Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Les presses privées post-2011 en Tunisie : mutations économiques et politiques

Tunisian Post-2011 Private Presses. Economic and Political Mutations
Enrique Klaus et Olivier Koch
p. 287-306

Résumés

De l’Indépendance jusqu’aux années qui ont suivi la « révolution » de 2011, cet article revient sur l’évolution de la presse écrite privée tunisienne et ses rapports avec les forces politiques nationales. À partir d’une enquête réalisée auprès des directeurs de la presse papier et des pure players arabophones et francophones nationaux, cette analyse pointe les indices d’une reconfiguration des emprises politique sur un secteur fragilisé à la fois par les logiques de transition médiatique vers le numérique et par un contexte économique vécu sur le mode de la crise par ses principaux acteurs.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La presse privée tunisienne en perspective historique
De l’indépendance (1956) au « printemps médiatique » (1977-1985) : la presse privée sous Habib Bourguiba et l’unanimisme érigé en doxa d’État
Du « changement » à la « Révolution » de 2011 : la presse privée sous Zine el-Abidine Ben Ali et les entraves structurelles à la libéralisation du secteur
Fragilités économiques et tutelles politiques : la presse privée post-2011
Faiblesses de l’économie tunisienne et baisses de recettes non compensées
Prises et emprise des logiques politiques sur la presse écrite post-2011
Conclusion

Aperçu du début du texte

Aux premières semaines de l’année 2011, la Tunisie, ce « pays sans bruit » (Dakhlia, 2011), connaissait un changement de paradigme politique majeur, comparable par certains aspects à une seconde indépendance. Ce changement remettait en cause des décennies de gouvernance autoritaire dont l’un des ressorts sociopolitiques résidait, depuis l’indépendance (1956), dans une « allégeance passive et distanciée » des Tunisiens envers un appareil étatique accaparé par une caste (Camau, 1984 : 15) et dans laquelle les élites gouvernantes ne cherchaient qu’une adhésion minimale des gouvernés à la doxa du régime. Dans de telles conditions, le moment révolutionnaire tunisien s’est notamment traduit par un remarquable élan cathartique manifeste sur les réseaux socio-numériques comme dans les médias traditionnels (Touati, 2012a ; 2012b). Au niveau de la presse écrite, en témoigne la création en 2011 de quelque 228 publications.

Cependant, le moment révolutionnaire national a coïncidé avec la crise m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enrique Klaus et Olivier Koch, « Les presses privées post-2011 en Tunisie : mutations économiques et politiques », Questions de communication, 32 | 2017, 287-306.

Référence électronique

Enrique Klaus et Olivier Koch, « Les presses privées post-2011 en Tunisie : mutations économiques et politiques », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11547 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.11547

Haut de page

Auteurs

Enrique Klaus

Institut de recherche sur le Maghreb contemporain
Centre national de la recherche scientifique
TN-1002
ek.llevesdiaz[at]gmail.com

Olivier Koch

Laboratoire des sciences de l’information et de la communication
Université Paris 13
Institut de recherche sur le Maghreb contemporain
Centre national de la recherche scientifique
Université Galatasaray
TR-34349
koches1[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page