Navigation – Plan du site
Dossier. Environnement, savoirs, société

Gérer/aimer

Communication et nature dans le parc naturel régional du Pilat
Managing/Loving: Communication and Nature in the Pilat Regional Natural Park
Émilie Kohlmann
p. 51-74

Résumés

Il s’agit ici d’observer l’amour de la nature tel qu’il s’exprime, ou non, dans les dispositifs de communication d’un parc naturel régional (PNR), à partir de celui du Pilat, mais également dans les discours des acteurs. On montre en quoi le parc révèle une tension entre deux positionnements : celui neutre et scientifique du PNR et celui engagé de certains acteurs et des associations naturalistes partenaires du parc en particulier. Enfin, des hypothèses sont formulées pour expliquer les raisons de ces choix. Ces derniers sont saisis entre des questions d’identité propre à maintenir et de volonté de faire monde commun.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Comment la protection de la nature se construit entre amour et gestion de celle-ci
Historique, en passant par le poète et le savant
Modernité et dualisme : le poète ou le savant
Communication du parc du Pilat : modèle naturaliste et institutionnel
Le parc naturel régional du Pilat : enjeu identitaire de l’institution
Diversité et conditions d’entrée des données de l’analyse
Un positionnement éditorial : la mise à distance scientifique
L’institution et ses agents : lignes de tension
Réserves et mises à l’écart : les « petites fleurs » et les chèvres comme entrée de l’émotion
Autour des « petites fleurs » : l’« écolo repoussoir »
Autour des chèvres : la sensibilité mise à l’écart
Conclusion

Aperçu du début du texte

Pourquoi s’intéresser à l’« amour de la nature » au sein des dispositifs de communication d’un parc naturel régional (PNR) ? De fait, c’est d’abord en creux que cette question est apparue sur mon terrain de recherche. La thématique de la biodiversité constituant le point d’entrée de mon travail de thèse sur le parc du Pilat (Kohlmann, 2016), c’est la lecture de l’ouvrage de David Takacs (1996 : 10) qui m’a conduite à cet aspect particulier en présentant les scientifiques à l’origine du mot biodiversity – en 1986, lors du National Forum of Biodiversity – comme des amoureux de la Terre et de la nature : les scientifiques « ont partagé une énigme : comment convaincre autrui de se soucier de ce que l’on aime » ? Selon l’auteur, pour les biologistes présents, cette position montrait la tension entre le statut de « scientifique » – posant l’objectivité comme préalable normatif – et leur engagement militant. La rationalité scientifique étant historiquement construite autour de cette mise à...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Kohlmann, « Gérer/aimer », Questions de communication, 32 | 2017, 51-74.

Référence électronique

Émilie Kohlmann, « Gérer/aimer », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11432 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.11432

Haut de page

Auteur

Émilie Kohlmann

Groupe de recherche sur les enjeux de la communication
Université Grenoble Alpes
F-38000
emilie.kohlmann[at]laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page