Navigation – Plan du site
Échanges

Comment « pragmatiser » le champ de la valeur ?

How to make the field of value more pragmatic?
Louis Quéré
p. 195-218

Résumés

Cette contribution discute les propositions faites par Nathalie Heinich pour développer une sociologie des valeurs. Elle en critique certaines – l’anti-naturalisme, par exemple, le refus de considérer la religion comme une référence pertinente pour caractériser les valeurs, la séparation de l’éthique du champ de la valeur, la limitation de ce dernier aux attachements, actes évaluatifs et jugements de valeur, etc. Elle tente d’en clarifier d’autres – le lien des valeurs aux affects et aux émotions, le statut des « valeurs-principes », le caractère ultime des valeurs, le statut des explicitations, etc. La contribution adopte le point de vue méthodologique recommandé par John Dewey pour analyser le champ de la valeur : s’en tenir à une approche adverbiale, c’est-à-dire considérer les valeurs comme manières de faire et comme instruments de la conduite. Un tel point de vue permet de pousser plus loin le tournant pragmatique préconisé par Nathalie Heinich, qui s’inspire plutôt de la pragmatique linguistique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La valeur comme manière d’agir
Sur le refus du naturalisme
Les émotions comme sondes des valeurs
Les valeurs sont-elles des principes ?
Les valeurs comme idéaux
L’autorité des valeurs
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les clarifications proposées par Nathalie Heinich (2017a, 2017b) dans sa sociologie des valeurs sont précieuses, notamment sur la non-réductibilité de la valeur au prix ou à ce que mesurent les sondages d’opinion, sur les différentes significations du mot « valeur », sur la pluralité des valeurs et des modes de qualification, de même que le sont ses propositions pour une approche pragmatique, soucieuse de saisir les modalités et les contextes des opérations d’évaluation, ou encore sa défense d’un « relativisme descriptif ». Mais sa description de « l’expérience axiologique » me paraît quelque peu biaisée faute de saisir son envergure, son ancrage naturel, sa composante émotionnelle et sa dimension pratique, et, finalement, de sortir du paradigme « représentationnaliste » dominant (voir sa conception des valeurs comme « représentations mentales partagées »).

En fait, ce que je propose est que l’on pousse jusqu’au bout la « pragmatisation » du champ de la valeur, ce qui suppose que l’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Quéré, « Comment « pragmatiser » le champ de la valeur ? », Questions de communication, 32 | 2017, 195-218.

Référence électronique

Louis Quéré, « Comment « pragmatiser » le champ de la valeur ? », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11502 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.11502

Haut de page

Auteur

Louis Quéré

Institut Marcel Mauss
Centre national de la recherche scientifique
École des hautes études en sciences sociales
F-750006
louis.quere[at]ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page