens bénévoles-enfants par la nature même de l’activité qu’il promeut : le transport actif ; (2) en quoi ce mouvement à travers les frontières favorise le sentiment d’appartenance au quartier et génère l’autonomie des enfants dans leur réappropriation de l’espace urbain ; et, par conséquent, (3) dans quelle(s) mesure(s) le Trottibus floute les frontières de l’École par son déplacement de l’extérieur vers l’intérieur (et vice versa). De l’intégration de ce projet bénévole dans une collectivité scolaire, nous concluons sur le renouvellement du rôle de l’École en tant qu’espace rassembleur et générateur d’une vie communautaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier tous les participants au Trottibus ayant contribué de près ou de loin à cet (...)

1La recherche sur le bénévolat s’est traditionnellement centrée sur la personne du bénévole (Hustinx, Handy, Cnaan, 2010) ; le bénévolat y est principalement abordé comme un comportement individuel (et souvent prévisible) déterminé par des catégories structurelles et culturelles1. Dans cette littérature, la participation des bénévoles s’explique par une uniformisation et une simplification de leurs activités, de même que par une vision épisodique et ponctuelle de leurs actions. Il en résulte une conception partielle qui ne rend pas compte des caractères situé, collectif et dynamique du phénomène organisationnel qu’est le bénévolat (ibid., 2010). C’est pourquoi cet article étudie un projet de bénévolat « en action » en interrogeant les pratiques communicationnelles qui le font se mouvoir.

  • 2 Un autobus pédestre consiste en un service d’accompagnement, par la marche d’enfants en bas âges ve (...)

2Pour ce faire, nous adoptons une posture pragmatique pour laquelle « l’action est dominante dans les processus de modélisation de la pensée, qu’elle en soit le motif de création ou de modification » (Morandi, 2004 : § 4). C’est à partir d’une démarche ethnographique que nous étudions comment, dans la communication, se constitue, se maintient et se transforme un projet de bénévolat pour ensuite saisir la manière dont il agit sur la communauté dans laquelle il s’inscrit. Concrètement, l’étude porte sur le Trottibus, un projet de prévention de la santé mis en place par la Société canadienne du cancer (scc) qui consiste au développement d’un réseau d’autobus pédestres2 dans les écoles primaires du Québec. Cette initiative inspirée de projets de transports actifs présents à travers le monde est, dans le cas à l’étude, déployée grâce à la force bénévole. En effet, ce sont les bénévoles recrutés par la scc qui, littéralement, « font rouler » les Trottibus en coordonnant leur mise en place dans les écoles, en accompagnant les enfants et en promouvant les valeurs du projet dans ces écoles et leurs communautés (Del Fa, Vásquez, Plourde, à paraître).

3Suivant ce contexte empirique, et afin de combler la brèche scientifique évoquée, la perspective d’analyse se situe au niveau des acteurs de l’organisation bénévole, soit les parents des comités bénévoles et le personnel des écoles directement impliqué. L’objectif est d’explorer comment le projet Trottibus se déplace et, par le fait même, déplace les frontières d’une école et de sa communauté. Ces déplacements sont centraux pour comprendre l’action du Trottibus sur la communauté qui gravite autour d’une école. Les résultats de l’étude montrent que, au-delà des objectifs de prévention de la santé par le transport actif, le Trottibus permet de tisser les liens sociaux en faisant de l’école un milieu de vie et de partage ancré dans un quartier.

4Dans ce qui suit, nous introduisons l’approche communicationnelle mobilisée pour ensuite définir les concepts de mouvement et de projet sur lesquels s’appuie l’analyse. Puis, nous présentons les résultats de l’étude ethnographique qui révèle les différents déplacements induits par le Trottibus. Pour ce faire, nous explorons plus particulièrement comment : (1) le Trottibus permet de traverser les frontières entre les générations par le renforcement des liens (affectifs) bénévoles-enfants par la nature même de l’activité qu’il promeut, à savoir l’activité physique ; (2) ce mouvement du projet à travers les frontières – mais aussi le mouvement des frontières par le projet – favorise le sentiment d’appartenance au quartier et génère l’autonomie des enfants dans leur réappropriation de l’espace ; (3) le Trottibus permet de flouter les frontières de l’école par son déplacement de l’extérieur vers l’intérieur de l’établissement (et vice versa). Nous concluons sur le renouvellement du rôle de l’école, un des effets du Trottibus, en tant qu’espace rassembleur et générateur d’une vie communautaire.

Le mouvement du projet bénévole par et dans la communication

Une approche communicationnelle : communiquer, c’est agir ensemble

5L’approche communicationnelle adoptée dans cette étude s’inscrit dans une perspective constitutive de la communication organisationnelle, nommée en anglais communicative constitution of organization (cco) approach (Brummans, Cooren, Robichaud, Taylor, 2014). Cette perspective souligne la force créatrice de la communication dans la mise en mouvement de l’organisation en s’intéressant aux interactions, au langage (les mots, les symboles, les textes), aux actions et aux négociations de sens entre les acteurs (Cooren, Robichaud, 2011). L’approche cco soutient l’idée que la communication n’est pas seulement un outil permettant au social de s’exprimer, mais qu’elle participe à sa construction, sa maintenance et sa transformation (Cooren, Kuhn, Cornelissen, Clark, 2011). Suivant cette logique, communiquer est bien plus que donner de l’information ou en recevoir : communiquer, c’est agir ensemble.

6Comprendre les collectifs comme un « agir commun » par et dans la communication permet de rendre compte de l’organisation bénévole comme d’un ensemble de processus intimement liés à l’expérience d’interagir avec d’autres (Barge, Fairhurst, 2008) ; ces « autres » étant ici les bénévoles, les bénéficiaires et leur communauté. Nous employons l’expression communauté au sens de Mavis G. Sanders et Claudia Galindo (2014). La communauté d’un Trottibus englobe d’abord le quartier d’implantation, lequel est géographiquement circonscrit et régi par les réglementations municipales qui orientent ses points de services et délimitent ses ressources. Puis, par la communication introduite avec l’arrivée d’un Trottibus, cette communauté s’enrichit d’un nouvel ensemble de relations sociales entre des personnes ou des groupes de personnes partageant des intérêts, des activités, des valeurs et des projets.

7Cet « agir commun » permet aussi d’intégrer les caractéristiques (autant physiques que symboliques, ce que nous développons au point suivant) spécifiques de l’environnement du projet en termes de « relationalité ». Selon Dominique Meunier (2007 : 326), cette dernière « n’est [pas jouée] d’avance, rien n’est “donné” et l’action de mettre en relation transforme du même coup ces objets et ces sujets par rapport à ce qu’ils étaient avant leur mise en relation ». Par conséquent, comme l’action de mise en relation est un processus perpétuellement renouvelé et constitutif des identités, l’auteure spécifie que les rôles dans un projet ne sont jamais déterminés. L’organisation et sa ré-organisation adviennent par et dans la relationalité. Ainsi un projet – soit un espace d’agir commun et de mise en relation avec l’environnement – ne doit-il pas être envisagé « avec des frontières définies a priori et fixes, mais plutôt comme fluide et mouvant » (ibid.).

8Suivant la perspective cco, qui met en exergue l’interaction comme le site d’un travail de sens collectif, une posture pragmatique est tout indiquée pour étudier l’agir commun d’un projet tel le Trottibus. L’action étant ainsi révélatrice de l’orientation du sens constitué (Dewey, 1910), et continuellement actualisée, le chercheur peut alors explorer le savoir des acteurs au travers de leurs actions, mais aussi de son action conjointe. Il s’agit alors pour le chercheur « d’assurer les liens et la direction de l’expérience » (Morandi, 2004 : § 12), par une participation sur une longue période.

9En résumé, nous pouvons déjà entrevoir l’espace du projet comme s’organisant communicationnellement et possédant des frontières mouvantes par les transformations des relations entre les différents acteurs, et des acteurs avec leur environnement. Dans cette perspective, ses frontières ne sont jamais fixes, elles se déplacent perpétuellement à travers les pratiques communicationnelles des acteurs dont l’observation nécessite une posture pragmatique. Maintenant que nous avons posé la communication comme une force constitutive de l’organisation, approfondissons les notions de mouvement et de projet que nous articulons pour rendre compte des effets de déplacement du projet bénévole.

Se mouvoir d’un point de vue communicationnel

10Si la notion de déplacement renvoie communément à un mouvement physique d’un lieu vers un autre, elle s’applique aussi au déplacement des mots, du discours et du sens (Jolivet, Vásquez, 2013 ; Centre national de ressources textuelles et lexicales, 2012). Cependant, ce déplacement des objets symboliques ne peut s’opérer que dans une relation avec un autre, par un acte de transmission. Par exemple, nous dirons d’un rêve qu’il se déplace seulement dans l’acte narratif ou, encore, nous parlerons du « sens d’un contrat » que dans l’acte d’interprétation qui sera engagé par l’une ou l’autre des parties concernées. Autrement dit, se déplacer réfère à un mouvement physique (matériel) tout autant qu’à un déplacement symbolique lorsque nous sommes collectivement impliqués.

  • 3 Le nombre d’enfants dans un groupe peut varier entre 5 et 12 selon les écoles et la demande. Pour d (...)

11Le Trottibus met en œuvre l’une et l’autre de ces dimensions du déplacement. D’une part, il se déplace physiquement, comme en témoigne le tracé sur la carte du trajet d’un groupe de marcheurs (figure 1). Le mouvement se matérialise dans ce groupe de personnes qui marchent tous les matins de la semaine, de chez eux vers l’école3. D’autre part, le mouvement du Trottibus est promu par le discours de la scc sur la prévention de la santé par le transport actif. Le sens de ce discours se déplace d’un acteur à l’autre du projet, opérant alors une translation : c’est-à-dire que le sens du projet est approprié selon les motifs, les actions et les situations (personnelles ; familiales ; horaire de travail ; etc.) de ceux qui s’y impliquent.

  • 4 Cette carte provient de la page Trottibus du site internet de l’École des Deux-Ruisseaux. Accès : h (...)

Figure 1. Carte d’un trajet de l’École des Deux-Ruisseaux (Gatineau, Québec)4

Figure 1. Carte d’un trajet de l’École des Deux-Ruisseaux (Gatineau, Québec)4

12Pour ainsi dire, se mouvoir réfère aux déplacements physiques des enfants et des acteurs de l’organisation bénévole, notamment suscités par le sens qu’ils donnent au Trottibus. Lié à l’« agir commun » précédemment défini, le projet à la fois se meut – s’anime, persiste, change et évolue – métaphoriquement, alors même qu’il meut physiquement et symboliquement ses acteurs.

L’agir ensemble : le mouvement par projet

13Notre prémisse de départ, quant à la signification du terme projet, est la suivante : en tant que modalité particulière d’organisation fondée sur des modes d’anticipation (projection temporelle et spatiale), le projet est moteur de mouvements. Décomposons cette proposition : premièrement, le projet est moteur de mouvements au niveau des acteurs du projet, car un projet ne se réalise jamais sans l’intervention de plusieurs tiers. Par exemple, comme le suggère Jean-Pierre Boutinet (1990), un « projet de vie » requiert la participation de divers acteurs pour être mené à bien, il est donc collectif (pensons à la famille, aux amis, à l’entourage professionnel ou encore aux coachs de vie ou aux psychologues qui peuvent y intervenir). Ainsi le projet suppose-t-il un « agir commun » et, donc, une forme de communication. Par conséquent, en tant qu’espace de mise en relation où les rôles des acteurs sont toujours redéfinis par un travail de construction de sens collectif, le projet devient un « espace de médiation » où la relationalité est négociée (Meunier, 2007). Autrement dit, les rôles des acteurs se déplacent par la reconstruction de sens au fil de l’évolution du projet et, conséquemment, un déplacement des frontières de leur champ d’action s’opère.

  • 5 Cet exemple est purement symbolique comme le « projet de vie » qui est invisible à l’œil nu.

14Deuxièmement, l’objet même d’un projet se déplace de son état initial vers sa concrétisation ; paradoxalement, cette concrétisation augure sa « mort » (Boutinet, 1990). En effet, « le projet est une forme d’organisation temporaire, marquée par sa finitude […] qui trouve son aboutissement dans un changement des comportements » (Jolivet, Vásquez, 2013 : 336). Cette assertion souligne les qualités autant matérielles que symboliques du projet : lorsque nous pensons, par exemple, au projet d’architecture, nous envisagerons le bâtiment complété comme le signe de la fin du projet. De même, un changement définitif de nos habitudes de vie initié par un désir de changement personnel5 est tout aussi significatif de l’aboutissement d’une projection initiale. Le projet en tant qu’objet est lui-même engagé dans un déplacement, un mouvement particulièrement lié à sa dimension temporelle.

15Comme l’illustrent ces deux types de mouvement, de nos jours, la notion de projet s’est complexifiée en incluant une forte dimension prévisionnelle – à sa simple anticipation (Boutinet, 1990) – observable dans les pratiques de management par projet tout particulièrement. Dans cette optique, et pour intégrer un troisième et dernier exemple de déplacement, dans un ouvrage collectif sur la gestion de projet, Consuelo Vásquez (2012) écrit que, une fois une idée identifiée et son objectif défini, il est de pratique courante d’en prévoir les étapes de réalisation. Il y a écriture du script – entendu comme un scénario, communément utilisé en télévision et au cinéma, soit la trame directrice des actions à venir. C’est-à-dire que, outre le déplacement des acteurs et de l’objet du projet en cours d’évolution, il y a aussi un déplacement du script du projet en cours de complétude par ses auteurs (ibid.). Ainsi ces modifications engendreront-elles un déplacement des frontières du champ d’action du projet lui-même. À cela, l’auteure ajoute que, comme les acteurs sont à la fois au-dessus et au-dessous du script (c’est-à-dire que, à travers leurs pratiques communicationnelles, ils peuvent modifier le script tout autant qu’ils peuvent être en situation d’obéissance au script), il y a une transformation dans leur rôle qui se traduit par un nouveau mouvement des frontières. Cela fait écho aux propos de Dominique Meunier (2007) exposés précédemment sur la négociation des identités par la transformation des mises en relation.

16Ces trois types de déplacement associés au projet – déplacement des acteurs, de l’objet et du script – découlent de ce qu’Alexia Jolivet et Consuelo Vásquez (2013) nomment un « travail de sens ». Le terme travail souligne l’important investissement des acteurs d’un projet pour mettre en mots et en actes les mouvements désirés et nécessaires. Les mêmes auteures expliquent d’ailleurs que « le travail de déplacement [met] l’emphase sur ces actions communicationnelles à travers lesquelles les acteurs créent collectivement un sens de/pour leurs actions et, ce faisant, déplacent (c’est-à-dire, changent de place) » le projet (ibid. : 325).

17Le projet Trottibus articule ces divers registres par la nature même de ses engagements : il vise le changement de comportements en matière de saines habitudes de vie et, en même temps, il repose sur le bénévolat pour atteindre ses objectifs. Le travail de déplacement porte donc sur les personnes qui en sont les acteurs (la scc, les bénéficiaires, les bénévoles et la communauté), sur l’objet à la fois physique et symbolique à déplacer (les enfants et les saines habitudes de vie) et sur le modèle d’opération du projet, ce que nous avons appelé le script. Fait intéressant, comme nous le verrons dans la prochaine section, ces divers déplacements en produisent un nouveau, celui du champ d’action du projet qui n’était pas prévu par les initiateurs du Trottibus : nous avons observé un déplacement de l’école vers la communauté du quartier.

18Ces bases théoriques permettent de retenir deux idées pour étudier le mouvement d’un projet de bénévolat : le projet est un mode particulier d’organisation fondé sur des logiques d’anticipation et de déplacement des frontières ; le travail de sens – en tant que signification et direction – est au cœur du mouvement généré par un « agir commun » qui, par définition, est communicationnel. Suivant le cadre conceptuel développé ici, la troisième section explore empiriquement le mouvement d’un projet de bénévolat en l’ancrant dans l’étude du Trottibus. Nous y discutons la manière dont ce dernier déplace les frontières de l’école dans le sens où il rend poreuses les limites école/quartier. D’abord, présentons quelques éléments contextuels par une brève note méthodologique.

Suivre un projet bénévole : note méthodologique

  • 6 Il est prouvé que la pratique régulière d’activités physiques, telle la marche, contribue à diminue (...)

19Dans le cadre de cette recherche, et suivant une démarche ethnographique (Ybema, Yanow, Wels, Kamsteeg, 2009), nous avons suivi un projet de prévention de la santé de la scc, soit le Trottibus. Ce projet promeut le transport actif à travers la mise en place d’un réseau d’autobus pédestres dans les écoles primaires de la province du Québec. La mission du Trottibus est de modifier les comportements des jeunes et de leurs familles vers l’intégration de saines habitudes6 de vie dans le but de prévenir le développement de maladies tel le cancer. Ainsi ce projet souhaite-t-il intégrer la marche dans le quotidien des enfants afin qu’ils adoptent cette habitude, mais aussi pour qu’ils la transmettent à leur entourage en tant qu’activité physique qui les maintient en bonne santé.

20Comme mentionné en introduction, le Trottibus repose essentiellement sur l’implication bénévole. La scc accompagne et outille les parents qui souhaitent implanter un Trottibus dans l’école de leurs enfants. D’abord, un comité de parents-bénévoles est formé afin de coordonner les activités du projet : recrutement d’enfants marcheurs (premiers bénéficiaires), de parents marcheurs, de bénévoles de la communauté et du quartier (des individus sans attache directe avec les premiers bénéficiaires) ; conception des trajets de l’autobus pédestre ; coordination avec l’administration de l’école ; etc. Un premier déplacement s’observe, celui de l’objet du projet : le Trottibus passe des mains de la scc à celles des parents.

21L’étude dont cette analyse est issue s’est échelonnée sur trois ans, entre 2011 et 2014. Elle est en grande partie fondée sur la participation de Consuelo Vásquez comme bénévole à la SCC et, plus particulièrement, sur son implication dans le comité Trottibus de l’une des trois écoles étudiées. La collecte des données a été effectuée à travers des observations participantes (par une participation bénévole dans les réunions du comité Trottibus d’une école et de la scc, puis comme marcheuse et, ponctuellement, comme animatrice promotionnelle du Trottibus) et a impliqué la prise de notes (trois journaux de bord de 100 pages), l’enregistrement audio et/ou vidéo des réunions et des prises photographiques. Cette méthode s’est avérée pertinente pour une démarche qui cherche à comprendre le mouvement de l’organisation bénévole. Nous rejoignons Haridimos Tsoukas et Robert Chia (2002 : 571) qui affirment que « c’est seulement en nous plaçant au centre d’un phénomène que nous pouvons espérer le connaître de l’intérieur » (nous traduisons).

  • 7 L’analyse de contenu manuelle fut triangulée par la participation active des trois auteures de l’ar (...)

22Cette première méthode a été doublée d’entretiens (26 au total) avec des bénévoles, des employés de la scc et le personnel des trois écoles opérant un Trottibus ciblées pour cette recherche, de même que d’une analyse documentaire portant sur le projet Trottibus et de manière plus large sur des projets de transport actif. C’est à travers une analyse de contenu manuelle7 des entrevues (Wanlin, 2007) que nous avons circonscrit les propos des participants au Trottibus qui exprimaient les notions de mouvement et de frontière. Les données construites par les entretiens et les documents ont permis de mettre en évidence le sens octroyé au Trottibus par ses acteurs, ce qui a facilité la validation de nos données d’observation.

23L’approche méthodologique adoptée dans cette étude découle des prémisses conceptuelles d’une perspective cco qui permet de comprendre les dynamiques à l’œuvre entre différents acteurs et la portée du projet à son échelle méso, soit celle du projet de bénévolat. C’est pourquoi, nous nous intéressons plus particulièrement ici aux dynamiques communicationnelles à l’œuvre au sein des comités de parents bénévoles et avec leur école. Par conséquent, nous observons les déplacements opérés au niveau des relations entre les acteurs (et non pas une observation centrée sur la personne du bénévole), mais aussi les effets du projet sur les acteurs et la communauté de l’école.

Le Trottibus, un projet qui déplace les frontières

24Dans cette section, nous examinons les répercussions du mouvement du Trottibus à l’extérieur de l’école, c’est-à-dire dans la communauté de son quartier. Nos analyses montrent que le Trottibus ouvre les frontières conventionnelles de l’école afin de rassembler la collectivité attenante. Outre la mise en évidence de cette perméabilité, elles mettent en lumière le déplacement des frontières. Cela s’opère notamment par la transformation des relations aux frontières à travers différents processus de constructions de sens liés au projet (Jolivet, Vásquez, 2013  ; Cooper, 1992). D’une part, par les interactions intergénérationnelles et l’esprit de collectivité générés par le Trottibus et, d’autre part, par un déplacement des valeurs qui tend à modifier intrinsèquement certaines mœurs.

D’une génération à l’autre, marcher et socialiser synonymes de santé

25La genèse du projet Trottibus se caractérise par une recherche active de bénévoles par la scc dans les quartiers où elle souhaite implanter le projet, peu importe leur âge ou leur profession, et indépendamment du fait qu’ils possèdent un lien ou non avec l’école. Car :

  • 8 Accès : www/trottibus.ca (« Portraits de bénévoles »).

« [l]es bénévoles de la Société canadienne du cancer proviennent de toutes les tranches d’âge, sont issus de différentes cultures et possèdent diverses aptitudes et expériences. Chaque bénévole participe à notre mission à sa manière, en faisant don de son temps, de son énergie et de son talent »8..

  • 9 Nous utilisons des pseudonymes afin de respecter la confidentialité des participants.

26De ce fait, certaines écoles profitent encore aujourd’hui d’une force bénévole sans attachement direct avec les enfants qui marchent, les bénéficiaires premiers du Trottibus. Au cours de la recherche, nous nous sommes notamment entretenues avec deux bénévoles retraitées qui marchent de manière hebdomadaire, Annie et Manon9. Appuyés par ceux d’autres participants, leurs propos permettent de considérer le Trottibus comme un projet à caractère intergénérationnel. Cette première caractéristique nous conduit à explorer deux thèmes qui démontrent les avantages de mettre en contact jeunes et moins jeunes : la socialisation et la santé.

27Pour ces deux bénévoles, même si nous pouvons affirmer que l’aspect socialisant du Trottibus n’est pas de même nature, il est néanmoins essentiel. Manon voit d’abord dans le projet un espace de rencontres pour les personnes plus âgées. À travers son implication, elle recherche un contact humain. Selon elle, cet élément devrait être davantage exploité pour recruter des bénévoles retraités. À cet effet, et à titre d’exemple, elle suggère l’accès à une salle de réunion dans l’école, une fois par semaine après la marche, pour prendre un café et discuter informellement. À ses yeux, cela permettrait de renforcer l’aspect intergénérationnel du projet en plus de créer un lien direct entre les personnes issues de la communauté attenante à l’école. Nous proposons de traduire cela en termes de frontières : Manon désire créer des liens affectifs supplémentaires qui flouteront les frontières entre l’école et sa communauté.

28Manon est une personne seule ayant grandi au sein d’une famille nombreuse  ; lors de l’entretien elle a exprimé son besoin d’être entourée. Le groupe qu’est la famille lui tenant à cœur, le Trottibus est un moyen pour elle de renouer avec un environnement intergénérationnel auquel elle n’a plus accès au quotidien. Elle déplore que, dans la société d’aujourd’hui, nous vivons plutôt en silo, groupé en fonction des tranches d’âge. Manon s’épate de la force du Trottibus qui brise cette réalité. Elle affirme à maintes reprises « aimer » les enfants et que ce projet lui donne l’occasion d’être en contact avec eux. Voici un bon exemple, cité par Catherine (ancienne parent bénévole, entretien, nov. 2014), d’une saine relation d’amitié entre un parent bénévole et un retraité qui s’est développée au sein du Trottibus :

  • 10 Les extraits d’entretiens retranscrits dans cet article ont été adaptés/corrigés pour le format écr (...)

« Puis ce père que j’ai en tête […] sa plus jeune [enfant] est en 4e année et elle n’a plus besoin de marcher avec le Trottibus […]. Elle marche avec mon garçon de 4e année. [Ce père], il n’a plus besoin de marcher avec le Trottibus […] c’est fini, mais il a continué à y aller, parce qu’ils ont pris l’habitude le jeudi, [nom du bénévole de la communauté] et lui, de revenir marcher ensemble et d’arrêter au [café du coin] pour aller prendre un café ensemble, c’est pas cute  ? [Rires] Tu sais, il y a quand même des affaires, des amitiés qui se sont développées et puis c’est important de garder cela »10.

29Quant à Annie, sa motivation est la socialisation directe avec les enfants et le plaisir de les voir grandir. Ainsi la rencontre entre les générations est-elle essentielle : « La socialisation, c’est un facteur de bonne santé aussi » (Manon, novembre 2014). Aux dires des plus âgés, le contact avec les enfants leur permet de rester jeunes, en bonne santé et leur apporte beaucoup de bonheur.

30Inversement, les plus âgés sont eux aussi d’un apport non négligeable aux enfants. Nous prendrons l’exemple de monsieur Faucher, un bénévole retraité impliqué depuis plusieurs années qui, chaque semaine, prépare des jeux de connaissances pour les marcheurs. La réputation de monsieur Faucher n’est plus à faire auprès des enfants et des parents dans la mesure où il a créé des liens d’amitié avec chacun d’entre eux. Ainsi, bien que l’aspect intergénérationnel, au centre du développement et de la cohésion sociale, soit de plus en plus rare aujourd’hui, il est encouragé et réintroduit par le Trottibus.

31Les avantages de l’activité physique sur la santé des enfants ne sont plus à prouver (Jeune en forme Canada, 2013  ; Gouvernement du Canada, 2011), sans parler de la prédisposition à un meilleur apprentissage qu’offre la marche matinale, argument systématiquement utilisé dans les entrevues et soutenu dans la littérature (Jeune en forme Canada, 2013). Ces bénéfices sont tout aussi présents pour les personnes âgées et les parents : à partir d’un certain âge, se garder physiquement actif aide à préserver ses capacités physiques et intellectuelles plus longtemps. Voici les propos de Léo, étudiant en kinésiologie, stagiaire à la scc (novembre 2012) :

« Les personnes âgées […] sont plus réceptives au discours de l’activité physique en lien avec la santé parce que cela les concerne très directement. Donc ces personnes-là, on va essayer de leur présenter cela finalement comme une façon de conserver leur autonomie. […] Et c’est la vérité […], plus ils marchent longtemps [et] plus ils conservent leur équilibre longtemps et tout cela, ils [se préviennent contre] l’ostéoporose et le cancer ».

32Toutefois, toutes les activités sportives n’ont pas nécessairement le pouvoir de s’adresser à des personnes de tous âges ou, du moins, elles n’ont pas toutes le mérite d’être intergénérationnelles et facilement accessibles dans leurs pratiques. En ce sens, la marche offre cette opportunité aux enfants et aux retraités : le projet Trottibus permet, de surcroît, de partager une activité physique bénéfique pour le maintien de leur santé.

  • 11 Voici le slogan introductif du site internet du projet Trottibus : « Le Trottibus de la Société can (...)

33Pour résumer, le Trottibus s’avère un lieu de rencontres et d’apprentissage pour des gens de tous âges : les plus petits y trouvent des confidents et des amis qui partagent leurs passions. Les plus grands, quant à eux, retrouvent l’amour de la simplicité et l’appréciation des petites choses du quotidien au contact des plus petits par le biais de la marche, une activité physique accessible. Par ces éléments, soit un travail de sens des acteurs autour de l’objet du projet, le Trottibus redéfinit les frontières école/communauté, et ce, au-delà de sa raison d’existence (la prévention du cancer). En effet, le leitmotiv11 du projet est orienté sur la marche et l’encadrement sécuritaire qu’il permet, cela, sans mention ces dimensions affectives (sociale et intergénérationnelle) alors qu’elles priment pour ceux qui s’impliquent. De plus, par l’inclusion de plusieurs générations dans l’opération, la responsabilité des enfants, souvent consignée à l’école et à la famille, est maintenant partagée avec les bénévoles de la communauté (pères, mères, grands-parents, tantes, oncles, voisins, etc.).

« S’approprier son trottoir » par les déplacements foyer/école

34De nos jours, pour diverses raisons, les enfants semblent de moins en moins présents dans les rues  ; cette observation est corroborée par l’organisme Jeunes en forme Canada (2013). Nous associons ce phénomène à l’avènement des technologies : d’abord, par un attachement des familles québécoises à la télévision comme nouveau « foyer » (centre de rassemblement), puis par la prolifération des consoles de jeux et des dispositifs numériques (ibid.). À cela, s’ajoute la tendance des dernières décennies à privilégier l’utilisation de la voiture au détriment de la marche ou des transports collectifs (Statistics Canada, 2012). Enfin, nous pouvons observer un dernier phénomène accentuant cette immobilité des jeunes : une surprotection parentale grandissante (ibid.  ; Stickler, 1996). Les croyances selon lesquelles un « apprentissage par essais et erreurs » s’estomperait conduisent les enfants à être de plus en plus contraints par des interdits et une surveillance accrue des parents. De fait, jouer à l’extérieur d’un périmètre délimité par l’autorité parentale n’est plus considéré comme étant sûr (Jeunes en forme Canada, 2013  ; Stickler, 1996).

35En d’autres mots, pour un enfant, s’approprier sa rue, sa ruelle, son trottoir (son environnement) n’est plus dans les mœurs (Stickler, 1996  ; Juster, Ono, Stafford, 2004). À l’encontre de cette tendance sociale, nos analyses révèlent que le Trottibus offre justement la possibilité de « s’approprier son trottoir ». C’est sous les thèmes de l’appartenance et de la sécurité que nous explorerons comment le projet déborde l’enceinte de l’école et du foyer et autonomise les enfants et les parents qui prennent plaisir à (re)découvrir et à connaître leur quartier.

36Au point précédent, nous avons soulevé une tendance à l’individualisation particulièrement liée à une sectorisation des activités sociales en fonction des tranches d’âges. Cette individualisation va beaucoup plus loin : nous connaissons de moins en moins notre voisinage et, pour certains (particulièrement les habitants des zones suburbaines), les heures passées sur la route abrègent le temps qui pourrait être investi à s’impliquer dans son quartier et à s’y familiariser davantage (Manon, novembre 2014).

37Par exemple, lorsqu’elle était encore professionnellement active, Manon passait très peu de temps chez elle et dans son quartier. À la retraite, elle a réalisé qu’elle ne le connaissait pas les gens de son voisinage. Lors de son entrevue, elle souligne l’importance de la dimension « locale » du Trottibus : ce projet lui a permis de connaître les jeunes familles et les enfants avoisinants, ce qui a contribué à fortifier son sentiment d’appartenance à son quartier mais aussi à se sentir utile par son aide hebdomadaire aux parents. Quant à Annie (bénévole de la communauté, nov. 2014), dont l’intérêt à socialiser avec les autres bénévoles du Trottibus n’était pas primordial, elle affirme bénéficier dans son quotidien de la familiarité qui s’est développée entre eux :

« Et c’est aussi agréable de sentir qu’il y a plus de monde qu’on connaît dans la rue. Donc quand on sort, quand on va à l’épicerie, […] il y a plus de monde à qui on dit bonjour. C’est le fun ça ».

38Le Trottibus, de prime abord lié à l’école et aux enfants qui en sont les premiers bénéficiaires, touche aussi ceux qui ne sont pas initialement et directement visés grâce à la création de liens d’appartenance à leur environnement. Nous observons dans ces données une modification des identités des acteurs. D’une part, la création de ces liens d’appartenance est bénéfique pour les bénévoles de la communauté et non pas seulement aux enfants marcheurs. Il y a donc un déplacement des liens d’appartenance par le projet et non pas au projet et, par conséquent, un déplacement du champ d’action du projet qui s’étend au quartier en dehors des heures de marche et en favorise l’appropriation. D’autre part, pour les enfants et pour les parents, la création de liens et la solidification du sentiment d’appartenance au quartier se font aussi dans la mesure où le Trottibus conduit les parents à confier leurs enfants à des inconnus et, inversement, conduit les bénévoles à s’occuper des enfants des autres. Ainsi, pour Sabrina (parent bénévole, décembre 2014), cela renforce-t-il le lien collectif même s’ils ne se côtoient pas plus intimement. De plus, sans considérer ses pairs bénévoles comme des amis, elle est heureuse des liens développés avec les parents qu’elle croise le plus souvent (les membres du comité par exemple) : grâce au Trottibus, une familiarité s’est installée. Quant aux enfants, Paola (coordonnatrice, nov. 2014) souligne le bénéfice qu’ils en retirent : elle s’émerveille du plaisir qu’ils ont à reconnaître la maison de leurs amis, ce qui d’ailleurs participe à la solidification de leur réseau social. Autant de relations participant au mouvement du projet bénévole.

39Le Trottibus permet donc aux enfants d’apprivoiser leur environnement physique et de développer une confiance pour se déplacer seuls à proximité de leur maison. Leslie (parent bénévole, janvier 2015) relate un épisode qui l’illustre : alors que toute la famille se trouvait au terrain de balle à proximité de l’école pour encourager son cadet, sa fille se plaignant de devoir assister au match, est retournée seule à la maison en marchant. Cette histoire a bien fait parler, car c’est Louise – une autre maman bénévole de cette école – qui nous l’a d’abord relatée en entrevue. Leslie nous a spécifié que cela les avait tous surpris car sa fille, de nature craintive, n’a pas l’habitude de se promener seule. Cette anecdote, nous amène à nous demander si l’initiative de la petite fille est liée au Trottibus à l’instar de ce que Leslie, sa maman, affirme.

40Nathalie, enseignante, abonde en ce sens : « Marcher pour se rendre à l’école c’est une bonne façon de découvrir son quartier ». Elle ajoute une nouvelle dimension : faire le trajet tous les matins permet de graver dans la mémoire l’expérience de son quartier et de ses années d’écoles. Marcher pour se rendre à l’école, c’est aussi un moyen de construire les souvenirs. Pour elle, ce trajet routinier est attaché à l’expérience des enfants « d’être à l’école », il fait partie de ce lieu où nous bâtissons nos premiers apprentissages, où nous tissons nos premières amitiés, et où nous acquérons une autonomie. Ainsi « les années d’école » ne sont-elles pas seulement figées dans ce qui se passe entre ses murs, mais sont aussi liées aux relations entre amis qui se créent dans l’espace périphérique : au coin de la rue où nous nous attendons pour nous y rendre ensemble le matin, au parc où nous nous arrêtons à la fin de la journée avant de rentrer à la maison, au coin de la table dans la maison de l’un ou de l’autre où nous nous entraidons avec nos devoirs, etc.

  • 12 À titre indicatif et pour soutenir cette dernière remarque, une étude de Xerfi (2016) montre que la (...)

41Ces souvenirs diffèrent légèrement pour d’autres ayant eu l’opportunité de grandir dans « leur rue » : d’y courir et d’y jouer au hockey bottine sans se soucier des voitures. Car, à une certaine époque, les voitures étaient beaucoup moins nombreuses12. Aujourd’hui, l’absence des enfants aux coins des rues déshabille tristement les bourgs résidentiels comme le souligne Manon. Mais pourquoi cette insécurité ? Il y a certes la circulation automobile qui est un enjeu dominant, mais, et comme l’ont souligné certains de nos interviewés, le Trottibus peut contribuer à résoudre ce problème.

42En effet, outre le problème automobile, il y a une surprotection marquée des parents (Stickler, 1996), ce qui ne contribue certainement pas au développement de leur autonomie. Pourquoi autant de frayeur alors que le taux de criminalité au Canada est en baisse constante depuis près de deux décennies (gouvernement du Canada, 2015) ? Aux dires de Paola (coordonnatrice, novembre 2014), le Trottibus est une façon pour les enfants de se réapproprier les rues de leur quartier de façon à pouvoir s’y promener librement avec un sentiment de sécurité.

Paola : Je trouve qu’on a beaucoup d’éducation à fournir à nos enfants, sur comment se situer dans leur espace géographique. Parce que cela a tendance à être très limité à notre jardin, à notre cour arrière. Et je trouve cela très important de savoir marcher jusqu’à chez Denise, aller chez le dépanneur, s’acheter des bonbons, marcher jusqu’à la bibliothèque et…

Marie-Claude : Créer le sentiment de sécurité chez l’enfant aussi […].

Paola : C’est cela, puis ces enfants qui marchent avec le Trottibus, sans doute ils vont être plus à l’aise, pour se déplacer […]. Oui, c’est cela, enfin il faut espérer. Puis, surtout, avec ce qui s’est passé dans notre quartier, il n’y a pas longtemps avec l’agression de la fille sur la piste cyclable. C’était là, c’était juste là à côté de l’école, c’est l’endroit où mon fils joue après l’école, pendant une heure, où je lui laisse quartier libre. Je sais qu’il est soit chez machin, soit chez truc, soit dans le jardin de machin, ou bien sur la piste cyclable, exactement à cet endroit-là, à jouer, à se frayer un chemin dans le cimetière et à se donner des frousses avec son groupe d’amis. Tu vois, comme on faisait quand on était enfant quoi. Mais là, c’est encore plus important quand il y a des choses comme cela qui se passent, de ne pas fuir.

43Confronter l’extérieur est un apprentissage de la réalité du monde et de la subtilité des situations quotidiennes. Comme le souligne Nathalie en entrevue, certains événements sont inévitables, mais l’aseptisation n’est pas une solution. Ce qu’appuie Simona (directrice d’une école participante) : « Dans la vie on ne peut pas […] vivre avec la peur sinon on ne ferait rien » (nov. 2014). Marcher sur son trottoir, reconnaître le coin de sa rue, jouer dans sa ruelle en toute confiance sont quelques-uns des fondements d’appréciation de son environnement. Ainsi le Trottibus est-il une étape vers l’autonomie des enfants et un moyen de leur offrir une liberté.

44En somme, le Trottibus en tant que projet de l’école fera partie, comme Nathalie l’a bien exprimé, des souvenirs des « années d’école ». Des images qui ne resteront pas confinées aux murs de l’établissement, mais qui s’étendront aux trajets qui relient l’école et la maison. Les souvenirs façonnés par le projet sont non seulement liés au quartier (maisons, ruelles, arrêts et lumières), mais aussi aux voisins qui habitent les maisons et fréquentent les ruelles. D’une certaine manière, nous pouvons dire qu’en reliant l’école à la maison à travers les bénévoles, les parents et les autres enfants du quartier, le Trottibus ouvre l’école sur la communauté, il en floute les frontières. Le trajet quotidien, désormais inscrit dans la routine des enfants, des parents et des bénévoles tisse des liens qui, eux, se poursuivent le dimanche au supermarché ou sur le terrain de soccer. De même, il offre la liberté aux enfants (et aux parents) de se rendre chez leurs amis ou chez le dépanneur en toute quiétude.

Se déplacer du « dedans » au « dehors » d’une l’école, et vice versa

« C’est à l’extérieur de l’école donc il y a beaucoup de projets à l’intérieur. C’est à l’extérieur et à l’intérieur parce qu’ils accompagnent, cela fait partie de l’école » (Édouard, directeur d’une école participante, nov. 2014, nous soulignons).

45Cet extrait renforce l’idée que nous explorons dans cet article : par la nature dynamique de son agir commun, le Trottibus redéfinit les « frontières » intérieures/extérieures de l’école. De fait, il se matérialise à l’extérieur, sur les trottoirs du quartier, mais comme l’accompagnement des enfants est lié à l’activité « d’être à l’école », le Trottibus acquiert nécessairement une place à l’intérieur des établissements scolaires.

46Toutefois, cet « extérieur » diffère d’une école à l’autre. Le Trottibus ne peut pas s’intégrer dans toutes les écoles de la même manière et, comme le montre d’ailleurs la transformation du projet au fil des ans, il doit être très flexible et s’adapter à la réalité de chacune. Cette adaptation – dit autrement, ce déplacement du script du projet – par chacune s’opère par le déplacement des frontières dedans/dehors. Pour saisir ces réalités, il est essentiel d’évaluer une école au regard de son quartier d’implantation. Virginie, employée de la scc (oct. 2012), énumère les multiples aspects à examiner à ce sujet :

« Il faut le prendre en considération, le milieu est-il défavorisé ou bien nanti ? Est-ce qu’il est multiethnique ? Est-ce que c’est un nouveau quartier avec des jeunes familles ou […] un milieu où il y a beaucoup de retraités ? Puis il y a le lieu de l’école, si c’est en milieu rural ou en banlieue ou en ville, cela joue pour beaucoup en fait, en milieu rural c’est très difficile. […] Ce sont des critères qu’on utilise pour sélectionner nos écoles. Une école qui est à proximité d’un boulevard ou qui n’a pas de brigadier ou où il y a énormément de circulation, cela va faire partie des critères de base pour dire : “ D’accord, il y a vraiment un besoin, parce que le transport actif n’est vraiment pas sécuritaire à cet endroit. Donc cela va venir [peser] sur notre décision ».

47Pour illustrer ces réalités, nous pouvons citer les zones périurbaines qui se caractérisent par un étalement urbain qui ne permet pas aux enfants de marcher jusqu’à l’école trop éloignée de leur domicile. De plus, ces zones étendues, où les points de services sont à des distances considérables, favorisent l’utilisation de la voiture et augmentent le développement routier inadapté aux piétons, faisant ainsi disparaître des infrastructures piétonnes sûres. Enfin, les parents qui doivent parcourir de grandes distances pour se rendre sur leur lieu de travail utilisent fréquemment le service de garde et, par conséquent, leur routine matinale ne correspond pas aux horaires de marche du Trottibus. Paradoxalement, certaines écoles bénéficient d’un vaste bassin de marcheurs pour qui le transport actif est déjà acquis dans leur quotidien (Mylène, employée de la scc, entrevue réalisée en nov. 2012). Dans ces cas-là, le Trottibus est plutôt vu comme une forme d’organisation supplémentaire – « lourde » – par son besoin de gestion. Son implantation y est donc inutile.

48L’élément fondamental pour l’arrimage du Trottibus est la présence d’un besoin dans le milieu (en parlant tout autant du contexte que de la communauté) et/ou de l’école. Le projet répond donc à des valeurs du milieu qui lui sont, de prime abord, extérieures et qui s’articulent à d’autres projets (par exemple, les écoles Brundtland qui prônent un développement durable ou les Écoles en Santé qui prônent de saines habitudes de vie). Quand le Trottibus s’inscrit dans ces orientations, il devient pertinent puisqu’il répond à la demande du milieu : car il y a « aussi évidemment le côté écologique, la marche, le déplacement actif » (Paola, coordonnatrice, nov. 2014).

49Les premières expériences du Trottibus ont grandement misé sur les écoles qui nécessitaient une amélioration des mesures de sécurité à leurs abords, comme le souligne l’un des directeurs interviewés :

« Ici, à la base, il y a un problème de circulation routière, c’est un carrefour très achalandé où il y a un feu de circulation, avec une piste cyclable dans une pente, c’est un endroit névralgique au niveau de la circulation qui est assez dangereuse donc la commission scolaire et l’arrondissement connaissaient le potentiel de risque au niveau de la circulation routière et au niveau des cyclistes et des piétons […]. Il y a des facteurs de risque assez élevés et, quand la scc cherchait un endroit, il était tout désigné parce que cela répondait à un besoin justement de diminuer les facteurs de risque d’accident étant donné que, avec Trottibus, il y a moins de gens qui viennent en auto et plus en transport actif. Cela permet d’avoir moins de véhicules, moins de congestion automobile, un meilleur impact sur l’environnement, mais surtout d’encadrer les jeunes qui marchent, de prendre des bonnes initiatives de santé, mais aussi de désengorger l’endroit au niveau de la circulation automobile. C’était l’historique, cela vient de là parce que cela répondait […] répondait d’abord plus à l’aspect sécurité que santé, on voyait les bienfaits donc il était facile de vendre l’idée parce qu’il y a des bienfaits physiques de participer au Trottibus. Cela va bien dans la mission de l’école » (Édouard, directeur, nov. 2014).

50Tout autant (ou même plus) que le besoin, les ressources disponibles sur place sont essentielles : « Mais, c’est un projet qui n’est pas si facile à implanter, cela demande beaucoup de ressources du milieu » (Delphine, employée de la scc, février 2014). Enfin, outre les divers facteurs du milieu qui en font une réussite (ou un échec) le critère numéro un d’implantation du projet repose donc sur la potentialité de marcheurs disponibles à proximité.

51Pour toutes ces raisons et par son caractère fondamentalement extrinsèque, le Trottibus ne peut pas s’insérer dans le programme des écoles au même titre que d’autres projets éducatifs. La clé de la pérennité du projet réside dans la flexibilité du modèle et, donc, dans la mobilité des frontières (ses modalités d’opération) du projet lui-même. Une leçon que les employés de la scc ont intégrée au cours des années :

« Ce qu’on a vu, ce dont j’ai été témoin, c’est aussi que le projet peut être plus flexible. Cela ne rejoint pas nécessairement tous les standards de la Société que nous avions espéré mettre en place par exemple. Donner de la flexibilité au milieu, cela veut dire que le projet devient autre chose que ce que tu avais espéré. Ce que je veux dire par là, c’est que nous trouvons très important que ce soit tous les matins pendant un certain temps. Un milieu pourrait dire : “C’est trois jours par semaine pendant deux mois” puis dans le fond pourquoi pas ? C’est déjà cela tu sais. Donc donner cette flexibilité-là aux milieux » (Mylène, employée de la scc, nov. 2012).

52Autrement dit, le Trottibus est un projet de l’école qui émerge simultanément du milieu :

« Je pense que la meilleure stratégie pour la Société est de prendre du recul, puis de faire confiance au milieu, parce qu’il sait ce qui est bon pour lui, et c’est de l’aider peut-être justement à définir ses besoins, puis à y répondre, tu sais. Si l’école a vraiment un problème de sécurité, son besoin est de résoudre le problème de sécurité. Et là, il s’agit de l’outiller en fonction de ce problème principal » (Léo, étudiant en kinésiologie et stagiaire à la scc en 2012, nov. 2012).

53Le Trottibus rend vaporeuses les limites de la sphère d« être à l’école », par son ancrage dans des problématiques d’un quartier et par sa dépendance à des ressources externes à l’établissement. Il est donc à la fois un projet de l’école (il est « dedans ») et un projet du milieu (son script s’adapte au « dehors » de l’école). Nous avons d’abord montré la difficulté d’une implantation dans les zones périurbaines, pour ensuite souligner les divers liens du projet lorsqu’il est présent dans des secteurs urbains. Dans ces derniers cas, le projet peut avoir comme objectif de résoudre un problème de sécurité routière aux abords de l’école : il répond à un besoin de l’intérieur lié à une problématique de l’extérieur.

Discussion

54Nous avons avancé que l’approche constitutive de la communication organisationnelle (cco) permettait d’étudier un projet de bénévolat en s’intéressant à la force motrice de l’agir ensemble, à son émergence et à son maintien par et dans les processus communicationnels (Brummans et al., 2014 ; Cooren, Robichaud, 2011 ; Cooren et al., 2011). Cette approche a permis de centrer l’étude sur le déplacement des frontières opéré par le Trottibus, déplacement que nous avons défini par le mode d’organisation du projet et par le travail de sens des divers acteurs y participant (Jolivet, Vásquez, 2013 ; Meunier, 2007). C’est pourquoi, dans cette exploration du déplacement des frontières de l’école, nous avons centré l’attention sur le sens donné par la scc, les bénévoles et les bénéficiaires représentés par les directions d’école et les parents. Cela a permis de cibler la valeur qu’ils donnent à la socialisation que permet le Trottibus, la place qu’ils confèrent à la santé (l’activité physique et la prévention du cancer), aux enjeux d’autonomie et de sécurité, et à l’appartenance au quartier et à l’école. Ces éléments sont autant de sources et d’objets qui font que le Trottibus se meut au sein d’une communauté ; un déplacement qui est physique, par le mouvement des marcheurs, et symbolique par celui des valeurs.

55À la suite de ce regard analytique, le Trottibus permet de traverser les frontières entre les générations par le renforcement des liens bénévoles-enfants. Cela par le partage entre bénévoles et bénéficiaires de l’activité physique que ce projet promeut. Il permet de flouter les frontières de l’école par son déplacement de l’extérieur vers l’intérieur (et vice versa), physiquement et symboliquement. Ce mouvement favorise le sentiment d’appartenance au quartier, le renforcement des relations entre les membres de la communauté et est générateur d’autonomie chez les enfants à travers leur réappropriation de l’espace : le champ d’action du projet se déplace et s’élargit. Enfin, les mouvements induits par le Trottibus, et surtout leur multiplication, brouillent les frontières entre l’école et le milieu d’implantation. Sa réussite repose alors sur les ressources du milieu (un bassin de marcheurs suffisant ou encore des partenaires) et sur un besoin observable, les deux étant associés à la réalité de chaque milieu.

56Sur ce dernier point, notons aussi que le brouillage des frontières qu’opère le Trottibus entre l’école et son environnement permet de redéfinir l’école de quartier comme un nouveau pôle d’interactions sociales et communautaires. À travers le Trottibus, l’école apparaît comme un lieu de rassemblement dans le quartier afin de solidifier les liens sociaux et de favoriser le développement de projets qui améliorent la qualité de vie, par l’entraide et la création de services. Comme l’exprime Paola (coordonnatrice, nov. 2014),

« cette espèce d’implication sociale où l’école n’est pas juste le projet éducatif. Et j’ai l’impression que la direction est très axée sur seulement le projet éducatif. Et tout ce qui dépasse de cela, comme la kermesse, la Vente de sapins, c’est non. Si ce n’est pas le projet éducatif, cela n’a aucune valeur. Et je trouve qu’il faut implanter un peu l’école, l’école pourrait bien venir remplacer l’église qu’on avait à l’époque […]. Où on se rencontrait, on faisait du social, on s’impliquait dans la communauté, on aidait les plus démunis, on s’occupait des uns et des autres. Je trouve que l’école devrait faire cela. Et les cours d’école devraient être valorisées, devraient être plus vertes […]. Elles devraient être faites pour les rencontres sociales ».

  • 13 Spécifions que cette référence, sur le rôle particulier de l’Église dans une communauté, est intime (...)

57Cette coordonnatrice du Trottibus souligne l’absence d’entraide dans nos communautés alors que les pratiques promues par l’Église13 (Paquet, 1997 ; Geloso, 2013) ont disparu de nos habitudes de vie (Hamelin, 1984 : 163-164 ; Geloso, 2013), ce qui fut partiellement accéléré par la Révolution tranquille (Geloso, 2013). Nous n’oublions pas que les organismes communautaires ont repris une part des responsabilités de l’Église depuis, mais elles agissent plutôt de manière fragmentée. Alors, l’école ne devrait-elle pas être considérée et administrée comme un espace de socialisation où nous inculquons les valeurs de solidarité aux nouvelles générations ?

58Finalement, l’analyse dévoile une autre forme de brouillage qui s’opère au niveau des identités des acteurs du projet et qui, d’une certaine manière, rend poreuses les séparations entre le bénéficiaire, le bénévole et le projet de bénévolat. Par exemple, nous remarquons que les parents bénévoles sont bénéficiaires du projet, car ils leur assurent une meilleure organisation de leur routine matinale ; ou que les coordonnateurs du projet sont bénéficiaires des bénévoles de la communauté pour le maintien de son opération quotidienne ; ou encore que les bénévoles de la communauté sont bénéficiaires du projet, car ils comblent leur besoin de socialisation et de santé. Un projet qui repose sur le mouvement engage une panoplie de déplacements des relations, notamment par le mouvement d’élargissement et de rétrécissement des champs d’action des acteurs et du projet. Ces résultats questionnent les études sur le bénévolat organisationnel et la gestion des bénévoles (Hustinx et al., 2010 ; Pearce, 1993) qui tendent à établir des catégories distinctes entre les bénévoles, les bénéficiaires et les employés de l’organisation. De plus, ils montrent que les identités et les rôles se définissent dans les relations (Meunier, 2007) et l’activité de bénévolat. Cependant, selon nous, le bénévolat ne repose pas seulement sur le comportement et les motivations de la personne bénévole seule, et l’étude du Trottibus en est une première démonstration.

Conclusion

59L’analyse présentée dans cet article dresse le portrait d’un projet de bénévolat qui, par et dans la communication, déplace symboliquement et physiquement les frontières du milieu dans lequel il évolue. Adoptant une posture pragmatique, nous avons montré comment le Trottibus déplace les frontières entre les écoles et leur quartier. Cela s’explique par une redéfinition des relations entre les acteurs, de l’objet à déplacer – qui peut être à la fois physique et symbolique – et du script, lesquelles émergent de la communication et, comme discuté, déplacent ainsi les frontières de leurs divers champs d’action. Conséquemment, et suivant l’approche communicationnelle mobilisée dans cette étude, l’action bénévole relève d’un processus relationnel et non prévisible : elle ne peut donc pas être appréciée dans toute son étendue sous le seul examen du comportement bénévole. Ainsi, tel qu’annoncé en introduction, ce regard sur l’ensemble du mouvement organisationnel contribue-t-il à combler la vision partielle sur le bénévolat dans la littérature : l’approche communicationnelle permet maintenant d’apprécier le caractère situé, collectif et dynamique de l’organisation bénévole.

  • 14 Parc-Extension est un secteur situé dans l’arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension de l (...)

60Soulignons une limite de cette recherche : il convient de préciser que les trois écoles étudiées dans lesquelles le Trottibus a réussi se trouvent dans des milieux favorisés. Nous y trouvons des communautés valorisant le bénévolat et ayant du temps pour s’engager. C’est pourquoi nous doutons de l’adaptation du Trottibus à tous les milieux. Des initiatives dans des quartiers plus défavorisés comme Parc-Extension14 à Montréal ont été mises en place, mais ont été confrontées à des problèmes de recrutement de bénévoles, de fidélisation et de valorisation de la marche comme mode de transport. En revanche, cette recherche suggère qu’un modèle flexible d’implantation du projet peut être favorable. De fait, et afin d’en promulguer la réussite, la question qui se pose pour la scc, dans leur poursuite d’implantation des Trottibus au Québec, est de trouver les moyens d’en répertorier les effets sociaux dans la communauté élargie de l’école.

61Enfin, l’analyse du projet Trottibus peut sembler parfois naïve et enthousiaste. Cette lecture découle de la posture pragmatique mobilisée dans cette étude comme nous nous sommes fondées sur l’expérience et le sens donné par les acteurs eux-mêmes (Latour, 2015). De manière générale et transversale aux écoles étudiées, tous les participants à la recherche se sont exprimés avec enthousiasme sur le projet Trottibus. Aux dires de l’un d’entre eux, le « Trottibus est un projet souriant, personne ne peut être contre ». Avec une perspective plus critique, cela soulève plusieurs questionnements concernant, par exemple, la normalisation des valeurs épousées par le projet Trottibus, soit la santé et les saines habitudes de vie. Néanmoins, au-delà de ces questionnements, si nous nous en tenons aux vécus et significations des acteurs, nous pouvons avancer que le projet Trottibus se meut parce qu’il émeut (Del Fa et al., à paraître). Là aussi réside la force de son mouvoir.

Haut de page

Bibliographie

Barge J. K., Fairhurst G., 2008, « Living Leadership: A Systemic Constructionist Approach », Leadership, vol. 4, 3, pp. 227-251.

Boutinet J.-P., 1990, Anthropologie du projet, éd. augmentée, Paris, Presses universitaires de France, 2005.

Brummans B., Cooren F., Robichaud D., Taylor J. R., 2014, « Approaches in Research on the Communicative Constitution of Organizations », pp. 173-194, in: Putnam L.L., Mumby, D., eds, sage Handbook of Organizational Communication, 3rd ed., Thousand Oaks, Sage.

Centre national de ressources textuelles et lexicales, 2012, « Déplacement ». Accès : http://www.cnrtl.fr/definition/déplacement.

Cooper R.,1992, « Formal Organization as Representation : Remote Control, Displacement and Abbreviation », pp. 254-272, in: Reed M., Hughes M., eds, Rethinking Organization, Londres, Sage.

Cooren F., 2010, Action and Agency in Dialogue : Passion, Ventriloquism and Incarnation, Amsterdam, J. Benjamins

Cooren F., Kuhn T., Cornelissen J. P., Clark T., 2011, « Introduction to the Special Issue : Communication, Organizing and Organization; an Overview », Organization Studies, vol. 32, 9, pp. 1149-1170.

Cooren F., Matte F., Taylor J. R., Vásquez C., 2007, « A Humanitarian Organization in Action : Organizational Discourse as an Immutable Mobile », Discourse et Communication, vol. 1, 2, pp. 153-190.

Cooren F., Robichaud D., 2010, « Les approches constitutives », pp. 140-175, in : Grosjean S., Bonneville L., dirs, La Communication organisationnelle : approches, processus et enjeux, Montréal, Chenelière.

Del Fa S., Vásquez C., Plourde M.-C., à paraître, « “Il faut que ça tienne !” : étudier le bénévolat à la lumière des dynamiques d’attachement et de détachement », Recherches en communication, 42.

Dewey J., 1910, Comment nous pensons, trad. de l’américain par O. Decroly, Paris, Éd. Les Empêcheurs de penser en rond, 2004.

Geloso V., 2013, Du grand rattrapage au déclin tranquille. Une histoire économique et sociale du Québec de 1900 à nos jours, Montréal, Éd. Accent grave.

Gouvernement du Canada, ministère de l’Emploi et du développement social, 2015, Sécurité et taux de criminalité. Accès http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/police/publications-et-statistiques/statistiques-criminalite/2014.html. Consulté le 01/03/16.

Gouvernement du Canada, Agence de la santé publique, 2011, Bienfaits de l’activité physique. Accès : http://www.phac-aspc.gc.ca/hp-ps/hl-mvs/pa-ap/02paap-fra.php. Consulté le 01/03/16.

Hamelin J., 1984, Histoire du catholicisme québécois, vol. iii, t. 2, Le xxe siècle : de 1940 à nos jours, Montréal, Éd. Boréal.

Hustinx L., Handy F., Cnaan R. A., 2010, « Volunteering », pp. 73-89, in: Taylor R., dir., Third Sector Research, New York, Springer.

Jeunes en forme Canada, 2013, Conduisons-nous nos enfants à adopter des habitudes malsaines  ? Le Bulletin 2013 de l’activité physique chez les jeunes, Toronto, Jeunes en forme Canada.

Jolivet A., Vásquez C., 2013, « La santé organisante : l’hôpital à l’épreuve d’un travail de déplacement », Questions de communication, 23, pp. 319-344.

Juster T. F., Ono H., Stafford F. P., 2004, Changing Times of American Youth : 1981-2003, Institute for Social Research/Université du Michigan. Accès : http://ns.umich.edu/Releases/2004/Nov04/teen_time_report.pdf.

Latour B., 2015, Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, Éd. La Découverte/Éd. Les Empêcheurs de penser en rond.

Meunier D., 2007, « La médiation comme “lieu de relationnalité” », Questions de communication, 11, pp. 323-340. Accès : http://questionsdecommunication.revues.org/7363.

Meunier D., Vásquez C., 2008, « On Shadowing the Hybrid Character of Action : A Communicational Approach, Communication Methods and Measure, vol. 2, 3, pp. 167-192.

Morandi F., 2004, « Pragmatisme et pratiques en éducation », Éduquer, 6. Accès : http://rechercheseducations.revues.org/318.

Paquet G., 1997, « Duplessis et la croissance économique : une analyse exploratoire », pp. 212-213, in : Gagnon A., Sarra-Bournet M., dirs, Duplessis. Entre la Grande Noirceur et la société libérale, Montréal, Éd. Québec-Amérique.

Pearce J., 1993, Volunteers. The Organizational Behavior of Unpaid Workers, New York, Routledge.

Sanders M., Galindo C., 2014, « Communities, Schools and Teachers », pp. 103-124, in: Bauserman K. L., Martin L. E., Kragler S., Quatroche D. J., eds, The Handbook of Professional Development. Successful Models and Practices, PreK-12, New York, Guilford.

Société canadienne du cancer, 2016, Pourquoi devenir bénévole  ? Accès : http://www.cancer.ca/fr-ca/get-involved/volunteering/.

Statistics Canada, 2012, General Social Survey – Custom Tabulation, Ottawa, Statistics Canada.

Stickler G. B., 1996, « Worries of Parents and their Children », Clinical Pediatrics, vol. 35, 2, pp. 84-90.

Taylor J. R., 1992, « La théorie communicationnelle de changement organisationnel, une théorie conversation/texte et ses implications », Communication et organisation, 3, pp. 51-93.

Tsoukas H., Chia R., 2002, « On Organizational Becoming : Rethinking Organizational Change », Organization Science, 13, pp. 567-582.

Vásquez C., 2012, « Être ou ne pas être… sous le script ? Enjeux identitaires de l’organisation par projet », pp. 19-34, in : Cordelier B., Grammacia G., dirs, Identité, responsabilité et autorité dans les organisations par projet, Montréal, Presses universitaires du Québec.

Wanlin P., 2007, « L’analyse de contenu comme méthode d’analyse qualitative d’entretiens : une comparaison entre les traitements manuels et l’utilisation de logiciels », Recherches qualitatives, hors série, 3, pp. 243-272.

Xerfi, 2016, Le Marché et la distribution automobile, Paris, Xerfi.

Ybemas S., Yanow D., Wels H., Kamsteeg F., 2009, Studying Everyday Organizational Life, Thousand Oaks, Sage.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier tous les participants au Trottibus ayant contribué de près ou de loin à cette étude. Plus particulièrement, l’équipe de la Société canadienne du cancer (scc) qui s’est soumise aux exigences de cette recherche pendant plusieurs années, ainsi que les bénévoles, directeurs et enseignants des trois écoles qui ont bien voulu participer à nos entrevues. Nous remercions aussi le Fond de recherche société et culture du Québec (Subvention # 2013 - np-169269), sans lequel cette recherche n’aurait pu être réalisée.

2 Un autobus pédestre consiste en un service d’accompagnement, par la marche d’enfants en bas âges vers l’école.

3 Le nombre d’enfants dans un groupe peut varier entre 5 et 12 selon les écoles et la demande. Pour des questions de sécurité, la scc recommande un ratio de 1:8 bénévoles-adultes par enfants. Donc, à cela s’ajoutent 2 bénévoles. Accès : http://www.trottibus.ca/faq/.

4 Cette carte provient de la page Trottibus du site internet de l’École des Deux-Ruisseaux. Accès : http://deuxruisseaux.cspo.qc.ca/trottibus/. Nous avons opté pour une représentation d’un trajet de cette école car elle ne figure pas parmi les établissements qui ont fait l’objet de nos analyses, ceci à des fins de confidentialité.

5 Cet exemple est purement symbolique comme le « projet de vie » qui est invisible à l’œil nu.

6 Il est prouvé que la pratique régulière d’activités physiques, telle la marche, contribue à diminuer les risques de développer plus de 25 conditions chroniques, dont le cancer (Gouvernement du Canada, 2011).

7 L’analyse de contenu manuelle fut triangulée par la participation active des trois auteures de l’article. En plus de la mise en relation et de la confrontation de leurs perspectives, les auteures en ont validé les interprétations à l’aide de relectures du rapport par des membres de la scc.

8 Accès : www/trottibus.ca (« Portraits de bénévoles »).

9 Nous utilisons des pseudonymes afin de respecter la confidentialité des participants.

10 Les extraits d’entretiens retranscrits dans cet article ont été adaptés/corrigés pour le format écrit.

11 Voici le slogan introductif du site internet du projet Trottibus : « Le Trottibus de la Société canadienne du cancer est un autobus pédestre qui permet à des élèves du primaire de se rendre de la maison à l’école à pied, de façon sécuritaire et encadrée ». Accès : http://www.trottibus.ca/.

12 À titre indicatif et pour soutenir cette dernière remarque, une étude de Xerfi (2016) montre que la production mondiale automobile a augmenté de 20 % dans les cinq dernières années seulement (de 2008 à 2013).

13 Spécifions que cette référence, sur le rôle particulier de l’Église dans une communauté, est intimement liée au contexte québécois. Il y a à peine un demi-siècle, le peuple québécois vivait encore sous le jouge de l’Église catholique, laquelle possédait la responsabilité d’éduquer les enfants, mais aussi d’être le centre de rassemblement dans les communautés (Paquet, 1997 ; Geloso, 2013).

14 Parc-Extension est un secteur situé dans l’arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension de la région métropolitaine, majoritairement peuplé par des immigrants.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte d’un trajet de l’École des Deux-Ruisseaux (Gatineau, Québec)4
URL http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/docannexe/image/10785/img-1.png
Fichier image/png, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claude Plourde, Consuelo Vásquez et Sophie Del Fa, « Se mouvoir par-delà les frontières au moyen d’un projet bénévole », Questions de communication, 30 | 2016, 287-308.

Référence électronique

Marie-Claude Plourde, Consuelo Vásquez et Sophie Del Fa, « Se mouvoir par-delà les frontières au moyen d’un projet bénévole », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/10785 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.10785

Haut de page

Auteurs

Marie-Claude Plourde

Groupe de recherche sur la communication organisante
Université du Québec à Montréal
CA-H3C 3P8
plourde.marie-claude@uqam.ca

Consuelo Vásquez

Groupe de recherche sur la communication organisante
Université du Québec à Montréal
CA-H3C 3P8
vasquez.consuelo@uqam.ca

Articles du même auteur

Sophie Del Fa

Groupe de recherche sur la communication organisante
Université du Québec à Montréal
CA-H3C 3P8
del_fa.sophie@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search