Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Jean-Louis Comolli, Daech, le cinéma et la mort

Lagrasse, Verdier, 2016, 128 pages
Juliette Duclos-Valois et Quentin Mazel
p. 378-380
Référence(s) :

Jean-Louis Comolli, Daech, le cinéma et la mort, Lagrasse, Verdier, 2016, 128 pages

Texte intégral

1Ces dernières années, la propagande diffusée par l’autoproclamée organisation de l’État islamique (Daech) a donné lieu à plusieurs travaux dans des domaines aussi divers que l’anthropologie, la philosophie ou les sciences politiques. Le savoir-faire en matière d’audiovisuel et de communication mis à l’œuvre par l’organisation dans les nombreuses vidéos d’exécutions et de destructions qu’elle partage en ligne suscite des questionnements sur l’image et sa réception. Daech, le cinéma et la mort en est une illustration.

2Malgré certaines réserves et quelques erreurs factuelles – les bourreaux sont toujours habillés en noir (p. 15), les décapitations sont systématiquement filmées jusqu’au bout (pp. 64-65) –, l’ouvrage a le mérite d’apporter plusieurs éléments qui permettent de mieux cerner le phénomène propagandiste de Daech dans ses relations formelles et philosophiques avec l’Occident. En insistant sur un paradoxe qui veut que Daech, ennemi déclaré de l’Occident, « emploie les mêmes moyens de production que lui, les mêmes formes de réalisation, les mêmes logiques publicitaires, les mêmes chemins d’accès aux écrans » (p. 109), Jean-Louis Comolli identifie ce qui semble être au cœur de la terreur provoquée par l’organisation terroriste : Daech est un ennemi qui nous connaît bien, sa force c’est d’être de notre monde, originaire de notre société.

3Dans son essai, l’auteur entend interroger la nature des clips produits par le groupe terroriste en procédant à une analyse de la mort filmée au cinéma et de la mort filmée par Daech. Si, comme le souligne l’ancien rédacteur en chef des Cahiers du Cinéma, les images et vidéos produites par Daech « héritent bien des paramètres fondamentaux de la prise de vue cinématographique – cadrer + enregistrer + montrer » (pp. 10-11), leur contenu – des exécutions – et leur mise en forme, appellent plus que jamais à un questionnement sur leurs effets. Ces clips fonctionnent quasi tous sur un mode similaire : « Invoquer le divin, prendre une arme, la pointer, tirer ; prendre un couteau, trancher le cou, etc. » (pp. 36-37). En procédant à une analyse de leurs formes, l’auteur interprète l’utilisation répétée de gros plans qui montrent en détail le supplice des prisonniers, comme un écho au cinéma pornographique. Les effets visuels et sonores – trucages, surimpressions, floutage, etc. – emprunteraient quant à eux au « cinéma d’action » hollywoodien, aux pubs et aux génériques télévisuels. Toutes ces productions seraient construites sur un même « terrain stylistique » (p. 33) et illustreraient parfaitement un cinéma « du choc visuel » (p. 36). Si Al-Qaïda a également produit des images d’exécutions, Daech a introduit une rupture significative dans l’histoire de la propagande par sa capacité à « esthétiser » les exécutions et à employer des techniques modernes de diffusion. En maîtrisant « l’immédiateté du numérique » (p. 20), l’organisation islamique propage à grande échelle ces clips afin qu’ils soient vus par le plus grand nombre.

4Ce premier temps de l’analyse donne lieu à un examen des effets produits par ces clips sur les spectateurs. Jean-Louis Comolli s’appuie sur une distinction entre fiction et non-fiction afin d’interroger ce que des morts véritables « chang[ent] dans le regard du spectateur » (p. 32). Si l’éternelle question du spectateur face au cinéma consiste, selon lui, à débusquer le vrai du faux, l’auteur avance que, face aux clips de Daech, cette interrogation s’effacerait au profit d’une autre question : « Quel est mon rôle quand je vois le film ? » (p. 33). Ces morts produiraient « un supplément d’implication » (p. 42) chez le spectateur et l’insistance de la mise en scène quant aux détails de l’exécution l’assignerait à une attitude de voyeur (p. 27), « sans désir autre que pervers » (p. 51). Il serait alors paralysé par le choc visuel, privé de sa capacité d’agir (pp. 32-33).

5Jean-Louis Comolli défend une certaine similitude entre « la gestion des images de propagande et la négociation des images commerciales » (p. 109). Cette position, que les philosophes de l’École de Francfort auraient pu tenir dans des termes quasi identiques, consiste à penser que la forme autant que les modalités de production et de diffusion impliquent une lecture des images. Elles influenceraient ainsi directement le public ou l’aliéneraient, pour reprendre le vocabulaire marxiste. Dans ce paradigme, il adopte une position radicale, allant jusqu’à qualifier le spectateur d’Hollywood et de Daech comme étant « d’une seule sorte, [celui-ci] désire[rait] le pire, il v[oudrait] se vautrer dans la violence, il voudrait des “maîtres” forts, qui le violent » (p. 109). Dans les deux cas, les films « abîmer[aient] » leurs spectateurs (p. 50) et révèleraient l’horreur du monde. Avec une certaine violence, l’auteur fait fi de près de cinquante ans de travaux universitaires sur les publics (si l’on se réfère à l’étude pionnière de Pierre Bourdieu et Alain Darbel sur les publics des musées [L’Amour de l’art, Paris, Éd. de Minuit, 1966]), ou plus récemment sur une vingtaine d’années de recherche sur les publics du cinéma et de la télévision (Dominique Pasquier, Laurent Jullier, Jean-Marc Leveratto, Fabrice Montebello, etc.) – pour ne citer que des chercheurs français. Une radicalité qui évacue l’analyse et la description des usages effectifs de ces vidéos. La confusion entre les spectateurs des vidéos de Daech et des films hollywoodiens nous semble particulièrement problématique. Dans le but inavoué d’établir une généalogie du mal, ce rapprochement, qui n’est soutenu par aucune donnée empirique, ne tient compte ni des situations d’expérience, ni des conditions ou des modalités de lecture, alors qu’il semble relativement évident que les deux productions audiovisuelles ne relèvent pour le commun des mortels jamais d’un même régime.

6Cinéaste et critique, Jean-Louis Comolli est héritier d’une tradition cinéphilique, masculine et parisienne, à laquelle on associe souvent le qualificatif de « savante ». Le cinéma y est défendu comme un art et évalué grâce à une lecture formaliste et politique, très inspirée par les théories du « reflet » dont Lucien Goldmann fût l’un des promoteurs français. Dans son ouvrage, il ancre son analyse des clips de Daech dans une critique plus large du destin des images dans nos sociétés. La multiplication des écrans – téléphone, ordinateur, télévision – aurait pour corolaire direct d’« éclater en millions d’objets audiovisuels » (p. 107), le cinéma laissant place à un marché des images dont la doxa serait que tout soit montrable et visible (p. 11). L’auteur insiste : c’est dans cette « imagerie du plein » (p. 27), dans un monde de « domination des images » (p. 108) et de voyeurisme que se situeraient les clips de Daech. Ainsi, face aux tabous cinématographiques et culturels que Daech rompt brutalement, filmant la mort et l’agonie avec un souci du détail et d’une mise en spectacle, l’auteur, cinéphile aguerri, n’aura-t-il de cesse que de revendiquer la dignité du cinéma (pp. 107-108). Le cinéma fonctionnerait sur une ambiguïté naturelle, au cœur de son procédé, lequel tient de la combinaison entre la « relative illisibilité de toute image et la subjectivité de toute durée » (p. 41). De cette ambiguïté, un pacte de « fausseté » placerait le spectateur dans un état de doute perpétuel, faisant du cinéma un médium parfait pour lutter contre la dictature. Citant Hannah Arendt, il rappelle que le sujet du totalitarisme est incapable de distinguer le vrai du faux. Or, le cinéma permettrait d’apprendre à « se tromper, osciller sans fin d’un doute à un autre, ce qui […] rend[rait son spectateur] imperméable à tout totalitarisme » (p. 92). De surcroît, l’auteur souscrit à un mythe des origines naïf où le cinéma aurait été « laborieusement mis au point pour célébrer la vie » (p. 55), intimement lié à la vie par sa capacité à retranscrire le mouvement (pp. 52-53)… Dans ces conditions, associer concrètement le « geste cinématographique » à « l’acte de tuer » (p. 71), comme le fait Daech, procèderait d’un renversement contre nature. Ce renversement n’est d’ailleurs possible, selon Jean-Louis Comolli, qu’à « partir de la numérisation des images et du son » (p. 72) où « filmer enregistrer, monter, diffuser, mettre en ligne » ne représenteraient qu’une « même opération ». Le « triomphe du numérique [serait] à la fois condition et véhicule de la généralisation spectaculaire » (p. 107) dont Daech profiterait.

7La rhétorique récurrente de « la mort du cinéma », dont il serait un jour amusant de lister les cassandres, est exposée une fois de plus avec le numérique comme bourreau, allié aux criminels de Daech (p. 72). Dans cet exercice de définition ontologique qui revendique une dignité par nature, on perd à la fois les acteurs sociaux et les contextes pour octroyer au cinéma une volonté et des intentions propres. Dans cette posture normative qui ne s’appuie qu’épisodiquement sur des données descriptives, Jean-Louis Comolli perd ce qui est, pour laisser place aux fantasmes de l’entreprise morale, dire ce qui doit être.

8Enfin, la notion d’instantanéité, centrale dans l’argumentation, mériterait d’être nuancée. L’auteur laisse penser que les vidéos sont « tournées, montées et directement mises en ligne » (p. 35), alors même que la date de réalisation des vidéos est un enjeu de reconstitution pour les agences de renseignements autant que pour les chercheurs et journalistes. S’il y a bien une date de mise en ligne et, parfois, la mention d’un événement permettant de situer approximativement la date de réalisation, l’incertitude demeure sur celle-ci. Par ailleurs, Jean-Louis Comolli fait de l’accessibilité un point central de son argument. Il laisse penser que les vidéos seraient accessibles par tous, du moment que l’on dispose d’une connexion internet. Si, pendant les premières années du Califat autoproclamé, certaines vidéos d’exécution étaient en effet disponibles en ligne, dans le cas de la France – et d’autres pays –, une politique intensive de lutte contre « la propagande islamique » s’est rapidement mise en place, restreignant de façon drastique l’accès à celles-ci.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Duclos-Valois et Quentin Mazel, « Jean-Louis Comolli, Daech, le cinéma et la mort », Questions de communication, 32 | 2017, 378-380.

Référence électronique

Juliette Duclos-Valois et Quentin Mazel, « Jean-Louis Comolli, Daech, le cinéma et la mort », Questions de communication [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11614

Haut de page

Auteurs

Juliette Duclos-Valois

Iris, École des hautes études en sciences sociales
juliette.duclos[at]ehess.fr

Quentin Mazel

Ircav, université Sorbonne Nouvelle - Paris 3
quentin.mazel[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page