Navigation – Plan du site
Échanges

Mettre en valeur(s) le monde social

Redeeming the Value(s) of the Social World
Laurence Kaufmann et Philippe Gonzalez
p. 167-194

Résumés

Cette contribution discute certains des points forts de la sociologie axiologique que propose Nathalie Heinich dans son livre Des valeurs. Partant de la distinction entre normes et valeurs, ainsi que du pari inductif de la sociologie axiologique, nous reviendrons tour à tour sur la façon dont les valeurs publiques sont susceptibles d’engager émotionnellement les acteurs, la spécificité des valeurs morales et des personnes comme « objets de valuation » et, finalement, les ambiguïtés inhérentes à la reconstruction d’une « grammaire axiologique » et à une posture de « neutralité axiologique ». Contrairement au « relativisme descriptif » que défend Nathalie Heinich, nous plaiderons, à partir d’une posture pragmatiste, en faveur d’un réalisme moral minimal fondé sur les affordances (ou prises) axiologiques et soulignerons les avantages de cette posture dans la prise en compte du fonctionnement normatif de l’espace public.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Pour une sociologie axiologique
Des normes et des valeurs
Un pari inductif
Les valeurs publiques : entre engagement et dégagement
Le poids normatif des valeurs publiques
Ces valeurs qui nous (é)meuvent
L’observation publique des engagements axiologiques
L’axiologie des valeurs morales est-elle spécifique ?
Des « objets-personnes » aux personnes-objets
Vers une grammaire des valeurs
Le rôle équivoque du grammairien
Les (in)conséquences de la neutralité axiologique
La « réversibilité des places »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Replacer la question des valeurs au cœur des sciences sociales, voilà le beau projet que propose la sociologue Nathalie Heinich dont les nombreuses contributions, originales et stimulantes, ont marqué la sociologie de l’art et la théorie sociologique des dernières décennies. Pour mener à bien un tel projet, dit l’auteure, il faut éviter de cloisonner la question des valeurs : celle-ci n’est aucunement réductible à la mesure économique du « juste prix », aux intérêts idéologiques des dominants, au sacré de la morale ou de la religion ou encore à une pensée politique conservatrice. Ni faits de nature, ni phénomènes transcendants, les valeurs doivent échapper au monopole tutélaire du réalisme économique et de l’idéalisme moral ; elles doivent être décloisonnées. Car les orientations axiologiques ne relèvent pas d’un domaine ou d’un registre particulier du monde qui nous entoure ; elles pénètrent de part en part notre vie cognitive et sociale – à l’exception peut-être, on y reviendra, d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Kaufmann et Philippe Gonzalez, « Mettre en valeur(s) le monde social », Questions de communication, 32 | 2017, 167-194.

Référence électronique

Laurence Kaufmann et Philippe Gonzalez, « Mettre en valeur(s) le monde social », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11493 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.11493

Haut de page

Auteurs

Laurence Kaufmann

Théorie sociale, enquête critique, médiations, action publique
Université de Lausanne
CH-1015
laurence.kaufmann[at]unil.ch

Philippe Gonzalez

Théorie sociale, enquête critique, médiations, action publique
Université de Lausanne
CH-1015
philippe.gonzalez[at]unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page